Navigation – Plan du site

AccueilNuméros256Sexualité et mariage dans les cha...

Sexualité et mariage dans les chansons de geste et juridiction de l’Église

Sexuality and Marriage in the Chansons de Geste and in Canon Law
Bernard Ribémont
p. 327-355

Résumés

La chanson de geste met régulièrement en scène des mariages, qui sont motivés par le sentiment comme par les intérêts de la classe aristocratique. Il apparaît dans ce contexte que les jongleurs prônent une orthodoxie conforme aux vœux de l’Église, en particulier autour de la question du consensus, même en jouant sur limites et transgressions, comme c’est le cas des épopées tardives. L’objet du présent article est donc de mettre en regard le traitement de l’union matrimoniale dans les épopées médiévales et la juridiction et les préconisations de l’Église.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

“Amour courtois” et épopée
La “femme épique” et l’amour
L’Église, le mariage et l’épopée
Tensions
Un droit en constitution : le mariage est un bien
Orthodoxie et présence du prêtre
Validation du mariage, consommation
La question du consentement et de la patria potestas
Les “jeux” de la chanson de geste : nuances, limites, transgressions
Chansons tardives
Conclusion

Aperçu du texte

La chanson de geste, comme on le sait, propose une fictionnalisation de l’Histoire par une représentation de la société féodale à l’aune du souvenir de périodes passées, mérovingienne (Floovant), carolingienne, de Charles Martel à Louis le Pieux pour ce qui concerne les chansons produites aux xiie et xiiie siècles ; cette représentation, si elle s’élargit géographiquement dans certaines chansons tardives, avec l’entrée en scène d’empereurs byzantins (Belle Hélène de Constantinople, Florence de Rome), ou chronologiquement avec le Capétien Hugues Capet, demeure largement dans la tradition épique première : Florent et Octavien, Ciperis de Vignevaux reviennent aux Mérovingiens, au demeurant sans se soucier d’anachronisme – ce qui est révélateur d’une dialectique passé/présent –, Ciperis étant le fils naturel de la fille du duc d’Orléans, titre féodal créé en 1344 par Philippe VI de Valois ; l’action de Lion de Bourges se passe sous Charlemagne et si l’empereur de Constantinople intervie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Ribémont, « Sexualité et mariage dans les chansons de geste et juridiction de l’Église »Cahiers de civilisation médiévale, 256 | 2021, 327-355.

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Sexualité et mariage dans les chansons de geste et juridiction de l’Église »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 256 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/8403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.8403

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

EA 4710 – POLEN/Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search