Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusBrindusa Grigoriu, Talent/Maltale...

Comptes rendus

Brindusa Grigoriu, Talent/Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française

Jean-Jacques Vincensini
p. 413-416
Référence(s) :

Brindusa Grigoriu, Talent/Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française, Craiova, Editura Universitaria Craiova (Études françaises), 2012.

Texte intégral

1Madame Brindusa Grigoriu a soutenu en juin 2010, à l’université de Poitiers (CESCM), une thèse remarquable intitulée « Pour une approche pragmatique des romans de Tristan. Amour et figuration dans les textes médiévaux de la légende ». Il ne lui a pas fallu deux années pour penser, rédiger et publier à Craiova ce nouveau témoignage de son esprit pétillant et de son goût pour la recherche érudite.

2Le titre de l’ouvrage, Talent/Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française n’est pas aussi énigmatique qu’il y paraît. Il énonce le projet qui organise l’ensemble de l’argumentation : suivre les reliefs de l’expression des émotions dans un certain nombre de textes narratifs situés sur le seuil de la littérature en langue romane (l’A. tient à l’adjectif « français[e] »). Peut-être pourrait-on donner un sous-titre éclairant, comme essai d’une « grammaire sentimentale » pour reprendre un terme qu’utilise l’introduction, et elle seule (p. 17) ? C’est donc tout à fait légitimement que la notion d’« émotionologie » (explicitement empruntée à Peter et Carol Stearns), sauvée de ses sonorités barbares, devient un concept opératoire permettant, écrit l’A. dans un style qui ne dédaigne pas une certaine préciosité, de considérer les œuvres littéraires des xie-xiie s. « comme des moyens d’accès aux codes de conduite émotionnelle de plusieurs espaces-temps » (p. 11).

3L’avant-propos et l’introduction sont suivis de trois chapitres (pas plus de 150 p.) ouvrant à leur tour sur une dizaine de pages présentées « en guise de conclusion ». Mais elles ne se résolvent pas à terminer la réflexion et évoquent un « à suivre » vers de futures explorations émotionologiques dans les provinces idylliques et tristaniennes ainsi que dans les recoins du mythe de la Genèse au Moyen Âge et dans les premières réécritures de la Renaissance. Rien de moins.

4En bonne méthode, l’introduction éclaire le « monument sémantique » qu’est le mot talent, l’un des deux leviers dont se servent ces pages. Ce concept balaie « la sphère des affects » pour « s’insinuer dans celle de l’intellect, après avoir puisé son sens dans le champ matériel – notamment pécuniaire. » (p. 16). Autour de lui, tels des satellites émotionnels, gravitent des notions multiples comme entalantement et maltalent, « contrepartie négative » du concept-vedette de ces explorations lexicales et narratives. (p. 17). Les livres et les travaux fondateurs sont bien présents, notamment Le Sujet des émotions au Moyen Âge de Piroska Nagy et Damien Boquet (Beauchesne, 2005) et les activités de l’équipe Emma (« Les émotions au Moyen Âge ») que dirigent ces deux auteurs.

5Le premier chapitre, « Sous le signe du talent. Émotions historiques » (pourquoi pas « culturelles » ?), démarre avec une certaine lenteur. En effet, l’A. se sent obligée de rappeler pour commencer les motivations des premiers narrateurs en langue romane ainsi que la différence entre la conception de la vérité au xiie s. et à notre époque avant de justifier dans un court développement intitulé « Talent et littérature » les freins qui ralentissent notre capacité à comprendre la littérature médiévale, sa littérarité insaisissable et « variante », si anonyme que l’être de parchemin dresse un voile obscur sur l’être de chair qu’il suppose. Bien entendu, les travaux de Paul Zumthor, Roger Dragonetti, Bernard Cerquiglini et Michel Zink sont, à juste titre, fortement (trop ?) sollicités.

