Navigation – Plan du site

AccueilNuméros240Notice d’un nouveau fragment de l...

Notice d’un nouveau fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne conservé à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford

A Remark on a New Fragment of the Naissance du chevalier au cygne Preserved in the Bodleian Library, Oxford
Chiara Concina
p. 367-381

Résumés

Le manuscrit fr. d. 18 de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford est un recueil de pièces d’époques différentes qui contient quatre fragments en parchemin du xiiie et du xive siècle provenant de reliures. Nous avons ici choisi de décrire, d’analyser et de donner l’édition du plus long et mieux conservé de ces quatres fragments, qui transmet un passage de 166 vers de la Naissance du Chevalier au Cygne, chanson de geste en laisses d’alexandrins qui remonte à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle. Ce poème, qui constitue la première branche du Cycle de la Croisade, refaçonne le conte folklorique des enfants-cygnes, indépendant à l’origine, et le rattache à la légende du chevalier au cygne Elias, l’ancêtre légendaire de la maison de Bouillon. On connaît trois rédactions de ce poème : Elioxe, dans laquelle le conte originaire est encore assez visible ; Beatrix, qui est la version la plus répandue, dans laquelle le récit folklorique a été remanié pour mieux s’inscrire dans le Cycle de la Croisade ; et une rédaction hybride, dite Elioxe-Beatrix, qui mélange les deux premières versions. Le texte de notre fragment est très proche de celui du ms. 3139 de la Bibliothèque de l’Arsenal de Paris (sigle G), qui contient la version Elioxe-Beatrix. La scripta et la versification du fragment d’Oxford montrent qu’il a été copié dans le domaine anglo-normand, mais que le scribe a dû reproduire assez fidèlement son modèle, du moment que les traits insulaires et les altérations métriques ne sont pas très nombreux.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 – ms. fr. d. 18, f. 43r, © The Bodleian Libraries, University of Oxford.

Fig. 1 – ms. fr. d. 18, f. 43r, © The Bodleian Libraries, University of Oxford.

© The Bodleian Libraries, University of Oxford

  • 1 Mary Clapinson et Tim D. Rogers (éd.), Summary Catalogue of Post-Medieval Western Manuscripts in th (...)

1Le manuscrit fr. d. 18 de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford est un recueil composite dont les pièces ont été rassemblées à des époques différentes. Ce volume fait partie de la collection des manuscrits en français acquis après 1887 dont la reliure a été conçue pour recevoir des feuilles volantes et des lettres qui ont pu être ainsi insérées au fur et à mesure de leur acquisition. Or le catalogue imprimé, le Summary Catalogue, ne donne que des renseignements très synthétiques sur le contenu de ce recueil, et se limite à indiquer que les pièces qui en font partie datent du xiiie au xxe siècle, en signalant la présence de lettres autographes, qui forment l’essentiel de ce petit florilège hétérogène. De plus, la fiche disponible aujourd’hui en ligne ne mentionne que de façon assez vague la présence dans cette collection de trois fragments médiévaux1.

  • 2 Deux languettes en parchemin du xive s. (29 × 154 mm et 27 × 152 mm), provenant du même feuillet et (...)
  • 3 Fragment en parchemin, au bords très irréguliers, comprenant deux morceaux fragmentaires collés ens (...)
  • 4 Deux languettes en parchemin du xive s. aux bords irréguliers, appartenant à un même feuillet (37/4 (...)

2Un examen direct du ms. fr. d. 18 a permis de relever l’existence non pas de trois mais de quatre fragments en parchemin ; ceux-ci proviennent de reliures et n’avaient été signalés jusqu’ici, avec quelques détails supplémentaires, que dans le catalogue dactylographié – inédit – de la Bibliothèque, disponible sur place. Ce sont des fragments tirés d’ouvrages (et de manuscrits) différents : 1) d’un texte non identifié d’un poème pieux ou d’une traduction de la Bible (f. 40-41)2 ; 2) de la Naissance du Chevalier au Cygne (f. 43) ; 3) des Vœux du Paon de Jacques de Longuyon (f. 144)3 ; 4) du Lucidaire en vers de Gillebert de Cambres (f. 178)4.

Le fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne du manuscrit d’Oxford

  • 5 Neil R. Ker, Fragments of Medieval Manuscripts Used as Pastedowns in Oxford Bindings : with a Surve (...)

3Nous avons choisi de nous pencher sur le fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne parce qu’il est le plus ancien, le plus long et le mieux conservé de cet ensemble. Il semble avoir servi comme feuillet de garde d’un imprimé. On sait en effet qu’il a été légué en 1955 par le médiéviste et paléographe Neil Ripley Ker (1908-1982), auteur de nombreux ouvrages de catalogage des manuscrits d’Oxford, qui a notamment travaillé sur les fragments de manuscrits tirés des anciennes reliures des imprimés conservés dans les bibliothèques d’Oxford. Le fragment de la Naissance ne figure pas dans son recensement des Fragments of Medieval Manuscripts Used as Pastedowns5, publié en 1954. En 1955, N. Ker l’a donné à la Bodléienne, selon l’indication qui figure dans le catalogue dactylographié.

Description du fragment

  • 6 Cette mise en page permettrait de supposer que le fragment faisait partie d’un manuscrit cyclique.

4Un feuillet de 221 × 136 mm. ; marge supérieure et marge extérieure amputées ; marge inférieure de 27 mm ; marge intérieure de 10/11 mm Au verso du feuillet (côté poil), à l’extrémité de la marge intérieure, sont encore visibles les lettres d’attente « e » et « m », qui n’ont pas été grattées. Texte sur deux colonnes6, avec perte d’au moins une ou deux lignes de texte en tête de chaque colonne, à cause de l’ébarbage subi par la partie supérieure du feuillet. Au recto, quarante et une lignes conservées par colonne ; au verso, quarante deux lignes conservées par colonne ; en fin de ligne un point signale la fin de chaque vers.

5Le milieu du feuillet (correspondant à la partie qui a dû se trouver collée sur le dos de la reliure qui l’abritait) est froissé et abîmé avec de petites pertes de parchemin. Réglures à la mine de plomb, doubles en début de colonne et simples en fin de colonne. Justification de la colonne (dans l’état actuel) d’environ 196 × 72 mm ; sur la gauche de chaque colonne de texte, la réglure délimite deux colonnes plus petites de 196 × 5 mm, dont la première est occupée par les lettres initiales des vers.

  • 7 Je tiens à remercier Roberta Capelli pour ses conseils sur la datation du fragment.

6Écriture gothique insulaire du xiiie siècle (après 1250) d’une seule main assez soignée7. Au début de chaque laisse, lettrines peintes en rouge ou en bleu, sans décoration ni ornementation, et dont le corps occupe deux unités de réglure.

La place du fragment d’Oxford dans la tradition manuscrite du texte

  • 8 Suzanne Duparc-Quioc, Le cycle de la croisade, Paris, Honoré Champion (Bibliothèque de l’École des (...)
  • 9 À ce sujet voir en dernier lieu Georges Duby, « Remarques sur la littérature généalogique en France (...)
  • 10 Sur les procédés et les stratégies d’intégration de la Naissance au sein du Cycle de la Croisade : (...)

7La Naissance du Chevalier au Cygne fait partie du Cycle de la Croisade et a été très probablement rédigée après les branches de ce cycle qui en constituent en réalité la suite (comme, par exemple, le Chevalier au Cygne)8. Cette œuvre a été conçue, d’après une « mode généalogique » assez répandue au Moyen Âge9, pour doter le lignage de Bouillon d’une ascendance mythique et féérique, tout en expliquant les origines du chevalier qui fera son apparition sur une barque remorquée par un cygne et épousera la fille de la duchesse de Bouillon. La Naissance, composée pour devenir la toute première branche du cycle10, puise à la source des contes folkloriques l’histoire des enfants-cygnes, pour l’adapter et l’inscrire dans les thèmes guerriers de la croisade, en retraçant ainsi à rebours la biographie d’Elias, l’ancêtre légendaire de la maison de Bouillon.

  • 11 Claude Lecouteux, Mélusine et le Chevalier au Cygne, Paris, Payot (Le regard de l’histoire, 33), 19 (...)
  • 12 Mais des schémas narratifs similaires se retrouvent aussi ailleurs, voir, par exemple, les observat (...)
  • 13 Gaston Paris, compte rendu de l’éd. Todd : La naissance du Chevalier au cygne ou les enfants changé (...)

