Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...22Comptes rendusDonde la política no alcanza. El ...

Comptes rendus

Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939

Camille Lacau Saint-Guily
Référence(s) :

Pilar Cagio Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2018, 285 p.

Texte intégral

1La monographie collective, éditée chez Iberoamericana-Vervuert, par Pilar Cagio Vila, professeure titulaire d’histoire de l’Amérique à l’Université Saint Jacques de Compostelle, intitulée Donde la política no alcanza, et sous-titrée El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939, se compose d’une brève introduction, suivie de sept chapitres, ponctués par diverses photos d’archives. Cette monographie porte, comme son nom l’indique, sur la rénovation des relations entre l’Espagne et l’Amérique, grâce à des acteurs de la diplomatie culturelle, qui exercent dans un espace politique alternatif, où la politique officielle des gouvernements, appelée « haute politique interétatique » par Pilar Cagio Vila, ne s’aventure pas.

2Le volume porte plus précisément sur les actions ou engagements de diplomates, consuls, agents culturels, tant espagnols que latino-américains, dans des contextes géopolitiques et historiques différents, pendant la période dense de 1880-1939 – durant laquelle la notion de nation évolue beaucoup et les idéologies nationalistes, régénérationnistes et américanistes émergent –, sur le tissage de leurs réseaux alternatifs, aussi bien dans les centres de pouvoir que dans des espaces plus périphériques. On y voit comment des initiatives individuelles ont pu permettre à des projets collectifs de se mettre en place, et œuvrer à des changements parfois décisifs et structurels dans les liens diplomatiques entre les pays. Les figures étudiées peuvent agir par des biais distincts, sous forme de pactes, d’engagements, à travers des manifestations scientifiques, économiques et culturelles, des entreprises éditoriales. L’étude des liens entre les pays ne se veut pas seulement bilatérale, mais aussi et surtout transnationale. À ce propos, on regrette que le concept si riche de « transnationalité », revendiqué comme perspective d’approche, ne soit peut-être pas suffisamment défini dans les chapitres, ni en introduction. On regrette un peu également de ne pas trouver une analyse réellement approfondie de ce que sous-entend le titre – Donde la política no alcanza – dans la dimension d’alternative politique que peut offrir ou constituer la diplomatie culturelle par rapport à la politique officielle et capitale des gouvernants.

3Le premier chapitre de Pilar Cagio Vila est intitulé « Matías Alonso Criado o la diplomacia transnacional ». S’attachant à développer un exemple d’activité diplomatique transnationale, Pilar Cagio Vila aborde le rôle du diplomate philanthrope, Matías Alonso Criado, conseiller de la représentation diplomatique espagnole à Montevideo, montrant comment ce dernier parvient au rétablissement des relations diplomatiques de l’Espagne avec l’Uruguay, et plus largement comment ce diplomate espagnol œuvra au développement des relations entre différents pays. Cet Espagnol représenta également le Paraguay comme consul général à Madrid. Jouant à la fois un rôle économique et culturel, il participa, entre autres, à l’ouverture de marchés espagnols aux produits naturels paraguayens et à l’émigration d’Espagnols vers le Paraguay. Il fut également consul général du Paraguay et du Chili en Uruguay.

4Le deuxième chapitre, rédigé par Agustín Sánchez Andrés, intitulé « Entre la literatura y la diplomacia. La gestión de Vicente Riva Palacio en Madrid, 1886-1896 » évoque le cas passionnant d’un autre représentant diplomatique, en Espagne, Vicente Riva Palacio. Sánchez Andrés y approfondit la trajectoire de cet écrivain, juriste et militaire mexicain, représentant du gouvernement de Porfirio Díaz, en Espagne, à Madrid, pendant plus de dix ans, œuvrant à la normalisation des relations hispano-mexicaines et à la diffusion dans la Péninsule ibérique d’une image favorable du régime de Porfirio Díaz. Ce diplomate, figure remarquable du Mexique de la seconde moitié du XIXe siècle, développa une intense activité académique, journalistique et littéraire favorisant notamment la diffusion de la littérature mexicaine en Espagne et de la littérature espagnole au Mexique ; il a mis en place des bases pour que s’élabore un réseau culturel entre des intellectuels mexicains et espagnols. À travers la diplomatie culturelle, Riva Palacio a agi, dans une période de rapprochement entre l’Espagne et le Mexique, à la fin du XIXe siècle, à la normalisation et à l’intensification de leurs relations bilatérales. En fin stratège, il cultiva, sous la Restauration bourbonnienne, des amitiés avec des hommes politiques espagnols du Parti Libéral et conservateurs, jouissant d’une influence conséquente dans les cercles politico-littéraires de la Péninsule ibérique. Il fera du Quatrième Centenaire de la Découverte de l’Amérique, en 1892, une occasion pour afficher le bon développement du Mexique porfiriste, chez les politiques et l’opinion publique espagnols.

5Ascensión Martínez Riaza, dans le chapitre 3, intitulé « Agentes culturales y hombres prácticos. Clemente Palma y José Gálvez Barrenechea en el consulado del Perú en Barcelona (1900-1919) », aborde non plus la question des diplomates, mais des consuls, dans ce cas, du Pérou à Barcelone (consulat péruvien le plus important d’Espagne), entre 1900 et 1919 – précisant que les consuls répondent à des questions pratiques, comme le commerce, la représentation ou la publicité de leur pays, et à leurs concitoyens. L’auteure envisage deux agents culturels et politiques qui y ont travaillé, lors des deux premières décennies du XXe siècle, deux écrivains et hommes politiques liés aux hautes sphères du pouvoir, qui développèrent dans leurs écrits littéraires deux perceptions différentes de l’Espagne et de la capitale catalane. Pour le consul du Pérou, Clemente Palma, qui fut consul entre 1902 et 1904, l’Espagne est un pays en retard dont le Pérou eut la bonne idée de prendre son indépendance ; il n’a pas une meilleure opinion de Barcelone, s’opposant aux velléités catalanistes et à la constante mobilisation ouvrière et étudiante qui y a eu lieu. L’image qu’a José Gálvez Barrenechea de Barcelone, consul entre 1918 et 1919, est meilleure, du fait selon lui de son dynamisme marchand, industriel et culturel. Mais il rejette également les tendances séparatistes de Barcelone et le radicalisme de ses travailleurs.

