Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusLenka Jirouskova, Der heilige Wik...

Comptes rendus

Lenka Jirouskova, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier. Text und Kontext der Passio Olavi (mit kritischer Edition)

Stéphane Coviaux
p. 417-419
Référence(s) :

Lenka Jirouskova, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier. Text und Kontext der Passio Olavi (mit kritischer Edition), Boston, Brill (Mittellteinische Studien und Texte, 46), 2014, 2 vol.

Texte intégral

1Dans la Saga de saint Olaf, placée au cœur de la Heimskringla, le vaste cycle de sagas qu’il composa dans les premières décennies du xiiie s., l’Islandais Snorri Sturluson célébrait en Olaf Haraldsson (1015-1030) le roi qui avait achevé d’unifier le royaume de Norvège tout en le convertissant au christianisme. C’est dire l’importance qu’occupait alors dans la mémoire des hommes du Nord celui qui, tombé en juillet 1030 face à une partie de l’aristocratie norvégienne encouragée à la révolte par Knut, le roi des Danois, n’avait pas tardé à être reconnu comme le premier saint roi de Scandinavie. Que son culte ait été précoce, certaines strophes scaldiques pour ainsi dire contemporaines de ces événements dramatiques ne permettent pas d’en douter. Dans les années 1070, par ailleurs, Adam de Brême savait l’attrait exercé sur les pèlerins du Nord par les reliques du saint roi, pieusement conservées dans l’église principale de Nidaros, l’actuelle ville de Trondheim. Sans doute son culte connut-il une nouvelle vigueur dans la seconde moitié du xiie s., une fois Nidaros devenue la métropole d’une province ecclésiastique norvégienne enfin indépendante de celle de Lund (1152/1153). Les guerres civiles déchirant le royaume de Norvège depuis 1130, les archevêques, à commencer par Eystein Erlendsson (1161-1188), entendirent en effet associer la figure du saint roi à l’œuvre de mise en ordre politique dont ils furent les maîtres d’œuvre. Rex perpetuus Norvegiae dont les rois devaient se reconnaître les vassaux, saint Olaf devint aussi l’incarnation locale de l’idéal du rex iustus. On en trouve l’expression dans différentes œuvres composées dans l’entourage des archevêques, dont certaines relèvent de l’histoire, comme l’Historia de antiquitate regum Norwagensium de Theodoricus Monachus, d’autres de la liturgie, comme la Passio Olavi, à laquelle l’historienne L. Jirouskova vient de consacrer une très volumineuse étude en deux volumes, publiée chez Brill dans la collection Mittelalterlische Studien und Texte.

2La Passio Olavi constitue un texte bref qui, au fil de dix chapitres, évoque à grand renfort de topoï hagiographiques l’histoire du saint roi de Norvège, présenté sous les traits d’un martyr ; elle est complétée par une collection d’une cinquantaine de miracles. L’un des objectifs de L. Jirouskova était d’en proposer une nouvelle édition critique, ce qui paraît tout à fait justifié. On ne disposait en effet jusqu’alors que d’une édition réalisée en 1881 par le philologue anglais Frederick Metcalfe, qui s’était fondé sur un manuscrit unique, conservé à Oxford (Oxford, Corpus Christi College, Cod. 209). Au terme d’une enquête philologique, codicologique et stylistique d’une extrême minutie, dont le détail est présenté dans les chapitres qui ouvrent le premier volume de l’ouvrage (chap. 2 à 5), L. Jirouskova enrichit considérablement notre connaissance du texte lui-même. L’étude de l’ensemble des manuscrits disponibles conduit d’une part, à identifier trois recensions différentes de la Passio Olavi, dont la plus ancienne, la recension I, disponible en deux versions différentes (A et B), remonte à la fin du xiie s. ; les deux autres recensions, qui ne peuvent être considérées comme de simples variantes, datent respectivement de la fin du xive s. et du xve s., illustrant un processus tardif de réécriture dont on n’avait pas jusqu’alors connaissance. Par ailleurs, L. Jirouskova démontre que la Passio et la collection de miracles ne constituent pas un texte unifié, attribuable à l’archevêque Eystein Erlensson, comme on l’estimait généralement. Très hétérogènes sur le plan stylistique, les miracles n’ont pu, estime-t-elle, qu’être progressivement ajoutés à la Passio, en strates successives qu’elle entreprend de distinguer les unes des autres. Ce travail considérable, dont l’érudition force l’admiration, trouve sa concrétisation dans le deuxième volume de l’ouvrage, qui consiste en l’édition critique du texte. Les trois recensions y sont présentées séparément, accompagnées d’un riche apparat critique et d’index fort utiles. Nul doute que cette nouvelle édition critique de la Passio Olavi et des miracles de saint Olaf fera désormais autorité, constituant une base indispensable pour tous les travaux consacrés à l’histoire du saint roi de Norvège ou à l’étude de la sainteté scandinave.

