Navigation – Plan du site
Relire l'Acacia

Un drôle d’arbre  : L’Acacia de Claude Simon

An usual tree : L’Acacia by Claude Simon
Ralph Sarkonak 
p. 53-80

Résumés

Le titre du roman L’Acacia est hautement métaphorique. Il ne désigne pas simplement un arbre, mais un motif spéculaire, en l’occurrence une certaine forme d’arborescence qui permet de rendre compte de l’oeuvre à différents niveaux : celle des arbres de famille au sein de la diégèse, celle des phrases et autres unités transphrastiques sur le plan de l’écriture, celle enfin de l’engendrement intertextuel, qui donne lieu à des ramifications sans fin au niveau de l’ensemble de l’oeuvre simonien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Écrit peu de temps après la parution de L’Acacia, cet article a été publié une première fois dans R (...)
  • 2 Les références seront données dans le texte. Pour les renseignements bibliographiques, voir la list (...)

«  dans le réseau compliqué des branches […] les feuillages s’agitant de nouveau  » Histoire 38112.
«  Je continue ma route, moi aussi remâcheur de cadavres, remâcheur de passé que je dispute au rêve.  » Le Tricheur 54.
«  Me rappelant l’endroit  : environ dans le premier tiers en haut d’une page de droite.  » La Bataille de Pharsale 20.

  • 3 L’épigraphe tirée de Four Quartets de T. S Eliot le dit du reste  :
    Time present and time past
    Are (...)

1Huit ans après la publication des Géorgiques en 1981, l’intarissable Claude Simon fait paraître L’Acacia, un livre de près de quatre cents pages. Si la parution de n’importe quel texte de Simon est un événement qui marque l’année littéraire, la publication de L’Acacia, un roman qui renoue avec toute la production antérieure de l’écrivain, tout en innovant au niveau de sa texture romanesque et scripturale, est un évènement majeur dans l’histoire du roman du xxe siècle. Composé de douze chapitres dont les titres sont constitués par des dates, L’Acacia se présente comme un chassé-croisé perpétuel entre deux histoires – celle des futurs parents et celle de leur fils – et entre deux époques – la fin du siècle dernier et la première partie du nôtre jusqu’en 1940. Par la thématisation des deux mobilisations, des deux guerres, les histoires du père et du fils sont sans cesse juxtaposées et comparées. Cinquante ans après le début de la Seconde Guerre mondiale, soixante-dix ans après la «  paix  » de Versailles, et soixante-quinze ans après la mobilisation de 1914, l’avènement de L’Acacia sur la scène littéraire souligne plus que jamais une des constantes de l’écriture simonienne  : la concomitance du présent et du passé3. Nous nous proposons d’étudier comment, à partir du titre et de ses ramifications, la notion d’arborescence donne à ce roman son unité et sa signification.

  • 4 «  Enfin on chevillait toujours avec de l’acacia. Ce bois, sec, prend l’aspect et la dureté de la c (...)
  • 5 «  […] bien avant d’arriver à l’allée des Acacias leur parfum qui, irradiant alentour, faisant sent (...)
  • 6 Dans le roman de Simon, la référence proustienne – on serait tenté de dire l’hommage qui est rendu (...)
  • 7 «  comme s’il [le vieux général] avait été extrait pour la circonstance (la guerre) intact, ivoirin (...)
  • 8 Voir Ricardou, 1975, 10-11. Faisons remarquer que dès le premier roman de l’auteur, Le Tricheur, on (...)

2Comme on le devine, chez Simon, cette signification ne saurait être que textuelle, c’est-à-dire multiple. Qu’en est-il donc de cet acacia qui depuis Le Tricheur (le premier roman que Simon a publié, en 1945, mais qu’il avait terminé dès 1942) apparaît de temps en temps à travers son œuvre  ? Le dictionnaire nous apprend que c’est un «  [a]rbre au fût élancé, aux branches épineuses, aux fleurs odorantes formant des grappes blanches (parfois jaunes ou roses), scientifiquement appelé robinier  » (Le Grand Robert). Or, même le sens référentiel du mot arbore une importance littéraire dans le contexte, pour les raisons suivantes  : premièrement, le terme «  acacia  » recouvre deux espèces, si bien que de par la dénotation botanique du titre, le roman se met sous le signe du double  ; deuxièmement, à partir de la gomme arabique que donnent certains acacias, on fabrique de l’encre, donc marque et trace de l’écriture  ; et, troisièmement, la dureté du bois d’acacia permet la fabrication de cheville4, d’où une remarquable mise en abyme de la liaison et de la correspondance intertextuelles. On retrouve aussi l’idée de la permanence dans le sens symbolique de l’arbre selon lequel c’est un «  gage de résurrection et d’immortalité  » (Chevalier et Gheerbrant), car sa «  présence est […] censée immortaliser celui qui est pourvu de tous ces mérites  ». De ce point de vue, il est intéressant de noter que dans les dictionnaires de langue, acacia parait entre acabit et académicien. Est-ce que Simon ferait allusion au fait qu’il n’est pas (encore) de l’acabit d’un académicien, lui dont les livres sont si peu académiques, voir à l’immortalité d’une œuvre qui est déjà chose acquise  ? Ou aux processus sans fin de la création littéraire et de la production intertextuelle  ? Car pour tout lecteur qui lit ce roman, ou même qui le feuillette dans les confins d’une librairie, la référence proustienne s’impose avec la force outrecuidante d’une véritable évidence5. Et on connaît aussi bien l’influence que Proust exerce sur Simon que l’usage intertextuel que celui-ci a fait de l’œuvre de celui-là dans La Bataille de Pharsale6. Bref, L’Acacia dit et figure sa propre littérarité aussi bien que son «  twenthieth centuriness  », par cette «  citation  » de la Recherche. Certes, la célèbre allée des acacias ne paraît pas dans le roman de 1989. (Par contre, elle paraît dans Les Géorgiques7.) Mais cela n’empêche pas que déjà par son titre L’Acacia se mette sous le signe de l’intertextualité, et cela du double point de vue de ce que l’on a appelé l’intertextualité générale (Proust) et l’intertextualité restreinte (Simon)8. En d’autres termes, le processus de la semiosis se montre à l’œuvre dans le titre de L’Acacia qui, par le cumul des niveaux référentiel, symbolique et littéraire, illustre à quel point le régime textuel est fondamentalement amphibologique.

3Simon est un auteur qui se dit incapable d’inventer quoi que ce soit. De toute évidence et pour notre bien, il est incapable de ne pas (r)écrire. Peut-être est-ce pourquoi à sa façon, ou plutôt à ses façons, il utilise Les Géorgiques de Virgile, Homage to Catalonia de George Orwell, Ulysses de James Joyce (dans Histoire), sans parler de sa «  pharsalade  » de 1969 qui est devenue l’exemple canonique de plusieurs études portant sur l’intertextualité (Van Rossum-Guyon, Jenny, Riffaterre [1988]). Un peu comme Sabine qui, dans L’Herbe et La Route de Flandres, n’arrête pas de ressasser les mêmes anecdotes concernant les Reixach, Simon ne cesse de récrire de vieilles histoires, car comme tout bricoleur digne du nom, il fabrique du neuf à partir de l’ancien. D’où la comparaison avec un Balzac dont on dit tant de mal ou avec un Faulkner dont on dit tant de bien. Si chez Simon, il ne semble y avoir aucun projet global, aucun désir totalisant de rivaliser avec un état civil ou non, par contre, dans beaucoup de ses romans, il existe des similarités évidentes entre tel ou tel personnage et ses avatars subséquents. Qui plus est, même quand il y a des différences entre un texte et un autre du point de vue de leur éventuelle cohérence diégétique, telle structure d’ensemble restera constante, par exemple, la génération du personnage et certains de ses liens de parenté.

4Pour montrer comment Simon travaille avec ses personnages, les groupant et les regroupant de multiples façons – tout comme un enfant qui joue et refait des ensembles en classe de mathématiques – rien ne vaut une représentation graphique. Donc, afin de comprendre le caractère unique et pourtant étrangement familier de L’Acacia – ou d’ailleurs aucun prénom ou nom de famille ne figure mais où en même temps l’ambiguïté est nulle – ainsi que son caractère novateur, les arbres généalogiques des personnages mis en scène dans plusieurs romans de Simon peuvent être utiles (cf. Britton 21, Sarkonak [1990] 34, 92, 178).

1. L’Herbe et La Route des Flandres

1. L’Herbe et La Route des Flandres

3. Les Géorgiques

3. Les Géorgiques
  • 9 Selon Britton, la «  génération  » peut se référer à «  the fictional process whereby new character (...)

5Aussi peut-on apprécier à quel point le processus de l’engendrement textuel va de pair chez Simon avec la notion d’arborescence. Ces arbres de famille, qui n’arrêtent pas de pousser dans toutes directions, s’engendrent les uns les autres et cela, par les techniques de la reprise diégétique et du retour des personnages. Rien d’étonnant donc qu’un roman qui exploite tant et si bien l’arbre généalogique de ses personnages récurrents reçoive pour titre un nom d’arbre, et pas n’importe lequel, mais l’acacia, un arbre qui – comme nous venons de le voir – est doué d’un sémantisme évocateur. Or, la grande innovation de L’Acacia consiste à intégrer, à combiner et à inclure en quelque sorte, les arbres de quatre romans antérieurs, car certains membres voire certaines branches ont déjà pu «  servir  » dans d’autres9. Prenons un moment pour passer rapidement en revue les deux «  côtés  » du personnel romanesque de L’Acacia. Commençons avec la famille de la mère du soldat de 1940.

6Le général d’Empire, c’est celui dont le buste en marbre se trouve au salon. Dans LesGéorgiques, il s’appelait Jean-Pierre L.S.M. mais le lien de parenté avec le garçon-soldat-vieillard reste essentiellement le même. Par contre, le lien de parenté entre le brigadier de 1940 et l’autre général d’Empire, celui du portrait que l’on trouve aussi bien dans L’Acacia que dans La Route des Flandres, où il s’appelle Henri Reixach, n’est pas clair. Le patriarche, qui est comparé à un pasteur anglican dans L’Acacia, était un «  faux pasteur baptiste  » dans Les Géorgiques. La grand-mère au visage dolent se retrouve dans Histoire, La Bataille de Pharsale, Les Géorgiques et L’Acacia. On ne parle nulle part de son mari. Dans Histoire, elle avait deux enfants  : la mère du narrateur et Charles. Dans L’Acacia, elle a eu trois filles et son beau-fils – le capitaine issu d’une famille de paysans jurassiens – est un peu le fils qu’elle n’a jamais eu.

