Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20ChroniquesHommages

Chroniques

Hommages

Thérèse Goyet
p. 3-5

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

À Roger Quilliot, reconnaissance

1Le Centre International Blaise Pascal, fondé à Clermont-Ferrand, aura vingt ans en l’an 2000. À quel moment de l’existence convient-il de se détourner pour envisager l’être qu’on est devenu ? Nous n’avons pas le moyen de le dire selon la donnée de notre durée personnelle. Mais un fait détermine notre regard en arrière : c’est l’adieu brusqué que le CIBP a été contraint de faire à un ami du commencement, Roger Quilliot, maire de Clermont-Ferrand.

2La ville natale de Pascal a tenu à marquer son histoire propre par des célébrations qui manifestent et ponctuent la continuité de sa mémoire reconnaissante. Le souvenir a matériellement traversé le temps grâce à la fidélité familiale de la nièce Marguerite Périer ; celle-ci a été relayée par d’autres fidélités discrètes, et quelquefois même secrètes dans les lieux jansénisants. À tout bout de champs nos collaborateurs curieux découvrent des objets témoins, c’est du couvent de l’Oratoire que la ville tient la machine arithmétique la plus performante que l’on connaisse de l’invention de Pascal. Les musées et la bibliothèque, celle-ci selon sa double constitution, municipale et universitaire, ont veillé à la conservation et au développement sans bruit, de ce patrimoine unique, plus varié qu’on ne soupçonnait et parfois même insolite. Enfin, pour nous borner au vingtième siècle, les célébrations publiques des tricentenaires, en 1923 et en 1962, ont fait retentir les expressions de la reconnaissance universelle dans l’enclos géographique des origines.

3C’est dans le colloque universitaire qui s’est tenu à la Faculté des Lettres en juin 1976, que germa l’idée de créer un organisme permanent qui manifesterait la mémoire de Pascal dans les activités de l’avenir. Les institutions qui s’imposaient pour en être responsables, c’était la ville natale avec ses éléments structurants (sociaux, moraux, politiques, économiques, intellectuels,) et l’université implantée dans le lieu, premier terme de ces communautés de l’esprit où Pascal a laissé son aiguillon. Tout commencement se pose en acte de foi et assume un pari d’espérance. Aujourd’hui nous remercions Roger Quilliot d’avoir accordé sa confiance aux serviteurs de Pascal qui le sollicitaient en tant que maire, et d’avoir signé, conjointement avec Monsieur Pierre Cabanes, président de l’Université Clermont II, les statuts du Centre international Blaise Pascal, à la date du 23 novembre 1980.

4Cette tutelle municipale qui nous singularise parmi les organismes de recherche et de documentation attachés aux universités de France, Roger Quilliot l’avait acceptée – nous semble-t-il – avec joie et il l’exerçait avec cœur et simplicité. Elle comportait un emploi rétribué d’aide-documentaliste à mi-temps, un toit pour abriter les documents propres distingués par le catalogage mais incorporés aux fonds de la Bibliothèque municipale et universitaire, et quelques vivres pour l’association de soutien. On avait hésité sur les définitions mais l’esprit pragmatique du maire fit éclore la décision subitement, sur un coup reçu de jeunesse : ce fut la visite de collégiens suisses, qui étaient venus chercher au pays de Pascal une approche de sympathie, qui déclencha l’occasion d’un choix rédactionnel et la signature des deux parties contractantes. Les lendemains ne démentirent pas l’engagement. Et toutes les fois que nous avons demandé, en l’honneur des participants étrangers, à être reçus à l’Hôtel de ville, le maire en personne ou l’un des maires adjoints, nous accueillait avec bonhomie. Roger Quilliot avait fait des conférences sur Camus au Japon, et la venue, assez fréquente, de visiteurs japonais lui faisait plaisir.

