Navigation – Plan du site

AccueilHors série des CCECHommage à Brigitte Magnien et à M...Portraits, listes de publications...Lettre à Michel Ralle

Portraits, listes de publications, témoignages

Lettre à Michel Ralle

Manuelle Peloille

Texte intégral

1J’ai tardé à vous découvrir, tant votre discrétion vous soustrayait à notre regard d’étudiants pressés. L’heure était à l’histoire culturelle ; celle de l’économie et du mouvement ouvrier entamait son éclipse. Je suis partie de la première, pour redescendre, ou remonter, au gré de mes recherches, au substrat économique. Car la mention des « valeurs raciales » dans l’exposé des motifs du décret de création, en 1940, de la nouvelle compagnie Iberia ne saurait être interprétée à la seule lumière de la mythologie de la « raza hispana », cette communauté de langue et de religion catholique, facilitée par la circulation de bateaux en 1500, d’avions en 1950, comme on peut le voir sur les affiches publicitaires de la compagnie entre 1942 et 1960.

2C’est là que votre soutien fut décisif. Tout de suite, comme Aron Cohen et Jacques Maurice, vous m’avez encouragée à poursuivre mon travail autour de l’économie politique du premier franquisme, afin de voir si dans les noires profondeurs des années quarante ne se développait pas ce qui affleura au grand jour vingt ans plus tard.

3L’intervention étatique est traditionnellement présentée comme un obstacle à la libération des forces économiques. Mais ceci est vrai à un moment donné de l’histoire d’un pays. En d’autres termes, pour que libération de forces économiques il y ait, encore faut-il que ces forces économiques existent, parce qu’elles ont bénéficié d’un amorçage, souvent de l’État. En 1939, ces forces étaient limitées. L’étatisme ne devient un obstacle qu’à partir du moment où les détenteurs de capital n’ont plus besoin de l’Etat. Nous suivons ici la suggestion faite par Pierre Vilar en 1975 : « C’est le temps de l’Institut National Industriel [sic pour de l’Industrie] (l’INI), avec d’assez forts investissements internes. On en a critiqué, peut-être sous-estimé les résultats. De toute façon, le grand « boom » est postérieur, ce qui permet d’opposer les succès du libéralisme aux échecs du dirigisme, les résultats de « l’ouverture » à ceux de « l’autarcie » (Pierre Vilar, « Conversations sur le franquisme », entretien avec Georges Soria, in Georges Soria, Guerre et révolution en Espagne 1936-1939, tome V, Le dénouement, p. 341).

4Étudier cette politique économique des années quarante permet de donner un sens autre qu’idéologique au discours sur l’Empire espagnol. Un tel discours n’est pas qu’une pure réminiscence de l’Empire dont la perte n’aurait pas été digérée. La lecture des préambules des lois et décrets de création des entreprises publiques durant les années quarante, de l’INI, en insistant sur la défense des valeurs de l’Empire ou de la race, semble signifier : recentrons-nous sur la métropole, sur la nation mère avant de partir de nouveau et de manière nouvelle à la conquête de l’Amérique. Au début, il s’agit bien d’un « empire de papier » comme le montre Lorenzo Delgado à propos de la diplomatie. Mais à long terme, sur une période qui s’étale jusque bien après la mort de Franco, le papier laisse la place à une puissance bien réelle, l’Espagne étant le second investisseur en Amérique latine en 2000.

5En France, vous étiez l’un des rares interlocuteurs auxquels je pouvais faire part de ces inquiétudes intellectuelles. Je continue, lentement mais sûrement, à creuser ce sillon. Merci à vous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Lettre à Michel Ralle », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/9873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.9873

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search