7Quant à la mère du futur soldat de 1940, elle condense la mère du narrateur d’Histoire, qui joue un rôle si important dans ce roman, et une simple figurante qui n’est que mentionnée dans Les Géorgiques. En même temps, l’histoire de la mère dans L’Acacia incorpore des éléments de la vie de la mère de Louis dans Le Tricheur. Toutes les deux ont perdu leur mari pendant la guerre de 1914 et elles visitent les champs de bataille après la fin des hostilités pour trouver le cimetière où est enterré leur mari. (Ce qui prouverait, si besoin était, que L’Acacia appartient à une nouvelle manière de Simon, manière qui subsume et intègre toutes les autres, y compris la première). Par contre, les deux sœurs de la mère ne se trouvent que dans L’Acacia. Les deux filles de la sœur aînée de la mère du brigadier sont les deux vieilles dames à qui ce dernier rend visite lorsque, vieilli lui-même, il essaie d’en savoir plus long sur son père (L’Acacia, chapitre VII).

8Du côté de l’autre famille, la famille des paysans jurassiens, le père presque analphabète vient tout droit de L’Herbe  : c’est le vieux Thomas. La sœur aînée, celle qui a un «  nom d’impératrice ou de fastueuse courtisane  » (L’Acacia 18-19), fait penser à Eugénie dans L’Herbe et la sœur cadette, celle qui a un «  nom de déesse  », à Marie, car le nom complet de celle-ci était Marie-Arthémise-Léonie Thomas. Dans L’Acacia le frère des deux sœurs constitue une fusion, ou mieux une condensation, de deux personnages venus de romans antérieurs  : Pierre dans L’Herbe et Henri dans Histoire. Comme Pierre, le père du futur brigadier a été élevé par ses deux sœurs. Comme Henri, le père du soldat de 1939-40 est un militaire qui, après de longues fiançailles, épouse la «  femme-citadelle  », et met celle-ci enceinte lors de leur séjour dans une colonie française. Quant au brigadier, le fruit de cette union conjugale, lui aussi condense deux personnages  : Georges dans La Route des Flandres et le narrateur dans Histoire. Comme le premier, il fait la guerre de 1940 à cheval et comme le deuxième, sa mère est la femme d’un officier et non d’un professeur.

  • 10 «  […] d’un côté l’arrière-petit-neveu de l’insoumis, du paysan qui était resté quatre ans caché da (...)

9D’autres personnages pourraient s’ajouter à l’arbre généalogique du brigadier dans L’Acacia. Du côté de son père, il y a un vieil ancêtre, un arrière- arrière grand-oncle, qui s’est caché dans les bois pour ne pas faire la guerre à l’époque de Napoléon, ce qui fait de lui le double et le repoussoir pacifiste du colosse appelé Jean-Pierre L.S.M. dans Les Géorgiques10. (Jean-Marie ne figure pas dans L’Acacia, sauf sous la forme d’un fugitif et de sa course contre la mort dans la forêt.) Et une vieille tante à demi aveugle fait penser à la vieille femme dans Triptyque, que l’on trouve pour la première fois du reste dans Le Tricheur. Du côté de la famille de la mère, il faudrait ajouter un frère du patriarche qui est sénateur et les deux fils de celui-ci, un député qui est poète à ses heures et un officier de cavalerie qui se fait muter dans l’aviation. La maladie mortelle du dernier a déjà été racontée dans La Corde raide. Et on l’a vu, en photo tout au moins, dans L’Herbe, lorsqu’il était jeune.

10Que peut-on conclure, du moins de façon provisoire  ? La notion d’arbre généalogique fait penser, bien sûr, à l’union d’ensembles disparates. Or, c’est exactement ce que fait Simon car il greffe une partie d’un de ces arbres de famille à un autre pour en former un nouveau, la plus grande innovation consistant à greffer la branche des Thomas à celle du narrateur d’Histoire et à celle du garçon/soldat des Géorgiques. Si tant de titres de Simon promettent, affichent et mettent à nu un contrat d’intertextualité, au niveau des diégèses l’univers simonien est – et a toujours été depuis le premier roman – un univers en pleine expansion, un peu comme l’autre univers à ce que l’on dit.

  • 11 Un détail, parmi tant d’autres  : le personnage du brigadier est né la même année que son créateur, (...)

11Alors que dans plusieurs romans de la deuxième manière, les personnages du capitaine Reixach et de sa femme Corinne constituent la clé de voûte de la fiction, il est un peu surprenant de voir le sort qui leur est fait ici, car leurs traits pertinents sont dédramatisés et re-distribués. Par exemple, Reixach n’est plus un parent du brigadier qui sert dans son régiment, ni un descendant d’un général d’Empire. (Par contre, les portraits du premier Reixach et de sa femme reparaissent dans L’Acacia.) Quant à Corinne, elle a disparu tout à fait de la scène diégétique, sans doute parce que dans le dernier roman où elle a paru (Triptyque) la fictivité – tout comme le corps – du personnage avait été définitivement mise à nu. De sorte que dans L’Acacia, l’intérêt romanesque se déplace vers le père, la mère et leur fils, le soldat de 1940. Autrement dit, L’Acacia est un roman familial qui se passe des dernières séquelles essentiellement romanesques qui caractérisaient encore certains livres de Simon dans le passé. Il n’est pas dans notre propos de déterminer si l’arbre généalogique de L’Acacia est celui qui ressemble le plus à celui de Claude Simon lui-même11. Ce que l’on peut avancer en toute certitude, c’est que la façon dont ce roman combine et réarrange les précédents fait de ce nouvel arbre un remarquable principe générateur.

12La tension que l’on discernait depuis Histoire – le narrateur de ce roman est-il ou non, en partie ou pas du tout, le même que celui prénommé Georges dans des romans antérieurs  ? – est ici résolue une fois pour toutes. Déjà dans La Bataille de Pharsale et Les Géorgiques les deux personnages avaient été condensés sous forme d’une sorte de «  proto-Georges  » (Sarkonak [1990] 180). Mais alors que dans Les Géorgiques le soldat de 1940 et le garçon dont la mère est malade fusionnent, celui qui fait la guerre d’Espagne était, de toute évidence, un autre  : l’Anglais appelé O. Dans L’Acacia, par contre, le garçon dont la mère était mourante, le prétendu anarchiste de 1936, et le brigadier de 1940 sont des «  incarnations  » différentes du même personnage à divers moments de sa vie. Si nous avons parlé plus haut de condensation, il faudrait peut-être aussi soulever la possibilité que ce qui était auparavant un seul personnage s’est scindé en deux à partir du Palace pour retrouver son unité primordiale dans le roman de 1989. Dans L’Acacia, le centre d’intérêt du roman est l’union du père et de la mère et ce qui en résulte  : le bébé-garçon-touriste-anarchiste-soldat-ancien combattant-futur écrivain-vieillard. Si ce mariage avait déjà été exploré dans Histoire, la figure du père y restait encore inconnue et inconnaissable. Si bien que L’Acacia se présente et se donne à lire comme une véritable recherche du père, et cela dès les premières lignes de l’incipit où les trois femmes (ses deux sœurs et sa femme) accompagnées du fils âgé de six ans cherchent le cimetière où le corps du père aurait été enterré.

  • 12 «  The novels facilitate – one might say, collude in – the denial of conception by their suppressio (...)

13Ce qui explique le fait que d’autres figures paternelles soient absentes du roman, tels Pierre dans L’Herbe et La Route des Flandres et l’oncle Charles que Simon utilise dans des romans aussi différents que Histoire, La Bataille de Pharsale et Les Géorgiques12. Ou pour être plus exact  : Pierre et Charles ne sont pas totalement absents, seulement leurs traits ont été redistribués. Ainsi, la taille pachydermique de Pierre est prêtée à un autre personnage, le vieil oncle qui meurt d’un œdème, et la voix ironique de Charles est prêtée au personnage du fils lui-même qui, dans ce roman, arrive tout juste au point où il peut commencer à commenter l’expérience de la guerre qu’il vient de vivre. Quant à l’enfance et la jeunesse de Pierre, elles sont reprises dans L’Acacia et attribuées à celui qui s’appelait Henri dans Histoire.

14Ce père tant recherché et dont le récit met en scène la mort à plusieurs reprises. Ce père que le fils n’a pas connu (comme Roland Barthes dont le père est mort à la première Guerre aussi). Ce père qui a fait la guerre dans les mêmes lieux où le fils va la faire vingt-cinq ans plus tard. Ce père à qui la mère voue un culte avant de mourir à son tour, laissant le fils orphelin à l’âge de onze ans. Ce père contre qui le fils n’a pu se révolter comme Georges Thomas l’a fait dans L’Herbe et La Route des Flandres. Ce père imaginaire (Pugh [1982] 55) dont la mère avait déjà fait un texte sous la forme d’un récit épique que le fils soupçonne fortement d’être mensonger et romanesque, récit que L’Acacia «  corrige  », ou du moins récrit, en décrivant une mort banale, plate. Ce père qui attendait de mourir en quelque sorte depuis les débuts de l’œuvre et à qui il est enfin permis de mourir au niveau de la diégèse, alors que jusqu’ici Œdipe-écrivant l’avait «  tué  » textuellement en le scindant en quatre (le père de Louis, Pierre, Henri et Charles). Ce père et ses avatars intertextuels qui font tant problème depuis les débuts de l’œuvre. Ce père dont l’histoire et la mort sont enfin racontées et replacées dans son (inter)texte.

15Et pourtant, si importants soient-ils, les liens de parenté et le retour de certains personnages des romans précédents ne sont pas les seules relations textuelles qui caractérisent ce livre. En fait, L’Acacia se présente comme une véritable somme romanesque qui «  contient  » les autres textes de Simon. Or, la majeure partie de ces rapports intertextuels ne sont pas du type d’intertextualité qui a été exploité dans La Bataille de Pharsale. Là, Simon citait des textes de plusieurs autres écrivains, dont Proust, César, etc.. Ici l’intertextualité est une «  intra-intertextualité  » (Fitch 85), car les relations se font avec d’autres textes de l’intertexte, de l’œuvre. De plus, cette intertextualité n’est pas généralement citationnelle. C’est-à-dire qu’elle relève de l’hypertextualité, pour reprendre le terme que Gérard Genette a employé dans Palimpsestes (11-12). Au lieu de citer des fragments de ses œuvres antérieures, Simon y fait allusion en récrivant certaines des histoires, ou mieux des scènes, qui y sont décrites. De sorte que dans L’Acacia, il fait pour sa propre œuvre un peu ce qu’il a fait en récrivant le livre de Georges Orwell dans Les Géorgiques.

  • 13 Le scripteur simonien représente la figure même du cancre qui se venge sur l’établissement scolaire (...)