5D’ailleurs Pascal ne lui est pas arrivé uniquement par ceux qui venaient le chercher. On peut même imaginer que cette figure concitoyenne n’aura pas été sans effet pour acclimater le Picard Roger Quilliot à l’ambiance de l’Auvergne historique. Sa spécialisation dans la littérature du XXe siècle ne lui a pas donné l’occasion de professer à la Faculté des Lettres, des cours sur Pascal. Mais il a montré la compréhension profonde qu’il en avait dans un article intitulé « Un exemple d’influence pascalienne au XXe siècle : l’œuvre d’Albert Camus » publié dans l’ouvrage Les Pensées de Pascal ont trois cents ans (collection « Écrivains d’Auvergne », avec le concours de la Faculté des Lettres, Éditions G. de Bussac, 1971) p. 119-133, avec des illustrations choisies par Roger Quilliot lui-même. Le bilan approfondi de l’influence pascalienne conduit l’exégète de Camus à travers les pages les plus véhémentes de son interrogation existentielle, Camus a pu s’amuser des répercussions concrètes dans le présent, comme de découvrir dans Clermont un « Pascal bar » ; il fait peu de citations car il ne s’agit pas de prendre parti sur les assertions d’un texte, mais l’impression reçue a été très forte à partir de sa réaction juvénile passionnée plutôt que fervente. Pascal, dit Roger Quilliot, est « présent dès que nous ressurgissent les thèmes de la solitude et de la mort, de la misère et de la grandeur de l’homme. Il n’y a pas à s’étonner dès lors si, interrogé peu de temps avant sa mort, Camus pouvait ranger Pascal au nombre des quelques auteurs qui l’ont aidé à prendre conscience de ce qu’il avait à dire. » Le sentiment de l’absurde découle du « climat pascalien où ses études, ses lectures et sa réflexion d’adolescent malade le plongent. » Et Roger Quilliot recense les équivalences pascaliennes de Camus. « Le condamné à mort sera seul pour son agonie, seul comme Jésus au jardin des Oliviers. » Ces figures et thèmes sont détournés par Camus – délibérément – de l’espérance chrétienne, mais dans la douleur entre la douceur du sentiment cosmique, qui s’apparente à la simplification franciscaine. Les rapports de l’homme et du monde ne peuvent, pour Camus, se poser qu’en termes pascaliens. Certes le pari de Camus est inverse de celui de Pascal, mais il se livre dans une conscience éprouvée par la lucidité de Pascal.

6Il nous semble que cet article si compréhensif réintroduit au deuxième degré la présence de Pascal parmi nous. L’entremise de Camus l’implante avec vigueur dans la culture hédoniste contemporaine. Roger Quilliot, critique éveillé, n’identifiait pas son choix personnel à ceux de Camus, mais il avait choisi ses nourritures spirituelles chez l’écrivain qui fut prématurément emporté, dont il était devenu l’ami. Et quand celui-ci réfutait le réalisme croyant de Pascal, Roger Quilliot le comprenait trop profondément pour qu’on ne reconnaisse pas, à travers les figures et les mythes modernisés, sa propre position métaphysique. Et l’éloignement volontaire d’avec Pascal ne rend plus plausible pour les trois hommes une communion dans le choix tragique. Et nous pensons que notre ami des commencements a mis tout son effort à défendre la dignité de l’homme en repoussant ce que Camus appelle « la paresse du cœur », jusqu’au-delà de l’humain pouvoir.

