Navigation – Plan du site

AccueilNuméros256Comptes rendusFederico Corriente, Christophe Pe...

Comptes rendus

Federico Corriente, Christophe Pereira et Ángeles Vicente, Dictionnaire des emprunts ibéro-romans : emprunts à l’arabe et aux langues du monde hispanique

Bernard Darbord
p. 382-385
Référence(s) :

Federico Corriente, Christophe Pereira et Ángeles Vicente, Dictionnaire des emprunts ibéro-romans : emprunts à l’arabe et aux langues du monde hispanique, Berlin/Boston, De Gruyter (Encyclopédie linguistique d’Al-Andalus, 3), 2019.

Texte intégral

1L’arabe ibérique est un ensemble de dialectes de la langue arabe fondés sur des substrats variés et enrichis par de nombreux apports externes. Il fut vecteur d’innombrables traits culturels qu’on retrouve dans l’espagnol, le portugais, le galicien ou le catalan d’aujourd’hui. La diversité de ces phénomènes culturels apparaît dans l’analyse lexicale que nous offre ce dictionnaire, volume no 3 d’une Encyclopédie linguistique d’Al-Andalus. Dans leur avant-propos, les auteurs précisent que l’ouvrage est le fruit des travaux de leur groupe de recherche de « dialectologie néo-arabe occidentale ». Ces travaux ont permis les avancées qu’on retrouve dans ce dictionnaire. Est cité en particulier comme travail précurseur sur les emprunts l’ouvrage de Federico Corriente, Dictionnary of Arabic and Allied Loanwords: Spanish, Portuguese, Catalan, Galician and Kindred Dialects (Leyde/Boston, Brill [Handbook of Oriental Studies, Section 1 The Near and Middle East, 97], 2008). F. Corriente est décédé en 2020, fort regretté de tous ses collègues. Le nouveau dictionnaire, publié en 2019, apporte, selon les auteurs, une vision plus globale de cette culture néo-arabe, non limitée au strict domaine ibérique. Le français a été la langue de rédaction choisie. Elle vaut selon les auteurs reconnaissance des travaux des arabisants francophones, mais elle permet aussi de mettre en juste perspective, et comme à égalité, les différentes langues romanes de l’espace ibérique. Le titre de l’ouvrage doit être lu dans sa totalité, avec son sous-titre. Sans cela, l’expression « Dictionnaire des emprunts ibéro-romans » serait ambiguë. Il s’agit d’étudier ce que l’espagnol, le portugais, le catalan, le galicien, l’aragonais doivent à la langue arabe, à la langue turque, au berbère… D’ailleurs, la complexité des échanges fait qu’on ne peut réduire la description à ces langues « du monde islamique » et bien des emprunts à d’autres langues sont justement signalés. D’emblée, le lecteur est saisi par ce merveilleux foisonnement des langues et dialectes et admet volontiers qu’une culture « monolingue » est un « rétrécissement culturel », autant qu’un « semi-analphabétisme », ainsi qu’il est dit dans l’avant-propos. La langue est une koinè, produit de ces rencontres.

2Le nécessaire multilinguisme de ce dictionnaire pose des problèmes de transcription, tous heureusement résolus. Les mots romans sont en italiques (albarza), le roman andalou est en majuscules (< roman andalou *BÁRÇA), mais on a dû ailleurs recourir à des transcriptions phonétiques, phonologiques, graphémiques ou « morphématiques », selon un système clairement exposé en avant-propos. Les données morphosyntaxiques ne sont pas absentes, appuyées sur un récent Aperçu grammatical du faisceau dialectal arabe andalou : perspectives synchroniques, diachroniques et panchroniques, publié par les auteurs chez De Gruyter en 2015. Sur le sujet de la morphologie, sont signalés les nombreux cas d’hybridation d’une forme arabe avec une dérivation romane. C’est le cas du portugais algibeira, qui unit le suffixe instrumental latin -ARIA à la racine arabe, ou encore careca en portugais, malecón, morcilla ou guadalajareño en espagnol.

