Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusHartmann von Aue, Le Pauvre Henri...

Comptes rendus

Hartmann von Aue, Le Pauvre Henri. Der arme Heinrich. Récit allemand du xiie siècle. Version A et B

Katharina P. Wimmer
p. 87-89
Référence(s) :

Hartmann von Aue, Le Pauvre Henri. Der arme Heinrich. Récit allemand du xiie siècle. Version A et B, Patrick Del Duca (éd.), Grenoble, UGA Éditions (Moyen Âge européen), 2018.

Entrées d’index

Auteurs antiques et médiévaux :

Hartmann von Aue
Haut de page

Texte intégral

1L’éditeur de cette nouvelle édition du Pauvre Henri de Hartmann von Aue, un ouvrage du moyen-haut-allemand très connu, réussit à rendre ce texte de l’apogée du Moyen Âge accessible à un large auditoire francophone. Il se prête en effet de manière idéale aux étudiant·e·s et à la lecture dans un contexte académique.

2Premièrement, il convient de souligner l’introduction approfondie et complète de Patrick del Duca. Elle contient des généralités sur le texte et son auteur, la place de ce texte parmi les œuvres de Hartmann, le(s) mécène(s), la renommée du poète et son style narratif, sur le contenu (par exemple : le motif de la lèpre au Moyen Âge, la guérison par le sang et sa tradition littéraire ainsi que la problématique de la différence de statut), sur les personnages (Henri et la pucelle), de même que sur l’historique de la tradition (les manuscrits et les fragments). Grâce à l’introduction, le lecteur est bien préparé lorsqu’il débute son travail d’analyse et d’interprétation du texte. Ces informations fournies dès le début du livre lui donnent en effet certaines orientations et références très utiles.

3Nous allons analyser plus précisément ces éléments ci-dessous.

4Dans le premier paragraphe de l’introduction, P. del  Duca donne toutes les informations importantes permettant de classer Le Pauvre Henri dans le contexte socio-historique du xie au xiie s. L’éditeur met en effet l’accent sur deux théories de classification. Il les déduit de l’explication des minores milites, des ministériels du xie au xiie s. et du titre ritter, qu’Hartmann s’attribue dans le prologue : la première théorie est que Le Pauvre Henri est un récit fictif. La seconde est le fait que, le texte « ne ser[t] qu’à légitimer l’ascension ou le désir d’ascension sociale de Hartmann » (p. 9). En soulevant ces théories, P. del Duca encourage dès le début le lecteur à se poser des questions lorsqu’il lira le texte de Hartmann.

5Sur la base de la version A et B du Pauvre Henri, P. del Duca discute des difficultés d’un classement certain du texte dans un unique genre littéraire. Pour la version A, il propose de le considérer comme « un conte divertissant » (p. 11), alors que la version B serait « un exemplum » (ibid.). Malgré tout le soin apporté, on regrette à ce propos qu’il manque de références à la littérature secondaire, ce qui pourrait certainement aider les lecteurs, en particulier les étudiant·e·s.

6Le résumé reste bref et est centré sur le motif du châtiment divin par la lèpre. L’éditeur se consacre longuement à ce sujet expliquant sa signification et sa portée symbolique au Moyen Âge en se référant à d’autres textes comme Les Dialogues de Grégoire le Grand, La Chronique impériale ou Tristan de Béroul. P. del Duca étend la comparaison jusqu’à Bernard de Clairvaux et les sept sortes de lèpre dans un des sermons de In tempore Ressurectionis (PL 183). On peut constater que l’éditeur offre un vaste répertoire de liens possibles, utiles pour la suite de l’analyse et des recherches concernant le texte principal. Ainsi, l’éditeur souligne que Le Pauvre Henri est moins « l’histoire d’une famille particulière, [qu’]une allégorie qu’il faut savoir interpréter » (p. 14). Pour ce faire, il est nécessaire de connaître le fait que la maladie du protagoniste est une maladie de l’esprit qui requiert qu’Henri se renouvelle au fond de son âme (p. 14). Dès lors, l’orientation fondamentale du texte est évidente.

