Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...23ÉtudesLes particularismes de la grande ...

Études

Les particularismes de la grande distribution en Espagne : comment l’enseigne Mercadona est-elle devenue leader du marché depuis 2010 jusqu’à nos jours ?

The characteristics of large retailers in Spain: how did the Mercadona brand become market leader from 2010 to the present day
Los particularismos de la gran distribución en España: cómo Mercadona pasó a liderar el mercado desde el 2010 hasta hoy
Gaëlle Fauchard

Résumés

Comprendre les spécificités de la grande distribution espagnole suppose d’étudier les grandes étapes qui ont scandé son évolution et d’identifier l’histoire des entreprises de ce secteur, les évolutions sociales du pays, le rôle de l’État et des Autonomies espagnoles dans la gestion du cadre règlementaire du commerce de détail. Cet article démontrera ainsi comment s’est opérée, récemment, une convergence des formats commerciaux dans la vente au détail en Espagne. Le consommateur espagnol montre, en effet, sa préférence pour le supermarché au sein d’un secteur atomisé où l’enseigne commerciale, Mercadona, est devenue le leader incontesté de la distribution alimentaire depuis 2010. Cette croissance du distributeur repose sur des facteurs conjoncturels mais également sur une relation distributeur-fournisseur qu’il convient d’expliciter afin de mesurer les fondements de la réussite de ce modèle économique propre au contexte espagnol.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Daumas « Consommation de masse et grande distribution. Une révolution permanente (1957- (...)

1L’histoire de la grande distribution, en Europe, se décompose en trois phases bien distinctes : suite à la révolution commerciale des Trente Glorieuses, la première phase se caractérise par l’émergence de l’hypermarché qui répond aux besoins de la consommation de masse naissante ; ensuite une phase de croissance des enseignes commerciales s’opère alors que la consommation se réduit ; et, enfin, une phase où se rencontrent les demandes contradictoires de consommateurs à la recherche d’un service commercial optimal et de prix bas1. En étudiant les particularismes de la grande distribution en Espagne, nous verrons dans quelle mesure ce pays a pu connaître une évolution différente qui fait de son modèle économique une exception à l’échelle européenne.

Évolution historique de la grande distribution espagnole et particularismes locaux

  • 2 Ángel Fernández, Emilia Martínez & Alfonso Rebollo, «1977-2006 : 30 años de evolución del sistema d (...)
  • 3 Nommées les communautés autonomes en Espagne.

2Pour comprendre l’évolution du secteur de la distribution d’un pays, il convient d’étudier les facteurs qui ont pu influer sur son développement. Robert Dwyer et Ann Welsh (1985) ont présenté les influences directes et indirectes macro-environnementales sur la structure et les processus internes du canal de distribution. John Dawson et Steve Burt (1999) ont complété cette approche en travaillant sur l’évolution d’une série d’éléments sociaux, économiques, technologiques et politiques de l’environnement pour analyser la modification des structures et des processus du commerce de détail en Europe. Angel Fernández, Emilia Martínez et Alfonso Rebollo ont résumé à quatre ces lignes d’influence sur les canaux de distribution à l’échelle d’un pays2. Ils proposent de se concentrer, tout d’abord, sur l’évolution économique du pays avec une attention particulière portée aux changements de son tissu industriel et agricole. Ensuite, ils préconisent de mesurer l’impact de la politique publique et des collectivités3 sur la distribution. L’analyse des habitudes d’achats du consommateur est un troisième aspect à prendre en compte. Enfin, le quatrième facteur concerne l’étude non seulement de l’internationalisation de l’économie du pays mais aussi l’implantation d’enseignes commerciales étrangères. Il apparaît d’ailleurs, dans le cas de l’Espagne, une corrélation entre le processus d’internationalisation de l’économie du pays et la modernisation de son système de production et de distribution.

  • 4 Luis Salcedo, Análisis del sector de la distribución: evaluación de la competitividad y situación a (...)
  • 5 Cristina Tango, L’Espagne : Franquisme, transition démocratique et intégration européenne 1939-2002(...)

3Afin d’identifier les particularités de l’essor de la distribution espagnole, nous nous inscrirons donc dans la démarche d’Angel Fernández, d’Emilia Martínez et d’Alfonso Rebollo décrite en amont. Revenons tout d’abord sur la situation économique de l’Espagne. Au début du xxe siècle jusqu’en 1959, l’Espagne se caractérisait par la présence d’un commerce traditionnel qui avait vocation à accompagner une économie dite de subsistance. Plus de 50% de la population résidait dans les villages se nourrissant principalement de ses propres cultures4. Le commerce de détail reposait sur des établissements très spécialisés tels que des boulangeries, des boucheries etc. Suite à Guerre Civile (1936-39) puis à la période d’après-guerre, l’État espagnol imposa une période de rationnement de denrées de première nécessité jusqu’en 1952 durant laquelle ces magasins jouèrent un rôle prépondérant dans la distribution des rations à la population5. Puis dès les années 60, les premières implantations d’enseignes commerciales européennes en Espagne se produisirent notamment avec l’arrivée de l’enseigne hollandaise Spar.

4Les premiers signes de la consommation de masse apparurent en Espagne seulement dans les années 70, favorisée par les mouvements migratoires vers les grandes villes espagnoles et l’arrivée des touristes étrangers :

  • 6 Cédric Ducrocq, La Nouvelle Distribution, Paris, Dunod, 2002.

Le progrès de l’urbanisation, la salarisation croissante, l’élévation du revenu national réel moyen par tête, le recul des dépenses d’alimentation, la progression de l’équipement des ménages en réfrigérateurs et automobiles furent à l’origine de l’émergence d’une « norme de consommation » favorable au développement de la consommation de masse6.

5En 1975, la structure économique de l’Espagne, héritée de la dictature franquiste, manquait toutefois de compétitivité sur un marché ouvert à la concurrence. Ses canaux de distribution restaient encore figés dans des structures très traditionnelles. Les commerces et les systèmes industriel et financier furent d’ailleurs incapables de faire face à la crise pétrolière de l’époque.

  • 7 Chaîne de supermarchés d’origine allemande.
  • 8 Enseigne de supermarché espagnole créée en 1979.
  • 9 Ignacio Cruz Roche, «Comercio de alimentación: veinte años de evolución y perspectivas de futuro», (...)
  • 10 Source des 110 hypermarchés en Espagne en 1990, Pedro Cuesta Valiño, Estrategias de crecimiento de (...)

