Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...24Comptes rendusÉcritures de la révolution et de ...

Comptes rendus

Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne

Julie Fintzel
Référence(s) :

Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler (coord.), Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne, Paris, Rive Neuve, 2019, 535 p.

Texte intégral

« En 2019, quatre-vingts ans après la fin de la guerre d’Espagne et la Retirada, comment les fils et les filles de républicains espagnols exilés entendent-ils transmettre les mémoires intimes d’évènements, pour eux si fondateurs ? »

  • 1 Le cermi, Centre d’Études et de Recherche sur les Migrations Ibériques, est une association régie p (...)
  • 2 Voir précédemment : Geneviève Dreyfus-Armand, Odette Martinez-Maler, L’Espagne, passion française : (...)

1La question ouvre ce numéro double (n°9-10) de la revue du cermi1 Exils et migrations ibériques aux xxe et xxie siècles, et elle constitue la boussole de ce volume intitulé Ecritures de la révolution et de la guerre d’Espagne. Cet ouvrage polyphonique est coordonné par l’hispaniste Odette Martinez-Maler et l’historienne Geneviève Dreyfus-Armand et constitue une nouvelle matérialisation de leur collaboration2.

2La première partie du livre (p. 13-331), la plus volumineuse, s’intitule « Comment voyagent les souvenirs des enfants d’exilés… », et est constituée de dix-huit témoignages inédits de fils et filles d’exilés républicains. Il s’agit ici de donner la parole aux membres de la dite « deuxième génération », qui racontent comment cette expérience historique leur a été transmise et comment ils l’ont reçue et interprétée. La deuxième partie, « Ecritures artistiques » (p. 332-429), se compose de six textes dans lesquels les auteurs, dont les familles n’ont pas forcément connu la guerre et l’exil, expliquent comment les archives privées ou les témoignages deviennent la matière première de leurs films ou de leurs écrits. Une troisième partie, « Matériaux pour l’histoire : deux fonds d’archives » (p. 429-470), présente deux textes d’historiens visant chacun à mettre en lumière des fonds d’archives privées méconnus : celui de Renée Lambert sur la révolution sociale, et celui de l’Unitarian Service Commitee. Figure ensuite un précieux et limpide « éclairage historique » (p. 471-496) de Geneviève Dreyfus-Armand qui permet au lecteur de prendre de la hauteur et de mieux saisir dans quelle généalogie et dans quel contexte s’inscrit la publication de ce volume. L’ouvrage se termine par une « postface » (p. 497-534) divisée en plusieurs volets, parmi lesquels un texte de Rose Duroux (p. 498-514) qui est une synthèse du volume mêlant de façon assez inhabituelle et épatante une rigueur scientifique à une sensibilité toute personnelle. Les orientations bibliographiques et filmographiques données au lecteur et focalisées sur la « transmission d’un héritage historique » (p. 525-530) sont une invitation à poursuivre la réflexion engagée par le livre.

  • 3 De nombreux auteurs présentent des engagements associatifs, parfois politiques ; voir aussi « À pro (...)

3Les témoignages sont tour à tour touchants, drôles, révoltants, étonnants, toujours passionnants. On y trouve notamment le rapport à un pays et à des origines parfois fantasmées ; l’identité multiple – « Toute ma vie, je suis deux », écrit Isabel Yánez (p. 324) ; l’hybridité culturelle et linguistique ; les paroles, mais aussi et surtout les silences au sujet de la guerre et de l’exil, le rapport à la langue espagnole, cette « langue des demi-mots » selon Jacquie Chavance (p. 334) qui se remémore les allusions au conflit entendues quand elle était enfant ; les non-dits qui parfois font sens plusieurs années plus tard ; une grande variété de sentiments : de la joie, de la tristesse, de la mélancolie, de la révolte, de la gêne voire de la honte parfois dans les souvenirs d’enfance, la conscience plus ou moins diffuse, parfois douloureuse, d’une différence, mais aussi, au fur et à mesure des années, une certaine fierté, parfois un certain militantisme par rapport à cet héritage3. Indéniablement, tous les « fils et filles de » qui s’expriment ici portent en eux les traces de ce passé, tout comme ceux et celles qui en ont fait la matière de leurs créations artistiques.

4La diversité des situations relatées dans la première partie de l’ouvrage est manifeste : certains relateurs sont nés en France, d’autres en Espagne ; certains sont nés en Espagne dans les années trente, d’autres en France vingt ans plus tard ; certains de père et mère espagnols, d’autres de couples franco-espagnols ; fils et filles de militants anarchistes, socialistes, communistes, renvoyant aux divisions existant avant et pendant la guerre, bien que les coordinatrices de l’ouvrage regrettent (p. 9) de ne pas avoir pu y faire figurer des témoignages reflétant d’autres sensibilités –comme celles provenant de mouvements des minorités régionales ou de Izquierda republicana.