8Le récit a pour objet le mariage d’un homme mortel avec une femme d’origine féérique, la naissance de sept enfants-cygnes11, leur enlèvement par la belle-mère jalouse de la fée et, enfin, le dénouement de l’action, rendu possible par la seule fille parmi ces enfants-cygnes, qui leur permet de reprendre leur forme humaine et de retrouver leurs parents. Ce récit dérive très probablement d’un conte populaire de la Lotharingie, indépendant à l’origine12, dont Gaston Paris en premier a identifié quatre versions13.

  • 14 Voir Johannes de Alta Silva, Dolopathos sive De rege et septem sapientibus, A. Hilka (éd.), Heidelb (...)
  • 15 « Hic est cignus de quo fama in eternum perseuerat quod cathena aurea militem in nauicula traxit ar (...)

9La première version de la légende, considérée comme assez proche de l’intrigue originelle, figure dans l’un des contes latins du Dolopathos de Jean de Haute-Seille (entre 1184 et 1212), qui a ensuite été traduit en vers français par Herbert (ca 1222-1225)14. Celui-ci, à la différence de son modèle, mentionne de façon beaucoup plus explicite le lien qui existe entre la légende des enfants-cygnes et la maison de Bouillon15.

  • 16 Ici et par la suite on utilise toujours les sigles des manuscrits établis par Geoffrey H. Myers dan (...)
  • 17 Jeanne Lods, « Encore la légende des enfants-cygnes : version courtoise et version pseudo-épique, é (...)
  • 18 Pour le traitement et la christianisation du surnaturel dans Elioxe, on peut consulter l’étude de J (...)
  • 19 G. Paris (art. cit. n. 13), p. 319-320.
  • 20 Jeanne Lods, « L’utilisation des thèmes mythiques dans trois versions écrites de la légende des enf (...)
  • 21 Cette version a été publiée pour la première fois par C. Hippeau sur la base du ms. Paris, BnF, fr. (...)
  • 22 Une réflexion sur la défonctionnalisation progressive du récit mythique des enfants-cygnes est offe (...)

10La deuxième et la quatrième version (selon l’ordre établi par G. Paris) du récit folklorique se trouvent dans deux rédactions différentes de la Naissance du Chevalier au Cygne, dites version Elioxe et version Beatrix, d’après le nom de la mère des enfants. Elioxe date de la fin du xiie siècle ou du début du xiiie, et nous a été transmis par un seul manuscrit (Paris, BnF, fr. 12588 ; sigle A)16. Dans cette version, que J. Lods a définie comme « courtoise »17, l’élément surnaturel et l’élément féminin (la fille qui rachète ses frères) du conte primitif sont encore visibles18. Selon G. Paris, cette rédaction exploite la même source que le Dolopathos19, tandis que pour J. Lods, c’est le Dolopathos qui doit être considéré comme la source directe d’Elioxe20. La version Beatrix21, dite aussi « pseudo-épique », a été conservée par plusieurs manuscrits (voir infra) et représente, comme on l’a souvent noté, un remaniement ultérieur, dans lequel les éléments du récit mythique originaire ont été complètement défonctionnalisés et rationalisés22, pour mieux s’accorder à la branche suivante du cycle, celle du Chevalier au Cygne. En effet, le merveilleux ne trouve plus de place dans Beatrix. On assiste, en outre, au choix d’une version masculine de l’histoire, qui substitue à l’héroïne du conte archétypal l’un des frères (qui se révélera être Elias lui-même), destiné à sauver les autres et à devenir le chevalier au cygne. Il faut ajouter que, même si G. Paris supposait Beatrix postérieur à Elioxe, la datation exacte de cette version (qui remonterait elle aussi à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle), et la question de son antériorité ou de sa postériorité par rapport à Elioxe, restent problématiques.

  • 23 La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, P. de Gayangos (éd.), (...)
  • 24 G. Paris (art. cit. n. 13), p. 320-321.

11Enfin une dernière version, dite Isomberte, est conservée comme interpolation dans la Gran Conquista de Ultramar23, vaste compilation historique espagnole remontant à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle. Pour G. Paris, cette rédaction, qui a beaucoup de points communs avec Beatrix, mais qui entremêle au récit des enfants-cygnes le récit de la fille aux mains coupées, dériverait d’un modèle français qui n’a pas été conservé24.

  • 25 On ne donne ici que la liste des témoins (complets ou fragmentaires) qui contiennent la version Bea (...)

12Le fragment de la Bodléienne contient 166 vers de la partie finale de la version Beatrix (l’épisode, absent d’Elioxe, du combat entre Elias et Hondrés, lors du siège du château de Matebrune). Le texte de la rédaction Beatrix, qui a été sans doute la plus populaire parmi celles qui sont connues, nous a été transmis en effet par un nombre non négligeable de manuscrits, qui contiennent souvent, de façon plus ou moins complète et homogène, également les autres branches du Cycle de la Croisade25 :

  • 26 Emanuel J. Mickel et Jan Nelson, « BM Royal 15 E VI and the Epic Cycle of the First Crusade », Roma (...)
  • 27 Sur ce manuscrit voir aussi Robert F. Cook et Peter R. Grillo, « Un manuscrit composite de cycle ép (...)
  • 28 Cette mise en prose, rédigée au xiiisiècle, a été publiée en appendice à l’éd. d’Elioxe donnée pa (...)
  • 29 Ce manuscrit a été endommagé dans l’incendie de la bibliothèque en 1904. Le fragment de Beatrix a é (...)
  • 30 Ce fragment a été étudié par G. Hasenohr, qui a démontré, d’une part, qu’il s’agit du plus ancien t (...)
  • 31 Il s’agit aussi dans ce cas d’un fragment provenant d’une reliure, qui présente, à un tout premier (...)

131) Paris, BnF, fr. 786 (B), Tournai, moitié ou seconde moitié du xiiie s., f. 92r-105r ;
2) Paris, BnF, fr. 795 (C), Picardie (?), fin du xiiie s., f. 11r-26r ;
3) Paris, BnF, fr. 1621 (D), France (Nord-Est), moitié du xiiie s., f. 1r-10r (acéphale, le texte de Beatrixcommence au v. 1487 de l’éd. Nelson) ;
4) Paris, BnF, fr. 12569 (E), Picardie (?), moitié ou seconde moitié du xiiie s., f. 1r-20v ;
5) Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3139 (G), Nord-Est de la Picardie (?), 1268, f. 1v-28r ;
6) London, British Library, Royal 15 E VI (H), Angleterre, ca 1445, f. 320r-325r26 ;
7) London, British Library, Add. 36615 (I), Normandie du Sud, fin du xiiie/début du xive s., f. 1r-8v (fragmentaire, ne contient que la partie initiale du texte)27 ;
8) Paris, BnF, fr. 781 (P), Picardie, fin du xiiie/début du xive s., f. 1r-4r (mise en prose abrégée du xiiie s.)28 ;
9) Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, ms. L-III-25 (T), France (Nord-Est), fin du xiiie s., f. 1-3 (fragment, correspondant aux v. 2500-3054 de l’éd. Nelson)29 ;
10) Montréal, McGill University, Mc Lennon Library, 145, Champagne, entre 1201 et 1225, fragment de deux feuillets (v. 2452-2498 et 2971-3074 de l’éd. Nelson)30 ;
11) Cambridge, University Library, Add. 2682, Angleterre, xiiie s., fragment d’un feuillet (v. 26-33, 101-108, 113-130, 172-197 et 242-259 de l’éd. Nelson)31.

  • 32 Cf. The Old French Crusade Cycle, vol. 1 (op. cit. n. 16), p. lxxxxviii-lxxxxix.

14Il faut en outre préciser que B est le manuscrit de base et que E est celui de contrôle de l’édition de J. Nelson, que les manuscrits C et H montrent une tendance évidente à abréger le texte (même s’ils opèrent selon des critères différents), et surtout que les manuscrits T, G et I témoignent en réalité d’une version hybride, dite Elioxe-Beatrix32, dans laquelle la partie initiale du récit d’Elioxe est modifiée et remaniée pour être rattachée à la version Beatrix.

15En ce qui concerne les rapports entre les manuscrits, la préface à l’édition de J. Nelson et J. Mickel les répartit en trois grandes familles : BE, CGIT (avec C d’un côté et GIT de l’autre) et DH.

