Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239Lion irez, lion mariz : une inter...

Lion irez, lion mariz : une interprétation nouvelle d’un passage difficile du Bestiaire de Philippe de Thaon

Lion irez, lion mariz: A New Interpretation of a Difficult Passage in the Bestiary of Philippe de Thaon
Roberta Capelli
p. 273-279

Résumés

L’article propose une interprétation nouvelle d’un passage du Bestiaire de Philippe de Thaon, en s’appuyant sur l’identification d’un lexème difficilior, déformé dans les manuscrits connus. Dans le premier chapitre du Bestiaire, consacré au lion, on dit que l’animal se peint avec ses pieds, ce qui a été interprété comme l’action de (se) pendrependēre « se suspendre, s’accrocher à quelque chose », ou de (se) peindrepingĕre « se représenter, se figurer ». La reconstruction conjecturale que l’on propose ici se fonde sur une forme originale sēpeint/sēpeinst, de s’enpeindre/s’empeindre < impingĕre « se précipiter, se pousser en avant » : le passage décrirait donc un lion rampant qui se cabre, lorsqu’il est irez, et un lion tapi contre terre, lorsqu’il est mariz. Cette hypothèse aboutit aussi à une conclusion importante à propos de la non-authenticité auctoriale des didascalies en latin qui ne figurent pas dans le manuscrit de base et qui ont dû être ajoutées postérieurement, à un niveau plus bas du stemma.

Haut de page

Extrait du texte

Aperçu du texte

Dans le Physiologus grec, aussi bien que dans la longue et heureuse tradition de ses versions latines et des remaniements en langues vulgaires, le lion occupe presque toujours le chapitre initial. Appelé ὁ βασιλεύς τῶν θηρίων, le « roi des bêtes », il est considéré comme une figure du Christ et ses qualités sont rapportées typologiquement aux traits christologiques.

Dans le Bestiaire de Philippe de Thaon, le lion présente une caractéristique qui n’apparaît ni dans les sources littéraires identifiées jusqu’à présent, ni dans les autres bestiaires que nous connaissons : on y affirme, en effet, que le lion peut être irez « en colère » ou mariz « affligé, triste », et que sa colère figure l’ire du Christ, lorsqu’il châtie les pécheurs. Je donne ici le passage concerné d’après l’édition la plus récente, celle de Luigina Morini :

Leüns quant est irez
Il se peint od ses piez,
en terre se peindrat
quant il mariz serat ;
e iceste nature 125
mustre ceste painture.

Hic leo pingitur et quomodo pingit ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberta Capelli, « Lion irez, lion mariz : une interprétation nouvelle d’un passage difficile du Bestiaire de Philippe de Thaon »Cahiers de civilisation médiévale, 239 | 2017, 273-279.

Référence électronique

Roberta Capelli, « Lion irez, lion mariz : une interprétation nouvelle d’un passage difficile du Bestiaire de Philippe de Thaon »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 239 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccm/1876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.1876

Haut de page

Auteur

Roberta Capelli

Université de Trente – Italie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search