3Le dictionnaire proprement dit occupe 551 pages. Il est suivi d’une bibliographie considérable, exploitée et mise en perspective dans les notices et dans les notes. Apparaît ensuite un « index alphabétique des mots et phrases d’autres langues mentionnés dans les entrées ». Chacun de ces mots renvoie à une entrée principale du dictionnaire. 58 langues sont ainsi convoquées. Par exemple, la racine marocaine « lwāyin » se retrouve dans le mot portugais lula qui désigne le “calmar” et est connu et employé par toute la population portugaise aujourd’hui. Cet index est une invitation à la recherche, sur les contacts de l’arabe andalou avec le latin, le grec, l’hébreu, etc.

4Les formes rapportées ne sont pas datées. Cela est dommage, surtout dans le cas d’un dictionnaire d’emprunts. En français, nombre de mots d’origine arabe sont très récents, datant de la colonisation du Maghreb (bézef, bled, flouze, etc., justement documentés dans ce dictionnaire, fissa reçoit une entrée spécifique). On eût pu peut-être indiquer une date pour chaque entrée, mais le faire pour toutes les formes aurait considérablement alourdi l’ouvrage. Le lecteur peut toujours se tourner vers les bases de données lexicales.

5Les formes entendues et employées encore aujourd’hui auraient pu être signalées comme telles. Ainsi l’entrée abercoc (aragonais) signale la forme albricoque (ou abricoque) employée aujourd’hui en Algarve, issue du latin persica praecoca et passée par le grec et l’arabe. Dans le reste du Portugal, au contraire, c’est le mot alperce qui désigne l’abricot, clairement distinct de la pêche (pêssego < latin malum persicum). Pêssego et alperce sont donc issus du même étymon latin. Pêssego désigne clairement la pêche et alperce désigne l’abricot, le deuxième étant hybridé d’un article arabe. Alperce est très vivant en portugais, à la différence du français alberge qui a disparu. Nombreux sont les cas d’un même étymon qui produit deux mots différents à la suite de deux évolutions séparées et au travers de langues différentes. On peut citer l’exemple du pehlevi pistag qui donne en espagnol alfóstigo et pistacho.

6L’ouvrage ainsi conçu recèle un nombre impressionnant de variantes : il est donc fait de multiples entrées qui renvoient à l’entrée principale : pour exemple, abarriscar et abarrisco (p. 5) constituent une entrée qui renvoie à risc. Parfois, un oubli à corriger : çapato renvoie à zapato qui n’apparaît pas à sa place.

7Une autre qualité de ce dictionnaire, qui rend sa lecture particulièrement agréable, est qu’il est nourri de l’apport de grands textes (Libro de buen amor, Lozana andaluza, Historia de España…) et aussi des trésors populaires : proverbes, parémies, comptines, poésie dialectale andalouse, zéjeles, etc. : ainsi (p. 420) matarile (castillan) « est le premier mot du refrain d’une chanson enfantine, matarile rile rile matarile rile ron, chimpón…, probablement corrompu de l’arabe andalou ».

8J’émets une suggestion à destination des auteurs et de leur éditeur : si une nouvelle édition est prévue, qu’on ajoute à l’appareil critique un « index des notions (métalangue) » qui permettrait au lecteur de regrouper tous les phénomènes rencontrés et décrits. Proposons pour exemples de ces notions : analogie (contamination ou ressemblance), assimilation, calque, dérivation, emprunt, hapax, hybridation, lecture fautive, métanalyse, métaphore, métonymie, sabir, ultra-correction… et bien d’autres outils.

9Ce nouveau tirage permettrait aussi de corriger les quelques coquilles dispersées de-ci de-là. Ces imperfections ne dérangent jamais la clarté et la précision de l’exposé.

10Nous étudions maintenant quelques phénomènes rencontrés.

11Les langues ibéro-romanes sont une koinè qui reflète les échanges, les pérégrinations, les conquêtes que l’histoire a retenus. Ainsi les expéditions des Portugais en Extrême-Orient ou les expériences des galériens en Méditerranée ont permis l’emprunt à de multiples langues, dûment répertoriées dans ce dictionnaire. Donnons pour exemple la notice (p. 304) de l’entrée corbacho (castillan) : « “fouet” : < néo-arabe kurbāg < turc kurbaç, probablement à travers les galériens captifs et parfois libérés ; d’où aussi le synonyme français cravache, mais dans ce cas à travers l’allemand Karbatsche et le polonais karbacz… ».