6La première implantation d’un hypermarché en Espagne eu lieu en 1973 lors de l’ouverture de Carrefour Prat à Barcelone et d’Alcampo Utebo (Auchan) à Saragosse. Ce premier format commercial s’est alors développé rapidement. Les premiers magasins discount Aldi7 et DIA8 apparurent ensuite à la fin des années 70. L’économie espagnole commençait à montrer les signaux de la tertiarisation, semblables à quelques économies européennes développées telles que la France, la Belgique et l’Italie. Dans ce contexte, au cours des années 90, les hypermarchés inférieurs à 5000 m2 connurent une belle croissance, selon l’historiographie de la grande distribution espagnole. Celle-ci s’expliquait, tout d’abord, grâce aux prix qu’ils proposaient, fruit d’une bonne gestion et de volumes d’achats élevés mais également à leurs très larges assortiments de produits, particulièrement attractifs pour une population qui avait souffert de la pénurie des produits jusqu’en 19709. Il faut toutefois noter la baisse du nombre d’hypermarchés entre 5000 et 7000 m2. L’hypermarché pouvait atteindre son seuil de rentabilité dès lors qu’il bénéficiait d’une clientèle de l’ordre de 90 000 habitants. Or peu de villes espagnoles atteignaient de telles populations. Cette croissance des hypermarchés en Espagne peut être également nuancée lorsque nous comparons, à titre d’exemple, les 110 hypermarchés10 existant en Espagne en 1990 aux 767 hypermarchés implantés en France à la même époque.

  • 11 Cédric Ducrocq, La Nouvelle Distribution, op. cit., p. 31.
  • 12 Irene Gil, et al., « Distribution commerciale de l'Espagne », in Market Management, vol. 2, no. 1, (...)
  • 13 Groupe fondé par Carrefour en Espagne dont l’acronyme signifie Precio y calidad (Prix et qualité).
  • 14 Continente appartenait au groupe français Carrefour et fut vendu au groupe portugais Sonae en 2007.
  • 15 Groupe Auchan qui a opté pour le nom Alcampo sur le marché espagnol.
  • 16 Ignacio Cruz Roche, «Comercio de alimentación…», art. cit., p. 13.

7Après 1990, les grandes surfaces alimentaires sont entrées dans une phase d’adaptation à un environnement plus concurrentiel et instable, où elles ont dû répondre à deux exigences largement contradictoires : une demande de produits de consommation courante à bas prix qui explique le succès du hard discount et un besoin de qualité, de différenciation et de services exprimé par des consommateurs de plus en plus individualistes, exigeants et versatiles11. La distribution commerciale espagnole a alors connu une métamorphose avec une rénovation profonde des structures commerciale12. En 1994, les cinq principales enseignes commerciales étaient Pryca13, Continente14, Alcampo15, Eroski et Hipercor, avec un format commercial principalement basé sur l’hypermarché et un capital étranger pour trois d’entre elles (Pryca, Continente et Alcampo). Le taux de concentration des cinq premières s’élevait alors à 30,6% et l’enseigne la plus développée détenait, à elle seule, 9,6% du marché16.

  • 17 Alfonso Rebollo, «Concentración en el sector de distribución comercial en España», in Distribución (...)
  • 18 Irene Gil, et al., « Distribution commerciale de l'Espagne », art. cit., p. 37.

8Dans les années 2000, le commerce espagnol apparaît fortement atomisé et le phénomène de concentration du secteur de la distribution ne cesse de progresser17. Concernant la distribution alimentaire, les dix premières sociétés représentent 53,3% du chiffre d’affaires total. Cette tendance est liée à la présence massive de grands groupes européens. En effet, parmi les dix premières entreprises de distribution, cinq sont étrangères (Carrefour, Auchan, Ahold, Unigro et Makro), lesquelles réalisent alors 39,45% de l’ensemble des ventes18.

Illustration n°1 – Parts de marché des principaux acteurs de la distribution alimentaire en Espagne de 2001 à 2016 (exprimées en %)

Illustration n°1 – Parts de marché des principaux acteurs de la distribution alimentaire en Espagne de 2001 à 2016 (exprimées en %)

Source : Kantar worldpanel 2016

  • 19 Jean-Claude Daumas « Consommation de masse et grande distribution… », art. cit., p. 62.

9Jusqu’en 2008, le leader du marché est Carrefour. Toute la gestion de Carrefour est orientée vers un seul but : vendre moins cher que le commerce traditionnel. Tout y contribue : la légèreté des structures de direction, la réduction des frais de personnel (libre-service, méthodes rationnelles de stockage et de manutention), l’aménagement dépouillé des magasins, la massification des commandes, la rotation accélérée des stocks (quinze fois par an contre huit chez les succursalistes) et une marge réduite (8 % sur l’épicerie, 13 % sur les produits frais, 20 % sur le non alimentaire)19. La seconde enseigne du marché est Mercadona avec ses vastes supermarchés.

Illustration n°2 - Évolution des établissements en Espagne entre 2011 et 2017

Magasins

Surface

2011

2015

2016

2017

Taux de croissance entre 2011 et 2017

Les hypermarchés

+ de 2500 m2

413

452

445

458

+10,0%

Les supermarchés

1000-2500 m2

400- 1000 m2

100-400 m2

2 968

4 733

8 369

3 684

5 332

10 086

3 818

5 362

10 438

3 878

5 364

10 400

+30,6%

+13,3%

+24,6%

Magasins traditionnels

Moins de 100 m2

34 599

32 057

31 744

32 225

-6,8%

TOTAL

50 542

51 611

51 807

52 325

3,5%

  • 20 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/03/29/5abb77f0468aeb283e8b4649.html.

Source : Élaboration à partir des données du Journal espagnol El Mundo20, Rubrique Économie du 29 mars 2018 et du périodique Distribución y Consumo, 2014, Volume n°5.

  • 21 Gonzalo Bengoechea Gómez, Rolf Campos, Javier Díaz Giménez & Juan José Toribio, «La cadena agroalim (...)

10À partir de 2009, une nouvelle orientation commerciale se dessine en Espagne où dominent les supermarchés dotés d’un capital espagnol. Mercadona est devenu le leader du marché avec 15,6% des parts de marché. Les cinq premières enseignes commerciales en détiennent 45,9%. Le consommateur espagnol se différencie de ses homologues européens préférant le format plus petit du supermarché. En 2012, en Espagne, ce format commercial affiche d’ailleurs le chiffre d’affaires le plus élevé21.

Illustration n°3 - Comparatif entre les formats d’établissements en Europe en 2018 (en %). De gauche à droite : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Espagne, Italie.

Illustration n°3 - Comparatif entre les formats d’établissements en Europe en 2018 (en %). De gauche à droite : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Espagne, Italie.

Source : Élaboration à partir des données de Nielsen et de J. Aguirre, El Mundo.es7

  • 22 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/03/29/5abb77f0468aeb283e8b4649.html.

11Aujourd’hui l’Espagne affiche donc des particularismes que nous pouvons résumer ainsi. Elle est l’un des pays européens qui détient le plus de magasins par habitant. En Espagne, il existe 3,4 magasins pour 1000 habitants lorsque la moyenne européenne s’élève à 2,6. Entre 2008 et 2017, la superficie commerciale a augmenté de 19% pendant que les ventes ont baissé de 2%22. Entre 2011 et 2017, l’illustration n°2 complète cette information en indiquant que le format commercial qui a connu la croissance la plus importante, soit 30,6%, est le supermarché entre 1000 et 2500 m2.

