Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Les oreilles des dieux« Parce qu’il a écouté ma voix, q...

Les oreilles des dieux

« Parce qu’il a écouté ma voix, qu’il me bénisse » Usages et portée d’une formule phénicienne et punique

Corinne Bonnet, Giuseppe Minunno et Fabio Porzia
p. 41-71

Résumés

La formule phénicienne et punique qui associe écoute du dieu et bénédiction du fidèle est très fréquemment présente dans les dédicaces, avec une diffusion spatio-temporelle remarquable. On l’étudie ici de trois points de vue : tout d’abord la variété de ses attestations, sa portée sémantique et les liens possibles avec l’onomastique personnelle ; ensuite la manière dont elle est négociée dans les inscriptions bi- et trilingues (avec des textes grecs et latins) ; enfin, l’articulation entre textes et images sur les stèles votives des tophet. Cette étude conjointe permet de souligner à la fois les éléments relevant du champ de l’habitus épigraphique et ceux qui témoignent de l’influence des contextes d’usage.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution a été réalisée dans le cadre de « Mapping Ancient Polytheisms. Cult Epithets as an Interface between Religious Systems and Human Agency » (MAP), projet ERC Advanced Grant dirigé par Corinne Bonnet, université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire PLH‑ERASME (2017-2023) et financé par le Conseil Européen de la Recherche dans le cadre du programme de recherche et d’innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 (contrat no 741182). Fabio Porzia a été post-doctorant du projet et Giuseppe Minunno a été Chercheur Invité pendant quatre mois au printemps 2021.

Texte intégral

1La formule dont il va être question dans notre contribution, et plus globalement le sujet de ce dossier thématique, engagent la question complexe de l’anthropomorphisme des dieux. Dans un article de 1990, le seul à véritablement l’aborder du point de vue des dieux phéniciens, Sergio Ribichini1 estimait qu’il s’agissait de la manière la plus intuitive de comprendre le non-humain par l’humain, tout en reconnaissant que ce processus n’était ni simple ni universel. Il convient – nous le rejoignons sur ce point – de le considérer comme un aspect de la créativité qui caractérise les modes de représentation des dieux en polythéisme (mais aussi en monothéisme2). La corporéité des dieux phéniciens et puniques ressort d’allusions diverses et variées à leur yeux, mains, bras, pieds et oreilles dans les inscriptions, sans oublier les images, deux modes de communication qui sont souvent en relation selon des logiques qui doivent être décryptées3. Pour appréhender la manière dont on se figurait l’aspect et la conduite des dieux, les anthroponymes théophores s’avèrent très riches en données puisqu’ils montrent les dieux se nourrissant, soucieux de justice ou de vengeance, de protection et de promotion, insérés dans des réseaux familiaux, mus par des émotions ; ils entendent, guérissent, accompagnent, punissent, etc., autant d’activités certes partagées avec l’humanité, mais qu’ils exercent différemment des hommes en termes de spatialité, de temporalité, d’intensité et d’effet. Ainsi, dans les inscriptions phéniciennes et puniques, le recours extrêmement fréquent à des qualifications comme « Seigneur, Maître, Dieu », etc.4 est‑il là pour souligner cet écart par‑delà l’anthropomorphisme.

  • 5 Gagné, Herrero de Jáuregui 2019.
  • 6 FrGrHist 264 F 6, 4 = Diodore de Sicile XL 3. Sur les problèmes d’attribution de ce fragment, voir (...)
  • 7 1Rois 18, 25‑29 (dans cet article toute traduction de la Bible est issue de l’édition TOB). Sur ce (...)
  • 8 Ps 115, 4‑7.
  • 9 Cf. infra, p. 46 et suivantes.

2Renaud Gagné et Miguel Herrero5 ont récemment rappelé que l’adjectif grec anthrōpomorphos n’apparaît qu’à l’époque hellénistique pour désigner une représentation erronée ou imparfaite du divin. Il s’agit donc d’un terme dépréciatif. Hécatée d’Abdère, qui vécut à la fin du ive siècle av. n.è., l’utilise au sujet du refus de Moïse de façonner des agalmata : « il ne considérait pas que Dieu est anthropomorphe, mais que le ciel qui entoure la terre seul est Dieu et le maître de toutes choses »6. Dans la Bible hébraïque, les célèbres prophètes de Ba‘al, convoqués sur le mont Carmel, invoquent le nom de leur dieu et lui demandent une réponse qui ne vient pas ; ils sont alors nargués par le prophète Élie parce que « il n’y eut ni voix ni réponse ». Il leur conseille alors ironiquement : « Criez plus fort, c’est un dieu : il a des préoccupations, il a dû s’absenter, il a du chemin à faire ; peut‑être qu’il dort et il faut qu’il se réveille »7. De même, dans le célèbre Psaume 115 (avec une reprise dans le Psaume 135), l’incapacité des « idoles » d’interagir avec les hommes est‑elle la preuve de leur vanité : « Leurs idoles sont d’argent et d’or, faites de main d’homme. Elles ont une bouche, et ne parlent pas ; elles ont des yeux, et ne voient pas ; elles ont des oreilles, et n’entendent pas ; elles ont un nez, et ne sentent pas ; des mains, et elles ne palpent pas ; des pieds, et elles ne marchent pas ; elles ne tirent aucun son de leur gosier »8, là où Yahvé, auteur des cieux et de la terre, est le secours et le bouclier de la maison d’Israël, qu’il bénit sans cesse. Or, de bénédiction, il sera largement question plus avant9.

  • 10 Vernant 1973, p. 31. Le passage est cité en entier par Gagné, Herrero de Jáuregui 2019, p. 25 n. 86 (...)
  • 11 Vernant 1986, p. 26.
  • 12 Vernant 1986, p. 51.
  • 13 Rudhardt 1992, p. 97.

3On retiendra donc la mise en garde de Jean‑Pierre Vernant10 : « L’anthropomorphisme du dieu, pas plus que son individualité, ne doit faire illusion. Il a, lui aussi, des limites très précises. Une puissance divine traduit toujours de façon solidaire des aspects cosmiques, sociaux, humains, non encore dissociés ». Par‑delà les formes à travers lesquelles les dieux se manifestent en agissant ou par lesquelles on les rend présents dans le temple, le divin est ontologiquement invisible et inaccessible à la perception et à la connaissance humaine, peu importe qu’il soit représenté de manière anthropomorphe, zoomorphe ou aniconique. Dès lors, fait écho Jean‑Pierre Vernant11, « poser le problème du corps des dieux ce n’est pas se demander comment les Grecs ont pu affubler leurs divinités d’un corps humain mais rechercher comment fonctionne ce système symbolique, comment le code corporel permet de penser la relation de l’homme et du dieu sous la double figure du même et de l’autre, du proche et du lointain, du contact et de la séparation ». Là où le corps humain est défini par ses limites, à commencer par la mortalité, la splendeur du sur‑corps divin éclate dans la plénitude. C’est pourquoi aucune forme particulière ne contient le dieu : « Si le corps des dieux peut prendre tant de formes, c’est qu’aucune n’est en mesure d’enfermer en elle une puissance qui les déborde toutes »12. Comme l’écrit Jean Rudhardt, « le dieu possède une nature trop riche pour qu’il soit possible de la définir simplement13 ».

  • 14 Bonnet 2019. Incontournable sur ces sujets, Branham 1989.
  • 15 Pour la relation entre Lucien et Homère, voir notamment Briand 2015.
  • 16 Homère, Iliade XVI 250.
  • 17 Homère est d’ailleurs, dans une ample tradition grecque, le maître du pseudos, des faux semblants e (...)

4Il est un auteur antique, pourtant, qui a su mettre en scène, de manière apparemment simple et drolatique, la complexité de la nature divine : c’est Lucien de Samosate14. Dans l’Icaroménippe, il dépeint Ménippe, désireux d’étudier le cosmos, plein de mystères et de prodiges, monter au ciel pour contempler, tel « le grand Zeus d’Homère »15, le spectacle du monde, « tout bigarré et varié ». Navigant de cliché en citation, Lucien raille le théâtre grotesque de la comédie humaine (§ 17). Parvenu dans l’Olympe (§ 20‑21), Ménippe est introduit dans une assemblée divine par Hermès, l’huissier de circonstance (§ 22‑23). Après avoir entendu le récit de ses aventures, « Zeus sourit, défronça un peu les sourcils » et l’invita à partager la table des dieux. Ménippe assiste alors à une procédure cocasse : Zeus se rend dans l’endroit du ciel où l’acoustique est la meilleure (to epékoôtaton tou ouranou) pour écouter les prières venant de la terre (§ 23). Pour cela, il a recours à un astucieux dispositif (§ 25) : « Il y avait une rangée de lucarnes semblables à des orifices de puits, munies de couvercles. Auprès de chacune était placé un trône d’or. Zeus donc s’assit auprès de la première lucarne, il enleva le couvercle et accorda son attention à ceux qui priaient. On adressait de partout sur la terre des prières diverses et variées ». Les uns demandent à devenir roi, les autres se préoccupent de la croissance des oignons et de l’ail ; certains implorent la mort de leur père ou l’héritage de leur épouse, la victoire en procès ou une couronne à Olympie ; d’autres encore un vent favorable, de la pluie, du soleil… Citant l’Iliade16, Lucien précise que « le Père accordait un vœu et en refusait un autre ». Après quoi, il passe au trône suivant et à la seconde lucarne, celle des serments, et ainsi de suite pour les présages, les sacrifices. À travers la lucarne, « montait la fumée qui annonçait chaque fois à Zeus le nom de celui qui offrait un sacrifice » (§ 26). L’anthropomorphisme est ici, comme souvent chez Homère, puis chez Lucien, un procédé narratif qui sert à amplifier – c’est le cas de le dire – les enjeux de la narration. Ménippe, au terme de sa visite dans l’Olympe, est d’ailleurs ramené sur terre par Hermès, suspendu par l’oreille ! L’anthropomorphisme apparaît en somme comme un langage partagé pour parler des dieux, non pas pour les ramener au niveau humain, mais au contraire pour traduire le caractère paradoxal et inattendu de leur relation aux hommes. En s’appesantissant sur les caractéristiques physiques et morales des dieux, en dévoilant leurs difficultés relationnelles, en introduisant parfois une confusion entre les dieux et leurs images, Lucien fait émerger les limites et l’inadéquation du discours des hommes sur les dieux, ces mythoi au sens platonicien du terme, sinon mensongers du moins risibles17.

5Tournons‑nous à présent vers les inscriptions phéniciennes et puniques ; elles n’ont certes pas le charme des satires de Lucien, mais elles éclairent utilement certains aspects de la représentation des dieux et des logiques d’interaction sociale. En trois temps, nous allons décortiquer la formule mentionnée dans le titre de notre contribution, afin d’en cerner tous les tenants et aboutissants. Fabio Porzia commencera par en étudier les attestations épigraphiques et les multiples variations ; Corinne Bonnet examinera ensuite la manière dont la formule traditionnelle associant écoute et bénédiction est traitée dans les inscriptions bi‑ et trilingues ; Giuseppe Minunno terminera par les représentations imagées qui, sur les stèles puniques, montrent une ou des oreilles. En définitive, face à une expression assurément formulaire, nous souhaitons attirer l’attention sur le fait que son usage n’a rien d’automatique et qu’elle peut répondre à diverses logiques, en écho à une relative variété de situations communicationnelles au sein des sanctuaires du monde phénicien et punique.

Les dieux à l’écoute

Fabio  Porzia

Le champ sémantique de l’écoute : quelques points de repère

6La faculté d’écouter est considérée comme centrale dans des sociétés, comme celles du Levant ancien, qui ont été longtemps regardées par les spécialistes comme davantage liées à l’oralité qu’à l’écriture. Par‑delà d’éventuelles composantes nomades, même les sociétés qui ont connu une longue tradition urbaine, comme les Phéniciens, sont souvent décrites comme des communautés pragmatiques au sein desquelles l’écriture est essentiellement finalisée à l’administration et au commerce, contrairement à l’Égypte, la Mésopotamie et même l’Anatolie, qui peuvent faire valoir d’importantes productions littéraires.

7La centralité de la parole et de l’oralité dans les représentations modernes du monde sémitique est également due au poids de l’héritage hébraïque. Dans la Bible hébraïque, par exemple, non seulement Dieu en personne crée en parlant – « et Dieu dit : ‘Que la lumière soit !’ Et la lumière fut » (Gn 1,3) –, mais une place fondamentale est attribuée à la prière du Shema Israel (« Écoute, Israël ! », Dt 6,4), ainsi qu’à la figure du prophète, même si l’on oublie que l’étymologie de ce terme, en hébreu, a moins affaire avec l’acte de parler, comme c’est en revanche le cas en grec, qu’avec l’acte de voir, puisque les prophètes israélites sont avant tout les destinataires de visions.

8En somme, l’action d’écouter n’est certainement pas la quintessence du monde sémitique, en dépit de la simplification tardivement appliquée à cette partie du monde d’où ont d’ailleurs surgi ce qu’on appelle paradoxalement les trois « religions du Livre ». D’ailleurs, le fait que la relation avec le divin, qui ne se donne pas à voir mais auquel on adresse des prières, soit celle de l’écoute, semble tout compte fait plutôt normal.

9Une sélection très limitée d’exemples issus de la littérature proche-orientale fournit d’emblée une pluralité de portraits de dieux qui écoutent. Une première précision s’impose : non seulement ces dieux écoutent les paroles que les êtres humains leur adressent, mais d’une manière générale, ils entendent, et l’on notera, au passage, que, dans les langues sémitiques, la même racine šm‘ désigne les deux actions. Deux tendances, une plutôt malveillante et l’autre bienveillante, sont, par exemple, attestées respectivement par un récit du déluge intégré dans le texte de l’Atraḥasîs, daté du xviie siècle av. n.è., d’une part, et par le récit de l’Exode dans la Bible hébraïque, d’autre part. Dans le premier cas, la plainte du dieu suprême Enlil relative au bruit incommodant produit par les requêtes des hommes est répétée à plusieurs reprises :

  • 18 Nous proposons ici le texte le plus complet de la tablette II, l. 1‑8, selon la traduction de Botté (...)