12Il arrive que certaines étymologies proposées s’opposent de front aux explications traditionnelles. Donnons pour exemple l’entrée tiburón : « Tiburón (castillan), tubarão (portugais) et tauró (catalan) “requin” : probablement < turc dik burun, littéralement “museau raide”, métaphore de l’arrogance ou de l’entêtement, qui aurait été transmis par les captifs chrétiens forçats dans les galères ottomanes. » Il est précisé en note que le nom le plus habituel du requin en turc est köpekbalığı, littéralement « poisson-chien », comme en italien pescecane. Ce dernier mot est à rapprocher aussi du français requin formé d’une variante normande préfixée de chien (quin) (voir Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey [dir.], Paris, Le Robert, 1994). Cette explication de F. Corriente par le turc est séduisante, le requin ayant toujours été tenu pour un prédateur dangereux. Elle est originale car absente des dictionnaires étymologiques : Joan Corominas et José Antonio Pascual (Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, Madrid, Gredos [Biblioteca románica hispánica, diccionarios, 7], 1980-1991) pour le castillan et pour les langues de la péninsule Ibérique, José Pedro Machado (Dicionário etimológico da língua portuguesa, Lisbonne, Horizonte, 1977, 5 vol.), ou Antenor Nascentes (Rio de Janeiro, F. Alves, 1932) pour le portugais. L’origine la plus admise par tous ces dictionnaires est un mot de la langue tupi : t-uperú > tubarão, “le requin”, après mécoupure de l’article t du tupi (« le requin »). Le mot portugais serait passé en espagnol, mais aussi en catalan tubarão > taburón > tauró (J. Corominas et J. A. Pascual s.v. tiburón). L’explication de J. Corominas s’appuie sur de nombreux textes et l’observation du squale près des eaux américaines, ce qui nous éloigne de l’hypothèse de la langue turque. La première attestation (après 1525) de tiburón selon CORDE (Corpus diachronique de la Real Academia Española) est un texte portant sur la conquête du Mexique (Andrés de Tapia) qui montre que tiburón est un emprunt à une langue amérindienne (« e yo vi que en el navío donde yo estaba tomamos un pescado que llaman tiburón que es a manera de marrajo, e segund pareció habié comido todas las raciones que daban de carne a los soldados e personas que iban en el armada »). Notons que le terme hyperonyme suggéré par A. de Tapia (marrajo, portugais marraxo) semble désigner une espèce orientale, selon le Diccionario de Autoridades (1726) : « […] hállase regularmente en el Mar Índico, y su carne no sirve de alimento. »

13Le mot naipe conduit les auteurs à défendre, contre J. Corominas et J. A. Pascual, l’origine arabe andalouse. L’étymon désignait le “jeu” par un mot qui, en arabe classique, désignait “l’objet du blâme”. Il est bon de rappeler, comme font J. Corominas et J. A. Pascual, que naipe, aujourd’hui, n’a pas le même sens en espagnol (“carte à jouer”) et en portugais (les “couleurs” de la carte à jouer).

14On découvre une étymologie originale pour gorra : « “béret”. Probablement une métonymie facétieuse mauresque de l’arabe andalou ġúrla < arabe classique ġurlah “prépuce”… ». On peut voir là plutôt une métaphore. Gorra est en français moins un “béret” qu’une “casquette”. Il faut souligner que ces mots : boina, gorro, gorra, bonnet, béret, casquette… sont très évocateurs et sont l’objet d’une riche phraséologie dans les deux langues. L’hypothèse arabe est donc loin d’être déplacée. Pour J. Corominas et J. A. Pascual, l’origine est incertaine, mais pourrait remonter au français médiéval gorre, “élégance”, mot lui-même d’étymologie incertaine.

