Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240 bisComptes rendusWarren Pezé, Le virus de l’erreur...

Comptes rendus

Warren Pezé, Le virus de l’erreur. La controverse carolingienne sur la double prédestination : essai d’histoire sociale

Françoise Vinel
p. 522-525
Référence(s) :

Warren Pezé, Le virus de l’erreur. La controverse carolingienne sur la double prédestination : essai d’histoire sociale, Turnhout, Brepols (Haut Moyen Âge, 26), 2017.

Texte intégral

1Ce volume imposant est, nous prévient son auteur, la version « réduite » d’une thèse soutenue en 2011, et les trois propositions du titre nous introduisent d’emblée à la complexité du sujet traité et à la perspective adoptée – l’« histoire sociale », cet angle d’approche faisant la nouveauté et la fécondité des recherches de Warren Pezé. Avant la présentation des différentes étapes au cours du ixe s. et des acteurs de l’histoire de cette controverse dans un premier chapitre, plusieurs préliminaires définissent les origines de la question (Augustin et l’augustinisme du haut Moyen Âge), son historiographie et esquissent la problématique (p. 37-43) : comment un débat hautement théologique met-il sa marque sur la société carolingienne dans ses différentes sphères, sur l’institution politique comme sur l’institution ecclésiale ? Ainsi naît cet « essai d’histoire sociale », qui exige de passer par une « déconstruction des sources » (p. 40).

2L’enquête se développe en prenant pour point de départ l’histoire de Gottschalk d’Orbais, l’a. suivant de près la chronologie des événements, depuis sa naissance v. 806 jusqu’en 868/869, date probable de sa mort. Tous les acteurs de cette longue querelle entrent en scène au fil des pages, un récit en plusieurs étapes : le moine Gottschalk, d’origine saxonne, se déplace beaucoup pendant la première moitié de sa vie, jusqu’aux Balkans qu’il traverse comme des terres à évangéliser ; lui qui est un tenant de la double prédestination dans la lignée d’Augustin va se trouver pris dans une controverse où les affrontements sont autant théologiques que politiques, comme l’a. va le montrer dans les premiers chapitres. Gottschalk est condamné lors des conciles de Mayence en 848 et de Quierzy en 849 et il finit sa vie au monastère d’Hauvilliers en Champagne ; en face de lui et de ceux qui, surtout dans l’Église de Lyon, se présentent comme les héritiers des thèses augustiniennes, l’adversaire et vainqueur est Hincmar de Reims, qui rédige plusieurs De praedestinatione et gagne progressivement la confiance du roi Charles le Chauve. Par ailleurs, W. Pezé a donné dans un article paru aussi en 2017 (Warren Pezé, « Débat doctrinal et genre littéraire à l’époque carolingienne : les opuscules théologiques de Gottschalk d’Orbais », Revue de l’histoire des religions 1, 2017, p. 25-72, DOI : 10.1215/00161071-4254655), qui participe de la même recherche en démontrant textes en main et grâce au repérage des scedulae, fragments composites dont sont faits les traités, comment se diffusent ces « écrits polémiques » pendant cette controverse de la double prédestination ; ces écrits théologiques de Gottschalk, rappelle l’a. ne sont connus que grâce à leur découverte en 1930 par Dom Germain, connu aussi pour avoir édité les Sermons de Césaire d’Arles.

3Après le rappel de la chronologie de l’affaire dans le premier chapitre, l’ensemble est organisé en deux parties : « Les enjeux sociaux et politiques de la controverse », et « La construction sociale des sources ». Un important appareil de notes et d’annexes, complété de trois indices (lieux, manuscrits et auteurs antérieurs au milieu du xixe s.) marque l’ouvrage au coin de l’érudition. L’ensemble du livre en témoigne mais le dernier chapitre, « Enquête archivistique » (chap. 7, p. 429-483) en est une belle illustration : dix planches, en fin de volume, montrent la présence, habituelle, d’annotations et de signes dans les marges de mss. dont le texte a trait à la querelle sur la double prédestination. C’est ce matériau qu’analyse l’a. : dans des œuvres sources (Lettres de Paul, Cité de Dieu ou traité De correptione et gratia d’Augustin), divers passages sont marqués puis « importés », si l’on peut dire, cités, par les protagonistes de la controverse. C’est leur méthode de travail qui est ainsi mise au jour, l’établissement de sortes de fiches nourrissant l’argumentation de part et d’autre, et on rejoint aussi par ce biais l’importance des florilèges médiévaux (voir sur ce point les travaux de J. Delmulle). Mais cette enquête prend aussi sens dans la perspective de l’histoire sociale : l’étude des corrections et gloses marginales donne à voir l’engagement des simplices dans les débats : « il constitue, conclut l’a., l’originalité de la controverse théologique carolingienne, traversée par les clivages d’une société-Église strictement hiérarchisée et dominée par son élite » (p. 483).

