Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusChristine Angelidi et George T. C...

Comptes rendus

Christine Angelidi et George T. Calofonos (éd.), Dreaming in Byzantium and beyond

Jean-Claude Cheynet
p. 383-384
Référence(s) :

Christine Angelidi et George T. Calofonos (éd.), Dreaming in Byzantium and beyond, Farnham, Ashgate, 2014.

Texte intégral

1La société byzantine vivait dans une anxiété permanente, ne sachant quel malheur allait survenir : épidémies, catastrophes naturelles, invasions des peuples barbares et plus redoutées encore, les guerres civiles. Tout indice annonciateur de l’avenir permettait de se préparer, de se rassurer, ou de se lancer dans une entreprise risquée. L’interprétation des rêves était un art qui introduisait auprès des puissants celui qui le pratiquait avec un supposé bonheur. Des oneirokritika circulaient, manuels souvent inspirés par des originaux arabes ou persans, peuples réputés particulièrement habiles en ce domaine. L’enjeu était d’importance puisqu’il fallait déterminer si le rêve avait été suscité par Dieu ou inspiré par le diable.

2C’est donc ce vaste domaine des récits de rêve et de leur interprétation, assez peu exploré, qu’un colloque réuni à Athènes en 2008 a commencé à explorer et qui a fourni la matière de ce volume. La place du rêve dans la littérature byzantine dépend largement du genre analysé, il est évidemment moins présent dans les sources narratives que dans les récits hagiographiques. Pourtant, les sources narratives bénéficiaient du précédent inégalable du songe de l’empereur Constantin à la veille de la bataille du Pont Milvius. L’interprétation des rêves était recherchée à la cour byzantine et de grands administrateurs lettrés étaient sollicités en raison des connaissances qui leur étaient prêtées. Anne Comnène rappelle combien son père était soucieux de comprendre les messages qu’il recevait de cette façon et n’oublie pas de le laver de tout soupçon de pratiques magiques condamnables. Les rêves du souverain et leur interprétation tiennent une place majeure dans l’Oneirokritikon d’Achmet, traduction en grec d’un texte arabe. Ils annoncent aussi bien d’heureux événements, naissance d’un prince, victoire, qu’ils portent des avertissements au mauvais basileus qui refuse de se réformer. St. M. Oberhelman fait le point de nos connaissances sur ces manuels byzantins, destinés à une audience aristocratique masculine, qui continuent un genre déjà prisé dans l’Antiquité, dont le représentant le plus lu fut Artémidore d’Ephèse, actif à la fin du iie s. de notre ère. Leurs rédacteurs restent inconnus, sauf peut-être l’empereur Manuel II Paléologue, fort intéressé par les rêves, qui serait l’A. du dernier traité connu, ou au moins son commanditaire. M. Mavroudi montre la similitude de ces traités dans le monde oriental, qu’il soit byzantin ou arabe, car Artémidore a été traduit en arabe par le fameux chrétien nestorien, Hunayn ibn Isḥāq, par ailleurs traducteur principal des œuvres de Gallien. Le transfert dans l’autre sens de la « sagesse persane ou arabe » vers le grec, redevenu à la mode à l’époque des Paléologues, était cependant fort critiqué, en particulier par Nicéphore Grègoras.

3Le champ d’investigation est immense et les organisateurs ont fait des choix. Bien sûr, les rêves d’incubation, tradition des sanctuaires de guérison antique, ont été repris à leur compte par les saints lors des miracles de guérison (St. Constantinou). Les visions de l’Au-delà relèvent d’un type particulier, souvent réservé aux saints (C. Cupane), de même que les extases des ascètes (B. Krönung). C. Messis s’attache aux rêves érotiques, dans une société où la sexualité, loin d’être absente, ne tient pas une place aussi importante que dans la nôtre. Ils sont particulièrement présents dans l’hagiographie, sans occuper une place centrale, où leur origine démoniaque est souvent crainte et évidemment dans les romans, qui se multiplient à partir du xiie s., où leur objet vise à sauvegarder les convenances. Dans les deux cas, ils exercent une fonction de régulation sociale.

4Une bonne partie des contributions est consacrée à la fonction littéraire des rêves, principalement chez les historiens et les hagiographes. Fait exception le curieux songe du chartophylax de la Grande Église, Ignace, lorsqu’il le rapporte dans une lettre à son ami Nicéphore, car ce n’est pas un procédé littéraire, mais une expérience très personnelle (C. Angélidi).

5Trois des auteurs du recueil analysent les épisodes de rêve chez les historiens, qui ont évidemment un sens politique. I. Anagnostakis évoque un rêve de Procope lui-même, avant le départ des troupes pour la guerre vandale décidée par Justinien, dont l’issue inquiétait profondément l’opinion de l’époque. Il repère un modèle d’Hérodote et des éléments homériques, proposant une subtile explication selon laquelle Procope a tiré de ce rêve un présage favorable lorsqu’il rédigea les Guerres, alors qu’il développa son côté négatif dans l’Histoire secrète. La Vita Basilii, intégrée à la Continuation de Théophane, avec les quatre rêves qu’elle décrit pour présenter Basile comme l’élu de Dieu et prédestiné à l’Empire, permet à Calofonos de distinguer cette vie laïque des récits hagiographiques contemporains, même si le présage envoyé à la mère est commun aux deux genres. Enfin P. Magadalino se risque à distinguer, chez des historiens des xe-xiie s., trois types de récits oniriques : « Hagiographical/iconic », « Allegorical/Symbolic » et beaucoup plus rare « subversive ».

6M. Mullett choisit la Vie de Cyrille le Philéote, saint contemporain d’Alexis Comnène et bien introduit à la cour, en dépit ou à cause de sa naissance obscure, pour montrer comment les rêves (hypar) ou plutôt les visions (onar) rythment le récit de la Vie et en constituent un élément essentiel. L’A. rappelle que la compréhension de leur place dans la société ne sera vraiment possible qu’avec l’établissement d’un corpus de ces genres.

7Pour finir, C. Galatariotou, qui présente l’originalité d’être une byzantiniste devenue psychanalyste, souligne la difficulté de proposer des explications modernes à des rêves des temps passés, mais elle tente l’expérience sur les rêves familiaux rapportés dans une œuvre de Psellos, qui reflète la complexité des espoirs mis par les parents dans leur fils et la forte personnalité de ce dernier.

8Toutes ces contributions offrent non pas une synthèse sur le sujet, mais une typologie des analyses possibles d’« un moyen de communication entre les hommes parmi les plus complexes » (M. Mullett reprenant G. Herdt).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Cheynet, « Christine Angelidi et George T. Calofonos (éd.), Dreaming in Byzantium and beyond »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 383-384.

Référence électronique

Jean-Claude Cheynet, « Christine Angelidi et George T. Calofonos (éd.), Dreaming in Byzantium and beyond »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5624

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search