15Aínda (adverbe portugais) est un autre cas intéressant où F. Corriente et alii proposent un emprunt à l’arabe andalou : « sans une étymologie romane convaincante, il pourrait s’agir d’une phrase hybridée de roman andalou et d’arabe andalou… selon une structure qu’on retrouve dans adrede, hasta, à-toa, etc. » On observe que J. Corominas et J. A. Pascual ne proposent pas une étymologie romane mais pré-romane (s.v. aínda) : « adverbio gallego-portugués de etimología incierta ; probablemente es de origen prerromano, y afín a la conjunción indi o inda, que con el valor de “y” es frecuente en las inscripciones sorotápticas de época imperial, encontradas en el Poniente y el Oriente de la Península ». J. P. Machado écrit semblablement que la forme ancienne est inda, mais lui attribue une étymologie latine, proposant quelques formes possibles, jamais convaincantes, ce que fait aussi A. Nascentes qui est tout aussi dubitatif : « A verdadeira etimologia ainda não ficou provada ». La forme inda reste très entendue, dialectalement, au Portugal.

16Le mot espagnol hazaña désigne, comme son étymon arabe, un “exploit, une prouesse”. C’est sans doute la ressemblance ou l’analogie avec le verbe fazer>hacer qui a fait qu’au Moyen Âge, le terme fazaña désignait un fait, un cas juridique souvent répréhensible, une fable (Libro de buen amor strophe 188d), voire un proverbe (Libro de buen amor, 580a).

17L’entrée folar (portugais et judéo-castillan) propose un étymon original, absent des autres dictionnaires : « arabe andalou fullár “feuillant” < bas-latin foliaris ». Cette “sorte de douceur” est plus précisément le gâteau consommé à Pâques dans tout le Portugal. Le fait que sa recette diffère entre le sud (gâteau sucré) et le nord du Portugal (gâteau salé) rend cette étymologie « mozarabe » plus probable encore.

18Le mot fulano (portugais et castillan) apparaît sous l’entrée foão (vieux portugais), ce qui ne facilite pas la recherche. La forme portugaise fulam n’est pas signalée, à la différence de fulán (vieux castillan, asturien).

19Un emprunt peut se faire sans que change beaucoup le signifié au cours du passage d’une langue à une autre. C’est le cas d’un terme technique ou scientifique portant sur une notion nouvelle (monção, monzón, mousson), mais on observe souvent que le transfert est de nature métaphorique ou métonymique. Ce dictionnaire permet d’observer ces phénomènes. Le mot alforreca désigne en portugais la “méduse”. Le vocable (« probablement », p. 116) vient par métaphore d’un mot de l’arabe andalou qui désigne l’ortie. La métonymie est présente dans : « alcouce (portugais) “bordel” : probablement < arabe andalou al+qáws < arabe classique qaws “arc”, car on pratiquait souvent la prostitution sous les ponts ». De même, dans la péninsule, les prostituées fréquentaient les tavernes que l’on ornait de ramures pour signaler qu’elles étaient ouvertes. Par métonymie s’est ainsi créé le mot ramera, comme l’écrivent J. Corominas et J. A. Pascual qui précisent ainsi leur hypothèse (s.v. ramo) : « Ramera, derivado común al castellano con el portugués: se explica este nombre porque la ramera al principio era una prostituta disimulada, que fingiendo tener taberna ponía ramo a su puerta. »

20On peut en conclusion se réjouir de la venue de ce dictionnaire, dont on apprécie la probité, la richesse, la concision, l’originalité ainsi que la clarté de la démarche méthodologique. Un remarquable outil de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Darbord, « Federico Corriente, Christophe Pereira et Ángeles Vicente, Dictionnaire des emprunts ibéro-romans : emprunts à l’arabe et aux langues du monde hispanique »Cahiers de civilisation médiévale, 256 | 2021, 382-385.

Référence électronique

Bernard Darbord, « Federico Corriente, Christophe Pereira et Ángeles Vicente, Dictionnaire des emprunts ibéro-romans : emprunts à l’arabe et aux langues du monde hispanique »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 256 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ccm/8730 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccm.8730

Haut de page

Auteur

Bernard Darbord

EA 369 – Études romanes – Université Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search