Navigation – Plan du site

AccueilNuméros244Comptes rendusMarian Bleeke, Motherhood and Mea...

Comptes rendus

Marian Bleeke, Motherhood and Meaning in Medieval Sculpture. Representations from France c. 1100-1500

Cécile Maruéjouls
p. 416-418
Référence(s) :

Marian Bleeke, Motherhood and Meaning in Medieval Sculpture. Representations from France c. 1100-1500, Woodbridge, Boydell Press (Boydell Studies in Medieval Art and Architecture, 10), 2017.

Texte intégral

1Dans le sillage des gender studies, le livre de Marian Bleeke sur la maternité et ses représentations sculptées dans l’espace ecclésial de la France du xiie au xvie s. s’inscrit pleinement dans le champ d’études interdisciplinaires des women’s studies. Reposant sur le postulat que les significations des œuvres d’art peuvent également naître de l’interaction avec leur spectateur (beholder), et non de la seule pensée du concepteur, l’a. explore les multiples possibilités de sens qu’offre le regard des femmes médiévales – potentiellement mères – sur la maternité. Divisé en quatre chapitres thématiques, suivis d’une ouverture transversale sur la période contemporaine, l’ouvrage convenablement illustré apporte des éléments de réponse à la question suivante : que nous apprennent les sculptures, dont l’objet de la représentation est lié explicitement ou implicitement à la maternité, sur les expériences maternelles des femmes au Moyen Âge ? La problématique, posée ainsi en ces termes, entend orienter l’étude de ces œuvres visuelles vers l’une des préoccupations centrales de l’histoire de l’art féministe, revendiquée par M. Bleeke (p. 3), à savoir la participation active des femmes dans la manière de penser leurs expériences de vie quotidienne.

2Dès les premières pages de l’introduction, les lecteurs apprécieront l’exposé rigoureux de l’a. sur les partis pris adoptés dans l’ouvrage (p. 1-8). Aux significations voulues par les fabricants d’art (makers), M. Bleeke préfère focaliser son attention sur les significations issues de la relation entre les images / objets et leurs spectateurs / utilisateurs telle que l’indique sa bibliographie. Si la chercheuse reconnaît bien volontiers que les instances à l’origine des œuvres au Moyen Âge étaient a priori masculines et cléricales et qu’elles n’étaient pas particulièrement destinées à la gent féminine, cela ne l’empêche pas d’envisager les interprétations qu’une laïque, qui plus est mère, pouvait tirer des images sculptées. Pour d’abord valider la présence d’un milieu féminin de réception, l’a. met en exergue le statut particulier des sculptures : à l’instar d’un « art public », leur emplacement à l’intérieur ou à l’extérieur des lieux de culte, les rendaient visibles de tous, par conséquent, de toutes. C’est en cela que ces spectatrices aux idées, intérêts et préoccupations qui leurs sont propres, promouvraient d’autres lectures visuelles, non seulement dévotionnelles mais encore personnelles comme l’expérience maternelle. Car l’interaction œuvre / spectateur est une « activité créatrice de sens » (p. 5), ces sculptures peuvent ainsi être mises en relation avec la maternité qui marque la vie des femmes et leur rôle social de « mère ».

