Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22Comptes rendusLa cultura de las emociones y las...

Comptes rendus

La cultura de las emociones y las emociones en la cultura española contemporánea (siglos XVIII-XXI)

Maud Le Guellec
Référence(s) :

Luisa Elena Delgado, Pura Fernández y Jo Labanyi (eds.), La cultura de las emociones y las emociones en la cultura española contemporánea (siglos XVIII-XXI), Madrid, Ediciones Cátedra, 2018, 360 p.

Texte intégral

1Fruit de deux congrès internationaux qui se sont déroulés à Madrid et à New York, en 2010 et 2011, cet ouvrage collectif a tout d’abord été édité en anglais, sous le titre Engaging the Emotions in Spanish Culture and History (Nashville, Vanderbilt University Press, 2016). Le très bel ouvrage publié en 2018 constitue ainsi la traduction en espagnol de cette étude diachronique de la culture des émotions en Espagne.

2Dès les premières lignes de l’introduction, intitulée “Cartografía de las emociones en la cultura española contemporánea : teorías, prácticas y contextos culturales”, les trois éditrices placent cette recherche collective dans la lignée des récentes avancées relatives à l’analyse des émotions dans leur interdépendance avec une époque et une culture, à l’interface entre l’individuel et le collectif, entre le mental et le social, entre le sensoriel et le psychologique. L’objectif déclaré est ainsi d’appliquer les concepts développés ces dernières années au contexte espagnol, très peu abordé par des recherches en grande partie anglo-saxonnes – comme en témoignent les bibliographies intégrées tout au long de l’ouvrage.

3La progression des quinze chapitres qui composent La cultura de las emociones est chronologique, avec une première étude qui porte sur le XVIIIe siècle, cinq articles qui abordent le XIXe siècle, cinq autres qui se centrent sur l’Espagne des années 1920 aux années 1950 et, enfin, quatre analyses qui évoquent la péninsule depuis la Transition démocratique jusqu’aux événements les plus récents. Les cas abordés sont très différents les uns des autres, les approches disciplinaires et les types de sources consultées sont variés, mais la longue introduction, foisonnante de références, de mises en perspective et de réflexions terminologiques, met en lumière les points de convergence et de tension entre les différentes études.

4L’épilogue, d’Antonio Muñoz Molina, apporte le point de vue plus personnel d’un auteur de fiction qui fustige l’idée que modernité artistique et sentiments seraient incompatibles, et déclare son attachement aux histoires faites d’amour, de douleur et de joie.

5Parmi les lignes de force qui traversent l’ouvrage, on peut relever les différents champs d’observation en présence : celui des relations avec l’autre dans une société donnée, celui des productions artistiques – comme point de départ, ou au contraire comme point d’arrivée, des émotions – et celui de l’idéologie et de la politique. Ce sont ces trois champs d’observation qui guideront ici le compte rendu des quinze chapitres édités par Luisa Elena Delgado, Pura Fernández et Jo Labanyi.

6Au cœur de la réflexion sur le lien entre cultures émotionnelles et relations individuelles, “Afectos razonables : equilibrios de la sensibilidad dieciochesca”, de Mónica Bolufer, définit le type de sensibilité propre au XVIIIe siècle, et montre en quoi il s’oppose en bien des points à celui qui caractérisera le Romantisme. L’Espagne des Lumières, tout comme le reste de l’Europe, prône ainsi une culture des sentiments, pour les femmes comme pour les hommes. Jusqu’à la Révolution française et, surtout, jusqu’à la Guerre d’Indépendance, les émotions, éduquées et canalisées, sont considérées non pas comme des dangers, mais au contraire comme des garantes du ciment moral et du lien social. C’est ce que Mónica Bolufer révèle à travers la présentation de distinctions terminologiques tirées de discours et de lettres de l’époque et à travers, également, l’analyse plus spécifique d’œuvres telles que la collection de récits Voz de la naturaleza, d’Ignacio García Malo, le roman La Serafina, de José Mor de Fuentes, ou encore la gravure Por que fue sensible, de Francisco de Goya – et le fait divers qui l’a inspirée.