  • 33 Nous nous sommes fondée sur les leçons communes (et non pas sur les fautes) parce que la tradition (...)

16Nous avons collationné le texte du fragment d’Oxford avec celui de l’édition de J. Nelson (qui représente la famille BE) et avec les autres manuscrits qui préservent la section du texte conservée par notre fragment, c’est-à-dire C, D, G et H. Ce fragment d’Oxford, tout en contenant des lectiones singulares, partage un nombre considérable de leçons communes avec les manuscrits du deuxième groupe (CGIT)33, et surtout avec G. On se limitera ici à donner deux exemples parmi les plus significatifs, où G et notre fragment transmettent des variantes et des vers en plus, qui manquent dans le reste de la tradition :

17a) Laisse 102 : ces vers manquent dans C ; DH sont proches de BE, et G et le fragment partagent des leçons qui ne figurent pas dans le reste de la tradition et ajoutent un vers à la fin de la laisse :

Fragment d’Oxford, v. 79-81
Ore pensez de bien fere ke jo ai ci [...]
Lors s’en torne li angles, n’i ad pl [...]
Elÿas saut en piez, si a Deu reclamé

G, f. 23rb
Or pense del bien faire que j’ai ci trop estét
Lors s’en torne li angles, n’i a plus demorét
Elÿas saut en piés, si a Dieu reclamét

éd. Nelson, v. 2267-68
Or pense del bien faire, j’ai ci assés esté.
A Jhesu te coumanc ki t’a fait et formé.

18b) La laisse 105 manque dans CH, la leçon de D est proche de BE, tandis que les variantes de G et de notre fragment (ainsi que la longueur de la laisse dans ces deux manuscrits) sont très proches :

Fragment d’Oxford, v. 95-100
[...]nt otrié ço ke Elÿas a dit.
[...] des meillors granz unt d'one par eslit
[...]rt en ad unze de cels ke sunt petit
[...]unt bien armez trestoz sanz contredit
[...]s e des chevals ainz n’i ot nul respit
[...] Dés al dreit, Filz e Seint Esperit.

G, f. 23va
Trestout ont otriiét çou qu’Elÿas a dit.
Les .x. millors des autres ont d’une part eslit
D’autre part en a .vii. de ceus qui sont petit
Moult par sont bien armét trestout sans contredit
D’armes et de cevaus ainc n’i ot nul respit
Or en soit Dex al droit et li Sains Esperis

éd. Nelson, v. 2291-2303
Trestout ont otroié cou qu’Elias a dit.
Li .viii. millor des grans sunt d’une part eslit,
D’autre part en ot .vii. de ceus qui sunt petit.
Des .viii. grans vous dirai les nons sans contredit :
Li .i. ot non Guillaume si con l’estore dit,
Et li autres Jehans par son droit non escrit,
Li tiers a non Henris cil qui onques ne rist,
Et li quars a non Hue et li quins Marlevit
Et li sistes Nicoles qui maint bel sens aprist,
Et li siemes Gautiers, ainc outraje ne fist ;
Li wimes Galïens, le nombre parfurnist.
Armé sunt de lor armes li cevalier eslit,
Si montent es cevaus et sans noise et sans crit.

La scripta du fragment

  • 34 Pour la langue on fera référence à Mildred K. Pope, From Latin to Modern French, with especial cons (...)

19La scripta du fragment montre qu’il a sans doute été copié dans le domaine anglo-normand. Il est toutefois intéressant de remarquer que le scribe a suivi son modèle sans trop l’altérer, du moment que les traits insulaires, que nous signalons par la suite, ne sont pas très nombreux34 :

  • u pour o/ou dans toutes les positions : aiderunt (v. 78), cumbatre (v. 72), duné (v. 137), dunt (v. 15, 20 et 151), duze (v. 35), lur (v. 103), respunt (v. 5, 59 et 110), sunt (v. 11, 16, 97, 103, 115, 116, 118, 120 et 140), unke (v. 163), unt (v. 61, 74, 96, 121, 134 et 156), unze (v. 92 et 97) ;

  • graphie ei pour oi (Pope, § 225-228) dans dreit (v. 43, 100 et 107), fei (v. 6) ;

  • graphie e pour ei (Pope, § 1158 ; Short, § 12.2) dans redde, reddes (< rǐgǐda, v. 20 et 102), qui se retrouve souvent dans les manuscrits anglo-normands35 ;

    • 36 Voir, par exemple, des cas analogues dans Poème anglo-normand sur l’Ancien Testament, I : Études, n (...)

    forme avec graphie inverse dans deliez (v. 30), qui s’explique par la réduction de la diphtongue ie en anglo-normand (Short, § 12.2)36 ;

  • la diphtongue ue notée oe (Short, § 10.1) dans estoert (v. 154), hoem (v. 161) ;

  • la graphie dialectale poi (< paucu, v. 129 et 132 ; Short, § 5.3 et 13.1) ;

  • réduction des voyelles en hiatus et apparition de semi-consonnes de transition (Pope, § 1132, 1171 et 1287-1288 ; Short, § 19.2) : espeie (v. 15, 138 et 151 ; espeies, v. 119) ; eussent (v. 157, dans ce cas l’amuïssement de e en hiatus est garanti par le décompte des syllabes) ;

  • aun pour an, qui témoigne de la vélarisation de la voyelle devant une nasale, lorsqu’elles se trouvent dans la même syllabe : haunte (< hasta, v. 20 ; Pope, § 1152) ; ce phénomène peut aider davantage à la datation de notre copie, sachant qu’il ne devient courant dans la scripta anglo-normande qu’à partir du milieu du xiiie siècle (Short, § 1.6) ;

    • 37 Paul Meyer, « Phonétique française : an et en toniques », dans Mémoires de la Société de Linguistiq (...)

    aux laisses xcix et cvi en assonne avec an, comme dans les séries : denz : pesant : parent : tenant (v. 10-13), verdiant : atent : comant : hardement : ignelement : comant (v. 30-35), flambisanz : aidantz : hardemenz : Feranz : pe[n]sanz (v. 102-107), etc. ; ce mélange, qui n’est pas très répandu dans le domaine anglo-normand, qui d’habitude ne confond pas an et en (Pope, § 1152), se retrouve, à partir du Roland d’Oxford (Short, § 68 et 73), un peu partout dans les chansons de geste assonancées37 ;

    • 38 Le mélange ei/ai témoigne du processus de réduction des diphtongues en anglo-normand : Georges Lote (...)

    l’assonance de la laisse c témoigne, dans un cas, du mélange entre ai et ei38(Short, § 11.9), puisqu’on trouve orend[reit] en assonance avec plest : [eit] (< habeat) : tr[eit] : [fet] (< factum) (v. 56-60) ;

  • maintien de la consonne dentale caduque finale (Pope, § 1210) : ad (< habet), od (< apud) ;

  • d au lieu de t en fin de mot (Pope, § 1233) : culverd (v. 1, 21 et 147), quid (v. 130) ;

    • 39 Poème anglo-normand… (op. cit. n. 36), p. 231 et 266-268 (avec de nombreux renvois à d’autres cas a (...)

    absence de la consonne nasale dans pesanz (v. 107) pour pensanz39 ;

  • en ce qui concerne la morphologie, on signalera l’emploi constant des graphies archaïques jo, ço (Pope, § 1248 et 1254) pour le pronom personnel et pour le démonstratif neutre ; la forme tonique du cas régime pluriel els employée comme sujet (v. 157) ; out (< habuit ; v. 20 et 166), forme de troisième personne du passé simple du verbe avoir (Pope, § 1268) ; la présence des terminaisons en -om pour la première personne du pluriel (Pope, § 1272) dans couperom (v. 41) et ferom (v. 38).

La versification

  • 40 Sur la versification anglo-normande et sur les problèmes qu’elle pose : Johan Vising, La versificat (...)

20Aussi en ce qui concerne la versification, notre texte n’a subi que très peu les altérations causées par le système glinguistique des scribes anglo-normands. On sait qu’il n’est pas ainsi pour la plupart des œuvres continentales copiées en Angleterre au xiiie siècle, ainsi que pour celles composées par des auteurs anglo-normands. Dans les deux cas, ces textes contiennent souvent un grand nombre de vers irréguliers. Nous n’avons pas ici l’intention de nous attarder sur les causes qui ont donné le jour aux irrégularités de la versification anglo-normande, qu’il s’agisse de phénomènes provoqués par les différences du phonétisme insulaire par rapport à celui continental, ou bien d’une influence de la métrique accentuelle anglo-saxonne40.

