Navigation – Plan du site

AccueilHors série des CCECHommage à Brigitte Magnien et à M...Contributions sur l'Espagne conte...Propagande catholique et littérat...

Contributions sur l'Espagne contemporaine

Propagande catholique et littérature populaire : l’Église face aux défis de la question sociale (1876-1902)

Propaganda católica y literatura popular : la Iglesia frente a los retos de la cuestión social (1876-1902)
Catholic propaganda and popular literature: the Spanish Church facing the challenges of the social question (1876-1902)
Solange Hibbs

Résumés

À la fin du xixe siècle et dans les premières décennies du xxe, l’Eglise catholique espagnole, sous l’impulsion des encycliques de Léon xiii et des six Congrès Catholiques Nationaux célébrés de 1889 à 1903, met en œuvre une stratégie offensive de reconquête catholique de la société civile. Pour ce faire, elle tire profit des libertés d’expression et d’association obtenues au lendemain du sexenio et, avec l’appui des laïques et du clergé, elle déploie tous ses efforts pour intensifier une propagande catholique multiforme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Solange Hibbs, « El libro y la edificación », Historia de la edición y de la lectura en España : 14 (...)
  • 2 Voir à ce sujet l’ouvrage de Jesús Martín Tejedor, Francisco Butiña y los talleres de Nazaret : uto (...)

1Si la méfiance de l’Église catholique à l’égard de l’imprimé et de la littérature en général est profondément enracinée, il convient d’analyser sa stratégie dans le domaine de la communication et de la propagande en tenant compte de certains événements majeurs de la vie politique et religieuse espagnole du xixe et début du xxe siècles1. Cette stratégie qui alterne mises en garde, condamnations et incitations à s’adapter à la société moderne répond aux préoccupations d’une institution qui, sensible dans sa grande majorité, à la politique de « ralliement » de Léon xiii, ne cessera de développer une véritable entreprise de reconquête catholique de la société civile et de mobiliser à la fois les moyens matériels et les catholiques au service d’une propagande dans tous les secteurs religieux politiques et culturels. Cette propagande qu’il faut prendre au sens large car elle regroupe à la fois les associations et les différentes initiatives catholiques (catéchèse, œuvres caritatives, propagande écrite, centres d’enseignement et d’apprentissage pour les travailleurs) ainsi que les campagnes de mobilisation religieuse (processions, pèlerinages, renouveau des dévotions populaires), s’inscrit dans le prolongement des efforts réalisés pendant le Sexenio (1868-1873). Au lendemain de la Révolution de 1868, l’Église a su tirer profit des libertés d’expression et d’association en encourageant le développement d’une presse catholique chaque fois plus diversifiée, la mise en place d’un réseau de libraires et bibliothèques et d’Apostolats de bonnes lectures qui vont favoriser la diffusion de la littérature religieuse et édifiante à l’échelle nationale. Sous l’impulsion de l’Église mais aussi, et c’est une nouvelle dimension, grâce à l’investissement militant des laïques et non plus seulement des clercs et théologiens, se déploie un faisceau d’initiatives destinées à contrecarrer la laïcisation d’une société où circulent idées et œuvres « hétérodoxes » À la fin du siècle, la Loi sur les Associations de 1887 confirme la vitalité des associations catholiques dont le maillage sur tout le territoire est également renforcé par la présence de certains ordres religieux très actifs depuis la Restauration de la monarchie2. Les différents Congrès Catholiques (1889-1903) contribuent à sensibiliser les catholiques à la nécessité de coordonner et de centraliser leurs efforts souvent infructueux à cause des divisions internes du catholicisme espagnol. Ce qui ressort également de ces Congrès est la préoccupation obsessive de l’Église face à la désaffection religieuse des classes populaires dans un contexte où la lente émergence d’une classe ouvrière organisée et les premières manifestations de sa résistance deviennent un sujet à part entière, comme l’illustrent l’encyclique Rerum Novarum (mai 1891) et les très nombreux commentaires qui accompagnèrent sa publication. Pour s’en rendre compte, il suffit de parcourir la lettre pastorale de l’évêque de Barcelone, Jaime Catalá y Albosa, publiée le 5 mars 1891. Ce membre du clergé qui nourrit la conviction que le devoir social de l’Église pour résoudre la question ouvrière est d’arracher les travailleurs aux tentations du socialisme et de pratiquer un catholicisme militant, ne cesse de dénoncer les conditions misérables de cette classe laborieuse qui dans les usines et les ateliers est la proie de l’ignorance et de l’exploitation. La description apocalyptique du monde ouvrier qui est proposée aux fidèles est aussi une mise une garde contre les conséquences sociales dramatiques qui, selon lui, menacent l’harmonie et la cohésion de la société. Cette lettre pastorale rend bien compte de l’espèce de fermentation dans laquelle se trouvent l’Église et le monde catholique qui, pressés par des événements comme la naissance de la Unión General de Trabajadores en 1888 et les grèves et manifestations des 1er mai 1890 et 1891, entre autres, tentent de répondre aux exigences sociales de leur temps.

L’Église et la question sociale

Rechristianiser le peuple

  • 3 Feliciano Montero García, El primer catolicismo social y la « Rerum Novarum » en España (1889-1902) (...)
  • 4 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France (1840-1940), Paris, Hachette, 1984, p. 357.
  • 5 Feliciano Montero García, El primer catolicismo social…, op. cit., p. 78.
  • 6 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 360.
  • 7 Ibídem, p. 361.
  • 8 Ibídem, p. 361.

2La période de la Restauration est particulièrement significative à cet égard, dans la mesure où plusieurs encycliques de Léon xiii eurent une résonance particulière : les encycliques Libertas sur la liberté humaine (juin 1888) et la Rerum Novarum sur la condition ouvrière. Cette dernière encyclique eut un impact extraordinaire aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église et sa publication peut être considérée comme un événement politique et idéologique à un moment où commence à s’affirmer le courant du réformisme social3. Les deux encycliques citées marquent une étape importante en cette fin du xixe siècle dans la mesure où elles évoquent des questions aussi sensibles que la politique de « l’hypothèse » et l’implication des catholiques dans la vie politique et sociale en tant que croyants mais aussi en tant que citoyens, la déchristianisation de la société favorisée par l’industrialisation et l’urbanisation, l’abandon de la classe ouvrière. Elles mettent aussi en lumière le rôle primordial du Pape qui, « sans renier la prétention de l’Église romaine à reconstituer [...] la cité chrétienne telle qu’elle fut définie par Pie ix dans Quanta Cura et le Syllabus », prône une politique de modération et de dialogue4. Sans aucun doute, l’autorité et le prestige moral de Léon xiii devaient lui permettre d’affirmer ses objectifs réformistes et de favoriser, comme le laisse transparaître la Rerum Novarum, une « nouvelle forme de pouvoir idéologique, d’influence spirituelle et morale capable de se substituer au pouvoir temporel récemment perdu »5. Le préambule de l’encyclique sur la condition des ouvriers, structurée en trois parties et une courte conclusion, évoque la crise de civilisation provoquée par « les progrès incessants de l’industrie » et « la situation d’infortune et de misère imméritées » des « classes inférieures »6. C’est dans la troisième partie de ce document pontifical qu’apparaît l’aspect le plus novateur de la réflexion, car Léon xiii y souligne le rôle régulateur de l’État, « un rôle de subsidiarité important et une obligation d’intervenir en faveur de la classe ouvrière »7. L’encyclique Rerum Novarum, fidèle à l’esprit conciliant du Pape, partisan de « l’hypothèse » et favorable à ce que les catholiques puissent assumer des tâches jusqu’alors réservées aux adversaires de l’Église, n’excluait par conséquent ni l’intervention de l’État, ni celle de l’Église pour régler la question sociale. Les exhortations du Pape appelant les catholiques à s’employer à la restauration des mœurs chrétiennes et le clergé et ministres de l’Église « à inculquer aux hommes de toutes classes les règles évangéliques de la vie chrétienne »8, ne furent pas entendues de la même façon par les différentes familles catholiques. Il est effectivement important de préciser que le paysage politico-religieux de l'Espagne du xixe siècle n'est pas monolithique et que les divisions profondes et les nombreuses suspicions du catholicisme espagnol ont pesé durablement sur les tentatives d'insertion de certains secteurs catholiques modérés dans les réalités sociales et culturelles de leur temps. Parmi les différentes forces catholiques qui composent ce paysage, certaines se réorganisent dans les années 1860, comme ce fut le cas avec les carlistes et les néo-catholiques qui forment la Comunión católico-monárquica au lendemain de la révolution de 1868. Ce regroupement entre les dissidents les plus conservateurs du parti des modérés qui avaient appuyé la monarchie d'Isabelle ii et les carlistes s'identifie pleinement avec la politique antilibérale et ultramontaine de Pie ix et revendique son appellation de catholiques traditionalistes. Précisons également que le groupe le plus intransigeant du traditionalisme espagnol revendique sa filiation avec les doctrines de Donoso Cortés et finit par se constituer en un groupe de pression représenté en 1888 par le parti intégriste.

  • 9 La Unión Católica, parti catholique confessionnel (1881-1884) fut la tentative, sur l’initiative de (...)

3Toutes sont d’accord sur le rejet du socialisme fustigé sans ambiguïtés par Léon xiii et sur la condamnation de l’individualisme né de la Révolution française ; mais elles sont divisées face à un certain nombre de questions soulevées par l’encyclique, comme la notion de salaire, la forme que doivent prendre les syndicats et surtout sur l’intervention de l’État en ce qui concerne une législation sociale plus juste. Mais si pour les différents secteurs du catholicisme la finalité d’une reconquête religieuse s’affirme clairement, les divergences sont fortes quand il s’agit de définir les solutions à apporter à la question sociale. Pour les secteurs catholiques les plus traditionnels, elle ne peut être résolue que par la religion puisque, parmi les causes des tensions sociales la déchristianisation de la société, favorisée par le libéralisme politique, ne peut être freinée que par le rétablissement du pouvoir temporel de l’Église. C’est dans cet esprit que s’accentuent les initiatives défensives et de propagande qui répondent en partie aux préoccupations de Léon xiii et à ses incitations aux catholiques, afin qu’ils pratiquent un véritable militantisme chrétien, initiatives qui sont menées par des catholiques pour lesquels la condamnation du libéralisme philosophique et des libertés modernes est au cœur de leur combat. Il est significatif à cet égard que la lecture de cette encyclique, comme celle des autres documents pontificaux de Léon xiii, ait presque toujours été soupesée et nuancée à l’appui des encycliques de Pie ix, référence incontournable pour le catholicisme traditionaliste et intégriste. Pour les secteurs plus modérés du catholicisme et dont le socle idéologique est le néothomisme, la question sociale implique une compréhension plus spécifique des causes économiques et la prise en compte de solutions de nature juridique indépendamment de la perspective morale et religieuse. Pour beaucoup de ces catholiques modérés dont certains s’étaient mobilisés dans la tentative vaine d’une Union Catholique promue par Alejandro Pidal (1846-1913), l’engagement dans une politique catholique sociale durable ne peut se limiter aux initiatives caritatives et à la catéchèse9.