Genji Yasui (Kyoto, 3 décembre 1914 – Kamakura, 22 septembre 1998

7Depuis ses débuts, notre centre de recherche et de documentation a eu le bonheur d’accueillir dans l’amitié de Pascal une élite de professeurs japonais. Entre les montagnes solitaires, Puy de Dôme et Fuji Yama, leur esprit de finesse ressentait une certaine attraction qui ne se limitait pas aux fréquentations universitaires. Genji Yasui aimait particulièrement se trouver à Clermont-Ferrand et découvrir par la promenade quelques pans d’Auvergne, un clocher roman, une musique folklorique. Il était venu avec Monsieur Mesnard pour reconnaître le terrain avant le colloque de 1976 où fut lancée notre aventure des « Méthodes ». Il revint pour les journées de Port-Royal de 1981, centrées autour de « Deux grandes figures d’Auvergne, Gilberte et Jacqueline Pascal » qu’illustra concrètement le rassemblement de toutes les machines arithmétiques connues de la fabrication de Pascal. Et dans le colloque scientifique et pédagogique de « l’accès aux Pensées de Pascal » (1984 et 1985) le professeur Yasui, dévoré qu’il était par le souci de répondre à l’inquiétude propre de ses étudiants, a apporté le témoignage d’une expérience à la fois novatrice et magnifique d’humilité. Il ne craignait pas de renoncer à enseigner ce qui à l’épreuve lui semble trop difficile, pour se vouer à « intéresser les élèves au sujet du texte et susciter leur désir d’étudier plus profondément par eux-mêmes » (Genji Yasui, « Mes expériences pascaliennes dans l’enseignement », L’accès aux Pensées de Pascal, Klincksieck, 1993, p. 237). Il comprenait parfaitement les difficultés réelles d’une diffusion de la culture française et corrélativement de la pénétration de Pascal dans la société japonaise en état de surcompression, qu’il a traversée d’une après-guerre à une autre après-guerre. Sa foi catholique l’avertissait des incompréhensions en quelque sorte fatales et qui attendent une plus haute compréhension. Sorti de l’Université Waseda, une des grandes université privées du Japon, en 1938, il y a été chargé de cours dès 1951, titulaire en 1958, et a pris sa retraite en 1985. Il avait été le premier chercheur d’échange envoyé selon les accords culturels conclu entre l’Université de Paris et l’Université Waseda en 1961-1962, et il a vécu les événements récents de la culture pascalienne au Japon. C’est-à-dire, en 1964, Monsieur Maeda, Monsieur Wada et lui-même fondèrent un « cercle d’études pascaliennes ». En 1969, Monsieur Jean Mesnard a visité le Japon au titre d’une mission des affaires culturelles, et ce fut le commencement d’une étroite communication entre les chercheurs français et japonais. L’épanouissement devint éclatant lorsqu’un groupe nombreux d’amis à Port-Royal, fut invité (à la charge principalement de l’Université de Tokyo, Pascal, Port-Royal, Orient, Occident (27-29 septembre 1988). La présence active de notre ami Yasui, secondant les attentions de nos hôtes japonais, fit alors merveille. C’est pourquoi nous voudrions placer au sommet de nos remerciements l’éloge de cet agrément de « l’honnête homme » que nous aimions en lui.

8Que Madame Yasui, familière aussi des visites en Auvergne, veuille bien, ainsi que ses fils, agréer l’expression des regrets que lui présente notre association.

Principaux ouvrages de Genji Yasui

Études

9La jeunesse de Pascal (Bulletin de la Faculté des Lettres de l’Université Waseda, 1953).

10« La porte Étroite » d’André Gide et Pascal - une hypothèse (exposé au Congrès général de la Société japonaise de la littérature française, repris dans le Bulletin de la même Société, n° 5, 1965).

11Autour de l’énigme du discours sur les passions de l’amour attribué à Pascal (« Études de la littérature européenne », Faculté des Lettres de l’Université Waseda, n° 17, 1969).

12Blaise Pascal et Isidore Ducasse (« Études de la littérature européenne », Faculté des Lettres de l’Université Waseda, n° 25, 1977).

13Sur le Mystère de Jésus de Blaise Pascal (Bulletin de la Faculté post-graduée de l’Université Waseda, n° 24, 1978).

14Sur le Mystère de Jésus de Blaise Pascal (Ibid., n° 27, 1981).

15La Machine arithmétique de Pascal (Ibid., n° 28, 1982).

16La lettre de Saint-Évremond sur la dévotion feinte contenue dans le recueil des manuscrits de BN 19303 avec le Discours sur les passions de l’amour (Ibid., n° 30, 1984).

