Navigation – Plan du site

AccueilNuméros259Comptes rendusDe la pensée de l’Histoire au jeu...

Comptes rendus

De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette (dir.)

Patricia Rochwert-Zuili
p. 309-312
Référence(s) :

De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette (dir.), Paris, Honoré Champion (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 127), 2019, 926 p.

Texte intégral

1Fondé sur quatre parties correspondant aux principales thématiques scientifiques développées par l’éminent médiéviste Dominique Boutet, ce volume d’hommage regroupe soixante-neuf contributions auxquelles s’ajoutent plusieurs index (noms, œuvres et thèmes) fort utiles. L’ensemble est complété par une préface d’Armand Strubel (p. 13-33) qui met parfaitement en relief les moments forts du parcours du chercheur et la richesse de ses travaux – dont la liste détaillée figure aux pages 35 à 52 –, couvrant les principaux secteurs de la production littéraire française des xiie et xiiie siècles – épopée, roman arthurien, formes comiques.

2Les articles de la première partie – « Rois imaginaires : Charlemagne, Arthur, Alexandre, Noble et les autres », p. 53-234 –, abordent la question des représentations de la figure royale. Centrés sur l’image du roi Arthur, les deux premiers mettent clairement en évidence la façon dont le contexte de composition conditionne les descriptions. Ainsi, analysant la récupération du motif d’« Arthur pensif au couteau » dans un roman arthurien anonyme du milieu du xiiie siècle, Laurence Mathey-Maille (p. 55-63) décrit-elle une scène où l’impuissance du roi révèle les maux d’une société en crise et Catherine Nicolas (p. 64-75), montre-t-elle, à travers la figuration du roi en majesté dans les images de certains manuscrits du Lancelot-Graal, le modèle d’une royauté devant rester fidèle à l’autorité de l’Église.

3La remise en cause de la fonction royale est aussi au cœur des réflexions proposées par Sophie Albert (p. 76-86) et Claude Lachet (p. 87-98), dont les travaux portent respectivement sur le motif de l’anniversaire du couronnement royal dans les textes arthuriens et sur l’attitude des rois et des reines dans le roman d’aventures en vers Sone de Nansay.

4Certaines analyses permettent d’observer, par ailleurs, les aspects spécifiques de quelques œuvres particulières. Tel est le cas de l’étude d’Anne Salamon (p. 99-110) consacrée au motif des Neuf Preux dans les textes du xve siècle et centrée, notamment, sur le seul témoignage illustré de la vie des personnages. De même, s’intéressant à l’image d’Alexandre le Grand au sein d’une traduction française de l’Historia Alexandri, réalisée par un Portugais au xve siècle, Sandrine Hériché-Pradeau (p. 109-123) met-elle minutieusement en évidence les actualisations et les procédés d’héroïsation du récit destinés à dénoncer les vices et exalter les valeurs chrétiennes.

5Plusieurs contributions portent sur le modèle du roi idéal. Roger Bellon (p. 124-136) étudie par exemple un portrait inédit du roi Noble dans l’un des manuscrits du Roman de Renart. Marion Bonansea (p. 137-147) centre son analyse sur les moyens mis en œuvre dans l’Estoire de la guerre sainte pour légitimer le courroux de Richard Cœur de Lion. Catherine Croizy-Naquet (p. 148-160) et Marie-Madeleine Castellani (p. 161-169) s’intéressent, quant à elles, à Philippe Auguste. La première porte son attention sur les Gesta Philippi Augusti, seul texte de l’historiographie latine à pratiquer l’éloge du roi de son vivant en mêlant l’histoire de la monarchie à celle de l’abbaye de Saint-Denis. La seconde étudie la chanson de geste Philippide, de Guillaume Le Breton, où le roi, proche de l’Église, est présenté comme un parfait descendant de Charlemagne.

6C’est sur divers cas particuliers que se penchent les études suivantes. À travers l’observation des variantes d’un exemplum du Barlaam et Josaphat fondé sur le motif de la « trompette de la mort », Fabio Zinelli (p. 170-190) met en évidence certains apports textuels d’ordre juridique. La démonstration de Michelle Szkilnik (p. 191-200) à partir de portrait de Charles d’Anjou brossé par Adam de la Halle dans le Livre des bons faits du roi de Sicile permet d’aboutir à une datation convaincante du texte. Les articles de Philippe Ménard (p. 201-210) et de Pierre-Yves Badel (p. 211-224) sont centrés respectivement, quant à eux, sur les différentes versions de la guerre entre Mongols opposant l’empereur Khoubilai Khan au prince Nayan dans le texte de Marco Polo, et sur un épisode critiquant le rôle judiciaire de l’empereur Othon dans le Tombel de Chartreuse.