4Dans ce paysage politico-religieux complexe, le dénominateur commun est la prise de conscience sociale du monde catholique, dont les premiers efforts de mobilisation remontent au sexenio. A un moment où commence à se développer le mouvement ouvrier espagnol et s’affirme un prolétariat qui se structure avec la fondation de l’Association Internationale des Travailleurs en 1864 et lors de ses congrès postérieurs, il s’agit bien pour l’Église de mettre en place une internationale contre-révolutionnaire et une politique défensive qui passent par le militantisme du clergé mais aussi des laïques. Ces premières tentatives d’organisation des catholiques se structurent autour d’associations comme la Asociación de Católicos et la Juventud Católica fondées respectivement en 1868 et en 1869. Cette mobilisation en faveur du catholicisme et de l’ordre social, qui regroupe la plupart des forces catholiques et conservatrices politiques, constitue un front de défense des valeurs traditionnelles de la propriété, de la famille, de la religion et de la patrie comme le proclame une des revues les plus emblématiques de cette période, La Defensa de la Sociedad (1872-1879), publiée à l’initiative de Juan Bravo Murillo (1803-1873) avec l’appui d’importantes personnalités conservatrices et catholiques. C’est également dans ce contexte que surgissent d’autres entreprises catholiques dans le domaine social comme les Cercles ouvriers ou les Patronats et Associations protectrices des artisans et apprentis. Dès 1871, l’entreprise d’endoctrinement moral et religieux des classes populaires avait donné lieu à une production foisonnante d’articles et d’éditoriaux consacrés au problème social. Dans cette littérature profondément contre-révolutionnaire et militante, citons la prolifique production d’un ecclésiastique, Félix Sardà i Salvany (1841-1916), infatigable militant qui démultiplie ses efforts dans les quartiers ouvriers de Sabadell grâce à une propagande catholique tous azimuts. La doctrine que distille cet ecclésiastique est celle que défendent les secteurs les plus intransigeants du catholicisme espagnol mais aussi d’autres secteurs catholiques qui serrent les rangs face à l’onde de choc révolutionnaire de 1868. Ces opuscules, articles et conférences qui irriguent la vie des catholiques militants non seulement de l’industrieuse ville de Sabadell et de la Catalogne mais aussi les bastions de la résistance catholique pendant le Sexenio, abordent les questions ardemment controversées entre catholiques tels les rapports de la justice et de la charité, l’instauration d’un ordre social chrétien, les relations de classes, les corporations de patrons et d’ouvriers.

  • 10 Elena Maza Zorrilla, «Asociacionismo confesional en Valladolid. La Asociación Católica de Escuelas (...)
  • 11 Dans El primer catolicismo social y la Rerum Novarum en España (1889-1902) F. Montero García mentio (...)
  • 12 La Revista Popular consacre un grand nombre d’articles à la question sociale et aux cercles catholi (...)
  • 13 Jean-Louis Guereña, « L’Église et l’éducation populaire à la fin du xixe siècle », École et Église (...)

5Ces enjeux sont au centre des préoccupations des catholiques qui s’efforcent de promouvoir les Círculos de Obreros Católicos, centres ouvriers dont le plus ancien est celui de Manresa créé en 1864 en Catalogne où est implanté plus tardivement celui de Girona. Dans un premier temps, ces cercles catholiques d’ouvriers ne constituent pas une initiative isolée puisqu’ils sont mis en place dans plusieurs diocèses grâce à l’initiative d’ecclésiastiques comme le jésuite Pablo Pastells dans le cas de celui d’Alcoy en 1872 dont le règlement servira de référence aux statuts d’autres cercles comme celui de Valladolid créé en 188110. Dans les années 1870, d’autres cercles ouvriers s’établissent à Las Palmas, La Laguna, Badalona, Tarragona et Palma et dans le diocèse de Cordoue particulièrement actif grâce à l’investissement du père Ceferino González. Mais il faudra attendre la Restauration pour que se produise un enracinement durable et significatif de ces cercles11. Comme le regrette Sardà i Salvany à la fin du sexenio dans une longue série d’articles consacrés à partir de 1873 à « La restauration de la classe ouvrière » et « Los círculos católico-obreros », ces initiatives sont trop dispersées et minoritaires et ne constituent pas encore les contre-feux suffisants pour éviter la déchristianisation de la classe ouvrière12. Il semble bien que ces premiers cercles catholiques, implantés dans les centres urbains et qui commencent à se multiplier à partir de 1880, soient souvent le fruit d’initiatives locales sans véritable coordination au niveau des diocèses et à l’échelle nationale. Il faudra attendre l’Assemblée des Corporaciones Católico-Obreras d’Espagne célébrée à Valence en 1893 pour que se mette en place la Organización de los Círculos y Patronatos de Obreros Católicos de España, sous la direction des conseils de diocèse et d’un conseil national afin d’assurer une certaine cohésion. Notons au passage que le bulletin du Conseil National des Corporations Catholiques et Ouvrières de 1897, fait état de l’existence de 225 cercles catholiques pour les classes laborieuses et confirme la résilience de l’Eglise dans le contexte politique et religieux de la Restauration. En effet les réseaux de sociabilité populaire qui irriguent la vie sociale de l’Espagne de ces dernières décennies du xixe siècle regroupe des centaines d’associations13.

  • 14 Voir sur cette question les nombreux articles sur « Los círculos católico-obreros » publiés dans le (...)
  • 15 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 292.
  • 16 Ibídem, p. 120.
  • 17 Voir à ce sujet le chapitre consacré à la question ouvrière dans l’ouvrage de Antonio Moliner Prada(...)

6Dans ces cercles ouvriers les finalités sont prioritairement religieuse, récréative, éducative et économique et, comme le reflète leur règlement, il s’agit bien d’inculquer aux ouvriers « l’amour à la religion, à la famille et au travail », de leur proposer « d’honnêtes loisirs », ainsi que « l’instruction, le perfectionnement moral et l’acquisition de connaissances dans des domaines utiles comme les sciences, les arts et l’industrie », ainsi qu’une assistance économique grâce à la constitution d’une épargne14. Ces cercles sont fondamentalement des associations confessionnelles mixtes composées de représentants du capital et du monde du travail et dont la structure verticale reflète tout compte fait la hiérarchisation sociale entre riches et pauvres, classe dirigeante et classe ouvrière. Cette symbiose interclassiste est profondément paternaliste, comme en témoignent les fréquentes exhortations de la hiérarchie catholique à ce que les classes dirigeantes fassent preuve de dévouement à la classe ouvrière et que « s’affirment plus de paternité sociale, de rapprochements entre les maîtres, les ouvriers et les apprentis, plus de protection des forts pour les faibles »15. L’abondante littérature qui leur est consacrée reflète le décalage entre les enseignements proposés et les aspérités de la vie quotidienne des classes laborieuses. Car il s’agit surtout de préceptes de morale, souvent loin de « toute profanité qui pétrit la vie quotidienne des travailleurs », d’un enseignement qui s’écarte de la réalité au profit de l’apologétique16. Considéré comme un « mineur au sein de ces cercles », qu’il faut protéger et remettre sur le droit chemin de la foi, le remède dont dispose l’ouvrier, le travailleur, homme ou femme, est essentiellement celui d’une restauration morale des valeurs traditionnelles et non pas une promotion à l’intérieur de structures sociales qui ne sont généralement ni remises en question, ni analysées. Cette « dé-responsabilisation » de la classe laborieuse, des individus qui la constituent, favorise la représentation archétypique de l’ouvrier et de l’ouvrière, homme ou femme du peuple, souffrant de la dégradation de sa fonction sociale, d’une classe ouvrière victime du désordre engendré par la démagogie créatrice de haine à l’égard des possédants. Figés dans une finalité essentiellement moralisatrice et peu représentatifs de la classe ouvrière dans la mesure où les représentants des travailleurs n’interviennent pas dans l’administration de l’association, ces cercles n’ont pas produit les résultats escomptés17. Ce n’est qu’à partir de la période de 1887 à 1896, avec le souffle nouveau qu’apporte la Rerum Novarum, que commencent à être abordés des aspects professionnels et mutualistes (hygiène et salubrité publique, création de caisses de prévoyance et de mutuelles ouvrières) plus en lien avec les réalités du monde du travail.

Les Congrès Catholiques : une meilleure prise en compte de la question sociale

  • 18 « Dadas las grandes ventajas que ofrece la asociación y la acción colectiva en todas las esferas, e (...)

7Le ton et les propos ne changent pas fondamentalement avec les Congrès Catholiques organisés à partir de 1889, même si une inflexion se fait sentir à la veille de la promulgation de l’encyclique Rerum Novarum, moment à partir duquel la question du catholicisme social n’est plus exclusivement restreinte à la finalité caritative et morale des œuvres catholiques. Car c’est bien la nouvelle impulsion qu’il convient de donner à ces initiatives catholiques et sociales qui retient prioritairement l’attention. Cette préoccupation est au centre des discussions et analyses des six Congrès Catholiques dont l’organisation, prise à l’initiative de l’évêque de Madrid-Alcalá, Ciriaco María Sánchez y Hervás, s’appuie sur la mise en place en 1888 d’une Junte centrale des congrès catholiques destinée à assurer la direction générale de la propagande catholique dans tous les secteurs. Le premier congrès de Madrid réaffirme avec force la nécessité d’implanter des cercles catholiques ouvriers et des patronats sur tout le territoire à l’image de ceux qui existent déjà à Tortosa, Valence, Valladolid et Pampelune afin d’instaurer une fédération sous le contrôle des conseils de diocèse. Quant aux patronats qui « donnent d’excellents résultats » et dont certains (comme les patronats ouvriers de Barcelone, la Société protectrice des jeunes ouvriers de Saragosse, le Patronat de la jeunesse ouvrière de Valence et la Société protectrice des jeunes artisans de Madrid) veillent au bien-être moral et matériel de leurs membres, ils s’inscrivent dans une vision paternaliste où patrons et industriels doivent faire vivre tout un monde de travailleurs qui, sans eux, serait dans la détresse. Néanmoins un résultat non négligeable de ce Congrès, comme de ceux qui suivront, est la plus grande sensibilité à des problématiques qui concernent les femmes et les enfants, la constitution de caisses de prévoyance et de mutuelles destinées à alléger la situation matérielle des ouvriers ainsi que la constitution de syndicats mixtes d’arbitrage des litiges composé par un ecclésiastique, des représentants du patronat et des ouvriers18.