Traductions en langue japonaise

17Jacques CHEVALIER, Pascal (traduction en collaboration avec Shinzaburo MATSUNAMI, Librairie Yôtokusha, 1944).

18Œuvres mathématiques de Pascal (Hakusuisha, 1946).

19Roger TROISFONTAINES, Sartre et Marcel – Les deux existentialismes (Kôbundô, 1949).

20François MAURIAC, Blaise Pascal et sa sœur Jacqueline (Risôsha, 1963).

21Jean GUITTON, Le travail intellectuel (Chûô-shuppansha, 1960).

22DANIEL-ROPS, Pascal et notre cœur, avec des études sur les œuvres et la vie de Daniel-Rops (Shimizu-Kôbundô, 1968).

23Jean MESNARD, Pascal (Misuzu Shobô, 1971).

Jean Mesnard à l’Institut : La symbolique de l’épée

Jean Mesnard en habit d’académicien

Jean Mesnard en habit d’académicien

CIBP

24Mais non : la rime des mots HONNEUR et BONHEUR n’est pas toujours mensonge. Car nous qui avons placé notre espoir, modestement, dans les destinées de l’organisme qui s’emploie à glorifier (compétemment) l’illustre Blaise Pascal, nous avons connu un vrai bonheur quand l’honneur est venu trouver notre ami, guide et fondateur, Jean Mesnard, pour l’introduire sous la Coupole. Dans sa séance du 13 janvier 1997, l’Académie des Sciences morales et politiques l’a élu au fauteuil que venait de quitter René Poirier, philosophe des sciences.

25La véritable intronisation a eu lieu au milieu du Bois sacré peint par Puvis de Chavannes, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, sous le patronage de Monsieur René Blanchet, Recteur de l’Académie, Chancelier des Universités de Paris, lundi 16 mars 1998. Un grand nombre d’Amis et Correspondants du CIBP assistaient à la cérémonie, préparée par l’association de la revue Communio, la remise par un confrère de l’épée, joyau de poids offert par le peuple des amis enthousiastes. C’est comme si toutes leurs nombreuses mains s’étaient unies pour toucher la main qui possèdera l’objet-symbole. Tout le monde voudrait voir ; pour bien voir il faut toucher, et tout le monde n’est pas dans une assemblée placé pour toucher ou même voir. C’est pourquoi nous avons demandé au possesseur de l’épée de nous décrire celle-ci telle qu’elle se montre, et selon ce qu’elle signifie pour lui.

« L’épée est ancienne. Elle date du XVIIe siècle ; et la raison de son choix vient de ce qu’à cette époque sont consacrés la plupart de mes travaux. Elle est entièrement en fer, d’une longueur qui était alors habituelle, soit 102 cm au total, 15 cm pour la poignée et la garde, 87 cm pour la lame. Toujours selon l’usage du temps, elle ne comporte pas de fourreau. Deux pièces rapportées modernes en tiennent partiellement lieu : la bouterolle destinée à protéger la pointe, et la chape qui s’enfile sur la lame et vient buter contre la garde, préservant l’état primitif de l’arme que l’on restitue en retirant la chape.

La disposition est élégante et sobre. Au sommet, le pommeau, dessiné en oignon. Puis la fusée, en bois, recouverte de filigrane torsadé. La garde est à deux quillons ciselés de feuillages, et à pas d’âne. La coquille bivalve a été traitée avec un soin particulier : elle est en fer travaillé à jour et ciselé de feuilles à rinceaux.

Cette épée ancienne, je la vois nouvelle en tant qu’elle réunit, gravés sur la chape, les aspects les plus importants de ma carrière et de mon œuvre, formant deux ensembles, celui des lieux et celui des objets de pensée, distribués eux-mêmes selon un rapport significatif. Ayant porté à Pascal une attention spéciale, j’ai marqué ma prédilection par des thèmes pascaliens.

Du haut en bas de la chape les figures représentent : le soleil levant, le Puy de Dôme, la petite ourse avec l’étoile polaire et la Croix du Sud (sur le bouton de la chape), la tour de Montaigne, la chapelle de Port-Royal de Paris et le soleil couchant.

