Navigation – Plan du site

AccueilNuméros238Comptes rendusChristian Meyer (dir.), Collectio...

Comptes rendus

Christian Meyer (dir.), Collections de Bourgogne et d’Île-de-France : Autun, Auxerre, Avallon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon, Melun, Provins, Semur-en-Auxois, Sens

Barbara Haggh Huglo
p. 187-190
Référence(s) :

Christian Meyer (dir.), Collections de Bourgogne et d’Île-de-France : Autun, Auxerre, Avallon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon, Melun, Provins, Semur-en-Auxois, Sens, Turnhout, Brepols (Catalogue des manuscrits notés du Moyen Age conservés dans les bibliothèques publiques de France, 3), 2013.

Texte intégral

1L’histoire de la musique médiévale s’écrit principalement sur la base de ces notations musicales qui nous restent dans les bibliothèques et les archives. Mais la plupart des bibliothécaires n’ont pas la connaissance spécialisée pour identifier et décrire ces notations, et donc la vaste majorité des catalogues de manuscrits existant, même s’ils soignent les descriptions des enluminures, ignorent la musique. Pour faire face à ce manque de catalogage, le projet majeur du Répertoire internationale des sources musicales (RISM) de la Société international de musicologie, projet établi dans l’Après-guerre et reposant aujourd’hui sur des équipes de recherches installées dans 34 pays, a publié des douzaines de catalogues relatifs aux sources musicales (imprimées ou manuscrites antérieures à 1800) et aux écrits sur la musique. Dr. Meyer, auteur du catalogue en question ici, a achevé pour le RISM le catalogage de tous les manuscrits de théorie musicale (RISM B III et mises à jour hébergées sur http://www.lml.badw-muenchen.de/​info/​index.htm), ce qui lui a fourni une structure de base pour son projet du « Catalogue des manuscrits notés conservés dans les bibliothèques publiques de France » (CMN).

2Le RISM et le Census Catalogue of Renaissance Manuscripts se sont concentrés sur les sources de la musique polyphonique, avec deux exceptions : les catalogues du RISM des manuscrits de tropes et séquences de Heinrich Husmann (1964) et des processionnaux de Michel Huglo (1999, 2004). Mais une énorme lacune persista, celle d’identifier et de cataloguer les manuscrits de monodie, notamment les livres liturgiques avec le répertoire de chant grégorien et les divers recueils avec musique sur textes vernaculaires, une musique, faute de catalogues, largement non étudiée et non publiée. Le CMN entend combler cette lacune, de même que le projet MANNO lancé en 2006 sous la direction de Catherine Massip et continué de 2008-2010 avec l’appui de l’ANR, la Bibliothèque nationale de France, l’EPHE, le Centre de Médiévistique Jean Schneider à l’Université de la Lorraine à Nancy, et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT) ; les actes du congrès de clôture du projet MANNO sont publiés dans les Études grégoriennes, 39 (2012). Ce projet s’est concentré sur les manuscrits de la BnF ; le CMN ne répertorie pas les manuscrits de Paris.

3Un site web (http://www.musmed.fr/​CMN/​CMN.htm) présente l’ensemble du projet CMN : liste des volumes parus et en préparation (avec les directives pour l’analyse des manuscrits et la rédaction des notices du catalogue des manuscrits notés [http://www.musmed.fr/​CMN/​CMN_ directives.pdf] et de certaines descriptions en ligne), ressources (ressources pour l’analyse et la description des manuscrits liturgiques notés, bibliographie générale et ressources en ligne, clavis troporum, fêtes et circonstances liturgiques, index thématique des mélodies d'alleluia, mélodies et tropes de Kyrie, mélodies de l'hymnaire, proses et séquences, Leroquais - Sacramentaires) ; et le catalogue provisoire en ligne (répertoire signalétique des manuscrits notés connus dans les bibliothèques, archives, musées, et collections particulières en France). D’autres liens pertinents se trouvent sur la page principale (http://www.musmed.fr).

