Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Comptes RendusGeneviève Dubosclard, Le Rectangl...

Comptes Rendus

Geneviève Dubosclard, Le Rectangle et l’éventail  : Étude sur la description dans les romans de Claude Simon, Peeters, «  La République des lettres  », 54, 2014, 611 pages.

Véronique Gocel
p. 283-286
Référence(s) :

Geneviève Dubosclard, Le Rectangle et l’éventail  : Étude sur la description dans les romans de Claude Simon, Peeters, «  La République des lettres  », 54, 2014, 611 pages.

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée à C. Simon lui-même, dans Le Vent. Voir J.-C. Monod, «  L’Echo du dedans (...)

1Geneviève Dubosclard présente ici une étude ample et d’envergure, mûrement pensée sur la question de la description chez Claude Simon, version remaniée de sa thèse de doctorat dirigée par Luc Fraisse et soutenue devant les professeurs Mireille Calle-Gruber, Éléonore Reverzy et Jean-Yves Laurichesse. Cette lecture s’avérera stimulante non seulement pour les lecteurs qui s’attachent particulièrement à l’œuvre simonienne, mais aussi pour ceux qui sont curieux des développements autour de la notion de description, si fondamentale aujourd’hui. C’est le goût de Simon pour le monde à percevoir et à décrire – pour cette «  chair du monde  » évoquée par Merleau-Ponty1 – qui motive suffisamment une telle enquête  : «  J’aime les choses, et j’ai plaisir à les décrire  » (p. 1), a-t-il dit avec une simplicité parlante. G. Dubosclard cerne donc en cette pratique de la description une originalité essentielle de l’écriture simonienne – »  la frappe de son écriture  » s’y joue. Il s’agit assurément d’une question capitale chez celui qui, de peintre, s’est fait écrivain et que l’on saisit «  les brosses à la main  » (p. 21).

  • 2 On retrouvera la fenêtre, dénominateur commun avec Flaubert et Proust (mais aussi Baudelaire).
  • 3 Les premiers romans désavoués sont évoqués  : Le Tricheur, La Corde raide.

2Le titre Le Rectangle et l’éventail fait appel à une double figuration du processus descriptif judicieusement mise à profit dans l’étude et justifiée dès l’introduction générale  : ces termes d’emploi fréquent dans la prose simonienne ont effectivement le pouvoir d’éclairer ce qui se joue dans la description, joignant «  à la circonscription d’un espace le déploiement de ses propriétés  » – du rectangle délimitatif d’Alberti aux «  mille pièces d’un feu d’artifice  » de Deleuze –, associant «  le développement potentiel infini dans un cadre délimité2  » (p. 2), avec une sensibilité pour un tel «  geste de dépli  » du romancier. Cette interprétation unificatrice claire et bien menée donne lieu à d’heureuses formules qui filent la métaphore, telles que «  la description s’ouvre en de multiples plis et s’élargit en dehors de toute mesure  » (p. 299), «  cette découpe appelle plis et replis  » (p. 411), «  Véritable éventail qui déplie de la mère des images multiples et successives  » (p. 422)… On le devine, G. Dubosclard pratique des analyses extrêmement fines et fouillées de nombreux extraits des «  romans  » de diverses périodes3, qui sont confrontés de manière à en faire jaillir à la fois des constantes et des évolutions. Le projet est axé de manière cohérente sur trois domaines  : narratif, herméneutique et poétique.

  • 4 J. Verne (Michel Strogoff) apparaît aussi  : «  Regarde, de tous tes yeux, regarde  » (p. 102), phr (...)
  • 5 «  “L’auteur nous refile ses cartes postales”  : Breton exaspéré par la description que fait Dostoï (...)
  • 6 On pourrait cependant être un peu plus explicite en rendant justice nettement à A. Breton (pressé d (...)
  • 7 Voir V. Gocel, Histoire de Claude Simon. Écriture et vision du monde, Louvain/Paris, Peeters, «  Bi (...)
  • 8 L’emploi du vocabulaire de la rhétorique semble donner lieu à un lapsus qu’une réédition pourra rev (...)
  • 9 Analyse du premier chapitre d’Histoire  : voir V. Gocel, op. cit.