Douze cents ans ne s’étaient pas écoulés
que le territoire se trouva élargi et la population multipliée.
Comme un taureau, le pays tant donna de la voix
que le dieu-souverain fut incommodé par le tapage.
Lorsque [Enl]il eut ouï leur rumeur,
il s’adressa aux grands-dieux :
« La rumeur des humains est devenue trop forte :
Je n’arrive plus à dormir, avec ce tapage ! »18

10Les dieux mettent alors en place plusieurs stratégies – épidémie, sècheresse et famine – afin de limiter le bruit produit par les êtres humains, jusqu’à la solution drastique : le déluge. Le même thème est attesté dans l’‘Enûma eliš, un texte babylonien qui remonte la fin du IIe millénaire av. n.è. (probablement à la fin du xiie siècle). Cette fois, cependant, à l’origine du bruit, ce ne sont pas les hommes, mais une catégorie de dieux mineurs, les « dieux-frères », à savoir une jeune et joyeuse bande, vivante et tapageuse (tablette I, l. 21‑24), qui dérange les dieux plus âgés et vénérables (l. 29‑40). Ainsi, par exemple, Apsû se plaint‑il auprès de Tiamat (l. 37‑40) :

  • 19 Bottéro, Kramer 1989, p. 606.

« Leur conduite m’est désagréable :
le jour, je ne repose pas ; la nuit, je ne dors pas !
Je veux réduire à rien et abolir leur activité,
pour que soit rétabli le silence et que nous autres, nous dormions ! »19

11Un exemple d’attitude bienfaisante d’une divinité qui entend le bruit provenant de la terre peut être reconnu dans la description du Dieu biblique (Ex 1,13‑14 et 2,23‑25) :

1,13Alors les Égyptiens asservirent les fils d’Israël avec brutalité 14et leur rendirent la vie amère par une dure servitude : mortier, briques, tous travaux des champs, bref toutes les servitudes qu’ils leur imposèrent avec brutalité. […]
2,23Au cours de cette longue période, le roi d’Égypte mourut. Les fils d’Israël gémirent du fond de la servitude et crièrent. Leur appel monta vers Dieu du fond de la servitude. 24Dieu entendit leur plainte ; Dieu se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. 25Dieu vit les fils d’Israël ; Dieu se rendit compte…

12Ici la séquence des actions est tout sauf anodine – entendre / se souvenir / voir / se rendre compte : à déclencher cette séquence, qui débouche sur la libération du peuple d’Israël de l’esclavage en Égypte et la conquête de la terre promise, il y a bien l’action d’entendre, « Dieu entendit leur plainte ». Ces quelques cas suffisent à montrer que l’action d’écouter / entendre est ouverte à une multiplicité de réactions de la part des dieux. Dans tous les cas, cependant, le fait d’avoir écouté / entendu ce qui provient de la terre est à l’origine de l’action divine.

  • 20 Pace Quinn 2017, p. 60.

13Malgré le manque, souvent regretté, d’une littérature en langue phénicienne, dû, selon toute probabilité, à l’usage d’un support périssable comme le papyrus20, la documentation phénico-punique est à son tour relativement bien nourrie au sujet des dieux qui écoutent. Trois dossiers, en particulier, s’imposent : l’onomastique, les inscriptions et l’iconographie. Dans les trois cas, les stèles des tophets s’avèrent une véritable mine d’informations.

Le dossier onomastique dans le Levant sémitique

  • 21 Pour une liste complète voir Golinets 2020, p. 88‑89 s.v. « šm‘ ».
  • 22 Benz 1972, p. 421 s.v. « šm‘ ».

14Dans chaque langue sémitique, les noms théophores composés sur le verbe šm‘, « écouter » sont bien attestés21. Dans la sphère qui nous intéresse, le verbe est utilisé pour signaler soit une requête d’attention adressée aux dieux, soit une reconnaissance pour avoir déjà reçu l’attention demandée. Comme nous le verrons, cette tension entre le « déjà » et le « pas encore » est également attestée dans les inscriptions votives. Pour nous limiter à l’onomastique levantine, des anthroponymes construits sur la racine šm‘ sont attestés en ougaritique, araméen, phénico-punique, hébreu, ainsi qu’en ammonite et édomite – seul le moabite manque à l’appel –, sur une longue durée qui transcende les limites du Ier millénaire av. n.è. Dans le domaine phénico-punique, le recueil de Frank L. Benz reste fondamental et inclut les noms suivants : šm‘ ’, šm‘b‘l, šm‘mlk, b‘lšm‘, mlqrt[š]m‘ et possiblement aussi b‘lšm’, dmšm’, šml et [š]m‘y22.

  • 23 Voir Stavrianopoulou 2016 pour une analyse similaire du terme grec epékoos.

15L’association de la racine šm‘ avec les éléments théophores b‘l, « maître », ou mlk, « roi », ainsi qu’avec mlqrt, le roi divinisé par excellence, peut suggérer que la sphère sémantique de l’écoute appartient, de façon privilégiée, au domaine politique et à la fonction ultime du roi comme garant de la justice23.

  • 24 Albertz, Schmitt 2012, p. 299 et p. 534‑535.

16Un secteur dans lequel les études onomastiques sont particulièrement développées est le domaine biblique. Ainsi, en vertu de l’attention particulière accordée par les chercheurs à l’ouïe comme sens privilégié dans le monde biblique, on classe parmi les premiers rangs des noms construits sur les racines šm‘, « écouter », et ’zn, qui désigne aussi l’oreille en tant qu’organe24. Parmi les catégories élaborées par Rainer Albertz et Rüdiger Schmitt pour organiser les différentes sphères sémantiques de l’onomastique hébraïque, ces noms relèvent des « noms de remerciement » (names of thanksgiving). Classés dans la rubrique intitulée « divine attention » et dans la première sous-rubrique « God has heard the complaint », ces noms apparaissent dans 155 attestations au sein des sources épigraphiques (inscriptions, ostraca et sceaux notamment) ; en voici la liste :

’lšm‘ (’Elišama‘), yšm‘’l (Yišma‘’el), yšm‘ (Yišma‘), b‘lšm‘ (Ba‘alšama‘), yhwšm‘ (Yehošima‘), šm‘yhw (Šema‘yahu), šm‘yh (Šema‘yah), šm‘yw (Šema‘yau), šm‘ (Šama‘)
yw[’]zn (Yau[’a]zan), yhw[’a]zn (Yeho[’a]zan), y’znyhw (Ya’azanyahu), y’znyh (Ya’azanyah), y’zny (Ya’azani), y’zn (Ya’azan), ’zny (’Ozni), ’zn (’Azan)

17À ces formes hébraïques il faut ajouter les formes suivantes :

Phénicien : b‘lšm‘ (Ba ‘alšamo‘), šm‘b‘l (Šamo‘ba‘al), šm‘ (Šamo‘), šm‘ ’ (Šamo‘a’)
Araméen : blšm (Ba ‘alšam[a‘]), ’znyw (’Azanyau)
Ammonite : ’lšm‘ (‘Ilšama‘), šm‘[’]l (Šama‘ ’il), šm‘ (Šama‘), y[’]zn’l (Yazan’il)Édomite : šm‘ ’l (Šama‘’el)

  • 25 DAHPN : https://www.dahpn.gwi.uni-muenchen.de/. Frank, Rechenmacher 2020, § 0329.
  • 26 Frank, Rechenmacher 2020, § 0331.
  • 27 Pour une liste complète, voir Albertz, Schmitt 2012, p. 269‑273 et p. 582‑585. Dans ce contexte, Ra (...)

18Pour l’onomastique hébraïque – attestée à la fois dans les textes bibliques et dans l’épigraphie – on peut également consulter la base de données « Ancient Hebrew Personal Names », récemment rendue accessible en ligne25. Puisqu’une grande partie de ces noms est attestée dans la Bible hébraïque, il est souvent possible de restituer le contexte narratif de leur emploi, ce qui a conduit à l’émergence de deux interprétations dans la littérature scientifique. La première met l’accent sur le fait que ces noms expriment la reconnaissance des parents pour avoir eu un enfant. Ces noms pourraient dès lors être liés aux prières pour le don d’un enfant, en situation de stérilité, une thématique centrale dans les histoires bibliques de Saraï (Gn 16), Rachel (Gn 30) et Anne (1 S 1). D’après Annemarie Frank et Hans Rechenmacher, la signification originale de ces noms doit, en effet, être cherchée dans le contexte des prières de détresse en lien avec l’infécondité26. Cependant, les interprétations des noms d’Ismaël et de Siméon, fournies respectivement par Gn 16,11 et 29,33, montrent que, construits sur la racine šm‘, ils se réfèrent occasionnellement à d’autres types de détresses. Dans le premier cas, il s’agit de la servante Hagar, maltraitée par sa maîtresse Saraï parce qu’elle est enceinte d’Abraham, alors que, dans le deuxième cas, Léa est en revanche une femme très fertile, contrairement à sa sœur Rachel, mais elle est consciente d’être le deuxième choix de son mari, Jacob, qui lui a toujours préféré Rachel. Hagar et Léa n’étaient donc pas des femmes stériles, tout au contraire : elles ont même été choisies en raison de leur fertilité. Par conséquent, au niveau onomastique, le lien entre stérilité et anthroponymie doit être cherché à l’aide d’autres racines27 que pour ceux associés au champ sémantique de l’écoute, dont le spectre est plus large. Parmi ces racines figure ’sp, comme dans le nom phénicien Ashtartespa « Astarté a enlevé [l’humiliation de l’infertilité] ». Bien qu’il ressorte de l’ensemble des récits bibliques qu’obtenir une descendance est fondamental et que les requêtes adressées à la divinité afin d’avoir des enfants doivent avoir occupé une place importante dans la piété familiale, le lien entre écoute et procréation n’est guère automatique.

  • 28 Silverman 1985, p. 262.

19La deuxième piste interprétative semble plus prudente. Elle relie le spectre sémantique des noms faisant référence à l’écoute à la fonction de juge, propre à la divinité. Ainsi, dans son étude sur l’onomastique d’Éléphantine, Michael H. Silverman inclut‑il les noms composés sur les racines šm‘ et ’zn parmi les « Legalistic types », en ce qu’ils recoupent les champs sémantiques de l’écoute (hear), du jugement (judge) et du souvenir (remember)28. L’écoute est donc liée à l’exercice de la justice, comme nous l’avons déjà signalé : Dieu est invoqué par un individu afin qu’il l’écoute, qu’il reconnaisse son innocence et, par conséquent, qu’il l’aide. C’est notamment le cas pour les plaintes individuelles, telles qu’on en trouve dans les Psaumes (Ps 5,2 ; 17,1 ; 39,13 ; 54,4 ; 55,2 ; 80,2 ; 86,6 ; 141,1 ; 143,1), dont il suffit de citer un passage éloquent (Ps 5,2‑4) :

2Prête l’oreille à mes paroles, Seigneur ;
perçois mes gémissements.
3Sois attentif à ma voix et à mes cris,
mon roi et mon Dieu,
c’est toi que je prie.
4Seigneur, le matin, tu entends ma voix ;
le matin, je prépare tout pour toi
et j’attends… !

Une formule typique de l’épigraphie phénico-punique

  • 29 Malgré l’habitude qui porte à reconnaître k comme la conjonction causative « parce que » (cet usage (...)
  • 30 Amadasi Guzzo 1986, p. 45.
  • 31 Amadasi Guzzo, Zamora López 2013, p. 175‑176.

20Si on laisse à présent de côté le dossier onomastique, le verbe šm‘ est massivement attesté dans une formule typique des inscriptions votives phénico-puniques, dont la version la plus complète est « parce qu’il a écouté ma voix, qu’il me bénisse » (et variantes). Au‑delà des différentes nuances véhiculées par le premier élément k29, l’expression est normalement interprétée comme exprimant la « motivation30 » à l’origine de l’inscription votive, voire comme « formule de remerciement »31.

  • 32 Voir, par exemple, D’Andrea 2018, p. 24‑33.
  • 33 Coacci Polselli 1976, p. 137.
  • 34 Coacci Polselli 1976, p. 145.
  • 35 Mazza 1976, par exemple, ne porte aucun intérêt à notre formule.

21Ces formules votives ont été l’objet de plusieurs études, donc de plusieurs formalisations chacune dépendant du corpus analysé32. Pour les inscriptions dédicatoires phéniciennes d’Orient, par exemple, Gianna Coacci Polselli33 identifie les éléments suivants : 1) l’objet dédié ; 2) le dédicant ; 3) le(s) destinataire(s) de la dédicace ; 4) la formule conclusive. La pluralité des sites et des contextes en Occident a permis de repérer des configurations plus complexes et des tendances locales, comme nous le verrons par la suite. D’une façon générale, en dépit des modifications dans l’ordre et dans le lexique des premières parties – avec notamment le passage des divinités de l’avant-dernière position à la première34 – la partie finale est censée présenter des variations très limitées35. Nous proposons ici de reconsidérer ce dossier à nouveaux frais.

  • 36 On considère ici le Levant stricto sensu, sans y inclure l’île de Chypre.

22Bien que cette formule ait connu une énorme fortune en Occident, elle est attestée au Levant36, pour le moins entre le viie et le iie siècle av. n.è., comme le montre un corpus de 9 ou 10 inscriptions, selon qu’on inclut les stèles bilingues dites de Malte dans le corpus tyrien ou pas, ce qui équivaut – pour l’épigraphie phénicienne de Phénicie – à un corpus bien nourri !

