Navigation – Plan du site

AccueilNuméros237Comptes rendusJoachim Hamm et Bertram Söller, P...

Comptes rendus

Joachim Hamm et Bertram Söller, Parzival. Nach Wolfram von Eschenbach. Neu erzählt von Wolf Wiechert. Mit Auszügen aus dem mittelhochdeutschen Roman

Patrick Del Duca
p. 82-83
Référence(s) :

Joachim Hamm et Bertram Söller, Parzival. Nach Wolfram von Eschenbach. Neu erzählt von Wolf Wiechert. Mit Auszügen aus dem mittelhochdeutschen Roman, Wurtzbourg, Königshausen & Neumann, 2013.

Texte intégral

1Le roman de Parzival, composé vers 1200-1210 par Wolfram von Eschenbach, a pour source le Conte du Graal de Chrétien de Troyes – même si l’adaptateur allemand s’en défend et évoque un texte oriental retrouvé à Tolède par un certain Kyot. Le poète, sans doute issu de la région de Nuremberg, ajoute en première partie l’histoire du père de Parzival puis continue l’œuvre inachevée de Chrétien. Il transforme ainsi profondément de nombreux passages et confère une fin au texte français. Le roman allemand compte près de 25 000 vers, tandis que le roman de Chrétien s’interrompt au milieu des aventures de Gauvain, après un peu plus de 9 000 vers. L’œuvre allemande nous est transmise par plus de 85 manuscrits et fragments, ce qui témoigne de son immense succès.

2Depuis la première édition du texte en 1833 par Karl Lachmann, ce roman a fait l’objet de nombreuses éditions unilingues ou bilingues, textes longs et complexes, le plus souvent adressés à un public universitaire. On peut songer aux traductions de Wolgang Spiewok (Reclam 1981), Peter Knecht (De Gruyter 2003) et de Dieter Kühn (Deutscher Klassiker Verlag 2006), toutes trois accompagnées du texte médiéval établi par K. Lachmann. À côté de ces éditions savantes, il existe quelques vulgarisations en langue moderne, des textes remaniés et destinés à la jeunesse, notamment celle d’Auguste Lechner (Arena 1979).

3Le présent ouvrage s’adresse à un public large, composé notamment de lycéens (« schulisches Publikum »). Il s’agit cependant d’une approche hybride qui se distingue radicalement d’un simple texte destiné à la jeunesse. Le but est de familiariser en douceur le jeune lecteur à la langue médiévale et au texte tel qu’il se présentait dans les manuscrits. En effet, cet ouvrage se compose de vingt chapitres et présente systématiquement des extraits en moyen haut-allemand accompagnés d’une traduction en allemand moderne et des notes lexicales. À cela viennent s’ajouter des reproductions de pages extraites de deux manuscrits médiévaux contenant le roman (essentiellement du Codex palatinus germanicus 339, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque universitaire de Heidelberg), et surtout le texte abrégé du roman, adapté librement en allemand moderne. Ce texte moderne a été rédigé par Wolf Wiechert, écrivain et poète contemporain, auteur de plusieurs romans. Des chercheurs ont également participé à l’élaboration de ce projet, notamment Joachim Hamm, professeur à l’université de Würzburg, et Bertram Söller, professeur au lycée d’Elsenfeld.

4Le résumé moderne reprend les principaux passages du roman, les points forts et incontournables du texte de Wolfram. Le but n’est pas tant de raconter en langue moderne une version adaptée du Parzival mais de mener, à partir de cette version moderne, le jeune public vers le texte et les supports d’origine. Le tout est complété par une brève postface qui présente le Parzival de Wolfram, les principes d’édition ainsi que l’équipe éditoriale ayant travaillé à ce projet. La postface est suivie d’un glossaire traduisant et expliquant les principaux concepts médiévaux apparaissant dans le texte, ainsi que d’une description des deux manuscrits utilisés pour la présente édition, de commentaires relatifs aux illustrations, et enfin d’un registre des noms de lieux et des noms propres.

5Cette initiative doit, à notre sens, être saluée et le pari nous semble tout à fait réussi : le texte en allemand moderne est plaisant à lire et respecte l’esprit du roman médiéval, les passages sont bien choisis et permettent de se faire une idée précise de l’action et de son sens. Les extraits en moyen haut-allemand, élaborés d’après le texte établi par K.  Lachmann, constituent un complément précieux et, parce qu’ils demeurent brefs, familiarisent le lecteur avec cette langue ancienne sans courir le risque de le rebuter. On peut juste regretter que les reproductions tirées des manuscrits médiévaux soient, sans doute pour des raisons de coût, en noir et blanc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Del Duca, « Joachim Hamm et Bertram Söller, Parzival. Nach Wolfram von Eschenbach. Neu erzählt von Wolf Wiechert. Mit Auszügen aus dem mittelhochdeutschen Roman »Cahiers de civilisation médiévale, 237 | 2017, 82-83.

Référence électronique

Patrick Del Duca, « Joachim Hamm et Bertram Söller, Parzival. Nach Wolfram von Eschenbach. Neu erzählt von Wolf Wiechert. Mit Auszügen aus dem mittelhochdeutschen Roman »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 237 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/6119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.6119

Haut de page

Auteur

Patrick Del Duca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search