Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Comptes rendusMichel Butor, Claude Mauriac, Cla...

Comptes rendus

Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon, Nouveau Roman. Correspondance 1946-1999

Julien Praz
p. 282-287
Référence(s) :

Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon, Nouveau Roman. Correspondance 1946-1999, édition établie, présentée et annotée par Carrie Landfried et Olivier Wagner, sous la direction de Jean-Yves Tadié, Gallimard, 2021, 325 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble deux cent quarante-trois lettres échangées sur une période de cinquante-quatre ans par sept écrivains qui ont tous participé, de près ou de loin, à l’aventure du Nouveau Roman. Entreprise inédite, l’établissement de « cette correspondance échangée en septuor » (p. 8) a permis la constitution d’un ensemble singulier dont l’intérêt n’est pas que documentaire. C’est à la fois un corpus mis au service de la démonstration d’une thèse d’histoire littéraire, un récit épistolaire riche en rebondissements et un moyen d’accès indirect à la psychologie d’écrivains d’ordinaire peu enclins aux confidences qui est ainsi offert au lecteur.

2Dans une introduction substantielle (p. 8-36), les éditeurs insistent sur la portée qu’ils prêtent à cette correspondance, présentent l’organisation qu’ils lui ont donnée et détaillent ses qualités stylistiques. Selon eux, les lettres rassemblées révèlent qu’« il y eut bien un moment nouveau roman » (p. 9) dont elles « permettent […] de retracer étape par étape l’histoire » (p. 10). Si des écrivains représentatifs de cette histoire, comme Samuel Beckett et Marguerite Duras, ont été écartés, c’est uniquement parce qu’ils « n’ont pas participé à des échanges collectifs » (p. 9). Leurs lettres auraient difficilement trouvé à s’insérer dans le projet démonstratif des éditeurs. Ceux-ci font de la division de la correspondance en quatre sections chronologiques, qui leur apparaît naturelle, un moyen efficace de soutenir leur lecture. Les titres des sections viennent ainsi souligner fort à propos la place centrale accordée à ce « moment nouveau roman » dont la correspondance doit réaffirmer l’existence : « Avant le nouveau roman : premières explorations, premiers contacts (1946-1956) », « Le moment nouveau roman (1957-1962) », « Nouveau roman : l’éloignement (1963-1971) » et « Détentes et vieilles amitiés (1971-1999) ».

3Voici les étapes principales de cet arc narratif soigneusement organisé autour de l’acmé néo-romanesque. Les vingt-deux premières lettres sont échangées par Alain Robbe-Grillet et Claude Ollier. On y découvre deux jeunes gens dont la passion pour la littérature et les arts – parmi lesquels la musique occupe une place centrale – nourrit un désir brûlant d’écrire. Confidences, révoltes et autodérision constante en font des textes vivants « bien éloignés de l’image d’un nouveau roman surthéorisé et jargonnant » (p. 11), bien qu’on y lise aussi les seules considérations théoriques un peu étendues de toute la correspondance. S’y laisse également reconstituer la séparation progressive entre Robbe-Grillet, dont les premiers textes trouvent rapidement un éditeur, et Ollier qui, accaparé par une carrière exigeante dans l’administration française au Maroc, est contraint de différer la réalisation de ses projets d’écriture. Nommé conseiller littéraire aux Éditions de Minuit, Robbe-Grillet correspond ensuite avec Robert Pinget, puis avec Claude Simon et le septuor épistolaire du « moment nouveau roman » se met en place. Viennent alors les échanges amicaux, les envois de livres, les témoignages d’admiration à la lecture des dernières parutions, les félicitations pour l’obtention de prix, les indignations provoquées par des critiques injustement négatives ou à l’occasion d’une traduction infidèle et les voyages à l’étranger pour porter « la bonne parole » (p. 192). L’intérêt et le soutien que les sept épistoliers se portent mutuellement révèlent à n’en pas douter la constitution d’un « certain esprit de corps » (p. 18). Mais rapidement le groupe se défait, rongé par des conflits aussi bien personnels que professionnels. Michel Butor quitte les Éditions de Minuit, les rapports difficiles entre Robbe-Grillet et Nathalie Sarraute éclatent au grand jour, des différends opposent Simon à Sarraute et même Ollier à Robbe-Grillet. Dans le même temps, l’œuvre de la plupart d’entre eux connaît à des degrés divers une forme d’élargissement. Beaucoup écrivent pour la radio, tandis que Robbe-Grillet et Ollier se tournent vers le cinéma, en tant que scénariste, réalisateur ou critique. La dissolution des liens d’amitié va de pair avec cette extension des œuvres au-delà des limites du genre romanesque, ce qui met un terme au compagnonnage que la lutte pour la défense des idées néo-romanesques avait instauré. Ce sont alors la rareté et la brièveté qui caractérisent les échanges de la dernière section de l’ouvrage. Ces lettres ultimes ont dans l’ensemble une tonalité apaisée qui découle sans doute de l’éloignement des sept épistoliers et du relâchement de leurs relations, ce qui n’empêche pas que les vieilles amitiés et inimitiés s’expriment parfois sans détours.