12Illustration n°4 - Part de marché des 5 premières enseignes commerciales par pays en 2018 (en %)

82,8%

78,3%

67%

50,6%

35,6%

  • 23 http://www.expansion.com/empresas/distribucion/2018/05/26/5b09830de5fdeabf1b8b4655.html.

Source : Élaboration à partir des données du journal Expansion.com, du 26 mai 201823.

  • 24 Ignacio Cruz Roche, «Concentración del comercio minorista en Europa: evolución 2007-2016», in Distr (...)
  • 25 https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-mercadona-batira-este-record-historico-ventas-2 (...)

13Dans ce panorama européen, le marché espagnol est donc moins concentré mais beaucoup plus atomisé24. En 2018, le leader Mercadona détient 24,5% du marché, devançant largement le second, le groupe Carrefour, qui ne possède que 8,6% des parts de marché, DÍA (7,5%), Eroski (5,6%) et Lidl (4,4%). En 2019, Mercadona emploie 84 000 salariés en CDI au sein de ses 1629 magasins répartis sur tout le territoire national. Son président, Juan Roig, s’apprête à ouvrir ses quatre premiers magasins à l’étranger au Portugal sous l’appellation Irmadona.25

L’impact de la politique publique et des Communautés Autonomes espagnoles dans la régulation du commerce de détail

  • 26 Javier Casares & Alfonso Rebollo, «Distribución comercial», 3ª edición. Ed. Civitas, Navarra, Thoms (...)

14L’étude des mécanismes pour réguler le commerce de détail en Espagne permet d’illustrer, non seulement, une spécificité du contexte espagnol mais également de saisir les difficultés auxquelles peuvent se heurter des enseignes étrangères en quête de couverture nationale. Les grandes surfaces alimentaires se sont développées sans rencontrer véritablement de concurrence jusqu’à la fin des années 70, car le petit commerce n’était pas en mesure de lutter contre leur essor. La signature du Pacte de la Moncloa, en octobre 1977, a alors posé, entre autres, les premiers jalons pour moderniser le commerce de gros et de détail en Espagne, en autorisant notamment la libre concurrence26.

15Le développement de l’État des Autonomies, habilité par la Constitution espagnole de 1977, est un second facteur politique qui a influé sur le marché de la distribution commerciale espagnole. En vertu des dispositions de cette Constitution, les 17 Communautés Autonomes qui composent l’Espagne, ainsi que les villes de Ceuta et de Melilla, purent jouir des Statuts d’Autonomie. En 1980, concernant le commerce intérieur, la Constitution a prévu le transfert de compétences, dans une large mesure, de l’Administration Centrale vers les Communautés Autonomes. L’Espagne est alors passée d’un marché national, fortement régulé par l’État, aux 17 marchés des Communautés Autonomes, avec des régulations propres à chacune.

  • 27 CCAA : Sigle qui signifie les communautés autonomes espagnoles.
  • 28 Ángel Fernández, Emilia Martínez & Alfonso Rebollo, «1977-2006 : 30 años de evolución del sistema d (...)

16Toute ouverture d’une surface commerciale supérieure à 2500 m2, depuis lors, requiert l’aval de la C.A27 concernée. Chaque Communauté Autonome prévoit sa réglementation. Il est donc difficile d’évoquer l’unité d’un marché national en Espagne. Ce dernier se caractérise davantage par la grande disparité qui existe en matière de législation commerciale entre les différentes régions. À titre d’exemple, si nous observons le calendrier des jours fériés travaillés, aucun ne coïncide sur le territoire espagnol. Cette organisation administrative propre à chaque Communauté Autonome explique alors les différences notables qui apparaissent d’une région espagnole à l’autre au sujet du nombre de grandes surfaces implantées, de la taille des établissements et des résultats observés28.

  • 29 Ignacio Cruz, Alfonso Rebollo y María Jesús Yagüe, «Concentración y Competencia en los Canales de D (...)
  • 30 Nommé en espagnol Plan Marco de Modernización del Comercio interior.
  • 31 Nommé en espagnol el Observatorio de la Distribución Comercial.
  • 32 Ley 7/1996, du 15 janvier 1996, de Ordenación del Comercio Minorista, parue au BOE numéro 15,
  • 33 Christian Hounnouvi, « La structure de la grande distribution en Espagne : un reflet d’une singular (...)

17En 1986, l’adhésion de l’Espagne à la Communauté Économique Européenne est un troisième facteur politique et économique qui a modifié profondément le paysage de la distribution en Espagne29. Il a non seulement généré un accroissement considérable du marché sur lequel évoluaient les entreprises de la distribution, mais il a également accéléré l’internationalisation du secteur. Différents plans législatifs furent mis en place afin d’accompagner cette modernisation. Le premier fut le Plan cadre de modernisation du commerce intérieur30 (1995-2004). Il avait pour objectif de fournir des mesures législatives et fiscales ainsi que des aides communautaires favorables à l’essor du commerce. Il contribua au développement de formations et constitua l’Observatoire de la Distribution Commerciale31afin de réaliser des études utiles à ce secteur. Puis il y eut la Loi 7/1996 du commerce de détail32 qui légiféra sur les attributions des Communautés Autonomes vis-à-vis de l’Administration Centrale, la régulation des horaires des magasins et les délais de paiements des fournisseurs. Elle octroya à chacune des 17 Communautés Autonomes une compétence exclusive pour gérer les implantations commerciales sur son territoire. Elle consista à réorganiser les circuits de distribution commerciale en Espagne, réguler la concurrence tout en préservant le commerce traditionnel, format très présent dans le paysage espagnol33.

  • 34 ciheam, Mediterra : Logistique et commerce agro-alimentaires. Un défi pour la Méditerranée, Presses (...)

18Cette compétence des Communautés Autonomes a cependant été quelque peu réduite lors de l’approbation de la Loi 17/2009 portant sur le libre accès aux activités de services et à leur exercice. Elle a eu vocation à simplifier les formalités d’accès à l’activité commerciale en intégrant partiellement, au Droit espagnol, la Directive 2006/123/CE du Parlement européen et du Conseil34. Ce phénomène s’est poursuivi avec la Loi 12/2012 qui a supprimé le besoin de licence pour toute ouverture d’un magasin ayant une superficie de vente inférieure à 300 m2. La volonté était de simplifier les formalités administratives, sources de freins pour l’essor du petit commerce.

  • 35 Alimarket : organisme espagnol qui produit des études techniques à partir d’une veille de l’informa (...)

19Marcos Fernández précise dans un article de 2006, que ces dispositions règlementaires ont pu rendre difficile l’expansion au niveau national d’enseignes commerciales confrontées à des formalités administratives multiples et denses. Ces difficultés ont pu être des obstacles notamment pour les enseignes commerciales étrangères tant elles supposaient de rompre avec les organisations administratives et règlementaires de leur propre pays. Dans ce contexte règlementaire contraignant, selon l’Annuaire de la distribution d’Alimarket35, Mercadona apparaît comme le leader en matière de superficie commerciale en Andalousie, en Castille-La Mancha, en Catalogne, au sein de la Communauté Autonome de Madrid, de celle de Valencia et dans la région de Murcie. La régulation que nous venons de décrire a pu servir le jeu de l’enseigne Mercadona par rapport notamment aux distributeurs étrangers présents sur le marché espagnol.

