Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusTérence Le Deschault ade Monredon...

Comptes rendus

Térence Le Deschault ade Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350

Christian Davy
p. 424-425
Référence(s) :

Térence Le Deschault ade Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350, Paris, Picard (Espaces médiévaux), 2015.

Texte intégral

1Le livre de Térence Le Deschault de Monredon est issu de la thèse qu’il a soutenue sous la direction de Jean Wirth à l’université de Genève. Ce serait une erreur de dire que cette publication passerait inaperçue, tant le sujet constitue l’un des thèmes de recherche actuel de l’histoire de l’art médiévale. En effet, malgré l’intérêt des érudits de la fin du xixe s., ce n’est qu’à partir de la décennie 1980 que l’attention s’est de nouveau portée sur les décors « civils ». Disons d’emblée que ce livre a sa place dans toute bibliothèque consacrée à la civilisation médiévale, même si quelques points prêtent à discussion.

2L’A. a choisi un parti de présentation original en passant du genre monographique à l’étude synthétique pour aboutir à un essai chronologique qui se veut de référence. Pour cela, il a organisé son discours en quatre parties, divisées en onze chapitres.

3Une fois calées les limites géographiques et chronologiques, l’A. s’attache au contexte des œuvres (p. 17-55) en abordant les techniques, les supports des peintures, les différents types de décors retenus, d’édifices, d’organisations et de situations du décor et de ses images. Il étudie dans sa deuxième partie (p. 57-103) un ensemble qu’il considère comme emblématique de la production repérée : le décor de la tour Ferrande à Pernes-les-Fontaines, même s’il le qualifie « d’exception » dans le titre du chapitre 4. Alors que les études précédentes laissaient un certain goût d’inachevé, la sagacité de l’A. lui permet d’identifier un exemplum rarement exploité en peinture murale le « Tir sur le père mort » et de proposer une lecture complète qui hiérarchise les niveaux de message exprimés à travers des images dont l’organisation spatiale s’avère complexe. L’A. désigne Barral II des Baux comme commanditaire de ce décor à la fois commémoratif, familial, religieux et politique.

4Dans la troisième partie (p. 105-211), l’A. présente les thèmes iconographiques repérés en France, ainsi que quelques autres soupçonnés d’y avoir été peints et rencontrés dans des demeures construites dans des pays limitrophes ou dans des églises. Ce répertoire présente peu de surprises pour le spécialiste, mais l’enseignement qu’en tire l’A. est instructif. Les scènes de guerres contre les infidèles précèdent les scènes de confrontation de cavaliers illustrant guerres féodales ou tournois. Dans ces face-à-face, l’A. y voit un positionnement politique des lignées familiales par rapport aux plus puissants qu’elles, notamment face aux Capétiens dans une France du sud où est conservée la majorité des sites étudiés. L’A. qualifie les autres thèmes de « non guerriers » pour opposer ces deux sources d’inspiration des commanditaires. Il y distingue la chasse à courre, qui reste un exercice pour guerriers, de la chasse au vol, qui ouvre sur des activités moins dangereuses et sur des postures liées à la vie sociale courtoise, à laquelle il rattache musique, danse et scènes de fine amor. Notons que la spécificité de la peinture murale ressort ici, car l’A. attendait un plus grand nombre de ce type d’images au regard de leur fréquence dans d’autres arts décoratifs. Viennent ensuite l’hagiographie, les scènes morales issues d’exempla et les allégories. Malgré la faiblesse des informations concernant les commanditaires, ce classement permet à l’A. de distinguer les thèmes favoris de l’aristocratie, qu’elle soit haute ou basse, et de la riche bourgeoisie des villes, sans toutefois omettre la question de leurs attachements ou de leurs proximités avec le monde religieux.

5Dans la quatrième partie (p. 213-284), l’A. construit une chronologie des décors étudiés. Pour ce faire, il s’appuie sur une analyse des informations fournies par l’archéologie, les textes, l’armement et les costumes qu’il confronte à l’étude stylistique des peintures. Cette démarche aboutit à une suite de six séquences chronologiques des quelque 55 décors de son corpus. La durée de plus en plus restreinte de celles-ci est notamment due à l’augmentation qualitative des informations rassemblées. La première séquence couvre la période du xie s. au début du xiiie s. Il est à remarquer ici que l’A. appartient à ce courant minoritaire qui cherche à dater haut dans le temps les peintures murales romanes. La typologie de l’armement permet de distinguer la période des années 1220-1260 de la suivante qui correspond au dernier tiers du xiiie s. Enfin, la première moitié du xive s est divisée en trois par le style avec le changement de canon des figures humaines, par la vision nouvelle de la nature, enfin par l’évolution de la mode vestimentaire. Malgré la disparité des critères, l’organisation chronologique paraît satisfaisante.

6La connaissance de la civilisation médiévale progresse assurément avec la publication de cet ouvrage. C’est pourquoi il importe de faire ici trois remarques. La constitution du corpus apparaît relativement homogène malgré des incertitudes en marge : fallait-il retenir Beaugency dont la peinture ornait peut-être un oratoire dans une autre étude ? La « maison » d’Amboise, avec son exceptionnelle voûte peinte, en est-elle réellement une ? Signalons au passage que la dendrochronologie que lui attribue l’A. concerne l’immeuble mitoyen. La deuxième remarque porte sur l’illustration. Si l’apport de l’ouvrage est indéniable, celui-ci aurait eu un poids supplémentaire avec une meilleure réflexion sur le choix et la qualité des images à reproduire. En effet, nombre d’entre elles sont insuffisamment lisibles pour que le lecteur ait les moyens d’analyser les arguments de l’A. Ainsi, il aurait été intéressant de voir et d’avoir l’explication de l’anomalie constatée dans la représentation des lances de la principale scène de tournoi peinte à la Vauguyon, à Chinon : sont-elles rompues ? Sont-elles d’un autre type que ceux présentés dans le texte ? Quels enseignements en tirer ? La troisième remarque s’attache à la précision. L’A. explique les limites du corpus dans le corps du texte, mais le titre de l’ouvrage n’en rend pas compte. Le lecteur ne peut d’emblée savoir que le décor ornemental, également représentatif des choix esthétiques des commanditaires, est écarté. Reste que la riche étude de T. Le Deschault de Monredon permet de saisir l’une des images que se font d’eux-mêmes l’aristocratie et les riches notables et de retracer l’évolution de celle-ci sur trois siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Davy, « Térence Le Deschault ade Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350 »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 424-425.

Référence électronique

Christian Davy, « Térence Le Deschault ade Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350 »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5698

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search