4Dans les chap. 3 (« Le roi et la cour », p. 179-214) et 4 (« Le contexte social et politique », p. 215-299), l’a., suivant son hypothèse, montre à la fois l’intérêt du roi Charles le Chauve pour la controverse (ce n’est pas pur intérêt doctrinal, on s’en doute), laissant entendre le rôle, au moins à l’arrière-plan, d’une volonté personnelle d’égaler la figure de son grand-père, Charlemagne, et de rivaliser avec les autres rois carolingiens. Le groupe de clercs lettrés dont s’entoure le roi se caractérise par sa culture théologique et son implication dans les débats théologiques ; le personnage prééminent est dans un premier temps Jean Scot Érigène, qui séduit par ses travaux de traduction et son art dialectique ; mais les intérêts carriéristes et politiques ne sont pas absents et l’art de dédicacer son œuvre au roi prend ici toute son importance. L’a. fait place à tout un travail de prosopographie, qui fait sortir de l’ombre quelques notaires royaux aujourd’hui oubliés, et pourtant devenus évêques par la faveur du roi. Une telle intrication du théologique et du politique suggère à l’a. un intéressant parallèle avec le maître-ouvrage de G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin (p. 199). Comme déjà Constantin au ive s. se voulait le garant de la foi, véritable imitateur du Logos sur terre selon Eusèbe de Césarée, la Loi salique de 763-764 avait entériné la responsabilité doctrinale des rois, et l’a. souligne combien Charles le Chauve a pris ce rôle au sérieux. Le concept de « multiplexité », forgé par W. Pezé (p. 216), ne fera sans doute pas autorité, mais le contexte social et politique de la controverse, analysé dans le chap. 4 (p. 215-299), opère un élargissement saisissant de l’horizon : plusieurs « réseaux », c’est-à-dire différents niveaux de liens, de parenté, entre monastères et entre Écoles théologiques, s’avèrent rivaux dans leurs jeux d’alliances entre politiques comme entre ecclésiastiques et nous déplacent à l’échelle, sinon européenne, du moins franco-allemande, ce qu’illustre d’abord l’affrontement entre Charles le Chauve et son frère Louis le Germanique en 858. L’analyse de la « campagne de désinformation » à l’œuvre dans le nouveau De praedestinatione publié par Hincmar de Reims, désormais très influent, montre plus efficacement l’interférence des deux argumentaires, politique et théologique… et plus encore la place prise par les rumeurs et la falsification des textes (l’a. renvoie opportunément à : La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation, Rennes, Maïté Billoré et Myriam Sorié [dir.], Presses universitaires de Rennes [Histoire], 2011). Le risque de rupture n’est plus seulement entre les deux frères rois, mais aussi entre Nord et Sud, entre évêques provençaux et évêques « occidentaux », et, à travers eux, entre Charles de Provence et Charles le Chauve. Pour sauvegarder la concorde et la paix, Hincmar n’hésite pas à modifier plusieurs canons de conciles antérieurs ayant trait à la question de la prédestination, version qu’il présente ensuite à son souverain. Le rôle de ces manipulations de textes est tel que tout un chapitre lui est consacré dans la deuxième partie. Avant d’y venir plus en détail, soulignons l’importance de la deuxième moitié du chap. 4 : « la perspective du temps moyen : prédestination et société (840-850) », selon l’expression de l’a., permet, précisément, le passage à l’histoire sociale : la question des églises familiales et plus largement des biens d’église, donc du rapport entre aristocratie, épiscopat et pouvoir royal, telle qu’elle est disputée par Prudence, Florus, et leur adversaire, Hincmar, n’est pas sans lien avec la controverse… et nous renvoie aussi aux « faux » (les fausses décrétales ! – p. 269-271) qui fleurissent dans cette période. La nécessité où l’a. se trouve de faire quelques rappels généraux, par ex. sur la prédication carolingienne et la façon dont les clercs orchestrent la peur de l’enfer, rend ce chapitre d’une lecture moins fluide ; son intérêt est aussi plus théologique, puisqu’il s’agit de comprendre comment l’affirmation de la double prédestination – grâce salvifique vs damnation éternelle – a des incidences sur les comportements sociaux et sur les rapports entre clercs et laïcs. La dizaine de pages consacrées aux « contestations laïques », où les sources se réduisent à un « faisceau d’indices », sont une nouvelle entrée dans l’histoire sociale, grâce à l’analyse de quelques textes suggérant les réactions de laïcs aux positions des clercs : « [elles] dévoilent des laïcs élaborant une justification chrétienne de la spoliation des biens d’église » (p. 294) ; un traité anonyme retrouvé et édité par G. Lobrichon, daté de la fin du ixe s. présente les objections : « d’après le traité, “il y a de nombreuses personnes” qui affirment que l’Église aurait dû rester dans la pauvreté apostolique des origines, et que les églises ne devraient pas pouvoir hériter de biens fonciers… [et] la réponse des clercs esquive ces réflexions », note l’a. (p. 294).