L’influence des pratiques des consommateurs espagnols

Illustration n°5 - Classement des principales enseignes commerciales en Espagne selon leur format en 2015

MERCADONA GROUPE

CARREFOUR

GROUPE

EROSKI

GROUPE

AUCHAN

GROUPE DÍA GROUPE CORTE INGLÉS
Hypermarchés

Carrefour

Carrefour Planet

Eroski Alcampo

Hiper Simply

Hipercor
Supermarchés Mercadona Carrefour Express

Carrefour City

Eroski Center

Eroskicity

Eroski Merca

Aliprox

Simply Market
Hard discount Día maxi
Magasins de proximité Caprabo Simply city Día market

Día fresh

Supercor

Supercor Express

Boutiques d’appoint Carrefour market Opencor

Source : María Carmen García Barranco & Juan Carlos Pérez Mesa, Influencia de la distribución europea en la gestión logística del exportador: El caso de España, Alemania, Francia y Países del Este, Editorial Universidad de Almería, 2015, p. 75.

20Comme nous l’avons démontré précédemment, le supermarché occupe une place prépondérante dans le paysage commercial pour le consommateur espagnol. Mercadona est l’enseigne la plus implantée dans 6 des Communautés Autonomes les plus développées économiquement. Día est principalement établie en Aragon, en Castille y Leon et en Estrémadure. Eroski domine au Pays Basque, en Navarre et aux Baléares. Auchan est la plus présente en Rioja. À cela, il convient d’ajouter 4 distributeurs régionaux qui font de l’Espagne cet oiseau rare du commerce de détail en Europe : Alimerka (en Asturies), Gadisa (en Galice), Semark (en Cantabrie) et Dinosol (aux Canaries). Ces supermarchés nationaux et régionaux sont parvenus à proposer des tarifs aussi compétitifs que les hypermarchés tout en restant plus accessibles dans les centres villes.

  • 36 Alfonso Rebollo, «Cincuenta años de comercio y consumo en España. Cómo hemos cambiado», in Distribu (...)
  • 37 Marta Martínez Matute & Alberto Urtasun, «La recuperación del consumo privado en España por tipo de (...)

21Depuis la fin de la crise, les enseignes doivent faire face à un consommateur mieux informé sur les prix pratiqués grâce à des applications qui lui permettent instantanément de procéder à des comparaisons. Ce phénomène accentue la rivalité sur les prix entre les établissements et contribue à réduire leurs marges36. Selon la dernière enquête de 2018 produite par l’Agence espagnole de la consommation, de la sécurité et de la nutrition sur les habitudes de consommation, le consommateur espagnol combine désormais ses achats en privilégiant des magasins de proximité pour les produits frais et le commerce électronique pour l’achat de ses produits lourds et « basiques ». Il attache également davantage d’importance à la qualité gustative et nutritive des produits et s’informe alors plus systématiquement sur la traçabilité de sa nourriture. Les thèmes du naturel, du végétal et de la santé préventive figurent aux premiers rangs de ses préoccupations37.

  • 38 https://www.kantarworldpanel.com/es/Noticias/el-gran-consumo-crece-un-1porciento-en-los-8-primeros- (...)
  • 39 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/09/26/5bab7262e2704ef12f8b457e.html.

22Dans ce contexte, Mercadona se réinvente face aux changements socioculturels qui s’opèrent dans les motivations individuelles des consommateurs espagnols. Elle a modifié sa stratégie en s’implantant dans le centre des grandes villes attirant ainsi les consommateurs citadins qui s’approvisionnaient avant dans les petits commerces traditionnels de proximité. En effet, cette enseigne présente sur tout le territoire a amélioré son offre de produits frais captant ainsi une nouvelle clientèle. En septembre 2018, les résultats de l’étude de Kantar Worldpanel illustre ces efforts d’adaptation en indiquant que le groupe valencien détient 25% des parts de marché38, ce qui suppose que 3 euros sur 10 sont dépensés au sein de ses établissements39.

Explications alternatives de la suprématie de Mercadona

Une orientation forte vers l’innovation technologique et marketing

23Revenons plus en détail sur cette expansion. Dans l’Espagne de la Transition, l’histoire de Mercadona débute en 1977 par des épiceries à Valence. En 1981, le président actuel, Juan Roig, achète Mercadona à son père. Ce sont, à l’époque, huit magasins avec une surface de vente de 300 m2. Dès l’origine du groupe, Juan Roig est conscient des enjeux de l’innovation. En 1982, l’enseigne est une pionnière en équipant ses points de vente de scanners afin de lire les codes à barres des produits. Dès 1988, elle investit dans sa première plateforme logistique entièrement automatisée à Ribarroja (Valencia). Deux ans plus tard, les échanges EDI débutent alors avec les fournisseurs de la société, misant ainsi très tôt sur les bénéfices procurés par ces technologies en termes de traçabilité des produits, de gains de temps obtenus réduisant alors ses coûts de traitement logistique.

  • 40 Siempre Precios Bajos. Devise devenue célèbre pour de nombreux consommateurs espagnols.

24En 1989, Mercadona s’implante à Madrid et poursuivra sa croissance organique avec des dates marquantes pour l’évolution du groupe. En 1993, le groupe déploie une nouvelle stratégie commerciale nommée SPB40, des prix toujours bas sans offres promotionnelles. Il évolue rapidement vers une gestion de la qualité totale centrée sur la satisfaction, à parts égales, des cinq parties prenantes composant la chaîne agroalimentaire durable de Mercadona.

Illustration n°6 - Modèle de gestion de Mercadona fondé sur la qualité totale

Illustration n°6 - Modèle de gestion de Mercadona fondé sur la qualité totale
  • 41 https://info.mercadona.es/es/conocenos/modelo.

Source : 2019, Page web de Mercadona41

  • 42 https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-1977-2016-diez-fechas-claves-para-entender-mode (...)
  • 43 « Chariot chariot ».
  • 44 au jefe en espagnol, mot utilisé par l’enseigne Mercadona pour désigner chacun de ses clients.

25En parallèle, il œuvre pour que ses salariés aient tous un contrat à durée indéterminée, processus devenu systématique depuis 199942. La crise de 2008 oblige Mercadona à revoir sa stratégie économique. En 2009, l’enseigne fait alors évoluer son modèle de gestion en optant pour la politique Carro carro43. Elle fait dorénavant la promesse de proposer au consommateur appelé « le chef »44 le panier offrant la meilleure relation qualité/prix sur le marché espagnol. Cela suppose la suppression de nombreuses références dans ses linéaires. Mercadona souhaite afficher des prix de vente similaires à ceux des grossistes. Il se fournit directement chez les industriels avec lesquels il tisse un partenariat fort. Il chasse les frais généraux tout en proposant un choix réduit de produits de large consommation à rotation élevée et vend avec une marge faible.