  • 37 Gubel 2002, p. 51‑53 no 38.
  • 38 Cecchini 1997.
  • 39 Puech 1986, p. 331 lit : [k]šm‘ ql db[rnm], « parce qu’il a exaucé le cri de [leur] priè[re] ».
  • 40 Hypothèse défendue par Lembke 2004, p. 82‑83 et p. 188 no 327, pl. 46, b.
  • 41 L’intégration du ‑y au terme ql, que Dunand, Duru 1962 proposent systématiquement, n’est pas nécess (...)
  • 42 On pourrait aussi rattacher le y de yšm‘ à la fin du nom ssm et donc avoir le verbe à l’accompli.
  • 43 Voir aussi ci‑dessous no 19. On notera que la mention de l’origine tyrienne des dédicants figure da (...)
1\ Stèle dite « d’Amrit » (qui provient du Nahr El‑Abrash)
Datation : Selon certains auteurs37 l’inscription doit être interprétée comme un ajout tardif, datant du ve siècle av. n.è., à une stèle déjà existante ; selon d’autres38, l’iconographie et l’inscription renverraient à la période néo-babylonienne.
Bibliographie : RÉS 234 = 1601.
1. nṣb ’z ’š yt
2. n pls bn ‘bdy l’dny lšdrp’
3. kšm‘ ql dbry
Cette stèle a don-
né Pilles fils d’Abday à son seigneur à Shadrapha

parce qu’il a écouté la voix de ses paroles.
2\ Inscription sur la face antérieure d’un réservoir – Amrit
Datation : sur base paléographique, quelque peu avant le ve siècle av. n.è.
Bibliographie : Bordreuil 1985, p. 221‑225 ; Puech 1986, p. 327‑331.
1. p‘l ’šmn[xxx]
2. w’ḥyy bn gdnbw[ (bn)
3. bdmlqrt l’d[n lxxx
4. k]šm‘ ql[m]
Ont fait Eshmoun[…]
Et ses frères, fils de Gadnabou [(fils de)]
Bodmelqart, à leur seigneu[r à xxx
parce qu’]il a écouté [leur] voix39.
3\ Inscription sur la partie inférieure d’une statue fragmentaire de type chypriote – Amrit
Datation : fin du ve siècle av. n.è. pour l’inscription (probablement fin du vie siècle pour la statue40).
Bibliographie : Bordreuil 1985, p. 225‑228 ; Puech 1986, p. 332‑335.
1. ’z msk l’šym
2. ‘bd‘nt l’dny l’šmn
3. kšm‘ ql
Ceci est taillé pour Achim, (fils d’)
Abdanat à son seigneur à Eshmoun
parce qu’il a écouté (sa) voix.
4\ Inscription sur la base d’une statue, précisément entre ses pieds – Kharayeb
Datation : ive siècle av. n.è.
Bibliographie : Chéhab 1955, p. 45.
1. [---] nm
2. kšm‘ qlm
3. ybrkm
??
Parce qu’il a écouté leur voix,
qu’il les bénisse
.
5\ Inscription sur le pilier dorsal d’une statue – Oumm el‑‘Amed
Datation : deuxième moitié du iie siècle av. n.è.
Bibliographie : RÉS 504a ; Dunand, Duru 1962, p. 188 no 7 ; Gubel 2002, p. 140 no 148 (notice de A. Kassis, avec une datation au iiie ou au iie s. av. n.è.).
1. l’dn l’l ’[š]
2. ndr b‘lš[l]
3. m bn b‘l[yt]
4. n kšm‘ ql[y y]
5. brk
Au seigneur El, (ce) q[u’]
a voué Ba‘alshi[lle]-
m fils de Ba‘al[yato]-
n, parce qu’il a écouté [sa] voix, [qu’il le]
bénisse
.
6\ Inscription sur le pilier dorsal d’une statue comparable à la précédente – Oumm el‑‘Amed
Datation : deuxième moitié du iie siècle av. n.è.
Bibliographie : RÉS 504b ; Dunand, Duru 1962, p. 189 no 8 ; Gubel 2002, p. 140‑141 no 149 (notice de A. Kassis, avec une datation au iiie ou au iie s. av. n.è.).
1. l’dn l’s[r]
2. ’š ndr b‘<l>
3. lšlm bn b
4. ‘lytn k
5. šm‘ ql[y]
6. ybrk
Au seigneur Osi[ris ( )?)]
(ce) qu’a voué Ba‘al‑
shillem fils de Ba‑
‘alyaton, parce qu’
il a écouté [sa] voix,
qu’il le bénisse
.
7\ Inscription sur le socle d’un sphinx – Oumm el‑‘Amed
Datation : deuxième moitié du iie siècle av. n.è.
Bibliographie : Dunand, Duru 1962, p. 192‑193 no 13, pl. XXXI, 2‑3 ; TSSI III, 121‑122.
1. l’dny lmlk‘štrt […]
3. […] kšm‘ ql[y]41 ybrk
Au seigneur Milkashtart […]
parce qu’il a écouté [sa] voix, qu’il le bénisse.
8\ Inscription sur la face antérieure du socle d’une statue – Oumm el‑‘Amed
Datation : deuxième moitié du iie siècle av. n.è.
Bibliographie : Dunand, Duru 1962, p. 193 no 14, pl. XXXI, 1.
1. l’dny lmlk‘štrt ’l ḥmn ’š ndr
2. ‘bdk ‘bd’sr bn ’rš zkrn kšm‘
Au seigneur Milkashtart dieu de Ḥamon, (ce) qu’a voué
ton serviteur Abdosir fils d’Arish, en commémoration. Parce qu’il a écouté
3. ql[y] ybrk [sa] voix, qu’il le bénisse.
9\ Inscription sur une base de stèle – Oumm el‑‘Amed
Datation : deuxième moitié du iie siècle av. n.è.
Bibliographie : Dunand, Duru 1962, p. 193‑194 no 15, pl. LXVI, 5.
1. []št ( ?) ‘štrtpls
2. [bn] ssm(y) yšm‘ ql[y]
3. [y]br[k]
… épouse d’Ashtartpalas
[fils de] Sasmy. Qu’il écoute [sa] voix,

qu’il le bénisse
42.
10\ Cippes dits de Malte, dont l’origine tyrienne est possible43
Datation : iie siècle av. n.è.
Bibliographie : KAI 47 ; Amadasi Guzzo, Rossignani 2002.
1. l’dnn lmlqrt b‘l ṣr ’š ndr
2. ‘bdk ‘bd’sr w’ḥy ’sršmr
3. šn bn ’sršmr bn ‘bd’sr k šm‘
4. qlm ybrkm
À notre seigneur à Melqart maître de Tyr, ce qu’ont voué
ton serviteur Abdosir et son frère Osirshamar,

les deux fils d’Osirshamar fils d’Abdosir, parce qu’il a écouté
leur voix, qu’il les bénisse.
  • 44 Pour ce qui est de notre formule, on doit cependant noter qu’aucune inscription phénicienne n’est a (...)

23De ce survol d’inscriptions levantines attestant notre formule, nous pouvons retenir trois éléments. En premier lieu, largement attestée en phénico-punique, cette formule n’est jamais utilisée en tant que telle dans une autre langue. La seule exception connue est la célèbre stèle de Breğ qui est certes un document en araméen ancien, le plus ancien même de notre série, mais qui est ouvertement inspiré, tant dans le texte que dans l’iconographie, par un modèle phénicien44.

11\ Stèle de Breğ
Datation : ca 800 av. n.è.
Bibliographie : KAI 201 ; TSSI II, p. 1‑4 ; ARI II, p. 72 ; Fales, Grassi 2016, p. 89‑91.
1. nṣb’ | zy | šm brh
2. dd | br ‘trsmk ( ?)
3. mlk ’rm lmr’h lmlqr
4. t | zy nzr lh wšm‘ lql
5. h
Stèle qu’a posée Barha-
dad fils d’Attar-Shumki (?)
roi d’Aram, à son seigneur à Melqar-
t auquel il avait fait un vœu et il a écouté sa voix.

24L’expression « il a écouté sa voix » semble donc inconnue dans le vocabulaire des inscriptions araméennes et hébraïques. En revanche, elle occupe tout l’espace méditerranéen en suivant l’expansion phénicienne, ses commerces et son rayonnement : ainsi la formule est‑elle attestée de la région d’Alep, avec la stèle de Breğ, à la péninsule ibérique avec la non moins célèbre « Astarté de Séville » (ICO Spagna 16), en passant par plusieurs attestations à Chypre, en Sardaigne, à Malte et des milliers en Afrique du Nord.

  • 45 Par contre, l’hypothèse récemment formulée par Robert M. Kerr (2016), selon laquelle les verbes « é (...)

25Le deuxième aspect à retenir, c’est que l’expression « il a écouté sa voix » indique la nature d’ex‑voto de l’inscription45. Elle distingue donc les inscriptions purement votives qui demandent la bénédiction divine de celles qui constituent à proprement parler un ex‑voto et interviennent à la suite d’une grâce, donc d’une écoute reçue. La première catégorie, avec la seule demande de bénédiction, est largement attestée non seulement en phénicien mais aussi dans toutes les langues nord-ouest sémitiques. Parmi les dizaines d’exemples phéniciens connus, le site de Bostan esh‑Sheikh nous a livré au moins sept inscriptions de ce type, datées entre le ve et le milieu du ive siècle av. n.è., dont nous ne donnons ici qu’un exemple :

12\ Inscription votive de Bostan esh‑Sheikh (Sidon)
Datation : entre le ve et le milieu du ive siècle av. n.è.
Bibliographie : Mathys 2005, p. 275‑277 no Ph1, pl. 25.
hndr ’š ytn ‘štrtytn bn ‘bd’šmn l’dny l’šmn ybrk Le vœu qu’a fait Ashtartyaton fils d’Abdeshmoun à son seigneur à Eshmoun, qu’il (le) bénisse.

26La troisième et dernière remarque d’ensemble concerne précisément l’association entre l’action d’écouter et celle de bénir, qui n’est pas attestée, à ce jour, avant le ive siècle av. n.è. Cette conclusion est renforcée par quatre exemples en dehors du Levant. Le premier est la stèle de Breğ que nous venons d’évoquer, dans laquelle la formule de bénédiction est absente. Le deuxième est l’inscription de l’« Astarté de Séville ».

13\ Inscription de la statuette en bronze dite « Astarté de Séville » provenant probablement du site d’El Carambolo
Datation : viiieviie siècle av. n.è.
Bibliographie : ICO Spagna 16.
1. ks’ ‘z p‘l b’lytn
2. bn d‘mmlk w‘bdb‘l b
3. n d‘mmlk bn yš’l l
4. ‘štrt ḥr rbtn k
5. šm’ ql dbrnm
Ce trône, l’ont fait Ba‘alyaton
fils de D‘MMLK et Abdba‘al fi‑
ls de D‘MMLK fils de YŠ’L à
Astarté ḥr (?) notre dame, parce qu’
elle a écouté la voix de leurs paroles
.
  • 46 Amadasi Guzzo 1986, nos 2, 23, 24, 29 (cette dernière fragmentaire).

27Le troisième exemple est constitué par les stèles les plus anciennes du site de Motyé, en Sicile, datant entre la deuxième moitié du vie siècle et le début du ve siècle av. n.è. Ici, la formule attestée quatre fois est k šm‘ ql dbry, « parce qu’il a écouté la voix de ses paroles »46. La même expression apparaît sur deux stèles jumelles du vie siècle av. n.è. (KAI 61) et une inscription sur une tablette en os du veive siècle av. n.è. (ICO Malta 31). On se gardera bien de déduire que l’association entre écoute et bénédiction n’était pas concevable avant le ive siècle av. n.è. Cependant, l’association n’était, semble‑t‑il, pas encore fixée dans une formule « canonique ». D’ailleurs, le passage de l’inscription de Yehawmilk, qui suit, est doublement intéressant : d’une part il atteste, dans un contexte narratif, la dynamique prière-écoute et, de l’autre, il l’associe explicitement à la bénédiction divine.

14\ Inscription royale de Yehawmilk, roi de Byblos
Datation : deuxième moitié du ve siècle av. n.è.
Bibliographie : KAI 10 ; TSSI II, p. 93‑99 ; Gubel 2002, p. 64‑66 (commentaire de l’inscription par P. Bordreuil).
2. […] wqr’ ’nk
3. ’t rbty b‘lt gbl wšm‘ [--] ql
Et j’ai appelé
ma dame, la maîtresse de Byblos, et elle a écouté (ma) voix
7. […] km’š qr’t ’t rbty
8. b‘lt gbl wšm‘ ql wp‘l ly n‘m tbrk b‘lt gbl ’yt yḥwmlk
Et quand j’ai appelé ma dame,
la maîtresse de Byblos, et elle a écouté (ma) voix et elle m’a fait du bien ; que la maîtresse de Byblos bénisse Yehawmilk,
9. mlk gbl wtḥww wt’rk ymw wšntw ‘l gbl roi de Byblos, et qu’elle lui donne vie et qu’elle prolonge ses jours et ses années sur Byblos !

28La multiplication des attestations de notre formule dans l’Occident punique entraîne tout un éventail de variantes possibles – sans prendre en compte celles produites par les nombreuses erreurs de lapicides –, mais aussi de particularités locales. Parmi les variantes attestées, nous pouvons lister les suivantes :

  • L’expression « la voix de ses paroles » ou « le cri de ses paroles » (comme le traduit Maurice Sznycer47) est typique des inscriptions des vieve siècles av. n.è. ; après quoi, on retrouve presque systématiquement le terme ql ;
  • La formule peut être déplacée en tête d’inscription, tout de suite après la mention des divinités destinataires, comme c’est le cas à Maktar, voire au tout début, comme dans l’inscription KAI 78 de Carthage ;
  • La bénédiction n’est pas toujours attestée et quand elle l’est, l’ordre entre écoute et bénédiction peut être interverti. Entre les deux, il peut y avoir la conjonction w‑ ou pas, tout comme le verbe « écouter » peut être introduit par k, qui sert aussi parfois à introduire le verbe « bénir » en première position48 ;
  • À Maktar, en particulier, la particule k‘n qui remplace k, est souvent répétée deux fois : plutôt que d’une erreur de lapicide, il semble s’agir d’une emphase particulière donnée au fait que les commanditaires ont obtenu ce qu’ils avaient demandé49 ;
  • Les verbes « écouter » et « bénir » peuvent être conjugués le premier à l’accompli et le deuxième à l’inaccompli, voire les deux à l’inaccompli. Quand un verbe est conjugué à l’inaccompli, il peut l’être à la deuxième personne plutôt qu’à la troisième, ce qui est le cas le plus commun. Nous signalons aussi que la formulation à l’inaccompli du verbe « écouter » se heurte à l’interprétation classique de la formule comme ex‑voto ou remerciement, car, dans ce cas, la divinité n’aurait pas encore écouté la demande, mais elle est priée de le faire. Quoiqu’il en soit, l’incidence de cette variante est minime selon Paolo Xella, qui la quantifie à 1,4% dans le dossier du tophet de Carthage comptant plus de 6 000 inscriptions50. De surcroît, certaines inscriptions présentent la variante « il a béni, qu’il écoute », avec le verbe écouter à l’inaccompli et le verbe bénir à l’accompli51 : les frontières entre nos catégories de demande et ex‑voto sont donc ici complètement brouillées.

29En définitive, cette formule, qui n’est pas exclusive du tophet, bien qu’elle y soit massivement employée, semble être plus instable qu’on ne le pensait ; elle s’avère versatile et modulable, malgré le peu d’éléments qu’elle combine. Sa diffusion et sa persistance indiquent qu’il s’agit d’une formule « canonique », mais toujours adaptable.