4Dans les dernières pages de l’introduction, quelques « considérations stylistiques » traitent aussi bien de la forme que du fond des lettres rassemblées dans la correspondance (p. 26-36). L’accent y est mis sur leur diversité formelle et thématique, présentée comme une « richesse » (p. 27), dont le signe le plus manifeste est assurément la multitude des inscriptions génériques qui sont proposées par les éditeurs pour les décrire : documents historiques, récits de voyage, textes pratiques, polémiques, didactiques, personnels, littéraires, philosophiques et même, dans de très rares cas, écrits élevés au rang d’œuvres véritables par leur « style épistolier unique » (p. 27). L’intérêt principal de ces considérations réside dans les dernières remarques, étayées de suggestives analyses de lettres choisies, sur ce que le style des épistoliers indique de la nature de leurs relations. Il est ainsi montré que les échanges familiers entre Ollier, Pinget et Robbe-Grillet dénotent une forme de camaraderie, que Butor et Mauriac adressent à Sarraute des lettres amicales mais toujours respectueuses et que Simon, réservé, « a tendance à faire bande à part » (p. 34).

  • 1 M. Calle-Grüber, Claude Simon. Une vie à écrire, Seuil, coll. « Biographie », 2011, p. 225, 229 et (...)

5Or, que retiendra de cette correspondance l’amateur de Claude Simon ? L’ouvrage ne contient que trente-six lettres de la main du romancier et sept qui lui ont été adressées. Il est fait mention de deux lettres envoyées par Robbe-Grillet et Butor que Mireille Calle-Gruber a pu consulter et qu’elle cite partiellement dans sa biographie1 mais qui, égarées depuis, n’y figurent pas. La production épistolaire du romancier adressée à ses pairs consiste principalement en mots de remerciements, le plus souvent pour l’envoi d’un livre, mais aussi à l’occasion d’une invitation, de compliments qui lui ont été adressés au sujet d’un de ses romans ou en réponse à un soutien public. Une lecture attentive de ces écrits de circonstance révèle qu’ils s’inscrivent dans l’évolution générale des relations entre les auteurs de la correspondance qui, après avoir porté un vif intérêt à leurs productions respectives, s’éloignent peu à peu les uns des autres. Pour s’en rendre compte, il suffira de comparer les lignes passionnées que Simon adresse à Sarraute après avoir lu Le Planétarium dont il a apprécié « les subtiles et minutieuses investigations » (p. 159) ou celles qu’il écrit à Butor au sujet de Mobile dont la lecture lui a révélé « une foule de choses absolument admirables » (p. 217) au très court message envoyé à Robbe-Grillet qui lui a fait parvenir un exemplaire du Miroir qui revient (p. 288). Rédigées d’abord dans l’enthousiasme qui suit la lecture d’un roman jugé admirable ou dictées par l’indignation de voir une œuvre nouvelle insultée par la critique, les lettres de remerciements deviennent au fil de la correspondance de simples échanges de politesse.

6La production épistolaire de Simon rappelle aussi l’attention que le romancier a portée aux écrits théoriques de ses compagnons de route. Son admiration pour la formule de Robbe-Grillet suivant laquelle « le monde n’est ni signifiant ni absurde : il est » (p. 140) se trouve rappelée par deux fois et les articles que Butor a consacrés au roman et à Mondrian sont mentionnés de manière élogieuse. Ce qui justifie cet intérêt pour le genre de l’essai c’est avant tout un désir de connaissance et non la volonté d’établir une doctrine. Une longue lettre adressée à Robbe-Grillet (p. 209-211) le rappelle en témoignant de la réticence du romancier envers tout discours doctrinaire. Simon y motive, sur un ton faussement léger qui peine à masquer un certain embarras, son refus de participer au projet initié par Jérôme Lindon d’un Dictionnaire du nouveau roman en se retranchant derrière son approche résolument pragmatique de l’écriture. L’intérêt de cette lettre réside aussi en sa sincérité, en la recension qui y est faite des thèmes principaux de l’œuvre et en cet humour un peu fruste caractéristique du style épistolier de l’écrivain. Envoyée sans doute au début de l’année 1961, elle montre que pour Simon le « moment nouveau roman » a été bref.

