Navigation – Plan du site

AccueilHors série des CCECHommage à Brigitte Magnien et à M...Portraits, listes de publications...Témoignage sur Brigitte Magnien

Portraits, listes de publications, témoignages

Témoignage sur Brigitte Magnien

Roselyne Mogin-Martin

Texte intégral

1Brigitte a d’abord été pour moi « Madame Magnien », un des professeurs dont je devais suivre les cours dans le cadre de mon « C2 de Maîtrise », comme on disait dans le langage administratif du milieu des années 70 du siècle passé. Et je garde de ce cours sur Tiempo de silencio, de Luis Martín Santos, l’image d’une enseignante passionnante et rigoureuse, qui aidait ses étudiants à réfléchir et à aller au-delà de leurs certitudes.

  • 1 Ideología y texto en «El Cuento Semanal» (1907-1912), Madrid, Ediciones de la Torre, 1986.

2Ensuite, une fois passées pour moi les étapes de l’agrégation, puis du Diplôme d’Etudes Approfondies (équivalent du master 2 actuel), Louis Urrutia, mon directeur de thèse d’alors, m’a invitée à faire partie du groupe de travail qu’il était en train de constituer et dont faisait aussi partie Brigitte Magnien, et ce fut le début de l’exaltante aventure de El Cuento Semanal. L’objet d’étude – une collection de nouvelles vendue en kiosque entre 1907 et 1912 – semblait alors totalement incongru, puisque c’était de « l’infralittérature », alors qu’un hispaniste digne de ce nom ne devait s’intéresser qu’à la « bonne » littérature. Il fallait donc mettre au point une méthode d’analyse pour aborder collectivement ce corpus aussi volumineux qu’inhabituel, et cela n’est pas allé sans de nombreux tâtonnements. Brigitte est devenue très rapidement la cheville ouvrière de ce travail, dont elle a assumé la direction après le départ de Louis Urrutia pour l’Université de Pau. Son rôle ne s’est pas limité à encadrer notre réflexion méthodologique : en effet, en ces temps où Internet n’avait pas encore été inventé, ce n’était pas une mince affaire que de se procurer l’intégralité de la collection, en achetant les exemplaires disponibles sur le marché de l’occasion, ou en essayant de commander des photocopies à la Bibliothèque Nationale de Madrid. Il fallait aussi obtenir les subventions et crédits nécessaires à ces achats, et c’est Brigitte qui montait au front pour cela, avec son énergie et sa ténacité. Il en a été de même lorsqu’il s’est agi de trouver un éditeur espagnol pour l’ouvrage que nous avions écrit. Coordonnée par Brigitte et rédigée également par Michel Bouché, Carmen Salaün Sánchez, Louis Urrutia, Andrée Bachoud, Víctor Bergasa et l’auteure de ces lignes, cette étude collective parut enfin en 19861. Ce volume pionnier a fait date pour tous les chercheurs, de plus en plus nombreux par la suite à s’intéresser à la littérature espagnole de grande diffusion.

3Cette expérience a été particulièrement marquante pour la jeune enseignante-chercheuse que j’étais à l’époque : j’ai appris comment travailler en groupe, en s’enrichissant par la mise en commun, de même que par la confrontation des idées, dans le respect mutuel. La notion de rendement nous était étrangère, notre travail – en marge de nos autres activités d’enseignement et de recherche – a été lent, mais, grâce à Brigitte, il a été de valeur et il est arrivé à son terme. J’ai à son égard une dette toute personnelle, car, sans ce que j’ai appris dans ce groupe de travail, ma propre thèse d’Etat sur La Novela Corta, publiée à Madrid entre 1916 et 1925, n’aurait sans doute jamais vu le jour.

  • 2 Brigitte Magnien (dir.), Violence ordinaire, violence imaginaire en Espagne : Doña Mesalina (1910), (...)

4Après l’étude collective sur El Cuento Semanal il y eut d’autres aventures semblables à Paris VIII, dont Brigitte n’était plus la responsable en titre car les temps changeaient, les équipes de recherche étaient plus encadrées réglementairement, et il fallut qu’un « professeur des Universités », en l’occurrence Danièle Bussy-Genevoix, en prenne la responsabilité. Malgré cela, Brigitte a toujours marqué de son empreinte et de son expérience le travail collectif qui s’est poursuivi sur les mêmes principes, que ce soit sur le roman de José López Pinillos, Doña Mesalina (1910) ou sur l’hebdomadaire madrilène Blanco y Negro, publié à partir de 18902. Par-delà l’intérêt des échanges scientifiques, je me souviens avec émotion de ces réunions placées sous le signe de la cordialité, voire de l’amitié, où souvent Brigitte nous accueillait chez elle, dans son appartement de la Porte d’Orléans, afin d’épargner à ceux qui venaient de loin le trajet jusqu’à Saint-Denis.

5Quand l’heure de la retraite a sonné pour Brigitte, elle s’est retirée avec quelque regret, consciente qu’il fallait laisser la place aux jeunes, mais elle s’est toujours intéressée à la vie de l’hispanisme français, ainsi qu’à celle de son Université, Paris VIII, où elle a joué un rôle si important. Sa carrière a été bien remplie, et même si elle n’a jamais cherché à briller, car la vanité et l’ambition n’étaient pas dans sa nature, elle a beaucoup appris à ceux qui ont eu la chance de travailler avec elle. Tout d’abord, la curiosité pour les objets de recherche nouveaux et les champs non encore explorés. Malgré sa passion, elle les a toujours abordés et analysés avec son sérieux et sa rigueur, ainsi que sa grande culture, qui dépassait amplement son champ de spécialité.

6Par-delà les apports scientifiques des recherches qu’elle a menées, ce que je retiendrai également de Brigitte, c’est son combat pour une certaine conception de l’Université, hélas aujourd’hui battue en brèche : une université qui se doit d’accueillir tous ceux et celles qui y ont leur place, où l’enseignement est une activité aussi noble que la recherche, et se nourrissent l’une de l’autre, pour le plus grand profit des étudiants. Une Université enfin qui se vit comme un collectif, où la collaboration et l’échange sont fondamentaux, et où les intérêts de carrière personnels doivent s’effacer devant l’intérêt commun. Tel est à mon avis le legs de Brigitte, que nous nous devons de faire fructifier.

Haut de page

Notes

1 Ideología y texto en «El Cuento Semanal» (1907-1912), Madrid, Ediciones de la Torre, 1986.

2 Brigitte Magnien (dir.), Violence ordinaire, violence imaginaire en Espagne : Doña Mesalina (1910), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1994, 115 p. Collaborèrent également à ce volume Marie-Aline Barrachina, Víctor Bergasa, Michel Bouché, Danièle Bussy Genevois, Nathalie Ludec et Roselyne Mogin. Danièle Bussy Genevois a dirigé Le projet national de Blanco y Negro (1891-1917), Saint-Denis, Université de Paris 8 Vincennes à Saint-Denis, 2001, 241 p., ouvrage auquel collaborèrent également Brigitte Magnien, Marie-Claude Lécuyer, Víctor Bergasa, Marie-Claude Chaput, Eliseo Trenc, Nathalie Ludec, Hervé Poutet et moi-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roselyne Mogin-Martin, « Témoignage sur Brigitte Magnien », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/9816 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.9816

Haut de page

Auteur

Roselyne Mogin-Martin

Professeur honoraire à l’Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search