4Le présent catalogue est le troisième de huit volumes envisagés dans la série CMN et se concentre donc uniquement sur les pièces partiellement ou intégralement notées dans les manuscrits et des collections de fragments, ce qui nous donne, pour la première fois, une idée précise de la place de la musique dans l’histoire du livre médiéval. Les incipit de textes de la musique polyphonique déjà répertoriés ailleurs sont inclus avec renvois. Les préfaces notées dans les missels non notés ont été écartées mais néanmoins signalées dans l’introduction, geste utile, car ces préfaces sont parfois notées en notation mesurée comme certaines lectures liturgiques et Credos des xive et xve siècles.

5La longue introduction au début du volume situe les diocèses médiévaux dans les régions modernes en question et décrit le corpus de manuscrits par bibliothèque. Les plus importantes collections sont signalés, ici Dijon par nombre de manuscrits, Autun par nombre de manuscrits notés, et Sens, par l’intérêt des manuscrits notés. Il y a des surprises : le manque des pièces notées dans le fonds considérable de l’Abbaye de Cîteaux (un seul Exultet) et des livres rares comme celui du préchantre de Sens, le graduel de Sens en deux volumes remanié en 1676 avec prosaire-séquentiaire assez inattendu à cette époque, sujet étudié dans les livres et articles de Theodore Karp, un ordinaire des Carmes de Dijon de 1468, une collection d’hagiographie de Lindesfarne du xiiie siècle, et un autre manuscrit de Sens rempli de suppléments intéressants : des antiennes mariales avec interpolations polyphoniques et mélismes de répons pour les processions.

6Ensuite, Dr. Meyer a mis en valeur la richesse et diversité du répertoire musical signalé dans le catalogue, notamment les pièces d’intérêt particulier, comme le répertoire pour la célébration de la Fête des fous dans les manuscrits AUT S 175 et Sem 46, les chants accompagnant des danses ecclésiastiques dans le diocèse de Sens, les pièces archaïques à Autun, et les offices propres pour des saints locaux. Aucune discussion ici de la notation, même pas un bref répertoire de types de notations trouvés, manque important dans un catalogue consacré aux manuscrits notés, mais particulièrement regrettable car les notations dans les manuscrits d’Autun sont parmi les plus anciennes connues en France et même en Europe. Dans cette introduction, l’A. s’intéresse surtout aux compositions et à leur diffusion, un intérêt de longue date, car il a dirigé et édité la série de livres issue du programme Musical Life in Europe, 1600-1900 (Berliner Wissenschafts-Verlag, 2004) soutenu par la Fondation Européenne de la Science (ESF). Ceci dit, on apprend plein de détails sur des pièces comme compositions et leur contexte dans l’histoire locale avec bibliographie pertinente, comme, par exemple, la situation des deux cathédrales à Autun, une pour l’été et l’autre pour l’hiver, ou le voyage du manuscrit H 159 avec notation alphabétique au-dessus des neumes (et donc la clé pour leur déchiffrage), à présent à Montpellier, qui jusqu’en 1621 était encore à St. Bénigne de Dijon. Dr. Meyer signale en outre bien des curiosités liturgiques, comme les versets d’alléluia répétés, les adieux à l’alléluia avant Carême, et un versus de St. Lazare de Paulin d’Aquilée qui a survécu dans trois manuscrits de Sens.

7La fin de l’introduction donne la liste des manuscrits non décrits, dont treize missels sans notation (sauf préfaces) et huit autres manuscrits, dont les raisons pour leur omission ne sont pas données. Puis suivent la bibliographie et les sigles. La bibliographie porte sur les manuscrits, les répertoires musicologiques et liturgiques qui sont signalés dans les notices, et les procédures de description. Il faut ajouter seulement Zsuzsa Czagány, Historia de Sancta Martha Hospita Christi (2004), et deux autres ouvrages pertinents sont parus depuis la publication du catalogue : Harris, Sacred Folly: A New History of the Feast of Fools (2011) ; et la description en ligne dans Archivum de musica medii aevi de Haggh-Huglo de Harvard University, Houghton Library, Ms. lat. 429 avec calendrier et kyriale de l’abbaye de St Pierre le Vif de Sens.

