Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17TexteClaude Simon et Alain Poirson en ...

Texte

Claude Simon et Alain Poirson en 1982 : une certaine idée de la modernité littéraire

Cécile Yapaudjian-Labat
p. 13-14

Texte intégral

  • 1 L’hebdomadaire, qui avait succédé à La Nouvelle Critique, cessera de paraître en 1995.
  • 2 Nous remercions Alain Poirson qui nous a donné l’autorisation de rééditer cet entretien.
  • 3 Simon a tout de même déjà abordé le problème de la continuité et de la discontinuité dans l’écritu (...)

1Initialement paru en 1982 dans Révolution, l’hebdomadaire culturel du PCF1, l’entretien entre Claude Simon et Alain Poirson2 republié ici est un texte important. Le romancier y développe pour la première fois une réflexion qu’il ne cessera d’approfondir par la suite. Il s’agit pour lui de dessiner les contours de sa propre poétique en questionnant la modernité tant picturale que littéraire à partir des notions de totalité et de fragmentation3, notions appelées par la composition même du roman Les Géorgiques qui vient alors de paraître et qui marque un tournant dans le parcours romanesque de l’écrivain.

  • 4 C. Simon, Jean-Paul Goux et A. Poirson, « Un homme traversé par le travail », La Nouvelle Critique(...)

2En 1982, Simon connaît Poirson, professeur de philosophie lié aux avant-gardes, avec lequel il s’est déjà entretenu en 19774. Les questions de Poirson vont permettre à Simon de préciser quelques-uns de ses choix d’écriture, de les éclairer et de lever un certain nombre de malentendus sur le sens de son travail. Simon revient sur la conception cyclique de l’Histoire dans Les Géorgiques, ce roman de la terre, des saisons et de la guerre qui elle-même, c’est sur ce point qu’il entend insister, possède des « caractéristiques « naturelles ». Il énonce aussi ses partis-pris esthétiques qui se traduisent par des refus qu’il reformule ou reprend dans beaucoup de ses entretiens : il ne souhaite pas démontrer mais faire. Il rejette ainsi tous les dogmatismes et la « littérature engagée moralisante » que représentent en particulier Sartre et Camus, position qu’il réitérera dans son Discours de Stockholm (DS, p. 892). La seule morale qui vaille, selon lui, consiste à « faire de la bonne littérature » et à adopter plutôt une morale de l’incertitude : « rien n’est sûr ». En outre, la littérature n’a pas à reconduire le sens institué mais à produire du sens. Et si Claude Simon affirme l’importance de la matérialité de la peinture et de l’écriture ainsi que la primauté du texte qui est toujours l’aventure d’un récit, il revendique aussi le fait que ce texte porte « le récit d’une ou plusieurs aventures » dont il puise le sujet dans une « réalité qui dépasse la fiction ».

  • 5 Lucien Dällenbach, « Les Géorgiques ou la Totalisation accomplie », Critique, n° 414, novembre 198 (...)

3Comme dans d’autres entretiens, il prend la peinture et son histoire, très en avance sur la littérature selon lui, comme point de départ de sa réflexion sur l’écriture en s’attachant à analyser les œuvres des peintres qu’il admire, Cézanne et Picasso surtout. Dans cette partie de l’entretien, la plus longue, il s’attache avant tout à interroger les rapports entre totalité et fragmentation en peinture et en littérature, questionnement amorcé au préalable par Lucien Dällenbach dans un article qui fera date, « Les Géorgiques ou la Totalisation accomplie »5. Simon, dans un exposé magistral, rappelle d’abord que longtemps, la peinture et la littérature ont cherché à donner l’illusion d’une totalité sans faille, la littérature en particulier s’appuyant sur des principes de causalité, de chronologie, et visant une « totalisation rationnelle fondée sur des critères psycho-sociologiques ». Il montre ensuite en quoi la peinture, avec Cézanne d’abord puis avec les peintres cubistes, va opérer une rupture radicale. Il insiste notamment sur le projet des peintres cubistes qu’il fait sien : donner l’illusion de la totalité mais par un travail de sélection, de choix ; tenter de restituer la perception souvent éclatée que nous pouvons avoir des choses, c’est-à-dire rester fidèle à l’impression ressentie ; s’appuyer pour cela sur les moyens et qualités propres du médium choisi – la peinture, l’écriture – en assemblant des fragments pour leurs qualités propres (harmoniques, dissemblances, contrastes).

  • 6 C. Simon, « L’absente de tous bouquets » [1982], dans QC, p. 39-71.

4Simon reprendra et étoffera sa réflexion quelques mois plus tard dans une conférence prononcée à Genève le 29 mai 1982, « L’absente de tous bouquets »6, dans laquelle il se propose de revenir sur deux des poncifs selon lui attachés à l’idée de modernité : le progrès en art et la discontinuité et la fragmentation. Mais c’est cet entretien avec Alain Poirson qui en constitue la première version.

Haut de page

Notes

1 L’hebdomadaire, qui avait succédé à La Nouvelle Critique, cessera de paraître en 1995.

2 Nous remercions Alain Poirson qui nous a donné l’autorisation de rééditer cet entretien.

3 Simon a tout de même déjà abordé le problème de la continuité et de la discontinuité dans l’écriture littéraire, notamment dans son intervention au colloque de Cerisy de 1971 consacré au Nouveau Roman (voir C. Simon, « La fiction mot à mot » [1972], dans Œ, p. 1186- 1187).

4 C. Simon, Jean-Paul Goux et A. Poirson, « Un homme traversé par le travail », La Nouvelle Critique, juin-juillet 1977, p. 32-44, repris dans les Cahiers Claude Simon, n° 12, 2017, p. 29-59.

5 Lucien Dällenbach, « Les Géorgiques ou la Totalisation accomplie », Critique, n° 414, novembre 1981, p. 1226-1242.

6 C. Simon, « L’absente de tous bouquets » [1982], dans QC, p. 39-71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Yapaudjian-Labat, « Claude Simon et Alain Poirson en 1982 : une certaine idée de la modernité littéraire »Cahiers Claude Simon, 17 | 2022, 13-14.

Référence électronique

Cécile Yapaudjian-Labat, « Claude Simon et Alain Poirson en 1982 : une certaine idée de la modernité littéraire »Cahiers Claude Simon [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccs/3718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.3718

Haut de page

Auteur

Cécile Yapaudjian-Labat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search