Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusElva Johnston, Literacy and Ident...

Comptes rendus

Elva Johnston, Literacy and Identity in Early Medieval Ireland

Magali Coumert
p. 419-420
Référence(s) :

Elva Johnston, Literacy and Identity in Early Medieval Ireland, Woodbridge, Boydell & Brewer Ltd (Studies in Celtic History, 33), 2013.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Elva Johnston est issu d’une thèse soutenue à Oxford et lui a valu de recevoir l’Irish Historical Research Prize en 2015. L’originalité de sa démarche ne tient pas tant à son thème – les études sur la « literacy », l’écrit et ses usages, ayant montré leur fécondité depuis longtemps pour le haut Moyen Âge (voir par exemple le bilan déjà tiré par Marco Mostert, « Communication, literacy and the development of early medieval society », dans Comunicare e significare nell’alto medioevo, LII atti delle settimane di studio della fondazione centro italiano di studi sull’alto medioevo, Spoleto, 15-20 aprile 2004, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2005, p. 29-55) – mais à l’application résolument comparatiste de cette problématique au cas irlandais. En effet, l’île ne fut jamais intégrée à l’empire romain, les manuscrits du haut Moyen Âge n’y ont pas été conservés et les textes qui y furent produits montrent l’émergence très précoce d’une littérature en langue vernaculaire. Tout en tenant compte de ces spécificités, l’A. se propose d’intégrer l’Irlande à une réflexion générale sur l’écrit aux marges de l’empire d’Occident, traitant aussi la question de l’alphabétisation et des usages linguistiques.

2Ainsi, la première partie de l’ouvrage concerne l’« écrit irlandais dans un contexte antique tardif ». L’A. y considère qu’en raison des contacts continus avec la Grande-Bretagne romaine, l’Irlande peut être étudiée, avant sa christianisation, comme une zone frontière, sujette à d’importantes transformations sociales. Les premières communautés utilisant la communication écrite y apparurent vers la fin du vie s. et l’absence de langue parlée proche du latin permit un développement original, conjoint, de l’écrit en langue latine et en langue vernaculaire. L’A. propose de sortir des dichotomies réductrices entre païen/chrétien, écrit/oral et laïc/ecclésiastique pour étudier les érudits au savoir païen (les « fili », poètes, mais aussi généalogistes, récitants, auteurs…) et le clergé comme des communautés d’une création écrite en contact, partageant le même mépris élitiste pour la culture populaire. Pour étudier ces élites et leur rôle dans la formation d’une identité irlandaise, E. Johnston est partie de l’étude des mentions de la mort de lettrés dans les différentes annales irlandaises, entre 797 et 1002 ap. J.-C. Ces entrées forment le dossier donné en annexe de l’ouvrage et illustrent la cohérence de la démarche face à un corpus bilingue, où la proportion en langue vernaculaire augmente progressivement face au latin.

3La deuxième partie concerne l’île et le monde, en étudiant les réponses irlandaises à l’écrit, entre 600 et 850 ap. J.-C. L’A. y décrit une réalité linguistique irlandaise partagée entre trois langues principales au haut Moyen Âge : l’irlandais parlé, l’irlandais écrit, et le latin. Le privilège des élites était de naviguer entre ces différentes langues et leurs différents registres. Leur réussite est illustrée par certains émigrés prestigieux, comme Colomban († 615). Mais leurs succès n’en font pas des représentants du clergé irlandais dans son ensemble, et leur influence locale fut limitée. Il n’existait par exemple pas de culte insulaire de Colomban. Néanmoins, les « immrama », récits de navigation vers des îles imaginaires reconnaissent le rôle de ces émigrés dans les relations entre l’Irlande et le monde.

4La troisième partie est consacrée aux liens entre l’écrit et les communautés dans l’île, entre 750 et 950. En l’absence de centralisation politique et de vie urbaine, les écrivains d’Irlande répondaient principalement à des problèmes locaux. La vie locale était organisée autour des monastères, où pouvaient résider des moines et leur abbé, mais aussi des prêtres, des évêques, des érudits et de puissants laïcs. Ils étaient à la fois centres de peuplement et d’échanges économiques. Si l’évêque était toujours présent dans la vie religieuse, son rôle était flexible. Il pouvait selon les cas assumer principalement un rôle de pasteur, d’enseignant ou de dirigeant d’un monastère. Les responsabilités religieuses étaient confiées aux branches mineures, ou subordonnées, des familles royales et les élites laïques et ecclésiastiques appartenaient donc aux mêmes familles.

