Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239Le deuxième parjure de Harold

Le deuxième parjure de Harold

Harold's Second Oath
Frantz Grenet
p. 281-283

Résumés

La scène 15 de la broderie de Bayeux se situe entre les palabres au château de Rouen et l’expédition de Bretagne, et montre un clerc et une jeune fille désignée comme Aelfgyva. Cet article vise à appuyer la proposition de David Hill de reconnaître en cette personne : Adelide, fille de Guillaume, alors promise à Harold. L’argument invoqué par D. Hill est que le nom anglo-saxon de la fiancée viendrait rappeler celui qu’avait reçu Emma de Normandie lors de son mariage avec Aethelred II, mariage qui plus tard fondera les prétentions de Guillaume au trône anglais. La binomie aristocratique normanno-anglaise n’est pas le produit d’une acculturation, mais une proclamation politique. Sur cette scène de la broderie on a concentré les signes d’un engagement fort : escamotage du nom originel de la fiancée, geste du clerc arrangeant le voile ou infligeant une gifle mnémotechnique. En note complémentaire, on propose d’expliquer l’inclusion dans la broderie de trois vassaux subalternes d’Odon par le rôle qu’ils auraient pu jouer à Canterbury auprès des brodeuses comme informateurs directs.

Haut de page

Extrait du texte

Plan

Note complémentaire : les personnages subalternes de l’armée normande

Aperçu du texte

La scène 15 de la broderie de Bayeux est considérée comme une des plus énigmatiques. Elle figure une femme voilée se tenant debout sous un édicule, tandis qu’un clerc tonsuré lui touche le visage de sa main droite tendue. La légende indique : ubi unus clericus et Aelfgyva (ubi renvoyant au lieu de la scène précédente, un palatium qu’on identifie généralement comme le château de Rouen).

Pourtant une impression, je dirai même une évidence, s’impose au visiteur non prévenu : placée comme elle l’est, entre les palabres au château de Rouen et l’expédition de Bretagne où Harold seconde vaillamment Guillaume, la scène ne peut qu’être en relation avec l’alliance que nouent alors les deux hommes. Or un projet de mariage entre Harold et une fille de Guillaume, précisément à ce moment, est attesté par plusieurs sources : Guillaume de Poitiers (qui ne nomme pas la fille) ; en Angleterre le Liber monasterii de Hyda et Eadmer (qui ne la nomment pas non plus) ; plus tard, les additions d’Orderic Vi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frantz Grenet, « Le deuxième parjure de Harold »Cahiers de civilisation médiévale, 239 | 2017, 281-283.

Référence électronique

Frantz Grenet, « Le deuxième parjure de Harold »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 239 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccm/1878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.1878

Haut de page

Auteur

Frantz Grenet

Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search