L’agentivité divine

30Dans ses différentes déclinaisons, la formule remet en question l’opposition trop rigide entre nos catégories de demande et d’ex‑voto et questionne le rôle des inscriptions dans les rituels mis en place lors d’une offrande, y compris au tophet, une question délicate que nous devons laisser de côté dans cet article. Nous pouvons, en revanche, aborder brièvement la question de l’agentivité divine à la lumière des considérations linguistiques.

  • 52 Amadasi Guzzo 2002, p. 101 ; Bénichou-Safar 2016, p. 65.
  • 53 Amadasi Guzzo, Zamora López 2013, p. 176, n. 80.
  • 54 Xella 2013, p. 265‑266, n. 20.

31Les chercheurs s’accordent sur le fait qu’en dépit des pronoms suffixes, habituellement accordés avec les commanditaires de l’inscription, la conjugaison des verbes concernant les divinités qui écoutent et éventuellement bénissent est en règle générale à la troisième personne singulier du masculin, même dans les cas où l’inscription évoque deux divinités – c’est par exemple fréquemment le cas pour Tinit et Ba‘al Ḥamon52. On peut l’expliquer de deux façons : a) la formule est tellement standardisée qu’elle ne respecte plus les règles de la grammaire53, b) elle reflète la prééminence du seul Ba‘al Ḥamon dans la performativité rituelle, même quand il est associé à une autre divinité54.

  • 55 Xella 1991, p. 127‑128.
  • 56 Bonnet 2009, p. 212‑213 ; Garbati 2013, p. 530‑532.

32Cependant, la prolifération de petites variantes se heurte à l’impression d’avoir affaire à une formule rigide, comme le suppose la première hypothèse. La réticence à multiplier les acteurs divins à l’origine de l’écoute et de la bénédiction peut, en revanche, être comprise, dans le dossier onomastique, comme dans les inscriptions votives, à la lumière du modèle originel du roi juge. L’action de l’écoute est difficilement partageable entre plusieurs sujets : la source de la justice – et par conséquent de la bénédiction – est une, comme un est d’ailleurs le soleil qui souvent représente la justice au Proche-Orient. On notera au passage que les caractéristiques royales et solaires sont familières de la figure de Ba‘al Ḥamon55. Dans ce contexte, alors, on comprend mieux pourquoi « Tinit visage de Ba‘al », avec son rôle d’interface et de médiation56, ne serait pas comptée dans la conjugaison verbale.

33Cependant, une telle conclusion ne peut s’imposer comme la seule possible ; on pourrait aussi imaginer que les destinataires divins sont traités comme un bloc unique. En effet, en phénicien, il est impossible de distinguer entre la forme de la troisième personne masculin singulier et celle de la troisième masculin pluriel, puisqu’elles sont identiques en raison du fait que le phénicien n’utilise pas de matres lectionis. La désinence aleph, employée en punique et néopunique, ne connaît pas d’usage systématique permettant de distinguer les deux formes. C’est donc le contexte qui permet de trancher, ou ce sont les éditeurs des textes qui le font. L’interprétation courante du fait que, dans cette formule, nous aurions toujours affaire à des verbes au singulier repose sur de rares indices :

  • un cas, à savoir l’inscription en lettres grecques de Constantine (KAI 175), dans lequel, bien que Tinit et Ba‘al Ḥamon soient invoqués, le texte est vocalisé au singulier, samo. Ici, qu’il s’agisse bien de la vocalisation du singulier est confirmé par la vocalisation en latin du nom propre Balsamo (CIL I, 2407 et VIII, 12331) ;
  • quatre attestations dans lesquelles la forme du pluriel est plus ou moins évidente, bien que le deuxième cas reste discutable :
  • 57 Ici, bien que le titre de « seigneur » au singulier introduise deux divinités, les verbes à la fin (...)
  • 58 Ici l’usage du suffixe pronominal du pluriel semble étrange, sauf si l’on imagine qu’Abdelmelqart a (...)
15\ Inscription de Leptis Magna
Datation : entre la fin du iie siècle et la première moitié du ier siècle av. n.è.
Bibliographie : IPT 31.
1. l’dn lšdrp’ wlmlk‘štrt rbt ’lpqy […]
8. […] kšm‘’ ql’ brky’
Au seigneur à Shadrafa et à Milkashtart57, patrons de Leptis […]
Parce qu’ils ont écouté sa voix, ils l’ont béni.
16\ Inscription de Carthage
Datation : iiie siècle av. n.è.
Bibliographie : CIS I 3778 ; KAI 78.
1. ybrky wyšm‘ ql ‘d ‘lm

2. l’dn lb‘l šmm wlrbtltnt pn b‘l
3. wl’dn lb‘l ḥmn wl’dn lb‘l m
4. gnm
Qu’ils le bénissent et qu’ils écoutent (sa) voix pour toujours.
Au seigneur à Ba‘al Shamem et à la dame à Tinit visage de Ba‘al
et au seigneur à Ba‘al Ḥammon et au seigneur à Ba‘al M-
GNM
17\ Inscription de Carthage
Datation : iiie siècle av. n.è.
Bibliographie : CIS I 3604.
1. lrbt ltnt pn b
2. ‘l wl’dn lb‘l ḥ
3. mn ’š ndr ‘bdml
4. qrt bn bdmlqrt
5. bn b‘lytn tšm‘’
6. ’yt qlm ybrky’
À la dame à Tinit visage de Ba-
‘al et au seigneur à Ba‘al Ḥam-
mon, ce qu’a voué Abdmel-
qart fils de Bodmelqart
fils de Ba‘alyaton, écoutez
leur voix
58 et qu’ils le bénissent.
18\ Inscription sur une amulette de lapis-lazuli de la région de Tyr
Datation : vie siècle av. n.è.
Bibliographie : Bordreuil 1986, p. 82‑86.
Recto



Verso
1. lb‘lḥ
2. mn wl
3. b‘l p
4. n kyb
5. rknn
À Ba‘al Ḥam-
mon et à
Ba‘al Ṣapho-
n qu’ils me bénis-
sent vraiment
.

34Il est cependant difficile de trancher la question et surtout il est impossible de savoir ce que les gens, souvent illettrés, pouvaient ou voulaient y voir. Nous savons ce qui est écrit – au‑delà des nombreuses erreurs de lapicides – mais nous ne savons pas ce qui était prononcé. Ou, pour le dire d’une façon affirmative, nous avons sûrement deux cas d’invocations à Tinit et Ba‘al Ḥamon dont les verbes ont été une fois vocalisés au singulier (KAI 175) et une autre fois au pluriel (CIS I 3604). Le fait que l’inscription de Leptis Magna utilise le mot « seigneur » au singulier pour deux divinités avec un verbe au pluriel et qu’une autre inscription de Carthage utilise le verbe « écouter » à la deuxième personne, suivi du verbe « bénir » à la troisième personne, montre suffisamment que les fluctuations de nombre, de personne, et probablement de genre, étaient monnaie courante. Nos inscriptions fournissent donc des témoignages instables, qui signalent que, pour les lapicides et pour les commanditaires, une telle instabilité ne posait guère de problème. Quant à nous, interpelés par ces observations, nous devons renoncer à en tirer des conclusions absolues.

Comment les dieux écoutent‑ils dans les inscriptions bi‑ ou trilingues ?

Corinne Bonnet

  • 59 Bonnet, Bianco 2018.

35Dans un récent article écrit avec Maria Bianco59, nous nous sommes intéressées aux séquences onomastiques utilisées pour désigner les dieux dans les principales inscriptions bi‑ et trilingues du monde phénicien et punique. Il s’agissait alors de comprendre comment on gère une adresse rituelle déclinée en plusieurs langues. Absorbées par la question des noms divins, nous n’avons prêté aucune attention aux formules de demande d’écoute et de bénédiction qui sont pourtant partie intégrante de la communication et de sa pragmatique. Il est temps de compléter l’analyse en distinguant plusieurs stratégies possibles.

La formule est omise

36Les célèbres cippes jumeaux en marbre retrouvés à Malte, mais provenant probablement de Tyr, comportent la formule d’écoute et de bénédiction en phénicien, mais le grec l’omet ; elle était peut‑être perçue comme idiosyncrasique ou superflue.

19\ Cippes dits de Malte, dont l’origine tyrienne est possible [= inscription nο 10 ci‑dessus]
Datation : iie siècle av. n.è.
Bibliographie : KAI 47 ; Amadasi Guzzo, Rossignani 2002.
Ph 1. l’dnn lmlqrt b‘l ṣr ’š ndr
Ph 2. ‘bdk ‘bd’sr w’ḥy ’sršmr
Ph 3. šn bn ’sršmr bn ‘bd’sr k šm‘
Ph 4. qlm ybrkm
Gr 1. Διονύσιος καὶ Σαραπίων οἱ
Gr 2. Σαραπίωνος Τύριοι
Gr 3. Ἡρακλεῖ ἀρχηγέτει
À notre seigneur à Melqart maître de Tyr, ce qu’ont voué
ton serviteur Abdosir et son frère Osirshamar,
les deux fils d’Osirshamar fils d’Abdosir, parce qu’il a écouté
leur voix, qu’il les bénisse
.
Dionysios et Sérapiôn, les

fils de Sérapiôn, Tyriens,
à Héraclès Archégète.

La formule est transcrite phonétiquement

  • 60 Voir à ce sujet Briquel Chatonnet 2017.
  • 61 Wilson 2012.

37L’inscription provenant du tophet d’El‑Hofra (Constantine) en Algérie, GR160, constitue une singularité, puisqu’elle contient une dédicace à Ba‘al Ḥammon et Tinit gravée en alphabet grec mais rédigée en langue punique. On peut légitimement s’interroger sur le public visé : celui qui déchiffrait les lettres ne comprenait sans doute pas le message, tandis qu’à l’inverse, celui qui pouvait capter le sens du texte n’était pas en mesure de le lire, à moins que le switch code n’ait alors été monnaie courante, ce dont on peut douter61. On notera que le dédicant, comme son père, porte un nom grec, estropié toutefois par le lapicide.

20\ Inscription en langue punique et alphabet grec de Constantine/El‑Hofra
Datation : iieier siècle av. n.è.
Bibliographie : Berthier, Charlier 1955, p. 167‑168 no GR1, pl. XXVIII, A ; KAI 175.
1. ΛΑΔΟΥΝ ΛΥ ΒΑΛ ΑΜΟΥΝ ΟΥ
2. ΛΥ ΡΥΒΑΟΩΝ ΘΙΝΙΘ ΦΑΝΕ ΒΑΛ
3. ΥΣ ΝΑΔΩΛ ΣΩΣΙΠΑΤΙΟΣ ΒΥΝ
4. ΖΩΠΥΡΟΣ ΣΑΜΩ ΚΟΥΛΩ ΒΑ
5. ΡΑΧΩ
Au Seigneur à Ba‘al H.ammon et
à notre Dame Tinit Visage de Ba‘al
ce qu’a offert Sosipatios (sic) fils de
Zopyros ; il a écouté sa voix, il l’a bé‑
ni
.

38Dans ce texte, la formule d’écoute et de bénédiction est transcrite phonétiquement, de manière fidèle, tout comme l’adresse aux dieux. Les deux anthroponymes grecs sont transcrits au nominatif, ce qui fait sens pour le dédicant, mais moins pour le patronyme, que l’on aurait attendu au génitif. Le bricolage linguistique fait émerger un « produit » hybride qui reproduit scrupuleusement la formule finale.

La formule est traduite ad sensum62

  • 62 Sur les inscriptions d’Idalion et de Tamassos voir aussi plus loin l’article de A. Cannavò et H. Le (...)

39Sur une base de statue en marbre provenant du sanctuaire d’Apollon à Idalion et datée de 389/8 av. n.è., la formule d’écoute et de bénédiction du phénicien est traduite en grec de façon à rendre sa signification de manière aussi pertinente que possible. L’offrande est adressée à Resheph Mkl en phénicien, à Apollon Amyklos en grec.

  • 63 Pour cette inscription comme pour les suivantes, on propose, par commodité de lecture, la transcrip (...)
21\ Inscription bilingue d’Idalion
Datation : 389/8 av. n.è.
Bibliographie : CIS I 89, pl. XIII ; KAI 39 ; ICS2 220, pl. XXXVII ; KB V, p. 78‑80 no 69, fig. 10 ; Egetmeyer 2010, p. 636‑63763.
Ph 1. [bymm … lyrḥ …] bšnt ʼrbʻ 4 lmlk mlkytn [mlk]
Ph 2. [kty wʼdyl sml] ʼz ʼš ytn wyṭnʼ ʼdnn bʻlr[m]
[Le jour ? du mois de ?] en l’année 4 du roi Mlkytn, r[oi
de Kition et Idalion cette statue] est ce qu’a donné et fait ériger notre seigneur Bʻlr[m
Ph 3. [bn ʻbdmlk lʼl]y lršp mkl k šmʻ ql ybrk fils de ʻbdmlk à] son dieu, à Ršp Mkl, parce qu’il a écouté sa voix, qu’il le bénisse.
Gr 1. [ἰ(ν) τῷ τετάρτωι ϝέτε]ι βασιλῆϝος Μιλκιατῶνος, Κετίων κὰ(ς) Εδαλίων βασιλεύ

Gr 2. [ϝο(ν)τος, τᾶν ἐπαγο]μενᾶν τῶ πε(μ)παμέρων νεϝοστάτας, τὸν ἀ(ν)δριϳά(ν)ταν τό(ν)δε κατέστασε ὁ ϝάναξ
[Dans la quatrième année] du roi Milkyatôn régnant sur Kition et Idalion
au dernier (jour) de la période de cinq jours des jours intercalaires, le prince (Baalrômos), le fils de Abdimilkôn, a dédié cette statue à Apollon
Gr 3. [Bααλρωμος]ὁ Ἀβδιμίλκων τῷ ᾿Απόλ(λ)ωνι τῷ ᾿Αμύκλωι, ἀφ’ὧι ϝοι τᾶς εὐχωλᾶς
Gr 4. [ἐ]πέτυχε ἰ(ν) τύχαι ἀγαθᾶι
Amyklos, de qui il a obtenu pour lui‑même l’accomplissement de son vœu.
À la bonne fortune 
!