6On prend la vitesse de croisière dans le chapitre 2, « L’homme devant Dieu. Émotions hagiographiques ». La Séquence de sainte Eulalie est le seuil du seuil. Un nouveau concept, le « régime émotionnel » (emprunté à William Reddy), conduit à souligner le rôle normatif, dans ce monde proto-littéraire, de deux actants essentiels : Dieu et la royauté païenne, chacun doté de son propre « profil émotionnel ». Et la bonne Eulalie ? Son « style émotionnel » (les synonymes virevoltent sans trop de justifications) repose « sur la traduction de la bonté en beauté, mais aussi sur un certain exhibitionnisme de la sainteté. » (p. 51). La Vie de saint Alexis ouvre une nouvelle voie, celle d’une « émotionologie nuptiale ». Là encore, rien d’étonnant, il s’agit d’exposer la conduite sentimentale d’un élu dans sa relation à Dieu. On connaît le conflit des désirs (érotique et mystique) qui creuse la schize d’Alexis, déterminé par sa vocation – son talent – qui le fait s’abandonner aux émois de l’humilité et de l’affaissement social. Toujours friande de bons mots, l’A. atteint cette conclusion qui laisse muet : « le talent d’Alexis est l’alexie : le renoncement à la parole. » (p. 65). Et l’aventure en émotions atteint son plein régime avec le développement « Maltalent : l’émotionologie de Roland » (p. 69-105). Certes, le héros n’est plus un saint, mais la geste, selon le mot de Jean Subrenat, joue « une liturgie de l’héroïsme sacré » (p. 69). Or la particularité de cet héroïsme tient à ce qu’il est fortement teinté d’émotions conflictuelles. La narration ne commence-t-elle pas par le vif ressentiment, le maltalent de Ganelon ? Ne doit-elle pas arriver au deuil excessif de Charlemagne ? Le sang du traître ne doit-il pas rougir l’herbe verte (ce qui autorise Madame Grigoriu à voir là « une véritable physique du maltalent qui passe par la chromatique des sèves » (p. 77) ? Les lignes consacrées au talent et maltalent de Roland (p. 83-90) ainsi qu’au statut de la vérité du miracle sont particulièrement dignes d’intérêt. La Chanson annonce avec éclat ce que vérifieront nombre de textes médiévaux ultérieurs nourris de miraculeux et de merveilleux : « la véridicité est une question d’efficacité émotionnelle. » (p. 73).

7Le troisième chapitre (inopportunément annoncé 2.) « Le couple devant Dieu. Les premières émotions romanesques » (p. 109-182) aborde les premiers romans de la littérature française – en réalité le seul Roman de Thèbes – qui, affirme Madame Grigoriutenant ferme son cap, « relèvent avant tout d’une politique émotionnelle » (et non plus d’un « régime émotionnel » ?). Les amours familiales d’Œdipe et Jocaste annoncent le premier « climat émotionnel » (p. 113) dans lequel Dieu retentit fatalement. Le deuxième verra Dieu assourdir ses échos quand se commet le geste fratricide éternellement haineux d’Etéocle et Polynice (dont le « style émotionnel » est « le maltalent, nourri d’orgueil, de cruauté et… d’amour » p. 145) ; enfin, dans l’histoire des filles d’Œdipe, Dieu vient absoudre les âmes aimantes féminines, celles dont l’émotionologie se résume à « amour et mort, de par Dieu » (p. 161). Trois climats donc où les femmes joueraient un rôle majeur ajusté sur leur « température affective ».

8On le voit ce livre est électrisé par un feu d’artifice lexical qui lance sans cesse de nouvelles fusées. Gardant un peu de sang-froid, le lecteur ne peut éviter de se poser quelques questions.

9Fallait-il nécessairement rappeler les étapes des narrations étudiées et remontrer que la jeunesse et l’ardeur rendent Roland complémentaire de son roi dont il présente, belliqueusement, le bras droit (p. 82) ? Pourquoi ne trouve-t-on pas un seul mot, une seule note concernant les textes connexes : une autre chanson de geste, un second roman d’Antiquité, par exemple ?

10Certains passages, certains syntagmes, comme celui de « politique émotionnelle » des romans d’Antiquité, par exemple, ne manquent-ils pas de clarté ? On touche ici à une question centrale dans la mesure où, pour répondre, l’A. dévoile des interprétations, des positions critiques, discutables. L’affirmation suivante, de Francine Mora-Lebrun, devrait justifier le syntagme questionné : « ils [les romans d’antiquité] sont conçus dans un vaste dessein apologétique plus ou moins concerté par Aliénor et Henri II pour doter la récente monarchie anglo-normande d’un prestige analogue à celui de la monarchie capétienne. » En fait, cette affirmation ne légitime pas ici l’adjectif « émotionnelle » si cher à l’A. Par ailleurs, ces interprétations sociologisantes, peu émouvantes, posent un problème de fond. D’autant qu’elles sont relativement nombreuses, et on se demande bien pourquoi. Voici un autre exemple : l’inceste œdipien est-il un trait d’époque ? On lit (p. 110) : « Ces émotions de base que la jeune littérature française ranime à travers les “romans d’antiquité” en disent long sur le climat affectif trouble de l’époque. » Les hommes et les femmes du xiie s. vivaient donc dans une réalité incestueuse !