  • 41 J’utilise, avec quelques petites modifications, le schéma d’analyse employé par J. Vising, La versi (...)

21Nous nous bornerons à observer que les alexandrins de notre fragment ont subi très peu les altérations qui dérivent du système graphique et phonétique de l’anglo-normand. Sur un total de 166 vers, nous n’avons compté qu’une vingtaine environ d’irrégularités, dont la plupart peuvent être corrigées si l’on tient compte des particularités de la versification anglo-normande, que nous donnons par la suite41 :

  • 42 En anglo-normand le statut métrique du e muet (-e atone final et prétonique) est très instable, c’e (...)

22a. Présence d’un e atone qui ne compte pas dans la mesure du vers42 :

  • v. 3 : le vers est correct si on ne compte pas l’e muet dans vostre, dans le second hémistiche : La bataille ferai/a vostr(e) comandement ;

    • 43 Cf. G. Lote (op. cit. n. 38), p. 86-87.

    v. 4 : averai pour avrai ; ce vers est surnuméraire de deux syllabes, il se corrige en ne tenant pas compte du e muet de averai et en élidant le pronom personnel de première personne jo j’ : Mes j(o)’av(e)rai le tresor,/telz est le covenant43 ;

  • v. 50, 79, 103, 133 et 144 : ore pour or ; le v. 103 est incomplet, mais il est très probable que dans le second hémistiche il faudra lire or : [...] sunt tuz/or(e) lur seit Deu aidantz.

  • v. 68 : este (< ecce) pour es : Atant est(e) vus un angle/ke fu de gran[...] ;

  • v. 138 : le vers est correct si on ne compte pas l’e muet de tote : Le poing od tot(e) l’espeie/li a del braz sevré ; il faut, de plus, signaler que le scribe écrit od tote au lieu de la préposition atout, qu’on lit dans le manuscrit G et dans le texte édité par J. Nelson (voir la note à ce vers dans l’édition de notre texte).

23b. Suppression de voyelles muettes pour le copiste :

  • v. 89 : -1 (6+5), front pour feront dans le second hémistiche (le premier hémistiche n’est conservé que partiellement à cause de l’ébarbage du feuillet) ;

  • v. 160 : ce vers manque d’une syllabe (6+5), on peut le corriger à l’aide du manuscrit G, en substituant viennent (bysillabique) à vient. Dans ce cas il pourrait s’agir soit d’une faute du copiste (ou d’une faute qui se trouvait dans le modèle de notre manuscrit), soit d’une omission de la syllabe qui contenait un e muet.

24c. Omission de l’élision :

  • v. 4 : +2, jo pour j’ (voir supra § a) ;

  • v. 146 : +1, se corrige en insérant l’élision : Cil de l(es)’agueit.

25d. Présence de l’élision :

  • v. 105 : -1, se corrige si on n’élide pas : [...]n destrier/k[i] aveit nom Feranz (le vers est incomplet à cause de l’ébarbage du feuillet).

26e. Suppression de monosyllabes atones :

  • v. 78 : -1, ce vers peut être corrigé en réintégrant la particule en, sur la base de ce qu’on lit dans le manuscrit G : n’en iert (n’ert dans notre fragment) ;

  • v. 131 : -1, peut se corriger en réintégrant tres, qu’on lit dans le manuscrit G : Sor son heame le fiert/par si [tres] grant fierté ; mais on pourrait penser – à l’origine de l’épicène grant – la forme analogique grande (dissyllabique), dont l’e muet n’aurait pas été noté par le scribe ;

  • v. 161 : -1, se corrige en réintégrant or qu’on lit dans le manuscrit G (voir la note à ce vers dans l’édition de notre texte).

27f. Hiatus :

  • v. 157 : réduction de l'hiatus dans eussent (cf. supra), ici dissyllabique ; au contraire, au v. 166 l'hiatus est régulier et il faut le considérer dans le décompte des syllabes : De l’aver k’il out pris/out eü sa soldee ;

  • dans deux cas l’hiatus permet d’obtenir des vers réguliers, au v. 63 : E maintenant/est vers la terrë encli[né], et au v. 73 : Matebrunë a mis/son agueit a c[elé] ;

  • le décompte des syllabes nous renseigne sur le fait que l’anthroponyme Elÿas est toujours trissyllabique, sauf dans un cas, au v. 147 : C[i]l s’escrïent :/« Elyas,[cul]verd, vus estes [pris] !, où il faut le considérer dissyllabique pour obtenir un alexandrin, mais il pourrait s’agir d’une altération du texte opérée par le scribe – ou par sa source –, pour cela se référer aux variantes données dans la note de ce vers.

28g. Autres altérations :

  • v. 57 : -2, il s’agit d’un décasyllabe (4’+6) ;

  • v. 94 : -2, le vers n’a pas été conservé intégralement a cause de l’ébarbage du feuillet ; il est toutefois possible de supposer que le second hémistiche n’avait que 4 syllabes et qu’on aurait donc un décasyllabe 6’+4. Ce type de décasyllabe a maiori n’est pas très répandu et on doit plutôt penser à un problème de copie ou à un remaniement ;

  • v. 158 : -1 (6+5), pour ce vers les autres manuscrits ont des variantes qui s’éloignent de celle de notre fragment et, par conséquent, il est assez difficile de proposer une intégration ; il doit s’agir là aussi de la chute d’un monosyllabe.

29h. Césure :

30La césure se reconnaît toujours assez aisément, même dans les vers irréguliers, en voici quelques exemples :

  • césure masculine : Matebrune respunt :/« Amis, jo te afiant. » (v. 5) ; Tuz furent morz e pris/en milliu de la pree (v. 164) ; cf. aussi v. 1, 2, 3, 4, 6, 8, 9, etc.

  • césure épique : E ad lacié un heaume/ke fut cler et lusant (v. 14) ; Li uns aveit nom Miles/par dreit batisement (v. 43) ; cf. aussi v. 3, 7, 11, 14, 15, etc.

31i. Assonance :

  • assonance masculine :

xcix, cvi/ã/, résultat de /ã/ et de /ɛ̃/ (cf. supra)
c/ε/, résultat de /ai/ et de /ei/ (cf. supra)
civ/ε/
cii, cvii /e/
ciii, cv, cviii /i/

  • assonance féminine :

cix /é-e/

Édition du texte

32Nous avons introduit les signes diacritiques et la ponctuation selon l’usage moderne. Les abréviations ont été dévéloppées en italique. Nous avons utilisé le tréma pour signaler la diérèse et le hiatus. Nous avons signalé les parties du texte illisibles par des points de suspension. Nous n’avons pas corrigé le texte, mais nous avons rajouté ou réintégré entre crochets les lettres ou les mots illisibles ou perdus pour lesquels il n’y avait aucun doute dans l’opération de restauration. Nous avons indiqué à droite la correspondance des vers (en chiffres arabes) et des laisses (en chiffres romains) de notre fragment avec ceux de l’édition de J. Nelson, et à gauche les numéros croissants des vers conservés. De brèves notes donnent le sens des mots hors d'usage et font connaître au lecteur (uniquement en correspondance des vers qui présentent une métrique altérée) la leçon de G et du texte de la version Beatrix édité par J. Nelson (= éd. Nelson).

  • 44 Il faudra lire les chiffres romains « dix-et-sept », trissyllabique.
  • 45 +1 ; Jo ferai la bataille por vos je le creant (G, f. 4va) ; Jou ferai la batalle pour voir le vous (...)
  • 46 +2 ; le vers est correct dans G : Mais j’avrai le tresor, tex est li covenant (f. 4va) ; et dans le (...)

