Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Comptes RendusClaude Simon, Les Vies de l’Archi...

Comptes Rendus

Claude Simon, Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Anaïs Frantz, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, 2014, 317 p.

Jacques Neefs
p. 278-283
Référence(s) :

Claude Simon, Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Anaïs Frantz, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, 2014, 317 p.

Texte intégral

  • 1 On peut renvoyer sur cette question de l’archive dans l’écriture de C. Simon, à l’étude, alors tout (...)

1Ce livre est un essai assurément pluriel, qui propose une «  approche d’ensemble de l’œuvre de Claude Simon  » comme travail d’archive  : comment Claude Simon a travaillé son œuvre dans un espace soigneusement organisé d’archives, en particulier d’archives familiales1, ce que l’archive de l’œuvre, entendue de manière large, textes, manuscrits, documents, photographies, montre de l’élaboration et de la portée de cette œuvre, et quelle intelligence contemporaine de l’archive et de ses usages ce travail de l’œuvre «  Claude Simon  » apporte. Les textes réunis ici sont issus d’un colloque qui s’est tenu en 2013 à l’École normale supérieure et à l’université Paris-3 Sorbonne nouvelle, à l’occasion du centenaire de la naissance de Claude Simon. La volonté qui anime ces textes est de montrer que l’archive Claude Simon (qui a été déposée à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, et qui est l’objet d’une étude systématique, ce dont un chapitre du livre rend compte) est «  une archive vivante  », en un double sens  : l’œuvre est la vie de l’archive dont elle s’est constituée et dont elle a fait sa forme, l’archive de l’œuvre est le lieu d’une exploration active, d’un dialogue ouvert au présent.

  • 2 M. Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Le Seuil, 2011.
  • 3 Lecture de L’Herbe de Claude Simon, Lausanne, L’Âge d’homme, 1976.

2L’allure orale et «  personnelle  » de certaines présentations a été conservée, ce qui rend bien compte d’un chantier de rencontres. Cela est marqué dès la première partie, intitulée «  Mais où commence le dehors  ? La question de l’archive  ». Le texte de Mireille Calle-Gruber («  Écrire à même la cendre  »), qui ouvre cette partie, se situe bien dans l’extrême familiarité avec l’ensemble de l’œuvre et de l’archive «  Claude Simon  » (la biographie que celle-ci a publiée en témoigne2), et décrit aussi bien l’archive devenue publique (celle déposée à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet) que l’archive encore privée («  j’ai pu consulter chez Claude Simon, une sorte d’écrits pour soi  », p. 15)  : cette ouverture souligne combien le travail de l’œuvre a été habité par le souci d’archive comme matière pour l’œuvre et comme «  espace de jouissance  »  : l’œuvre elle-même, est-il affirmé (confirmé  ?), en tant qu’«  archive en devenir  » «  est promesse de vie. Elle sécrète du vivant  » (p. 20). Familiarité, proximité, qui jouent de l’oral, également, dans le texte de Michel Butor («  À la recherche de la littérature perdue  »)  : «  J’ai connu Claude Simon, nous nous aimions bien  » (p. 23)  ; ou de Régis Debray, «  De la difficulté d’être contemporains  »  : «  Nous sommes ici pour parler de Claude Simon  » (p. 31). Cela est un aspect frappant de ce livre (de manière d’ailleurs parfois insistante)  : marquer une relation «  personnelle  » avec l’œuvre et avec l’auteur, ce que désigne encore le texte de Gérard Roubichou, «  Claude Simon, échanges privés, espace public  : réflexions autour d’une correspondance (1970-1977)  », qui commente 31 lettres de Claude Simon adressées à l’auteur alors que celui-ci préparait sa thèse sur L’Herbe3, et qui fournit des extraits de cette correspondance où l’on peut lire l’attention portée par Simon à la réception contemporaine de son travail (et surtout à l’incompréhension régnante)  ; mais aussi des remarques importantes – l’on aimerait en lire plus – sur l’écriture du «  sacré bouquin  » alors en cours, Les Géorgiques.