40L’articulation entre écoute de la prière et bénédiction est exprimée à travers une formule assez originale. Le substantif grec euchôlê est en effet une forme épique et rare d’euchê, « prière ». Dans le Packhum PHI Greek Inscriptions64, j’ai trouvé seulement une vingtaine d’attestations de ce terme en Grèce continentale et insulaire, en Asie Mineure, Syrie et surtout en Égypte et Cyrénaïque, la plupart du temps dans des inscriptions métriques. Le choix opéré à Idalion est donc singulier ici et suppose le recours à un registre de langue élevé ou archaïsant, dans l’entourage royal ou princier d’où émane ce texte. Pour rendre l’idée de la bénédiction divine, on a eu en revanche recours à une formule très courante, que nous allons retrouver par la suite : « À la bonne fortune ! ».

41En effet, dans la double dédicace bilingue provenant du sanctuaire d’Apollon de Phrangissa, à proximité de Tamassos et figurant sur deux bases de statue en marbre datées du ive siècle av. n.è., le grec mobilise l’expression « à la Bonne Fortune » pour rendre la formule phénicienne d’écoute et de bénédiction impliquant Resheph. La première a recours à l’expression ndr ʼš ndr, « vœu qu’a voué », bien attestée en Afrique du Nord notamment, suivie de la formule d’écoute et de bénédiction traditionnelle.

  • 65 Cf. supra, n. 63.
  • 66 Sur cette qualification, voir Amadasi Guzzo 2020.
22\ Inscription bilingue de Tamassos-Phrangissa I
Datation : env. 375 av. n.è.
Bibliographie : RÉS 1213 ; ICS2 216, pl. XXXIII, 2 ; KB V, p. 80 no 70 ; Egetmeyer 2010, p. 813‑81465.
Ph 1. bymm 10+6 lyrḥ pʻlt bš[n] / t 10+7(?) lmlk mlky[tn mlk k] Le 16e jour du mois de P‘lt, en l’année 17 du règne de Mlky[tn, roi de Ki-]
Ph 2. ty wʼdyl sml ʼz ʼš ytn ʻb

Ph 3. dssm bn…lʼdny lršp ʼ
Ph 4. lhyts hndr ʼš ndr kšmʻ

Ph 5. hʼ ql ybrk
tion et Idalion, cette statue est ce qu’a donné ʻb-
dssm, fils de …, à son seigneur, Ršp
ʼlhyts, vœu qu’il a voué parce qu’il a écouté
sa voix, qu’il le bénisse
.
Gr 1. Ἀνδριὰς ὅνυ, τὸν ἔδωκεν Αψασμος ὁ Σα
Gr 2. μᾶϝος τῶι Ἀ[πόλ(λ)ω]νι τῶι
Gr 3. Ἀλασιώται ἰ(ν) τύχαι
Cette statue (est celle) qu’a donnée Apsasmos, (fils) de Sa-
mâs, à Apollon
Alasiôtas66. À la fortune !

42Le grec simplifie beaucoup avec ce souhait « À la fortune », sans même l’adjectif « bonne ». L’invocation à la fortune vient sceller l’interaction et augurer son prolongement bienfaisant, équivalent à la bénédiction, mais malgré tout aléatoire.

  • 67 Amadasi Guzzo 2020 ; Amadasi Guzzo 2021.

43Légèrement postérieure, la seconde offrande à Resheph (qualifié cette fois d’ʼlyyt67, qui correspond à Apollon Ἑλεϝίται en grec), contient la formule phénicienne traditionnelle et, en grec, une invocation identique à Tychè.

  • 68 Cf. supra, n. 63.
23\ Inscription bilingue de Tamassos-Phrangissa II
Datation : 362 av. n.è.
Bibliographie : RÉS 1212 ; ICS2 215, pl. XXXIII, 1 ; KB V, p. 80‑81 no 71 ; KAI 41 ; Egetmeyer 2010, p. 812‑81368.
Ph 1. sml ʼz ʼš ytn wyṭnʼ
Ph 2. mnḥm bn bnḥdš bn mn
Ph 3. ḥm bn ʻrq lʼdny l[]p
Ph 4. ʼlyyt byrḥ ʼtnm bšnt
Ph 5. šlšm 20+10 lmlk mlky[tn mlk
Ph 6. K]ty wʼdyl kšmʻ ql ybrk
Cette statue est ce qu’a donné et a fait ériger
Mnḥm, fils de Bnḥdš, fils de Mn-
ḥm, fils deʻrq, à son seigneur, [Rš]p
ʼlyyt, au mois de ʼtnm, en l’an
30 du règne de Mlky[tn, roi de

Ki]tion et Idalion, parce qu’il a écouté sa voix, qu’il le bénisse.
Gr 1. Τὸν ἀ(ν)δριά(ν)ταν τόν(ν)υ ἔδωκεν
Gr 2. κὰς ὀνέθηκεν Μνάσης
Gr 3. ὁ Νωμηνίων τῶι θιῶι
Gr 4. τῶι Ἀπείλωνι τῶι Ἑλεϝί
Gr 5. ται ἰ(ν) τύχαι
Cette statuette (est celle) qu’a donnée

et dédiée Mnasès
(fils) de Nômenios, au dieu
Apollon Helewitas.
À la fortune !

44L’inscription El‑Hofra GR3 me semble relever d’une stratégie analogue, même si le registre de vocabulaire change en grec. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une bilingue, mais d’une inscription grecque émanant également du tophet, qui suppose un sous-texte punique.

24\ Inscription grecque de Constantine/El‑Hofra
Datation : iieier siècle av. n.è.
Bibliographie : Berthier, Charlier 1955, p. 168‑169 no GR3, pl. XXVIII, C ; KAI 176.
1. Κϱόνωι Θεν
2. νειθ φενη Β
3. αλ ἔθυς
4. εν ᾿Α
6. λϰιμήδη
7. ς ϰαὶ επηϰ[ου]
8. [σε] τή[ν]
À Kronos Then-
eith phenê B
al a sacri-
fié A-
lkimédès
et il a écouté sa (voix).
  • 69 Cf. supra, p. 58.
  • 70 Cf. p. 121‑140.

45Kronos fait ici figure de contrepartie grecque de Ba‘al Ḥammon, le « Saturne africain ». Tinit Visage de Ba‘al est transcrite phonétiquement – et l’on relèvera au passage les différences avec la transcription précédente (El‑Hofra GR1)69. Le dédicant, Alkimédès, porte un nom grec et recourt au verbe thuô, qui peut désigner une offrande, en dépit de sa signification technique de sacrifice par le feu. La formule d’écoute seule – la bénédiction étant absente – a été traduite en grec au moyen du verbe epakouô, qui renvoie à l’épithète epékoos, « qui écoute », volontiers appliquée aux dieux et analysée dans ce dossier par Sylvain Lebreton et Thomas Galoppin70. C’est donc un choix judicieux, mais peu banal car ce verbe est assez rare en épigraphie grecque. Le Packhum PHI Greek Inscriptions en recense une petite vingtaine d’attestations seulement. Étrangement, le lapicide a oublié de graver le substantif phônên, « voix » après l’article tên, ce qui semble dénoter une maîtrise approximative de la langue et de son sens.

La formule est traduite ad litteram

46Dans la bilingue de Larnaka‑tis-Lapithou, adressée à Anat en phénicien et Athéna en grec, le sens de la traduction semble s’inverser : du grec vers le phénicien, alors que les cas précédents indiquent plutôt le phénicien ou le punique comme langue « dominante ». La dédicace est gravée à même le rocher.

25\ Inscription bilingue de Larnaka‑tis-Lapithou
Datation : début du iiie siècle av. n.è.
Bibliographie : CIS I 95, pl. XIV ; RÉS 1515 ; KAI 42 ; Amadasi Guzzo 2015, p. 30‑31 ; Bonnet, Bianco 2018, p. 44.
Gr 1. Ἀθηνᾶι
Gr 2. Σωτείρα Νίκη
Gr 3. καὶ <ὑπὲρ ?> βασιλέως
Gr 4. Πτολεμαίου
Gr 5. Πραξίδημος Σεσμᾶος
Gr 6. τὸν βω[μὸ]ν ἀνέθ[ηκ]εν
Gr 7. ἀγα[θ]ῆι τύχηι
À Athéna
Salvatrice Victoire
et (pour le ?) roi
Ptolémée
Praxidèmos fils de Sesmâs
a dédié cet autel.
À la bonne fortune !
Ph 1. lʻnt ʻz ḥym
Ph 2. wlʼdmlkm ptlmyš
Ph 3. bʻlšlm bn [s]smy
Ph 4. yqdš [ʼ]t mzbḥ
Ph 5. [l]mzl nʻm
À Anat Force Vie,
et pour Ptolémée, seigneur des rois,
Bʻlšlm fils de Ssmy
a consacré cet autel.
À la bonne fortune !
  • 71 Amadasi Guzzo 2015, p. 31‑32. Cf. DNWSI, p. 609, pour le substantif mzl, très rare.
  • 72 Pour les différentes interprétations possibles de ʻz ḥym pour Anat, voir Bonnet, Bianco 2018, p. 44 (...)

47La formule grecque de « bonne fortune » est traduite littéralement en phénicien par lmzl nʽm qui constitue un hapax en épigraphie phénico-punique71. Le lapicide a délaissé – par choix, par ignorance ? – l’usuelle formule d’écoute et de bénédiction. Il a forgé en phénicien un calque du grec, ce qu’on constate aussi dans les séquences onomastiques divines où le grec dicte des expressions phéniciennes tout aussi singulières72.

La formule est « déclinée »

48L’inscription trilingue (latin, grec, punique) de San Nicolò Gerrei, en Sardaigne, gravée sur une base de colonne en bronze, offre un point de vue particulièrement éclairant sur les stratégies à l’œuvre dans chaque langue. Prêter attention aux trois déclinaisons des formules d’écoute et de bénédiction semble même plus révélateur que ce que l’on peut tirer des séquences onomastiques divines, en l’occurrence Esculape Merre, Asclépios Mêrrê, Eshmun m’ḥr.

26\ Inscription trilingue de San Nicolò Gerrei
Datation : première moitié du ier siècle av. n.è.
Bibliographie : CIS I 143, pl. XXX-XXXI ; ICO Sardegna 9, pl. XXX ; KAI 66 ; Marginesu 2002 ; Culasso Gastaldi 2014 ;
CIL X, 7856 ; IG XIV, 608.
Lt 1. Cleon salari(us) soc(iorum) s(ervus) Aescolapio Merre donum dedit lubens
Lt 2. merito merente.
Cléon, ouvrier aux salines, esclave des concessionnaires (des salines) à Asclépios Merre a voué de bon gré et à juste titre.
Gr 1. Ἀσκληπίῳ Μηρρη ἀνάθημα βωμὸν ἔστη
Gr 2. σε Κλέων ὁ ἐπὶ τῶν ἁλῶν κατὰ πρόσταγμα
À Asclépios Merre offrande d’un autel que Cléon, le préposé aux salines, a érigé sur ordre divin.
Pu 1. ldn l’šmn mḥr mzbḥ nḥšt mšql lṭrm mt 100 ‘š ndrklyn šḥsgm ‘š bmmlht šm[] Au Seigneur à ’šmn m’ḥr, autel de bronze d’un poids de cent livres, qu’a offert ‘klyn, qui appartient aux ḥsgm, qui est/sont dans les salines. Il a écouté
Pu 2. [q]l’ rpy’ bšt špṭm ḥmlkt w’bd’šmn bn ḥml sa voix, il l’a guéri, dans l’année des suffètes Ḥmlkt et ‘bd’šmn, fils de Ḥmlk.
  • 73 Melfi 2007 ; Ribichini 2010 ; Oggiano 2012.
  • 74 On trouve un intéressant parallèle en Sardaigne puisqu’une main votive fragmentaire en argile décou (...)

49Chaque langue utilise ses propres formules qui apportent des informations différentes et complémentaires. Le latin a recours à une formule très usuelle qui souligne le fait que le don, issu d’une initiative libre du dédicant, a été accueilli par la divinité qui a apprécié son mérite en quelque sorte ; on notera une erreur : merente pour merenti. En grec, la présentation de Cléon est plus synthétique, mais on met en avant l’ordre reçu du dieu, le prostagma, qui semble être à l’origine de l’offrande. Le grec ne permet pas de trancher entre une offrande propitiatoire et un ex‑voto pour une grâce reçue. Rien n’est dit non plus de la manière dont l’ordre divin est parvenu à Cléon, mais on connaît le rôle de l’incubation et des rêves dans les cultes thérapeutiques d’Asclépios-Esculape, et sans doute aussi d’Eshmoun73. On peut donc avancer l’hypothèse que l’érection de l’autel fait suite à une épiphanie du dieu en songe donnant à Cléon l’ordre d’afficher sa reconnaissance de la sorte, une fois guéri. C’est donc Cléon qui a entendu la voix, le prostagma du dieu. Or, dans la version punique, on retrouve la formule presque habituelle, en version paratactique et avec une précision inédite sur les raisons du don : « il a entendu sa voix, il l’a guéri ». Ici, ce qui est mis en scène, c’est la première phase de la communication : Cléon a imploré Eshmoun à la suite d’une maladie qui a entendu son appel à l’aide et l’a guéri74. La guérison est peut‑être le fruit d’une apparition en songe indiquant à Cléon comment se soigner (avec le sel des salines où il travaille ?) et exigeant de lui un monument commémorant sa guérison advenue. Le binôme « écouter – bénir » fait ici place à « écouter – guérir », en écho au contexte spécifique de l’échange. Seul le texte punique contient cette information primordiale, que ni le latin ni le grec ne prennent soin d’exprimer. La version punique est également la seule à contenir une formule de datation par les suffètes locaux. La version punique est enfin la plus précise sur l’objet du don : un autel de bronze d’un poids de 100 livres, le grec mentionnant simplement un bômos et le latin n’apportant aucune information sur ce plan. En définitive, ces trois textes dans leur ensemble nous apprennent que Cléon, sans doute un esclave d’origine grecque punicisé vivant en Sardaigne devenue province romaine dès la fin du iiie siècle av. n.è., a raconté une histoire, celle de sa guérison, en disséminant les informations dans trois textes, en fonction des publics visés. Chacune de ces versions fait appel à un formulaire propre qui « décline » à sa façon le déroulé de la communication rituelle et les modalités d’action du dieu concerné.

La formule mise en images

Giuseppe Minunno

  • 75 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 45 no 106, fig. p. 137.
  • 76 Parmi elles, beaucoup (CIS I 265, 604, 989, 1020, 1249, 1565) proviennent des fouilles d’Évariste d (...)
  • 77 Dans la mesure où, au même endroit, on trouve, dans d’autres cas, des volutes ornementales, on pour (...)
  • 78 Bisi 1966, p. 232‑237, pl. LV.
  • 79 Bisi 1966, p. 233.

