Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15« je pouvais voir »7’57’’

« je pouvais voir »

7’57’’

7 MNS 57
Sylvain Roumette
p. 189-191

Résumés

Il s’agit de présenter le micro-portrait de Claude Simon réalisé en 1985 pour le réseau des Instituts français, un petit film d’une durée de 7 minutes et 57 secondes qui cherche à dépasser la forme classique de l’entretien pour rendre compte de la logique d’une démarche créatrice ou conceptuelle.

Haut de page

Texte intégral

1C’est la durée du petit film (sans titre) que j’ai réalisé en 1985 pour le magazine cinéma diffusé à l’époque dans le réseau des Instituts français du ministère des Affaires étrangères. L’occasion en était l’attribution du prix Nobel de littérature à Claude Simon. D’autres portraits d’artistes ou d’écrivains – Soulages, Lévi-Strauss, Francis Ponge… – avaient inauguré pour moi dans cette série le genre de ce qu’on pourrait appeler des micro-portraits : ni simples reportages, ni interviews d’actualité, il devait s’agir à mon sens de véritables formes brèves, capables par hypothèse de rendre compte de la logique d’une démarche créatrice ou conceptuelle.

  • 1 Dessin de C. Simon qui figure à l’entrée de son livre Orion aveugle, « Les Sentiers de la création (...)

2S’agissant d’un écrivain comme Claude Simon, voué à l’écriture de la perception visuelle et à ce que David Zemmour a appelé depuis la syntaxe du sensible, il me semblait que tout devait commencer à la table de travail de celui qui écrit. D’où l’utilisation au début et au cours du film d’un dessin, par la main même de l’écrivain, de sa table devant sa fenêtre de la rue Monge1. Non pas pour en représenter le sujet comme le ferait un peintre sur le motif (Caillebotte sur son balcon du boulevard Haussmann), mais pour mettre en évidence les instruments de la matérialité de l’écriture (papier, stylo, cigarettes, etc.) et de la situation du « scripteur » (terme d’époque des années 80, qui sont aussi celles du film…).

3Ce qui m’avait frappé dans ce dessin était l’opposition entre les courbes et les arabesques qui ornaient la ferronnerie de la fenêtre et la rectitude des lignes manuscrites qui étaient alignées sur la page et qui en étaient comme la « traduction » dessinée. « Dieu écrit droit avec des lignes courbes », avais-je cru malin de faire remarquer, et Claude Simon n’avait pas réagi à la naïve téléologie du proverbe claudélien. Mais finalité mise à part, il aurait peut-être pu souscrire à l’idée d’une transmutation nécessaire entre la profusion visuelle du monde (il parle souvent de son désordre et de son « chaos ») et la ligne droite, forcément droite, de la syntaxe qui le décrit – faut-il dire qui le reconstitue ?

4En tout cas la coupure est acquise entre le monde et sa représentation, et pas seulement à cause de la linéarité de l’ordre de la langue (tout se succède dans le discours) et de la simultanéité de l’ordre de l’image (tout coexiste dans l’espace). Et la première manifestation de cette coupure me semblait devoir être la suspension de la fonction illustrative du texte, traditionnelle dans les films traitant de la littérature. D’où le choix d’ouvrir le film par une séquence où la lecture des premières lignes de Triptyque  La carte postale représente une esplanade plantée de palmiers qui s’alignent sous un ciel trop bleu… » [T, p. 743]) s’accompagne d’une série d’images sans rapport littéral avec le texte (plage, chien, barque, etc.). Comme s’il importait d’ouvrir d’emblée une béance entre la description par les mots et ce qui pourrait être l’« équivalent » de la description par la caméra (si une telle équivalence était toutefois possible). Béance, ou simplement écart, dont la question se posait pour moi de toutes façons dans le traitement de l’inévitable dimension documentaire du sujet : quelles images associer à la parole de celui qui ne cesse d’expliquer son impuissance d’écrivain à représenter l’espace, à la différence du peintre (ses obsessions intimes : Bacon, Picasso ou Dubuffet) ou du cinéaste (il envie la désinvolture de la caméra de Vertov qui défie la logique en installant sur l’écran un tel micmac que c’est à n’y rien comprendre : une fille nue, des rennes, une isba, une locomotive…).

  • 2 Voir cahier iconographique, p. xxii-xxiii.

5Pas de rennes ni de locomotive dans les environs de Salses – encore qu’un passage de train en gros plan, à hauteur de bogies, fasse soudain écho au transport de sens que le mot métaphore continue de signifier, littéralement et dans tous les sens. Mais des images choisies et composées au hasard de « rencontres visuelles » dans les environs (affiche déchirée, herbes de bords de route, mur en ruine2), traitées comme autant de fragments en plans fixes et en gros plans, avec une insistance délibérée sur leur cadre, en référence à la vision picturale.

6Ces images ne forment pas de vraies séquences, elles jouent plutôt ponctuellement en contrepoint à tel ou tel moment du discours. Sauf une fois où la découverte fortuite d’un décor potentiellement chargé de sens pour le lecteur de La Route des Flandres : une caserne de cavalerie désaffectée m’a incité à développer une séquence autonome construite d’ailleurs essentiellement sur la bande-son. Le passage d’un groupe de cavaliers (naturellement hors champ) dans cette architecture vide où les sabots résonnaient spectaculairement produit un effet de réel bien spécifique au cinéma (et l’on songe inévitablement à l’aveu de Claude Simon regrettant de n’avoir pu faire entendre le son du canon au lecteur de La Route des Flandres…).

7Le film au secours de la littérature, donc ? Sûrement pas, bien sûr. À chacun son territoire, ses règles, ses exclusions, ses apories. Encore faut-il ne pas en brouiller la géographie, et c’était bien l’ambition de ce petit film d’aider à faire comprendre la spécificité d’une écriture et d’un projet par le recours au « bricolage » d’une forme, d’habitude vouée au simple enregistrement d’une parole, selon la dramaturgie classique de l’interview.

Haut de page

Notes

1 Dessin de C. Simon qui figure à l’entrée de son livre Orion aveugle, « Les Sentiers de la création », Genève, Skira, 1970 (voir [http://associationclaudesimon.org/claude-simon/iconographie/article/simon-claude-main-ecrivant]).

2 Voir cahier iconographique, p. xxii-xxiii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Roumette, « 7’57’’ »Cahiers Claude Simon, 15 | 2020, 189-191.

Référence électronique

Sylvain Roumette, « 7’57’’ »Cahiers Claude Simon [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 03 septembre 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccs/3088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.3088

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search