5L’un des intérêts du volume réside dans cette mise en évidence de la pluralité des trajectoires et des situations, qui est un rappel implicite de l’impossibilité de considérer les « républicains » ou la « deuxième génération » comme un bloc monolithique et homogène, du point de vue social, politique, idéologique, etc. La pluralité de ces récits croisés n’empêche cependant pas d’y trouver un certain nombre de similitudes, au premier rang desquelles le fait que l’exil ou des événements qui n’ont pas été directement vécus soient devenus des éléments constitutifs de l’identité de ces « témoins de témoins » : « Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu en moi le sentiment d’appartenir à l’exil de mes parents », affirme d’emblée Serge Barba dans son récit (p. 14). De même, la photographe et réalisatrice Linda Ferrer Roca, dont les films octroient une place fondamentale aux questions d’histoire et de mémoire, déclare : « Cette histoire d’exil espagnol, qui, en fait, s’est écrite en creux, a été l’un de mes fondements » (p. 351). Patrick Fornos proclame à son tour : « Écrire est une option, on peut choisir la littérature ou pas, mais une fois qu’on l’a élue on perd toute liberté, nos sujets nous arrivent comme des fatalités » (p. 370).

  • 4 Marianne Hirsch, « Postmémoire », Revue Témoigner. Entre histoire et mémoire, n°118, 2014, p. 205-2 (...)

6Les auteurs de ces textes sont porteurs d’événements qu’ils n’ont pas directement vécus, mettant en évidence le concept de « post-mémoire » forgé par Marianne Hirsch et rappelé par Rose Duroux dans la postface : « cette génération d’après ne se “souvient” que par le biais d’histoires, d’images et de comportements parmi lesquels elle a grandi. Mais ces expériences lui ont été transmises de façon si profonde et affective qu’elles semblent constituer sa propre mémoire4 ».

7Il est frappant de constater les va-et-vient constants, dans les textes, entre le « je » et le « nous », l’emploi des deux pronoms renvoyant à des expériences où l’individuel et le collectif sont inextricables et où la construction identitaire des individus porte irrémédiablement cette marque du collectif, qu’ils en aient eu conscience tout de suite ou pas. A ce propos, Alain Miranda note que « [sa] mémoire de l’Espagne est sûrement une mémoire reconstruite aujourd’hui avec l’âge, le temps de l’expérience et de la réflexion » (p. 177), rappelant au lecteur que les textes qui lui sont proposés sont des récits actuels, et sous-entendant qu’ils sont le résultat de processus non-linéaires et parfois chaotiques. Aussi, Odette Martinez-Maler, qui livre son expérience dans l’un des témoignages de la première partie, signale qu’elle a d’abord hérité d’un « trou de mémoire » et évoque une « impasse de transmission », un « long détour » de plus de vingt ans avant qu’elle n’opère un « choix de mémoire vive » et décide de lutter contre l’effacement de la lutte menée par son père, amnistié par la loi de 1977 mais toujours considéré comme « terroriste » en l’absence d’annulation des sentences des tribunaux franquistes. Là où Odette Martinez-Maler évoque une mémoire matriochka (p. 145) faite de tours et de détours, de diverses temporalités, Paloma León se figure une mémoire « chewing-gum » : « La mémoire c’est comme un chewing-gum, ça se mâche, ça colle, on le cale sous une dent et on l’oublie. Et puis on le reprend pour recommencer à… Et ceci dès la plus tendre enfance, peut-être bien avant, dans le ventre de la mère, quelque chose qui vient de loin, qui se transmet, souvent en silence, d’une génération à l’autre » (p. 402).

8Au-delà de l’intérêt suscité à la lecture de ces expériences individuelles, tous ces textes mettent en évidence que la mémoire est évolutive, toujours en construction, jamais figée ou close sur elle-même. Ils montrent également la difficulté de parler de mémoire au singulier et renvoient implicitement à la nécessaire prise en compte de mémoires plurielles et des tensions qui peuvent y être associées : mémoires individuelles, mémoires familiales, mémoires collectives, mais aussi mémoires dominantes –on pense par exemple à l’instrumentalisation du passé réalisée par la propagande franquiste à des fins politiques – et mémoires dominées etc.

9Soulignons aussi la place importante accordée aux images et aux archives dans ce volume, conformément aux ambitions affichées du cermi : reproduction de photos et de documents personnels illustrant les différents récits, photogrammes tirés de productions ayant utilisé les archives comme matériaux artistiques –par exemple, Photographies d’un camp, Le Vernet d’Ariège, de Linda Ferrer Roca (Production Les films d’ici, 1998)–, insertion à la fin de l’ouvrage de deux textes d’historiens invitant à (re)découvrir certains fonds d’archives… La polyphonie assumée et revendiquée de l’ouvrage vient aussi de cette complémentarité.

  • 5 Pierre Broué, Emile Témime, La Révolution et la guerre d’Espagne, Paris, Ed. de Minuit, 1961.