7Cette première partie se clôt sur le texte de Catherine Gaullier-Bougassas (p. 225-234) qui revient sur l’idéal de la royauté selon Jean de Courçy dans la Bouquechardière, à travers les récits rapportant deux séjours d’Alexandre en Égypte, où ce dernier est représenté à la fois en champion du monothéisme et en tyran.

8En guise d’ouverture de la deuxième partie – « Lachanson de geste : formes et significations », p. 235-438 – figure une étude de Jean-Pierre Martin (p. 237-248) sur la question de l’instance énonciative et la façon dont s’établit dans les chansons une connivence entre le narrateur et le narrataire.

9Plusieurs travaux sont consacrés ensuite à la Chanson de Roland. Patrick Moran (p. 249-260) observe les divers titres qui lui sont attribués dans la tradition manuscrite en montrant ce qu’ils nous apprennent sur le genre du texte. Philippe Haugeard (p. 261-278) se penche sur le procès de Ganelon dans les versions d’Oxford et de Châteauroux en relevant des divergences quant à la faute de l’accusé. C’est au rôle de l’anecdote apocryphe de Taillefer dans la réception de la Chanson que s’intéresse Hubert Heckmann (p. 279-285). De même peut-on observer, au sein du travail de Jean Maurice (p. 286-294) sur la Chanson de Roland dans le « Lagarde et Michard », les particularités d’une vision influencée par le classicisme et tournée davantage vers le style que les procédés de diffusion orale.

10Certains chercheurs examinent par ailleurs des éléments ponctuels de la geste. C’est le cas d’Edward A. Heinemann (p. 295-304), qui aborde la question du rythme à travers deux vers du Charroi de Nîmes, de Sarah Baudelle-Michels (p. 305-320), qui étudie les représentations de la mort de Maugis d’Aigremont du xiiie au xve siècle, de Muriel Ott (p. 315-320), qui décrit le système de numération vicésimal d’un manuscrit, de Jean-Marie Ardouin (p. 321-332), qui observe le parcours du héros dans la chanson de geste Aiol, ou encore de François Suart (p. 333-348) qui, en s’attachant aux habits surprenants évoqués dans Othevien, identifie des motifs propres à la chanson d’aventures.

11D’autres auteurs s’emploient, à travers un examen précis des sources et des particularités des textes, à les inscrire dans un contexte de composition précis. Caroline Cazanave (p. 349-359) situe ainsi le Huon en prose à la cour de Bourgogne tandis qu’Emmanuelle Poulain-Gautret (p. 360-369) montre que la chanson Florence de Rome aurait pu être composée dans l’entourage d’Othon IV.

12Les changements qui marquent l’histoire du genre sont abordés par Claude Roussel (p. 370-379), qui relève les nombreux développements introduits par Lion de Bourges au sein d’un récit où les valeurs apparaissent brouillées. De même, Bernard Guidot (p. 380-389) décrit-il, dans le Galien le Restoré en prose, un changement de tonalité caractérisé par des manifestations d’émotions plus accentuées et un esprit chevaleresque teinté d’accents courtois. Quant à l’étude de Jean-Charles Herbin (p. 390-400), elle porte sur le lexique de la prose dans Anseÿs de Gascogne.

13Les trois dernières contributions de cette section concernent la réception et la composition de chansons dans d’autres aires géographiques. Antonella Negri (p. 401-408) s’intéresse aux caractéristiques des réécritures italiennes de la Chanson d’Aspremont en soulignant l’importance des sentiments et de la psychologie des personnages. À travers le repérage des signatures et des annotations figurant dans des chansons composées entre le xiiie et le xve siècle, Jean-Baptiste Camps (p. 409-426) identifie certaines lectrices, issues notamment de la cour royale anglaise. Enfin, Joël H. Grisward (p. 427-438) se penche sur les origines des signes du pouvoir dans l’épopée peule de Samba Guéladio.