3«  L’archive est plus ample que la mémoire  » (p. 5), écrit Mireille Calle-Gruber, et le volume veut en être à la fois la preuve et le commentaire. Le deuxième mouvement du recueil, «  Mémoire, trace, dépôt. Un moi vivant constitué de ruines  », propose en ce sens une série d’analyses à la fois thématiques et formelles, qui ont en commun de manière sans doute assez lâche, de traiter de la ruine, de la mémoire et de l’écriture. Claire Nioche-Sibony («  “Une addition de ruines auxquelles le temps…”. Le motif des ruines dans Les Géorgiques  ») analyse le monde des ruines dans les Géorgiques  : déchiffrage de la tombe et modernité de l’écriture sont intimement liés, est-il proposé, en particulier par la dimension d’un montage sans totalité, dans le parti-pris de la déliaison, esthétique qui avait été commentée, cela est rappelé, par Pascal Quignard. Mokhtar Belarbi, «  Archive, mémoire et écriture dans l’œuvre de Claude Simon. Le cas des biographies familiales  », décrit bien la trace qui «  vient au présent de l’écriture, suivant le mode de l’interrogation, de l’hypothèse et du doute  » (p. 61), et l’archive comme «  matière à imaginer  » (p. 71). Jeanne Castillon, avec «  Claude Simon, coloriste de la mémoire. Lecture du Tramway  », démontre l’art de la construction chromatique dans Le Tramway et l’analyse minutieuse de l’œuvre suit le subtil diminuendo qui marque la suite des «  fragments  », comme couleurs de la mémoire. Johan Faerber, «  Guère de mots. Ou l’archive immatérielle dans l’œuvre de Claude Simon  » souligne la puissance d’arrachement et d’éclat que donne l’archive prise dans l’œuvre  : «  l’archive est une intensité de vie au cœur du texte  » (p. 88)  ; cela joue de façon singulière, non comme référent, mais comme «  fonction d’existence  » (en reprenant l’expression de Foucault telle que l’interprète Agamben). L’écriture voudrait «  sortir de l’écriture  », indique encore le commentateur  : ou plutôt, – et c’est ce qui ressort en de nombreux points de ce livre, souligné par la présentation d’ensemble – c’est bien de la question d’un dehors de l’écriture qu’il est question, comme pour saisir «  le reste du reste  » (p. 92). On rencontre là une question très cruciale qui renvoie à bien d’autres formes de la littérature de la seconde moitié du xxe siècle (que l’on pense à Beckett ou à Georges Perec).

4La troisième partie, «  Poétique de l’archive ou les devenirs d’un matériau littéraire  », est plus directement liée à la teneur de ces archives passées en œuvre, telles qu’on les trouve dans le travail des œuvres. Avec «  Histoire et lisibilité dans le manuscrit des Géorgiques  », Mélina Balcázar Moreno montre comment le travail de presque huit ans de l’écriture des Géorgiques est minutieusement organisé, daté, comment Simon développe un système de circulation parmi les matériaux de travail, et comment une lisibilité est donnée à ce qui est retiré des «  lectures  »  : construction en «  séries  », usage salutaire et très travaillé de la répétition  : le détail est donné de ce travail sur tel ou tel feuillet, et cela éclaire assurément l’effet de l’œuvre, sa puissance intime. De même l’analyse des modalités de collages et des plans de montage permet de comprendre le travail minutieux de décomposition et recomposition caractéristique de cette œuvre  : il s’agit bien de découper et déplacer les récits d’Histoire pour leur donner une intelligibilité sensible, pour ainsi dire «  esthétique  ». Ce travail de répétition et montage est aussi celui de l’œuvre entier  : c’est ce que montre Katerine Gosselin, avec «  L’œuvre archivée. Sur la constitution cyclique de l’œuvre de Claude Simon  ». Il est important de montrer comment se joue une «  relation  » aussi fidèle que possible entre les œuvres, non pas continuité, mais une sorte de mémoire creusée, ce que montre bien l’article, d’œuvre à œuvre  : «  Les Géorgiques et L’Acacia […] ont en commun de réécrire tour à tour La Route des Flandres.  » Ainsi s’archive l’ensemble de l’œuvre sur lui-même, et se révèle l’écriture comme processus. Cela décrit bien l’effet d’involution de cette œuvre, et sa forme singulière de continuité fragmentée. Persistance d’une thématique qui n’est pas que formelle, c’est aussi ce que lit Christophe Meurée, avec «  L’Herbe ou l’avenir d’une agonie  », de La Corde raide au Tramway, autour de l’agonie de Marie, et de l’injonction de mémoire autour des dépouilles. Le Tramway reçoit une attention particulière en ce recueil d’essais, et cela est intéressant, car l’œuvre a un attrait étrange, et une puissance singulière. L’étude d’Anne-Yvonne Julien sur «  L’archive proustienne dans Le Tramway de Claude Simon  » apporte un élément de réponse en montrant les emprunts, à la fois, au «  génie structurel  » de Proust, à «  l’une des configurations du tragique proustien  » et «  à la forme proustienne de l’image  ». Mais on pourrait également proposer qu’il s’agit là d’autre chose qu’une «  archive proustienne  » à proprement parler  : plutôt une des modalités de mémoire et de retour, d’images et de récurrences, qui, dans les formes narratives au xxe siècle, ont dû s’inventer dans l’écart par rapport à Proust – que l’on songe au cycle du Grand incendie de Londres de Jacques Roubaud. Enfin, la réflexion à partir de l’archive, de son écriture en fragments, de son devenir œuvre stratifiée, de l’œuvre qui constitue sa propre archive, semble trouver une conclusion ouverte avec les propositions de Sylvain Santi à propos de Album d’un amateur  : reconstituer le moi vivant en combinant les différentes ruines, des civilisations, de notre propre vie (la rencontre proposée avec les réflexions de Charles Larmore dans Les Pratiques du moi [PUF, 2004] souligne l’actualité de ces questions et de la recherche de formes pertinentes).

