Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusMichel Fixot (dir.), Le groupe ép...

Comptes rendus

Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus

Bastien Lefebvre
p. 403-405
Référence(s) :

Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus, Turnhout, Brepols (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 25), 2012.

Texte intégral

1En publiant, sous la forme d’une monographie, la synthèse des recherches menées ces dernières décennies sur le groupe épiscopal de Fréjus, Michel Fixot accomplit plusieurs objectifs. D’abord, et principalement, il livre à la communauté scientifique le détail des connaissances acquises sur la cathédrale, le baptistère, le palais épiscopal, le cloître et les bâtiments canoniaux, ce qui conduit à faire du site de Fréjus une référence pour l’étude de la transformation d’un groupe cathédral du Bas Empire jusqu’aux années 1970. Il clôt ensuite un important dossier entamé il y a plusieurs années et, en ce sens, peut avoir la satisfaction du travail bien fait et mené à terme. Enfin, il rend hommage à son collègue Paul-Albert Février, à son engagement scientifique et à son investissement personnel pour le site de Fréjus.

2Le groupe épiscopal de Fréjus est une monographie à la fois copieuse – plus de 600 p. – et complète : un travail de bénédictin écrit Xavier Delestre dans sa préface. On ne peut pas mieux dire. À l’origine, il s’agit d’un travail initié par P.-A. Février qui a non seulement suivi ou dirigé plusieurs des fouilles effectuées dans ou autour de la cathédrale mais qui s’est aussi intéressé aux élévations tardo-antiques et médiévales. Depuis sa mort en 1991, ses recherches ont été reprises et complétées par de nouvelles études et des observations complémentaires. Compte tenu de leur diversité, réaliser la synthèse de ces travaux n’a sans doute pas été simple et ceci se ressent dans l’ouvrage, d’autant que les sources mobilisées, archéologiques, architecturales, textuelles ou figurées, présentent elles-mêmes une forte hétérogénéité. À la différence de nombreuses autres publications qui ont été confrontées à ces mêmes difficultés, celle-ci se distingue des autres parce qu’ont été intégrées de nombreuses informations inédites de seconde main : il faut ici rendre hommage à ce travail dont on sait les efforts nécessaires pour reprendre des dossiers de fouilles anciennes, a fortiori, ceux dont on n’est pas l’auteur.

3L’ouvrage est divisé en neuf parties inégales qui suivent en partie une progression chronologique, en partie une logique spatiale, l’une et l’autre se mêlant, au risque de brouiller la compréhension.

4Les deux premières parties sont consacrées à la cathédrale elle-même, un édifice à nef unique de 45 m × 12,5 m environ, avec d’abord un chapitre dédié à l’édifice en tant qu’objet patrimonial et objet de recherche. C’est ici que sont regroupés la présentation des sources, le détail des projets et campagnes de restauration et une section historiographique qui revient principalement sur les ressorts ayant conduit à l’interprétation erronée d’une cathédrale double dès sa fondation. Comme une réponse, le deuxième chapitre reprend l’ensemble des observations, anciennes ou récentes, concernant le premier état appartenant à l’Antiquité tardive. La cathédrale construite au ve s. reprend la structure d’un bâtiment public antique dont une façade sur deux niveaux d’élévation a été conservée dans le gouttereau nord de la cathédrale et une partie de la tour-porche. Après la mise en évidence des parties antérieures à l’édifice chrétien puis de ses maçonneries originelles, M. Fixot a choisi de présenter le résultat d’un certain nombre de sondages effectués à l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame mais sans se contenter d’exposer les résultats concernant les phases tardo-antiques, ce qui perturbe un peu l’homogénéité chronologique de ce chapitre. C’est ainsi que se retrouvent ici des informations sur des monuments funéraires du bas Moyen Âge ou sur un retable du xvie s. Ce chapitre n’est donc pas très cohérent, mais sans doute l’A. ne savait pas où mieux présenter ces observations.

