Navigation – Plan du site

AccueilNuméros252Notes brèvesLourdes de Sanjosé i Llongueras, ...

Notes brèves

Lourdes de Sanjosé i Llongueras, Al servei de l’altar : tresors d’orfebreria de les eglésies catalanes, segles ix-xiii

Juan Francisco Esteban Lorente
p. 308-309
Référence(s) :

Lourdes de Sanjosé i Llongueras, Al servei de l’altar : tresors d’orfebreria de les eglésies catalanes, segles ix-xiii, Vic, Arxiu i Biblioteca episcopal de Vic i el Patronat d’estudis osonencs, 2018.

Texte intégral

1Le livre que je vous présente fait partie de la thèse de doctorat de l’auteur (L’obra de Llemotges i d’altres orígens: l’obra de metall als segles xii-xiii a Catalunya, thèse de doctorat en histoire de l’art, sous la direction d’Antonio José Pitarch, Université de Barcelone 2016), enrichi depuis avec l’apport de l’orfèvrerie et du travail du métal en Catalogne du ixe au xie s. Il suffit de regarder un peu les publications précédentes de l’a. et la « Présentation » textuelle pour se rendre compte que Lourdes de Sanjosé i Longueras est une excellente chercheuse, ayant une capacité d’enseignement pour le lecteur. Président de son tribunal de thèse, je ne la connaissais pas auparavant et je peux attester que j’ai reçu trois volumes comme étant les deux volumes publiés auxquels je me réfère. Un défi pour l’impression et la reliure : « Par leurs travaux, vous connaîtrez leurs auteurs ».

2Consciente de l’excellence de son travail, l’Arxiu e Bibliothèque Episcopale de Vic l’a éditée : Post tenebras spero lucem, c’est-à-dire : « Après l’encre noire », le livre est sorti à la lumière.

3Comme je l’ai dit, ce que nous présentons ne représente qu’une partie de sa thèse : les premier et deuxième volumes. Le troisième volume, publié il y a un an, était également enrichi : Lourdes de Sanjosé i Llongueras, Esments d’orfebreria litúrgica en la documentació catalana (segles ix-xiv), Recull provisional, Vic, Aquesta obra forma parte del pla de publicacions de L’Arxiu i Biblioteca Episcopal de Vic, 2017. Ce bref volume, composé de 376 documents et d’une multitude de tableaux et de feuilles de statistiques dépliantes, est une publication très appréciable.

4La méthodologie du livre que nous présentons est très « simple » : collecte de toute la documentation locale et étrangère, analyse de celle-ci, création d’une vaste liste statistique pour avoir toutes les données à la portée de sa mémoire, et qui surpasse la capacité d’assimilation du lecteur studieux ; catalogue de l’œuvre religieuse en métal conservée en Catalogne, accompagné d’un catalogue suffisant de l’œuvre étrangère pour pouvoir faire des comparaisons ; étude bibliographique de l’historiographie et des travaux récents ; étude des canons, dispositions religieuses de différents types, ou mentions sur l’utilisation, la forme et le matériau des objets liturgiques : calice, patène, croix, bâton pastoral, encensoir, coffre, autel frontal, etc.

5Ce livre contient les parties suivantes : une introduction où l’a. explique la méthodologie et le résumé de son livre (mieux que moi) ; une étude générale qui occupe les chap. 1 et 2 où, après l’historiographie, sont abordées les conditions générales, canoniques et sacramentelles des pièces d’église. Le chapitre 3 est consacré aux ateliers d’orfèvrerie et de métallurgie catalans qui étaient au service des grands centres religieux, connaissances qui se basent beaucoup plus sur la documentation que sur les quelques pièces préservées : Vic, Ripoll, Seu d’Urgell, Gerone, etc. Le chapitre 4 est consacré aux xiie et xiiie s., où l’on peut apprécier la continuité des ateliers catalans précédents et l’évolution qui se produit dans les pièces grâce à l’introduction de nouveaux courants figuratifs et d’influences étrangères de Limoges.

6Le chapitre 5 étudie l'artisanat de Limoges importé en Catalogne et les ateliers catalans qui produiront des pièces d’église « à la manière de Limoges ». Viennent ensuite une collection très estimée de 27 doubles planches où la photographie est complétée par un dessin didactique de l’a., ce qui nous permet de mieux voir les formes et leurs ornements. Vient enfin le catalogue des pièces, qui est un fichier complet de chacune des 109 pièces. Cette partie peut sembler monotone et parfois répétitive, mais elle est essentielle grâce à son élaboration, elle contient d’abord la définition de la pièce : titre, chronologie, mesures, origine, lieu et expositions ; le commentaire formel suit avec ses citations bibliographiques ou documentaires ; puis une étude comparative et une bibliographie, la photographie de la pièce cataloguée ainsi que d’autres pièces à des fins de comparaison.

7Le livre se termine avec quelques « Annexes » : bibliographie, origine des images, crédits des images, index, remerciements ; et une version en espagnol et une en anglais de l’étude (chap. 1 à 5).

8Contributions : c’est la première fois qu’un catalogue complet des pièces religieuses au service de l’autel, de l’art d’orfèvrerie et du métal de Catalogne des ixe au xiiie s., est réalisé ; ainsi que la première fois que toute la documentation sur le sujet est recueillie. En outre, l’étude montre les antécédents liturgiques et la situation historique de ces temps, rites et usages. Et en particulier en Catalogne, il nous enseigne le mécénat, la dotation des églises, les inventaires, le monde entier qui a entouré l’élaboration et la fonction de ces pièces d’église, les différentes relations artistiques, leur représentation dans d’autres arts tels que la miniature, ou la sculpture, grande ou petite, les similitudes avec le monde européen, fondamentalement carolingien. Et cela nous amène à la découverte des ateliers catalans du ixe au xiiie s., et à la façon dont ils se sont modernisés et capables de travailler à la manière de Limoges, des ateliers qui se trouvaient dans les centres religieux les plus importants comme Vic, Ripoll, Seu d’Urgell, Gerone, San Juan de las Abadesas, Elna, etc., mais également dans des petites villes comme Ainsa ou Bielsa.

9Pour finir, force est de féliciter l'auteur et l'Arxiu i Biblioteca Episcopal de Vic ainsi que le Patronat d’Estudis Osonensis pour leur publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Francisco Esteban Lorente, « Lourdes de Sanjosé i Llongueras, Al servei de l’altar : tresors d’orfebreria de les eglésies catalanes, segles ix-xiii »Cahiers de civilisation médiévale, 252 | 2020, 308-309.

Référence électronique

Juan Francisco Esteban Lorente, « Lourdes de Sanjosé i Llongueras, Al servei de l’altar : tresors d’orfebreria de les eglésies catalanes, segles ix-xiii »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 252 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5432

Haut de page

Auteur

Juan Francisco Esteban Lorente

Université de Saragosse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search