  • 4 Ce centre du livre est également le lieu d’un cahier iconographique important par les documents bio (...)
  • 5 Pour une présentation et l’histoire de la Bibliothèque Jacques-Doucet, on peut se reporter à M. Col (...)
  • 6 On peut signaler comme marquante en ce sens la publication d’un «  plan de montage  » de La Route d (...)
  • 7 Le logiciel a été conçu à l’École centrale de Lyon, sous la direction d’O. Ferret et d’A. Guilbaud, (...)

5Le centre du livre, «  Archive littéraire et humanités numériques4  » présente ce qui est plus directement le point de départ de la rencontre, et constitue un avenir considérable pour les études sur l’œuvre et le travail de Claude Simon  : «  l’archive littéraire  » Claude Simon, réunie à la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, par donation de l’auteur lui-même. Cette archive constitue bien, comme la décrivent Isabelle Diu et Sophie Lesiewicz, directrice et conservatrice de la Bibliothèque, «  une archive littéraire d’exception  ». L’archive Simon a en effet toute sa place dans cette bibliothèque «  littéraire  » elle-même exceptionnelle5. Et il est particulièrement utile et intéressant de trouver ici à la fois une description des traits particuliers de ce fonds (manuscrits des œuvres, archives personnelles, éditions des œuvres) et une description du processus d’écriture, manifestant le travail de montage, la construction de la dimension spéculaire, le questionnement des genres, et bien sûr le travail de l’archive dans l’archive de l’écriture. On sait que Claude Simon n’est venu que lentement à un accord pour laisser simplement voir et surtout publier ses manuscrits6. Et qu’il a détruit systématiquement une partie du travail, en particulier les premiers brouillons («  bouillie  » disait-il). Il y a donc là désormais un ensemble vraiment remarquable pour la recherche génétique proprement dite, avec le travail d’une œuvre dont la modernité esthétique est tout à fait exemplaire. Le volume présente les programmes de recherche en cours sur les éditions et archives de Femmes. Les procédures d’analyse complexe de l’archive pour sa transcription et son encodage, comme les décrivent Melina Balcázar Moreno et Hélène Campaignolle-Catel, impliquent des considérations précises sur les découpages en segments, sur les zones de la structure documentaire et, à partir de là, sur les relations génétiques entre manuscrits successifs et tapuscrits, qui sont très instructives quant aux procédures de l’invention, telles que l’on pourrait les comparer avec ce qui se joue dans d’autres corpus littéraires, en particulier sur l’écriture en lignes et colonnes, «  l’écriture tabulaire liée à l’usage de la marge  », parmi d’autres procédures qui font la forme et la puissance de cette écriture. Le dossier détaille également les travaux de numérisation, et la mise en œuvre d’un modèle d’encodage TEI (Florence Clavaud), aussi bien que l’application pour le développement selon le logiciel ORIGAMI, outil d’édition au service de la visualisation de processus génétiques7 (Vincent Barrelon et Alexandre Guilbaud). Il sera intéressant de comparer ces travaux avec ce qui se fait autour d’autres corpus, par exemple dans le programme OPTIMA (ITEM et MSH, BnF, LITIS et LIPN) autour des archives Flaubert, Proust, Valéry, Fernand Braudel.