16Les exemples sont presque innombrables et donc la liste que l’on trouvera plus loin ne peut donner qu’une idée relative de l’ampleur du phénomène. D’une façon ou d’une autre, L’Acacia renvoie à tous les autres romans de Simon et à un de ses textes courts. Ce sera à d’autres lecteurs de comparer leurs propres listes à celle-ci et de faire des comparaisons détaillées. Parfois, il est difficile de cerner les limites des passages en litige, car telle page de L’Acacia peut renvoyer simultanément à plusieurs œuvres précédentes. (Nous donnons quelques renvois pour illustrer où on pourrait chercher si on voulait établir une banque de données basée sur ces «  variants  » intertextuels.) Et comme le sait tout lecteur de Simon, isoler tel fragment d’un de ses textes n’est pas chose facile, ne serait-ce que pour le citer  ! Si bien que l’on devrait considérer que les références suivantes désignent des zones d’intertextualité, zones qui se chevauchent parfois du reste (cf. Ricardou [1983] 197-98). En procédant à des prélèvements textuels, on verra que la récriture chez Simon comporte plusieurs sortes de transposition, dont la transvocalisation, la réduction et l’amplification13. Tel épisode, telle scène, qui dans un roman antérieur n’a pu être qu’esquissé, sera développé plus en détail ici. Par exemple, l’errance du soldat dans les bois après l’embuscade du 17 mai 1940, «  scène  » qui par rapport à La Route des Flandres subit une expansion assez considérable. Par contre, l’hiver froid qui a été le sujet d’un si long développement dans Les Géorgiques ne sera que brièvement évoqué dans L’Acacia. Dans le premier cas, c’est comme si Simon se devait de revenir à un tableau qu’il avait commencé, ébauché auparavant, ce qui est figuré en abyme par le dessin inachevé qui est écrit dans le prologue des Géorgiques. Dans l’autre cas, c’est comme si Simon pouvait se permettre d’aller un peu plus vite, ayant déjà peint tel ou tel sujet. Du reste, c’est cela qui explique l’alternance entre le «  dire  » et le «  montrer  » dans L’Acacia. Ce qui a déjà été décrit dans le détail peut être dit de façon plus brève, voire résumé, par exemple le voyage en train à la ville, qui cette fois-ci est nommée – Barcelone –, voyage qui reprend une longue séquence textuelle du Palace. Pour employer une autre comparaison, lorsque Simon revient à cet épisode, c’est comme un mineur qui retournerait à un gisement qui a déjà été exploité.

  • 14 «  dans les textes plus récents [de Simon], surgissent, de temps en temps, des images-souvenirs qui (...)

17On verra que nous ne nous sommes pas limités aux romans de la deuxième manière. Ludovic Janvier a dit qu’il fallait reconnaître que l’œuvre de Simon commence avec Le Tricheur et, dans un sens, L’Acacia le prouve (90 n.)14.Par contre, il est certain que les œuvres auxquelles Simon revient le plus souvent dans ce dernier roman sont, avec Les Géorgiques, celles du cycle Reixach et, en particulier, L’Herbe, La Route des Flandres et Histoire – tous des romans familiaux. Cependant, même les textes de la troisième manière, qui passent pour moins personnels, font partie de l’intertexte de L’Acacia. Certains lecteurs seront peut-être tentés d’objecter que parfois Simon ne parle pas de la même «  chose  » dans deux romans différents. Par exemple, tel personnage pachydermique dans L’Acacia n’est pas le même que Pierre dans L’Herbe. Et pourtant, comment ne pas penser à lui quand on lit cet adjectif  ? Car malgré ce que certains critiques (Genette 9, Jenny 262, Bilous 137 n.) ont avancé, il est sûr et certain que l’intertextualité peut affecter un seul signe. C’est que même un mot, surtout un mot, peut faire «  rêver  » le lecteur et provoquer chez lui le stimulus intertextuel. Comme le dit Michael Riffaterre, «  [l]e signe remplace le référent et le rend inutile  » ([1983] 172).

  • 15 Voir «  Les Géorgiques is the latest autobiographical reinvention of a life spent in books and on b (...)

18Une autre sorte de lecteur pourrait être tenté de penser que Simon nous donne enfin les modèles et la «  vérité  » factuelle sur lesquels il se serait basé dans ses autres romans. (Corinne ne serait donc qu’une prostituée  !) Et étant donné que La Corde raide est un texte qui passe pour autobiographique, les comparaisons que l’on peut faire entre ce livre et L’Acacia pourraient sembler autoriser une telle lecture, du moins aux yeux (aveugles) d’un lecteur conventionnel. Cependant, étant donné que les rapports intertextuels qu’établit ce dernier roman ne se limitent pas au livre de 1947 et, surtout, que l’on ne peut contrôler dans aucun sens la vie de l’auteur, une telle lecture serait tout simplement erronée. Si bien qu’ici La Corde raide sera cité en tant que texte, un texte parmi d’autres qui entretient des rapports intertextuels avec L’Acacia15. Nous préférons considérer que l’œuvre de Simon constitue un tout, un Texte comme nous l’avons appelé ailleurs (Sarkonak [1986] 10), et que L’Acacia est une somme qui tout en faisant partie de l’ensemble, le contient, l’évoque, le textualise, bref, le «  réincarne  ». Et cela ne peut pas être autrement, car la référence autobiographique, fût-elle vraie et délibérée, a été rendue caduque par la texture cumulative d’une œuvre pleinement intertextuelle, texture que L’Acacia intègre et recycle.

19Déchiffrer L’Acacia est une expérience de grande jouissance. C’est qu’en lisant ce roman, le lecteur a sans cesse l’impression d’un déjà vu, ou mieux d’un déjà lu qui le renvoie, au moins virtuellement, aux autres textes de cette œuvre si vaste. Tiré à hue et à dia dans le temps, le temps des souvenirs (c’est-à-dire les souvenirs que l’on garde des œuvres passées), on a sans cesse l’impression de lire simultanément plus d’un livre. D’une part, donc, on éprouve une très grande euphorie de la lecture car on a l’impression de déchiffrer un véritable palimpseste. D’autre part, il peut y avoir un vague sentiment de gêne, peut-être même d’effroi, car on doute de soi. Est-ce possible qu’on reconnaisse tant d’éléments et comment s’y retrouver dans cet écheveau intertextuel  ? Certes, tout lecteur ne pourra pas repérer immédiatement tous les exemples possibles mais il s’en souvient à sa façon. Selon A.C. Pugh, «  le processus [de la mémoire textuelle] débute par le déclenchement de souvenirs, vagues ou précis, d’un ailleurs textuel  » ([1976] 139). Or, étant donné que cet «  ailleurs textuel  » peut présenter des similarités invraisemblables mais aussi quelques différences troublantes avec le texte actuel, tout lecteur imbu de la critique traditionnelle sera tenté de conclure que «  ce n’est pas ça  ». Ce qu’il faut faire, c’est lire L’Acacia comme on lit, ou plutôt comme on devrait lire, Le Temps retrouvé, car le roman de Simon est véritablement proustien. Autant que chez Proust la mémoire y est textualisée, de sorte que le lecteur finit par (re)vivre intérieurement et pour lui-même, c’est-à-dire par le biais de la lecture, un roman, une œuvre. Donc, le but de la liste suivante, de cet aide-mémoire, est d’inviter le lecteur à explorer ces virtualités lecturales en actualisant les correspondances entre les textes et, très littéralement, à lire une œuvre toute entière en filigrane. (Puisque la seule chronologie sûre et fiable est celle de l’écriture, nous avons choisi de regrouper les «  variants  » intertextuels sous des rubriques qui correspondent aux hypotextes  ; à l’intérieur de chaque rubrique, les exemples sont ordonnés suivant le fil narratif de l’hypertexte, L’Acacia).

  • 16 «  la veuve et le garçon sur le billard, à même le drap vert, la veuve retirant seulement son chape (...)
  • 17 Ce qui n’est dit qu’en passant dans Histoire est développé dans une scène terrible, effrayante, où (...)

20Le Tricheur  : la visite de la veuve et de son fils aux champs de bataille de la première guerre pour retrouver le tombeau du père L’Acacia 11-25, Le Tricheur 45  ; le fils couche avec sa mère sur une table de billard dans un café L’Acacia 13-14, Le Tricheur 4516 ; un ancêtre qui était général d’Empire L’Acacia 113, Le Tricheur 68 (cf. Le Vent, Les Géorgiques)  ; la vieille femme avec la voiture d’enfant remplie d’herbe L’Acacia 132, Le Tricheur 51 (cf. Triptyque)  ; la mère réduite à une «  lame de couteau  » L’Acacia 165, Le Tricheur 47 (cf. Histoire)  ; la tricherie L’Acacia 192, Le Tricheur 237 (ainsi que le titre et l’épigraphe) (cf. Le Sacre du printemps)  ; le récit de la mère qui raconte la mort de son mari à la première guerre L’Acacia 326-27, Le Tricheur 44  ; la dernière maladie de la mère, le garçon qui fait bouillir la seringue pour la morphine L’Acacia 330-31, Le Tricheur 3017 (cf. Histoire)  ; la photo que la mère garde dans sa chambre L’Acacia 331, Le Tricheur 46 (cf. Gulliver, Histoire)  ; le vent d’hiver et les branches cassées des platanes L’Acacia 377, Le Tricheur 34  ; l[es] acacia[s] L’Acacia 380, Le Tricheur 20, 42, 43, 48, 50, 165, 185, 241 (cf. La Corde Raide, Gulliver, Histoire, La Bataille de Pharsale, Les Géorgiques, Album d’un amateur).

  • 18 Parmi le fonds hypotextuel que constitue La Corde raide, deux scènes importantes n’ont pas été tran (...)

21La Corde raide  : l’ancien brigadier L’Acacia 33, La Corde raide 86  ; la course à cheval en compagnie du soldat blessé au genou L’Acacia 42, La Corde raide 79-88  ; la vieille ville et les remparts de Vauban L’Acacia 116, La Corde raide 29  ; le vieil oncle qui meurt d’un œdème L’Acacia 141-42, La Corde raide 21-27  ; le train des mobilisés qui s’arrête à toutes les gares L’Acacia 159-60, La Corde raide 140  ; les voyages en Europe dans les années trente ressouvenus lors du voyage vers le front en 1939 L’Acacia 163-90, La Corde raide 141-46  ; l’incident avec l’officier qui veut chasser les deux mobilisés d’un compartiment de première classe L’Acacia 167, La Corde raide 142-43  ; le soldat mobilisé pense à tous les trains qui traversent l’Europe dans la nuit L’Acacia 169-70, La Corde raide 143  ; le souvenir du voyage en Pologne L’Acacia 171-72, La Corde raide 144  ; l’Espagne en 1936, L’Acacia 191-95, La Corde raide 32-47  ; le train des prisonniers L’Acacia 231-33, 316-17, La Corde raide 147-54  ; la dernière chevauchée du colonel L’Acacia 283-304, La Corde raide 162-64  ; les éclats de verre qui jonchent le chemin fatal L’Acacia 290, La Corde raide 156 (cf. La Bataille de Pharsale)  ; la «  paroi de verre  » derrière laquelle le brigadier se sent isolé L’Acacia 294, La Corde raide 158  ; la mort du colonel L’Acacia 304, La Corde raide 164  ; le colonel baron L’Acacia 323, La Corde raide 155  ; le camp des prisonniers en Allemagne y compris le tripot L’Acacia 371-74, La Corde raide 129-38 (cf. La Route des Flandres)  ; l’acacia qui pousse à l’extérieur de la chambre L’Acacia 380, La Corde raide 9, 187 (cf. Histoire)18.