6Le chapitre 4 de Palmira Vélez Jiménez, intitulé « Hacer patria en Hispanoamérica. El Instituto Diplomático y Consular » propose, avec beaucoup de précisions, une étude originale sur l’Institut diplomatique et consulaire, qui a participé à la formation de certains représentants politiques espagnols, à l’étranger, précisément de diplomates qui ont exercé en Amérique. C’est en 1911 qu’est créé El Instituto Libre de Enseñanza de las Carreras Diplomática y Consular y Centro de Estudios Marroquíes ; il ferme en 1931. L’auteure met l’accent sur le programme d’études de ce centre de formation qui visait à relancer, dans une logique régénérationniste de modernisation espagnole, la politique des relations étrangères espagnoles. La volonté consiste à rationaliser et professionnaliser les études diplomatiques et consulaires. Sa fondation répond également à la volonté de l’Espagne de s’ouvrir au monde hispano-américain et à l’Afrique, notamment dans l’administration espagnole, précisément vers le protectorat marocain.

7Le chapitre 5 de la regrettée Gabriela Dalla-Corte Caballero, à laquelle le volume est dédié, porte sur « Federico Rahola y la revista Mercurio : diplomacia consular iberoamericana entre la Guerra de Cuba y la Primera Guerra Mundial ». L’auteure montre qu’à côté d’une diplomatie formelle et officielle, a pu se développer, à cette époque, une diplomatie parallèle, exercée par des agents culturels depuis la littérature, la presse, les manifestations artistiques. Pour le montrer, elle se focalise sur l’artisan de la revue commerciale ibéro-américaine, le Mercurio, et de la Maison d’Amérique de Barcelone. L’avocat et publicitaire catalan Rahola dirige le Mercurio depuis 1903 et jusqu’à sa mort en 1919, auquel collaborent des journalistes, informateurs, publicitaires, consuls et diplomates de pays hispano-américains. Par cette revue, Rahola a ainsi participé à promouvoir des actions économiques et culturelles avec l’Amérique, cherchant l’appui des consuls espagnols en Amérique et de ceux des républiques américaines en Espagne, spécifiquement à Barcelone.

8Rosario Márquez Macías propose, dans le chapitre 6, un travail sur l’Espagnole « Carolina Marcial Dorado (1889-1941) : embajadora de lo hispano en Estados Unidos. El Bureau de Información pro-España ». L’auteur se focalise sur une voix féminine importante, la directrice du Bureau d’information pro-Espagne, ouvert en 1925, dans le cadre de la politique culturelle de Primo de Rivera. Cette Espagnole qui voyagea beaucoup a œuvré aux États-Unis, en faveur de l’Espagne et de sa promotion à l’étranger. Par son poste de directrice, ses activités dans l’enseignement, ses fonctions journalistiques, elle occupera une place conséquente chez les intellectuels spécialisés dans l’éducation, en Amérique du Nord. Le Bureau d’information pro-Espagne, qui est fixé à New York, veut participer à la diffusion commerciale, touristique, culturelle d’une Espagne moderne. Sa mission consiste à fournir toutes les données qui seraient sollicitées sur la nation espagnole, son art, son histoire, son industrie. C’est aussi une bibliothèque littéraire, commerciale, industrielle. Il joua un rôle de promotion de l’Espagne à travers la publication de livres et leur mise à disposition. Ce centre de culture hispanique a coopéré avec des universités, des bibliothèques et des agences de tourisme, grâce notamment à sa directrice, pour que l’Espagne soit connue positivement à l’étranger.

9Le dernier chapitre, de Manuel Andrés García, s’intitule « A la sombra del Doce de Octubre: la gloria anhelada y fugaz de José María González García, “ Columbia ” » et porte sur une personnalité singulière du mouvement hispano-américaniste, un journaliste espagnol qui collabora à des nombreux journaux et revues espagnols, également hispano-américains, mais dont la réputation s’assombrit progressivement du fait de ses prises de position notamment par rapport au 12 octobre et à sa signification. Il fut l’un des vecteurs des festivités du 12 octobre, comme « Fête de la Race ibéro-américaine », en publiant plusieurs ouvrages sur El Día de Colón y de la Paz. Il finit progressivement par se marginaliser, pour défendre une lecture providentialiste du rôle de la Mère Patrie et finit sa carrière, moins exposé, en se contentant d’écrire pour la presse asturienne conservatrice, entre autres activités professionnelles.

10Le lecteur trouvera dans ces sept chapitres des informations précieuses sur certains acteurs de la diplomatie culturelle, entre l’Espagne et l’Amérique, angle passionnant pour aborder l’histoire officielle. Des acteurs plus discrets que les hommes politiques au sens strict apparaissent pourtant tout aussi capitaux, œuvrant eux aussi à l’écriture de l’histoire politique nationale, plus largement transnationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lacau Saint-Guily, « Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 13 juillet 2019, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.8270

Haut de page

Auteur

Camille Lacau Saint-Guily

Maître de conférences, Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search