[1ra] [.............................................................................]
« Dame, » ço dist Heudrez le culverd mescreantz, 2167 xcix
« Vostre chevaler sui bien ad .xvii. anz44. 2168
La bataille ferai a vostre comandement45, 2169
Mes jo averai le tresor, telz est le covenant46. » 2170
5 Matebrune respunt : « Amis, jo te afiant. » 2171
Heudrez en prent sa fei, veant tote sa gent. 2172
Lors dist a Matebrune : « Armes voil maintenant ! 2173
Jol vus rendrai tut vif, u il ert mort gisant ! » 2174
Quant la vielle l’entent, mult fu son quer joiant. 2175
10 En une chambre entra Matebrune a granz denz, 2176
Unes armes en gete, ke ne sunt pas pesant. 2177
Heudrez en fet armer, veant tuz si parent. 2178
Il vestu un hauberc ke fu fort e tenant, 2180
E ad lacié un heaume ke fut cler et lusant, 2181
15 E ad ceinte l’espeie dunt bien trenche li brant, 2182
Esperoné d’acier ses chauces sunt vaillant. 2179
Venuz est al cheval ke mult esteit corant, 2185
Heudrez est sus sailli, nul ne li est aidant, 2186
E seisi son escu ke fort fu e pesant, 2188
20 Haunte out forte e redde dunt li fer fu trenchant, 2189
Mult par fu bien armez li culverd soduant.
« Dame, » ço dist Heudrez, « entendez mon semblant
Fetes [...] la porte ço m[...] arra messanz,
[...]n [...] plus riche [...] de mes parenz. »
25 Ore en ert la bataille merve[ll]ose e pesant.
Heudrez fu bien armez trestot a son talent,
A la porte est venuz tost e ignelement.
Li portiers li deferme la porte ignelement
E Heudrez en ist fors a esperrons brochant. 2193
30 Deliez une forest e bele e verdiant, 2194
S’est Heudrez arestez u Elÿas l’atent. 2195
« Seignors, » ço dist la vielle, « entendez mon comant, 2197
Forment dute Elÿas e son fier hardement. 2198
Alez, si vus armez tost e ignelement 2199
35 O vus diz o vus duze, ke jo le vus comant. 2200
Tant durrai a chescon roge or e blanc argent, 2204
Jamés ne serra povres nul jor de son vivant. 2205
Si ferom un agueit en cel bois la devant, 2201
S’il meschïet Heudrez des armes tant ne quant, 2202
40 Si saillez de l’agueit tost e ignelement, 2203
Pus couperom la teste Elÿas maintenant. »

  • 47 .x. chevalier s’armerent d’avoir sont desirant (G, f. 23ra) ; .x. cevalier s’armerent de l’avoir co (...)
  • 48 -2 ; Et il respondent sire tou ensanble a .i. hait (G, f. 23ra) ; Et cil li respondirent tout ensam (...)
  • 49 A treit (< tractum), « lentement », « à loisir » (cf. FEW 13/2, p. 149).
  • 50 +1 ; Atant e vous .i. angle qui jete grant clartét (G, f. 23rb) ; Atant es vous .i. angele qui giet (...)
  • 51 Matabrune i a mis son agait a celé (G, f. 23rb) ; Matabrune a agait mis el bos a celé (éd. Nelson, (...)
  • 52 -1 ; Al besoing t’aideront, ja n’en iert trestornét (G, f. 23rb) ; Au besoing t’aideront, cou saces (...)

[1rb] [.............................................................................]
Diz chevalers se armerent d’avei[r] [...] 472207
Li uns aveit non Miles par dreit b[atisement], 2208
Des altres esteit sire e plus treit e [...]
45 Cil en maine les autres par son co[mandement].
De la vile s’en issent, mes ço fu [...]
En sus de l’ost se tienent, si le von [...] 2221
En la forest s’en entrent tost e ig[nelement], 2222
L’agueit ont atorné mult felon[essement]. 2226
50 Ore gard Deu Elÿas par son com[mandement]. 2227
Il perdra ja la teste, si Deu ne li de [...] 2228
Mult ont bien li gluton a sieg [...] 2229 c
E Elÿas li enfes ne fist mie gran [...] 2230
Lor barons en apele, si lor ad ret [...]
55 « Vez la le chevaler armez u il este[it] ; 2231
Jo dei envers li fere la bataile orend[reit]. » 2234
E il respunent : « Bel sire, si vus plest48 2235
Deu vus en seit aidant e de vus merc[i eit] ! » 2236
E Elÿas respunt tot belement a tr[eit]49 : 2237
60 « Seignors, Deu le vus mire, ke mei e vus a [fet] ! » 2238
Mult unt li haut baron Elÿas bi[en armé] 2247 cii
De mult treschieres armes de [...]
E maintenant est vers la terrë encli[né]
E ad Nostre Seignor ducement reclamé :
65 « Sire, Pere puissant, par ta sainte b[onté]
Tu me gardez mon cors, k’il ne seit [...]
E trestuz cels barons ke jo ai ci am[...]. »
Atant este vusun angle ke fu de gran [...]50, 2253
En guise de colon blanc com flor [...], 2254
70 Son bec ad Elÿas en l’oreille buté. 2255
« Elïas, » fet li angle, « par mei te ma [...]. 2256
La u tu en irras cumbatre vers He[udré] 2257
Matebrunë a mis son agueit a c[elé]51. 2258
Il unt diz chevalers d’armes bie [...], 2259
75 Ki te quident oscire ainz le vespr[e] [...] 2260
Prent de tes chevalers ke te ont [...] 2262
Si refet un agueit de par seint H[onoré]. 2264
A bosoin t’aiderunt, ja n’ert trestor[né]52 2265
Ore pensez de bien fere ke jo ai ci [...]. » 2266
80 Lors s’en torne li angles, ni ad pl[...].
Elÿas saut en piez si a Deu recla[mé] :
« Sire, Pere puissant, par ta sainte [bonté]

  • 53 Quar ors : mais on pourrait aussi transcrire querors, pl. du subst. queror, « celui qui cherche, qu (...)
  • 54 -1 ; Li gent Elÿas jurent qu’il feront cest agait (G, f. 23rb) ; Li prince jurent Dieu k’il feront (...)
  • 55 -2 (?) ; Il respondent ensamble : « Si soit tout entresait ! » (G, f. 23rb) ; ce vers manque dans l (...)
  • 56 -1 (?) ; Il sist sour .i. destrier qui avoit nom Ferans (G, f. 23rb) ; Il sali en la siele del bon (...)
  • 57 Le copiste pourrait avoir oublié le signe d’abréviation pour « n », peut être influencé par le pesa (...)

[1va][.............................................................................] ciii
[...]oiz del seint angle a le quer rejoï, 2269
[...]s en apele, si lor ad dit issi 2270
85 [...] li ad conseillé e gehi. 2271
[...] de vos quarors53 bien sachez de fi, 2275
[...] petiz e granz ensemble vostre ami. 2274
[...] et Elÿas, « bien dites s’i vus plest. » 2277 civ
[...] jurent par Deu k’il front cest agueit54 2278
90 [...] fient ke ja n’iert issi fet. 2279
[...] eit diz, des petiz unze i eit, 2283
[...] au bosoin ke ço mestier en seit. 2284
[...] l’en mult bien cil ke melz le feseit. 2285
[...]nt ensemble : « Ço est bien fet55 ! »
95 [...]nt otrié ço ke Elÿas a dit. 2291 cv
[...] des meillors granz unt d'one par eslit, 2292
[...]rt en ad unze de cels ke sunt petit. 2293
[...]unt bien armez trestoz sanz contredit 2302
[...]s e des chevals ainz n’i ot nul respit. 2303
100 [...] Dés al dreit, Filz e Seint Esperit.
[...]unt toz armez sor les chevals coranz, 2310 cvi
[...]unt fortes e reddes e escu flambisanz, 2311
[...] sunt tuz ore lur seit Deu aidantz. 2313
[...]mé grant est sis hardemenz. 2314
105 [...]n destrier k’aveit non Feranz56. 2315
[...]ement des eperonz trenchanz,
[...]ré s’en va dreit ki l’atent toz pe[n]sanz572318
[...]t Elÿas si huche : « Mal veignanz ! 2319
[...]rt cest jor perillos e pesant. » 2321
110 [...] respunt : « Vassal, trop es parlant,
[...] verrai bien liquel ert recreant ! »
[...]t se deffïent sanz plus de parlement. 2322
[...]ot se deffïent n’i ot plus d’aresté, cvii
[...]s ad le cheval des esperons hurté.
115 [...] flambanz se sunt granz cops doné 2326
[...]s des lances sunt contremont volé,
[...]e li autre n’est plaié ne navré.
[...]r se tindrent utre s’en sunt passé,
[...] espeies dont li ponz fu dorré,
120 [...]mi les heaumes se sunt granz cops doné, 2326
[...]e les pieres unt jus agravanté.
[...]ru parmi l’escu Heudré, 2332
[...]t li ad fendu e enbarré.
[...]ant son piz li est le brand colé, 2333

  • 58 Nous avons choisi de ne pas compter le -e muet de terre et de considérer chïet dissyllabique. Mais (...)
  • 59 -1 ; ce vers est faux aussi dans G : Sour son hiaume le ferit de si tres grant ferté (+1 ; f. 23va) (...)
  • 60 +1 ; Cil issent de l’agait ensenble trestout .x. (G, f. 23vb) ; Li glouton de l’agait salent tout a (...)
  • 61 Pour ce vers cf. supra ; Si crïent : « Elÿas cuvers vous iestes pris ! (G, f. 23vb) ; A Elias crïer (...)
  • 62 -1 ; Se Dex ne li aidast et li Sains Esperis (G, f. 23vb) ; Se Dex ne le gardast, ja l’eüssent ocis(...)
  • 63 -1 ; Les lances sour les feutres viennent tot ademis (G, f. 23vb) ; il n’y a pas d’équivalent dans (...)
  • 64 -1 ; Ne vit si grant estour nus hom qui or soit vis (G, f. 23vb).