3De façon très complète, cette enquête sur la notion de description s’arrime aux diverses déclarations «  théoriques  » de Claude Simon – tout en en rappelant l’absence de systématisation. Elle montre l’aspect fondamentalement heuristique de la pratique descriptive de Claude Simon, à partir de ce qui est d’abord un décentrage  : «  L’analyse donnée ici de la description décentre donc les prérogatives du roman  » (p. 20  ; tout au plus pourrait-on se demander ici s’il y a un roman). Le travail comporte des rappels importants sur le rapport simonien à certains prédécesseurs, tels Balzac – hommage lui soit rendu –, Flaubert4, et sur le discours théorique et critique à propos de la description. Lorsqu’est cité (p. 22) un passage de nature métacritique du Jardin des Plantes5, l’analyste se livre à de bonnes remarques sur l’apport d’André Breton, auquel est restituée la formulation exacte, «  il saisit l’occasion de me glisser ses cartes postales  », à propos du «  néant  » des descriptions («  Et les descriptions  ! Rien n’est comparable au néant de celles-ci  », dans le Manifeste), dégageant le sens pluriel que l’on peut donner à ce «  néant6  ». L’enquête s’arrime aussi à l’apport de la critique  : Barthes, Genette, Ricardou, Tynianov, Hamon, Ricœur, Molino… sont sollicités précisément. Défini comme «  l’autre du récit  », le descriptif fait tout d’abord l’objet de définitions en guise de mise au point, dans le premier chapitre. On en retient particulièrement l’idée de Molino  : «  La description a un fondement anthropologique et ontologique  : elle est ancrée dans la façon dont nous voyons le monde et les autres hommes  » (p. 53), même si la subversion simonienne du modèle descriptif a pour effet que la distinction narratif/descriptif ne s’applique plus7. Face à «  la description, comme digression par rapport à une ligne narrative majeure  » (p. 28), on est amené à aller au-delà. Des remarques sur les antécédents d’une telle confusion narratif/descriptif sont faites, telle une citation de Zola substituant «  raconter  » à «  décrire  ». Tout en faisant le pari de ne «  pas écarter hâtivement la distinction traditionnelle  » – et elle n’hésite pas à parler d’hypotypose en une portée renouvelée8 –, G. Dubosclard interroge de façon fructueuse ces limites en prenant appui notamment sur le Genette de Figures II. La ductilité des temps verbaux et formes verbales – le participe présent, bien évidemment – est prise en compte dans l’examen de la transitivité féconde apportée par le dépassement des limites entre les modèles narratif et descriptif9.

4C’est aussi une attention à la question du regard et de sa mobilité, faisant apparaître que «  les romans simoniens sont peuplés d’observateurs, de guetteurs  » (p. 66) et rappelant la «  pulsion scopique  » pointée par Lucien Dällenbach (p. 67). Le constat d’une «  description ambulatoire  » (Robert Ricatte) est également marquant. L’exploration des descriptions de tableaux est attendue, et G. Dubosclard montre que «  la relation à l’ekphrasis est d’une portée décisive lorsqu’il s’agit de penser la singularité de l’art descriptif et de la manière romanesque de notre auteur  » (p. 220-221). On retiendra particulièrement l’intérêt pour le détail pertinemment corrélé à la pratique descriptive  : «  Description et détail ont partie liée  » (p. 27), avec une prise en compte des travaux sur la peinture de Daniel Arasse, en particulier.

  • 10 Lorsque apparaît l’idée pertinente que «  La “table rase” diffère […] du doute cartésien qui est un (...)