22Gulliver  : la photo d’un officier dans la chambre L’Acacia 331, Gulliver 136 (cf. Le Tricheur, Histoire)  ; l[es] acacia[s] L’Acacia 380, Gulliver 237.

  • 19 Technique qui reprend celle qu’a employée Faulkner dans The Sound and the Fury.

23Le Sacre du Printemps  : les chapitres intitulés par des dates et qui se font pendant  ; dans Le Sacre à 16 années d’intervalle, dans L’Acacia à 25/6 années d’intervalle19 ; une histoire d’anarchistes L’Acacia 166, Le Sacre du printemps 141, passim  ; la tricherie L’Acacia 192, Le Sacre du printemps 189, 265 (cf. Le Tricheur)  ; la visite à un bordel L’Acacia 358, Le Sacre du printemps 167.

  • 20 Avec certains passages de La Route des Flandres, cette nouvelle est le «  variant  » intertextuel l (...)
  • 21 Et pourtant, en 1955, c’est encore Simon qui est jeune, car «  Babel  » est un texte naïf, ce qui e (...)

24«  Babel  »20  : le voyage à Moscou en compagnie d’un Mexicain, les deux nouveaux amis des touristes, le restaurant avec le danseur cosaque, les filles, l’appartement L’Acacia 177-90, «  Babel  » 391-413  ; «  nous étions jeunes  » L’Acacia 177, 178, 190  ; «  Babel  » 41221.

  • 22 «  après quoi [les visites à Paris] elle [la jeune fille respectable] réintégrait la grande maison, (...)

25Le Vent  : un récit où il n’y a pas de noms L’Acacia passim, Le Vent 146  ; un repas copieux pris chez un régisseur L’Acacia 111, Le Vent 30  ; une propriété dans le Sud qui consiste en 200 hectares de vignes L’Acacia 111, Le Vent 21  ; le retable baroque L’Acacia 116, Le Vent le sous-titre22  ; un arrière-grand-père qui était général d’Empire L’Acacia 127, Le Vent 109 (cf. Le Tricheur, Les Géorgiques)  ; le bruit du vent L’Acacia 159, 350, 352, 377, 379, Le Vent 15, 35, 41, 155, 228  ; les vieux hôtels vétustes au centre de la ville L’Acacia 206, Le Vent 42 (cf. Histoire, Les Géorgiques)  ; la plage L’Acacia 210, 377, Le Vent 223  ; la peur L’Acacia 296, Le Vent 182 (cf. Histoire, Les Géorgiques, Album d’un amateur)  ; les branches d’un arbre qui touchent la fenêtre d’une chambre L’Acacia 380, Le Vent 53 (cf. La Corde raide, Histoire).

  • 23 Ce ne sont pas, comme dans L’Herbe, les vergers du neveu des deux sœurs  ; cependant, l’intertextua (...)
  • 24 Exemple fort intéressant  : «  laissant derrière lui la femme au masque et l’énigmatique suicidé re (...)

26L’Herbe  : les robes que se font les deux sœurs L’Acacia 16, L’Herbe 42-43, 216  ; les noms des deux sœurs L’Acacia 18, L’Herbe 39, 64 (cf. La Route des Flandres)  ; le père (presque) analphabète qui veut que son fils devienne professeur L’Acacia 62-63, L’Herbe 42, 234  ; les deux sœurs célibataires qui élèvent leur frère cadet L’Acacia 63, L’Herbe 37  ; une famille de paysans athées L’Acacia 65, 270-71, L’Herbe 61-62  ; la vaste maison que les deux sœurs reconstruisent L’Acacia 66, 78, L’Herbe 45-47  ; des vergers improductifs L’Acacia 67, 74, L’Herbe 66-67, 8423 ; le frère a dix ans de moins que la plus jeune des sœurs L’Acacia 71, L’Herbe 97  ; l’argent envoyé par les deux sœurs à leur frère pendant qu’il faisait ses études à Paris L’Acacia 72, L’Herbe 39  ; le lieutenant de dragons qui paraît dans une photo L’Acacia 137, L’Herbe 71  ; la forme pachydermique d’un vieillard L’Acacia 140, L’Herbe 139  ; les robes achetées spécialement pour le mariage L’Acacia 311, L’Herbe 72-75, 230  ; les deux sœurs qui paraissent dans la photo de mariage de leur frère L’Acacia 313, L’Herbe 76  ; les vieux films d’actualité L’Acacia 313-15, 332-33, L’Herbe 72  ; le voyage à travers la France en 1940 fait par une ou deux vieilles dames L’Acacia 342, L’Herbe 27-29, 220  ; le mot «  mausolée  » appliqué à une grande maison L’Acacia 207, 271, 356, L’Herbe 47, 14124.

  • 25 La scène des retrouvailles est parmi les plus émouvantes de L’Acacia et prouverait, si besoin était (...)
  • 26 La prise en charge proleptique du récit qui vient d’être narré reprend une subversion similaire de (...)

27La Route des Flandres  : les yeux des chevaux malades L’Acacia 32, La Route des Flandres 67  ; le camp des prisonniers en Allemagne L’Acacia 34, 344-47, 371-74, La Route des Flandres 216-22 (cf. La Corde raide, Histoire)  ; les soldats voient un cheval mort L’Acacia 42, 298, La Route des Flandres 26-28, 105, 241, 308 (cf. Les Géorgiques)  ; la mort d’un des soldats, sa tête en bas L’Acacia 90-91, La Route des Flandres 88, 117, 159-60  ; après l’embuscade, le brigadier erre dans des bois où il entend un coucou, boit dans un étang L’Acacia 91-105, La Route des Flandres 160-64  ; le brigadier retrouve les autres cavaliers L’Acacia 103-04, La Route des Flandres 164  ; des ghettos juifs de grandes villes européennes L’Acacia 174, 231, La Route des Flandres 284-87  ; le retour de l’ancêtre à la maison familiale et son suicide L’Acacia 208, 212-13, 355, La Route des Flandres 85-87, 195-202  ; le soldat juif qui s’appelle (peut-être) Blum L’Acacia 225, La Route des Flandres passim 133-35  ; la carrière du jockey au nom italien L’Acacia 230-31, La Route des Flandres 133-35  ; après sa capture par les Allemands, le soldat mange de l’herbe L’Acacia 232, La Route des Flandres 258-59  ; le train des prisonniers, le brigadier retrouve son ami juif L’Acacia 231-33, 316-7, La Route des Flandres 97-9925 (cf. La Corde raide, Les Géorgiques)  ; une chevauchée nocturne sous la pluie L’Acacia 237-50, La Route des Flandres 30-33  ; la boue, la dissolution L’Acacia 258, La Route des Flandres 16-17, 58  ; les taches acajou des chevaux L’Acacia 258, La Route des Flandres 9  ; la chevauchée des soldats avant la mort de l’officier L’Acacia 283-304, La Route des Flandres 165-66, 227-29, 299-314  ; le cheval recouvert de boue vu par les quatre cavaliers L’Acacia 298, La Route des Flandres 28, 105, 241, 308  ; l’épisode où l’officier offre à boire à l’autre officier et aux deux soldats L’Acacia 299, 366, La Route des Flandres 21-22  ; l’ancien brigadier raconte la mort de l’officier à une femme avec qui il fait l’amour L’Acacia 301, 366-67, La Route des Flandres 95-9626 ; la mort de l’officier L’Acacia 304, La Route des Flandres 11-13, 77, 89-90, 125, 234, 313-14  ; la musique dans le camp des prisonniers L’Acacia 334-37, La Route des Flandres 120-21  ; les portraits des ancêtres L’Acacia 343, 347, 355-56, La Route des Flandres 56-58, 74, 80-81, 280-81  ; le prisonnier juif au camp des prisonniers qui obéit au Kippour pour la première fois de sa vie L’Acacia 345, La Route des Flandres 220  ; le tripot dans le camp des prisonniers L’Acacia 372-73, La Route des Flandres 218-21 (cf. La Corde raide)  ; les œuvres complètes de Rousseau L’Acacia 379, La Route des Flandres 83.

  • 27 Exemple d’une intertextualité qui exploite le procédé de la réduction, à tel point que ces quelques (...)

28Le Palace  : le vieux tramway L’Acacia 116, Le Palace 122-23, et passim. (cf. Triptyque)  ; le voyage en troisième classe L’Acacia 191-95, Le Palace 44-45 ainsi que toute la deuxième partie  ; dans le compartiment du train le soi-disant anarchiste trouve un Italien, «  un tueur, ou plutôt un pistolero, qui avait abattu en plein Paris, à la table d’un restaurant, un des chefs politiques de son pays  » L’Acacia 193, cf. Le Palace 47-9927  ; le drapeau mouillé vu dans une gare L’Acacia 194-95, Le Palace 44-45.

  • 28 Lorsqu’en lisant L’Acacia on arrive aux pages décrivant les lents paquebots d’antan, on se retrouve (...)
  • 29 Exemple d’une intertextualité citationnelle car la reprise est presque littérale. La littéralité du (...)
  • 30 Comme il arrive souvent dans L’Acacia, un seul passage condense ce qui est multiple dans un roman, (...)

