Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Comptes rendusJudith Olszowy-Schlanger, Hebrew ...

Comptes rendus

Judith Olszowy-Schlanger, Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: a Diplomatic and Palaeographical Study

Saverio Campanini
p. 429-430
Référence(s) :

Judith Olszowy-Schlanger, Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: a Diplomatic and Palaeographical Study, Turnhout, Brepols (Monumenta paleographica medii aevi: Series hebraica), 2016, 2 vol.

Texte intégral

1En présentant ce livre destiné à faire époque, Colette Sirat a justement et sans emphase évoqué les mots de Marc Bloch qui avait noté comme en 1681, année de la publication du De re diplomatica du bénédictin de la congrégation de Saint-Maure Jean Mabillon, que cela marquait « une grande date dans l’histoire de l’esprit humain ». À la différence du De re diplomatica, qui se compose d’une partie théorique et d’une sélection de specimina de provenance et époque très différentes, ce que Judith Olszowy-Schlanger, qui avait déjà publié un volume dédié aux manuscrits hébreux de l’Angleterre médiévale, offre ici c’est le corpus complet des documents d’archive en hébreu (entièrement ou en partie) remontant au dernier des deux siècles de présence juive en Angleterre au Moyen Âge (1066-1290). Ce genre de documents, en parchemin et en bois (les tailles) sont connus depuis longtemps et ont fait l’objet de plusieurs publications, à partir de Davis (1888), en passant par l’important recueil de Loewe – Stokes – Abrahams (1930) jusqu’aux découvertes plus récentes (comme Porman, 2004). La valeur de cette œuvre monumentale va bien au-delà du simple fait, pourtant extraordinaire, d’avoir catalogué, ordonné, présenté, traduit et étudié dans son ensemble le corpus en question. Ce qui n’avait jamais été étudié, c’est justement l’aspect paléographique (présenté ici avec une exactitude, une précision et une assurance absolues) et diplomatique (en ajoutant aux dimensions juridiques latines, essentielles pour comprendre le contexte de chacun de ces documents, la partie, bien moins connue, qui se réfère au droit talmudique et aux pratiques légales rabbiniques) présentés selon les standards les plus hauts et les plus avancés de ces disciplines, constituant en soi un modèle pour chaque recherche future. On peut imaginer aisément une continuation de cette entreprise pour d’autres régions européennes, je pense en particulier à la Catalogne et à la Sicile, pour ne nommer que deux exemples, mais la diplomatique hébraïque aura rejoint sa pleine maturité quand on pourra saluer la publication intégrale du corpus des documents juridiques fragmentaires de la genizah du Caire. En vue de ce but lointain, le présent travail en offre une base très solide.

2Le corpus comprend 316 documents, dont 258 contrats sur parchemin et 58 tailles en bois, recouvrant une période d’un peu plus d’un siècle, des deux dernières décennies du xiie s. jusqu’à l’expulsion. Le critère adopté pour l’inclusion dans le recueil est très simple : il faut que l’écriture hébraïque y apparaisse sur la totalité ou sur une partie du document. La partie introductive, qui précède le corpus proprement dit, dans lequel chaque document est reproduit à très haute définition et, pour les documents à trois dimensions comme les tailles, de plusieurs perspectives, est décrit de façon exhaustive, transcrit dans la langue originale et traduit, est organisée de façon très claire : après une introduction générale dédiée à l’histoire, au statut légal et à la production de documents hébreux dans l’Angleterre médiévale, un chapitre est consacré à la description du corpus, aux collocations actuelles à l’état de conservation et à l’histoire de la recherche sur ce genre de document. Il s’ensuit un chapitre dans lequel les documents dans leur apparence sont décrits selon une pluralité de points de vue : de l’aspect matériel à la mise en forme du texte légal, des moyens d’authentification (signatures, chirographes coupés et seaux) jusqu’aux méthodes employées pour effacer une ou plusieurs lettres sans compromettre la validité du document. Le quatrième chapitre est dédié aux aspects plus strictement paléographiques, de grande valeur, analysant en détail non seulement les caractères distinctifs des écritures ashkénazes qu’on trouve dans le corpus, mais aussi en reconnaissant le style scribal d’un certain nombre de copistes et en profitant du fait que ces documents, ce qui est évident, sont datés et localisés avec la plus grande précision, arrivant même à reconnaître des traits spécifiques selon les villes de provenance des copistes (Norwich, Nottingham, Canterbury et Lincoln).