5Cette organisation fut modifiée par les premiers raids vikings, à la fin du viiie s., puis par leur installation permanente après 830. Les Vikings apportaient des éléments étrangers à l’organisation irlandaise : leur paganisme, leur langue différente, mais aussi un mode d’organisation proto-urbain qui transforma en profondeur l’organisation spatiale de l’île : au xie s., les fondations nordiques, rivales des monastères, furent à la base du système diocésain adopté par les réformateurs irlandais. La conversion des Vikings permit leur intégration dans les structures politiques irlandaises, à travers différentes dynasties rivales. Le développement économique du xe s., qui profita davantage aux rois et aux monastères les plus puissants, entraina aussi une transformation de la hiérarchie sociale et politique dont les lois vernaculaires se firent l’écho.

6Le corpus généalogique irlandais concerne plus de 12 000 individus dont la généalogie fut mise par écrit dans les monastères avant le xiie s. Certaines généalogies furent tardivement remaniées, mais dans la plupart des cas, ce corpus a crû par accumulation successive, ce qui fait qu’il peut être étudié pour le haut Moyen Âge. L’A. l’interprète dans le contexte des incursions vikings, comme l’expression d’un sentiment d’appartenance à une gens Scottorum, présente sur l’île et dans la partie occidentale de la Grande-Bretagne (le « Dál Ríata »), mais aussi de hiérarchies renforcées entre différentes familles royales et aristocratiques.

7La quatrième partie est consacrée aux changements des écrits monastiques entre 800 et 1000. L’A. distingue différents types d’auteurs : les sapientes, exégètes ou sages, les doctores, qui combinaient érudition et souci pastoral, ou les scribae issus pour beaucoup de petites communautés ecclésiastiques, ne sont mentionnés que jusqu’au milieu du xe s. Ils disparurent en même temps que les milieux utilisant exclusivement le latin. Cette évolution, à l’intérieur des structures ecclésiastiques, s’opéra progressivement à partir de 800, donnant naissance à des milieux utilisant le latin et l’irlandais. L’essentiel de leurs efforts étaient consacrés à la recréation du passé insulaire, dans une vaste entreprise pseudo-historique développée en réponse à la pression viking. Cet engagement littéraire au sein de la société accompagna une centralisation accrue du pouvoir au sein de certaines Églises.

8La cinquième partie s’intéresse à la circulation des écrits et de la littérature entre 700 et l’an mil. Les récits qui recréent le passé irlandais et l’intègrent dans l’histoire du Salut furent composés dans des monastères. Ils n’hésitaient pas à mettre en avant des héros préchrétiens et ne respectaient pas, sur ce point, les condamnations des Pères de l’Église d’Occident. Ils visaient une réception locale et préféraient les liens de solidarité sociale à la rigueur théologique. Ils aboutirent à une incroyable intégration des traditions païennes, indigènes, dans un cadre chrétien. Cette synchronisation du passé insulaire et des traditions généalogiques avec l’histoire biblique fut le fruit du travail conjoint des clercs et des « fili », qui pour l’A.restèrent deux groupes ayant leur propre identité, même si certains individus pouvaient appartenir aux deux.

9La sixième partie étudie le contexte oral de réception des écrits, qui permit la structuration de communautés autour de l’écriture, de la lecture et de la mémoire.

10Ce texte très dense offre une plongée passionnante dans l’historiographie de l’Irlande. Sur bien des points, l’A. ne peut mentionner qu’en passant les travaux dont elle s’inspire, ou qu’elle réfute. Mais son interprétation générale est séduisante : elle permet de reconnaître la singularité des écrits de l’Irlande du haut Moyen Âge, mais aussi de les lire en lien avec leur époque de rédaction et ses vicissitudes, tout comme avec les choix différents des espaces culturels voisins. Elle offre les bases théoriques pour dépasser les oppositions binaires entre les héritages locaux et chrétiens et mettre en lumière la force créatrice des auteurs du haut Moyen Âge, en Irlande comme ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Coumert, « Elva Johnston, Literacy and Identity in Early Medieval Ireland »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 419-420.

Référence électronique

Magali Coumert, « Elva Johnston, Literacy and Identity in Early Medieval Ireland »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5689

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search