Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusRobert G. Babcock, The ‘Psychomac...

Comptes rendus

Robert G. Babcock, The ‘Psychomachia’ Codex from St Lawrence (Bruxellensis 10066-77) and the Schools of Liège in the Tenth and Eleventh Centuries

Lucien Reynhout
p. 384-385
Référence(s) :

Robert G. Babcock, The ‘Psychomachia’ Codex from St Lawrence (Bruxellensis 10066-77) and the Schools of Liège in the Tenth and Eleventh Centuries, Turnhout, Brepols (Bibliologia, 42), 2017.

Texte intégral

1Robert G. Babcock est l’un des meilleurs spécialistes de la culture manuscrite et de l’histoire des textes en terre mosane, et particulièrement dans le pays de Liège, aux xe et xie s. La présente monographie est consacrée au manuscrit bruxellois de la Psychomachie de Prudence et du Physiologus, codex du xe s. de la Bibliothèque royale de Belgique connu de tous les historiens de la miniature comme un monument de l’enluminure ottonienne. Mais ce n’est pas principalement à l’illustration que s’intéresse ici le savant américain. La « Nouvelle Athènes » et ses écoles font partie depuis plusieurs années des préoccupations scientifiques de l’auteur, et il a déjà apporté à ces questions quelques contributions remarquées. Sous sa plume, le manuscrit de Bruxelles émerge, non seulement comme un monument de l’histoire de l’art, mais comme un cas d’école – si l’on ose dire ! – pour l’exploitation des manuscrits en histoire intellectuelle et culturelle.

2Après une introduction sur la renommée de Liège comme centre intellectuel, connu dans toute la chrétienté, au-delà des frontières de la Lotharingie, l’A. commence par décrire le manuscrit de Bruxelles, par son contenu textuel, par sa composition codicologique et surtout par la correspondance entre les cahiers et les textes, tant ceux du noyau originel que des textes additionnels. Tout spécialiste des manuscrits et principalement tout philologue sait à quel point la confrontation des composants textuels et de la description matérielle peut nous éclairer sur la genèse des recueils, l’histoire de la production des manuscrits, le sens à donner à l’assemblage des textes et finalement, l’identité et les motivations de ceux qui les ont produits. C’est ainsi que R. G. Babcock consacre un long développement aux textes secondaires du manuscrit de Bruxelles : le florilège du In Topica Ciceronis de Boèce, l’extrait du In Timaeum Platonis de Chalcidius, le commentaire sur le De consolatione Philosophiae de Boèce encore, la scholie de Gerbert sur le De institutione arithmetica du même auteur, l’Opus prosodiacum de Micon de Saint-Riquier, la paraphrase de l’In somnium Scipionis de Macrobe et des antiennes pour la fête de saint Nicolas et l’Assomption, autant de témoins de la culture scolaire contemporaine.

3Par une ingénieuse « archéologie du texte » (ayant recours, entre autres, aux parallèles textuels entre manuscrits, à l’analyse paléographique et codicologique de ceux-ci, ainsi qu’aux mentions des textes dans les inventaires anciens de bibliothèques, voire, incidemment, aux relations entre textes et images), l’A. fait ressortir des liens clairs et spécifiques entre le ms. 10066-77 et l’abbaye de Lobbes d’une part, les écoles liégeoises des xe et xie s. d’autre part. Liège et Lobbes constituaient deux centres intellectuels parmi les plus importants de la Basse-Lotharingie à cette époque, d’ailleurs liés entre eux. Il applique ensuite le même traitement aux textes glossographiques du manuscrit de Bruxelles : Glossae Bruxellenses, Expositio dictionum difficilium Bibliae, Glosȩ in prima et extrema parte Sicomachiȩ et Expositio dictionum Hebraicarum Bibliae. De ces analyses ressortent les liens évidents du manuscrit de Bruxelles avec les cercles d’Hériger de Lobbes (avant 990-1007) et de Notger de Liège (930-1008) – et de deux générations de leurs étudiants et pigones successifs. Parmi ceux-ci, on peut citer Egbert de Liège (né v. 972) – dont R. G. Babcock a par ailleurs produit une excellente traduction anglaise de la Fecunda ratis, texte scolaire pourtant assez alambiqué – Sigebert de Gembloux (v. 1030-1112) – élève d’Olbert de Gembloux (v. 980/985-1048), lui-même disciple d’Hériger de Lobbes –, ainsi que du grand théologien Rupert de Deutz (1075-1129). À travers Sigebert, un lien est établi avec la grande abbaye brabançonne de Gembloux dont le scriptorium et la bibliothèque du xie s. font également partie, depuis des années, des intérêts de l’érudit états-unien (voir son article cosigné avec Albert Derolez, « The Gembloux Scriptorium in the Eleventh Century », dans Scriptorium: Wesen, Funktion, Eigenheiten, XVIIIe actes de colloque du Comité international de paléographie latine [Saint-Gall, 11-14 septembre 2013], R. Gamper, A. Nievergelt, et al., Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften/Beck, 2015, p. 259-274). De ses analyses extrêmement fouillées, il ressort que, si la Psychomachia de Bruxelles était utilisée pour l’enseignement de l’exégèse allégorique, les textes adventices furent rassemblés pour servir de « livre du maître » à l’école élémentaire ou comme manuel à des étudiants déjà plus avancés. Dans la constitution du recueil, l’A. distingue d’ailleurs quatre étapes : le noyau avec la Psychomachia et le Physiologus ainsi que l’Expositio dictionum difficilium ; une deuxième couche formée des textes directement liés à l’activité d’Hériger ; une troisième partie représentée par les glossaires et, enfin, le cœur du manuscrit auquel le ou les compilateurs ont ajouté des textes en relation avec la Psychomachia et le Physiologus. Il est suggéré que l’évêque de Liège Wazon (ca. 980-1048) – dont la biographie et les pérégrinations trouvent un certain écho dans les étapes de la constitution du recueil – pourrait en avoir été l’un des premiers possesseurs. Enfin, R. G. Babcock consacre un dernier chapitre à mettre en évidence les auteurs et les textes étudiés dans les écoles liégeoises aux xe et xie s., non seulement à partir de l’analyse du ms. 10066-77, mais de manière plus générale, pour offrir un contexte à la genèse du manuscrit. Non seulement par son objet même – l’histoire intellectuelle et culturelle des xe et xie s. qui, pour le pays de Liège, représentent un apogée –, mais également par la profondeur de l’érudition, la rigueur de la démonstration, et l’élégance du style, l’ouvrage que le professeur Babcock nous présente aujourd’hui est tout à fait digne d’éloges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Reynhout, « Robert G. Babcock, The ‘Psychomachia’ Codex from St Lawrence (Bruxellensis 10066-77) and the Schools of Liège in the Tenth and Eleventh Centuries »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 384-385.

Référence électronique

Lucien Reynhout, « Robert G. Babcock, The ‘Psychomachia’ Codex from St Lawrence (Bruxellensis 10066-77) and the Schools of Liège in the Tenth and Eleventh Centuries »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5627

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search