29Histoire  : l’incipit décrit un arbre L’Acacia 11, Histoire 9 (cf. La Corde Raide)  ; l’odeur du crêpe L’Acacia 13-14, Histoire 76 (cf. Le Tricheur)  ; des cartes postales qui montrent la première guerre L’Acacia 23, Histoire 104-06  ; le timbre-poste de la Semeuse L’Acacia 24, Histoire 34, 63, 225  ; le cimetière où est supposé être le corps du père L’Acacia 24-26, Histoire 384-85  ; le casque colonial en forme de cloche à melon L’Acacia 80, 275, Histoire 256 (cf. Album d’un amateur)  ; les lents paquebots et leurs panaches de fumée L’Acacia 81, 83, 128, Histoire 23, 36-3728  ; l’aïeul et sa redingote L’Acacia 109, 123, Histoire 85-86 (cf. Les Géorgiques)  ; le visage dolent de la grand-mère L’Acacia 110, Histoire 26 (cf. Les Géorgiques)  ; le linge avec des initiales brodées L’Acacia 113, Histoire 250  ; les jeux des camarades avec la jeune femme, après quoi ils rejoignent leurs maîtresses L’Acacia 114, Histoire 29-30  ; les visites de la mère à Barcelone à l’occasion des fêtes de la Merced L’Acacia 115, Histoire 148  ; les photos jaunies des corridas L’Acacia 115, Histoire 32-33, 116-17, 367  ; la femme forteresse L’Acacia 116, Histoire 20  ; la photo où la mère posait comme danseuse espagnole L’Acacia 115, Histoire 168, 366  : la carte postale qui montre Limoges dévasté par des émeutes L’Acacia 118, Histoire 667-67, 264  ; Lourdes L’Acacia 118, Histoire 28-29, 226 (cf. La Bataille de Pharsale)  ; la mère écrivait en espagnol à sa meilleure amie, lettres dont le ton semble sensuel L’Acacia 119, Histoire 31-32  ; les courses de Chantilly auxquelles assiste la future mère L’Acacia 120, Histoire 63-65  ; les cartes envoyées par le futur mari, sa signature laconique L’Acacia 125, 129, Histoire 21, 33, 244, 253  ; les cartes postales reçues d’Aden, de Port Saïd, et de Colombo L’Acacia 126, Histoire 19, 33, 37, 57, 251, 371, 383  ; les cartes postales de Singapore L’Acacia 130, Histoire 134, 256, 329, 371, 383  ; le message didactique que le fiancé de la femme écrit sur la carte qui montre le Mao Son L’Acacia 133, Histoire 25329  ; la future mère envoie une carte à sa mère L’Acacia 134-35, Histoire 398-401  ; la félicité connue par la mère après son mariage L’Acacia 136, Histoire 388, 400-01  ; un personnage «  pachydermique  » L’Acacia 141, Histoire 236 (cf. L’Herbe)  ; le fœtus que la future mère porte en elle L’Acacia 145, 274, Histoire 402  ; les voyages des long-courriers L’Acacia 146-50, Histoire 399  ; la mère devenue une «  lame de couteau  » L’Acacia 165, Histoire 16-17, 77, 36630 (cf. Le Tricheur)  ; le cercueil de la mère L’Acacia 166, Histoire 227  ; le blouson du soi-disant anarchiste L’Acacia 166, 191, Histoire 150  ; Lénine L’Acacia 184, Histoire 107 (cf. La Bataille de Pharsale, L’Invitation, Album d’un amateur)  ; le vieil hôtel qui se trouve en plein centre d’une vieille ville L’Acacia 206, Histoire 224 (cf. Le Vent, Les Géorgiques)  ; la sévère institution religieuse où le fils a été envoyé L’Acacia 207, Histoire 141-42 et passim. (cf. Le Tricheur)  ; le suicide de l’ancêtre L’Acacia 208, 213, Histoire 122 (cf. La Route des Flandres)  ; le monde «  inépuisable et bigarré  » L’Acacia 268, Histoire 23  ; les longues fiançailles de la mère et du père L’Acacia 268, Histoire 18 passim  ; la future mère regarde des enfants noirs plonger L’Acacia 268-69, Histoire 399  ; la dernière chevauchée de l’officier L’Acacia 283-304, Histoire 100, 189-92 (cf. La Corde raide, La Route des Flandres, Les Géorgiques)  ; la peur L’Acacia 296, Histoire 177-78 (cf. Le Vent, Les Géorgiques, Album d’un amateur)  ; l’agrandissement de la photo du père mort qui se trouve dans la chambre de la mère L’Acacia 331, Histoire 17-18, 253 (cf. Le Tricheur, Gulliver)  ; la mère prend de la morphine L’Acacia 331, Histoire 400 (cf. Le Tricheur)  ; le camp des prisonniers L’Acacia 334-37, Histoire 61 (cf. La Corde raide, La Route des Flandres, Les Géorgiques)  ; l’acacia qui pousse à l’extérieur de la chambre L’Acacia 380, Histoire [9], 25, 38, 219, 223, 230, 358, [394] (cf. La Corde raide).

  • 31 Longuement décrit dans La Bataille de Pharsale, le tableau d’Alphonse de Neuville (1835-85) – » Les (...)

30La Bataille de Pharsale  : le petit avion d’observation qui survole les soldats le matin de l’embuscade L’Acacia 30, La Bataille de Pharsale 112 (cf. Les Géorgiques)  ; le soldat blessé au genou L’Acacia 41-42, La Bataille de Pharsale 261-63 (cf. La Corde raide, Les Géorgiques)  ; Cranach, Dürer L’Acacia 44, La Bataille de Pharsale 228-29  ; l’embuscade, la selle qui tourne L’Acacia 89-90, La Bataille de Pharsale 59-60, 113-14  ; l’errance du soldat dans la forêt, le chant du coucou L’Acacia 87-105, La Bataille de Pharsale 115 (cf. La Route des Flandres, Les Géorgiques)  ; Lourdes L’Acacia 118, La Bataille de Pharsale 84, 122 (cf. Histoire)  ; le bal des Quatr’z’Arts L’Acacia 123-124, La Bataille de Pharsale 18-19  ; Lénine L’Acacia 184, La Bataille de Pharsale 205 (cf. Histoire, L’Invitation, Album d’un amateur)  ; Les Dernières Cartouches L’Acacia 257, La Bataille de Pharsale 166-6831  ; l’étang, la pergola, le bivouac au printemps L’Acacia 258-60, La Bataille de Pharsale 33-35  ; le soldat voit des soldats dans un camion L’Acacia 318-19, La Bataille de Pharsale 262 (cf. Les Géorgiques)  ; l[es] acacia[s] L’Acacia 380, La Bataille de Pharsale 42.

31Les Corps Conducteurs  : Charles Quint L’Acacia 56, 116, Les Corps Conducteurs 123, 145  ; une statue de bronze L’Acacia 58, Les Corps Conducteurs 54  ; la jungle L’Acacia 80, Les Corps Conducteurs 131 (cf. Album d’un amateur)  ; des Noirs L’Acacia 134-35, 334-37, Les Corps Conducteurs 22 et passim.

  • 32 «  la vieille tante à demi aveugle restée au hameau, parcourant les chemins en poussant le landau d (...)
  • 33 Comme on le sait, monsieur Loyal est le surnom du présentateur au cirque et – quoiqu’il ne soit pas (...)

32Triptyque  : la vieille femme avec la voiture d’enfant remplie d’herbe L’Acacia 132, Triptyque 47 (cf. LeTricheur)32   ; monsieur Loyal L’Acacia 293, Triptyque 108 passim33 ; le premier tramway qui se dirige vers la gare L’Acacia 363, Triptyque 209.

33Leçon de choses  : la roulante, rien à manger L’Acacia 34, Leçon de choses 62  ; la charge de Reichshoffen L’Acacia 302, Leçon de choses 131 (le titre de l’avant-dernier chapitre)  ; un officier baron L’Acacia 323, Leçon de choses 123  ; le calendrier des postes L’Acacia 352, Leçon de choses 17.

  • 34 L’ancien soldat de 1940 devenu un vieil homme paraît dans les deux romans dans des contextes simila (...)
  • 35 Voir «  Jean-Marie and the twentieth-century soldier form another pair of [intertextual] brothers. (...)

34LesGéorgiques  : le passage d’avions indolents L’Acacia 30, Les Géorgiques 247-48 (cf. La Bataille de Pharsale)  ; une immense colonne de fumée noire causée par un obus L’Acacia 40, Les Géorgiques 45  ; le soldat blessé au genou L’Acacia 42, Les Géorgiques 26 (cf. La Corde raide, La Bataille de Pharsale)  ; les soldats voient un cheval mort L’Acacia 42, 298, Les Géorgiques 52-53 (cf. La Route des Flandres)  ; l’embuscade L’Acacia 48, 89-91, Les Géorgiques 47 (cf. La Route des Flandres, La Bataille de Pharsale)  ; le soldat essaie de replacer la selle L’Acacia 90, Les Géorgiques 60-61 (cf. La Bataille de Pharsale)  ; les deux heures entre l’embuscade et les retrouvailles avec les officiers et les autres soldats L’Acacia 97-103, Les Géorgiques 51-52 (cf. La Route des Flandres, La Bataille de Pharsale)  ; le visage dolent de la grand-mère L’Acacia 110, Les Géorgiques 143 (cf. Histoire)  ; la grand-mère semble à peine plus jeune que son père L’Acacia 110, Les Géorgiques 171  ; la toque d’astrakan du patriarche L’Acacia 111, Les Géorgiques 171  ; les armoires débordantes de linge L’Acacia 113, Les Géorgiques 182  ; un ancêtre général d’Empire L’Acacia 113, 142, Les Géorgiques passim (cf. Le Tricheur, Le Vent)  ; les photos prises sur la véranda, la photo du patriarche L’Acacia 120, 123, Les Géorgiques 171  ; le patriarche et sa redingote de faux pasteur L’Acacia 123, Les Géorgiques 171, 219  ; le buste de marbre du général d’Empire qui trône au salon L’Acacia 127, 311, 356, Les Géorgiques 196-97  ; un vol d’étourneaux L’Acacia 206, Les Géorgiques 67-68  ; le soldat de 1940 est «  à son tour un vieil homme  » L’Acacia 207, Les Géorgiques 23634  ; la maison, la cour, la porte cochère L’Acacia 218, Les Géorgiques 202-03, 229 (cf. Histoire 295)  ; après sa capture, le soldat couche dans une cour d’école L’Acacia 232, Les Géorgiques 64  ; il essaie de manger de l’herbe L’Acacia 232, Les Géorgiques 64  ; le train des prisonniers L’Acacia 232, Les Géorgiques 64 (cf. La Route des Flandres)  ; deux trains, l’un rempli de civils, l’autre de militaires L’Acacia 235-36, Les Géorgiques 86-87  ; des chevauchées nocturnes L’Acacia 238-50, Les Géorgiques 90-99 (cf. La Route des Flandres)  ; l’hiver froid de 1939-40 L’Acacia 255, Les Géorgiques 100-39  ; Bazeilles, Sedan L’Acacia 257, Les Géorgiques 107  ; les deux officiers, les deux cavaliers, les deux cyclistes dont il ne restera que les deux cavaliers L’Acacia 283-306, Les Géorgiques 130 (cf. La Corde raide, La Route des Flandres, Histoire)  ; la pellicule qui adhère au visage du soldat extenué L’Acacia 283, Les Géorgiques 52  ; comment raconter l’indicible L’Acacia 286, Les Géorgiques 47, 52  ; l’ancien jockey nain L’Acacia 288, Les Géorgiques 123  ; la peur L’Acacia 296, Les Géorgiques 289 (cf. Le Vent, Histoire, Album d’un amateur)  ; la mort de l’officier L’Acacia 304, Les Géorgiques 53 (cf. La Corde raide, La Route des Flandres, Histoire)  ; les soldats sautent au-dehors des wagons du train des prisonniers pour se vider et ils voient une famille qui se promène avec un chien L’Acacia 317, Les Géorgiques 40 (cf. La Bataille de Pharsale)  ; la colonne de camions incendiés L’Acacia 319-20, Les Géorgiques 46  ; Charleroi L’Acacia 325, Les Géorgiques 107  ; les baraques des prisonniers et la comparaison des prisonniers à des oiseaux L’Acacia 334, Les Géorgiques 209-11  ; un fugitif court dans la forêt L’Acacia 349-54, Les Géorgiques 420-2635  ; un fugitif mange chez des paysans L’Acacia 353-54, Les Géorgiques 425-26  ; un homme se trouve pris dans une fondrière L’Acacia 353, Les Géorgiques 422-24  ; l[es] acacia[s] L’Acacia 380, Les Géorgiques 121, 466, 475.