7Le paragraphe suivant traite de la lèpre, en se focalisant cependant surtout sur les moyens de guérison. Ici, P. del Duca se consacre également à la légende de la vertu du sang. Pour ce faire, il évoque divers exemples d’autres textes du Moyen Âge qui parlent de l’abnégation. Il se base sur ce point pour souligner qu’il n’existe pas de texte source pour Le Pauvre Henri, seulement deux exempla en latin dont on trouve les passages pertinents à la fin de l’édition.

8Par la suite, la conversion du protagoniste est mise en avant. Après une description d'Henri, les éléments centraux comme le péché d’orgueil, son rejet de Dieu et sa quête pour le retrouver, sont décrits. Dans ce contexte, P. del Duca mentionne à plusieurs reprises d’autres œuvres de Hartmann von Aue, concernant p. ex. le message essentiel du texte, pour mettre en évidence un point commun frappant : « le stade le plus bas de la déchéance, permet au héros de dépasser son égoïsme initial, de s’ouvrir à autrui et d’éprouver de l’empathie » (p. 22). La conversion par la miséricorde est dans ce cadre déterminante selon P. del Duca, car elle aboutit à une regeneratio et renovatio spirituelle. Cela distingue la narration de Hartmann d’autres textes traitant du motif de la lèpre, dans lesquels un catalyseur est indispensable afin de débuter la guérison.

9Suivant la logique du texte, l’éditeur continue son analyse en traitant le personnage de la demoiselle. À ce sujet, il conviendra inévitablement au lecteur contemporain de se demander pour quelle raison les arguments de la jeune femme convainquent ses parents que son sacrifice est inévitable. Afin de répondre à cette question, ceci avant même qu’elle ne soit posée, l’éditeur présente l’argumentation de la demoiselle et trace la conception de ce personnage.

10En outre, il présente les analyses courantes de ce personnage et les complète par sa propre interprétation : la jeune fille peut être considérée comme une allégorie, une approche typologique ou un être absolu.

11L’analyse que propose P. del Duca est profonde et solide. De plus, il fait des liens non seulement entre Le Pauvre Henri et des œuvres littéraires et profanes mais aussi entre le texte primaire et des textes théologiques (avant tout Le Cantique des cantiques de Saint-Trudpert). Ceci se justifie puisque le texte de Hartmann oscille entre ces deux pôles – le profane et la théologie. En se basant sur ces comparaisons, P. del Duca émet une thèse que nous pouvons révéler ici : « Hartmann a à cœur d’opérer un parallèle entre Henri et la jeune femme : tous deux ont été mis à l’épreuve et tous deux ont réussi cette épreuve en démontrant leur loyauté et leur bonté envers l’autre. Tous deux sont confrontés à l’erreur. » (p. 34). Selon l’a., cette thèse montre que même la pucelle n’est pas parfaitement pure.

12L’éditeur se consacre ensuite au motif du mariage. Ce complément se justifie d’une part, puisqu’il y a entre la jeune fille, qui est prête à se sacrifier, et le protagoniste, une grande différence sociale et d’autre part, en raison de la fin extraordinaire de l’histoire. Le travail sur ce motif permet d’attirer l’attention du lecteur sur la particularité du texte. P. del Duca déduit ici la thèse qu’« Hartmann postule […] l’égalité radicale des baptisés et la liberté fondamentale de chaque chrétien » (p. 37). Ce postulat étaye l’argument énoncé par P. del Duca en début d’introduction selon lequel Le Pauvre Henri ne servirait à Hartmann qu’à légitimer son statut ministériel. L’a. affirme en effet que la noblesse morale des personnages principaux ainsi que leur égalité devant Dieu fait foi et prime sur le droit féodal (cf. p. 39-40).

13C’est avec l’analyse du motif du mariage que P. del Duca finit de préparer les lecteurs aux questions qui apparaîtront dans le texte.

14L’éditeur justifie ensuite ses choix éditoriaux concernant la sélection du texte ainsi que ses décisions ayant attrait à la présentation du texte en moyen-haut-allemand. Il est certain qu’une présentation du procédé selon lequel P. del Duca édite le texte est intéressante pour le lecteur. L’éditeur donne en premier lieu les informations de base importantes sur les versions A et B, tout en prenant en compte et en soulignant les différences entre les deux (cf. p. 42-43). Cette comparaison entre les deux versions montre qu’il est donné dans la version B plus d’importance à la logique et que le développement personnel des deux protagonistes est plus significatif que la volonté divine.