7Des sept épistoliers, Simon est sans aucun doute celui qui a tenu à conserver le plus de distance avec le milieu littéraire de son temps. Adoptant généralement un ton assez formel mais aussi « un langage parfois rustre » (p. 34) et séjournant régulièrement dans sa retraite perpignanaise, il se distingue des autres écrivains jusque dans sa posture puisqu’il se présente volontiers comme un artisan laborieux (« Pour moi je continue à suer sang et eau sur mon malheureux bouquin. Cette fois, c’est plutôt le genre “mécanique de précision – finition main”, que mayonnaise. » [p. 184]) ou comme le gestionnaire d’un domaine viticole amené à délaisser « provisoirement – la “lis-tes-rature” » (p. 145) pour de « sombres et sordides histoires de vinasse » (p. 146). Cet éloignement à la fois volontaire et contraint explique sans doute que sa correspondance ne consiste presque qu’en échanges distants mais cordiaux. On ne compte que trois moments de tension avec d’autres néo-romanciers : un différend avec Sarraute rapidement résolu, la rupture avec Jean Ricardou au début des années quatre-vingt qui donne lieu à des moqueries très appuyées et la brouille avec Robbe-Grillet à la suite de l’obtention du prix Nobel. Par ailleurs, nombreuses sont les lettres qui insistent sur la nécessité pour Simon de s’assurer une tranquillité propice à la création littéraire. Ses plaintes récurrentes concernant les nuisances sonores de ses voisins parisiens, qu’il n’hésite pas à fuir quand il le peut, ses réticences à participer à tout événement promotionnel, au même titre que son désintérêt affiché pour « la brillante, redoutable et subtile société des salons parisiens » (p. 220), révèlent un souci constant d’échapper aux désagréments et aux sollicitations afin de s’assurer le calme dont il a besoin pour travailler. C’est ainsi l’image d’un écrivain tout entier consacré à la production de son œuvre qui se dégage de cette correspondance.

  • 2 Alastair B. Duncan, « Notice du Vent », dans Œ I, p. 1266.
  • 3 M. Calle-Grüber, Claude Simon. Une vie à écrire, op. cit., p. 212-213.

8La grande réserve qui les caractérise empêche que les lettres de Simon fournissent de nombreuses informations inédites concernant la biographie de l’écrivain. Il nous semble néanmoins qu’elles apportent un éclairage nouveau sur deux éléments : le choix du titre du premier roman paru chez Minuit et l’engagement politique de l’écrivain à la fin de sa vie. On sait que Simon avait d’abord envisagé que le sous-titre du Vent, Tentative de restitution d’un retable baroque, constitue le titre du roman. La « Notice » de l’édition de la Pléiade le mentionne en se référant à « certains comptes rendus2 » et Calle-Gruber l’indique également en s’appuyant sur quelques lettres échangées entre Simon et Robbe-Grillet3. Alors que ces dernières ne figurent pas dans la Correspondance, on y lit deux messages de Simon à Robbe-Grillet qui montrent combien ce qui sera in fine le titre du roman peine à le satisfaire. C’est surtout l’association du titre et du sous-titre qui ne le convainc pas : « On ne voit pas le rapport et cela peut sembler bien gratuit. » (p. 139). Simon exprimera même par la suite sa « satisfaction de voir diminuer Le Vent sur les nouvelles couvertures » (p. 146). Dans ses dernières pages, l’ouvrage présente un échange entre Ollier et Simon (p. 299-303), où ce dernier décline une invitation à signer une demande d’interdiction du Front national. Il accompagne son refus d’une longue justification qui témoigne de sa rigueur intellectuelle et de sa vigilance envers toute tentative d’atteinte à la liberté d’opinion. Car, comme il l’explique, c’est avant tout la crainte que ne s’instaure une nouvelle forme de censure qui motive sa réticence à demander l’interdiction de ce parti dont les idées lui sont tout à fait étrangères.

9Cette édition est complétée par un index des noms et par une chronologie qui rassemble, sur une période allant de 1947 à 1998, les parutions des sept auteurs de la correspondance, ainsi que les prix qu’ils ont reçus et les colloques qui leur ont été consacrés. Au-delà d’une simple aide à la compréhension des quelques lettres où il est fait allusion à une publication ou à une conférence récentes, cette chronologie, par la présentation synthétique de l’évolution du groupe qu’elle propose, apporte un soutien supplémentaire à la thèse d’un « moment nouveau roman ».

Haut de page

Notes

1 M. Calle-Grüber, Claude Simon. Une vie à écrire, Seuil, coll. « Biographie », 2011, p. 225, 229 et 234.

2 Alastair B. Duncan, « Notice du Vent », dans Œ I, p. 1266.

3 M. Calle-Grüber, Claude Simon. Une vie à écrire, op. cit., p. 212-213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Praz, « Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon, Nouveau Roman. Correspondance 1946-1999 »Cahiers Claude Simon, 17 | 2022, 282-287.

Référence électronique

Julien Praz, « Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon, Nouveau Roman. Correspondance 1946-1999 »Cahiers Claude Simon [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccs/4065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.4065

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search