50Des représentions d’oreilles humaines figurent sur un certain nombre de stèles puniques. Le nombre de ces exemplaires est toutefois limité. Pour autant que nous le sachions, il s’agit d’une quinzaine de stèles, toutes provenant d’Afrique du Nord et presque exclusivement de Carthage, à l’exception d’un seul exemplaire provenant d’El‑Hofra75. Les exemplaires carthaginois appartiennent tous, lorsqu’il est possible de le déterminer, au type à fronton triangulaire avec acrotères, de sorte que leur datation doit correspondre à la phase 4 du tophet de Carthage (de la fin du ive siècle av. n.è. à la destruction de la ville en 146 av. n.è.)76. Dans la majorité des exemplaires de Carthage, les oreilles se situent de part et d’autre de la stèle, notamment dans les acrotères. Cette disposition des oreilles des deux côtés de la stèle entraîne une anthropomorphisation de celle‑ci, dont on a d’autres indices par ailleurs, les acrotères eux‑mêmes présentant parfois une morphologie qui les rend semblables à des oreilles77. Dans d’autres cas, les stèles sont pourvues de deux yeux. Sur une des stèles de Carthage (CIS I 1020 ; fig. 1), en plus des oreilles figurant dans les acrotères, on a représenté une bouche sur le fronton, ce qui donne à la stèle l’apparence d’un visage. La stèle d’El‑Hofra n’ayant pour sa part pas d’acrotères, deux oreilles sont représentées au centre, sous le fronton. Dans un cas (CIS I 1249), deux oreilles apparaissent sur le fronton à côté d’une main levée. Dans deux stèles de Carthage, on n’a pas affaire à une paire d’oreilles, mais à une seule oreille. Sur la première (CIS I 4764 ; fig. 2), une oreille est représentée sur le fronton à côté d’une palme, alors qu’il n’y a pas d’oreilles dans les acrotères. Sur l’autre stèle78, très abîmée, dans ce qui en était probablement le fronton79 est représentée une grande oreille, à laquelle un personnage debout semble adresser sa prière (fig. 3).

Figure 1 — Stèle fragmentaire. Musée du Louvre, AO 23389.

Figure 1 — Stèle fragmentaire. Musée du Louvre, AO 23389.

D’après CIS I 1020, pl. XIV.

Figure 2 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.

Figure 2 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.

D’après CIS I 4764, pl. XXX.

Figure 3 — Fragment de stèle. Musée National de Carthage.

Figure 3 — Fragment de stèle. Musée National de Carthage.

D’après Bisi 1966, pl. LV.

  • 80 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 75.
  • 81 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 29 no 38, fig. p. 118.
  • 82 Le sein représenté « figurerait probablement la fécondité que l’on attendait de l’ex‑voto », ibid., (...)

51Ces représentations d’oreilles sur les stèles ont généralement été interprétées comme une référence à la possibilité de se faire entendre par les dieux, une déclaration de foi dans leur disponibilité à écouter ou un témoignage du fait qu’ils avaient écouté et exaucé les requêtes qui leur étaient adressées. Pour la stèle d’El‑Hofra, on a avancé une interprétation différente, en vertu de laquelle les oreilles seraient plutôt l’objet du vœu, donc la partie du corps pour laquelle on demandait la guérison, ou dont on célébrait la guérison advenue en dédiant la stèle80. Dans le dossier des stèles d’El‑Hofra, on compte une seule autre figuration d’une partie du corps humain, à savoir le sein figurant sur la stèle EH 3881. Dans ce cas, les éditeurs préfèrent une interprétation symbolique liée à la fécondité qui paraît mieux correspondre au contexte général d’un tophet82. Les oreilles auraient donc été la seule représentation d’une partie du corps à guérir/guéri, ce qui semble peu probable. L’interprétation la plus plausible pour la stèle d’El‑Hofra 106, qui est aussi la plus convaincante pour les figurations d’oreilles sur les stèles de Carthage, est celle qui y voit les oreilles d’une divinité qui a écouté ou qu’on prie d’écouter. C’est donc l’expression iconographique de la même conception qu’exprime la formule d’écoute.

  • 83 Cf. D’Andrea 2014, p. 64.
  • 84 Matthäus 2010 (nous devons cette référence à l’amabilité de Sabine Fourrier, que nous remercions vi (...)
  • 85 Carton 1908, p. 71.
  • 86 Bénichou-Safar 2007, p. 9.
  • 87 Tite-Live XXX 36 : velata infulis ramisque oleae Carthaginiensium occurrit nauis ; Appien, Pun. VII (...)

52Mais quel rapport peut‑on établir entre ces formules et les représentations d’oreilles sur les stèles ? La correspondance sémantique n’aboutit pas à une concomitance régulière. Sur les exemplaires dont nous avons connaissance, dans quatre cas (CIS I 1020, 1565, 3597 ; Bisi 1966, pl. LV), l’inscription étant abîmée, il n’est pas possible de savoir si la formule y était gravée ou pas. C’est notamment le cas de la représentation de l’oreille à côté de la figure anthropomorphe. Dans sept cas (CIS I 265, 989, 1249, 2931, 3010, 4062, 4764), la formule manque, mais elle est présente dans deux cas (CIS I 180 : kšmʼ qlʼ tbrkʼ et CIS I 5704 : kšmʽ qlʼ ybrkʼ) et peut‑être aussi en CIS I 604 (où on lit k[…]). La stèle d’El‑Hofra, enfin, est anépigraphe, alors que, dans le dossier des stèles qui proviennent de ce site, la formule est largement utilisée. Même en supposant que la formule aurait été présente dans tous les cas où le texte est abîmé, elle ne serait donc associée aux figurations d’oreilles que dans la moitié des cas recensés. La formule elle‑même est en lien, dans peut‑être deux cas sur trois (comme dans CIS I 604), à la représentation d’une main levée. Peut‑on dès lors envisager une représentation de l’écoute (les oreilles) et de la bénédiction (la main levée) dont témoigne la formule ? La même interprétation pourrait s’appliquer particulièrement à CIS I 1249, dans laquelle la main levée est flanquée de deux oreilles au sein du fronton lui‑même (mais où l’on n’a pas la formule). En tout cas, il faut considérer que la main levée était de loin le symbole le plus répandu sur les frontons des stèles de la phase 483. C’est aussi le symbole le plus présent sur nos stèles, puisque sur le fronton de trois exemplaires (CIS I 604, 2931, 5704) on observe une main droite levée, surmontant des cisailles (CIS I 5704 ; fig. 4) ou un caducée et ce qu’on désigne communément comme le « signe de Tinit » dans une guirlande (CIS I 2931). On a vu que, dans CIS I 1249, deux oreilles sont représentées sur le fronton à côté d’une main levée. Cependant, ce symbole n’apparaît que dans quatre exemplaires sur quinze. Dans trois cas (CIS I 180, 265, 3597), sur les frontons, on voit un motif végétal, auquel, dans le cas de CIS I 265, s’ajoutent, au‑dessous du texte, un outil de menuiserie84 et le « signe de Tinit ». D’autres stèles présentent, au fronton, le croissant et le soleil (CIS I 4062) ou une figure probablement divine debout (CIS I 989, 3010). Comme on vient de le voir, un personnage debout, mais probablement humain, était représenté à côté de l’oreille dans une des deux stèles (Bisi 1966, pl. LV) portant une seule oreille, tandis que, sur l’autre (CIS I 4764), on observe une branche (de palme, selon le CIS) à côté d’une oreille. Sur la stèle d’El‑Hofra, au‑dessous des oreilles, est représenté un objet qu’on identifie communément comme un bouclier (bien qu’on ait aussi pensé au sexe féminin85). En supposant qu’il y ait « le plus souvent sinon toujours » un lien fonctionnel entre les différents motifs figurant sur chaque stèle86, Hélène Bénichou-Safar a suggéré que l’ensemble « rameau + oreille » (CIS I 4764) soit « symbolique du suppliant qui conjure la divinité d’écouter sa prière ». Elle s’appuie pour cela sur les récits de Tite‑Live et d’Appien relatifs aux émissaires carthaginois envoyés rencontrer Scipion, qui tendirent les mains vers lui à la manière des suppliants et dont le bateau était orné de branches d’olivier87.

Figure 4 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.

Figure 4 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.

D’après CIS I 5704, pl. C.

  • 88 Cf. Moscati, Uberti 1970.
  • 89 Cf. Bartoloni 1986.
  • 90 Cf. Bondì 1972.
  • 91 Cf. Moscati, Uberti 1985.
  • 92 Cf. Moscati, Uberti 1981.
  • 93 Moscati, Uberti 1981, no 730 p. 203 (kšmʽ ql dbry) ; no 920 p. 242 (kšmʽ ql dbry). Sur plusieurs st (...)
  • 94 ICO Sardegna 17 (kšmʽ ql [db]r[y]) ; Bartoloni 1986, no 1526 p. 239 (kšm qlʼ) ; no 1530 p. 240 (w š (...)
  • 95 Oggiano, Xella 2009.

53Quoi qu’il en soit, on constate dans notre corpus une certaine variété de symboles et, dans la mesure où ceux qui reviennent plusieurs fois sont par ailleurs assez répandus sur les stèles carthaginoises contemporaines, on ne peut pas mettre en évidence des correspondances régulières entre les oreilles et d’autres symboles. En dehors de l’Afrique du Nord, il n’y a pas de représentations d’oreilles, par exemple, sur les stèles des tophet sardes de Nora88, Sulky89, Monte Sirai90, Tharros91 ou, en Sicile, à Motyé92. La formule, en revanche, est attestée pour les stèles du tophet de Motyé93 et de Sulky94 (à Monte Sirai, elle est connue, mais en dehors du contexte du tophet, dans ICO Sardegna 39). On ne saurait donc affirmer ni que l’image illustre la formule, ni qu’elle la remplace. On dirait plutôt qu’on a ici confirmation de ce qu’ont jadis soutenu Ida Oggiano et Paolo Xella95, à savoir que les images et le texte des stèles représentent des langages substantiellement indépendants l’un de l’autre. Tandis que la formule était très répandue dans le monde phénicien depuis longtemps déjà, la représentation des oreilles apparaît comme un élément qui caractérise la dernière phase de vie de Carthage et qui a probablement inspiré la stèle d’El‑Hofra.

  • 96 Hésychios D 43. On signalera aussi que, dans l’inscription rituelle de Marmarini, près de Larissa e (...)

54Au terme de ce parcours, on a pu constater que la formule phénicienne et punique relative à l’écoute que les dieux prêtent aux hommes est riche en enseignements. Le caractère répétitif de ses attestations est indéniable, même si l’on constate une certaine variété dans l’expression, les contextes, la mise en images et finalement le message qu’elle délivre. L’écoute des dieux est souvent associée aux bienfaits qui découlent de l’interaction rituelle, résumés par la notion de « bénédiction ». Répandue dans tout le bassin de la Méditerranée, cette expression trouve, dans l’île de Chypre, quelques illustrations particulièrement instructives, notamment dans les dédicaces bilingues, mais aussi dans l’iconographie qui souligne l’aptitude des divinités à prêter l’oreille aux prières des hommes. Cette capacité d’écoute engage la souveraineté et la justice exercées par les dieux ; elle engage aussi la protection qu’ils garantissent aux humains, de la naissance à la mort. Si cette aptitude des dieux à accueillir les requêtes des hommes, comme l’ont montré les passages de Lucien, est largement partagée, il n’en reste pas moins que le lexicographe Hésychios, au vie siècle de notre ère, commente l’entrée epékoos en ces termes : « Aphrodite à Carthage »96, comme si une certaine tradition associait particulièrement aux dieux puniques – ici une Aphrodite carthaginoise qui pourrait renvoyer à Astarté, voire à Tinit – le souci d’écouter la voix de ceux qui fréquentaient leurs lieux de culte.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

ARI II : D. Schwiderski, Die alt- und reichsaramäischen Inschriften, Band 2: Texte und Bibliographie. Berlin, 2004.

CGRN : J.‑M. Carbon, S. Peels, V. Pirenne-Delforge, A Collection of Greek Ritual Norms (CGRN). Liège, 2016-. Consulté le 31 mai 2021. http://cgrn.ulg.ac.be.

CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum. Berlin 1863-2004.

CIS : Corpus Inscriptionum Semiticarum. Paris 1881-1962.

DNWSI : J. Hoftijzer, K. Jongeling, Dictionary of the North-West Semitic Inscriptions, 2 vol. Leiden, 1995.

FGrHist : F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker. Berlin & Leiden, 1923-1958.

ICO : M. G. Amadasi Guzzo, Le iscrizioni fenicie e puniche delle colonie in Occidente. Rome, 1967.

ICS2 : O. Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques, 2e éd. Paris, 1983 (1re éd. 1961).

IG XIV : Inscriptiones Graecae, XIV. Inscriptiones Siciliae et Italiae, additis Galliae, Hispaniae, Britanniae, Germaniae inscriptionibus, éd. G. Kaibel. Berlin, 1890.

IPT : G. Levi della Vida, M. G. Amadasi Guzzo, Iscrizioni puniche della Tripolitania (1927-1967). Rome, 1987.

KAI : H. Donner, W. Röllig, Kanaanäische und aramäische Inschriften, I‑III, 5e éd. Wiesbaden, 2002 (1re éd. 1962-1964).

KB V : M. Yon, Kition-Bamboula V. Kition dans les textes. Testimonia littéraires et épigraphiques et Corpus des inscriptions. Paris, 2004.

PPG3 : J. Friedrich, W. Röllig, Phönizisch-Punische Grammatik, 3e éd. révisée par M. G. Amadasi Guzzo et W. R. Mayer, Analecta Orientalia 55. Rome, 1999 (1re éd. 1970).

RÉS : J.‑B. Chabot (dir.), Répertoire d’épigraphie sémitique publié par la commission du Corpus Inscriptionum Semiticarum, 8 vol. Paris, 1900-1968.

TOB : Traduction Œcuménique de la Bible, nouvelle éd. Paris, 2010 (1re éd. 1975).

TSSI II : J. C. L. Gibson, Textbook of Syrian Semitic Inscriptions. Volume II. Aramaic Inscriptions Including Inscriptions in the Dialect of Zenjirli. Oxford, 1975.

TSSI III : J. C. L. Gibson, Textbook of Syrian Semitic Inscriptions. Volume III. Phoenician Inscriptions. Oxford, 1982.