  • 45 https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/9596911/12/18/Mercadona-prepara-en-Getafe-un (...)

26Dans sa course à l’innovation, en 2017, le groupe s’oriente vers la vente en ligne. Dès 2018, il revoit le modèle économique de cette activité peu rentable en créant une nouvelle plateforme logistique à Vara de Quart, dans la région de Valence, où travaillent 240 personnes. Il développe un nouveau site web plus en adéquation avec les aspirations des consommateurs ainsi qu’une nouvelle application pour les téléphones portables. Cette plateforme logistique sert d’expérimentation à l’échelle de la Communauté Autonome de Valencia. Suite aux résultats concluants de cette nouvelle expérience, l’enseigne envisage de construire un entrepôt de 14 500 m2 à Getafe, à 13 km du centre de Madrid, opérationnel en 2020, dédié à la logistique nécessaire pour la vente en ligne de ses produits au sein de la Communauté Autonome de Madrid45.

La stratégie de Mercadona dans sa relation fournisseur/ distributeur

  • 46 L’étude de cas vise à décrire, décoder et expliquer de façon détaillée et analytique toutes les spé (...)
  • 47 Fleury Michon est l’un des leaders français dans le secteur des plats préparés.
  • 48 Entretiens menés le 27 novembre 2018 et le 31 janvier 2019.

27Pour comprendre la supériorité de l’enseigne Mercadona, aux lignes d’influence étudiées en amont, il convient d’ajouter l’étude de la relation commerciale tissée entre l’enseigne et ses fournisseurs. Pour bien identifier la nature de cette relation, nous nous sommes appuyée sur la méthode de l’étude de cas, approche pertinente empruntée aux Sciences de Gestion46. Le Directeur logistique et industriel du groupe Fleury Michon47 nous a mise en relation avec un fournisseur espagnol de Mercadona, un industriel de l’agroalimentaire qui a une capacité de production de 18 000 tonnes de produits par an. Ce fournisseur approvisionne l’ensemble des supermarchés du distributeur depuis une dizaine d’années. Son effectif s’élève à 650 salariés. Suite aux entretiens semi-directifs48 que nous avons menés avec la Directrice des opérations de ce fournisseur espagnol, nous avons pu comprendre les spécificités de la relation que Mercadona noue avec chacun de ses fournisseurs. Le déploiement systématique de ce processus est à l’origine du succès du distributeur qui réduit ainsi ses coûts de fonctionnement, d’achats et de stocks parvenant à accroître non seulement sa productivité mais également celle de ses fournisseurs.

  • 49 Nommés en espagnol interproveedores.

28Le distributeur a imaginé et adopté un terme pour décrire ses « partenaires ». Il les nomme les « fournisseurs intégrés49 ». La première spécificité de cette relation distributeur-fournisseur intégré réside dans le fait que le fournisseur élabore et distribue l’ensemble de ses produits de façon exclusive pour l’enseigne Mercadona. De plus, il est le fournisseur exclusif du distributeur pour ce produit. Cela suppose quatre engagements majeurs de l’industriel au service de l’enseigne Mercadona : la mise en place d’une politique d’amélioration continue de ses process ; garantir la sécurité alimentaire ; offrir une qualité irréprochable des matières premières et des produits finis, et enfin, développer de nouveaux produits.

  • 50 nommé en espagnol bloque logístico.

29Deuxièmement, Mercadona agit comme s’il était le gérant de cet industriel en pilotant toute la chaîne logistique sans pour autant investir dans l’outil de production de ce fournisseur. Il met en place une gestion partagée des approvisionnements avec ses fournisseurs exclusifs, à partir de ses points de vente. Il détecte les besoins de ses clients grâce aux ventes constatées en caisse dans ses magasins puis il synchronise la production des industriels en fonction de la demande exprimée, réduisant ainsi la couverture des stocks présents dans ses entrepôts50.

30Troisièmement, grâce à sa maîtrise des prévisions, Mercadona optimise alors ses flux de transport entre les usines de production et ses plateformes logistiques puis entre ces dernières et ses magasins. En effet, comme le souligne la Directrice des opérations, Mercadona est naturellement en mesure de consolider ses volumes à expédier et peut alors privilégier l’envoi de camions complets.

31Cette relation commerciale permet des économies de charges fixes et variables. La Directrice des opérations précise que

Le fournisseur intégré ne supporte pas de frais de marketing ou commerciaux. Il est dans l’intérêt du distributeur de pouvoir vendre ses produits avec une qualité optimale au prix le plus bas. Mercadona œuvre alors pour que son fournisseur puisse produire au coût le plus juste. 

  • 51 Constat que nous avons réalisé en comparant le prix de vente du produit dans un magasin français et (...)

32Elle ajoute que « Mercadona va positionner dans le linéaire uniquement les références recherchées par le client et ainsi maximiser ses ventes. » Cela implique que le fournisseur produise des lots très grands réduisant ainsi ses coûts de production. Cette organisation logistique permet à Mercadona de vendre le produit du fournisseur environ deux euros lorsqu’il est vendu pratiquement 4 euros en France51. Jusqu’en en 2016, Mercadona demandait donc à ses fournisseurs d’élaborer des recettes « de base » et exigeait peu de rotations des recettes proposées par ses fournisseurs.

  • 52 DLC : Date limite de conservention.

33Depuis 2016, face à la concurrence de Carrefour, de Lidl et d’Eroski, la Directrice des opérations ajoute que « Mercadona fait évoluer sa stratégie et demande à ses fournisseurs d’innover davantage en proposant plus de variété afin de répondre aux nouvelles exigences des consommateurs espagnols. » Mercadona se tourne vers de nouveaux industriels, y compris à l’étranger, de façon à proposer de nouvelles saveurs à ses clients tout en se différenciant de ses concurrents. Le fournisseur de notre cas d’étude reste cependant un acteur incontournable pour Mercadona car toute collaboration avec ce distributeur suppose d’avoir des capacités suffisantes de production pour approvisionner les 1629 points de vente de l’enseigne commerciale. De plus, les industriels qui proposent des produits à DLC52 courtes peuvent difficilement envisager d’avoir des usines de production trop éloignées des plateformes logistiques de Mercadona. Dans ce contexte, ce fournisseur conserve donc une place de choix face à d’éventuels concurrents étrangers. Afin de rester un fournisseur intégré attractif, il s’adapte alors face aux nouvelles exigences de Mercadona en augmentant ses effectifs et en allongeant les amplitudes de travail des équipes en poste. Auparavant, le temps de production s’échelonnait du lundi au vendredi. Désormais, 3 équipes sont impliquées du lundi au dimanche. De plus, le service R&D a été renforcé afin de répondre aux demandes d’innovation de l’enseigne.