5Il reste à nous arrêter au passionnant chapitre 6, « Déformations et falsifications » (p. 372-428) : en présentant plusieurs cas, l’a. montre l’insertion de cette pratique dans une tradition bien définie depuis l’Antiquité tardive, le discours hérésiologique, où la critique radicale de l’adversaire n’hésite devant aucune ruse. Mais parce qu’il ne perd pas de vue l’aspect social de son enquête, W. Pezé procède en deux temps : d’abord, le rôle des déformations chez les acteurs majeurs de la controverse, et au tout premier chef Hincmar, pleinement conscient que les disputes doctrinales rencontrent des enjeux politiques. La préservation d’un ms. annoté par Hincmar (p. 377-379) montre la déformation opérée sur des textes patristiques. Hincmar peut en accuser Gottschalk puisque la falsification est une des caractéristiques de l’hérétique, mais il a pu se retrouver lui-même dans la position d’« accusateur accusé » à propos des Annales de Saint-Bertin mais la réévaluation de ce dossier par l’a. blanchit Hincmar en suggérant que, tout à fait bien en vue à la cour, il n’avait guère intérêt à prendre un tel risque (p. 399-402). La deuxième moitié du chapitre fait place à un plus grand nombre de manuscrits, dont les copistes sont généralement anonymes : pour 46 mss. carolingiens (sur 56) de deux œuvres ayant un rôle décisif dans la controverse, l’Enchiridion d’Augustin et les Sententiae d’Isidore de Séville, l’a. fait état de « quinze cas de réécriture et de corrections » (dans le § 100 de l’Enchiridion, « praedestinavit » corrigé en « destinavit » ou « destinabit » et, dans trois mss. d’Isidore « praedestinatio  » en « destinatio » – ce qui peut difficilement passer pour de simples erreurs d’inattention de la part des copistes). « Ces corrections et réécritures, conclut l’a., témoignent à la fois de la participation de cercles de clercs de rangs plus humbles aux débats doctrinaux de leur temps et de la réalité intellectuellement moins subtile de ces débats à un niveau social plus modeste » (p. 425). Non seulement « participation aux débats » mais aussi, ajoute l’a., « ces humbles corrections sont le corollaire de la confiscation des débats par l’élite… et révèlent le caractère rudimentaire de [la] culture des simples clercs » (p. 427 – il y a bien peu de coquilles dans l’ouvrage, mais signalons ici de même qu’à la p. 371 une graphie fautive de corollaire, pourtant écrit correctement à la p. 426). Mais n’est-ce pas là aussi le signe d’une double rupture ? Hincmar et ses pairs, s’ils s’intéressent à la vérité doctrinale, règlent aussi leurs comptes et ce n’est pas sans arrière-pensée politique, mais d’un autre côté, ils n’ont guère de prise sur les clercs ordinaires jugeant à l’aune de leur savoir et de leur foi. Pourtant évêques et clergé supérieur sont soucieux de garder la maîtrise du savoir théologique. Pour confirmer, comme ne manque pas de le dire W. Pezé, que ces pratiques sont déjà bien ancrées dans l’Antiquité tardive, on se permet de renvoyer aux articles d’Eckart Wirbelauer : « Écrire contre le passé ? La vérité historique des documenta symmachiana/laurentiana » et d’Olivier Huck, « Légiférer, codifier et conserver “contre”. À propos de quatre Constitutions Sirmondiennes et de leurs équivalents théodosiens », dans Écrire contre. Quête d’identité, quête de pouvoir dans la littérature chrétienne des premiers siècles (F. Vinel [dir.], Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2012, respectivement, p. 173-186 et p. 205-237).

6Ces quelques pages sont loin d’épuiser la richesse documentaire et argumentative du livre de W. Pezé. Se croisent en continu les thématiques plus actuelles de la recherche historique (histoire sociale, études sur le rôle de la propagande dans les différents champs de la société) et une plongée dans la société carolingienne analysée au prisme des œuvres ecclésiastiques produites pendant la controverse sur la double prédestination. Comment l’étude de la production même de ces œuvres et le relevé minutieux des corrections et gloses des manuscrits font entrer dans l’histoire sociale en révélant les interventions théologiques des simples clercs copistes, tel est l’apport original de cette vaste étude. Puisque la majeure partie de ces copistes restent anonymes, une enquête sociologique bute sur le manque de sources, les indices ténus livrés par les mss. viennent seuls soutenir l’ambition de cet essai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Warren Pezé, Le virus de l’erreur. La controverse carolingienne sur la double prédestination : essai d’histoire sociale »Cahiers de civilisation médiévale, 240 bis | 2017, 522-525.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Warren Pezé, Le virus de l’erreur. La controverse carolingienne sur la double prédestination : essai d’histoire sociale »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 bis | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5554

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search