3À plus d’un titre, le rapport œuvre / spectateur est au cœur du travail de recherche de M. Bleeke. Depuis la fin des années 70, l’étude de cette relation occupe une place importante du champ disciplinaire de l’histoire de l’art ; c’est pourtant à partir des théories littéraires de Hans Robert Jauss (reception theory) et Iser Wolfgang (response theory) que l’a. bâtit le socle épistémologique de sa recherche. Du premier, elle retient l’importance du rôle joué par le lecteur / spectateur dans son rapport à l’œuvre. La part d’idéel et de vécu du spectateur face à l’œuvre – autrement dit son « horizon d’attente » – occasionne de nouvelles significations dans le cadre de cette confrontation. Or, l’historienne de l’art n’écarte pas pour autant l’efficacité des œuvres visuelles. Aussi reprend-elle du second, l’idée qu’une œuvre agit sur le lecteur / spectateur en façonnant son expérience et sa réponse à ce qu’il regarde. Les mécanismes de perception des œuvres médiévales étaient donc physiques sinon corporels et, par là même, cela explique sa préférence pour le terme de « beholder » plutôt que celui de « viewer ». De là, M. Bleeke propose de penser la relation œuvre / spectateur comme un processus créateur de sens partagés. Il convient néanmoins de noter la difficulté – voire l’impossibilité – pour le chercheur d’adapter aux périodes anciennes et médiévales des théories invitant à considérer le spectateur en tant que récepteur des œuvres visuelles. En outre, l’historienne de l’art envisage les sculptures à l’égal de sources au service de la reconstitution historique de l’expérience maternelle des femmes. Ces sources visuelles sont bienvenues puisque les aspects de la vie des femmes n’ont vraisemblablement pas éveillé l’intérêt des scribes si l’on en croit l’insuffisance des écrits aujourd’hui conservés. De plus, la constitution du corpus de sculptures révèle la pensée d’une chercheuse avisée qui a opéré des choix réfléchis sur l’ensemble de la France (du nord au sud), en prêtant attention à la variété des sites (de grande à moindre importance) pour appréhender le milieu social de réception. L’évolution chronologique du xiie au xvie s. décloisonne à merveille la périodisation entre les époques médiévale et moderne, de même qu’il n’est jamais question d’aborder les sculptures selon les traditionnelles catégories « romane » et « gothique ». On émettra cependant une réserve sur la sélection des études de cas plutôt classiques : des représentations de six grands thèmes et figures éminentes de la culture visuelle chrétienne – l’Annonciation avec la Visitation à Reims (chap. 1), la femme aux serpents avec le transi de Jeanne de Bourbon à Moissac (chap. 2), Ève d’Autun (chap. 3) et des Vierges à l’enfant (chap. 4) – qui seraient susceptibles d’expliquer l’expérience de la maternité.