[1vb][.............................................................................]
125 Heudré chïet a terre del cheval afeutré58, 2335
Il est sailli en piez, bien resemble maufé. 2336
Vet ferir Elÿas de son brand aceré, 2337
Sor la croiz de l’escu si ad grant cop livré,
Un poi desoz la croiz li a freint e tröé. 2338
130 « Jo quid, » fet Elÿas, « mar i fetes Heudré ! » 2339
Sor son heame le fiert par si grant fierté59 2341
Ke trestot l’equartele, pur poi ne l’a tué.
« Elÿas, » fet Heudré, « ore m’as tu engigné,
Ore vus unt li diable tres bien enchevaché ! » 2347
135 A estros vet ferir le destrier abrivé, 2348
La coverture est forte, ne l’ad pas entamé. 2349
Elÿas fet son tor, tel cop li a duné, 2350
Le poing od tote l’espeie li a del braz sevré. 2351
Heudrez se sent malmis, si ad un bret geté. 2352
140 Cil de l’aguet l’entendent, del bois sunt deroté, 2353
Vers Elÿas s’en tornent de la batalle aorné. 2354
Quant Elÿas les veit, si a Deu reclamé,
Le chief de son cheval a devers els turné.
Ore le conseut li Sires ki en croiz fu pené !
145 Elÿas ad Heudré afolé e malmis, 2357 cvii
Cil de les agueit saillirent ensemble trestoz dis602358
C[i]l s’escrïent : « Elyas, [cul]verd, vus estes [pris]61 ! 2359
Si vus ne rendez vu[...] eschaperez [...]is. » 2360
Quant Elÿas l’entent, ne fu mie entrepris,
150 Il hurte le destrier des esperons mascis,
En sa main tint l’espeie dunt li brand fu forbis.
Vet ferir le premier desor son escu bis,
Trestot li a trenchié e la teste e le vis,
Li ber estoert son cop e il chiet en laris.
155 E li noef lessent core les destriers arabis,
Elÿas unt feru devant en l’escu bis,
Ja l’eussent els issi detrenché e oscis,
Si Deu ne li eidast ki est poestis62. 2364
E sa gent lessent core, ki a bois furent mis,
160 Les lances sur les feutres vient tot adesmis63.
Ne vit plus fort estor nuls hoem ke seit vis64.
Mult par est fiers li chaples e dure la mellee, 2377 cix
Les diz contre les vintz n’orent unke duree,
Tuz furent morz e pris en milliu de la pree.
165 Heudré i fu oscis e la teste copee,
De l’aver k’il out pris out eü sa soldee.

Haut de page

Notes

1 Mary Clapinson et Tim D. Rogers (éd.), Summary Catalogue of Post-Medieval Western Manuscripts in the Bodleian Library Oxford. Acquisitions 1916-1975 (SC 37300-55936), Oxford, Clarendon Press, 1991, vol. 2, n° 47201, qui nous renseigne sur le fait que les pièces ont été recueillies de 1936 à 1977 ; voir aussi la fiche en ligne, url : http://www.bodley.ox.ac.uk/dept/scwmss/wms/medieval/chklst/chkfr.htm.

2 Deux languettes en parchemin du xive s. (29 × 154 mm et 27 × 152 mm), provenant du même feuillet et tirées de la reliure d’un imprimé avec cote Oxford, BL, 8° E 78 Linc. (Τοῦ ἐν ἁγίοις ἱερομάρτυρος Ἰγνατίου… ἐπιστολαί. Sancti martyris Ignatij [Polycarpi, Martialis] epistolæ, Paris, Guillaume Morel, 1562).

3 Fragment en parchemin, au bords très irréguliers, comprenant deux morceaux fragmentaires collés ensemble, appartenant à deux feuillets consécutifs d’un même manuscrit du xivsiècle, des Vœux du Paon de Jacques de Longuyon ; le texte correspond (avec des variantes) aux v. 2091-2104, 2105-2121, 2164-2169 et 2212-2216 de The Buik of Alexander, R. L. Græme Ritchie (éd.), Édimbourg/Londres, W. Blackwood, 1921, vol. II. Ce fragment a été tiré de l’imprimé : Oxford, BL, 8° M 65 Art. Seld. (Andreas Masius, De paradiso commentarius..., Anvers, Plantin, 1569).

4 Deux languettes en parchemin du xive s. aux bords irréguliers, appartenant à un même feuillet (37/41 × 130/132 mm et 40/48 × 130 mm) et tirées de l’un des imprimés de la collection léguée par Thomas Barlow à la Bodléienne, coté 8° C 90 Linc. (John Bale, The first two partes of the Actes… of the English votaryes, Londres, J. Tysdale, 1560). Le texte du fragment est celui du Lucidaire en vers de Gillebert de Cambres, et correspond (avec des variantes) aux v. 1412-1415, 1449-1452, 1485-1488, 1521-1524, 2345-2354, 2388-2397, 2340-2440 et 2476-2485, de : Himmel un Hölle, Heilswissen für Zisterzienser. Der Lucidaire en vers des Gillebert de Cambres, E. Ruhe (éd.), Wiesbaden, Reichert (Wissensliteratur im Mittelalter, 6), 1991.

5 Neil R. Ker, Fragments of Medieval Manuscripts Used as Pastedowns in Oxford Bindings : with a Survey of Oxford Binding c. 1515-1620, Oxford, Oxford Bibliographical Society (Oxford Bibliographical Society Publications ; Third Series, 4), 1954.

6 Cette mise en page permettrait de supposer que le fragment faisait partie d’un manuscrit cyclique.

7 Je tiens à remercier Roberta Capelli pour ses conseils sur la datation du fragment.

8 Suzanne Duparc-Quioc, Le cycle de la croisade, Paris, Honoré Champion (Bibliothèque de l’École des hautes études sciences historiques et philologiques, 305), 1955.

9 À ce sujet voir en dernier lieu Georges Duby, « Remarques sur la littérature généalogique en France aux xie et xiie siècles », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2, 1967, p. 335-345.

10 Sur les procédés et les stratégies d’intégration de la Naissance au sein du Cycle de la Croisade : David A. Trotter, « L’ascendance mythique de Godefroy de Bouillon et le cycle de la croisade », dans Métamorphose et bestiaire fantastique au Moyen Âge, L. Harf-Lancner (éd.), Paris, Presses de l’École normale supérieure des jeunes filles (Collection de l’École Normale Supérieure des Jeunes Filles, 28), 1985, p. 107-135.

11 Claude Lecouteux, Mélusine et le Chevalier au Cygne, Paris, Payot (Le regard de l’histoire, 33), 1982, p. 109-158 ; Laurence Harf-Lancner, Les fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Honoré Champion (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 8), 1984, p. 179-198 ; Jean-Jacques Vincensini, Pensée mythique et narrations médiévales, Paris, Champion (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 34), 1996, p. 106-107 et 123-147.

12 Mais des schémas narratifs similaires se retrouvent aussi ailleurs, voir, par exemple, les observations de Ferdinand Lot, « Le mythe des enfants-cygne », Romania, 81, 1892, p. 62-67.

