Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusMichael R. Evans, Inventing Elean...

Comptes rendus

Michael R. Evans, Inventing Eleanor: the Medieval and Post-Medieval Image of Eleanor of Aquitaine

Martin Aurell
p. 400-401
Référence(s) :

Michael R. Evans, Inventing Eleanor: the Medieval and Post-Medieval Image of Eleanor of Aquitaine, Londres/New York, Bloomsbury, 2014.

Texte intégral

1L’historiographie apprend l’humilité. Suivre les avatars d’un objet historique au cours des décennies montre combien notre méthode est soumise aux aléas des écoles à la page dans le milieu académique, et peut-être davantage aux mentalités et modes passagères de la société tout entière. L’historien participe d’une culture, qu’on qualifiera faute de mieux de « populaire » : il en est influencé autant qu’il l’influence. Cet aller-retour entre le « savant » et le « populaire » fait toute l’originalité d’Inventing Eleanor, dont l’A. est aussi familiarisé avec l’article érudit farci de notes infra-paginales qu’avec le plus mièvre des romans de gare ou la plus insupportable des séries télévisées. Michael R. Evans a tout lu et tout visionné : il cite notamment les collègues médiévistes continuellement et avec une rare honnêteté. Le résultat est des plus instructifs. Il apprend au chercheur comment se méfier de soi-même et des influences extérieures qu’il subit bien malgré lui au détriment d’une démarche rigoureuse et respectueuse des sources. L’historiographie comporte toutefois un risque. Elle pourrait fomenter un scepticisme paralysant envers notre métier, à la façon du linguistic turn qui exagère sans doute l’impossibilité d’écrire une histoire qui ne serait pas fictive. Il est vrai que la biographie est le plus dangereux des genres où le médiéviste glisse facilement vers un psychologisme sans fondement. Dès lors, la question par laquelle Jacques Le Goff résume son livre aussi volumineux que célèbre sur le plus connu des rois de France ne manque pas de fondement : « Saint Louis a-t-il existé ? »

2Plus encore que son arrière-petit-fils, Aliénor d’Aquitaine est, au fond, une grande inconnue. Légende noire et mythe doré façonnent davantage son image au cours des siècles que les documents, somme toute peu explicites, censés nous renseigner sur elle. M. Evans insiste, par exemple, sur un point : elle n’est pas si exceptionnelle que son double mariage royal, sa dizaine d’enfants, ses longs voyages, sa longévité ou sa captivité pourraient le laisser croire. Les nombreuses études récentes, principalement américaines, sur la Queenship prouvent que son cas est loin d’être isolé. D’autres reines, ses contemporaines, n’ont rien à lui envier : Mélisende de Jérusalem, Urraca de Léon ou la propre petite-fille d’Aliénor, Blanche de Castille, ont mené des existences qui ressemblent fortement à la sienne. Adepte de la déconstruction, l’A. démonte les différents récits qui nous ont fait croire à son « exceptionnalisme ». La légende noire s’est bâtie de son vivant : affaire avec son oncle paternel Raymond d’Antioche, rébellion fomentée contre son mari et combat en amazone à la croisade sont savamment décortiqués dans ce livre. Pour son prétendu adultère avec Raymond, M. Evans interprète notamment une allusion dans une lettre bien connue de Jean Bellesmains, évêque de Poitiers, à Thomas Becket dans le sens du ragot précoce sur l’affaire ; il fait aussi appel à Gerhoh de Reichersberg, rarement cité.

3Le xixe s., où l’histoire devient un métier universitaire, est largement responsable de la création de la plupart des poncifs sur Aliénor d’Aquitaine. Les temps sont au nationalisme, mais aussi au mépris hérité des prétendues Lumières envers le Moyen Âge ou à la misogynie dominante dans bien des discours. Jules Michelet incarne tous ces travers dans sa description de la reine en Mélusine démoniaque, alors que sa noblesse lui interdit de profiter du halo de la sorcière issue du peuple et persécutée par l’Inquisition. Il en fait, de même, une Méridionale passionnée, fière et vindicative. Sur les stéréotypes que les milieux érudits et politiques parisiens de l’époque diffusent alors sur le compte des habitants du Sud de la France, la lecture de Philippe Martel aurait sans doute apporté quelques compléments intéressants. À l’opposé du discours contre le Sud de la France, M. Evans dénonce à juste titre les dérives historiographiques du nationalisme occitan aussi créateur de mythes que le jacobinisme. Elles ont fait d’Aliénor un fervent mécène de la culture d’oc qu’elle aurait échoué à introduire dans la rustre cour septentrionale de Louis VII. La part évidente du mythe ne devrait pas nous pousser à gommer le bilinguisme oc-oïl d’Aliénor (voire le trilinguisme, avec le latin), par une réaction compréhensible, mais qui nous semble personnellement excessive (p. 71) : grandir dans un milieu bilingue facilite l’utilisation quotidienne de deux langues, parfois certes en diglossie. On corrigera au passage l’attribution de la région Pays de la Loire, non pas aux années 1960-1970 (p. 87), mais à Vichy, ce qui n’est évidemment pas innocent. L’A. ne pouvait pas connaître, en revanche, la toute récente création d’une Aquitaine regroupant de façon fort carolingienne (à l’exception regrettable de la Vendée) les Sud et Centre-Ouest de la France. L’on sourira avec lui au sujet des tirades de Jacques Chaban-Delmas, qui, tout en regrettant la trahison d’Aliénor au profit de l’Angleterre, ne l’en compare pas moins à De Gaulle dans sa lutte pour la sauvegarde de l’héritage ancestral ; aussi anachronique apparaît, sous la plume du maire de Bordeaux, d’en faire l’avocate d’une Union Européenne avant-la-lettre. De nos jours, la popularité de la reine en Poitou ou Aquitaine se concrétise dans la douzaine d’écoles secondaires qui portent son nom.