34Une dernière particularité majeure réside dans la capacité de Mercadona à mailler les fournisseurs entre eux pour flexibiliser la chaîne d’approvisionnement de ses magasins et réduire ses coûts de gestion. Cette méthode lui permet également d’avoir une bonne traçabilité des matières premières utilisées jusqu’aux produits finis présents sur ses linéaires.

Une politique d’intégration extrêmement forte des fournisseurs : un concept spécifique à Mercadona et à l’Espagne ?

  • 53 PPC : Ce point correspond à la date à laquelle la date de livraison est connue dans une chaîne logi (...)

35Comparons les pratiques de Mercadona et de distributeurs français. Mercadona, au même titre que les distributeurs français, gère ses plateformes logistiques où sont éclatées les marchandises avant d’être repréparées puis expédiées vers les points de vente. Le responsable logistique de la plateforme affrète des camions pour assurer l’enlèvement des marchandises chez les fournisseurs et la livraison sur les points de vente. Une différence notable est liée à la nature de la relation entre le fournisseur et le distributeur. La Directrice des opérations possède une vision des commandes effectuées par l’ensemble des plateformes logistiques de Mercadona, trois jours avant leur échéance. Le Directeur industriel et logistique de Fleury Michon précise qu’en France, l’industriel reçoit ses commandes le jour où elles doivent être expédiées. Il est donc contraint de travailler en s’appuyant sur des stocks avec un système performant de prévisions. L’industriel français pilote ses stocks afin d’éviter la rupture de livraison et satisfaire constamment ses distributeurs. Le fournisseur espagnol, avec une connaissance du point de pénétration de commande (PPC)53 3 jours avant la livraison des commandes, travaille avec un système de prévisions plus sommaire.

36Pour autant, cette souplesse apparente dans l’organisation espagnole subit une contrainte propre à des normes et des usages sanitaires qu’impose Mercadona et qui n’ont pas cours en France. Tous les produits finis sont pasteurisés. Ce processus élimine des micro-organismes par traitement thermique en autoclaves. Les produits subissent ensuite une analyse microbiologique. Un prélèvement est effectué puis mis en culture. Le produit fait aussi l’objet d’une dégustation afin de pouvoir contrôler ses qualités gustatives. À l’issue de 48 heures, si le test microbiologique et la dégustation sont favorables, les produits sont libérés par le service qualité et peuvent être expédiés vers les plateformes logistiques de Mercadona. Ces pratiques sanitaires, dans un système de production à la commande, supposent donc des stratégies d’approvisionnement qui reposent sur des approches collaboratives très étroites entre le distributeur et son fournisseur pour garantir une gestion efficace des flux physiques qui ne soit pas source de stocks inutiles.

37Cette relation entre les fournisseurs intégrés et Mercadona n’est pas subie. La Directrice des opérations précise qu’elle « fonctionne à livre ouvert avec le groupe Mercadona ». Elle compare leur relation à une co-construction entre son groupe et le distributeur. Il est dans l’intérêt des deux parties que la chaîne logistique soit optimisée. Cette confiance se traduit dans leurs pratiques au quotidien. En effet, elle bénéficie d’une très bonne vision des stocks et des mouvements de marchandises au sein des plateformes logistiques de Mercadona. Via le site internet de Mercadona, elle reçoit les sorties de caisses quotidiennement. Elle connaît ainsi les références et les quantités qu’elle a vendues sur tout le territoire. Ces historiques lui permettent d’anticiper et de gérer ses lignes de production avec plus de flexibilité et de productivité. Les deux partenaires ont un intérêt mutuel dans cette organisation. Mercadona privilégie la transparence avec ses fournisseurs intégrés. Il connaît parfaitement les gains et les coûts de production. « Il ne peut donc pas imposer des seuils qui ne seraient pas tenables pour ses fournisseurs spécialisés » commente la Directrice des opérations.

En conclusion

38L’évolution de la grande distribution s’est avérée plus lente en Espagne. En effet, la première implantation d’un hypermarché sur le sol ibérique s’est produite en 1973 lors de l’ouverture de Carrefour Prat à Barcelone et d’Alcampo Utebo (Auchan) à Saragosse soit 10 ans après le premier hypermarché en France. Jusque dans les années 2000, les principales enseignes commerciales sont étrangères et opèrent essentiellement des hypermarchés. L’année 2010 marque alors une rupture. Les enseignes espagnoles détiennent désormais plus de parts de marché que les enseignes étrangères présentes en Espagne. La grande distribution espagnole se distingue également avec un phénomène moindre de concentration qu’en Angleterre, en France et en Allemagne ; mais ce secteur est beaucoup plus atomisé avec une part dominante pour les supermarchés entre 1000 et 2500 m2. Depuis 2010, le distributeur Mercadona est devenu un acteur majeur de ce secteur avec ses supermarchés implantés sur tout le territoire. La régulation du commerce de détail semble non seulement avoir permis cet essor mais également celui de distributeurs régionaux dessinant ainsi un paysage commercial spécifique à l’Espagne. En 2018, cependant, les 24,5% de parts de marché détenues par l’enseigne Mercadona, devançant largement le second groupe, Carrefour, qui n’en possède que 8,6% ne sont pas sans laisser penser aux conséquences d’une position dominante pour le consommateur espagnol.

  • 54 María Carmen García Barranco & Juan Carlos Pérez Mesa, Influencia de la distribución europea en la (...)

39Le paysage de la grande distribution espagnole se caractérise également par l’existence entre distributeurs espagnols et fournisseurs régionaux et locaux de relations d’approvisionnement de produits qui s’inscrivent dans le moyen et le long terme54. La stratégie de Mercadona dans sa relation fournisseur/distributeur s’inscrit pleinement dans cette logique, ce qui lui a permis d’optimiser ses process de distribution. En pilotant la chaîne logistique de ses fournisseurs, l’enseigne réalise des économies en évitant notamment de gérer des stocks trop importants et peut proposer des produits à des prix très compétitifs. Ces pratiques générant un bon rapport qualité/prix reposent cependant sur l’offre de gammes de produits peu étendues avec des produits relativement standardisés. Mercadona, toujours très animée par la poursuite de sa croissance, souhaite, depuis 2019, pouvoir répondre davantage à la versatilité des goûts de ses consommateurs. À l’heure où nous achevons la rédaction de cet article, nous apprenons que Mercadona consulte, depuis le mois de janvier 2019, ses fournisseurs intégrés afin de les informer qu’il va dorénavant mettre en concurrence plusieurs industriels sur un même segment. Il pourra s’avérer intéressant d’étudier les conséquences de cette nouvelle stratégie disruptive dans les mois à venir. Est-ce que tendre la relation fournisseur-distributeur sera in fine perçu comme un bienfait par le consommateur espagnol ? Le contexte actuel invite plutôt à la prudence à ce propos.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Baron-Yellés, Nacima, L’Espagne aujourd’hui. De la prospérité à la crise, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2013.
ciheam, Mediterra : Logistique et commerce agro-alimentaires. Un défi pour la Méditerranée, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2014.
Ducrocq, Cédric, La Nouvelle Distribution, Paris, Dunod, 2002.
García Barranco María Carmen & Pérez Mesa, Juan Carlos, Influencia de la distribución europea en la gestión logística del exportador: El caso de España, Alemania, Francia y Países del Este, Editorial Universidad de Almería, 2015.
Haldy Rispal, Martine, La méthode des cas. Application à la recherche en gestion, Bruxelles, De Boeck, 2002.
Tango, Cristina, L’Espagne : Franquisme, transition démocratique et intégration européenne 1939-2002, Genève, Euryopa, 2006.
Yagüe Guillén, María Jesús, Nuevos Enfoques del Marketing y la creación de valor, Mediterráneo Económico, Colección de Estudios Socioeconómicos. Almería, Cajamar, 2007.