13 Gaston Paris, compte rendu de l’éd. Todd : La naissance du Chevalier au cygne ou les enfants changés en cygnes, French poem of the xiith century…, H. A. Todd (éd.), Baltimore, Modern Language Association, 1889, dans Romania, 19, 1890, p. 314-340. Cf. aussi Gédéon Huet, « Sur quelques formes de la légende du Chevalier au Cygne », Romania, 34, 1905, p. 206-214 ; William R. J. Barron, « Versions and texts of the Naissance du Chevalier au cygne », Romania, 356, 1968, p. 481-538.

14 Voir Johannes de Alta Silva, Dolopathos sive De rege et septem sapientibus, A. Hilka (éd.), Heidelberg, C. Winter (Sammlung mittellateinischer Texte, 5), 1913, p. 80-88 (Historia septimi sapientis : Cygni) ; Herbert, Le Roman de Dolopathos, J.-L. Leclanche (éd.), Paris, Honoré Champion (CFMA, 124-126), 1997, t. II, p. 351-381. Sur le conte des enfants-cygnes dans le Dolopathos : Frederic J. E. Raby, « The Manerius poem and the legend of the Swan-children », Speculum, 10-1, 1935, p. 68-71 ; Claude Roussel, « Le conte et le mythe, histoire des enfants-cygnes », dans Frontières du conte, F. Marotin (éd.), Paris, CNRS Éditions, 1982, p. 15-24, et Yasmina Foehr-Janssens, Le Temps des fables. Le Roman des Sept Sages ou l’autre voie du roman, Paris, Honoré Champion (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 27), 1994, p. 255-266.

15 « Hic est cignus de quo fama in eternum perseuerat quod cathena aurea militem in nauicula traxit armatum », J. de Alta Silva (op. cit. n. 14), p. 86 ; « Et cil fut li signes por voir/ke les cheainnes d’or avoit/au col, de coi la neif traioit/ou li chivellierz armeiz iere/ke tant fuit de bone meniere,/puis tint de Bullon la duchiet », Herbert (op. cit. n. 14), v. 10106-10111. Des allusions à Godefroi de Bouillon et à son ancêtre fabuleux se retrouvent aussi, à la fin du xiie siècle, dans la Chronique de Guillaume de Tyr, dans le Commentaire sur l’Apocalypse de Geoffroi d’Auxerre et dans la Chanson d’Antioche, cf. L. Harf-Lancner (op. cit. n. 11), p. 181-184.

16 Ici et par la suite on utilise toujours les sigles des manuscrits établis par Geoffrey H. Myers dans : The Old French Crusade Cycle, I : La Naissance du Chevalier au Cygne. Elioxe, Beatrix, E. J. Mickel Jr. et J. A. Nelson (éd.), Alabama, University of Alabama Press, 1977. Elioxe a été publiée pour la première fois par H. A. Todd (op. cit. n. 13).

17 Jeanne Lods, « Encore la légende des enfants-cygnes : version courtoise et version pseudo-épique, étude du style », dans Mélanges offerts à Rita Lejeune, Professeur à l’Université de Liège, Gembloux, Duculot, 1969, t. 2, p. 1227-1244.

18 Pour le traitement et la christianisation du surnaturel dans Elioxe, on peut consulter l’étude de Jacques E. Merceron, « Féerie et paradis dans La Naissance du Chevalier au Cygne (version Elioxe) », Cahiers de civilisation médiévale, 229, 2015, p. 27-42 ; pour les aspects de la métamorphose voir Francis Dubost, « Du cygne au signe : aspects de la métamorphose dans le cycle de la croisade », dans Si a parlé par moult ruiste vertu, Mélanges de littérature médiévale offerts à Jean Subrenat, J. Dufournet (dir.), Paris, Honoré Champion (Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge, 1), 2000, p. 183-196. Quelques-uns des mécanismes de l’adaptation du conte dans les différentes versions ont été montrés dans Alain Kerdelhué, « Les métamorphoses de l’eau dans trois versions de la Naissance du Chevalier au Cygne », dans Les Quatre Éléments dans la culture médiévale, actes du Colloque des 25, 26 et 27 mars 1982, Université de Picardie, Centre d’Études Médiévales, D. Buschinger et A. Crepin (dir.), Göppinger, Kümmerle (Göppinger Arbeiten zur Germanistik, 386), 1983, p. 127-140.

19 G. Paris (art. cit. n. 13), p. 319-320.

20 Jeanne Lods, « L’utilisation des thèmes mythiques dans trois versions écrites de la légende des enfants-cygnes », dans Mélanges offerts à René Crozet à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, P. Gallais et Y-J. Riou (éd.), Poitiers, Société d’Études Médiévales, 1966, t. 2, p. 809-820 et Id., « L’art de la composition dans les différentes versions du Chevalier au Cygne », Studia Romanica, 14, 1969, p. 245-263.

21 Cette version a été publiée pour la première fois par C. Hippeau sur la base du ms. Paris, BnF, fr. 1621 : La chanson du Chevalier au cygne et de Godefroid de Bouillon, C. Hippeau (éd.), Paris, Aubry, 1874, 2 vol. ; et puis par J. A. Nelson dans The Old French Crusade Cycle, vol. 1 (op. cit. n. 16).

22 Une réflexion sur la défonctionnalisation progressive du récit mythique des enfants-cygnes est offerte par Friedrich Wolfzettel, « Quelques réflexions sur le thème des enfants-cygnes et le statut du conte populaire au Moyen Âge », dans Plaist vos oïr bone cançon vaillant ? Mélanges offerts à François Suard, D. Boutet, M.-M. Castellani, F. Ferrand, et al. (éd.), Villeneuve d’Ascq, Université Charles de Gaulle-Lille 3 (Collection UL3 ; Travaux et recherches), 1999, t. 2, p. 1015-1029.

23 La Gran Conquista de Ultramar que mandó escribir el rey don Alfonso el Sabio, P. de Gayangos (éd.), Madrid, M. Rivadeneyra, 1858 (qui reproduit le texte de l’éd. Salamanque, Hans Giesser, 1503), Livre I, chap. xlvii-lxviii, p. 26-38.

24 G. Paris (art. cit. n. 13), p. 320-321.

25 On ne donne ici que la liste des témoins (complets ou fragmentaires) qui contiennent la version Beatrix. Hormis les fragments de Montréal et de Cambridge, tous les manuscrits énumérés sont décrits en détail par G. H. Myers dans son étude préliminaire à l’éd. Nelson-Mickel : The Old French Crusade Cycle, vol. 1 (op. cit. n. 16), p. xv-lxxxviii, d’où sont tirées ces informations.

26 Emanuel J. Mickel et Jan Nelson, « BM Royal 15 E VI and the Epic Cycle of the First Crusade », Romania, 368, 1971, p. 532-556.

27 Sur ce manuscrit voir aussi Robert F. Cook et Peter R. Grillo, « Un manuscrit composite de cycle épique : le cycle de la Croisade dans le manuscrit de Londres », Revue d’histoire des textes, 8, 1978, p. 223-246.

28 Cette mise en prose, rédigée au xiiisiècle, a été publiée en appendice à l’éd. d’Elioxe donnée par H. A. Todd (op. cit. n. 13), p. 95-102 ; sur ce texte voir aussi les renseignements fournis par la fiche d’Isabelle Weill et François Suard, « Godefroi de Bouillon », dans Nouveau Répertoire de mises en prose (xive-xvie siècle), M. Colombo Timelli, B. Ferrari, A. Schoysman, et al. (dir.), Paris, Classiques Garnier (Textes littéraires du Moyen Âge, série mises en prose, 4), 2014, p. 419-425.

29 Ce manuscrit a été endommagé dans l’incendie de la bibliothèque en 1904. Le fragment de Beatrix a été publié en appendice à l’éd. Nelson-Mickiel (op. cit. n. 16), p. 363-370.

30 Ce fragment a été étudié par G. Hasenohr, qui a démontré, d’une part, qu’il s’agit du plus ancien témoin connu d’une chanson du Cycle de la Croisade, d’autre part, que Beatrix a eu une diffusion autonome : Geneviève Hasenohr, « Note sur un fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne (Beatrix) », Romania, 457-458, 1997, p. 250-258.