7Bien que tournée vers l’Espagne de la moitié du XIXe siècle, l’étude de Rebecca Haidt, au chapitre 4, prolonge l’analyse des préoccupations des Lumières en montrant comment la sympathie et l’humanité – deux concepts liés aux idées du XVIIIe – conditionnent la réflexion scientifique et politique face aux épidémies de choléra des années 1833-1835 et 1854-1856. Les travaux hygiénistes de Pedro Felipe Monlau et Francisco Méndez Álvaro, et les écrits de conception chrétienne de Concepción Arenal constituent le principal corpus de travail de cet article qui met notamment en avant la peur de la “contagion émotionnelle”, la défense de la sérénité comme méthode prophylactique et les différents positionnements quant au bien-fondé de l’implication caritative de l’État ou de l’Église.

8C’est le rapport entre le “fou” – ou celui qui est déclaré comme tel – et la société, entre l’interné et le lieu de son internement, que Rafael Huertas examine pour sa part, à travers l’étude de lettres de résidents de la Casa de Santa Isabel, ancien hôpital psychiatrique de Leganès fondé en 1852. Le chapitre 6 de cet ouvrage prend ainsi comme point de départ des lettres au contrat de lecture ambigu, adressées au directeur ou à la famille – mais jamais envoyées – et relève les émotions mélancoliques ou paranoïaques, d’attente ou de sentiment de non-appartenance qui s’y manifestent. Autant de témoignages du rapport affectif entre celui que la société juge “autre” et la société elle-même.

9Dans le chapitre 9, Maite Zubiaurre s’intéresse quant à elle à la traduction des émotions, en temps de guerre, dans les rapports sexuels entre les hommes et les femmes. L’étude analyse ainsi des textes de Félix Martí Ibáñez – notamment ses réponses, dans la revue Estudios, à des lettres supposément adressées à son “Consultorio psíquico-sexual” – pour montrer que ce médecin anarchiste, défenseur des droits des femmes par ailleurs, diabolise l’instinct érotique des femmes dans le contexte de la Guerre civile espagnole. Le positionnement de Martí Ibáñez – partagé par d’autres penseurs de l’époque, et notamment par Gregorio Marañón – est que la libido féminine, exacerbée par la violence et la peur qui en résulte, détourne les hommes de l’unique passion acceptable en temps de guerre : l’émotion révolutionnaire.

10Enfin, si Variaciones sobre tema mexicano (1952) a été principalement étudié par la critique pour ses implications politiques, Enrique Álvarez se propose au chapitre 11 d’aborder ce recueil de textes de Luis Cernuda en termes émotionnels. Selon une grille de lecture affective, les Variaciones ne seraient alors pas colonialistes et conservatrices, mais bien au contraire révolutionnaires puisque s’y manifestent de manière désinhibée une sensibilité et un désir queer et, à travers eux, un regard compréhensif et une sympathie pour l’autre. Loin d’une posture coloniale et hispanocentrée, le Mexique de Cernuda constituerait dans cette nouvelle perspective queer “une carte affective […] qui altère la hiérarchie structurelle entre Espagne et Mexique, nord et sud, sujet et objet, moi et l’autre, esprit et corps” (p. 252).

11Intéressons-nous à présent au champ d’observation privilégié des affects et de la sensibilité que constituent les productions artistiques. Littérature, cinéma, dessin et télévision sont ainsi les différents médiums à travers lesquels la culture des émotions se donne à voir au fil des pages de l’ouvrage.

12La Galería fúnebre de historias trágicas, espectros y sombras ensangrentadas, publiée en 1831 par Agustín Pérez Zaragoza, loin de favoriser une approche cognitive et conceptuelle du texte, incite les lecteurs – et surtout les lectrices – à se laisser aller à une expérience organique et hypersensible. Dans le chapitre 3, Pura Fernández analyse les propos de Pérez Zaragoza dans cette série de douze volumes pour mettre en lumière sa défense d’une lecture cathartique des récits de terreur et de la constitution de communautés émotionnelles autour de cette littérature “galvanique, hypnotique, haptique” (p. 90).