8Les sessions des deux premiers congrès de Madrid (1889) et de Saragosse (1890) sont révélatrices des hésitations et des doutes des membres de la hiérarchie catholique et des laïques face aux insuffisances d’un catholicisme social qui peine à se structurer. Si dans les actes du congrès de Madrid la question sociale est cantonnée à la troisième section et envisagée dans une perspective morale et caritative, il faut attendre les conclusions du Congrès de Saragosse pour que soit abordée la possibilité d’une réglementation de certaines conditions du monde du travail comme le travail des femmes et des enfants, le repos dominical. Les propositions qui sont faites à ce sujet renvoient à l’épineux problème de l’intervention de l’État dans la régulation du marché du travail.

  • 19 F. Montero García, El primer catolicismo social…, op. cit., p. 146.
  • 20 F. Montero évoque le modèle de l’institution corporatiste et ouvrière de la filature de laine du Va (...)
  • 21 Pierre Pierrard a opportunément souligné la résonance d’une autre encyclique de Léon XIII concernan (...)

9Quoi qu’il en soit, les déclarations et propositions qui émanent de ces grandes assises religieuses se veulent plus offensives et s’inscrivent dans le climat d’exaltation combatif encouragé par la publication de Rerum Novarum. Profitant des conditions favorables suscitées par la préparation de l’encyclique sur la condition ouvrière, le Congrès de Saragosse de 1891 reprend certains des aspects traités dans le Congrès de 1889, mais évoque de façon beaucoup plus directe les relations du capital et du travail auxquelles il consacre d’ailleurs une section entière, la protection des classes laborieuses dans leur lieu de travail, les contraintes du travail des femmes et des enfants. Les contributions des différentes sections ouvrent une brèche significative en faveur du rôle régulateur de l’État, instance capable d’intervenir pour la régularisation des conditions d’emploi des travailleurs, hommes, femmes et enfants et de déterminer le juste salaire. Les incitations à poursuivre l’implantation des Cercles ouvriers catholiques sont présentes et s’accompagnent des habituelles recommandations de « moralisation et d’instruction de la classe ouvrière à laquelle il faut inculquer les valeurs chrétiennes traditionnelles, amour de l’ordre, du travail, de l’épargne et résignation chrétienne »19. Notons au passage une prise de conscience plus aigüe des conditions de travail dans les sites industriels urbains et les centres de production des zones rurales où les patrons sont investis d’une responsabilité à la fois sociale et morale : veiller au bien-être physique des travailleurs en respectant entre autres le repos dominical mais aussi au respect des préceptes religieux, deux conditions essentielles pour réaliser l’intégration sociale de l’ouvrier. Une nouvelle voie semble s’ouvrir, très influencée par l’exemple de l’industriel français Léon Harmel : l’association corporatiste, une association du capital et du travail dont le but serait la paix sociale par l’union des patrons et des ouvriers20. Cette organisation corporatiste, qui renoue d’une certaine façon avec l’idéal revendiqué par les catholiques de la corporation d’Ancien Régime, est destinée à protéger « les intérêts du travail et les mœurs des travailleurs » face au danger du libéralisme individualiste. Le modèle de corporation proposé dépasse le simple patronage dans la mesure où la corporation est mixte et fondée sur une coopération morale et technique entre patrons et ouvriers. Soulignons encore une fois l’importance de la pratique religieuse qui doit conditionner les avantages professionnels et coopératifs dont bénéficient les travailleurs et le rôle incontournable des associations, œuvres et cercles catholiques, véritable garantie morale pour les ouvriers, hommes et femmes qui y appartiennent. Cette intégration des classes laborieuses dans le tissu des œuvres, associations et corporations, un tissu nourri par une propagande catholique omniprésente, apparaît comme le remède contre la déchristianisation et le syndicalisme ouvrier21. Malgré le foisonnement des associations catholiques, la question polémique de l’intervention des laïques dans cette entreprise de reconquête religieuse, les divisions tenaces qui déchirent le monde catholique espagnol brouillent le paysage et affaiblissent l’efficacité des initiatives. Le manque de cohésion et la dispersion des efforts sont au cœur de la réflexion menée dans le deuxième Congrès Catholique et dans les Congrès ultérieurs comme en témoignent les nombreuses sections consacrées à la propagande catholique et aux ajustements et adaptations nécessaires pour assurer une présence durable dans la société de son époque.

La propagande catholique populaire

Une effervescence militante dans tous les domaines

10Qu’il s’agisse de l’enseignement, de la presse, de la diffusion de l’imprimé et de la littérature religieuse ou de la création d’apostolats de bonnes lectures et de bibliothèques, l’Église s’engage résolument dans les dernières décennies du xixe siècle dans la conquête des esprits et des cœurs et n’hésite pas à s’inspirer des initiatives de la propagande laïque et « hétérodoxe ». Cette mobilisation doit beaucoup à la présence des laïques catholiques qui s’engagent dans cette véritable « croisade » en matière de communication sociale, la plupart du temps sous le contrôle de la hiérarchie catholique. L’institution religieuse justifie cette vigilance, qu’il s’agisse du clergé ou des fidèles, face aux divisions des catholiques et la situation de schisme qu’elles provoquent.

  • 22 Solange Hibbs, Iglesia…, op.cit., p. 348-347.
  • 23 Jean-François Botrel a été un précurseur dans l’étude des moyens de communication de l’Église catho (...)

11Pour se faire une idée des conflits qui opposent différents secteurs du catholicisme espagnol de cette deuxième moitié du xixe siècle, il suffit de parcourir l’encyclique Cum Multa (1882) de Léon xiii, une encyclique de circonstance qui condamne toute forme de radicalisme religieux et prône la tolérance et la concorde, indispensables pour que les catholiques resserrent les rangs et s’opposent à la sécularisation de la société moderne. Si ce document pontifical n’a pas réussi à calmer durablement le climat de discorde, il a eu le mérite de préciser et de délimiter le rôle de la presse et des associations catholiques. Les deux premiers Congrès Catholiques de 1889 et de 1890 n’auront de cesse de revenir sur les effets délétères des divisions et d’exhorter les catholiques à unir leurs efforts pour concurrencer la propagande impie22. Toujours est-il que la propagande catholique et populaire concentre tous les efforts de la part d’une institution qui veut « combattre le mal par le bien »23. Une propagande qui retient toute l’attention des Congrès Catholiques qui ne cessent de souligner la nécessité d’une organisation fédérative, de la mise en place de réseaux capillaires et nationaux de bonnes lectures, d’associations et d’apostolats. Mentionnons certaines des exhortations et résolutions les plus emblématiques de ces assises nationales du catholicisme.

  • 24 Crónica del 2° Congreso Católico, 1890, p. 296.
  • 25 « Hablaréte en prosa casera, a la pata llana, que no soy Castelar para echarme a volar todos los dí (...)
  • 26 Solange Hibbs, « Estudio preliminar », El liberalismo es pecado de Sardà i Salvany, LLeida, Pagès E (...)
  • 27 Antonio Moliner Prada, Fèlix Sardà y Salvany…, op.cit, p. 25.
  • 28 Solange Hibbs, « El padre Antonio María Claret (1807-1870) : un pionero de las bibliotecas populare (...)
  • 29 Dans le tome VIII publié en 1894 de la collection d’articles regroupés sous le titre Propaganda Pop (...)

12Afin de combler l’immense déficit social dans la vie populaire, l’éducation et l’endoctrinement passent à la fois par la parole et l’imprimé. Rien d’étonnant par conséquent que soient organisées en accord avec les préconisations des Congrès Catholiques, des associations mixtes d’ecclésiastiques et de laïques dans chaque diocèse ou ville, des conférences publiques dont la finalité est de diffuser dans les classes laborieuses « les bonnes doctrines morales, religieuses et sociales afin de les arracher à l’impiété et au socialisme »24. L’enseignement des classes populaires est évidemment un des piliers de cette stratégie, qu’il s’agisse des écoles élémentaires gratuites pour les enfants d’ouvriers, des cours du soir ou du dimanche pour les travailleurs. Feuilles volantes, opuscules, presse et romans édifiants à consommer en famille font également partie de l’arsenal des militants de cette culture religieuse et sociale qui doit pénétrer dans les lieux publics tout en irriguant la vie privée. Car il s’agit bien de promouvoir une « culture » catholique populaire aussi bien privée que collective. Rappelons à ce sujet les initiatives déployées par Sardà i Salvany, véritable pionnier de l’apologétique populaire et de l’essor de cette culture qui se veut « familière » et accessible à tous pour reprendre ses propos25. Dès 1869, cet ecclésiastique catalan avait organisé la diffusion de ses Hojas de propaganda católica y Lecturas populares éditées par l’Association catholique des amis du peuple. Publiées trois fois par mois, elles sont distribuées dans les ateliers, les cercles catholiques et les usines et traitent de questions qui concernent les classes populaires26. Ces lectures, véritables « leçons de théologie populaire » sont destinées à lutter contre la propagande protestante et socialiste et traitent de problèmes qui concernent les classes laborieuses comme en témoignent certains titres : La Bible et le peuple, Le peuple et le clergé, Les déshérités, L’Internationale et l’ouvrier27. Dans le sillage de Antonio María Claret (1807-1870), pionnier des bibliothèques populaires et un des plus efficaces promoteurs de la démocratisation de la lecture en Espagne, Sardà propose une « Biblioteca ligera para uso de todo el mundo » qui regroupe de 1876 à 1883 une collection de petits livres sans oublier les 76 opuscules proposés par la Librería y Tipografía Católica de Barcelone de 1884 à 1889 sous le titre de «Conversaciones de hoy sobre asuntos de siempre » et dont la vocation est d’instaurer un dialogue avec les lecteurs sur un ton familier et même complice28. Le titre même de cette collection est révélateur du mélange des genres qui est pratiqué : transmission orale qui s’appuie sur le dialogue, interpellations de l’auteur à ses lecteurs, style familier émaillé de tournures populaires, paraboles et mise en scène des ouvriers et ouvrières à qui l’on donne la parole29.