4Au xixe s., l’écriture en anglais sur Aliénor peut devenir bien moins misogyne qu’en France du Nord. Plusieurs écrivaines, que leur sexe interdit encore d’études universitaires, s’emparent du personnage. Elles appartiennent souvent à la « première vague du féminisme », et leurs écrits influencent durablement notre vision de la reine. Outre-Manche ou outre-Atlantique, les sœurs Agnès et Elizabeth Strickland ou Celestia A. Bloss participent du même protestantisme qui communie à la morale victorienne et qui méprise le Moyen Âge « papiste ». Elles admirent la progressive maturation d’une jeune fille frivole devenue une forte personnalité qui tient tête aux hommes : ceux-ci la détestent, à leur tour, diffusant toutes sortes de calomnies sur son compte. Amy Kelly (1950) et Régine Pernoud (1965) reprennent ces thématiques, et encore plus cette tonalité, dans leurs biographies qui connaîtront une large diffusion. La part de l’imagination dans ces livres est grande : les sentiments d’Aliénor et ses proches sont, en particulier, décrits avec une surprenante précision. La dernière vicissitude d’Aliénor en féministe avant la lettre se retrouve dans la biographie de Jean Markale où celtomanie et New Age la transforment en une sorte de prêtresse sortie des brumes d’Avalon. Cette tendance inspire largement le best-seller de Mireille Calmel au titre fort parlant du Lit d’Aliénor, où la reine bisexuelle est guidée par une sorcière descendante de Merlin et « héritière des secrets druidiques ». Assurant un certain lectorat, la nymphomanie de la reine est un grand classique depuis le xviiie s. ; l’historiographie héritière de la Révolution française développe le stéréotype, car elle justifie la mort de tant d’aristocrates, nécessairement corrompues, à commencer par Marie-Antoinette. En somme, le néo-paganisme et un féminisme de salon s’emparent désormais d’Aliénor d’Aquitaine. Le panorama n’est toutefois pas si noir. L’on regrettera que le livre de M. Evans soit paru avant le roman de Clara Dupont-Monod. Exprimant ouvertement le choix de la fiction, son auteur n’en est pas moins attentive aux recherches les plus récentes des médiévistes : c’est à l’aide d’une écriture sublime qu’elle met en scène le couple Louis VII-Aliénor.

5D’autres œuvres de fiction méritent autant le respect, et même l’admiration, de M. Evans. C’est le cas du Lion en hiver de James Goldman, porté à l’écran en 1968 par Anthony Harvey. L’interprétation de Katharine Hepburn, son accent particulier de la Nouvelle Angleterre, son féminisme dans la vie réelle, son pèlerinage au gisant de Fontevraud, son rôle dans le déchirement d’une famille qu’on aurait dite toute sortie de Who’s Afraid of Virginia Woolf? marquent durablement l’imaginaire collectif. Même les plus académiques des historiennes et historiens resteront à jamais captifs de l’image de cette femme forte, pour laquelle manipuler les hommes de son entourage est le gage de sa survie dans une société profondément brutale, machiste et arriérée. L’une des réparties de K. Hepburn témoigne de la subtilité de la pièce, qui pratique la distanciation si fréquente dans le théâtre des années 1968 : « Nous sommes tous des barbares ; nous sommes en 1183. » La phrase est reprise avec humour par M. Evans pour clore son livre : « It’s 2014 and we’re all barbarians. » L’allusion renvoie autant au manque d’humilité avec lequel nous écrivons l’histoire qu’au peu de considération que nous portons encore aux femmes dans l’actualité. Pour abonder dans ce sens, M. Evans analyse le cameo Aliénor exagère, mis en scène avec humour par le groupe Anamorphose, qui parodie un colloque d’universitaires autour de la reine. Disponible en ligne, cette caricature des médiévistes nous apprend encore la modestie. Comme Inventing Eleanor, il nous aidera à prendre du recul vis-à-vis de notre métier, le plus difficile qu’il soit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Aurell, « Michael R. Evans, Inventing Eleanor: the Medieval and Post-Medieval Image of Eleanor of Aquitaine »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 400-401.

Référence électronique

Martin Aurell, « Michael R. Evans, Inventing Eleanor: the Medieval and Post-Medieval Image of Eleanor of Aquitaine »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5662

Haut de page

Auteur

Martin Aurell

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search