13Si Lou Charnon-Deutsch met également en avant des récits de fiction du XIXe siècle espagnol, c’est le sentiment de haine – et non plus de terreur – qui prédomine dans les romans conspirationnistes présentés, largement inspirés des Monita secreta de 1613. Le chapitre 5 de cet ouvrage montre en effet que les romans de Estanislao De Cosca Vayo ou de Ceferino Tressera, de Vicente de la Cruz ou de Vicente Blasco Ibáñez, construisent minutieusement des figures d’infâme, au gré des descriptions proposées et du lexique employé. Si jésuites, juifs et francs-maçons y sont pour ainsi dire interchangeables, si les schémas manichéens évoluent vers une vision moins simpliste après 1868, l’émotion de haine provoquée par la lecture, elle, persiste largement. Le stéréotype, répété à l’envi, devient au fil des récits d’une grande efficacité émotionnelle.

14Avec l’article de Juli Highfill, la littérature reste à l’honneur mais en tant que témoignage d’une autre expérience artistique : celle du cinéma. Le chapitre 7, intitulé “Un paisaje sensible : la experiencia cinemática en la España de los años 20”, revient sur les débats enflammés provoqués au sein des cercles d’écrivains avant-gardistes par l’arrivée du septième art. “Comment quelque chose d’aussi immatériel qu’un faisceau de photons peut-il provoquer des effets corporels dans le public et générer, de ce fait, une réponse émotionnelle ?” (p. 148), telle est la grande question soulevée par cette nouvelle technologie. À l’aide de métaphores aériennes ou aquatiques, les écrivains tentent de reproduire les flux affectifs provoqués par la simple projection d’images éphémères. Juli Highfill analyse notamment dans cette perspective trois œuvres de 1929. Le poème “Far West ”, de Pedro Salinas, témoigne de la fascination de l’auteur pour la retranscription du vent en images. Le conte “Polar, Estrella”, de Francisco Ayala, questionne la fragile frontière entre expérience réelle et expérience virtuelle, au détour d’un récit satirique sur un cinéphile obsédé par une star – Greta Garbo, même si elle n’est pas nommée. Le film “El misterio de la Puerta del Sol”, de Francisco Elías Riquelme, explore quant à lui les mécanismes et les excès du sensationnalisme de l’industrie du cinéma, de la presse et de la publicité.

15Ce sont des dessins – et les brefs commentaires qui les accompagnent – qui intéressent ensuite Javier Mocoso au chapitre 10 : ceux de Luis Sarabia, marin des forces républicaines pendant la Guerre civile. Entre événements sanglants et quotidien des Espagnols, entre implication émotionnelle et distanciation posée, l’auteur de En el Puerto. Apuntes de un movilizado en la Marina roja tente de “construire une narration, de produire une histoire qui puisse en même temps poser les bases de la mémoire” (p. 229), de configurer “une possible formule pour structurer et donner du sens à l’expérience vécue” (p. 231). Les textes et les dessins – dont certains sont reproduits dans l’ouvrage – sont ainsi saturés d’émotions et d’expériences sensorielles.

16Avec le chapitre 13, c’est la télévision qui fait enfin irruption dans ce questionnement collectif sur la culture des émotions. Jo Labanyi s’intéresse en effet à la première saison de la série Amar en tiempos revueltos et étudie comment le discours de la souffrance y est utilisé comme “exercice de pédagogie audiovisuelle” (p. 275). L’article montre que, à travers une série de personnages, leurs profils et leurs parcours, Amar en tiempos revueltos incite à remettre en question la valeur expiatoire de la douleur, la martyrologie fasciste ou encore la victimisation des vaincus. Et qu’en donnant à voir des personnages dépourvus ou dotés de compétence émotionnelle, la série incite les spectateurs à développer leur propre autogestion des émotions.

17Latentes dans un grand nombre des études présentées, l’idéologie et la politique sont au contraire au premier plan dans cinq articles de La cultura de las emociones. Un troisième champ d’observation, donc, s’impose alors.