13Tout cet enseignement proposé aux classes laborieuses appelle évidemment la création de bibliothèques populaires. Comme la « Biblioteca Católico-Propagandística de Pamplona » fondée en 1887 et dont le vice-président Felipe Irujo avait fait l’apologie des Associations Catholiques de Propagande lors du Congrès de 1893, un réseau dense de centres de bonnes lectures, d’apostolats de la presse et de bibliothèques paroissiales se mobilise pour diffuser gratuitement « opuscules, feuilles volantes, opuscules, saines lectures catholiques dans les prisons, les hôpitaux, les patronats d’ouvriers, les usines, les ateliers et les écoles ». L’ambition de cette stratégie de communication et de socialisation est à la fois d’occuper l’espace et d’assurer une présence active lors de la moindre manifestation religieuse et sociale grâce à un incessant « alluvion » de brochures, de feuilles volantes, d’opuscules et de journaux.

  • 30 José Idelfonso Gatell (1834-1918), historien et écrivain catholique est un ecclésiastique et cathol (...)
  • 31 Pour les catholiques militants, laïques ou clergé, toutes les armes sont justifiées dans cette « cr (...)
  • 32 Soluciones Católicas, V. VI, 1898, p. 358.

14Autant d’initiatives qui s’inscrivent dans la « croisade » destinée à imprimer une direction chrétienne aux travailleurs et pour lesquelles les Apostolats de la presse et des bonnes lectures ont eu un succès indéniable. En la matière, c’est l’Apostolat de la bonne presse de Barcelone mis en place en 1871 à l’initiative de l’évêque de Barcelone, Pantaleón Montserrat, et qui compte parmi ses membres des catholiques laïques, des membres de la hiérarchie catholique et du clergé comme Idelfonso Gatell, un pionnier dans les Œuvres des Bonnes Lectures30 qui devient une référence pour les catholiques. La finalité de cet apostolat, comme ceux qui essaiment à Valladolid, Badajoz, Avila, Barbastro puis, plus tardivement, à Madrid en 1891 et à Logroño en 1892, est d’offrir aux classes populaires des « produits culturels » dont le format et les supports sont diversifiés : petits imprimés qui ne sont pas des livres mais souvent des textes courts accompagnés d’images, de vignettes, feuilles volantes, journaux et revues.31 L’Apostolat de la Bonne Presse de Madrid qui commence à se développer en 1891 sous l’impulsion du père jésuite Francisco Paula Garzón, se consacre, entre autres activités de propagande, à publier mensuellement des opuscules de 64 pages qui sont distribués gratuitement dans les usines, les hôpitaux et les prisons32.

  • 33 Crónica del 3° Congreso Católico Nacional, 1892, p. 550-551 et 577.
  • 34 Solange Hibbs, Iglesia…, op. cit., 1995, p. 399.
  • 35 Boletín de la Obra de Buenas Lecturas, 1906, p. 82.
  • 36 Boletín de la Obra de Buenas Lecturas, 1904, p. 84.

15L’ensemble de cette production populaire se caractérise par sa maniabilité, son prix modique, la brièveté, la relation entre texte et image, l’oralité et une certaine volatilité car beaucoup de ces « produits » sont conçus pour être distribués et lus immédiatement. C’est une véritable offensive qui est orchestrée comme le préconise le Congrès Catholique de Séville qui énumère une batterie de mesures : mise en place de Ligues catholiques et littéraires dans tous les diocèses sous la présidence honoraire des prélats et de membres du clergé responsables de la censure, création de bibliothèques populaires catholiques dans les villes et petites agglomérations avec un réseau de catholiques laïques volontaires prêts à exercer du colportage afin de démultiplier le nombre de lecteurs, constitution d’un réseau de librairies catholiques présentes non seulement dans les grands centres urbains mais également dans les régions moins accessibles et implantation de ces établissements dans des lieux stratégiques dans les gares et les stations balnéaires. Ce militantisme compte aussi sur la présence dans chaque diocèse d’une Société ou d’un Centre de propagande catholique sous la responsabilité d’un prélat et dont la finalité est la distribution gratuite de livres et autres imprimés dans tous les lieux publics33. Il est difficile de mesurer l’impact de cette propagande qui diffère selon les zones géographiques et les classes sociales. Toujours est-il que des estimations chiffrées sont proposées par les documents de l’époque, données à manier avec prudence dans la mesure où elles cherchent à conforter l’Église et les catholiques dans le succès de leur entreprise. Certains indicateurs relativement fiables sont les bulletins des Apostolats de la Presse et les bulletins de la Obra de Buenas lecturas. C’est ainsi que La Lectura Dominical (apparu le 7 janvier 1894) principal organe de diffusion de l’Apostolat de la Presse de Madrid fait état de la diffusion de 482 000 opuscules en 1892 et qu’en 1894, un million de feuilles volantes et autres petits imprimés avaient été répartis gratuitement aux classes laborieuses34. Quant à la Obra de Buenas Lecturas de Barcelone, créée en 1890, elle annonce fièrement dans la première décennie du xxe siècle que la bibliothèque compte plus de 200 volumes. Autre motif de fierté de cette institution est la publication d’une Hoja Dominical de parution hebdomadaire au tirage de 20 000 exemplaires35. Le prosélytisme de la Obra de Buenas Lecturas semblait avoir produit les fruits espérés dans la mesure où, dans un bilan publié en 1904 pour l’ensemble de l’activité depuis sa création, il est spécifié que la somme de 105 000 pesètes a été investie dans la propagande populaire toutes catégories confondues, que 7 000 000 exemplaires de la Hoja Dominical ont été distribués sans oublier les 60 000 exemplaires du Repertorio de Buenas Lecturas et surtout les 300 000 livres, opuscules, feuilles volantes dont ont bénéficié les fidèles catholiques toutes catégories confondues36. Cette Œuvre catholique pour la diffusion des bonnes lectures, fidèle aux orientations des Congrès Catholiques de 1892 et 1893, s’engagera résolument dans la promotion de la presse catholique pour la classe ouvrière. C’est ainsi qu’en 1895 El Amigo del Obrero voit le jour.

  • 37 Solange Hibbs, Iglesia…, op. cit., 1995, p. 348-350.

16Car la presse est au cœur de tous les débats et de toutes les incitations de l’Église. Depuis le sexenio qui avait favorisé l’éclosion de nombreuses publications, le clergé et les laïques s’impliquent résolument dans cette grande bataille de la presse. Il n’est pas opportun de revenir ici sur les polémiques et divisions que l’essor de ces publications, de signe idéologique différent, suscita. La violence des affrontements provoqués par l’attitude radicale et intransigeante de certaines publications ne fut pas en mesure de dissiper, malgré les efforts de Léon xiii et d’une partie de l’épiscopat espagnol, les dérives d’une presse souvent partisane et qui s’arrogeait le droit d’interpréter les documents officiels et pontificaux en fonction de certains enjeux religieux et politiques37. Il faudra attendre l’Assemblée de la Bonne Presse à Séville en 1905 pour que soient abordés des aspects essentiels comme la professionnalisation des journalistes, la création d’un grand périodique catholique, la création d’une agence de presse catholique à l’instar de celle qui existait déjà pour la presse libérale, la fabrication matérielle et le financement. Toujours est-il que les Congrès Catholiques de Séville et de Tarragone accordèrent une attention toute particulière au développement d’une presse catholique capable de concurrencer les publications libérales et qu’il faut replacer l’éclosion de nombreuses publications catholiques, entre autres destinées aux classes populaires, dans la période qui va de 1883 à la fin du siècle. Deux phases de ce développement sont identifiables. Une première poussée de la presse catholique ouvrière dont la finalité est souvent moralisatrice, apologétique se manifeste dans la décennie de 1880 avec la présence de périodiques et d’hebdomadaires comme El Obrero Católico publié à Lérida à partir de 1882 puis à Manresa de 1883 à 1886, El Obrero Vasco-Navarro de Pampelune (mai 1884-mai 1885), El Obrero de Nazaret de Valence (1885-1894) ou encore El Amigo del Obrero. Semanario católico destinado a la Juventud Tradicionalista de Grenade (1896), pour n'en citer que quelques-uns.

  • 38 «Prospecto », Revista Popular, 1er janvier 1871, p. 1.
  • 39 Isidro Sánchez Sanchez, « Propaganda de ideas en la España del siglo xix », in Movimientos sociales (...)
  • 40 « Apostolado de la Prensa », Revista Popular, 23 juillet 1891, p. 55-56.
  • 41 Antonio Balcells, « La cuestión social en el Congreso Católico de Tarragona », Revista Católica de (...)
  • 42 La Revista Social de las Cuestiones Sociales reproduit intégralement l’intervention de Antonio Balc (...)