Thèses et rapports

Cuesta Valiño, Pedro, Estrategias de crecimiento de las empresas de distribución comercial, Thèse de doctorat à la faculté des sciences économiques et commerciales, Universidad autónoma de Madrid,, 2006, 410 p.
Fauchard, Gaëlle, Le secteur du transport et de la logistique en Espagne, Thèse de doctorat : Etudes hispaniques, Université de Nantes, 2016, 461 p.
Salcedo Luis, Análisis del sector de la distribución: evaluación de la competitividad y situación actual, Escuela técnica superior de ingeniería Universidad pontificia Comillas de Madrid, 2012.

Articles

Bengoechea Gómez, Gonzalo, Campos, Rolf, Díaz Giménez, Javier & Toribio, Juan José, «La cadena agroalimentaria en España», iese, ST-266, 2012.
Casares, Javier & Martín, Víctor, «Convergencia de formatos comerciales», in Distribución y Consumo, no 136, vol. 1, 2015, p. 6-16.
Casares, Javier & Rebollo, Alfonso, «Distribución comercial», 3ª edición. Ed. Civitas, Navarra, Thomson-Cívitas, 2005, p. 1-18.
Chatriot, Alain & Chessel, Marie-Emmanuelle, « L’histoire de la distribution : un chantier inachevé », in Histoire, économie & société, vol. 25e année, no 1, 2006, p. 67-82.
Cruz Roche, Ignacio, «Concentración del comercio minorista en Europa: evolución 2007-2016», in Distribución y Consumo, no 27, n°147, 2017, p. 12-20.
Cruz Roche, Ignacio, «Comercio de alimentación: veinte años de evolución y perspectivas de futuro», in Distribución y Consumo, no 24, 2014, vol.5, p. 5-18.
Cruz, Ignacio, , Alfonso & Yagüe, María Jesús, «Concentración y Competencia en los Canales de Distribución de Productos Alimenticios», in Papeles de Economía Española, nº 96, 2003, p. 112-133.
Daumas, Jean-Claude, « Consommation de masse et grande distribution. Une révolution permanente (1957-2005) », in Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. no 91, no 3, 2006, p. 57-76.
Dawson, John & Burt, Steve, «Evolución del comercio minorista en Europa», in Distribución y Consumo, no 43. diciembre-enero 1999, p. 25-45.
Dwyer, Robert & Welsh, Ann, “Environmental Relationships of the internal Political Economy of Marketing Channels”, in Journal of Marketing Research, vol. xxii, Novembre 1985, p. 397-414.
Espitia Escuer, Manuel Antonio & López Campo, Alfredo, « Supply Chain Management: Performance empresarial y efectos regionales », in M@n@gement, vol. 8, no 1, 2005, p. 1-24.
Fernández, Ángel, Martínez, Emilia & Rebollo, Alfonso, «1977-2006 : 30 años de evolución del sistema de distribución comercial en España. Una transición desde el intervencionismo estatal a la administración de los canales en red por las grandes empresas de distribución», in Distribución y Consumo, no18, 2008, p. 175-207.
Fauchard, Gaëlle, « L’influence de spécificités locales dans la réussite d’un processus d’internationalisation en Espagne », in RIELMA, numéro spécial 2018, p. 212- 223.
Giard, Vincent & Mendy, Gisèle, « De l'approvisionnement synchrone à la production synchrone dans la chaîne logistique », in Revue française de gestion, no 171(2), 2007, p.65-88. 
Gil, Irene, et al., « Distribution commerciale de l'Espagne », in Market Management, vol. 2, no. 1, 2002, p. 27-38.
Hounnouvi, Christian, « La structure de la grande distribution en Espagne : un reflet d’une singularité culturelle ? », in RIELMA, numéro spécial 2018, p. 224-239.
ine, España en cifras 2017.
Martínez Matute, Marta & Urtasun, Alberto, «La recuperación del consumo privado en España por tipo de producto y hogar», in Banco de España, Boletín económico 2/2017.
Puente, Sergio, «Convergencia regional en España: 1980-2015», in Banco de España, Boletín económico 3/2017.
Rebollo, Alfonso, «Cincuenta años de comercio y consumo en España. Cómo hemos cambiado», in Distribución y Consumo, vol 3, agosto-septiembre 2016, p. 56-64.
Rebollo, Alfonso, «Concentración en el sector de distribución comercial en España», in Distribución y Consumo, nº 47, agosto-septiembre 1999, p. 29-43.
Reisch, Lucia, « Nature et culture de la consommation dans les sociétés de consommation », in L'Économie politique, 39(3), 2008, p. 42-49.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Daumas « Consommation de masse et grande distribution. Une révolution permanente (1957-2005) », in Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. no 91, no 3, 2006.

2 Ángel Fernández, Emilia Martínez & Alfonso Rebollo, «1977-2006 : 30 años de evolución del sistema de distribución comercial en España. Una transición desde el intervencionismo estatal a la administración de los canales en red por las grandes empresas de distribución», in Distribución y Consumo, no18, 2008, p. 179. Tous trois sont enseignants-chercheurs de l’Université Autonome de Madrid, spécialisés dans les thématiques en lien avec le secteur de la grande distribution en Espagne.

3 Nommées les communautés autonomes en Espagne.

4 Luis Salcedo, Análisis del sector de la distribución: evaluación de la competitividad y situación actual, Escuela técnica superior de ingeniería Universidad pontificia Comillas de Madrid, 2012, p. 7.

5 Cristina Tango, L’Espagne : Franquisme, transition démocratique et intégration européenne 1939-2002, Genève, Euryopa, 2006, p. 42.

6 Cédric Ducrocq, La Nouvelle Distribution, Paris, Dunod, 2002.

7 Chaîne de supermarchés d’origine allemande.

8 Enseigne de supermarché espagnole créée en 1979.

9 Ignacio Cruz Roche, «Comercio de alimentación: veinte años de evolución y perspectivas de futuro», in Distribución y Consumo, no 24, 2014, vol.5, p. 12.