3Parmi les contributions les plus enrichissantes de cet ouvrage, qui est un véritable écrin des trésors pour les paléographes non moins que pour les historiens, il faut citer le cinquième chapitre, consacré aux aspects linguistiques du corpus, au plurilinguisme qui est un caractère très marqué de la collection, mais surtout aux particularités de l’hébreu qu’on lit dans ces contrats, avec une étude exhaustive du lexique hébreu et araméen non moins que des emprunts du français, du latin et de l’anglais qu’on y trouve souvent.

4Le dernier chapitre de la partie générale contient le traitement, qui est destiné à devenir le standard pour chaque étude future, des aspects diplomatiques du corpus dans son ensemble. Les types de transactions registrées dans le corpus sont analysés et étudiés à partir des formules juridiques qui le caractérisent. Ce qui émerge très clairement de cette étude systématique c’est que ces documents, bien que rédigés en leur majorité en hébreu ne sont jamais la trace d’une transaction ou d’un acte de signification juridique purement interne : ils sont plutôt toujours le résultat et, au même temps, la preuve documentaire, du statut légal des juifs en Angleterre aux xii-xiiie s. Dès que les juifs étaient strictement liés à la figure du roi et en servaient la politique de concentration du pouvoir étatique entre les mains du monarque, contre les multiples autonomies locales et les juridictions concourantes d’autres sujets civiles et ecclésiastiques, cette tutelle se montre de façon on ne pourrait plus claire dans l’institution des archives notariées et dans la préservation pénible de chaque pièce d’évidence juridique de la part de l’administration royale.

5Le volume est enrichi par plusieurs apparats, index, listes chronologiques et des lieux et par une bibliographie virtuellement complète non seulement sur l’histoire du corpus, mais sur son utilisation pour écrire l’histoire de la présence juive en Angleterre au Moyen Âge. L’A. ne manque pas de remarquer que le massacre des juifs de York de 1190 n’était pas seulement l’explosion d’une violence anti-juive féroce à l’époque des Croisades. Il s’agissait aussi d’une révolte contre l’expansion du pouvoir royal, dès que les juifs étaient perçus comme agents de sa politique de centralisation et de ses conséquences fiscales. Preuve en est le fait que les émeutes auront aussi pour conséquence la destruction de plusieurs registres de dettes et de diverses sortes d’obligations ayant des juifs pour contreparties jusqu’à cette date fatale. En fait, c’est à partir de 1190 que la collection des documents juridiques stipulés par les juifs devient plus systématique et est confiée aux archives locales, ce qui en a permis la préservation jusqu’à présent. L’expulsion des « juifs du roi », selon la formule tout à fait correcte employée par Robin Mundill (The King’s Jews. Money, Massacre and Exodus in Medieval England, New York/Londres, Continuum, 2010) avait parmi ses causes les plus immédiates, outre les changements dans la politique royale qui s’annonçaient déjà dans les vexations des juifs accusés de dévaluer la monnaie, l’intention du roi Eduard I d’abolir, de façon brutale, la dette publique. Les documents, pourtant, restent, comme un remords dans la conscience et comme un regret pour une époque révolue, qui en rétrospective apparaît comme une convivence civile, mais qui se révèle, dans la collection magistrale que nous offre J. Olszowy Schlanger, fondée sur un équilibre précaire entre religions, langues et traditions juridiques, non moins fragile d’une humble taille de bois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saverio Campanini, « Judith Olszowy-Schlanger, Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: a Diplomatic and Palaeographical Study »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 429-430.

Référence électronique

Saverio Campanini, « Judith Olszowy-Schlanger, Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: a Diplomatic and Palaeographical Study »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5710

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search