Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusLisbeth Castelnuovo-Tedesco et Ja...

Comptes rendus

Lisbeth Castelnuovo-Tedesco et Jack Soultanian, Italian Medieval Sculpture in the Metropolitan Museum of Art and the Cloisters

Chiara Frugoni
Traduction de Lucile Rousseau
p. 386-387
Référence(s) :

Lisbeth Castelnuovo-Tedesco et Jack Soultanian, Italian Medieval Sculpture in the Metropolitan Museum of Art and the Cloisters, Richard Y Tayar (collab.), New York/New Haven/Londres, Metropolitan Museum of Art/Yale University Press, 2010.

Texte intégral

1Le volume est d’un format imposant, avec ses 368 p., ses 328 illustrations en couleurs, sa bibliographie et son index des noms et des lieux. C’est un merveilleux exemple de catalogue des sculptures en marbre mais aussi en bois des arts préroman, roman et gothique en Italie, qui se trouvent aujourd’hui au Metropolitan Museum et dans son annexe dédiée exclusivement à l’art médiéval, The Cloisters (« les cloîtres » en français).

2La carte des lieux de provenance qui précède le titre de l’ouvrage regorge de noms de villes et villages essentiellement des régions centrales, auxquels s’ajoutent bien d’autres noms issus de la Campanie et des Pouilles. Le catalogue peut également se targuer de comporter aux p. 278-293 une section consacrée aux sculptures « de style médiéval», c’est-à-dire présentées à l’acquisition comme authentiques mais qui se révèlent être des fausses. Ces pages sont très intéressantes et instructives car elles nous montrent les chercheurs appliquant les outils méthodologiques de l’attribution pour révéler, à travers les anachronismes et les contresens, les tromperies délibérées. Un exemple de divergences d’opinions : une Vierge à l’enfant « trônant » est attribuée par d’illustres chercheurs à Nicola Pisano alors qu’un autre scientifique non moins illustre la qualifie de « contrefaçon mielleuse » (p. 285-287). Cela laisse cependant les non-initiés assez perplexes sur le bien-fondé des méthodes de critique d’art.

3Revenons à l’ouvrage en lui-même : il est le fruit de la collaboration étroite entre l’historienne de l’art Lisbeth Castelnuovo-Tedesco et le conservateur Jack Soultanian qui travaillent tous deux au Metropolitan Museum. Leur dialogue permanent a permis de fournir une description tout à fait exhaustive de l’objet étudié dans toutes ses dimensions : provenance supposée, changements de propriétaire jusqu’à son arrivée aux États-Unis, datation, attribution stylistique, analyses iconographique et paléographique (le cas échéant), analyse détaillée du matériau que l’artiste a utilisé et des conditions de l’œuvre examinée. Les photographies sont très soignées ; on voit chaque sculpture dans son ensemble et dans le détail. Parfois, des dessins et des aquarelles retracent les différentes couches de peinture et de couleurs qui se sont superposées au fil du temps, le plus souvent sur les pièces en bois.

4Les situations heureuses n’ont pas d’histoire et puisque ce monumental et magnifique catalogue raisonné ne mérite que des éloges et aucune critique, mon compte rendu sera nécessairement bref.

5Toutefois, étant moi-même italienne, je ne peux m’empêcher d’éprouver du chagrin par exemple à la vue de la photographie (p. 29) du portail in situ de l’église abbatiale de San Niccolò à San Gemini (Ombrie), sachant que je dois maintenant franchir l’océan si je veux revoir ce portail, désormais sorti de son contexte, dans une salle de musée. Je ne peux pas non plus m’empêcher d’éprouver de la peine à l’idée que de nombreuses sculptures de Giovanni Pisano ont été prélevées sur le parapet de la chaire de la cathédrale de Pise (p. 160-170) ! Je pourrais multiplier les exemples.

6Je sais pertinemment que chaque musée vit d’œuvres provenant de divers lieux, et je sais également que la majorité des chercheurs s’accordent à dire que les marbres du Parthénon exposés au British Museum ne doivent pas être rapatriés à Athènes. Cependant, je ne peux me résigner à croire qu’altérer ou appauvrir un monument encore existant pour que certains de ses composants soient glorieusement exhibés dans un lointain musée soit de l’enrichissement culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Frugoni, « Lisbeth Castelnuovo-Tedesco et Jack Soultanian, Italian Medieval Sculpture in the Metropolitan Museum of Art and the Cloisters »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 386-387.

Référence électronique

Chiara Frugoni, « Lisbeth Castelnuovo-Tedesco et Jack Soultanian, Italian Medieval Sculpture in the Metropolitan Museum of Art and the Cloisters »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5635

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search