8Le catalogue lui-même comporte une description de près de 130 manuscrits notés et de deux collections de fragments de la Bibliothèque Municipale de Dijon. Chaque notice présente le titre ou genre de livre, son numéro, origine, provenance et date, une brève description codicologique et une description des notations, et une brève bibliographie en fin de notice. L’A. n’a pas expressément fait de recherches sur l’origine de ces manuscrits, mais grâce au catalogage il a pu corriger certaines erreurs. Ainsi ce missel qu’on croyait de Langres (SEAbm 6) s’avère ne pas l’être à cause de la série liste des alléluias après la Pentecôte. (Notons qu’il aurait était utile de donner les sigles du RISM pour chaque manuscrit en tête de notice, ces sigles étant utilisés dans l’Introduction et dans les Index.)

9La plus importante partie du catalogue c’est la liste de contenu de chaque manuscrit ou fragment avec les divisions du livre clairement indiqué par la mise en page et l’usage du gras. Les rubriques notables sont signalées, puis les incipit des pièces. Dans ce catalogue, Dr. Meyer a trouvé l’heureuse résolution de deux problèmes de catalogage distinct de ceux du RISM, d’abord le nombre mille fois plus grand de pièces notées à cause du nombre cent fois plus grand de manuscrits, malgré la perte des livres pendant les Guerres de religion (voir l’estimation de Michel Huglo quant au nombre de livres liturgiques existant au Moyen Âge dans son « A Statistical Survey of Notated Liturgical Manuscripts », Hiley [éd.], Antiphonaria, Tutzing, 2010). Deuxième problème, le redoublement avec les répertoires de chant existant (Hesbert, Schlager, Stäblein, Corpus troporum, Analecta hymnica) ou des ressources en ligne (surtout CANTUS).

10Afin de résoudre le premier problème, Dr. Meyer ne transcrit pas les notations mêmes. Il relève les incipits des textes notés, surtout des pièces qui ne sont pas bien répertoriées par ailleurs (les hymnes et séquences, les litanies, les récits de la passion ou autres lectures notées), ainsi que ceux des pièces locales ou rare, rare dans le contexte du livre (ajouts, drames, polyphonie), ou des pièces qui font partie de séries qui permettent de préciser l’origine du manuscrit (office des morts, ou alleluias pour les semaines après la Pentecôte, antiennes du Mandatum, etc.). Aussi trouve-t-on des relevés des récits de la passion ou d’autres lectures notées, des litanies notées, et, importante nouveauté, le catalogage complète des livres souvent négligés, les psautiers, pontificaux, et rituels. Mais les répertoires de chant stable (comme pour les fêtes de Noël ou de Saint Jean Baptiste) reçoivent des renvois brefs.

11Le deuxième problème a été résolu par les références suivant les incipit aux numéros donnés à ces pièces dans les répertoires, éditions, et index standard de la musique liturgique. Les textes bibliques des lectures notés sont également indiqués. Ceci est la plus grande contribution du catalogue pour le chercheur et celle qui a demandé le plus d’attention à l’A., car l’identification des pièces dans ces outils de recherches, souvent des livres difficilement accessible, demande une connaissance profonde de cette littérature musicologique. L’utilité c’est que les chercheurs peuvent à présent connaître le contexte « répertorial » de chaque pièce.

12Le catalogue est suivi d’une table synoptique du sanctoral d’été dans les sept antiphonaires d’Autun – il est très exceptionnel d’avoir autant d’antiphonaires médiévaux d’une seule et même église – ce qui permet de voir la stabilité du répertoire à travers des siècles. Puis suivent les index : une liste alphabétique des incipit des antiennes et répons, groupés parce que les deux sont édités ensemble dans le Corpus antiphonalium officii de René-Jean Hesbert, des incipit des hymnes et des chants du propre de la messe, groupés par genre. Viennent ensuite les index des proses, prosules ou éléments de tropes, les varia (compositions polyphoniques, conduits, drames liturgiques, lectures bibliques notées, chants litaniques ou de procession, chant pour les défunts, preces, théorie de la musique avec ou sans notation), et une table alphabétique des incipit du chansonnier, Dijon, Bibliothèque Municipale, Ms. 517.

