Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Hommage à Réa SimonMonge

Hommage à Réa Simon

Monge

Jacques d’Anglejan
p. 37-38

Monge

d’un côté les boîtes de cigarillos vides, de l’autre un portrait mélancolique de C sur la couverture d’un journal suisse, et au-dessus, mystérieuse, une grande photo d’un lièvre, le chauffage en marche du 1er septembre au 15 août assure une température de vivarium, et cinq étages plus bas on trouve le supermarché pharmaceutique (« beauté, forme, santé ») qui avait digéré il y a longtemps le Café du Marché et le souvenir même de la propriétaire obèse et auvergnate, Madame Falissart

il y avait maintenant des années que Réa avait renoncé à descendre, sinon pour quelques excursions hospitalières, et notre projet d’un tour de Paris en taxi – qui serait passé par la rue du Dragon, la rue Rousselet, la Closerie des Lilas où elle avait rencontré C en 1961 – était finalement tombé à l’eau au dernier moment

cependant tout cela était présent, bien vivant : Poros et Chios, ou le carton des 40 années de la correspondance avec ses parents à Athènes (en revanche on n’avait jamais pu retrouver les lettres et cartes échangées avec C), et les collages au format d’icônes byzantines qu’elle aimait faire

sa chambre était à la fois salon, salle à manger, cabine de bateau et surtout fumoir : à droite une platine à disque sans saphir au-dessous d’une image de Mozart de profil, en face une reproduction d’un dessin de Van Gogh (« Paysage de la Crau ») et de l’autre côté du lit deux cartes de la Grèce, une pierre de l’Hymette en forme de balancier d’horloge, un portrait de C accroupi à Salses combinant des objets, la photo de graffitis sur une machine agricole à Pharsale, et une autre, étonnante mise en scène picassienne d’un peintre à tête de taureau face au torse dénudé d’une femme sans tête

plus au nord et donnant sur la Place, le bureau, frais et calme : un paravent, le masque africain rayé (« Rimbaud »), la table basse recouverte de carreaux bleus, avec les pistolets de marine, ailleurs deux petits tableaux de Soulages et Miró, la cuisine avec ses pellicules millésimées de peinture moutarde, mais nulle part et jamais aucune machine à laver, et puis pas d’ascenseur comme chacun sait

Réa simple, modeste et dont on trouvait le numéro dans l’annuaire, mais aussi Réa tyrannique et séductrice, pure intellectuelle, lectrice exigeante et parfois intraitable des manuscrits de Claude : les jours d’entrain, Pénélope est paisible, très intelligente, drôle, bavarde (ses « je ne sais » ou « à peu près » mélodieux si on prenait de ses nouvelles), et tricote ses souvenirs, puis succèdent les jours de colère où il faut filer entre les cigarillos et le lièvre, revenir au métro, acheter le journal chez Alphonse au kiosque, retrouver le réel, oublier les amis par procuration, morts ou vivants, Athènes, Psychiko, l’Olympe et Minuit

chère Réa disparue, un gros chagrin donc

  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search