Navigation – Plan du site

AccueilCahiers de civilisation espagnole...25Éditorial

Éditorial

Manuelle Peloille
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1L’année 2020 a vu disparaître Joseph Pérez, qui avait été membre du jury de doctorat d’état du fondateur des Cahiers, Jacques Maurice. Pour ceux et celles qui ne l’ont pas côtoyé, ses ouvrages et interventions s’inscrivaient immédiatement dans la mémoire, du fait d’une grande clarté synthétique. Plus connu pour ses ouvrages sur l’époque moderne, il avait entrepris plusieurs incursions dans l’époque contemporaine, dans son Histoire de l’Espagne, et dans La légende noire de l’Espagne. Son œuvre lui avait valu le Prix Prince des Asturies des sciences sociales. En 2020, c’est aussi Jean-René Aymes qui nous a quittés. Avec Claude Morange, décédé l’an dernier, il avait contribué à nous orienter dans la connaissance du xixe siècle espagnol, et plus précisément de la Guerre d’Indépendance. Michel Ralle, Brigitte Magnien, Claude Morange, Joseph Pérez, Jean-René Aymes, autant de maîtres qui sont autant de points de repère de notre horizon intellectuel.

2À l’université, cette année constitue une nouvelle étape dans un processus de restructuration de la recherche et de l’enseignement. Les Cahiers de civilisation contemporaine, dans le cadre de Openedition, largement abondé par des fonds publics, constitue une entreprise pérenne, aspirant à être un point d’ancrage.

3Ce numéro 25 propose un dossier, coordonné par Julie Fintzel, recueillant les textes de la journée d’étude organisée au Mans, 1939-2019. Quelle(s) mémoire(s) pour les exilés républicains espagnols en France ? Entre l'intime et le politique. L’intérêt des textes présentés réside dans l’articulation entre témoignage, création documentaire et histoire. La section des miscellanées nous offre un éclairage sur deux peintres espagnols : Goya et Sorolla. Antonio Elorza analyse les rapports entre la peinture du maître de Fuendetodos et la pensée des Lumières, tandis que Pierre Géal, fidèle collaborateur de notre revue, vient remettre en cause les parallèles trop hâtifs entre l’art du peintre valencien et la photographie. Ivanne Galant analyse pour sa part les stratégies de marketing vidéo des institutions de promotion touristique espagnole, entre assomption et mise à distance des clichés. Antonio Robles Egea et Alvaro Lopez Osuna reviennent pour leur part sur les fraudes aux aides agricoles en Andalousie à l’époque des gouvernements socialistes, à une époque de décomposition des organisations traditionnelles de lutte des journaliers.

4Ces derniers mois nous ont obligés aux recueillements. Que 2021 nous permette des recherches fécondes, encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 14 février 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccec/9672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.9672

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search