35La Chevelure de Bérénice  : des charrettes L’Acacia 122, La Chevelure de Bérénice 14 (cf. Album d’un amateur)  ; aller au bordel L’Acacia 358, La Chevelure de Bérénice 15-16 (cf. Le Sacre du printemps).

36L’Invitation  : la danseuse étoile L’Acacia 72, L’Invitation 15  ; le rôle douteux de l’entourage L’Acacia 182, L’Invitation 25 (cf.  «  Babel  »)  ; Moscou, le tombeau de Lénine L’Acacia 184, L’Invitation 92-94. (cf. Album d’un amateur).

  • 36 Album d’un amateur forme avec L’Acacia un véritable diptyque, le triple a des deux titres soulignan (...)

37Album d’un amateur  : deux photos du père à Madagascar L’Acacia 80, Album d’un amateur 22, 31  ; le passage des blindés à travers la verte campagne des Flandres en 1940 L’Acacia 92-93, Album d’un amateur 26-27  ; des platanes L’Acacia 117, 376, Album d’un amateur 32-33  ; des charrettes L’Acacia 122, Album d’un amateur 23 (cf. La Chevelure de Bérénice)  ; Lénine L’Acacia 184, Album d’un amateur 42 (cf. Histoire, La Bataille de Pharsale, L’Invitation)  ; la relève de la garde à Moscou L’Acacia 184, Album d’un amateur 5, 37, 54, 56 (cf. L’Invitation)  ; Barcelone L’Acacia 193, Album d’un amateur 42-43 (cf. La Corde raide, Les Géorgiques)  ; la peur L’Acacia 296, Album d’un amateur 27 (cf. Le Vent, Histoire, Les Géorgiques)  ; l’acacia L’Acacia 380, Album d’un amateur le dessin du frontispice36.

  • 37 Car l’arbre c’est aussi la figure emblématique du corps avec son squelette, ses vastes et labyrinth (...)

38Avec tant d’exemples, tant de zones, il est impossible de les analyser tous de près. Du reste, une telle liste ne donne qu’une idée partielle de la production intertextuelle de la signification dans et à travers L’Acacia. Il faudrait imaginer la liste comme un arbre en puissance et chaque titre comme une de ses branches. Les références aux passages en litige correspondent aux feuilles individuelles, de sorte que pour bien comprendre comment fonctionne la «  mémoire textuelle  », il faudrait pouvoir citer tous les exemples et souligner les rapports qui s’établissent entre eux. Un peu comme l’arbre généalogique d’une famille royale de France qui est décrit au début d’Histoire. Inutile de dire qu’une telle figure serait autrement plus complexe que les arbres qu’ont l’habitude de faire les philologues pour illustrer la filiation des éditions de tel ou tel livre  ! Et pourtant, tout en restant impossible à montrer graphiquement, cette arborescence intertextuelle n’en est pas moins réelle pour autant. En même temps, si déjà le titre de L’Acacia et l’arbre de famille des personnages mettent le lecteur sur la piste de l’arborescence intertextuelle, on comprend que c’est parce qu’ils servent de mises en abyme de celle-ci. Ces arbres figurent l’arborescence au «  deuxième  » niveau tout en continuant à fonctionner au «  premier  » niveau diégétique. Cependant, ce ne sont pas les seuls exemples de cette véritable allégorie textuelle. Revenons, de nouveau, à l’acacia. Un ou plusieurs acacias figurent dans au moins huit textes de Simon, à savoir, Le Tricheur, La Corde raide, Gulliver, Histoire, La Bataille de Pharsale, Les Géorgiques, Album d’un amateur et L’Acacia (supra). Tantôt ce sont de maigres acacias «  s’acharnant à résister aux efforts d’une maladie parasitaire  » (Gulliver 237), image intéressante quand on pense à la comparaison que fait Simon entre le corps du je écrivant et un acacia dans un texte antérieur (La Corde raide 187)37. Tantôt c’est un seul et unique acacia qui, poussant à l’extérieur de la vieille maison familiale, ne pourrait mieux symboliser l’endurance et la pérennité d’une famille qui a connu tant de deuils. Aussi est-ce dans Histoire que l’acacia paraît le plus souvent, qu’il soit décrit et/ou nommé (huit fois). Et lorsque le lecteur en arrive à la toute dernière page de L’Acacia, celle qui décrit et met en abyme l’arbre éponymique, il se trouve devant la figure par excellence de cette famille, de son arbre, mais aussi et surtout de l’arborescence elle-même. Car cette page à la fois nouvelle et familière qui décrit l’acacia est, avec le titre, la seule qui nomme l’arbre dans le roman de 1989.

Un soir il s’assit à sa table devant une feuille de papier blanc. C’était le printemps maintenant. La fenêtre de la chambre était ouverte sur la nuit tiède. L’une des branches du grand acacia qui poussait dans le jardin touchait presque le mur, et il pouvait voir les plus proches rameaux éclairés par la lampe, avec leurs feuilles semblables à des plumes palpitant faiblement sur le fond de ténèbres, les folioles ovales teintées d’un vert cru par la lumière électrique remuant par moments comme des aigrettes, comme animées soudain d’un mouvement propre, comme si l’arbre tout entier se réveillait, s’ébrouait, se secouait, après quoi tout s’apaisait et elles reprenaient leur immobilité. (L’Acacia 380)

l’une d’elles touchait presque la maison et l’été quand je travaillais tard dans la nuit assis devant la fenêtre ouverte je pouvais la voir ou du moins ses derniers rameaux éclairés par la lampe avec leurs feuilles semblables à des plumes palpitant faiblement sur le fond de ténèbres, les folioles ovales teintées d’un vert cru irréel par la lumière électrique remuant par moments comme des aigrettes comme animées soudain d’un mouvement propre (et derrière on pouvait percevoir se communiquant de proche en proche une mystérieuse et délicate rumeur invisible se propageant dans l’obscur fouillis des branches), comme si l’arbre tout entier se réveillait s’ébrouait se secouait, puis tout s’apaisait et elles reprenaient leur immobilité (Histoire 9)

  • 38 Selon Celia Britton, «  [t]he family represents a nexus of interconnecting relations in both the hu (...)

39Exemple flagrant d’une intertextualité citationnelle, la dernière page de L’Acacia reprend l’incipit d’Histoire pour montrer que la fin d’une aventure – une vie banale ou intéressante, peu importe – est aussi le début d’une autre, la très passionnante aventure de l’intertexte. Mais n’oublions pas cette autre arborescence, celle que dessinent de toute évidence les rets de l’écriture simonienne38. Si bien que l’acacia figure simultanément l’arborescence des arbres de famille (au niveau de la diégèse), celle des phrases et des autres unités transphrastiques (au niveau de l’écriture), et celle de l’intertexte (au niveau de l’œuvre). Aussi le sens symbolique du titre correspond-il à la richesse et à la résonance métaphorique qu’il acquiert quand il est lu comme il doit l’être, c’est-à-dire en abyme. Comme l’arbre, l’écrivain se réveille, s’anime pour un temps – le temps d’une vie, le temps de faire une œuvre – avant de s’immobiliser de nouveau dans l’immobilité de la fin, littéralement le mot de la fin. La métaphore est complète et la vie peut maintenant se raconter, s’écrire, les feuilles vivantes de l’acacia faisant pendant à la feuille blanche et donc à l’œuvre à venir, tout comme les feuilles mortes des platanes, devenues comme du carton, figurent l’activité abandonnée du dessin (376). L’acacia, cet arbre qui symbolise la pérennité et dont la sève sert à faire de l’encre. Métaphore, figure et symbole parfaits, l’acacia se devait d’être thématisé et (inter-)textualisé dans la forêt des textes simoniens.

Haut de page

Bibliographie

Daniel Bilous, «  Intertexte/Pastiche  : l’intermimotexte  », Texte, n °  2, 1983, p. 135-60.

Celia Britton, «  Claude Simon’s Generation Game  : the family and the text  », dans Alastair B. Duncan (dir.), Claude Simon  : New Directions, Edinburgh, Scottish Academic, 1985, p. 19-29.

Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Seghers, 1973.

Alastair B. Duncan, «  Claude Simon’s Les Géorgiques  », Romance Studies, n °  2, 1983, p. 90-107.

William Faulkner, The Sound and the Fury, New York, Vintage, 1954.

Brian T. Fitch, «  L’intra-intertextualité interlinguistique de Beckett  : la problématique de la traduction de soi  », Texte, n°  2, 1983, p. 85-100.

Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au deuxième degré, Seuil, 1982.

Le Grand Robert de la langue française, 2ème édition, Robert, 1985.

Ludovic Janvier, Une parole exigeante  : le nouveau roman, Minuit, 1964.

Laurent Jenny, «  La Stratégie de la forme  », Poétique, n°  27, 1976, p. 257 - 281.

Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Gallimard, « La Pléiade », 1954, t. I.

Anthony Pugh, «  Du Tricheur à Triptyque, et inversement  », Études Littéraires, n°  9(1), 1976, p. 137-160.

Anthony Pugh, Simon  : «  Histoire  », London, Grant, 1982.

Jean Ricardou, «  Claude Simon, intertextuellement  », Claude Simon  : analyse, théorie, UGE, 1975, p. 7-19.

Jean Ricardou, «  Le Texte survit à l’excité  », Texte, n°  2, 1983, p. 193-215.

Michael Riffaterre, «  Orion Voyeur  : l’écriture intertextuelle de Claude Simon  », MLN, n°  103(4), p. 711 - 735.

Michael Riffaterre, «  Sémanalyse de l’intertexte  », Texte, n°  2, 1983, p. 171-175.

Ralph Sarkonak, Claude Simon  : les carrefours du texte, Toronto, Éditions Paratexte, 1986.

Ralph Sarkonak, «  Lucien Dällenbach. Claude Simon  », MLN, n°  104(4), 1989, p. 939-942.

Ralph Sarkonak, Understanding Claude Simon, Columbia, SC, Univ. of South Carolina P, 1990.

Claude Simon, L’Acacia, Minuit, 1989.

Claude Simon, Album d’un amateur, Remagen-Rolandseck, Rommerskirschen, 1988.

Claude Simon, «  Babel  », Les Lettres Nouvelles, n°  31, oct. 1955, p. 391-413.

Claude Simon, La Bataille de Pharsale, Minuit, 1969.

Claude Simon, La Chevelure de Bérénice, Minuit, 1983.

Claude Simon, La Corde raide, Sagittaire, 1947.

Claude Simon, Les Corps conducteurs, Minuit, 1971.

Claude Simon, Les Géorgiques, Minuit, 1981.

Claude Simon, Gulliver, Calmann-Lévy, 1952.