13Il est difficile d’insister assez sur la contribution que ce catalogue et le site web représentent. D’abord, les manuscrits inclus ne sont pas limités aux livres traditionnellement associés avec la musique, les antiphonaires et graduels, mais incluent tout ce qui se trouve dans les bibliothèques, y compris les livres avec notation, souvent ancien, en feuille de garde, et des fragments avec notation, tous entièrement dépouillés ici. Ce qui ressort est donc un répertoire considérable de chants qui n’avaient jamais été indexés : les chants des messes propres et des chants votifs, les litanies et lectures notées, et certaines offices propres, hymnes et séquences locaux.

14Mis à part quelques fautes de frappe et problèmes de mise en page (couverture arrière), ce catalogue est remarquable dans le détail et l’exactitude des informations. Il constitue un complément essentiel aux catalogues de Victor Leroquais, qui n’a pas décrit les répertoires musicaux ni les livres musicaux (antiphonaires, graduels, etc.). En effet, la série CMN offre un modèle à suivre pour maints projets de catalogage dans d’autres pays de l’Europe. Il faut se demander pourquoi ce projet n’aurait pas pu faire partie du projet de RISM, mais il reste derrière des problèmes de financement des projets internationaux qui n’auraient fait que ralentir l’œuvre considérable entreprise par Dr. Meyer.

15Si les catalogues du CMN aident les chercheurs à trouver les pièces notées, leur utilité est mitigée par les limites imposées par le copyright et les droits de reproduction des images. D’abord le copyright : le site web de Dr. Meyer inclut certaines descriptions, ce qui permet une recherche des incipit en ligne. Mais une fois ces descriptions publiées, certaines doivent être retirées du site web. Le chercheur est donc obligé de chercher les incipits dans les index du volume publié, et même si C. Meyer a mis certains index en ligne, il explique que tout ce qui est dans les catalogues n’est pas dans ces index. Or l’idéal serait d’avoir l’ensemble du texte de chaque catalogue en ligne et donc de pouvoir retracer d’un clic la diffusion d’une pièce notée à travers les manuscrits français. Autre manque, mais qui pourrait être comblé, est l’absence de renvois aux numéros des offices propres des saints du catalogue d’Andrew Hughes et des index aux saints et aux offices propres.

16Pire encore est le problème des images. La préparation du catalogue a nécessité l’accès aux images, compte tenu des frais excessifs de séjour dans toutes ces bibliothèques. Ce dernier problème a été résolu en partie grâce à la numérisation des films IRHT mis à la disposition de Dr. Meyer par les bibliothèques. Les catalogues achevés permettent aux chercheurs de localiser les pièces notées, mais comment les voir, et surtout comparer ? Gallica permet un accès immédiat aux milliers de manuscrits de la BnF, mais pour les bibliothèques publiques en dehors de Paris, la situation varie d’une bibliothèque l’autre. L’IRHT détient une collection de milliers de microfilms et de numérisations qu’il rende accessible au public dans la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux (BVMM), mais tous les films ne sont pas accessibles et certaines sont d’une qualité médiocre. En bref, l’apport final aux recherches du CMN reste limité par l’accès aux images, toujours difficile, payant, et règlementé. Dans ce domaine, l’« open access » est souhaitable.

17Le CMN initié par Dr. Meyer répond à un projet évolutif pour les recherches en musicologie et bien d’autres disciplines, et visionnaire, parce qu’il touche aux frontières des possibilités de catalogage réalisable avec la technologie actuelle. Les contraintes dont le seul but est le profit financier ne devraient pas empêcher les musicologues d’écrire l'histoire musicale indissociable de l’histoire des monuments architecturaux et artistiques de la France médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Haggh Huglo, « Christian Meyer (dir.), Collections de Bourgogne et d’Île-de-France : Autun, Auxerre, Avallon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon, Melun, Provins, Semur-en-Auxois, Sens »Cahiers de civilisation médiévale, 238 | 2017, 187-190.

Référence électronique

Barbara Haggh Huglo, « Christian Meyer (dir.), Collections de Bourgogne et d’Île-de-France : Autun, Auxerre, Avallon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon, Melun, Provins, Semur-en-Auxois, Sens »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 238 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccm/6031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.6031

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cahiers de civilisation médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search