Les lieux, trois vignettes au centre, ont été pour moi ceux de la continuité, de la stabilité, ceux où j’ai enseigné, où j’ai conduit mes recherches, où j’ai participé à l’organisation de rencontres savantes. Clermont-Ferrand vient en tête, non comme lieu de résidence, mais comme un pôle auquel j’ai dû constamment revenir. La patrie de Pascal est désignée par l’image du Puy de Dôme, qui rappelle la célèbre expérience.

Viennent ensuite mes deux résidences universitaires successives. Pour évoquer Bordeaux, tout en conservant le climat pascalien, un nom s’imposait à l’esprit, celui de Montaigne, qui fut maire de la ville, et dont les Essais ont été, dans l’ordre profane, le livre le plus inspirateur, fût-ce par rejet, pour la réflexion menée dans l’Entretien avec M. de Sacy et dans les Pensées. Aucune image ne pouvait mieux rendre Montaigne présent que celle de la tour de son château, elle-même si présente dans les Essais. Voilà la raison d’être de ce second symbole. La vignette qui correspond à Paris, est inspirée d’une gravure contemporaine de Pascal représentant le monastère de Port-Royal du faubourg Saint-Jacques, maison dont celle des Champs n’était alors qu’une dépendance. À l’image de Port-Royal s’associe naturellement toute la personnalité religieuse de Pascal, dans l’ordre du vécu comme dans celui de la pensée.

À chacun de ces lieux correspond un des axes majeurs autour desquels l’œuvre de Pascal s’est élaborée, et entre lesquels j’ai essayé de tenir la balance égale dans mes travaux : la science positive, dans ses aspects les plus modernes ; la connaissance de l’homme, principe d’un art de vivre valable seulement pour l’ « homme sans Dieu » ; le christianisme à fondement augustinien, qui ouvre la voie vers l’absolu des valeurs. Unir ainsi les parties et le tout, c’est ce montré éminemment fidèle à l’esprit de Pascal.

Le deuxième ensemble de symboles peut s’analyser plus simplement. De lieux en France que l’on pourrait qualifié d’hexagonaux, il conduit aux limites du monde, signifiées par les quatre points cardinaux, eux-mêmes représentés concrètement par un soleil levant, un soleil couchant, l’Etoile polaire et la Croix du Sud. Signes évocateurs de mon goût pour les voyages lointains, pour les missions de recherche et d’enseignement dans les pays étrangers. À quoi s’ajoute l’attention portée au destin de la langue et de la culture française dans le monde, et le souci de soutenir ceux qui, dans chaque pays, participent à leur défense. Tâche pour laquelle Pascal se révèle souvent un intermédiaire utile. Entre ces symboles évocateurs des lointains, il en est un qui a été mis en valeur par sa place au sommet de la chape : celui du soleil levant, nom propre du pays dans lequel j’ai reçu l’accueil le plus chaleureux et où j’ai rencontré le plus grand nombre d’amis pascaliens.

Impossible d’évoquer les grands espaces sans faire référence au fragment Disproportion de l’homme. Il est présent implicitement dans la mesure où la succession des symboles reflète le mouvement initial du célèbre fragment. De la terre, à laquelle se rattachent les trois vignettes, le regard s’élève à la révolution du soleil, puis à la sphère des étoiles. Ce mouvement est souligné par le fait que les constellations désignant le pôle Nord et le pôle Sud, gravées sur le bouton de chape, se trouvent en décrochement par rapport aux autres symboles. »

26Et nous-mêmes que disions-nous des affinités entre l’homme et sa lame ?

27Nous écoutons d’abord René Pomeau, Président de l’Académie, qui déclare accueillir en son collège un philosophe et un historien de la littérature : les fonctions s’entretiennent l’une l’autre, car chez Jean Mesnard, les « enquêtes », impitoyablement patientes, « aboutissent toujours » à des « synthèses » lumineuses.