Claude Simon, L’Herbe, Minuit, 1958.

Claude Simon, Histoire, Minuit, 1967.

Claude Simon, L’Invitation, Minuit, 1987.

Claude Simon, Leçon de choses, Minuit, 1975.

Claude Simon, Orion aveugle, Genève, Skira, 1970.

Claude Simon, Le Palace, Minuit, 1962.

Claude Simon, La Route des Flandres, Minuit, 1960.

Claude Simon, Le Sacre du printemps, Calmann-Lévy, 1954.

Claude Simon, Le Tricheur, Sagittaire, 1945.

Claude Simon, Triptyque, Minuit, 1973.

Claude Simon, Le Vent, Minuit, 1957.

Trésor de la langue française, CNRS, 1971.

Françoise Van Rossum-Guyon, «  De Claude Simon à Proust  : un exemple d’intertextualité  », Les Lettres Nouvelles, n°  4, 1972, p. 107-37.

Haut de page

Notes

1 Écrit peu de temps après la parution de L’Acacia, cet article a été publié une première fois dans Romanic Review (82(2), mars 1991, p. 210-232), et repris dans Les Trajets de l’écriture  : Claude Simon (Toronto, Paratexte, 1994, p. 169-218). Nous le rééditons dans sa version première, en conservant les éditions de référence utilisées par l’auteur.

2 Les références seront données dans le texte. Pour les renseignements bibliographiques, voir la liste des ouvrages consultés.

3 L’épigraphe tirée de Four Quartets de T. S Eliot le dit du reste  :
Time present and time past
Are both perhaps present in time future,
And time future contained in time past.

4 «  Enfin on chevillait toujours avec de l’acacia. Ce bois, sec, prend l’aspect et la dureté de la corne lisse. Il n’est pas d’exemple qu’un tenon chevillé d’acacia ait lâché  », J. de Pesquidoux, Le Livre de raison, t. 2, p. 135, cité dans le Trésor de la langue française.

5 «  […] bien avant d’arriver à l’allée des Acacias leur parfum qui, irradiant alentour, faisant sentir de loin l’approche et la singularité d’une puissante et molle individualité végétale, puis, quand je me rapprochais, le faîte aperçu de leur frondaison légère et mièvre, d’une élégance facile, d’une coupe coquette et d’un mince tissu, sur laquelle des centaines de fleurs s’étaient abattues comme des colonies ailées et vibratiles de parasites précieux, enfin jusqu’à leur nom féminin, désœuvré et doux, me faisaient battre le cœur, mais d’un désir mondain, comme ces valses qui ne nous évoquent plus que le nom des belles invitées que l’huissier annonce à l’entrée d’un bal  », Proust I  : 418.

6 Dans le roman de Simon, la référence proustienne – on serait tenté de dire l’hommage qui est rendu à Proust – prend aussi la forme d’un passage qui thématise le sommeil et l’éveil  : «  parfois, s’il se réveillait, c’était seulement le temps de se rendre compte qu’il n’avait pas bougé, était toujours étendu sur le dos dans la position où le sommeil l’avait saisi, pour se retourner alors sur le ventre avec un grognement de bête et se rendormir  » , L’Acacia 343.

7 «  comme s’il [le vieux général] avait été extrait pour la circonstance (la guerre) intact, ivoirin et momifié, de quelque tombeau pharaonique ou conservé peut-être dans le froid (il y semblait insensible, ne portait qu’un léger manteau de ratine (une longue veste plutôt) fendu par derrière, comme il eût mis pour une promenade au Bois, le matin, croisant dans l’allée des Acacias les élégantes en calèches et en victorias, les vieilles cocottes contemporaines de sa jeunesse  », Les Géorgiques 121.

8 Voir Ricardou, 1975, 10-11. Faisons remarquer que dès le premier roman de l’auteur, Le Tricheur, on relève huit occurrences de «  acacia  » (voir ci-dessus). Quant à La Corde raide, l’incipit et la clôture de ce livre de mémoires décrivent l’acacia qui pousse à l’extérieur de la chambre du je.

9 Selon Britton, la «  génération  » peut se référer à «  the fictional process whereby new characters are produced out of a conjunction of existing ones  : the reproduction of the family  » (19).

10 «  […] d’un côté l’arrière-petit-neveu de l’insoumis, du paysan qui était resté quatre ans caché dans un grenier à foin ou des huttes de forêt pour échapper aux pourvoyeurs de l’ogre mangeur d’hommes, de l’autre l’arrière-[arrière-]petite-fille du général d’Empire dont le buste monumental drapé de marbre, avec sa léonine chevelure de marbre, ses broussailleux sourcils de marbre, son regard de marbre, se dressait, formidable, ironique et sévère, dans un coin du salon familial  », L’Acacia 127.

11 Un détail, parmi tant d’autres  : le personnage du brigadier est né la même année que son créateur, en 1913 (voir L’Acacia 165). Du reste, du point de vue des dates, le roman se caractérise par une mathématique signifiante, ce qui contribue au fonctionnement intratextuel du livre.

12 «  The novels facilitate – one might say, collude in – the denial of conception by their suppression of the father of many of the protagonists. It is perhaps as a result of this that the figure of the “double” recurs in the texts  ; the progenitor is displaced by a substitute, another older man whose function is to provide a model for the subject  », Britton 24-25.

13 Le scripteur simonien représente la figure même du cancre qui se venge sur l’établissement scolaire, l’académie (Sarkonak [1989] 940-41). C’est le mauvais élève qui fait l’école buissonnière en s’attardant à la foire au lieu de faire ses versions latines (voir Histoire 274-75 et La Bataille de Pharsale 50-53). C’est l’élève qui ne veut pas apprendre à écrire «  comme il faut  ». Mais c’est aussi l’éternel enfant «  condamné  » pour ses incartades textuelles à faire et à refaire ses devoirs  : «  Récrivez tel passage en substituant le il au je  », «  Développez  », «  Abrégez  ». À force de faire et de refaire ses devoirs, ce «  cancre  » a fini par récrire le savoir du monde, à sa façon bien sûr, c’est-à-dire sur le mode du dialogisme carnavalesque. L’œuvre de Simon – une encyclopédie sauvage, son «  index  » – L’Acacia.

14 «  dans les textes plus récents [de Simon], surgissent, de temps en temps, des images-souvenirs qui produisent chez le lecteur une forte impression de “déjà vu” le relançant aussitôt dans l’intertexte, qui pour nous, comprend automatiquement la première période  » (Pugh [1976] 139).

15 Voir «  Les Géorgiques is the latest autobiographical reinvention of a life spent in books and on battlefields. It retells the story of a character who is both fact and fiction  : Claude Simon  », Duncan 106.

16 «  la veuve et le garçon sur le billard, à même le drap vert, la veuve retirant seulement son chapeau, pliant le voile qu’elle posa en coussin sur son sac dont elle avait fait un oreiller au garçon qui s’endormit au contact rugueux et rêche du crêpe, pouvant sentir son odeur, comme rêche elle aussi, et le pesant corps de pierre étendu le long du sien  » (L’Acacia 13-14) et «  Je me souviens de cette table de billard où nous avons dormi, elle et moi, à Stenay, parce que l’hôtel était plein d’Américains battlefields, et sa figure encore grasse alors, et blanche, et l’odeur de ses crêpes rugueux, poussière de ses voiles noirs qu’elle portait encore, et sa corpulence  » (Le Tricheur 45).

17 Ce qui n’est dit qu’en passant dans Histoire est développé dans une scène terrible, effrayante, où le garçon entend derrière la porte fermée le cri de la mère «  semblable à celui que pourrait émettre un gosier de souris  » (L’Acacia 331). Ici c’est comme l’écho du «  petit cri  » de la mère de Louis qui ouvre presque l’œuvre (Le Tricheur 30).

18 Parmi le fonds hypotextuel que constitue La Corde raide, deux scènes importantes n’ont pas été transposées dans L’Acacia, sans doute parce qu’elles sont l’objet d’une très forte textualisation dans d’autres romans  : il s’agit, d’une part, de la mort d’un être chéri (CR 62-63), qui a été traitée – mais jamais dite – dans Histoire, et, d’autre part, du souvenir d’une noyade (CR 168-69), laquelle a figuré, fût-ce sous forme du (non)-dit paronymique, dans Triptyque. Par ailleurs, il est possible que la fille du train que le brigadier finit par épouser dans L’Acacia soit une autre incarnation d’Hélène, la bien-aimée du narrateur d’Histoire.

19 Technique qui reprend celle qu’a employée Faulkner dans The Sound and the Fury.

20 Avec certains passages de La Route des Flandres, cette nouvelle est le «  variant  » intertextuel le plus long qui trouve son pendant dans L’Acacia. «  Babel  » aurait pu faire partie de La Corde raide, car il appartient à une couche ou strate ur-simonienne de l’œuvre.

21 Et pourtant, en 1955, c’est encore Simon qui est jeune, car «  Babel  » est un texte naïf, ce qui expliquerait sans doute le besoin que le romancier ressentait de le refaçonner. Dans L’Acacia le point de vue adopté est celui du désabusement et d’un certain cynisme vis-à-vis de l’URSS, par exemple en ce qui concerne les nouveaux «  amis  » des deux touristes bourgeois. Signalons qu’il y aurait une étude à faire sur la place de l’URSS chez Simon  : «  Babel  », Histoire, L’Invitation, Album d’un amateur et L’Acacia. Mais il faudrait tenir compte aussi du Palace et des Géorgiques et, éventuellement, comparer ce thème à celui de l’Amérique – de toute évidence moins obsessionnel – dans Les Corps conducteurs. Dans ce dernier roman, la mise en scène d’une certaine idéologie dominante prend la forme du discours de la doxa mais chez Simon l’idéologie dominante est le plus souvent thématisée par le silence et le geste (presque) invisible. La différence entre l’idéologie simonienne et celle qu’elle dénonce, c’est qu’à partir d’Histoire, la première est textualisée. Voir L’Invitation.

22 «  après quoi [les visites à Paris] elle [la jeune fille respectable] réintégrait la grande maison, l’espèce de citadelle de silence et de respectabilité au centre du dédale des vieilles rues de la vieille ville, elle-même semblable à une citadelle au pied de celle édifiée six cents ans plus tôt par un roi d’Aragon, fortifiée par Charles Quint, entourée ensuite par Vauban de formidables et vertigineuses murailles qui englobaient en même temps les quartiers gitans, les rues à bordels, les six ou sept églises où scintillaient les ors des retables baroques  » (L’Acacia 116). Passage riche en échos intertextuels, car il reprend Histoire par la comparaison de la femme à la citadelle, alors que la référence à Charles Quint renvoie implicitement aux Corps conducteurs, sans parler de la première page de la Recherche. Les murailles de Vauban se trouvent déjà dans La Corde raide. Cependant, les gitans et les retables baroques nous renvoient infailliblement au Vent.