11De la sociologie à la psychologie, il n’y a qu’un pas et il n’est pas sûr qu’il fasse grandement avancer la réflexion. En quoi l’émotionologie s’enrichit-elle du constat suivant : « C’est en dormant qu’il [Charlemagne] travaille, élabore, approfondit ses émotions » ? Pour constater finalement, après bien d’autres, que les personnages qui peuplent ses rêves » fournissent à l’empereur une « intuition du danger. » (p. 77). La prise en compte des analyses de Jean-Pierre Vernant consacrées au tyran boiteux auraient permis d’éviter cette pente psychologique sur laquelle Œdipe souffrirait d’un « complexe d’infériorité. » (p. 126).

12Les contenus descriptifs qui sont au cœur de cet ouvrage présentent l’incontestable utilité de montrer que « les manifestations émotionnelles qui semblent les plus fraîches et les plus personnelles se révèlent, en réalité, le plus richement pré-déterminées. » (p. 183). Le lecteur se demande alors tout naturellement quelle est la part de stéréotypie dans cette climatologie émotionnelle romane ? Quel travail doit effectuer « l’imaginaire moderne de la letreure » face à ce « stock d’émotions fossilisées » (p. 9) ?

13C’est donc la fameuse problématique de l’altérité de l’époque médiévale et de ses lettres naissantes qu’il conviendrait de prendre explicitement en compte, toujours dans le souci d’une interprétation rigoureuse et fondée du matériau dégagé. Conscient de cette distance vis-à-vis d’un Moyen Âge qui nous est étranger et des rapports très complexes entre la littérature narrative-cléricale avec la pensée chrétienne de l’époque, le lecteur contemporain est moins étonné que l’A. « devant la façon dont le couple (Antigone-Parthénopée) instrumentalise Dieu à ses fins. » Amateur de Tristan et des vies de saints, il aurait même tendance à répondre par la négative à la question : « Ne serait-ce pas un péché, dans ce contexte de réécriture chrétienne. » (p. 163).

14Toujours dans cette perspective interprétative, on pourrait inviter Madame Grigoriu à jeter un premier œil du côté des théoriciens de la littérature qui, avant elle, se sont penchés sur les émotions et les expressions des passions. On pense, parmi bien d’autres, à Sémiotique des passions. Dans ce livre très années 90, Jacques Fontanille et Algirdas J. Greimas considèrent les émotions comme les « conditions préalables » au faire transformateur du sujet. L’idée pourrait jeter un éclairage inattendu ou différent sur les émotions d’Alexis, de Roland ou de Jocaste. Comment s’inscrivent-elles dans le dépli narratif spécifique à l’œuvre que traversent ces héros ? Comment sont-elles les conditions requises à l’effectuation de tel ou tel acte ? Ce n’est, bien entendu, qu’une piste parmi d’autres, mais elle méritait sans doute un peu de considération.

15Peut-être ne serait-il pas inutile de jeter le second œil sur la recherche du Groupe d’Études Francophones du Département d’Histoire Générale de l’université d’Haïfa. Son axe, « Les émotions dans la culture française et francophone : Histoire et Littérature », a pour pivot une question que ne dédaignerait pas la spécialiste des premiers pas de la littérature médiévale qu’est l’A. : « Peut-on tracer dans l’histoire de la littérature française un mode d’expression et/ou de représentation des émotions, spécifiquement français ? (…) La langue française [dans ses premiers monuments ?], « l’esprit » français [déjà au xiie s. ?] génèrent-ils un style émotionnel particulier ? » 

16Mais laissons pour terminer à Madame Grigoriu, avec son style inimitable, le soin de tirer elle-même la conclusion qu’atteint sa savante et passionnée démonstration : « Certes étudier un corpus n’est pas l’ausculter émotionnellement. Cependant, la gamme talent/maltalent nous a permis de recueillir les réverbérations textuelles et iconographiques de plusieurs ressentis qui faisaient appel à l’empathie » (p. 187).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Vincensini, « Brindusa Grigoriu, Talent/Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 413-416.

Référence électronique

Jean-Jacques Vincensini, « Brindusa Grigoriu, Talent/Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5682

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Vincensini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search