14C’est sur les rapports entre littérature et Histoire ainsi que sur l’autorité des œuvres et les choix formels opérés par les auteurs que porte la troisième partie de l’ouvrage – « Formes littéraires, conscience historique et conscience de soi » (p. 439-624). Aussi s’ouvre-t-elle sur un ensemble de textes présentant différentes formes de récits, au sein desquels les chercheurs s’emploient à identifier les orientations qu’y ont imprimées leurs auteurs, comme on peut le voir dans l’étude de Dominique Barthélemy (p. 441-447) centrée sur l’un des Miracles de saint Benoît composé par Raoul Tortaire, dans celle de Marianne Ailes (p. 448-457), consacrée à trois chroniques anglo-normandes rédigées en laisses et composées aux xiie, xiiie et xive siècles, ou encore dans celle de Blandine Longhi (p. 458-467), qui propose une lecture anthropologique de Raoul de Cambrai montrant en quoi le texte suscite une réflexion sur l’essence même de la violence. De même, la contribution de Jean-Claude Vallecalle (p. 468-477) révèle-t-elle la façon dont l’auteur de Huon d’Auvergne s’est employé à brouiller la temporalité du récit du passé afin de refléter les désordres ayant marqué l’histoire collective. Quant aux articles de Françoise Laurent (p. 478-488) et de Keith Busby (p. 489-500), fondés respectivement sur le récit de la conquête normande de 1066 dans La Estoire de Seint Aedward le rei de Matthieu Paris et sur la Geste des Engleis en Yrlande, ils permettent d’entrevoir les manifestations d’une véritable conscience historique vouée à servir, dans le premier cas, les intérêts de la royauté anglaise, et dans le second, ceux de l’une des grandes familles cambro-normandes du sud-est de l’Irlande pour laquelle un clerc-administrateur aurait composé le texte.

15Le dialogue entre Histoire et littérature est au centre des préoccupations des auteurs des contributions suivantes. Ainsi, dans un important article de synthèse, Jean-René Valette (p. 501-513) aborde la question du merveilleux aux xiie-xiiie siècles en revenant sur les fondements et le statut du texte « littéraire » médiéval. On trouve, ici aussi, plusieurs représentations significatives des procédés destinés à valoriser l’image d’un royaume ou d’une ville, ou à servir des intérêts politico-religieux, comme on peut le voir dans l’analyse que Denis Hüe (p. 514-529) consacre au motif de la traversée vers l’Angleterre dans l’Estoire del saint Graal, dans l’étude de la reconstitution de l’histoire de la naissance d’Amiens dans le Roman d’Abladane que propose Colette Van Coolput-Storms (p. 530-539), ou dans le commentaire linguistique du paragraphe 46 du livre I du Songe du Vergier que réalise Olivier Soutet (p. 540-551). Il est par ailleurs intéressant de constater comment, sous la plume d’Antoine de La Sale, Jean de Saintré est devenu, à la fin du xviiie siècle, un véritable roman historique, comme le démontre Sylvie Lefèvre (p. 552-563).

16Enfin, cette section offre de beaux exemples reflétant les manifestations du moi et le propos des auteurs à travers des études portant, par exemple, sur l’art de la guerre dans le roman semi-autobiographique de Jean de Bueil intitulé Le Jouvencel (Élisabeth Pinto-Mathieu, p. 564-575), sur l’autobiographie et l’autodérision au Moyen Âge, notamment chez Rutebeuf, Jean Régnier, Charles d’Orléans ou Villon (Élisabeth Gaucher-Rémond, p. 576-586), ou sur la poésie d’Eustache Deschamps, destinée à dénoncer les dysfonctionnements de l’administration et de la justice (Clotilde Dauphant, p. 587-596). Le regard que portent Jacqueline Cerquiglini-Toulet (p. 587-609) et Jean-Marie Fritz (p. 610-624) sur l’œuvre de Villon met également en lumière la singularité de l’écriture du poète, l’une en s’attachant au détournement des motifs et des modèles attribués aux héros et l’autre, aux procédés et aux effets de sa poétique de la brièveté.

17La quatrième partie – « Poétiques de l’entre-deux et interférences génériques » (p. 625-881) – s’ouvre et s’achève sur deux contributions donnant accès à l’édition de textes composites au statut générique ambigu : les Merveilles de l’île de Bretagne (Géraldine Veysseyre, p. 627-640) et l’épisode de Tersin, renommé ici L’Hystoire de la guerre d’Arles (Sébastien Douchet, p. 870-881). La question du brouillage générique est par ailleurs abordée par Hélène Tétrel (p. 641-649), qui s’interroge sur les fonctions de l’insertion du récit de l’histoire des origines de la Bretagne au sein de l’Histoire ancienne jusqu’à César et par Jean-Yves Tilliette (p. 650-667), qui revient sur la difficulté à identifier le genre auquel appartient le De Clericis et rustico et sur la réécriture dont il fait l’objet dans la Disciplina clericalis.