28Gérard Ferreyrolles, disciple de Jean Mesnard, et son deuxième successeur à la Sorbonne, eut la joie d’exprimer « son admiration pour le savant, sa reconnaissance pour le professeur et son amitié respectueuse pour l’homme ». En cette rencontre des générations, émouvante perspective ! Un magistère d’esprit libéral, éveille les vocations, profite des avancées de la critique sans laisser troubler la qualité du raisonnement, et révèle la diversité de l’être. Et quelle haute invitation dans ce rapport constamment éveillé avec les aspirations essentielles de l’homme ! Cette pédagogie vécue, où s’intègrent tous les devoirs d’état et qui refuse les ruptures d’humanité relève avec certitude autant que discrètement, du troisième ordre pascalien.

29La délégation du Japon était la plus importante des délégations étrangères, et bien qu’ils s’interdisent jusqu’à l’apparence de la remilitarisation, les Japonais avaient souscrit à l’épée académique pour « quelques petits millimètres ». Épée, témoin des serments de fidélité du samouraï, comme dans la chevalerie française. Un ami de longue date, qui fut un des organisateurs du colloque franco-japonais de 1988, Takaharu Hasekura, nous dit quel était le prestige de Pascal au Japon, où « ce penseur fournit une clé précieuse pour entrer dans la culture occidentale ». « Le Japon est le seul pays où il y ait eu une traduction des œuvres tout à fait complètes de Pascal dès 1959. » Jean Mesnard y a séjourné six fois. M. Hasekura qui travaille à la publication en japonais de son édition monumentale de Pascal, est des plus insistants pour voir l’achèvement de celle-ci.

30Raymond Polin, le confrère philosophe, qui effectua la mise en main de l’épée, dit combien Jean Mesnard enrichissait l’histoire de la philosophie en la plaçant « sous le choc de l’admiration retrouvée ». Le génie littéraire de Pascal ne peut être compris qu’à travers sa problématique philosophique avec laquelle Jean Mesnard, littéraire et philosophe, possède « une affinité évidente ».

31Ainsi donc, regarder notre ami exégète de Pascal nous invitait à suivre son propre regard vers Pascal. De cette vocation qui s’enchaîne, les modalités mixtes de clarté et de mystère furent si bien ressenties par l’auditoire qu’il nous a semblé qu’une communion de cette sorte était faite pour renouveler, ou sensiblement augmenter, les forces de notre ami en vue de l’achèvement de l’édition tant désirée.

32Ainsi l’épée de fer du XVIIe siècle entrait en emploi dans le bon combat de notre moment.

L’épée d’académicien de Jean-Mesnard

L’épée d’académicien de Jean-Mesnard

L’épée de fer du XVIIème siècle remise à Jean Mesnard lors de la cérémonie du 16 mars 1998

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean Mesnard en habit d’académicien
Crédits CIBP
URL http://journals.openedition.org/ccibp/docannexe/image/546/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Titre L’épée d’académicien de Jean-Mesnard
Légende L’épée de fer du XVIIème siècle remise à Jean Mesnard lors de la cérémonie du 16 mars 1998
URL http://journals.openedition.org/ccibp/docannexe/image/546/img-2.png
Fichier image/png, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thérèse Goyet, « Hommages »Courrier du Centre international Blaise Pascal, 20 | 1999, 3-5.

Référence électronique

Thérèse Goyet, « Hommages »Courrier du Centre international Blaise Pascal [En ligne], 20 | 1999, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ccibp/546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccibp.546

Haut de page

Auteur

Thérèse Goyet

premier directeur du C.I.B.P., CERHAC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Centre international Blaise Pascal

Haut de page
  • Logo Université Clermont Auvergne
  • Logo PUBP (Presses Universitaires Blaise Pascal)
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo IHRIM (Histoire des représentations et des Idées dans les Modernités)
  • Logo POLEN (Pôle éditorial numérique de l'Université Clermont Auvergne)
  • Logo BCU (Bibliothèque Clermont Université)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search