4À la lecture, le livre se transforme en véritable parcours rétrospectif dans l’intimité des jeunes mères ordinaires du Moyen Âge. En effet, l’organisation thématique des chapitres suivant le déroulement de l’expérience maternelle – depuis la grossesse jusqu’à la maternité en passant par l’enfantement –, fait davantage ressortir l’enjeu historique, qu’une construction chronologique aurait pu le montrer. Par ailleurs, chacun des chapitres s’ouvre sur un « close-looking » : un rapprochement physique et visuel d’une œuvre en particulier qui sert de point de départ à l’argumentaire, comme le prônent notamment les adeptes de la micro-histoire. S’ensuit le travail de reconstruction de l’horizon d’attentes des spectatrices médiévales pour les sculptures. Le chap. 1 est principalement consacré à l’évolution physique de la Vierge Marie entre les scènes de l’Annonciation, la Visitation et la Présentation à la cathédrale de Reims. Selon l’a., ces sculptures évoqueraient pour des laïques du xiiie s. la responsabilisation progressive de la femme médiévale changeant de statut social, d’épouse soumise en veuve autonome (en part. p. 25-29). Entre la fin du xiiie et le milieu du xive s., les spectatrices béguines auraient quant à elles pu déceler à travers la maternité virginale les effets stimulants de l’expérience intérieure et directe du divin (en part. p. 43-47). D’un tout autre ordre sont en revanche les représentations de la femme aux serpents et du transi de Jeanne de Bourbon à Moissac étudiées dans le chap. 2. À l’instar d’A. Luyster, M. Bleeke remet en question l’interprétation usuelle de la femme aux serpents comme « image de luxe », ou « péché de concupiscence » pour évoquer la « monstruosité maternelle » dont l’expression est ici caractéristique de la figure d’une mauvaise mère, responsable d’un infanticide en refusant ou prétendant à tort d’allaiter sa progéniture. À la différence des moines, les laïques se rendant à Moissac seraient capables de ressentir, par le truchement de cette image d’un corps décharné et celle du transi, la douleur de l’épreuve de l’enfantement (en part. p. 62-65). Enfin, elle tente de démontrer dans quelle mesure ces représentations monstrueuses de maternité permettraient aux femmes et lépreux de transformer leur souffrance en force salvatrice (en part. p. 85-86). Dans le chap. 3, l’a. met en relation le célèbre bas-relief d’Ève avec le sanctuaire dédié à saint Lazare d’Autun en imaginant que cette image pouvait rappeler aux spectatrices la douleur de la perte d’un enfant. Pour ce faire, elle interprète d’abord le feuillage, cachant soigneusement le bas-ventre de la pécheresse, comme le gage de sa grossesse ; la maternité d’Ève répondrait alors au péché de concupiscence matérialisant le péché originel. Elle soutient ensuite que le visage d’Ève exprimerait la tristesse en raisonnant sur la manière dont elle porte sa main contre sa joue. Or, ce geste est porteur d’une autre signification qu’elle ne retient pas dans son analyse, le sentiment de honte développé par Otto Karl Werckmeister dans son article sur le linteau. Elle finit par rapprocher la représentation d’Ève au tombeau de Lazare dont l’histoire fait écho au chagrin d’une mère pleurant son enfant (en part. p. 114-116). Il n’empêche qu’Ève d’Autun se chargeait au xiie s. d’une connotation pénitentielle dont on pouvait difficilement faire abstraction si bien qu’une femme n’aurait sans doute vu qu’une figure de pécheresse. Pour finir, l’enquête de M. Bleeke se clôt dans le chap. 4 sur une remarquable analyse des textiles dans le culte marial avec des sculptures de Vierges à l’enfant du xive au xvie s. C’est avec brio que l’historienne de l’art démontre comment l’agencement des tissus et l’orientation des plis signifient la complexité des rapports qu’entretenaient une mère et son enfant. Son analyse pourrait néanmoins se trouver renforcée des travaux de Jérôme Baschet sur le sinus qui ont l’immense mérite d’avoir mis en évidence la « fonction maternelle » du sein d’Abraham faisant écho au manteau protecteur de la Vierge de Miséricorde ainsi qu’à la tendresse de Marie à l’égard de son fils dans les Vierges à l’enfant. Enfin, M. Bleeke aborde le traumatisme pour une mère et son enfant d’évoluer séparément l’un de l’autre après la naissance de ce dernier en s’appuyant sur le concept de « parturition » (concept of parturition) de Theresa M. Krier et celui de « désillusion » (concept of disillusionment) de Donald Winnicott (en part. p. 154-157). Ces sculptures, modèles de la mère médiévale, apaiseraient ainsi les craintes des jeunes mères faisant face à une situation semblable. À bien des égards, l’a. offre un nouveau regard sur la maternité au Moyen Âge dont l’expérience était, selon toute apparence, complexe et ambivalente. A fortiori, l’ouverture sur l’art contemporain montre à quel point les conceptions de la maternité transcendent les siècles et les sociétés. Les femmes sont maîtresses des significations de leurs expériences, bien qu’elles n’aient pas donné lieu à une documentation écrite et visuelle.

5Si toutefois l’apport de l’ouvrage de M. Bleeke est indéniable sur le plan historique, il appert que, sur le plan épistémologique, son approche des œuvres visuelles peut être sujet à débats. Encore que son exposé théorique soit séduisant, il se heurte à notre sens au problème posé par la question de la réception des images peintes et sculptées pour la période médiévale. Considérer la dichotomie œuvre / spectateur c’est parfois oublier que nombre d’œuvres visuelles du Moyen Âge n’étaient pas destinées au regard de « spectateurs », à l’inverse des retables et tableaux modernes. Néanmoins, l’ambition de l’a. n’est pas de réinventer l’histoire de ces images, elles ne sont d’ailleurs qu’un medium au service de la compréhension historique de l’expérience maternelle des femmes médiévales. À ce titre, l’ouvrage offre non seulement un éclairage supplémentaire sur la fonction et le statut de mère au Moyen Âge, mais s’impose également comme un manifeste méthodologique pour l’étude des oubliés de la Grande Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Maruéjouls, « Marian Bleeke, Motherhood and Meaning in Medieval Sculpture. Representations from France c. 1100-1500 »Cahiers de civilisation médiévale, 244 | 2018, 416-418.

Référence électronique

Cécile Maruéjouls, « Marian Bleeke, Motherhood and Meaning in Medieval Sculpture. Representations from France c. 1100-1500 »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 244 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 06 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/ccm/4413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.4413

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search