3Loin d’en rester à une approche purement philologique de la Passio Olavi, L. Jirouskova a également pour ambition de contribuer à la connaissance de l’histoire du culte de saint Olaf, de ce qui l’a façonné, de sa diffusion dans l’Europe médiévale et, de manière générale, de ses enjeux. Ce faisant, elle aborde un champ d’études qui a déjà été abondamment labouré, comme en témoignent un certain nombre de travaux déjà anciens au nombre desquels figurent notamment un important ouvrage collectif dirigé par Lars Rumar (Helgonet i Nidaros. Olavskult cult och kristnande i Norden, 1997) ou bien l’étude classique d’Erich Hoffmann sur les saints rois anglo-saxons et scandinaves (Die Heiligen Könige bei den Angelsachsen und den skandinavischen Völkern, Neumünster, K. Wachholtz, [Quellen und Forschungenzur Geschichte Schleswig-Holsteins, 69], 1975). Son originalité est d’aborder ces questions sous l’angle de l’histoire des manuscrits, ce qui la conduit dans trois directions différentes.

4Souhaitant cerner la diffusion du culte de saint Olaf dans l’Europe des xie-xve s., L. Jirouskova convie d’abord son lecteur à un long voyage qui le mène tour à tour en Angleterre, où le culte de saint Olaf est attesté depuis le milieu du xie s. (chap. 6), dans le nord de la France, où l’abbaye d’Anchin a légué à la postérité l’un des principaux manuscrits de la Passio Olavi (chap. 7), en Scandinavie (chap. 8) puis en Allemagne du Nord (chap. 9). Cette enquête d’une grande minutie est indéniablement riche d’enseignements, mettant notamment en évidence une réorientation progressive de la Norvège qui, tournée à l’origine vers l’ouest de l’Europe, et notamment vers une Angleterre à qui elle doit d’avoir été convertie au christianisme, regarda de plus en plus clairement vers le sud, à partir du xiiie s. Mais la méthode choisie touche ici ses limites, le problème principal étant celui de la Norvège qui, bien qu’ayant été le berceau et le cœur du culte de saint Olaf, n’a laissé aucun manuscrit de la Passio Olavi.

5L. Jirouskova entend par ailleurs examiner la construction de la sainteté d’Olaf, au fil d’une étude serrée de la recension I de la Passio et de certains miracles (chap. 10 à 12). Cette plongée au cœur de l’idéologie politique et religieuse de la fin du xiie s. lui permet d’envisager de manière originale les modèles qui ont façonné la sainteté d’Olaf. Alors que la tradition historiographique, dans une belle unanimité, a mis en évidence la prégnance du modèle anglais du saint roi, sans doute importé dès l’origine par les missionnaires anglo-saxons venus en Norvège dans le sillage d’Olaf Haraldsson, L. Jirouskova détecte en effet dans la Passio Olavi les traces d’un autre modèle, celui de la sanctitas monastica, dont il faut rechercher les racines à l’est de l’Europe, et notamment dans les pays de « nouvelle chrétienté », et dans le Saint-Empire. Ainsi la sainteté d’Olaf apparaît-elle comme le résultat de l’hybridation de deux modèles de sainteté.

6Enfin l’enquête se clôt sur une étude très novatrice consacrée au rôle joué par les marchands hanséatiques de la fin du Moyen Âge dans la reconfiguration de l’image de saint Olaf, telle qu’elle est reflétée par les recensions tardives de la Passio Olavi (chap. 13). D’une manière très convaincante, L. Jirouskova met en évidence l’incorporation dans le texte de traditions populaires et orales reflétant la culture et les attentes de ces milieux.

7Servie d’une part, par une érudition sans faille et d’autre part, par une maîtrise irréprochable de la philologie, l’étude de L. Jirouskova apparaît ainsi comme un travail important, qui illustre de manière lumineuse l’intégration de la Norvège dans l’Europe médiévale des xiie-xve s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Coviaux, « Lenka Jirouskova, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier. Text und Kontext der Passio Olavi (mit kritischer Edition) »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 417-419.

Référence électronique

Stéphane Coviaux, « Lenka Jirouskova, Der heilige Wikingerkönig Olav Haraldsson und sein hagiographisches Dossier. Text und Kontext der Passio Olavi (mit kritischer Edition) »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5686

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search