18Wadda C. Ríos-Font, tout d’abord, s’intéresse au sentiment patriotique dans le contexte si mouvementé des débats de la Constitution de Cadix. Le texte constitutionnel, en effet, établit l’amour à la patrie comme une émotion partagée qui garantit l’existence d’une communauté basée sur l’empathie et le bien commun. Mais qu’en est-il, alors, des territoires non-péninsulaires ? Qu’en est-il d’une île comme Puerto Rico, où la construction d’une communauté est encore à faire ? Dans ce chapitre 2, l’analyse rhétorique des discours de Ramón Power y Giralt montre l’évolution de la position du représentant de Puerto Rico à la Junta Suprema Central Gubernativa, de l’enthousiasme passionné à la désillusion. Face au refus de la péninsule de construire une fraternité transatlantique, l’amour à la nation espagnole laisse place à l’amour à la terre portoricaine.

19C’est à la Seconde République, et à la “bataille pour l’hégémonie émotionnelle” qui se joue alors en Espagne que s’intéresse pour sa part Javier Krauel dans le chapitre 8. Après la Première Guerre Mondiale et l’échec de l’ordre rationnel caractéristique des sociétés contemporaines, les années 1930 voient en effet se mettre en place des stratégies politiques d’une nouvelle ère. D’un côté, les mythes marxiste et fasciste, tout comme les personnalités charismatiques, mobilisent des émotions exacerbées. De l’autre, des figures libérales comme Josep Maria de Sagarra, Manuel Chaves Nogales et Francisco Ayala appellent les lecteurs de leurs articles à modérer leurs émotions pour permettre l’exercice régulé et légitime de la légalité politique.

20Si le contexte historique qu’elle considère est différent, Helena Miguélez-Carballeira évoque à son tour un cas de lecture émotionnelle des questionnements politiques. Dans le chapitre 12, c’est l’imaginaire persistant d’une Galice sentimentale et féminine, passive et peu encline à l’action politique, qui est interrogé. L’imposition d’un sentimentalisme excessif, garant d’une certaine docilité, est notamment étudiée à travers deux productions artistiques. L’une, symbolique, est l’œuvre de théâtre d’Antonio Gala, El hotelito (1985), qui représente la division du pays en communautés autonomes à travers la présentation de cinq femmes et de cinq tempéraments. Carmiña, nostalgique et a-politique, incarne la région galicienne. L’autre, parodique, est constituée des spectacles du duo comique-musical Os da Ría.

21Dans le cadre de l’exhumation des fosses communes, abordé par Francisco Ferrándiz au chapitre 14, l’usage des émotions à des fins politiques se pose à son tour. Promotion des sentiments nationalistes par le Pays Basque, familiaux par l’Asociación para la Recupération de la Memoria Histórica, idéologiques par le Foro por la Memoria : les stratégies sont plurielles, et souvent polémiques. Dans ce contexte, l’apparition des technologies numériques et des réseaux sociaux introduit qui plus est un nouveau défi à l’heure de définir l’émotion la plus “adéquate” et de construire la mémoire sociale des atrocités.

22Cette “transition vers l’Homo sentimentalis politique” (p. 324), selon Luisa Elena Delgado, n’est donc pas l’apanage des partis populistes, ni celui des émotions négatives. À travers l’analyse de discours télévisés et de campagnes électorales, à travers la mise en lumière du recours fréquent à la symbolique du cœur dans les manifestations sportives ou politiques, le dernier chapitre de cet ouvrage collectif expose quelques-uns des points de cristallisation des émotions dans l’histoire espagnole récente : le débat sur l’indépendance de Catalogne, les accusations de malversation, le mouvement du 15-M et le scandale des expulsions, ou encore la mise en place du parti Podemos.

23De l’époque des Lumières à l’ère numérique, de l’idéal de l’exaltation patriotique à celui de la modération des affects, du sentiment amoureux à la haine de l’autre, du sentiment érotique à la terreur, des lettres intimes aux expériences collectives du cinéma, du dessin à la télévision : La cultura de las emociones y las emociones en la cultura española contemporánea aborde, de l’introduction jusqu’au chapitre 15, un large éventail de concepts, de thématiques et de sources, et fait ainsi définitivement entrer l’Espagne dans l’Histoire des Émotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Le Guellec, « La cultura de las emociones y las emociones en la cultura española contemporánea (siglos XVIII-XXI) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 13 juillet 2019, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8254

Haut de page

Auteur

Maud Le Guellec

Maître de conférences, Laboratoire CECILLE, Université Lille-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search