17À cette liste il convient d’ajouter d’autres publications antérieures qui se maintiendront jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, comme la Revista Popular (1871) de Sardà i Salvany, qui prétendait jouer le rôle de guide des classes populaires. « Notre revue est exclusivement consacrée au peuple, c’est-à-dire à cette immense masse qui sait à peine lire, car personne n’écrit vraiment pour elle, à l’artisan, à l’agriculteur, à l’ouvrier de nos usines, aux femmes, aux enfants »38. La deuxième période très favorable au développement d’une presse ouvrière est évidemment encouragée par Rerum Novarum et les Congrès Catholiques qui se succèdent jusqu’à la fin du siècle. Ce n’est pas un hasard si la plupart de ces publications affichent dans leur titre leur vocation délibérément populaire et ouvrière comme le font La Alianza Obrera (1891) d’Alcoy, El Obrero Católico, « órgano de la Asociación general para el estudio y defensa de los intereses de la clase obrera », publié à Madrid en 1895-1896, El Obrero Católico de Gijón (1895-1900), El Obrero, « revista de los intereses de la clase obrera, católico defensor de las doctrinas sociales del Papa León xiii », publié à Luarca en 1897, sans oublier El Trabajador (1896-1897), « periódico obrero, órgano del Consejo diocesano de las corporaciones católico-obreras » de sensibilité carliste et qui sort à Valence39. Remarquons au passage que, s’il s’agit d’une presse destinée aux travailleurs et à la classe ouvrière, celle-ci est absente de la rédaction et de la direction. Rien d’étonnant à cela si l’on parcourt la circulaire annonçant l’Apostolat de la Presse à Madrid en 1891 qui reprend les stéréotypes de l’ouvrier démuni et vulnérable face au poison des idées et des lectures malsaines, un être vulnérable en quelque sorte qu’il convient de protéger et de guider en mettant à sa portée une presse qu’il peut lire sans danger. Le « bon » patron et l’Église salvatrice sont là pour accompagner l’ouvrier « qui a oublié les préceptes de la religion et ignore délibérément la vérité ». Seul remède face à cette indifférence religieuse et au péril de la déchristianisation : « aller chercher l’ouvrier chez lui, jusque dans sa modeste demeure, dans l’atelier, l’hôpital, où qu’il soit, afin de lui inculquer les principes de la morale et de l’instruction religieuse car, sans aucun doute, la plupart des ouvriers pèchent plus par ignorance que par perversion des mœurs »40. Les nombreuses références au « pauvre fils du peuple », au « pauvre ouvrier » menacé par la tentation du matérialisme et « prompt à s’abandonner au désespoir » prolongent le langage infantilisant si prégnant dans la littérature et la presse de l’époque41. En l’occurrence c’est dans la Revista Católica de las Cuestiones Sociales (publiée à partir de janvier 1908) que les termes de « protection », « tutelle », « encadrement » accompagnent les réflexions concernant l’instruction et la formation professionnelle qui doivent bénéficier des garde-fous de la religion42.

  • 43 Crónica del segundo Congreso Católico Nacional Español, 1890, p. 295.
  • 44 Crónica del tercer Congreso Católico Nacional Español, 1892, p. 551.
  • 45 Crónica del segundo Congreso Católico Nacional Español, 1890, p. 296.

18Les conclusions des Congrès Catholiques dans le sillage de Rerum Novarum continuent à égrener les multiples précautions à prendre en matière de propagande pour ces classes laborieuses si aptes à se laisser influencer et ne cessent de recommander le développement d’une presse qui leur soit destinée mais sous l’étroite supervision du clergé et des militants catholiques. Les recommandations du Congrès de Saragosse exhortent à développer des « périodiques et des revues qui accordent un intérêt particulier à la question sociale » et à fonder un journal « de propagande populaire, qui dissémine les bonnes lectures et les vraies valeurs catholiques dans toutes les localités »43. Dans cette presse « il faudra veiller à ce que « le ton soit amène, que les sujets traités soient variés et qu’il y ait une section spéciale consacrée aux connaissances utiles en matière d’agriculture et d’industrie »44. Pour faciliter l’accès à la lecture, la distribution gratuite de cette presse ainsi que le colportage sont fortement recommandés. Ce n’est pas un hasard si au cours de ce Congrès est mise en place une Commission permanente chargée des questions sociales susceptibles d’être traitées au cours des congrès ultérieurs. Afin de conforter les efforts entrepris en matière de propagande populaire, il convient de développer un maillage de représentants de toute l’Espagne pour la Junte Centrale chargée, sous le contrôle du Pape et de l’épiscopat, de traiter tous les aspects liés à la question sociale45.

19Capter pour mieux convaincre, rendre accessible la propagande catholique sous toutes ses formes pour canaliser les esprits, sont des préconisations qui ignorent la culture « populaire » des classes laborieuses et qui opposent à la réalité de la vie ouvrière, l’imagerie et parfois le mythe du bon travailleur chrétien. À l’exception de quelques publications où apparaissent timidement les signes avant-coureurs d’un « catholicisme social », il ne semble pas que dans ces publications les classes laborieuses et ouvrières aient pu disposer d’une voix afin d’exposer leur situation et répondre aux discours tenus sur elles. Dans la presse de l’époque, sauf dans le cas de publications comme la Revista Popular qui publie sporadiquement, et toujours dans une vision paternaliste, des lettres d’ouvriers et d’ouvrières, il s’agit surtout de représentations d’une classe laborieuse dont la littérature édifiante populaire fera son sujet de prédilection.

Une littérature édifiante à la portée des publics populaires

20Il est incontestable que, dans la deuxième moitié du xixe siècle, un certain nombre d’éditeurs-libraires faisant profession de la foi catholique aient réservé une place de choix à la littérature édifiante. Cette littérature bénéficie aussi de l’essor incontesté d’une presse catholique multiforme qui a établi des liens durables avec les librairies, les apostolats de bonnes lectures et les bibliothèques catholiques. Par conséquent, parallèlement à l’enseignement religieux officiel, le public catholique disposait d’un fond relativement abondant d’œuvres romanesques pieuses, de feuilletons édifiants et de récits et de contes dont la production est étroitement contrôlée par l’Église. Il est difficile de quantifier ce flot d’œuvres dont la production se diversifie en fonction des publics. Toujours est-il que les catalogues des principaux établissements éditoriaux, des librairies ainsi que les sections bibliographiques de la presse de l’époque fournissent de précieux renseignements sur les supports de diffusion et les tirages de certaines œuvres. À ces difficultés d’évaluation de pénétration de l’imprimé et de la littérature édifiante, il faut ajouter le peu de données disponibles dans le cas de la « commercialisation privée » sur tout un pan de littérature qui échappe aux éditeurs et libraires catholiques. En effet cette activité de diffusion et vente d’ouvrages est proposée par les communautés religieuses, les congrégations ou associations spécialisées, quand ce ne sont pas les auteurs eux-mêmes qui s’en chargent.

  • 46 Antonio de Valbuena, La Ilustración Católica, Madrid, janvier 1878, p. 167-168.
  • 47 P. Juan Antonio, La doncellita jornalera, La Hormiga de Oro, 3e édition, 1909, p. 37.

21Une chose est certaine : dans son effort pour reconquérir l’opinion et reprendre en main le contrôle des consciences, l’Eglise multiplie les initiatives destinées à toucher de nouveaux publics : la jeunesse, les femmes, la famille, les classes populaires. Des tentatives, souvent méconnues, sont faites pour atteindre par le biais du « bon livre » des catégories sociales différentes. L’analyse des supports de diffusion, qu’il s’agisse de la presse, des dépôts des « bons livres », des bibliothèques paroissiales ou des librairies et maisons d’édition catholiques permet de mieux cerner ces lectorats. Un premier élément significatif est la présence constante et chaque fois plus diversifiée du livre édifiant et récréatif dans les catalogues des principaux établissements typographiques. Ce choix s’élargit progressivement à partir de 1860 et les catalogues d’établissements comme ceux de Pablo Riera, Juan Subirana, Eusebio Aguado ou Juan Bastinos permettent d’avoir une idée de ce que cette littérature édifiante représente. La grande majorité des ces œuvres sont étiquetées comme roman « moral », « religieux », « catholique » ou « instructif » et sont des classiques du genre qui connurent de nombreuses rééditions aussi bien à l’étranger (Allemagne, France et Italie) qu’en Espagne. La littérature édifiante espagnole n’hésite pas à importer des œuvres considérées comme des valeurs sûres. C’est le cas du chanoine allemand Christoph Schmid (1796-1854), figure de proue de la littérature catholique dont les œuvres continuent à être éditées en Espagne jusqu’en 1950, sans oublier le père jésuite italien Juan José Franco (1824-1907), présent dans toutes les collections et bibliothèques de « bonnes et saines lectures » jusque dans les premières décennies du xxe siècle. La constatation qui s’impose est que l’édition catholique privilégie l’orthodoxie et, bien que les ouvrages proposés ne soient pas irréprochables quant à leur mérite littéraire, ce qui compte est qu’ils ne renferment rien de contraire à la foi et à la saine morale. Il ressort de l’examen de l’ensemble de cette production romanesque qu’elle restera très profondément marquée par le souci d’édifier avant que de plaire et celui de rendre certaines vérités morales plus sensibles afin « d’élever, par les sentiments, l’âme vers l’infini et l’homme vers Dieu » comme le résume parfaitement Antonio de Valbuena (1844-1929)46. C’est exactement la finalité de petits récits destinés à la classe laborieuse, aux ouvriers et aux ouvrières comme La doncellita jornalera. Gracieta o Historia de la vida santa y ejemplar de una joven jornalera de fábrica, publié par le père piariste Juan Antonio en 1896 par l’établissement de La Hormiga de Oro, qui connaît un certain succès avec deux rééditions (1897 et 1909). Ce récit qui, assure l’auteur, s’inspire de faits réels est centré sur un personnage féminin pour lequel maints détails biographiques sont invoqués. Car il s’agit bien d’éviter « les dérives produites par l’imagination débridée et la fantaisie » et de proposer « les exemples réels et pratiques des Saints et des chrétiens et chrétiennes qui vivent dans les sublimes régions de la perfection et respirent l’air pur de la grâce divine [...] »47. Gracieta, qui est une sainte, incarne l’abnégation chrétienne dont doivent s’inspirer les femmes qui travaillent, soit à l’usine, soit dans les champs et le récit prodigue conseils et injonctions à ces femmes qui sont la proie d’incessantes tentations. Le propos de cette petite nouvelle est bien de démontrer que le travail féminin est propice au vice et à l’exploitation encouragée par le matérialisme, l’individualisme et les idées libérales qui sapent l’ordre surnaturel. Aucune considération de nature sociale n’apparaît dans un texte dont le but est manifestement de proposer des garde-fous aux femmes qui risquent de perdre leur pureté et leur chasteté. Les quelques critiques concernant l’exploitation des classes travailleuses qui émaillent le récit, se limitent à opposer le monde rural idéalisé et la ville, foyer de toutes les corruptions. Cette littérature didactique échappe rarement à la finalité essentiellement moralisatrice même si certains romans ouvriers comme celui proposé par Luis Puig y Savall en 1876, sous le titre La ciencia del trabajo o historia de una familia obrera, offrent une analyse plus réaliste du monde du travail. Le sous-titre de ce roman de 178 pages, Nociones de economía política con aplicación a la industria y al comercio puestas al alcance de los niños y de las clases populares éclaire le propos de son auteur : il s’agit bien de dénoncer la concurrence effrénée, l’exploitation de la classe ouvrière mais aussi de réhabiliter le travail qui, grâce au progrès industriel, permet d’échapper à la misère. Le récit, sous forme de dialogues d’un ouvrier catalan, Antonio avec sa femme María et ses deux enfants, fait l’éloge de l’archétype de l’ouvrier laborieux et honnête, incarné par le personnage de Carlos qui, grâce à ses convictions religieuses, ne se laisse pas corrompre par les idées socialistes et anarchistes. Cette exaltation des vertus du « bon ouvrier » s’accompagne d’une vision idéalisée du « bon patron » qui, à l’image de Don Miguel, propose à Carlos de participer à la gestion de son entreprise. Ce dernier finit par épouser la fille du patron. Cette apothéose finale illustre la morale du récit : seules la concorde et la fraternité entre ouvriers et patrons permettent d’éviter l’égoïsme et la haine que propagent les mauvais ouvriers, apôtres du socialisme et du communisme. Ce roman publié par la Tipografía Católica de Barcelone s’inscrit dans une production relativement substantielle qui bénéficie du développement des librairies catholiques mais aussi de la presse où elle apparaît souvent sous forme de feuilletons.