10 Source des 110 hypermarchés en Espagne en 1990, Pedro Cuesta Valiño, Estrategias de crecimiento de las empresas de distribución comercial, Thèse de doctorat à la faculté des sciences économiques et commerciales, Universidad autónoma de Madrid, 2006, p. 382.

11 Cédric Ducrocq, La Nouvelle Distribution, op. cit., p. 31.

12 Irene Gil, et al., « Distribution commerciale de l'Espagne », in Market Management, vol. 2, no. 1, 2002, p. 36.

13 Groupe fondé par Carrefour en Espagne dont l’acronyme signifie Precio y calidad (Prix et qualité).

14 Continente appartenait au groupe français Carrefour et fut vendu au groupe portugais Sonae en 2007.

15 Groupe Auchan qui a opté pour le nom Alcampo sur le marché espagnol.

16 Ignacio Cruz Roche, «Comercio de alimentación…», art. cit., p. 13.

17 Alfonso Rebollo, «Concentración en el sector de distribución comercial en España», in Distribución y Consumo, nº 47, agosto-septiembre 1999.

18 Irene Gil, et al., « Distribution commerciale de l'Espagne », art. cit., p. 37.

19 Jean-Claude Daumas « Consommation de masse et grande distribution… », art. cit., p. 62.

20 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/03/29/5abb77f0468aeb283e8b4649.html.

21 Gonzalo Bengoechea Gómez, Rolf Campos, Javier Díaz Giménez & Juan José Toribio, «La cadena agroalimentaria en España», IESE, ST-266, 2012, p. 33.

22 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/03/29/5abb77f0468aeb283e8b4649.html.

23 http://www.expansion.com/empresas/distribucion/2018/05/26/5b09830de5fdeabf1b8b4655.html.

24 Ignacio Cruz Roche, «Concentración del comercio minorista en Europa: evolución 2007-2016», in Distribución y Consumo, no 27, n°147, 2017, p. 12-20.

25 https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-mercadona-batira-este-record-historico-ventas-201811011018_noticia.html.

26 Javier Casares & Alfonso Rebollo, «Distribución comercial», 3ª edición. Ed. Civitas, Navarra, Thomson-Cívitas, 2005, p. 1-18.

27 CCAA : Sigle qui signifie les communautés autonomes espagnoles.

28 Ángel Fernández, Emilia Martínez & Alfonso Rebollo, «1977-2006 : 30 años de evolución del sistema de distribución comercial en España…», art. Cit.

29 Ignacio Cruz, Alfonso Rebollo y María Jesús Yagüe, «Concentración y Competencia en los Canales de Distribución de Productos Alimenticios», in Papeles de Economía Española, nº 96, 2003, p. 112.

30 Nommé en espagnol Plan Marco de Modernización del Comercio interior.

31 Nommé en espagnol el Observatorio de la Distribución Comercial.

32 Ley 7/1996, du 15 janvier 1996, de Ordenación del Comercio Minorista, parue au BOE numéro 15,

sous la référence BOE-A-1996-1072, disponible en ligne à l’adresse https://www.boe.es/buscar/pdf/1996/BOE-A-1996-1072-consolidado.pdf, dernière consultation le 24/11/2018.

33 Christian Hounnouvi, « La structure de la grande distribution en Espagne : un reflet d’une singularité culturelle ? », in RIELMA, numéro spécial 2018, p. 232.

34 ciheam, Mediterra : Logistique et commerce agro-alimentaires. Un défi pour la Méditerranée, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2014.

35 Alimarket : organisme espagnol qui produit des études techniques à partir d’une veille de l’information économique sectorielle depuis 1982.

36 Alfonso Rebollo, «Cincuenta años de comercio y consumo en España. Cómo hemos cambiado», in Distribución y Consumo, vol 3, agosto-septiembre 2016, p. 56-64.

37 Marta Martínez Matute & Alberto Urtasun, «La recuperación del consumo privado en España por tipo de producto y hogar», in Banco de España, Boletín económico 2/2017.

38 https://www.kantarworldpanel.com/es/Noticias/el-gran-consumo-crece-un-1porciento-en-los-8-primeros-meses.

39 https://www.elmundo.es/economia/ahorro-y-consumo/2018/09/26/5bab7262e2704ef12f8b457e.html.

40 Siempre Precios Bajos. Devise devenue célèbre pour de nombreux consommateurs espagnols.

41 https://info.mercadona.es/es/conocenos/modelo.

42 https://www.abc.es/espana/comunidad-valenciana/abci-1977-2016-diez-fechas-claves-para-entender-modelo-exito-mercadona-201603021235_noticia.html.

43 « Chariot chariot ».

44 au jefe en espagnol, mot utilisé par l’enseigne Mercadona pour désigner chacun de ses clients.

45 https://www.eleconomista.es/empresas-finanzas/noticias/9596911/12/18/Mercadona-prepara-en-Getafe-un-almacen-para-la-compra-por-internet-en-Madrid.html.

46 L’étude de cas vise à décrire, décoder et expliquer de façon détaillée et analytique toutes les spécificités des données relatives au cas, comme le souligne Martine Hlady, qui a rédigé l’un des premiers ouvrages sur la thématique de l’étude de cas et dont les investigations portent, entre autres, sur les recherches qualitatives en entrepreneuriat.

47 Fleury Michon est l’un des leaders français dans le secteur des plats préparés.

48 Entretiens menés le 27 novembre 2018 et le 31 janvier 2019.

49 Nommés en espagnol interproveedores.

50 nommé en espagnol bloque logístico.

51 Constat que nous avons réalisé en comparant le prix de vente du produit dans un magasin français et un magasin Mercadona en janvier 2019.

52 DLC : Date limite de conservention.

53 PPC : Ce point correspond à la date à laquelle la date de livraison est connue dans une chaîne logistique secondaire (Giard et Mendy, 2007 : 3).

54 María Carmen García Barranco & Juan Carlos Pérez Mesa, Influencia de la distribución europea en la gestión logística del exportador…, op. cit., p. 158.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n°1 – Parts de marché des principaux acteurs de la distribution alimentaire en Espagne de 2001 à 2016 (exprimées en %)
Crédits Source : Kantar worldpanel 2016
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-1.png
Fichier image/png, 94k
Titre Illustration n°3 - Comparatif entre les formats d’établissements en Europe en 2018 (en %). De gauche à droite : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Espagne, Italie.
Crédits Source : Élaboration à partir des données de Nielsen et de J. Aguirre, El Mundo.es7
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-2.png
Fichier image/png, 40k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-3.png
Fichier image/png, 2,6k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-6.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Illustration n°6 - Modèle de gestion de Mercadona fondé sur la qualité totale
Crédits Source : 2019, Page web de Mercadona41
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/8401/img-8.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Fauchard, « Les particularismes de la grande distribution en Espagne : comment l’enseigne Mercadona est-elle devenue leader du marché depuis 2010 jusqu’à nos jours ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 18 janvier 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/8401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.8401

Haut de page

Auteur

Gaëlle Fauchard

Maître de conférences, Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search