31 Il s’agit aussi dans ce cas d’un fragment provenant d’une reliure, qui présente, à un tout premier examen, des traits anglo-normands ; pour une description détaillée, nous renvoyons à Édith Brayer, « Manuscrits français de Cambridge. Bibliothèque universitaire : Additional manuscripts », Bulletin d’information de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 10, 1961, p. 29-41 (p. 31 pour le ms. Add. 2682) ; Jayne Ringrose, Summary Catalogue of the Additional Medieval Manuscripts in Cambridge University Library acquired before 1940, Woodbridge, The Boydell Press, 2009, p. 19-20.

32 Cf. The Old French Crusade Cycle, vol. 1 (op. cit. n. 16), p. lxxxxviii-lxxxxix.

33 Nous nous sommes fondée sur les leçons communes (et non pas sur les fautes) parce que la tradition du texte de Beatrix ne permet pas de dresser un veritable stemma, du moment qu’elle est caracterisée – mais c’est ce qui se produit dans la plupart des textes épiques – par un nombre très élevé de variantes : W. R. J. Barron (art. cit. n. 13), p. 527, et The Old French Crusade Cycle, vol. 1 (op. cit. n. 16), p. cii-cviii.

34 Pour la langue on fera référence à Mildred K. Pope, From Latin to Modern French, with especial consideration of Anglo-Norman Phonology and Morphology, Manchester, Manchester University Press (Publications of the University of Manchester, 229 ; French Series, 6), 1952, et à Ian Short, Manual of Anglo-Norman, Oxford, Anglo-Norman Text Society (Occasional Publications Series, 8), 2013.

35 Anglo-Norman Dictionary, disponible en ligne, url : http://www.anglo-norman.net/gate/, s.v. rede ; et les occurrences de ce mot citées dans Louis E. Menger, The Anglo-Norman Dialect: a manual of its phonolgy and morphology, New York/Londres, Columbia University Press, 1904, p. 52.

36 Voir, par exemple, des cas analogues dans Poème anglo-normand sur l’Ancien Testament, I : Études, notes, glossaire, P. Nobel (éd.), Paris, Honoré Champion (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 37), p. 223 et 255.

37 Paul Meyer, « Phonétique française : an et en toniques », dans Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, 1868, vol. 1, p. 244-276 (ici p. 258-264), et Joseph Bédier, La Chanson de Roland commentée, Paris, H. Piazza, 1927, p. 278-280.

38 Le mélange ei/ai témoigne du processus de réduction des diphtongues en anglo-normand : Georges Lote, Histoire du vers français, III : Première partie, Le Moyen Âge, iii, La poétique, le vers et la langue, Paris, Hatier, 1955, p. 147, et Brian Merrilees, « La simplification du système vocalique de l’anglo-normand », Revue de Linguistique romane, 46, 1982, p. 319-326 (ici p. 323).

39 Poème anglo-normand… (op. cit. n. 36), p. 231 et 266-268 (avec de nombreux renvois à d’autres cas analogues dans les textes anglo-normands).

40 Sur la versification anglo-normande et sur les problèmes qu’elle pose : Johan Vising, La versification anglo-normande, Upsala, R. Almqvist & J. Wiksell, 1884 ; Id., Anglo-Norman Language and Literature, Londres, Oxford University Press (Language & Literature series), 1923, p. 79-88 ; Poème anglo-normand… (op. cit. n. 36), p. 51-70 ; Roger Pensom, « Pour la versification anglo-normande », Romania, 493-494, 2006, p. 50-65.

41 J’utilise, avec quelques petites modifications, le schéma d’analyse employé par J. Vising, La versification… (op. cit n. 40), p. 30-50.

42 En anglo-normand le statut métrique du e muet (-e atone final et prétonique) est très instable, c’est-à-dire qu’il peut rentrer ou ne pas rentrer dans le décompte des syllabes : J. Vising, La versification… (op. cit. n. 40), p. 31 ; G. Lote (op. cit. n. 38), p. 111-112 ; I. Short (op. cit. n. 34), p. 98-99.

43 Cf. G. Lote (op. cit. n. 38), p. 86-87.

44 Il faudra lire les chiffres romains « dix-et-sept », trissyllabique.

45 +1 ; Jo ferai la bataille por vos je le creant (G, f. 4va) ; Jou ferai la batalle pour voir le vous creans (éd. Nelson, p. 178).

46 +2 ; le vers est correct dans G : Mais j’avrai le tresor, tex est li covenant (f. 4va) ; et dans le texte de l’éd. Nelson : Mais j’avrai le tresor, teus est mes couvenans (p. 178).

47 .x. chevalier s’armerent d’avoir sont desirant (G, f. 23ra) ; .x. cevalier s’armerent de l’avoir couvoitant (éd. Nelson, p. 179).

48 -2 ; Et il respondent sire tou ensanble a .i. hait (G, f. 23ra) ; Et cil li respondirent tout ensamble a .i. brait (éd. Nelson, p. 180).

49 A treit (< tractum), « lentement », « à loisir » (cf. FEW 13/2, p. 149).

50 +1 ; Atant e vous .i. angle qui jete grant clartét (G, f. 23rb) ; Atant es vous .i. angele qui giete grant clarté (éd. Nelson, p. 180).

51 Matabrune i a mis son agait a celé (G, f. 23rb) ; Matabrune a agait mis el bos a celé (éd. Nelson, p. 180).

52 -1 ; Al besoing t’aideront, ja n’en iert trestornét (G, f. 23rb) ; Au besoing t’aideront, cou saces de vreté (éd. Nelson, p. 180).

53 Quar ors : mais on pourrait aussi transcrire querors, pl. du subst. queror, « celui qui cherche, qui est à la poursuite de ».

54 -1 ; Li gent Elÿas jurent qu’il feront cest agait (G, f. 23rb) ; Li prince jurent Dieu k’il feront cel agait (éd. Nelson, p. 180).

55 -2 (?) ; Il respondent ensamble : « Si soit tout entresait ! » (G, f. 23rb) ; ce vers manque dans l’éd. Nelson.

56 -1 (?) ; Il sist sour .i. destrier qui avoit nom Ferans (G, f. 23rb) ; Il sali en la siele del bon destrier courant (éd. Nelson, p. 181).

57 Le copiste pourrait avoir oublié le signe d’abréviation pour « n », peut être influencé par le pesant du v. 109 ; mais il nous semble qu’il s’agisse ici de la dénasalisation de e, qui se retrouve souvent dans les textes anglo-normands (cf. supra).

58 Nous avons choisi de ne pas compter le -e muet de terre et de considérer chïet dissyllabique. Mais la versification anglo-normande admettrait aussi chiet et –e de terre compté comme syllabe.

59 -1 ; ce vers est faux aussi dans G : Sour son hiaume le ferit de si tres grant ferté (+1 ; f. 23va) ; Hondré feri sor l’elme, tout l’a esquartelé (éd. Nelson, p. 182).

60 +1 ; Cil issent de l’agait ensenble trestout .x. (G, f. 23vb) ; Li glouton de l’agait salent tout a .i. cri (éd. Nelson, p. 182).

61 Pour ce vers cf. supra ; Si crïent : « Elÿas cuvers vous iestes pris ! (G, f. 23vb) ; A Elias crïerent : « Cuvert, vous estes pris ! (éd. Nelson, p. 182).

62 -1 ; Se Dex ne li aidast et li Sains Esperis (G, f. 23vb) ; Se Dex ne le gardast, ja l’eüssent ocis (éd. Nelson, p. 182).

63 -1 ; Les lances sour les feutres viennent tot ademis (G, f. 23vb) ; il n’y a pas d’équivalent dans l’éd. Nelson. Adesmis : adj. (du vb. ademettre), « qui se lance avec rapidité », « qui se lance tête baissée », cf. éd. Nelson, p. 42, p. 115 (Glossaire), et p. 309-310 (variantes des v. 2363 et 2372).

64 -1 ; Ne vit si grant estour nus hom qui or soit vis (G, f. 23vb).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – ms. fr. d. 18, f. 43r, © The Bodleian Libraries, University of Oxford.
Crédits © The Bodleian Libraries, University of Oxford
URL http://journals.openedition.org/ccm/docannexe/image/5760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Concina, « Notice d’un nouveau fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne conservé à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford »Cahiers de civilisation médiévale, 240 | 2017, 367-381.

Référence électronique

Chiara Concina, « Notice d’un nouveau fragment de la Naissance du Chevalier au Cygne conservé à la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 240 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/5760 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.5760

Haut de page

Auteur

Chiara Concina

Université de Vérone

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search