  • 48 La Biblioteca del Hogar, série de petits romans édifiants illustrés et dont les auteurs sont espagn (...)

22Quoi qu’il en soit, la diversification des lectorats, les progrès matériels de l’édition, ainsi que l’extension de supports efficaces de diffusion comme la presse, facilitent la popularisation de cette littérature édifiante qui tente de concurrencer la production « impie ». Les efforts de diversification des publics ciblés concernent, entre autres, les classes populaires, les travailleurs et les femmes sans oublier les enfants. Parmi les publications les plus offensives en matière de littérature édifiante pour les classes modestes et laborieuses, mentionnons la très résiliente Revista Popular qui, du sexenio aux premières décennies du xxe siècle, propose à la fois des lectures d’agrément d’auteurs parfaitement « orthodoxes », comme Louis Veuillot (1813-1883) ou Manuel Polo y Peyrolón (1846-1918), et dont la finalité est de capter un public populaire. Sans être spécialement consacrée à ce type de littérature, cette revue dirigée d’une main de fer par le prolifique Sardà i Salvany, se propose, surtout dans la section « Bibliographie », d’orienter les lecteurs dans leurs choix en matière de littérature édifiante. Cet effort de propagande en faveur de la bonne cause implique également de proposer à ses lecteurs et ses abonnés des collections de petits romans exemplaires comme ceux de la « Biblioteca del Hogar » que la Tipografía Católica offre à ses lecteurs dans les années 189048. Les supports de diffusion espagnols de la littérature romanesque s'inspirent des initiatives catholiques étrangères et notamment françaises. Cette solidarité en matière de propagande catholique et de diffusion d'œuvres bénéficie des échanges entre maisons d'édition et de presse catholiques de différents pays, comme la librairie catholique internationale Casterman de Paris. C’est une véritable internationale des bonnes lectures et des bons livres qui se met en place.

  • 49  « Un rato de conversación », La Hormiga de Oro, n.° 3, 15 janvier 1884.
  • 50 La Hormiga de Oro, 21 mai 1887, p. 322.
  • 51 Solange Hibbs, Iglesia,…, op. cit., 1995, p. 237.

23La Hormiga de Oro, publiée à partir de 1884, apparaît comme un exemple significatif de l'effort réalisé pour adapter ses publications à des publics plus diversifiés. Cette revue illustrée à première vue plutôt destinée à la bourgeoisie catalane et dirigée par l'écrivain carliste Luis María de Llauder (1873-1902), veut plaire tout en éduquant et en « édifiant ». Le but avoué est de concurrencer la presse et les revues illustrées impies, mais aussi d’attirer des lectorats diversifiés qui doivent avoir accès « à des publications qui s’efforcent d’être moins onéreuses et plus populaires »49. Toujours dans un souci d’efficacité commerciale et parce que la fabrication d’un livre exige des garanties morales d’un bout à l’autre de la chaîne, certains éditeurs catholiques disposent de leur propre atelier d’imprimerie et contrôlent le processus de distribution. Un cas significatif est celui de la maison d’édition et également librairie-bazar La Hormiga de Oro qui bénéficie de l’appui et des capitaux de Luis María de Llauder. Cet établissement se spécialise, outre la presse, dans la publication de collections de romans édifiants comme les Novelas populares. À l’occasion de son installation dans de nouveaux locaux en 1897, La Hormiga de Oro se dote de son propre atelier d’imprimerie et ne tarde pas à faire figure de modèle en matière de production d’imprimés et d’organisation du travail. En effet le nouvel établissement typographique devient un exemple pour tous les patrons catholiques qui souhaitent implanter des « centres industriels catholiques pratiques »50. En 1888 avec 80 ouvriers et des installations qui permettaient d’imprimer plus de 4 000 exemplaires quotidiens de journaux et de revues, cet établissement était devenu une entreprise à part entière51. Il faut souligner la volonté de La Hormiga de Oro de reproduire la hiérarchie et l’esprit des anciennes corporations car, grâce à la fraternité professionnelle et à la solidarité d’intérêt et d’honneur, apprentis, ouvriers et patrons étaient supposés partager le même idéal chrétien. La publication de petits ouvrages édifiants comme celui d’Eugenio Richter, El socialismo y sus resultados prácticos (1898), qui raconte l’histoire d’une famille ouvrière tentée par les néfastes doctrines du socialisme et qui sombre dans la misère suite à l’implication du chef de famille dans les grèves de son usine fait partie de ce déploiement de la « bonne » littérature. La morale de l’histoire est sans ambigüité : seule la religion peut préserver les classes laborieuses des malheurs qui la guettent.

  • 52 Consejos a las sirvientas cristianas y a las jóvenes obreras, 1899, p. 51.

24Les femmes ouvrières sont également les destinatrices de cette morale comme l’illustre l’ouvrage Consejos a las sirvientas cristianas y a las jóvenes obreras publié en 1899, véritable manuel de bonne conduite dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de la sphère privée ou de la sphère publique, ces travailleuses doivent respecter scrupuleusement les normes qui régissent la hiérarchie sociale et les vertus catholiques qui préservent l’âme et le corps. L’apologie de l’inégalité de classe imprègne les pages de cette littérature qui se veut édifiante et dont le but est de renforcer le cordon sanitaire qui sépare les différentes classes sociales : « Vous ne devez jamais céder à l’envie, ni ressentir la moindre affliction parce que vous êtes ouvrières et que d’autres sont vos supérieures, parce que vous devez gagner un salaire pour vivre et que d’autres ne sont pas astreintes à cette obligation pour vivre. C’est dans l’ordre des choses établi par Dieu et rien ne peut le changer »52. Dans le même esprit, l’établissement de La Hormiga de Oro propose, à partir de 1912, la publication de petits récits de quatre pages illustrés par des vignettes et dont le prix modique est de 35 centimes pour 100 exemplaires. Ces feuillets, publiés sous le titre de Cultura Popular, qui sont supposés se répandre comme « lluvia menuda » proposent charades, contes, scénettes de théâtre et leur attrait pour les classes modestes est le format court et peu chargé en texte. Beaucoup de ces imprimés d’un genre spécial qu’il est difficile de faire rentrer dans une catégorie précise, abordent la question sociale et sont souvent rédigés, lorsqu’ils ne sont pas anonymes, par des écrivains connus. La revue illustrée, La Hormiga de Oro, tente de prolonger cet esprit et cet idéal avec la publication de petits récits spécialement destinés à la classe ouvrière et dont l’exemplarité doit inspirer le patronat. Citons, entre autres, les récits de l'augustin Conrado Muiños (1858-1913), collaborateur assidu de la section bibliographique et de la chronique littéraire de cette revue, qui véhiculent les bons sentiments et prônent la générosité des classes supérieures vis-à-vis des déshérités ou encore les petits récits mièvres de l’écrivaine belge Mathilde Bourdon (de son vrai nom Mathilde Froment), connue pour ses petits romans pour les classes industrieuses abondamment traduits en Espagne.

  • 53 La Ilustración Católica, 30 octobre 1898.
  • 54 Ibídem, 30 avril 1898.

25La volonté de capter des publics populaires qui est explicitement annoncée par La Ilustración Católica, publiée à Madrid de 1877 à 1894, sous la direction de Valentín Gómez. Revue éclectique et dont les publics sont diversifiés, cette illustration ne pouvait faire l’impasse sur la question sociale comme l’illustre la production de petites nouvelles, souvent publiées par livraisons, sur le socialisme, la vie dans les usines, les ouvriers, le travail dans les zones rurales et les villes. La présence d’auteurs comme José Selgas Carrasco (1822-1882), écrivain traditionaliste, du jésuite Luis Coloma (1851-1915) dont les contes et autres récits sont largement diffusés dans la presse de l’époque et surtout par la revue El Sagrado Corazón de Jesús, véritable entreprise éditoriale, sans oublier l’incontournable Louis Veuillot, est une garantie et la marque de fabrique de cette littérature édifiante. Il y a fort à parier que cette revue illustrée n’était pas prioritairement lue par les classes populaires mais ses efforts pour populariser la littérature récréative pour des lectorats différents, dont les femmes et les familles catholiques, lui ont permis de bénéficier d’une assez large diffusion. L’intérêt pour la question sociale est particulièrement soutenu après la parution de Rerum Novarum et la revue propose alors feuilletons et récits courts sur la classe ouvrière. Les titres sont révélateurs de la finalité édifiante qui sous-tend l’ensemble de la production. C’est la thématique de la taverne et des lieux de sociabilité de la classe ouvrière avec le feuilleton intitulé « La Iglesia y la taberna », une histoire véridique comme l’assure son auteur, et qui affirme que si le monde se répartit entre riches et pauvres, « c’est bien ainsi car Dieu l’a voulu et parce que cela montre qu’en ce bas monde tout est provisoire et éphémère » (La Ilustración Católica, juillet 1894). Résignation et patience sont, par conséquent, le lot des plus pauvres qui doivent se tenir éloignés des lieux de perdition comme les tavernes et bars. C’est la même apologie de la pauvreté, qui imprègne les pages du récit « El ángel bueno y el ángel malo » du romancier traditionaliste Ceferino Suárez Bravo (1824-1896), où la providence divine explique le dénouement de cette tragique histoire : la mort d’un ouvrier qui vivait heureux à la campagne mais s’est laissé séduire par les funestes théories révolutionnaires d’un travailleur des villes53. Car la sédition face à ce qui est considéré comme l’état naturel et imposé par Dieu aux classes laborieuses, à savoir la pauvreté, la résignation et le sacrifice, est la source de tous les maux. Les grèves menacent l’ordre social, l’envie des plus pauvres provoque la discorde et la lutte des classes comme tente de le démontrer l’historiette de Dioniso Langa, « La huelga »54. Dans la fabrique de textile de Santiago Mena, « véritable père et guide » des soixante ouvriers qui travaillent sous sa responsabilité, la grève pour obtenir la journée de huit heures et une augmentation de salaire suscitée par Pablo Rebollo, ouvrier socialiste, dégénère. Dans sa tentative de tuer le patron de l’usine, l’ouvrier séditieux est blessé par ses compagnons. Le patron, dont il est proposé un portrait tout en bonté, lui pardonne et prend soin de sa femme et de ses quatre enfants pendant sa longue convalescence. Le dénouement de ce récit est éminemment moral : Pablo Rebollo, repenti, se jette aux pieds de Santiago Mena et lui promet d’être un homme honnête. Les vertus chrétiennes et la sollicitude des patrons gomment toutes les aspérités sociales et économiques d’un monde du travail dont les conditions et la nature ne sont jamais vraiment analysées.