Références bibliographiques

Albertz R., Schmitt R. 2012. Family and household religion in ancient Israel and the Levant. Winona Lake (Ind.).

Amadasi Guzzo M. G. 1986. Scavi a Mozia. Le iscrizioni, Collezione di studi fenici 22. Rome.

Amadasi Guzzo M. G. 2002. « Le iscrizioni dei tofet: osservazioni sulle espressioni d’offerta ». C. González Wagner, L. A. Ruiz Cabrero (éd.), Molk als Opferbegriff im Punischen und Hebräischen und das Ende des Gottes Moloch. Madrid, p. 93‑119.

Amadasi Guzzo M. G. 2015. « Encore CIS I 95 et les divinités guerrières à Chypre ». Orientalia 84, p. 29‑40.

Amadasi Guzzo M. G. 2020. « The kingdom of Idalion according to epigraphic sources ». A. J. Koller, M. Z. Cohen, A. Moshavi (éd.), Semitic, Biblical, and Jewish studies in honor of Richard C. Steiner. Jérusalem & New York, p. 114‑143.

Amadasi Guzzo M. G. 2021. « Le dieu de Phrangissa (Chypre) ». P. Notizia, A. Rositani, L. Verderame (éd.), dNisaba za3‑mi2. Ancient Near Eastern studies in honor of Francesco Pomponio. Münster, p. 5‑14.

Amadasi Guzzo M. G., Rossignani M. P. 2002. « Le iscrizioni bilingui e gli agyiei di Malta ». M. G. Amadasi Guzzo, M. Liverani, P. Matthiae (éd.), Da Pyrgi a Mozia. Studi sull’archeologia del Mediterraneo in memoria di Antonia Ciasca. Rome, p. 5‑28.

Amadasi Guzzo M. G., Zamora López J. Á. 2013. « The epigraphy of the tophet ». P. Xella (éd.), The tophet in the Phoenician Mediterranean, Studi Epigrafici e Linguistici 29‑30. Vérone, p. 159‑192.

Bartoloni P. 1986. Le stele di Sulcis. Catalogo, Collezione di studi fenici 24. Rome.

Bénichou-Safar H. 2007. « Iconologie générale et iconographie carthaginoise ». Antiquités africaines 43, p. 5‑46.

Bénichou-Safar H. 2016. « L’africaine Tanit pené Ba‘al rendait‑elle des oracles ? ». Semitica et Classica 9, p. 61‑78.

Benz F. L. 1972. Personal Names in the Phoenician and Punic Inscriptions, Studia Pohl 8. Rome.

Berthier A., Charlier R. 1955. Le sanctuaire punique d’El‑Hofra à Constantine. Paris.

Bertrandy F., Sznycer M. 1987. Musée du Louvre. Département des antiquités orientales. Les stèles puniques de Constantine. Paris.

Bisi A. M. 1966. « Studi punici I‑III ». Oriens Antiquus 5, p. 223‑248, pl. LIV‑LIX.

Bondì S. F. 1972. Le stele di Monte Sirai, Studi semitici 43. Rome.

Bonnet C. 2008. « ‘Criez plus fort, car c’est un dieu : il a des soucis ou des affaires, ou bien il est en voyage’. Réflexions sur la représentation du divin dans l’Antiquité, entre immanence et transcendance ». Diasporas 12, p. 1‑23.

Bonnet C. 2009. « Le visage et le nom. Réflexions sur les interfaces divines à la lumière de la documentation proche-orientale ». L. Bodiou, V. Mehl, J. Oulhen, F. Prost, J. Wilgaux (éd.), Chemin faisant. Mythes, cultes et société en Grèce ancienne. Mélanges en l’honneur de Pierre Brulé. Rennes, p. 205‑214.

Bonnet C. 2019. « L’anthropomorphisme du Zeus d’Homère au miroir de Lucien ». R. Gagné, M. Herrero de Jáuregui (éd.), Les dieux d’Homère II. Anthropomorphismes. Liège, p. 177‑195.

Bonnet C., Bianco M. 2018. « S’adresser aux dieux en deux langues ». Parcours anthropologiques 13. Consulté le 23 novembre 2018. http://journals.openedition.org/pa/632.

Bordreuil P. 1985. « Le dieu Echmoun dans la région d’Amrit ». E. Gubel, E. Lipiński (éd.), Phoenicia and its neighbours, Studia Phoenicia 3. Leuven, p. 221‑230.

Bordreuil P. 1986. « Attestations inédites de Melqart, Baal Ḥammon et Baal Ṣaphon à Tyr ». C. Bonnet, E. Lipiński, P. Marchetti (éd.), Religio Phoenicia. Acta Colloquii Namurcensis habiti diebus 14 et 15 mensis Decembris anni 1984, Studia Phoenicia 4. Namur, p. 77‑86.

Bottéro J., Kramer S. N. 1989. Lorsque les dieux faisaient l’homme. Mythologie mésopotamienne. Paris.

Branham R. B. 1989. Unruly Eloquence. Lucian and the Comedy of Traditions. Cambridge (Mass.).

Briand M. 2015. « L’Homère paradoxal de Lucien. Un dialogue, entre imitation et satire ». S. Dubel, A.‑M. Favreau-Linder, E. Oudot (éd.), À l’école d’Homère. La culture des orateurs et des sophistes. Paris, p. 163‑172.

Briquel Chatonnet Fr. 2017. « Langues et écritures croisées : quelques réflexions sur le monde phénico-punique ». Pallas 104 (Ekklèsia. Approches croisées d’histoire politique et religieuse. Mélanges offerts à Marie-Françoise Baslez), p. 99‑106.

Carton L. 1908. « Le sanctuaire de Tanit à El‑Kénissia ». Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles‑lettres de l’Institut de France, Sér. I, tome 12, 1ère partie, p. 1‑160.

Cecchini S. M. 1997. « La stele di Amrit. Aspetti e problemi iconografici e iconologici ». Contributi e Materiali di Archeologia Orientale 7, p. 83‑100.

Chéhab M. 1955. « Inscription phénicienne de Kharayeb ». Bulletin du Musée de Beyrouth 12, p. 45‑46.

Coacci Polselli G. 1976. « Struttura delle iscrizioni dedicatorie fenicie d’Oriente – I. La formula iniziale ». RSF 4, p. 137‑145.

Culasso Gastaldi E. 2014. « Iscrizione trilingue da Pauli Gerrei ». E. Culasso Gastaldi, G. Pantò (éd.), I Greci a Torino. Storie di collezionismo epigrafico. Turin, p. 38‑39.

D’Andrea B. 2014. I tofet del Nord Africa dall’età arcaica all’età romana (VIII sec. a.C.-II sec. d.C.), Studi archeologici, Collezione di studi fenici 45. Pise & Rome.

D’Andrea B. 2018. Bambini nel « limbo ». Dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici, Collection de l’École Française de Rome 552. Rome.

De Hulster I., LeMon J. (éd.). 2014. Image, Text, Exegesis. Iconographic Interpretation and the Hebrew Bible, The Library of Hebrew Bible/Old Testament Studies 588. Londres.

Dunand M., Duru R. 1962. Oumm el‑ʿAmed. Une ville de l’époque hellénistique aux échelles de Tyr. Paris.

Egetmeyer M. 2010. Le dialecte grec ancien de Chypre. Berlin.

Fales F. M., Grassi G. F. 2016. L’aramaico antico. Storia, grammatica, testi commentati. Udine.

Frank A., Rechenmacher H. 2020. Morphologie, Syntax und Semantik althebräischer Personennamen. Datenbank « Althebräische Personennamen ». Consulté le 22 juin 2021. https://doi.org/10.5282/ubm/epub.73364.

Gagné R., Herrero de Jáuregui M. 2019. « Sauver les dieux ». R. Gagné, M. Herrero de Jáuregui (éd.), Les dieux d’Homère II. Anthropomorphismes. Liège, p. 7‑42.

Garbati G. 2013. « Tradizione, memoria e rinnovamento: Tinnit nel tofet di Cartagine ». O. Loretz, S. Ribichini, W. G. E. Watson, J. Á. Zamora López (éd.), Ritual, religion and reason. Studies in the ancient world in honour of Paolo Xella. Münster, p. 529‑542.

Golinets V. 2020. Lexikon hebräischer onomastisch belegter Verben. Datenbank « Althebräische Personennamen ». Consulté le 22 juin 2021. http://www.bht.gwi.uni-muenchen.de/wp-content/uploads/personennamen/LHOV.pdf#p=1.

Gubel É. 2002. Musée du Louvre. Département des Antiquités orientales. Art phénicien. La sculpture de tradition phénicienne. Paris.

Jongeling K. 1986. « Remarks on some Punic texts ». Vicino Oriente 6, p. 249‑254.

Jongeling K. 2008. Handbook of Neo-Punic Inscriptions. Tübingen.

Kerr R. M. 2016. « Facio ut des. Zum Verbgebrauch in punischen Weihinschriften ». Kleine Untersuchungen zur Sprache des Alten Testaments und seiner Umwelt 20, p. 119‑122.

Krahmalkov Ch. R. 2001. A Phoenician-Punic grammar, Handbook of oriental Studies 54. Leiden, Boston & Cologne.

Lembke K. 2004. Die Skulpturen aus dem Quellheiligtum von Amrit. Studie zur Akkulturation in Phönikien. Mayence.

Marginesu G. 2002. Le iscrizioni greche della Sardegna: iscrizioni lapidarie e bronzee. M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XIV. Lo spazio marittimo del Mediterraneo occidentale. Rome, p. 1807-1825.

Mathys H.‑P. 2005. « Die phönizischen Inschriften ». R. A. Stucky (dir.), Das Eschmun-Heiligtum von Sidon: Architektur und Inschriften, Antike Kunst Beiheft 19. Bâle, p. 273‑318.

Matthäus H. 2010. « Zur Grabstele des Abdashtar aus Kition ». Kypriakai Spoudai 74, p. 15‑29.

Mazza F. 1976. « Un tipo di formula votiva nelle iscrizioni fenicie e puniche ». RSF 4, p. 129‑136.

Melfi M. 2007. I santuari di Asclepio in Grecia, vol. I. Rome.

Moscati S., Uberti M. L. 1970. Le stele puniche di Nora nel Museo Nazionale di Cagliari, Studi semitici 35. Rome.

Moscati S., Uberti M. L. 1981. Scavi a Mozia – Le stele. Rome.

Moscati S., Uberti M. L. 1985. Scavi al tofet di Tharros. I monumenti lapidei, Collezione di studi fenici 21. Rome.

Oggiano I. 2012. « Architectural points to ponder under the porche of Amrit ». RSF 40, p. 191‑209.

Oggiano I., Xella P. 2009. « Comunicare con gli dei: parole e simboli sulle stele del tofet ». Mediterranea 6, p. 185‑202.

Puech É. 1986. « Les inscriptions phéniciennes d’Amrit et les dieux guérisseurs du sanctuaire ». Syria 63, p. 327‑342.

Quinn J. C. 2017. In Search of the Phoenicians. Princeton.

Ribichini S. 1990. « Qualche osservazione sull’antropomorfismo delle divinità fenicie et puniche ». Semitica 39 (Hommages à M. Sznycer II), p. 127‑133.

Ribichini S. 2010. « Eshmun-Asclepio. Divinità guaritrici in contesti fenici ». E. De Miro, G. Sfameni Gasparro, V. Calé (éd.), Il culto di Asclepio nell’area mediterranea. Atti del Convegno Internazionale (Agrigente 20‑22 novembre 2005). Rome, p. 201‑217.

Römer Th., Gonzalez H., Marti L. (éd.). 2019. Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 5 et 6 mai 2015, Orbis Biblicus et Orientalis 287. Leuven, Paris & Bristol (CT).

Rudhardt J. 1992. Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce classique. Genève (1re éd. Genève 1958).

Silverman M. H. 1985. Religious values in the Jewish proper names at Elephantine, Alter Orient und Altes Testament 217. Neukirchen-Vluyn.

Stavrianopoulou E. 2016. « From the god who listened to the god who replied: transformations in the concept of epekoos ». C. Bonnet, V. Pirenne-Delforge, G. Pironti (éd.), Dieux des Grecs, dieux des Romains. Panthéons en dialogue à travers l’histoire et l’historiographie. Bruxelles & Rome, p. 79‑97.

Sznycer M. 1965. « Une inscription punique trouvée à Monte Siraï (Sardaigne) ». Semitica 15, p. 35‑43.

Tusa V., 1978. « Relazione preliminare degli scavi eseguiti a Mozia negli anni 1972, 1973, 1974 ». A. Ciasca, G. Coacci Polselli, N. Cuomo Di Caprio, M. G. Guzzo Amadasi, G. Matthiae Scandone, V. Tusa, A. Tusa Cutroni, M. L. Uberti, Mozia‑IX. Rapporto preliminare della Missione congiunta con la Soprintendenza alle Antichità della Sicilia Occidentale, Studi semitici 50. Rome, p. 7‑98.

Uberti M. L. 1983. « Dati di epigrafia fenicio-punica in Sardegna ». Atti del I Congresso Internazionale di Studi Fenici e e Punici, vol. I. Rome, p. 797‑804.

Vernant J.‑P. 1973. « Aspects de la personne dans la religion grecque ». I. Meyerson (dir.), Problèmes de la personne. Exposés et discussions. Actes du colloque du Centre de recherches de psychologie comparative (Paris, 29 septembre-3 octobre 1960). Paris & La Haye, p. 23‑37 ; repris dans Mythe et pensée chez les Grecs II. Études de psychologie historique. Paris 1974, p. 267‑282.

Vernant J.‑P. 1986. « Corps obscur, corps éclatant ». Ch. Malamoud, J.‑P. Vernant (dir.), Corps des dieux. Paris, p. 19‑58.

Wilson A. 2012. « Neo-Punic and Latin inscriptions in Roman North Africa: function and display ». A. Mullen, P. James (éd.), Multilingualism in the Graeco-Roman worlds. Cambridge, p. 265‑316.

Xella P. 1991. Baal Hammon. Recherches sur l’identité et l’histoire d’un dieu phénico-punique, Collezione di studi fenici 32. Rome.

Xella P. 2013. « ‘Tophet’: an overall interpretation ». P. Xella (éd.), The tophet in the Phoenician Mediterranean, Studi Epigrafici e Linguistici 29‑30. Vérone, p. 259‑281.

