Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusKarl Bartsch et Gaston Paris, Cor...

Comptes rendus

Karl Bartsch et Gaston Paris, Correspondance

Alain Corbellari
p. 385-386
Référence(s) :

Karl Bartsch et Gaston Paris, Correspondance, Ursula Bähler (éd.), Florence, Sismel – Edizioni del Galluzzo (L’Europe des philologues, Correspondances, 2), 2015.

Texte intégral

1Sur la couverture, comme indifférents l’un à l’autre, un barbu élégant aux cheveux noirs légèrement ondulés – Karl Bartsch – compulse gravement ce qui a tout l’air d’un manuscrit ancien, tandis qu’un Gaston Paris sévère à barbe blanche semble lui tourner le dos en se croisant les bras. Doit-on lire là une allégorie du contraste entre philologies allemande et française ? Rien n’est moins sûr, car ces deux savants dont celui qui a l’air le plus jeune est pourtant l’aîné, et dont les échanges s’étendent de 1865 à 1885, ont réussi, malgré la Guerre franco-allemande et leurs conceptions légèrement différentes de l’humour politique, à maintenir un dialogue qui documente de manière essentielle une phase clé de l’histoire de la philologie romane en Europe.

2De fait, K. Bartsch (1832-1888) n’était pas seulement romaniste, et il a peut-être réalisé pour la dernière fois un certain idéal de la science allemande en parvenant à cultiver avec une égale acuité les études germaniques (il a par exemple publié le Karl der Gross du Stricker) et les études françaises, à la fois d’oc et d’oïl, puisqu’on lui doit non seulement une Chrestomathie française mais aussi une Chrestomathie provençale encore rééditée. S’il est inutile de présenter ici aux francophones la haute figure de G. Paris (1839-1903), la vitalité actuelle des études sur l’histoire de la philologie romane nous permet de renvoyer en passant à une autre publication récente, Bartsch, Foerster et Cie, la première romanistique allemande et son influence en Europe, volume d’articles publié en 2013 par Richard Trachsler aux Classiques Garnier.

3C’est dire que cette correspondance Bartsch-Paris, deuxième volume de la collection « L’Europe des philologues », publiée en Italie, sous l’égide du Groupe d’étude sur l’histoire de la philologie romane dirigé, du Collège de France, par Michel Zink, s’inscrit dans un tissu serré de publications grâce auxquelles le grand tournant épistémologique dont la philologie romane vit encore aujourd’hui s’avère de mieux en mieux documenté. La correspondance Bartsch-Paris n’est, à vrai dire, pas totalement inédite, mais en complétant et en recontextualisant l’ancienne édition de Mario Roques, la spécialiste incontestée de G. Paris qu’est Ursula Bähler (Gaston Paris dreyfusard, Paris, CNRS [CNRS histoire], 1999, et surtout Gaston Paris et la philologie romane, J. Bédier et M. Roques [éd.], Genève, Droz [Publications romanes et françaises, 234], 2004) procure aux philologues un outil de travail précieux, aussi rigoureusement annoté qu’impeccablement présenté, le parfait bilinguisme de la chercheuse zurichoise assurant à la fois la qualité des commentaires français et l’impeccable compréhension des textes allemands. (Un seul détail en passant : Cracau, p. XVI, dans l’introduction, aurait dû être rendu par Cracovie : il est hautement improbable que le professeur Weinhold soit parti de Breslau pour aller enseigner dans le petit village prussien de Cracau, qui comptait 3 235 habitants en 1895, selon le supplément du Brockhaus de 1898.) Le lecteur francophone découvrira peut-être avec une légère appréhension que l’édition respecte le texte des lettres originales, et que les missives en allemand de Bartsch ne sont pas traduites. En cet heureux temps, les savants ne voyaient en effet aucun problème à écrire chacun dans leur langue respective, confiants dans la connaissance au moins passive de leur idiome par leurs correspondants. Cette leçon mériterait d’être méditée aujourd’hui où même les non-anglophones trouvent malin – et jusque dans leur correspondance privée – d’écrire dans un sabir que l’on prend pour de l’anglais, de peur de ne pas être compris en écrivant en italien, en allemand… ou en français ! Mais que les lecteurs se rassurent : cette édition intéresse au premier chef les romanistes et comme ceux-ci ont tous fait leurs armes dans le FEW, dans le Tobler-Lommatzsch et dans le Grundriss de Gröber, ils auront l’agréable surprise de constater que l’allemand épistolaire de Bartsch est infiniment plus aisé à comprendre que l’allemand scientifique de la même époque. Le contraste est d’ailleurs intéressant : alors que G. Paris n’écrit pas fondamentalement différemment dans sa correspondance et dans ses contributions savantes, un abîme sépare les registres d’écriture de la langue allemande, dans laquelle une longue et prestigieuse tradition philosophique a durablement compliqué la langue érudite.

4Cela ne veut au demeurant pas dire que les philologues allemands cultivaient toujours un sérieux papal. À preuve le Kutschkelied, plaisanterie un peu grasse de l’immédiat après-guerre franco-allemande, par laquelle l’Université allemande, inventant de toutes pièces un chant de victoire en ancien germanique, présentait comme immémorialement annoncée la victoire de 1870. Bartsch ayant eu le douteux honneur de rédiger la version en ancien provençal (que l’on lira à la p. XXXII de l’introduction), il s’ensuivit une polémique avec ses amis philologues français : Paul Meyer ne lui pardonna pas cette compromission avec un nationalisme bismarckien dont les études les plus récentes (voir en particulier le déjà cité Bartsch, Foerster et Cie) montrent pourtant qu’il était bien plus indifférent à Bartsch qu’à la plupart de ses collègues. G. Paris tenta, pour sa part, d’excuser Bartsch et, surtout, de le réconcilier avec P. Meyer ; il n’y parvint guère, mais ce n’est sans doute pas l’aspect le moins attachant de cette correspondance que de montrer comment deux grands savants plus épris de vérité scientifique que de fierté nationale parvinrent à sauvegarder leur amitié au milieu des menaces – doit-on préciser qu’elles sont plus actuelles que jamais ? – d’instrumentalisation de leurs domaines d’études. Et c’est aussi par pur souci de correction fraternelle que G. Paris signale à Bartsch « qu’on [lui] reproche d’ignorer trop ce que font les autres » (lettre du 22 octobre 1871, p. 75), ce dont son correspondant, dans sa réponse (p. 78), ne manquera pas de lui savoir gré. Ainsi allait la science au xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Corbellari, « Karl Bartsch et Gaston Paris, Correspondance »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 385-386.

Référence électronique

Alain Corbellari, « Karl Bartsch et Gaston Paris, Correspondance »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5630

Haut de page

Auteur

Alain Corbellari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search