  • 55 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, décembre 1896.
  • 56 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, octobre 1896.
  • 57 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, novembre 1896.

26Mentionnons dans la vaste production qu’il est impossible d’approfondir dans la présente contribution, les cas emblématiques d’une presse destinée aux classes populaires comme El Obrero Católico qui voit le jour à Madrid en 1895. Comme beaucoup d’autres publications qui ciblent les classes laborieuses, El Obrero Católico affirme sa présence dans le contexte favorable de Rerum Novarum. Ce dont il s’agit est de donner la parole aux promoteurs et membres de la Asociación general para el estudio y la defensa de los intereses de la clase obrera et surtout du Consejo Nacional de las corporaciones católico-obreras mis en place en 1893. El Obrero Católico cependant ne connaîtra qu’une vie éphémère car il sera remplacé en 1896 par le Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, qui consacre un espace important à la publication de petits feuilletons ouvriers. « Emancipado »55 narre les mésaventures d’un ouvrier contaminé par les idées révolutionnaires ; « Juanito Calores »56, « le plus intransigeant des ouvriers socialistes de la région » ; retrouve la voie de la raison et de la religion après avoir occupé la place et les fonctions du maire du village ; « Los dos duros »57 fait l’apologie de la charité. Toute cette production, proposée par des auteurs comme Eduardo Tomasich et Fermín Sacristán, est opportunément accompagnée par des articles de fond sur les cercles ouvriers catholiques, l’épargne, les patrons chrétiens.

  • 58 La Familia Cristiana, 18 novembre 1876.
  • 59 La Familia Cristiana, 20 janvier 1877.
  • 60 La Familia Cristiana, 20 janvier 1877.

27Le même prosélytisme imprégnait déjà une revue comme La Familia Cristiana publiée à Barcelone à partir de 1876 et qui annonce dans le prospectus de son premier numéro qu’elle se veut « totalement populaire » et exemplaire pour les familles chrétiennes et les travailleurs. C’est de la doctrine avant tout mais aussi des récits comme ceux de Maria de Bell-Lloch qui mettent en garde les pauvres ouvriers et ouvrières contre le matérialisme, les libertés modernes, Dans « Los mals consells »58, Alex, honnête travailleur dont la famille est l’exemple même des vertus chrétiennes, se laisse tenter par les distractions et les vices de la taverne. Ce récit publié par livraisons n’est que l’illustration récréative de la doctrine qui est instillée sur des sujets d’actualité comme « Lo Materialisme »59 ou « Consideracions sobre la familia »60.

Conclusion

  • 61 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 107.

28La littérature récréative proposée est, dans son immense majorité, essentiellement une littérature d’édification, didactique, pieuse et romanesque, destinée à un large public et sous l’étroite vigilance de la hiérarchie catholique. L’asservissement du genre à l’exemplarité se reflète dans l’univocité des titres de tous ces récits, nouvelles, petits romans ou historiettes, des récits qui sont « le plus souvent inventés pour les besoins d’une cause et qui s’arrogent le droit d’utiliser la fable sous le masque de l’histoire vraie »61. Cette littérature dont seuls quelques échantillons ont été proposés dans la présente contribution, a certainement été plus lue que ce que l’on peut imaginer et il est difficile de sous-estimer sa place et son importance dans le développement d’une culture populaire catholique qui a bénéficié de l’institution mais également de l’investissement militant et durable des catholiques espagnols.

29Néanmoins, il convient de s’interroger sur la portée de cette littérature et de l’enseignement religieux qu’elle véhicule. Force est de constater que, dans sa grande majorité, cette production destinée à atteindre les ouvriers et les classes sociales les plus modestes se nourrit d’une apologétique populaire qui avait peu de chance de meubler les esprits des travailleurs. Peu importe le support ou la valeur intrinsèque, car ce qui compte est que ces petits ouvrages, diffusés par le truchement des librairies, apostolats des bonnes lectures et de la presse, servent de support à une morale en action, une religion d’autorité qui fait surtout appel à la sensibilité des lecteurs et laisse son intelligence en friche. Cette apologétique populaire, très prégnante au xixe siècle, et très influencée par la néo-scolastique, semble éloignée des formes et de savoir de la vie moderne et reflète la mentalité essentiellement défensive des gens d’Eglise. La pauvreté de cette littérature, qu’il s’agisse de ce que l’on appelle la littérature d’édification et de la littérature religieuse au sens large du terme, est peut-être aussi le reflet de la faiblesse du catholicisme social en Espagne. Les difficultés de ce réformisme social à se constituer en une doctrine et une pratique organisées et durables au xixe siècle ont pu être attribuées à différents facteurs. Malgré la force mobilisatrice de ce réarmement catholique et militant qui se produit à partir du Sexenio, l’engagement des catholiques dans un mouvement de résistance puis de reconquête de la société se heurte aux divisions qui fissurent le catholicisme espagnol et qui l’entraveront jusque dans les premières décennies du xxe siècle. Face aux changements induits par la modernité issue de la Révolution et dont le système de pensée s’organise autour de la sécularisation et de l’individualisme, l’Eglise se place à contre-courant en affichant une identité et une visibilité qui restent trop souvent en marge des réalités sociales et culturelles de son temps. Cela est particulièrement palpable dans la conception et le fonctionnement de ces cercles catholiques et associations pour les travailleurs, où le social est le plus souvent limité au charitable et dont les dimensions essentiellement récréatives et pieuses ont surtout pour finalité la sauvegarde de l’intégrité morale et l’harmonie sociale. Malgré le retentissement de l’encyclique Rerum Novarum dans le monde catholique et certaines des perspectives nouvelles qui s’ouvrent comme la reconnaissance de la légitimité du syndicalisme ouvrier par Léon xiii, il semble que son impact ait été limité en Espagne et il faudra attendre les dernières décennies du siècle, et même le début du xxe siècle, pour qu’une prise de conscience plus vigoureuse permette l’élaboration d’une législation sociale et que se développent des associations professionnelles, économiques et sociales soucieuses des conditions matérielles de la classe ouvrière.

Haut de page

Notes

1 Solange Hibbs, « El libro y la edificación », Historia de la edición y de la lectura en España : 1472-1914, Víctor Infantes, François Lopez, Jean-François Botrel (dir.), Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003, p. 650-661.

2 Voir à ce sujet l’ouvrage de Jesús Martín Tejedor, Francisco Butiña y los talleres de Nazaret : utopismo socialista del siglo xix en el catolicismo español (Historia de las religiosas Siervas de San José), Madrid, CSIC, Monografías de historia eclesiástica, 1977 et également Ana Yetano, La enseñanza religiosa en la España de la Restauración (1900-1920), Madrid, Anthropos, 1988. Ana Yetano souligne la prolifération des ordres religieux qui ne cessèrent de s’accroître en passant à 300 de 1876 à 1900 : « Porque de hecho, este fue el gran tema en el que se centró la atención de todos, políticos u hombres de la calle ; las comunidades de frailes y monjas que, acompañadas de sendas reales órdenes, se habían ido extendiendo ininterrumpidamente desde 1876 al practicar los distintos ministros de Gracia y Justicia (de uno u otro signo político), una lectura ampliamente permisiva del artículo 29 del Concordato de 1851 ».

3 Feliciano Montero García, El primer catolicismo social y la « Rerum Novarum » en España (1889-1902), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto Enrique Flórez, 1983, p. 75.

4 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France (1840-1940), Paris, Hachette, 1984, p. 357.

5 Feliciano Montero García, El primer catolicismo social…, op. cit., p. 78.

6 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 360.

7 Ibídem, p. 361.

8 Ibídem, p. 361.

9 La Unión Católica, parti catholique confessionnel (1881-1884) fut la tentative, sur l’initiative de catholiques du secteur plus modéré, et avec l’appui de personnalités comme Alejandro Pidal y Mon, les Comtes d’Orgaz et Canga Arguëlles, en accord avec la politique conciliatrice et de “ralliement” de Léon xiii, de créer un parti semblable au Zentrum, parti allemand de défense religieuse dont la stratégie pragmatique avait permis aux catholiques allemands de bénéficier d’une participation plus significative dans les affaires et la société de leur époque. L’existence éphémère de la Unión Católica est due, entre autres, aux très fortes réticences de l’épiscopat espagnol, aux nombreuses divisions des catholiques espagnols et à l’opposition des traditionalistes et intégristes qui dénoncèrent une nouvelle collusion entre le catholicisme et le libéralisme (Solange Hibbs, Iglesia, prensa y sociedad en España (1868-1904), Alicante, Instituto de Cultura « Gil Albert », 1995, p. 143-173).

10 Elena Maza Zorrilla, «Asociacionismo confesional en Valladolid. La Asociación Católica de Escuelas y Círculos de Obreros, 1881-1914 », Investigaciones históricas. Época moderna y contemporánea, Valladolid, n° 7, 1987, p. 169-202. Consultable sur Dialnet.

11 Dans El primer catolicismo social y la Rerum Novarum en España (1889-1902) F. Montero García mentionne, plus précisément dans le chapitre 3, p. 123-130, le rôle des cercles ouvriers dont l’implantation se renforce sous l’impulsion de l’encyclique Rerum Novarum. Pour une analyse exhaustive des cercles d’ouvriers catholiques en Espagne, les contributions de José Andrés Gallego constituent un apport important. Signalons aussi la acontribution de Tomás Martínez Vara et José Luis Ramos Gorostiza, « El matizado industrialismo social español (1880-1936) » Historia y política. Ideas, procesos y movimientos sociales, Madrid, n° 27, enero-Junio 2012, p. 252-279. Consultable sur Dialnet.