5Le troisième chapitre est dédié à l’édifice le plus célèbre du groupe épiscopal de Fréjus : son baptistère. Le lecteur déjà familier avec le sujet n’apprendra que peu de choses nouvelles sur cet édifice construit à la fin du ive ou plutôt au début du ve s. puisqu’il a déjà fait l’objet de publications notamment signées Jean Formigé ou P.-A. Février. Des comparaisons sont établies afin de renforcer les arguments de datation, mais elles perdent de leur force car elles ne sont pas illustrées. Les chapiteaux sont présentés par Vassiliki Gaggadis-Robin sous la forme d’un catalogue juxtaposé à la description architecturale alors qu’il aurait été préférable de les intégrer à la lecture architecturale.

6Autre élément majeur du groupe cathédral, le palais épiscopal fait l’objet du chapitre 4. Il s’agit en réalité d’un chapitre dédié à la fouille de la place Formigé qui occupe la partie occidentale du palais qui fut détruite au xixe s. L’opération, réalisée en 1987 sous la direction de P.-A. Février, a permis la découverte de deux états d’une domus construite au tournant de notre ère. Rapidement, M. Fixot présente à partir d’une argumentation rigoureuse bien que fondée sur des arguments fragiles, selon son propre aveu, l’idée d’une première résidence épiscopale construite au ve s. sans doute selon un même programme d’ensemble que celui de la construction de la cathédrale et du baptistère. La fouille a également permis de mettre au jour des états ultérieurs de la domus de l’évêque, mais aussi des maçonneries liées aux états du xiiie s., du xive s. et de l’Époque moderne du palais épiscopal. La partie méridionale de la place a livré les vestiges d’un cimetière, peut-être initialement canonial, en usage du xiie au xviiie s. Peu, voire pas intégrées au reste, les dernières pages du chapitre sont consacrées à l’étude du mobilier (en réalité seulement de la céramique et du verre) découvert dans des silos associés au palais du xive s. Une annexe intitulée Catalogue du mobilier étudié, clôt ce chapitre mais la nature de ce mobilier n’est pas précisée, ce qui montre le peu de soin qui caractérise parfois l’intégration des contributions issues d’auteurs différents.

7Avec le chapitre 5, M. Fixot revient sur la cathédrale, plus exactement sur la nef paroissiale Saint-Étienne ajoutée dans le courant du xie s. L’analyse des élévations est convaincante, mais difficile à suivre faute de dessins et de plans suffisants et surtout fragilisée par une lecture empirique, ce qu’aurait pu éviter une étude archéologique du bâti. En effet, une étude systématique et stratigraphique aurait été plus robuste qu’une compilation d’observations, certes fines et précises, pour établir un phasage. Comme dans d’autres chapitres, les observations sont plus compilées que synthétisées, et c’est particulièrement frappant ici lorsqu’il est question des signes lapidaires. Il faut même se demander si des choix n’auraient pas dû être faits, notamment lorsqu’il est question dans ce chapitre, du lapidaire de l’Antiquité tardive à l’époque carolingienne. Des erreurs formelles sont aussi à signaler car elles entravent la compréhension, comme le fait que la fig. 163 soit identique à la 161, c'est-à-dire que l’élévation septentrionale soit représentée deux fois mais l’élévation méridionale aucune. Ce chapitre est l’occasion d’aborder la question du cimetière septentrional qui, installé dans la première moitié du xie s. et sans doute lié à la formation de la paroisse Saint-Étienne, serait l’un des plus anciens cimetières urbains du Midi.

8Il est à nouveau question de la cathédrale, plus exactement de la nef Notre-Dame, à travers le chapitre 6. Le parti pris est un peu déroutant puisque la présentation retenue n’est ni chronologique, ni thématique, mais spatiale. L’A. présente les transformations effectuées v. 1200 qui ont notamment permis d’ouvrir l’une vers l’autre les nefs des deux églises sans pour autant radicalement modifier le plan de la cathédrale primitive.

9À travers le chapitre 7 rédigé par l’historienne Élisabeth Sauze, c’est le palais épiscopal qui redevient le centre d’intérêt. Après une histoire des évêques de Fréjus dont l’articulation avec le reste ne va pas de soi, le sujet est traité à travers les sources écrites plutôt qu’à travers les élévations médiévales et modernes de l’édifice tel qu’il existe encore aujourd’hui. On peut regretter qu’aucune connexion ne soit faite avec le chapitre 4 qui aborde pourtant le même sujet, comme on peut regretter que les interprétations ne soient pas étayées par des comparaisons avec par exemple les palais épiscopaux d’Albi ou Narbonne qui associent également une salle à une tour accueillant la chambre de l’évêque. Les documents mobilisés sont particulièrement riches d’informations, comme l’inventaire de 1364 ou le rapport d’expertise de 1740 dressé pour la succession de Pierre de Castelane.

10Comme pour la plupart des autres chapitres, celui consacré à l’ensemble canonial débute par une longue présentation des projets et travaux de restaurations avant même celle de l’état actuel – ou ancien – des édifices. Cette partie très bien illustrée, mais dépourvue de plan, occupe 33 p. sur les 52 que constitue ce chapitre. Ceci est peut-être disproportionné, mais cela permet toutefois de comprendre l’importance des travaux de restauration et doit être considéré comme un appareil critique pour la lecture du bâti. Ce chapitre qui aborde la vie communautaire ou individuelle des clercs aurait gagné à être davantage mis en perspective à travers des comparaisons faciles grâce à l’ouvrage d’Yves Esquieu consacré aux quartiers canoniaux du sillon rhodanien.

11Une heureuse ouverture spatiale est proposée à travers le dernier chapitre dédié au quartier canonial. L’approche des dynamiques est plutôt intéressante à travers l’opération de lotissement du cimetière nord révélé par la fouille d’un îlot de bâtiments probablement dépendants du chapitre, et la mise au jour d’un fossé comblé au xiie s. qui pourrait avoir marqué une limite de la ville au haut Moyen Âge.

12Dans la très brillante conclusion qui clôt cet ouvrage, M. Fixot reconnaît avec honnêteté les difficultés d’écriture et de mise en forme de l’ouvrage qui se ressentent en effet à la lecture. Ces faiblesses sont compensées par une argumentation détaillée et serrée qui ne laisse que peu de place à de possibles erreurs d’interprétation. Ainsi, la plus grosse lacune de cet ouvrage est sans conteste le dossier graphique qui est non seulement insuffisant – les plans, les dessins, même les photographies sont trop peu nombreux, si bien qu’il est souvent difficile de se repérer dans l’espace – mais aussi bien en deçà de ce qu’il est possible de faire actuellement en termes de présentation du phasage ou des restitutions.

13Sur le fond, il faut s’interroger sur le parti pris que sous-tend la structuration des chapitres de l’ouvrage comme leur organisation interne. Le choix de débuter par l’histoire des restaurations xixe-xxe s. représente une position intéressante déjà soulignée, mais oblige un va-et-vient temporel assez complexe et inconfortable. Une approche plus classique présentant la chronologie de l’ensemble, phase par phase, plus des dossiers thématiques (les sources, le funéraire, les techniques de construction, la culture matérielle, etc.) aurait sans doute permis de donner plus de repères au lecteur. Ou, pour garder l’approche retenue dans l’ouvrage, il aurait fallu d’abord prendre le soin de dresser un portait des bâtiments et de leur chronologie quitte à revenir sur leur argumentation dans un second temps. Cette présentation est finalement celle qui est donnée dans la conclusion qui met particulièrement bien en évidence les points forts de cet ouvrage : l’inscription dans la trame antique, la cohérence du programme du premier groupe cathédral, la topographie funéraire, le renouveau architectural au Moyen Âge, le fonctionnement des espaces résidentiels associés. Toutefois, il est curieux que l’apport documentaire conséquent que représente l’étude des travaux de restauration xixe-xxe s. ne soit pas davantage mis en avant à l’heure du bilan.

14Ainsi, c’est peut-être par la lecture de cette conclusion, justement, qu’il faut conseiller aux lecteurs de ces lignes de commencer, avant même de se lancer dans l’exposé des indices de cette sérieuse enquête qui donne désormais une grande place au petit groupe épiscopal de Fréjus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Lefebvre, « Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 403-405.

Référence électronique

Bastien Lefebvre, « Michel Fixot (dir.), Le groupe épiscopal de Fréjus »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5667

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search