18C’est à la vocation didactique ou moralisatrice des textes que s’intéressent Jean-Pierre Bordier (p. 668-677), Richard Trachsler (p. 678-685), Gérard Gros (p. 686-695) et Estelle Doudet (p. 828-838). Le premier prouve en effet que le Jeu de saint Nicolas était sans doute un drame scolaire destiné à être joué par des enfants. Le deuxième met en évidence la fonction didactique des fabliaux, notamment à travers la présence de fausses merveilles dans les Trois Dames de Paris. Le troisième définit le sens moral que le prêtre-auteur de la branche X du Roman de Renart confère à son texte. La chercheuse s’intéresse, pour sa part, à la fonction morale et civique des pièces de théâtre du tournant des xve et xvie siècles ayant Valère-Maxime pour source. C’est la même démarche qu’adopte Maria Luisa Meneghetti (p. 789-800) lorsqu’elle identifie la fonction de certaines scènes des bas-reliefs de la tour méridionale de la façade de la cathédrale de Fidenza, qui stigmatisent des comportements répréhensibles.

19Les thématiques du détournement, de l’ambiguïté ou de l’entre-deux donnent également lieu à des travaux tout à fait suggestifs. Tel est le cas de celui d’Astrid Guillaume (p. 696-706) qui révèle, au sein du Reinhart Fuchs, un univers médiéval aux valeurs totalement inversées, ou de celui de Servane Rayne-Michel (p. 752-760) qui revient sur l’épreuve de la lecture imposée, dans le Lancelot, à Gauvin et à Hector, auxquels le sens littéral des inscriptions échappe totalement. Il en est de même de l’étude de Christine Ferlampin-Acher (p. 761-774), centrée en particulier sur l’espace intermédiaire représenté par le Sorelois, limitrophe de l’Orient, dans l’Artus de Bretagne, ou de celle de Mireille Demaules (p. 818-828) où le rêve, dans le Martyrologue des faulses langues de Guillaume Alecis, source de dédoublement et d’opacité, est à la fois le reflet d’une critique sociale et d’une quête personnelle de l’auteur. À ces dernières s’ajoute le travail de Nathalie Koble et Mireille Séguy (p. 717-739) sur les aspects innovants de Bliocadran, texte reposant sur des procédés de dédoublement et décrivant un monde marqué par le mensonge.

20Enfin, plusieurs chercheurs examinent les infléchissements que les procédés de transfert, de traduction et d’appropriation imposent aux textes. C’est ce que montrent les travaux portant sur l’adaptation du Roman de Renart par Paulin Paris en 1861 (Bénédicte Milland-Bove, p. 707-716), sur le rôle de la traduction dans la naissance de la prose romanesque (Marie-Pascale Halary, p. 740-751), sur la légende de l’ascendance maternelle hongroise de Charlemagne (Valérie Fasseur, p. 775-788), ou encore, sur la diffusion et le lectorat de la traduction de l’Epitoma rei militaris de Végèce réalisée par Jean de Meun (Joëlle Ducos, p. 801-817). De même, Danièle James-Raoul (p. 839-854) montre-t-elle que les adjectifs employés pour qualifier l’Inde dans le Livre d’Ynde de Marco Polo traduisent de façon subtile la subjectivité du voyageur et Franck Lestringant (p. 855-869) identifie-t-il les procédés d’appropriation du Devisement du monde dans deux textes de la Renaissance.

21On l’aura donc compris, par la variété des textes étudiés et la diversité des approches, cet imposant volume rend dignement hommage à Dominique Boutet et révèle, à travers des thématiques telles que la représentation du pouvoir, les particularités des formes littéraires, la conscience historique et la conscience de soi, ou encore la question de l’entre-deux, la richesse des études médiévales françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Rochwert-Zuili, « De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette (dir.) »Cahiers de civilisation médiévale, 259 | 2022, 309-312.

Référence électronique

Patricia Rochwert-Zuili, « De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette (dir.) »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 259 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccm/10084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.10084

Haut de page

Auteur

Patricia Rochwert-Zuili

Université d’Artois, Textes & Cultures
(UR 4028)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search