12 La Revista Popular consacre un grand nombre d’articles à la question sociale et aux cercles catholiques d’ouvriers. Mentionnons également ceux que Sardà regroupa dans une collection intitulée El Buen Combate et qui furent publiés entre 1896 et 1900.

13 Jean-Louis Guereña, « L’Église et l’éducation populaire à la fin du xixe siècle », École et Église en Espagne et en Amérique Latine. Aspects idéologiques et institutionnels, Jean-René Aymes, Ève-Marie Fell, Jean-Louis Guereña (dir.), Tours, Presses Universitaire François-Rabelais, 1988, p. 282.

14 Voir sur cette question les nombreux articles sur « Los círculos católico-obreros » publiés dans le tome X de Propaganda Católica par Sardà i Salvany ainsi que ses contributions sur la question sociale, « La Restauración obrera » dans la Revista Popular de janvier et février 1873. Cette préoccupation pour les classes laborieuses est constante et la production de Sardà sur la question sociale concerne la période comprise entre 1871 et le début du xxe siècle.

15 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 292.

16 Ibídem, p. 120.

17 Voir à ce sujet le chapitre consacré à la question ouvrière dans l’ouvrage de Antonio Moliner Prada, Fèlix Sardà y Salvany y el integrismo en la Restauración, Bellaterra, Universitat Autónoma, 2000, p. 237.

18 « Dadas las grandes ventajas que ofrece la asociación y la acción colectiva en todas las esferas, el Congreso recomienda de una manera especial aquellas otras que no pueden llevarse a cabo por una sola persona, y que, basándose en los sentimientos religiosos, se encamina al mejoramiento moral y económico de la clase obrera, para la cual recomienda, entre otras, las siguientes : a) La fundación de Círculos católicos de obreros [...], la fundación de Consejos diocesanos para dar unidad de acción a los Círculos de cada diócesis [...] y en su día la federación de todos éstos [...] b) La fundación de toda clase de patronatos para obreros, que tan buenos resultados están dando y pueden dar [...] », Crónica del 2° Congreso Católico, 1890, p. 294.

19 F. Montero García, El primer catolicismo social…, op. cit., p. 146.

20 F. Montero évoque le modèle de l’institution corporatiste et ouvrière de la filature de laine du Val-des-Bois mise en place par Léon Harmel qui est présentée comme un modèle pour le patronat catholique : « En cuanto a la iniciativa privada, se recomienda a los patronos y a “todos los individuos de las clases superiores” ser verdaderos protectores de sus inferiores y dependientes [...], procurando su mejora moral y material. Propone como modelo “al célebre industrial francés L. Harmel” » (El primer catolicismo social, op. cit., p. 156).

21 Pierre Pierrard a opportunément souligné la résonance d’une autre encyclique de Léon XIII concernant les associations catholiques et les corporations chrétiennes : l’Humanum Genus (20 avril 1884) dans laquelle le Pape recommande la reconstitution de « ces corporations ouvrières, destinées à protéger, sous la tutelle de la religion, les intérêts du travail et les mœurs chrétiennes » [...] une reconstitution dont notre âge retirerait de plus grands fruits encore à cause des précieuses ressources qu’elles offrent pour combattre avec succès et pour écraser la puissance des sectes et fournir aux ouvriers les moyens de garder, avec de bonnes mœurs, la connaissance de la religion et l’amour de la piété » (Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 342).

22 Solange Hibbs, Iglesia…, op.cit., p. 348-347.

23 Jean-François Botrel a été un précurseur dans l’étude des moyens de communication de l’Église catholique en Espagne. Signalons une de ses premières contributions sur le sujet : « La Iglesia católica y los medios de comunicación impresos en España de 1847 a 1917 : doctrina y prácticas », in Metodología de la historia de la prensa española, Madrid, Siglo xxI, 1982, p. 119-176.

24 Crónica del 2° Congreso Católico, 1890, p. 296.

25 « Hablaréte en prosa casera, a la pata llana, que no soy Castelar para echarme a volar todos los días por las regiones de lo vaporoso y de lo ideal, a riesgo de que se me pierda de vista. Además de que no sienta bien a un Oscurantista como yo gastar así la pólvora en lumbradas y fuegos artificiales. Con que me entiendas tú, como a ti te entiendo yo, de fijo vamos a entendernos los dos », Sardà i Salvany, « Proemio a lo que fuere », Propaganda Católica, t. 5, 1886.

26 Solange Hibbs, « Estudio preliminar », El liberalismo es pecado de Sardà i Salvany, LLeida, Pagès Editors, 2009, p. 40-41.

27 Antonio Moliner Prada, Fèlix Sardà y Salvany…, op.cit, p. 25.

28 Solange Hibbs, « El padre Antonio María Claret (1807-1870) : un pionero de las bibliotecas populares en el siglo xix », Prensa, impresos en el mundo hispánico contemporáneo. Homenaje a Jean-François Botrel, Jean-Michel Desvois (éd.), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2005, p. 209.

29 Dans le tome VIII publié en 1894 de la collection d’articles regroupés sous le titre Propaganda Popular, Sardà insiste sur la nécessité d’avoir recours à un style simple et populaire pour faciliter l’accès des classes laborieuses à la lecture : « Por nuestra parte, consagrados toda la vida a la publicación de cosillas así pequeñas y de ningún bulto, no nos ha de avergonzar en el caso presente la insignificancia de tan ligeros trabajillos. De este rubor literario estamos ya curados por la misericordia de Dios » (op. cit., p. 8).

30 José Idelfonso Gatell (1834-1918), historien et écrivain catholique est un ecclésiastique et catholique modéré qui s’opposa fréquemment au secteur intégriste. Il participa à la mise en place de la Obra de Buenas Lecturas de Barcelone et fut un ardent défenseur de la démocratisation de la lecture et des bibliothèques populaires.

31 Pour les catholiques militants, laïques ou clergé, toutes les armes sont justifiées dans cette « croisade » que l’Église mène contre les mauvaises lectures et l’impiété. Car c’est bien d’une « guerre » qu’il s’agit selon les termes de l’intégriste catalan Sardà, dont les métaphores reflètent la stratégie offensive d’une institution qui veut reconquérir le terrain perdu : « Hoy se lucha por todos y en todas partes y todo se convierte en palenque y todo es arma. Es arena de esas lides la familiar tertulia casera, como la mesa del casino, lo es el wagón o la diligencia, como lo es la lonja o la Bolsa. Son armas el libro, la hoja suelta, el espectáculo teatral, la candidatura para elecciones, el abanico que compráis por cinco céntimos, la caja de fósforos, tal vez el mismo prospecto de modas que os dan en la tienda o en el bazar », Sardà, Propaganda Católica, 1884, p. 531).

32 Soluciones Católicas, V. VI, 1898, p. 358.

33 Crónica del 3° Congreso Católico Nacional, 1892, p. 550-551 et 577.

34 Solange Hibbs, Iglesia…, op. cit., 1995, p. 399.

35 Boletín de la Obra de Buenas Lecturas, 1906, p. 82.

36 Boletín de la Obra de Buenas Lecturas, 1904, p. 84.

37 Solange Hibbs, Iglesia…, op. cit., 1995, p. 348-350.

38 «Prospecto », Revista Popular, 1er janvier 1871, p. 1.

39 Isidro Sánchez Sanchez, « Propaganda de ideas en la España del siglo xix », in Movimientos sociales y Estado en la España contemporánea, Manuel Ortiz Heras, David Ruiz González, Isidro Sánchez Sanchez (coords.), Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2001, p. 190-193.

40 « Apostolado de la Prensa », Revista Popular, 23 juillet 1891, p. 55-56.

41 Antonio Balcells, « La cuestión social en el Congreso Católico de Tarragona », Revista Católica de las Cuestiones Sociales, n° 4, Abril 1895, p. 170.

42 La Revista Social de las Cuestiones Sociales reproduit intégralement l’intervention de Antonio Balcells sur la question sociale présentée lors du Congrès Catholique de Tarragone en 1894 et dans laquelle mention spéciale est faite des cercles ouvriers catholiques « que pueden formar uno de los más robustos cuerpos en el ejército universal de la propaganda católica » et dont le rôle de protection des travailleurs est indispensable car « Cosa harto sabida es que el obrero no puede ir solo y que necesita tutela y protección. Las personas de clase más elevada que se inscriban en los Círculos han de presentarse en ellos como padres o tutores, guardando los carácteres de dignidad y amabilidad, de dignidad para conciliarse el respeto, y de amabilidad para ganarse la confianza del pobre obrero y formar así una cordial y cristiana unión » (1895, p. 169 et 172).

43 Crónica del segundo Congreso Católico Nacional Español, 1890, p. 295.

44 Crónica del tercer Congreso Católico Nacional Español, 1892, p. 551.

45 Crónica del segundo Congreso Católico Nacional Español, 1890, p. 296.

46 Antonio de Valbuena, La Ilustración Católica, Madrid, janvier 1878, p. 167-168.

47 P. Juan Antonio, La doncellita jornalera, La Hormiga de Oro, 3e édition, 1909, p. 37.

48 La Biblioteca del Hogar, série de petits romans édifiants illustrés et dont les auteurs sont espagnols pour la plupart, propose deux éditions : une populaire brochée et dont le prix varie de 75 centimes à 1,25 pts et une édition plus soignée en toile anglaise pour 1.75 pts.

49  « Un rato de conversación », La Hormiga de Oro, n.° 3, 15 janvier 1884.

50 La Hormiga de Oro, 21 mai 1887, p. 322.

51 Solange Hibbs, Iglesia,…, op. cit., 1995, p. 237.

52 Consejos a las sirvientas cristianas y a las jóvenes obreras, 1899, p. 51.

53 La Ilustración Católica, 30 octobre 1898.

54 Ibídem, 30 avril 1898.

55 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, décembre 1896.

56 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, octobre 1896.

57 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, novembre 1896.

58 La Familia Cristiana, 18 novembre 1876.

59 La Familia Cristiana, 20 janvier 1877.

60 La Familia Cristiana, 20 janvier 1877.

61 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France…, op. cit., p. 107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Hibbs, « Propagande catholique et littérature populaire : l’Église face aux défis de la question sociale (1876-1902) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/9887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.9887

Haut de page

Auteur

Solange Hibbs

Université de Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université d'Angers
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search