15Évidemment, P. del Duca justifie son choix de se limiter à la version A du ms. cod. A 94, Strasbourg selon Grimm. Selon lui, elle est plus proche de l’époque à laquelle le texte “original” serait apparu. Ensuite, l’éditeur justifie son choix du ms. Cpg 341, Heidelberg pour la version B (ci-dessous Ba). Il décrit par ailleurs, les fragments en détail, ce qui offre au lecteur un panorama général sur la situation de la tradition écrite.

16Le dernier paragraphe qui contient les principes d’édition et de traduction, est certainement le plus important pour comparer cette nouvelle édition à celles déjà existantes. Il semble évident que les plus grandes différences par rapport aux précédentes œuvres de littérature secondaire sont la présence de la traduction française ainsi que la présentation synoptique des versions A et Ba, qui simplifie la comparaison. Le texte lui-même est d’ailleurs reproduit de manière à être le plus proche possible des manuscrits choisis. Cela veut dire que la ponctuation est prudemment utilisée, il n’y a pas de normalisation grammaticale ni d’essai de reconstruire l’archétype, en ajoutant ou en omettant des vers ou des mots. Il n’y a pas non plus d’intervention stylistique, seulement un développement des abréviations, lettres suscrites et signes. De cette manière, la traduction, soutenue par René Pérennec, ne prétend pas reproduire le rythme ou la poésie du roman allemand. Au contraire, il s’agit avant tout de transmettre le sens et la cohérence du texte d’origine (cf. p. 48). Chaque variation en français par rapport au moyen-haut-allemand – ainsi que les variations entre les versions A, Ba et autres manuscrits ou fragments – sont indiquées en notes. Les différences entre A et Ba sont également facilement remarquables par un changement des caractères typographiques romans apparaissant dès lors en italique. Des espaces garantissent eux aussi une comparaison directe entre les deux versions ainsi qu’une discussion des points essentiels de chaque version du Pauvre Henri.

17Il est certain que la bibliographie, qui a profité de quelques remarques de Claude Lecouteux, n’est malheureusement pas exhaustive mais elle contient toutefois les recherches correspondantes à l’œuvre du Pauvre Henri.

18Il est important de noter qu’il y a d’autres ajouts avant la bibliographie : les textes complémentaires qui permettent plusieurs interprétations potentielles du texte de Hartmann. Ceux-ci ont été brièvement mentionnés dans l’introduction de l’édition.

19Enfin, il est intéressant d’oser une brève comparaison entre l’édition de P. del Duca et l’édition actuelle chez Reclam par Nathanael Busch et Jürgen Wolf. Hormis l’auditoire différent, francophone pour la première, germanophone pour la seconde, la présentation synoptique des deux versions majeures représente la différence la plus évidente. Il importe en priorité pour P. del Duca de faire sentir et comprendre aux lecteurs qu’il n’existe pas un texte en moyen-haut-allemand “juste”, mais des versions divergentes qui diffèrent les unes des autres. Toutes les abréviations, coupures, insertions explicatives, et glissements de sens sont ici présentés et deviennent ainsi visibles aux étudiant·e·s. Il faut également noter que par l’ajout de nombreux commentaires, l’édition de P. del Duca se prête aussi bien aux étudiant·e·s de première année qu’à un public intéressé par les textes littéraires du Moyen Âge. Néanmoins, il est attendu des lecteurs dès l’introduction qu’ils aient quelques connaissances de base sur certains textes majeurs médiévaux (tant allemands que français). Ceci étant dit, l’œuvre de P. del Duca fournit un grand nombre de faits clés permettant un travail approfondi non seulement avec Le Pauvre Henri, mais aussi avec d’autres textes médiévaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katharina P. Wimmer, « Hartmann von Aue, Le Pauvre Henri. Der arme Heinrich. Récit allemand du xiie siècle. Version A et B »Cahiers de civilisation médiévale, 245 | 2019, 87-89.

Référence électronique

Katharina P. Wimmer, « Hartmann von Aue, Le Pauvre Henri. Der arme Heinrich. Récit allemand du xiie siècle. Version A et B »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 245 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccm/1629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.1629

Haut de page

Auteur

Katharina P. Wimmer

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search