10Par conséquent, ce numéro de la revue du cermi constitue une lecture nécessaire pour tout lecteur intéressé par ce pan de l’histoire –espagnole et française– et par les mémoires de ces événements, ainsi que, de façon plus générale, par les problématiques liées à la transmission. Par ailleurs, en lisant Ecritures de la révolution et de la guerre d’Espagne, nous nous sommes souvenus des premières lignes de l’ouvrage publié près de soixante ans plus tôt par Pierre Broué et Emile Témime, La révolution et la guerre d’Espagne5, et que nous reproduisons ici :

Nous avions dix ans en 1936. Pour nous, la guerre d'Espagne a d'abord été un choc, le spectacle de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants hâves, souvent déguenillés, affamés : les réfugiés espagnols. A travers les propos des adultes nous parvenaient des mots alarmants, chargés d'angoisse : Hitler, les bombardements, la Cinquième colonne, la guerre... Aussi la guerre en elle-même n'a-t-elle pas été pour nous une surprise : nous avions, sinon compris, du moins senti que, simplement, ces foules espagnoles l'avaient vécue avant nous. Plus tard, des camarades espagnols pour qui le combat n'avait jamais cessé nous ont dit la fin de leur espoir ; Franco survivait à l'effondrement des dictatures.

C'est le hasard des mutations universitaires qui nous a fait nous rencontrer au Lycée Condorcet, tous deux attirés depuis des années par la guerre d'Espagne, où l'un de nous voyait la préface oubliée, déformée de la deuxième guerre mondiale, et l'autre une révolution ouvrière et paysanne défigurée, trahie, étranglée. Nous n'étions d'accord que sur la nécessité de travailler et c'est précisément pour cette raison que nous avons entrepris, pendant qu'il était temps encore, d'entendre des survivants, témoins ou acteurs, d'écrire une histoire de la Révolution et de la guerre d'Espagne de 1936 à 1939. Nous avons voulu, contre l'ignorance, l'oubli, la falsification, redonner à cette lutte le visage le plus véridique possible, la dégager de la légende qui l'a précocement ensevelie. Nous avons aujourd'hui conscience que cet objectif, atteint, n'est qu'un premier pas vers la rédaction d'une Histoire plus complète qui nécessiterait des milliers et des milliers de témoignages et surtout de documents d'archives […].

  • 6 Voir le texte d’Éva Léger, co-réalisatrice avec Julien Varigault du documentaire sonore D’Alicante (...)

11Près de soixante ans après la publication de ces lignes, de nombreux « pas vers la rédaction d’une Histoire plus complète » ont été réalisés, et ce numéro double du cermi contribue à tisser des liens entre histoire et mémoires. Dans la mesure où la question de la transmission d’une génération à une autre y est centrale, on se demande si le « chantier ouvert » dont parlent les coordinatrices (p. 9) ne pourrait pas aussi se poursuivre en s’intéressant davantage à la « troisième génération », comme le font, dans le recueil, Jacques Tosquellas (p. 276), ou Jacquie Chavance, dont le fils, « espagnol que pour un quart », demanda, contrairement à sa mère, la nationalité espagnole, comme une reconnaissance du lien fort l’unissant à sa grand-mère maternelle et à son histoire (p. 349). Enfin, la dimension politique du livre nous semble également indéniable : ces récits sont très actuels, de par leur époque de production, bien sûr, mais surtout parce qu’au-delà du cas espagnol, ils font écho aux problématiques migratoires contemporaines6, et constituent peut-être, pour paraphraser Éva Léger, une invitation à « intervenir sur le présent et peut-être un peu plus loin encore » (p. 401).

Haut de page

Notes

1 Le cermi, Centre d’Études et de Recherche sur les Migrations Ibériques, est une association régie par la loi de 1901, et a été créé en 1995. Il travaille en collaboration avec l’association espagnole aemic (Asociación para el estudio de los Exilios y Migraciones Ibéricos Contemporáneos) et s’intéresse à l’étude des migrations ibériques contemporaines, qui peut prendre diverses formes : diffusion des connaissances sur ces thèmes, sauvegarde d’archives, coordination de programmes de recherche, organisation de manifestations scientifiques, collecte de témoignages d’exilés ou de migrants, etc. Le cermi publie la revue Exils et migrations ibériques aux xxe et xxie siècles. URL : [http://cermi.fr/]

2 Voir précédemment : Geneviève Dreyfus-Armand, Odette Martinez-Maler, L’Espagne, passion française : 1936-1975. Guerres, exils, solidarités, Paris, Les Arènes, 2015.

3 De nombreux auteurs présentent des engagements associatifs, parfois politiques ; voir aussi « À propos des auteurs », p. 515-524 du recueil.

4 Marianne Hirsch, « Postmémoire », Revue Témoigner. Entre histoire et mémoire, n°118, 2014, p. 205-206. Citée par Rose Duroux, p. 501 du volume.

5 Pierre Broué, Emile Témime, La Révolution et la guerre d’Espagne, Paris, Ed. de Minuit, 1961.

6 Voir le texte d’Éva Léger, co-réalisatrice avec Julien Varigault du documentaire sonore D’Alicante à Tulle : une mémoire en exil, dans la deuxième partie du recueil (p. 389-401). Documentaire disponible en ligne, URL : [https://rhizome.media/dalicante-a-tulle-une-memoire-en-exil/].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Fintzel, « Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 11 juillet 2020, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/9568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.9568

Haut de page

Auteur

Julie Fintzel

Maîtresse de conférences, 3L.AM, Le Mans Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search