Haut de page

Notes

1 Ribichini 1990.

2 Römer, Gonzalez, Marti 2019.

3 De Hulster, LeMon 2015.

4 Cf. la base de données du projet ERC MAP : https://base-map-polytheisms.huma-num.fr/.

5 Gagné, Herrero de Jáuregui 2019.

6 FrGrHist 264 F 6, 4 = Diodore de Sicile XL 3. Sur les problèmes d’attribution de ce fragment, voir Gagné, Herrero de Jáuregui 2019, p. 7 n. 1.

7 1Rois 18, 25‑29 (dans cet article toute traduction de la Bible est issue de l’édition TOB). Sur ce passage, voir Bonnet 2008. On notera qu’en 18, 31‑32, Élie accomplit un rituel dans lequel le nom joue un rôle majeur : « Il prit douze pierres, d’après le nombre des tribus des fils de Jacob à qui cette parole du Seigneur avait été adressée : “Ton nom sera Israël”. Avec ces pierres, Élie rebâtit un autel au nom du Seigneur ».

8 Ps 115, 4‑7.

9 Cf. infra, p. 46 et suivantes.

10 Vernant 1973, p. 31. Le passage est cité en entier par Gagné, Herrero de Jáuregui 2019, p. 25 n. 86.

11 Vernant 1986, p. 26.

12 Vernant 1986, p. 51.

13 Rudhardt 1992, p. 97.

14 Bonnet 2019. Incontournable sur ces sujets, Branham 1989.

15 Pour la relation entre Lucien et Homère, voir notamment Briand 2015.

16 Homère, Iliade XVI 250.

17 Homère est d’ailleurs, dans une ample tradition grecque, le maître du pseudos, des faux semblants et des escamotages. Voir, par exemple, Aristote, Poétique 1460a, 18‑19 : « Homère a enseigné à dire le faux comme il faut ».

18 Nous proposons ici le texte le plus complet de la tablette II, l. 1‑8, selon la traduction de Bottéro, Kramer 1989, p. 542‑543.

19 Bottéro, Kramer 1989, p. 606.

20 Pace Quinn 2017, p. 60.

21 Pour une liste complète voir Golinets 2020, p. 88‑89 s.v. « šm‘ ».

22 Benz 1972, p. 421 s.v. « šm‘ ».

23 Voir Stavrianopoulou 2016 pour une analyse similaire du terme grec epékoos.

24 Albertz, Schmitt 2012, p. 299 et p. 534‑535.

25 DAHPN : https://www.dahpn.gwi.uni-muenchen.de/. Frank, Rechenmacher 2020, § 0329.

26 Frank, Rechenmacher 2020, § 0331.

27 Pour une liste complète, voir Albertz, Schmitt 2012, p. 269‑273 et p. 582‑585. Dans ce contexte, Rainer Albertz (p. 271) attire également l’attention sur la pratique consistant à renforcer la prière par des vœux (1 S 1,11 ; Pr 31,2, où Lemouël est appelé « fils appelé de mes vœux »).

28 Silverman 1985, p. 262.

29 Malgré l’habitude qui porte à reconnaître k comme la conjonction causative « parce que » (cet usage est par exemple assez typique dans la Bible hébraïque), il faudrait plutôt y reconnaitre une particule emphatique qui souligne qu’« en fait », « vraiment » la divinité a écouté (en somme, une Hervorhebungspartikel selon la terminologie de PPG3 § 257.1). Cependant, puisque la traduction « parce que » s’est imposée dans la littérature scientifique, nous l’adoptons dans cette contribution.

30 Amadasi Guzzo 1986, p. 45.

31 Amadasi Guzzo, Zamora López 2013, p. 175‑176.

32 Voir, par exemple, D’Andrea 2018, p. 24‑33.

33 Coacci Polselli 1976, p. 137.

34 Coacci Polselli 1976, p. 145.

35 Mazza 1976, par exemple, ne porte aucun intérêt à notre formule.

36 On considère ici le Levant stricto sensu, sans y inclure l’île de Chypre.

37 Gubel 2002, p. 51‑53 no 38.

38 Cecchini 1997.

39 Puech 1986, p. 331 lit : [k]šm‘ ql db[rnm], « parce qu’il a exaucé le cri de [leur] priè[re] ».

40 Hypothèse défendue par Lembke 2004, p. 82‑83 et p. 188 no 327, pl. 46, b.

41 L’intégration du ‑y au terme ql, que Dunand, Duru 1962 proposent systématiquement, n’est pas nécessaire (voir TSSI III, p. 121).

42 On pourrait aussi rattacher le y de yšm‘ à la fin du nom ssm et donc avoir le verbe à l’accompli.

43 Voir aussi ci‑dessous no 19. On notera que la mention de l’origine tyrienne des dédicants figure dans la version grecque de l’inscription, mais pas dans la version phénicienne.

44 Pour ce qui est de notre formule, on doit cependant noter qu’aucune inscription phénicienne n’est antérieure à celle de Breğ, de sorte que l’on n’a actuellement pas de trace du modèle phénicien qui a pu l’inspirer.

45 Par contre, l’hypothèse récemment formulée par Robert M. Kerr (2016), selon laquelle les verbes « écouter » et « bénir », même quand ils sont conjugués à l’accompli auraient une valeur de jussif, n’est pas convaincante (D’Andrea 2018, p. 27). En effet, les précisions que parfois les textes donnent à propos de l’écoute font penser que l’écoute a déjà eu lieu : c’est, par exemple, le cas de la guérison dont l’année est précisée (CIS I, 143 ; ICO Sardegna 9).

46 Amadasi Guzzo 1986, nos 2, 23, 24, 29 (cette dernière fragmentaire).

47 Sznycer 1965, p. 37.

48 Jongeling 2008, Tunisia OU N 5, p. 185.

49 Jongeling 1986 et Jongeling 2008, p. 93. Krahmalkov (2001, p. 264) l’interprète comme « maintenant », une sorte de hic et nunc qui demande d’interpréter les verbes suivants comme des jussifs : « Hear his voice now! Bless him! ». Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un exemple de la valeur emphatique de la particule, comme nous l’avons souligné à la note 29.

50 Xella 2013, p. 270.

51 Par exemple, Jongeling 2008, p. 214‑215, Costantine N 52.

52 Amadasi Guzzo 2002, p. 101 ; Bénichou-Safar 2016, p. 65.

53 Amadasi Guzzo, Zamora López 2013, p. 176, n. 80.

54 Xella 2013, p. 265‑266, n. 20.

55 Xella 1991, p. 127‑128.

56 Bonnet 2009, p. 212‑213 ; Garbati 2013, p. 530‑532.

57 Ici, bien que le titre de « seigneur » au singulier introduise deux divinités, les verbes à la fin de l’inscription sont accordés au pluriel.

58 Ici l’usage du suffixe pronominal du pluriel semble étrange, sauf si l’on imagine qu’Abdelmelqart associe les autres membres de sa généalogie à sa demande.

59 Bonnet, Bianco 2018.

60 Voir à ce sujet Briquel Chatonnet 2017.

61 Wilson 2012.

62 Sur les inscriptions d’Idalion et de Tamassos voir aussi plus loin l’article de A. Cannavò et H. Le Meaux.

63 Pour cette inscription comme pour les suivantes, on propose, par commodité de lecture, la transcription en alphabet grec mais il s’agit d’un texte en syllabaire.

64 https://inscriptions.packhum.org/.

65 Cf. supra, n. 63.

66 Sur cette qualification, voir Amadasi Guzzo 2020.

67 Amadasi Guzzo 2020 ; Amadasi Guzzo 2021.

68 Cf. supra, n. 63.

69 Cf. supra, p. 58.

70 Cf. p. 121‑140.

71 Amadasi Guzzo 2015, p. 31‑32. Cf. DNWSI, p. 609, pour le substantif mzl, très rare.

72 Pour les différentes interprétations possibles de ʻz ḥym pour Anat, voir Bonnet, Bianco 2018, p. 44. Par ailleurs, comme le note Amadasi Guzzo 2015, le grec n’est pas exempt d’hésitations, comme l’absence d’indication du datif pour Soteira et Nikè, et le recours au génitif sans préposition pour le roi. 

73 Melfi 2007 ; Ribichini 2010 ; Oggiano 2012.

74 On trouve un intéressant parallèle en Sardaigne puisqu’une main votive fragmentaire en argile découverte dans les environs de Cagliari porte l’inscription en caractères néopuniques ’šmn šm‘, « Eshmoun a écouté », certainement en lien avec une guérison aussi. Cf. CIS I 141 ; ICO Sard Neop. 4 ; Uberti 1983, p. 801.

75 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 45 no 106, fig. p. 137.

76 Parmi elles, beaucoup (CIS I 265, 604, 989, 1020, 1249, 1565) proviennent des fouilles d’Évariste de Sainte‑Marie à l’endroit indiqué dans le CIS comme locus E ; d’autres sont issues des fouilles de Gabriel Lapeyre (CIS I 4062 et 4724 ; Bisi 1966, pl. LV), de celles de Pierre Cintas (CIS I 5704) et du locus B du CIS, sur l’îlot de l’Amiral (CIS I 3010). On ne connaît pas le lieu de découverte de CIS I 180, 2931 et 3597.

77 Dans la mesure où, au même endroit, on trouve, dans d’autres cas, des volutes ornementales, on pourrait supposer qu’il y a eu un processus de dérivation des unes vers les autres.

78 Bisi 1966, p. 232‑237, pl. LV.

79 Bisi 1966, p. 233.

80 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 75.

81 Bertrandy, Sznycer 1987, p. 29 no 38, fig. p. 118.

82 Le sein représenté « figurerait probablement la fécondité que l’on attendait de l’ex‑voto », ibid., p. 76.

83 Cf. D’Andrea 2014, p. 64.

84 Matthäus 2010 (nous devons cette référence à l’amabilité de Sabine Fourrier, que nous remercions vivement).

85 Carton 1908, p. 71.

86 Bénichou-Safar 2007, p. 9.

87 Tite-Live XXX 36 : velata infulis ramisque oleae Carthaginiensium occurrit nauis ; Appien, Pun. VIII 49 : οἳ τὸ κηρύκειον ὑψηλὸν ἔστησαν ἐπὶ τῆς πρᾴρας, καὶ τὰς χεῖρας ὤρεγον ἐς τὸν Σκιπίωνα ἱκετῶν τρόπον.

88 Cf. Moscati, Uberti 1970.

89 Cf. Bartoloni 1986.

90 Cf. Bondì 1972.

91 Cf. Moscati, Uberti 1985.

92 Cf. Moscati, Uberti 1981.

93 Moscati, Uberti 1981, no 730 p. 203 (kšmʽ ql dbry) ; no 920 p. 242 (kšmʽ ql dbry). Sur plusieurs stèles de Motyé il y a un personnage féminin dont on a signalé les grandes oreilles (Moscati, Uberti 1981, nos 812, 816, 817, 821, 823, 825, 826, 831, 833, 835‑838, 844, 851, 856, 857, 859, 860, 885, 969, 996). Le même trait est signalé pour le personnage masculin des stèles nos 943 et 920, cette dernière portant aussi la formule d’écoute. S’agit‑il d’une façon d’exprimer figurativement la disposition à l’écoute ? En tout cas ce trait n’est présent que dans une minorité d’exemplaires. Il n’est pas marqué pour le personnage féminin de la stèle no 780 (fig. 40, pl. CXXXIII) dont le modèle, selon Sabatino Moscati (ibid., p. 302‑303), est le même qu’une figurine d’argile découverte dans une sépulture de Motyé (Tusa 1978, p. 18‑19 et pl. IX) dont on a précisément souligné les grandes oreilles (ibid., p. 18).

94 ICO Sardegna 17 (kšmʽ ql [db]r[y]) ; Bartoloni 1986, no 1526 p. 239 (kšm qlʼ) ; no 1530 p. 240 (w šm qlʼ) ; no 1189 p. 201 (kšmʽ ql dbry ybrk).

95 Oggiano, Xella 2009.

96 Hésychios D 43. On signalera aussi que, dans l’inscription rituelle de Marmarini, près de Larissa en Thessalie (CGRN 225 : http://cgrn.ulg.ac.be/file/225/), datée entre 225 et 150 av. n.è. et se rapportant à une communauté mixte de Grecs et de non-Grecs, il est fait référence, face B, l. 51‑52, à une offrande destinée à l’oreille et à la chevelure de la déesse : « Pour l’oreille de la déesse et ses cheveux : de la résine oliban, de la myrrhe, de l’encens, des aromates, de l’essence de rose ; trois oboles dans le tronc à offrandes (πρὸς τὸ οὖας τῆς θεοῦ καὶ τὰς χα[ίτα]ς, λ[ι]βανωτὸν, σμύρναν, θυμίαμα, ἀρώματα, μύρον ῥόδινον, τριώβ[ολο]ν εἰς θησαυρόν). Les matières mobilisées sont assez rares, comme la myrrhe, et semblent orienter vers l’Orient, sans qu’il soit raisonnable d’en dire plus à ce stade.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Stèle fragmentaire. Musée du Louvre, AO 23389.
Crédits D’après CIS I 1020, pl. XIV.
URL http://journals.openedition.org/cchyp/docannexe/image/699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 2 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.
Crédits D’après CIS I 4764, pl. XXX.
URL http://journals.openedition.org/cchyp/docannexe/image/699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 3 — Fragment de stèle. Musée National de Carthage.
Crédits D’après Bisi 1966, pl. LV.
URL http://journals.openedition.org/cchyp/docannexe/image/699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 4 — Stèle fragmentaire. Musée National de Carthage.
Crédits D’après CIS I 5704, pl. C.
URL http://journals.openedition.org/cchyp/docannexe/image/699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, Giuseppe Minunno et Fabio Porzia, « « Parce qu’il a écouté ma voix, qu’il me bénisse » Usages et portée d’une formule phénicienne et punique »Cahiers du Centre d’Études Chypriotes, 51 | 2021, 41-71.

Référence électronique

Corinne Bonnet, Giuseppe Minunno et Fabio Porzia, « « Parce qu’il a écouté ma voix, qu’il me bénisse » Usages et portée d’une formule phénicienne et punique »Cahiers du Centre d’Études Chypriotes [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cchyp/699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cchyp.699

Haut de page

Auteurs

Corinne Bonnet

Université Toulouse – Jean Jaurès, Projet ERC MAP, Laboratoire PLH

Giuseppe Minunno

Université Toulouse – Jean Jaurès, Projet ERC MAP, Laboratoire PLH

Fabio Porzia

Université Toulouse – Jean Jaurès, Projet ERC MAP, Laboratoire PLH

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search