23 Ce ne sont pas, comme dans L’Herbe, les vergers du neveu des deux sœurs  ; cependant, l’intertextualité fonctionne pour tout lecteur de Simon. C’est que l’intertextualité se doit d’être textuelle et un certain sabotage de la référentialité diégétique ne saurait empêcher son fonctionnement. Au contraire.

24 Exemple fort intéressant  : «  laissant derrière lui la femme au masque et l’énigmatique suicidé rendus aux ténèbres dans l’obscur mausolée familial où les gloires passées, l’honneur perdu, continuaient à dialoguer avec le formidable général de marbre et leur descendance de rentiers, de propriétaires terriens, d’artistes amateurs et de dames coiffées d’anglaises  » (L’Acacia 356). La densité intertextuelle du passage est remarquable. Les deux généraux d’Empire, ou plutôt les icônes qui en restent – le portait du suicidé (Reixach dans La Route des Flandres) et le buste du géant (L.S.M. dans Les Géorgiques) – »  dialogue[nt]  » entre eux, ce qui figure en abyme le dialogisme intertextuel du roman simonien. Or, cet entretien silencieux a lieu dans la vaste maison familiale, «  l’obscur mausolée familial  », fragment qui renvoie au «  mausolée de tout espoir et de toute ambition  » dans L’Herbe (47). Mais n’oublions pas que mausolée reprend aussi «  the mausoleum of all hope and desire  » de William Faulkner dans The Sound and the Fury (93). Bref, la logique de L’Acacia est pleinement intertextuelle et même interlinguistique.

25 La scène des retrouvailles est parmi les plus émouvantes de L’Acacia et prouverait, si besoin était, qu’un romancier n’a pas besoin de se servir de noms ni d’une psychologie larmoyante pour décrire justement des larmes. La scène est une véritable litote diégétique. Par ailleurs, on connaît l’importance des larmes et du non-dit dans Histoire. Voir Sarkonak (1986) 135-37.

26 La prise en charge proleptique du récit qui vient d’être narré reprend une subversion similaire de l’unité spatio-temporelle dans La Route des Flandres, où Georges raconte la mort du capitaine Reixach à Corinne dans le noir.

27 Exemple d’une intertextualité qui exploite le procédé de la réduction, à tel point que ces quelques lignes pourraient servir de résumé du long chapitre dans Le Palace.

28 Lorsqu’en lisant L’Acacia on arrive aux pages décrivant les lents paquebots d’antan, on se retrouve en pays connu et l’effet de plaisir textuel fait penser à celui ressenti par Marcel lorsqu’il reconnaît des structures musicales familières dans la septuor de Vinteuil.

29 Exemple d’une intertextualité citationnelle car la reprise est presque littérale. La littéralité du variant n’est sans doute pas un hasard car il correspond à un texte laconique du père – le seul, d’ailleurs, qui se trouve dans Histoire et L’Acacia – qui était destiné à la mère.

30 Comme il arrive souvent dans L’Acacia, un seul passage condense ce qui est multiple dans un roman, par exemple, le véritable leitmotiv de la lame de couteau dans Histoire. Et pourtant, étant donné le fonctionnement de la production intertextuelle et intratextuelle de L’Acacia, ce roman ne donne aucunement l’impression du singulatif. Quoiqu’il soit impossible d’étudier ici jusqu’à quel point L’Acacia exploite l’intratextualité, rappelons pour mémoire l’emploi du double dans ce roman. Car tout se dédouble – un peu comme les petites folioles d’un acacia qui s’attachent aux rameaux deux par deux  : les deux capitaines, les deux généraux d’Empire, les deux familles si différentes, les deux maisons du patriarche, chacune avec sa cheminée de marbre, et plus tard les deux parties dans lesquelles on divise la maison qui se trouve au centre de la vieille ville de garnison, les deux cousins, les deux veuves (la grand-mère et la mère du brigadier), les deux vieilles sœurs célibataires, les deux autres sœurs – cousines de la mère – devenues à leur tour de vieilles dames, et donc les deux couples de vieilles sœurs, les deux jockeys, les deux souteneurs juifs d’Oran, les deux révolutions ratées du 20e siècle, les deux maréchaux assassinés par deux dictateurs, les deux guerres mondiales, les deux batailles des Ardennes, les deux soldats – le père et le fils, le capitaine et le brigadier – qui partent pour la guerre tous les deux dans les wagons de première classe. Sans parler des innombrables doublets textuels parmi lesquels on ne signalera que ceux-ci  : les deux chapitres intitulés «  Le 17 mai 1940  » (II et IV) et les deux chapitres qui prennent la forme de triptyques (VI et VIII).

31 Longuement décrit dans La Bataille de Pharsale, le tableau d’Alphonse de Neuville (1835-85) – » Les Dernières Cartouches » – qui est dans un style prétendument réaliste, dévoile de nouveau son titre, lorsque le brigadier de 1940, passant devant le site de la bataille historique, à Bazeilles, voit une inscription sur une plaque de marbre. De toute évidence, le désastre militaire est de tous les temps, de tous les textes. Et, de nouveau, le référent, qui est double ici car il est à la fois historique et pictural, est subsumé par la production intertextuelle du sens.

32 «  la vieille tante à demi aveugle restée au hameau, parcourant les chemins en poussant le landau d’enfant démantibulé où elle entassait l’herbe pour ses lapins, mangeait une sorte de bouillie jaunâtre semblable à celle qu’elle donnait aux poules  » (L’Acacia 132). Une lecture non intertextuelle du roman manquerait totalement le sens de ce passage, comme du reste du texte, bien sûr. Si banale que puisse paraître l’apparition de la vieille, elle a un lourd passé intertextuel. Et ici l’intertexte inclut et comprend la glose critique  ! C’est que depuis longtemps la vieille femme fascine les exégètes de Simon et avec raison, car de temps en temps (re)paraît cette figure curieuse qui présente des similarités troublantes avec, d’une part, la figure de la mère dans Histoire et L’Acacia et, d’autre part, avec Marie dans L’Herbe. De plus, la vieille femme a été identifiée tantôt avec Anubis, tantôt avec Hécate. Cf. Claude Simon  : analyse, théorie 183-85  ; Pugh (1976) 147-53  ; et Sarkonak (1990) 152-53. En faisant le lien avec Le Tricheur, il est possible d’associer la vieille femme à la tueuse de poulets, figure éminemment castratrice, qui est décrite dans La Chevelure de Bérénice (19-20).

33 Comme on le sait, monsieur Loyal est le surnom du présentateur au cirque et – quoiqu’il ne soit pas nommé dans Triptyque – c’est lui qui tourmente monsieur Chewing-gum, le clown, dans ce roman.

34 L’ancien soldat de 1940 devenu un vieil homme paraît dans les deux romans dans des contextes similaires, c’est-à-dire lors d’enquêtes qu’il entreprend auprès de témoins, qui sont eux-mêmes vieux, pour se renseigner sur le passé, un passé qui se présente comme un entassement de ruines à la fois matérielles et mnémoniques. Signalons à ce sujet que des ruines constituent la thématique centrale d’Album d’un amateur, à la fois aux niveaux textuel et photographique. Quant aux buts de ces recherches, ils se donnent pour des doubles du brigadier  : L.S.M. dans Les Géorgiques, le père dans L’Acacia. Pour ce qui est du chercheur lui-même (cf. La Bataille de Pharsale), il constitue une étape intermédiaire entre le personnage (visible et parfois audible) et le scripteur (invisible mais audible), avant que celui-ci ne disparaisse de la scène intertextuelle.

35 Voir «  Jean-Marie and the twentieth-century soldier form another pair of [intertextual] brothers. Related by blood, they are both disillusioned with war, and as such both of them could be considered as foils to Jean-Pierre [L.S.M.], the career soldier.  » (Sarkonak [1990] 190). Comme dans Les Géorgiques, les pages de L’Acacia décrivant la course affolée du fugitif dans la forêt sont parmi les plus belles de l’œuvre.

36 Album d’un amateur forme avec L’Acacia un véritable diptyque, le triple a des deux titres soulignant leur rapport intertextuel, ainsi que le retour aux origines et aux débuts de l’abécédaire. Cependant, le livre précédent diffère aussi à des égards importants du roman, car c’est un album de photos accompagnées d’un texte où le je assume le pacte autobiographique alors que le scripteur invisible de L’Acacia ne s’identifie comme aucun des personnages mis en scène. Cependant, le frontispice d’Album d’un amateur illustre pour ainsi dire le titre et la dernière page de L’Acacia, car un dessin de Claude Simon représente justement un acacia qui pousse derrière la fenêtre d’une maison. Dans le dessin, la table et un gros livre qui pourrait être un dictionnaire (mais qui n’est pas décrit dans le roman) font penser à un autre dessin de Simon, celui de la table de travail de l’écrivain qui se trouve dans Orion aveugle. Entre le visuel et le textuel, entre la fiction et la non-fiction, entre l’homme et l’œuvre se fabriquent, se dessinent, des liens irrécusables. Si bien qu’il faudrait étudier aussi l’«  interpicturalité  » chez Simon  !

37 Car l’arbre c’est aussi la figure emblématique du corps avec son squelette, ses vastes et labyrinthiques réseaux d’artères, de vaisseaux sanguins, de nerfs, de tendons, de ligaments et de muscles, bref de ce lieu que nous habitons pour le temps d’une vie. D’autant plus que le corps ressemble à un arbre  : comme lui, un corps humain pompe de l’air, boit de l’eau, a besoin d’être nourri. Si longue que soit leur vie, elle a une durée nettement délimitée dans le temps car corps et arbres seront abattus un jour, que ce soit par des hommes ou par des forces de la nature, tels les platanes abattus par le vent dans le dernier chapitre de L’Acacia. Et dans les sous-bois, de nouveaux arbres naissent de ce qui reste des vieux arbres. Arbres, corps et textes – tous sont destinés à devenir des ruines et, ce faisant, à (re)vivre les uns des autres.

38 Selon Celia Britton, «  [t]he family represents a nexus of interconnecting relations in both the human and the abstract sense […]. An image of the nexus is provided by the proliferating branches of the acacia tree described in the opening pages of Histoire, as it metamorphoses into a family tree […]. The same tree, however, (and, of course, the term “branching tree” has a further and very precisely generative linguistic meaning in the context of Chomskean syntax) also serves as a metaphor for the structure of the novel, thus creating from the outset an equivalence between family and text  » (19-21).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. L’Herbe et La Route des Flandres
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 2. Histoire
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 3. Les Géorgiques
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 4. L’Acacia
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ralph Sarkonak , « Un drôle d’arbre  : L’Acacia de Claude Simon », Cahiers Claude Simon, 11 | 2016, 53-80.

Référence électronique

Ralph Sarkonak , « Un drôle d’arbre  : L’Acacia de Claude Simon », Cahiers Claude Simon [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/291 ; DOI : 10.4000/ccs.291

Haut de page

Auteur

Ralph Sarkonak 

University of British Columbia

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals