Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusMarie Formarier, Entre rhétorique...

Comptes rendus

Marie Formarier, Entre rhétorique et musique. Essai sur le rythme latin antique et médiéval

François Dolbeau
p. 407-408
Référence(s) :

Marie Formarier, Entre rhétorique et musique. Essai sur le rythme latin antique et médiéval, Turnhout, Brepols, (Latinitates, 9), 2014.

Texte intégral

1Livre important et ambitieux, qui vise à dégager des éléments de continuité entre les rythmes oratoires antiques d’une part, de Cicéron à Augustin et Césaire d’Arles, le récitatif et le chant du haut Moyen Âge d’autre part. Après l’introduction, une première partie, qui fournit l’arrière-plan conceptuel (p. 15-185), comporte quatre chapitres. Les deux premiers cherchent à définir, aussi précisément que possible, en remontant jusqu’aux philosophes et théoriciens grecs, les notions de rythme (en latin numerus), de mètre et d’arythmie. Le chapitre 3 étudie successivement les principes musicaux de la segmentation rythmique, puis leur adaptation oratoire (durées, pieds, silences, côla, périodes), en privilégiant le domaine latin. Le numerus oratoire y est défini comme « la délimitation et l’enchaînement harmonieux de segments du discours : syllabes, mots, incises, membres et périodes ». La configuration rythmique repose sur deux procédés, différenciés par la longueur des segments : un style haché, aux segments courts, caractérisé par l’emploi des figures de symétrie (rimes, antithèses) et la recherche d’isocolie ; un style périodique, où des segments plus longs procurent une certaine fluidité. Le quatrième chapitre reprend les éléments du précédent, mais sous l’angle de la communication : en musique, tempo rapide et modulations visent à susciter de fortes émotions, tandis que les valeurs longues, un tempo lent ou modéré, signifient calme et gravité ; de même, en rhétorique, le style haché et véhément remue l’auditeur, alors qu’un grand style périodique flatte l’oreille et provoque l’admiration. Augustin reprend à son compte les objectifs de Cicéron (docere/delectare/flectere), avec des modifications liées au christianisme : la persuasion a désormais pour but la conversion du cœur ; le chant, qui introduit à la joie céleste, participe aussi d’une tradition hébraïque, illustrée par le iubilus.

2La seconde partie, en deux chapitres complétés par des annexes (p. 187-300 et 307-328), propose des analyses détaillées de textes oratoires antiques ou tardo-antiques, puis de pièces musicales du haut Moyen Âge, selon un même système de segmentation rythmique. Ces analyses reposent sur le repérage des marqueurs syntaxiques, sémantiques et prosodiques (quantités, accents et hiatus) et cherchent à refléter la pratique contemporaine des pauses faibles, intermédiaires et fortes. Le pied (c’est-à-dire une durée composée d’arsis et thesis) représente le module de base ; l’unité sémantique est qualifiée de cellule ou de section, selon qu’elle est dépendante ou non sur le plan syntaxique ; la phrase est appelée séquence. Le chapitre 5 (« Analyse et modélisation du rythme oratoire latin ») comporte six analyses, trois de rythme haché (Cicéron, fragment du Pro Scauro ; Augustin, s. 40, 7 ; Césaire, s. 82, 3), trois de rythme périodique (Cicéron, fragment du Pro Cornelio ; Augustin, s. 41, 1 ; Césaire, s. 11 [235 dans la numérotation de Morin]). Contrairement à ce qui se passe d’habitude, l’A. – et c’est sa grande originalité – analyse l’ensemble d’un passage en prose, pas seulement les fins de phrase ou de côla. Les deux exemples du Pro Scauro et du Pro Cornelio ont été commentés dans l’Orator par Cicéron lui-même ; ceux d’Augustin et de Césaire, sélectionnés par l’A., ont hélas été reproduits, pour trois d’entre eux (Augustin, s. 40-41 ; Césaire, s. 235), d’après des éditions non critiques, ce qui brouille un peu les résultats. Deux principes généraux ressortent de ces exemples : le soin apporté à la dynamique de la phrase (alternance des modules rythmiques ; mouvement parabolique de la période ou, dans le style haché, du passage entier), la délimitation des segments par des cadences métriques ou accentuelles, annoncées par des signaux préalables (comme des anacrouses ou des rythmes dépourvus de frappés). Le chapitre 6 (« Analyse et modélisation du rythme latin chanté ») vise à vérifier si le rythme oratoire infléchit l’élaboration du chant chrétien. L’exemple retenu est la Lectio cum cantico du prophète Daniel, étudiée naguère par Philippe Bernard (dans Musica e storia, 1, 1993), qui comporte un récitatif, la Prière d’Azarias, et un cantique, le Cantique des trois enfants, transmis en plusieurs versions (bénéventaine, milanaise, romaine et grégorienne). Dans le récitatif, la mélodie est déterminée par la syntaxe et met en valeur les charnières de segments, en jouant le même rôle qu’une ponctuation ; elle est en quelque sorte l’héritière du style haché. Dans le chant, l’analyse des diverses versions dégage deux ensembles : milanais-bénéventain, romain-grégorien ; comme dans la rhétorique classique, l’accent verbal y joue un rôle majeur, et la ligne mélodique suit une courbe parabolique (avec mouvement ascendant, sommet et mouvement descendant), selon un phrasé apparenté à celui du style périodique. Cependant, quelques écarts par rapport aux règles de l’accent pourraient faire des chants chrétiens une source très féconde pour étudier l’évolution du latin.

3Une conclusion générale (p. 301-306) récapitule les six conclusions partielles qui précèdent. L’ouvrage, qui dérive d’une thèse soutenue en 2009, s’achève par une copieuse bibliographie (p. 329-349) et deux index sélectifs (notions latines antiques et médiévales, notions françaises). On regrette l’absence d’un répertoire des noms propres et d’un index des passages cités. Les textes commentés illustrent très bien une opposition radicale entre le rythme haché et le style périodique, mais c’est parce qu’ils ont été choisis dans cette perspective, comme le reconnaît l’A., p. 246. Le lecteur moderne ne doit pas oublier que, dans la tradition scolaire antique, la classification des styles était tripartite : style simple (de rythme haché), tempéré (de rythme périodique) et sublime. À propos des choix oratoires d’Augustin prédicateur, on se serait attendu à voir cités : Barabara Kursawe, Docere, delectare, mouere :Die officia oratoris bei Augustinus in Rhetorik und Gnadenlehre, Paderborn, Schöningh (Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums, N. F, 1.15), 2000 et Lutz Mechlinsky, Der modus proferendi in Augustins sermones ad populum, Paderborn, Schöningh (Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums, N. F, 1.23), 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dolbeau, « Marie Formarier, Entre rhétorique et musique. Essai sur le rythme latin antique et médiéval »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 407-408.

Référence électronique

François Dolbeau, « Marie Formarier, Entre rhétorique et musique. Essai sur le rythme latin antique et médiéval »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5672

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search