6Les deux derniers ensembles recueillent des études plus directement liées à l’esthétique et à la portée de l’œuvre de Claude Simon. Dans «  L’Archive au travail des genres  », l’œuvre de Simon est rapportée aux modalités autres que le texte, que l’écriture confronte. Yona Hanhart-Marmor, avec «  De la “photo jaunie” à l’image vivante  : des pouvoirs de la description chez Claude Simon  » s’interroge, à partir de l’importance donnée au visuel, en particulier aux photographies, sur l’importance donnée à la description d’archive et sur le rapport complexe au temps que cette passion d’écrire l’archive crée  : exercer tout le pouvoir possible de la description, faire tenir le passé au présent, selon cette belle expression  : «  l’archive comme portrait du temps  » (p. 231). Dans «  Une Vanité. Ou, de L’Herbe à La Séparation  », Anaïs Frantz montre «  ce qui arrive à l’archive vivante quand elle est confrontée à la loi du genre  » (p. 237). C’est-à-dire ici le passage au théâtre, le thème de la Vanité devenant le moteur même de la transposition, «  rendre le temps visible  ». Partant d’une rencontre (peu probante) entre Rohmer et Simon, Noël Herpe montre, entre autres traits, «  la relativité induite par le septième art  » (p. 252), en particulier dans Triptyque. L’admiration de Simon pour L’Âge d’or de Luis Buñuel formulait bien l’émerveillement devant «  l’inattendu attendu  » qui serait principe d’art. Enfin, un entretien de Baptiste Liger et Johan Faerber avec Christophe Honoré à propos de Nouveau Roman (Avignon 2012) rend le lecteur particulièrement sensible à la singularité de Claude Simon, et à la difficulté de représenter la «  présence  » si rigoureusement tâtonnante de l’écrivain, en particulier sur la scène mondiale du Nobel.

  • 8 M. Butor, dans son texte, relève «  le sentiment de la ruine omniprésent  » dans l’œuvre de Simon ( (...)
  • 9 Il s’agit des «  Notes de cours du 16 mars 1961  » reproduites en fac-similé et transcrites par S. (...)

7Retrouver Claude Simon dans son actualité d’écrivain, c’est aussi le replacer vers ses contemporains, vers ceux dont les interrogations et propositions ont été concomitantes. C’est ce que développe la dernière «  partie  » du livre, «  Réouvrir l’archive  : pour une grammaire de la présence. Ce perpétuel échange entre la matière et la pensée  ». Michel Deguy en donne un témoignage avec «  Claude Simon et l’image  », revenant vers «  l’écrivain appliqué  » (p. 270) de L’Herbe et plus largement sur l’importance de «  la métaphore  » telle que renouvelée par l’écriture de Claude Simon («  En ce temps-là la métaphore n’était pas à la mode  » rappelle Deguy, p. 272). Ainsi se joue l’écriture contemporaine, autour de la grande scène de «  la catastrophe8  » (ce qui fait du débat de Simon avec Kenzaburô Ôé un «  malencontreux malentendu  », difficilement compréhensible, commente Deguy). Enfin, le livre se termine en montrant de deux manières l’intelligence que donne de la «  place  » de Simon dans la pensée contemporaine ce que l’on pourrait considérer comme sa proximité avec l’œuvre de Maurice Merleau-Ponty. C’est un retour heureux vers ce qui était l’actualité de la pensée de la prose, dans les années 50 et 60. Anne-Gabrièle Wersinger le fait par une présentation d’ensemble, dans «  Propédeutique à une lecture de la “Chair” de l’archive. Merleau-Ponty  : bords de la vie non catégorielle  », des principales catégories phénoménologiques développées dans La Phénoménologie de la perception aussi bien que dans Le Visible et l’Invisible et en particulier autour de la notion de «  Chair  ». Ce sont assurément des catégories qui prennent sens quand on les rapporte à la prose de Claude Simon. Cette contemporanéité vivante des pensées par la prose est en fait fortement démontrée par l’intérêt que Merleau-Ponty lui-même a porté à l’œuvre de Claude Simon, comme le montrent de manière passionnante les notes de son cours de 1961, qui sont reproduites ici avec leur transcription9, et commentées par Pascal Quignard. Celui-ci, dans un beau texte, montre l’enjeu profond de ces notes, qui est bien la pensée de la prose en écriture, et «  l’ébullition expressive  » que l’écriture provoque «  s’introduisant dans la langue parlée  » (p. 302). «  Ontologie moderne  » était le thème de ce cours, reprenant les choses à partir de Descartes  : rencontrer Claude Simon en cette fondation (avec Conrad) était bien donner toute sa mesure à l’expérience de la prose, dans ses rapports au réel, que Simon explorait alors.

8Ce retour aux «  vies de l’archive Claude Simon  » est multiple, assurément, à foison, retours et projets, et invite à des recherches multiples elles aussi, que l’on ne peut que souhaiter les plus «  ouvertes  » et les plus ouvertes possible. Cette archive ouvre un nouveau pan, considérable, pour comparaisons, et pour la réflexion sur les modalités de la création «  romanesque  », de la «  prose  » dans sa portée dans l’histoire, telle qu’elle est chez les plus grands, de Stendhal et Balzac à Conrad, de Flaubert à Proust, de Dostoïevski à Joyce, etc.

Haut de page

Notes

1 On peut renvoyer sur cette question de l’archive dans l’écriture de C. Simon, à l’étude, alors tout à fait novatrice, de G. Raillard, que ce volume semble ignorer, «  Les trois hautes fenêtres (le document dans Les Géorgiques de C. Simon)  », dans Romans d’archives, textes réunis et présentés par R. Debray-Genette et J. Neefs, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 1987.

2 M. Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Le Seuil, 2011.

3 Lecture de L’Herbe de Claude Simon, Lausanne, L’Âge d’homme, 1976.

4 Ce centre du livre est également le lieu d’un cahier iconographique important par les documents biographiques qu’il présente et surtout par les références qu’il offre pour certains articles du volume  : lettres à R. Debray, à G. Roubichou, dossier Femmes avec la reproduction de certaines peintures de J. Miró, exemples de tirages selon le logiciel ORIGAMI, dossier de presse de La Séparation, manuscrits des notes de cours de Merleau-Ponty sur C. Simon.

5 Pour une présentation et l’histoire de la Bibliothèque Jacques-Doucet, on peut se reporter à M. Collot, Y. Peyré, M. Vassevière (dir.), La Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet  : archives de la modernité, Éd. des Cendres, 2007.

6 On peut signaler comme marquante en ce sens la publication d’un «  plan de montage  » de La Route des Flandres dans M. Calle-Gruber (dir.), Claude Simon. Chemins de la mémoire. Textes, entretiens, manuscrits, Sainte-Foy (Québec) et Grenoble, Le Griffon d’argile et PUG, 1993.

7 Le logiciel a été conçu à l’École centrale de Lyon, sous la direction d’O. Ferret et d’A. Guilbaud, pour l’étude des corpus des éloges écrits par D’Alembert. Les modalités d’application et d’adaptation au fonds C. Simon sont présentées ici.

8 M. Butor, dans son texte, relève «  le sentiment de la ruine omniprésent  » dans l’œuvre de Simon (p. 29).

9 Il s’agit des «  Notes de cours du 16 mars 1961  » reproduites en fac-similé et transcrites par S. Ménasé et J. Neefs, Genesis n°  6, éd. J.-M. Place, 1994. On peut signaler que la transcription de ces notes a été reprise dans Merleau-Ponty, Notes de cours, 1958-1959 et 1960-1961, préface de C. Lefort, texte établi par S. Ménasé, Gallimard, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Neefs, « Claude Simon, Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Anaïs Frantz, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, 2014, 317 p. »Cahiers Claude Simon, 11 | 2016, 278-283.

Référence électronique

Jacques Neefs, « Claude Simon, Les Vies de l’Archive, sous la direction de Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Anaïs Frantz, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, 2014, 317 p. »Cahiers Claude Simon [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccs/404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.404

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search