5Mais l’herméneute ne s’arrête pas au fonctionnement de cette modalité descriptive renouvelée, et en vient à la recherche des raisons de la description, qui fait ressortir la confrontation polémique au «  caractère explicatif et direct de la prose balzacienne  ». De manière intéressante, elle prend à rebours la déclaration simonienne  : «  Je ne suis pas un moraliste  », pour montrer une parenté paradoxale avec les moralistes classiques travaillant le fragment, et ce «  dans un régime éthique où le sens n’est pas préalable  » (p. 30810). Significative de cette pensée interne au roman étayée par le primat de la description, l’expérience de la chute sur les traces de Laurent Jenny, contrepied aux «  fables d’envol  », «  rêves de transcendance  », dans une exploration de l’élémentaire qui est bien resituée historiquement dans l’après-Auschwitz et donne lieu à des mises en parallèle avec Francis Ponge (de même que référence est faite à René Char), grâce à une «  expérience authentique du sentir et de l’éprouver  » (p. 268) en convergence avec David Zemmour. La pratique descriptive a donc ici les caractéristiques d’un tâtonnement sans certitude face au désordre du monde. C’est un «  principe de défamiliarisation  » qui est une fois de plus mis en exergue. On lira ainsi les développements sur la «  puissance critique  » qui travaille la «  description  » (p. 350).

6Dans une dernière partie, G. Dubosclard dresse le bilan de la condamnation du régime référentiel par les nouveaux romanciers et de ce qu’on peut en penser aujourd’hui s’agissant de Claude Simon. Après ce bilan critique très précis, elle fait apparaître que l’on a affaire à «  une prose du monde  » (p. 395), selon le titre de Merleau-Ponty. Sans résumer plus avant, laissons les lecteurs de Claude Simon découvrir ce livre, résultat d’un ample travail  : ils seront sensibles à une écriture vive dont les formules éveillent la réflexion  : «  la circonspection attentive d’une présentation élément par élément  » (p. 24), «  respecter le sens du monde jusque dans son absence de sens  » (p. 32), «  “une description dynamique” qui frappe de caducité l’alternative de Lukács  : “raconter ou décrire  ?”  » (p. 45), «  afin qu’elle ne fût ni l’épanouissement redondant de la narration, ni un lieu de fioriture superfétatoire  » (p. 61)…

Haut de page

Notes

1 L’expression est empruntée à C. Simon lui-même, dans Le Vent. Voir J.-C. Monod, «  L’Echo du dedans  », dans S. Guermès (dir.), Claude Simon. Correspondances, actes de la journée d’étude du 10 octobre 2013, Brest, CECJI, Cahier n°  11, 2015, p. 142-143.

2 On retrouvera la fenêtre, dénominateur commun avec Flaubert et Proust (mais aussi Baudelaire).

3 Les premiers romans désavoués sont évoqués  : Le Tricheur, La Corde raide.

4 J. Verne (Michel Strogoff) apparaît aussi  : «  Regarde, de tous tes yeux, regarde  » (p. 102), phrase figurant en exergue à La Vie mode d’emploi de G. Perec.

5 «  “L’auteur nous refile ses cartes postales”  : Breton exaspéré par la description que fait Dostoïevski du logement de l’usurière […]. Également pressés de savoir “si la baronne épousera le comte”, Breton le poète comme Montherlant n’ont évidemment que faire d’une certaine couleur de papier  » (Le Jardin des Plantes, dans Simon, Œuvres I, Gallimard, «  La Pléiade  », 2006, p. 1086).

6 On pourrait cependant être un peu plus explicite en rendant justice nettement à A. Breton (pressé de la conclusion du mariage  ?), p. 25 – et en remarquant juste après que si Simon déclare  : «  toute mon œuvre est construite sur la nature métaphorique de la langue  », cela ouvre paradoxalement sur une nouvelle possibilité de confrontation avec l’apport du surréalisme. Voir également p. 395. On attendrait aussi des éléments à ce sujet à propos de l’idée d’une «  consubstantialité de l’imaginaire et du réel  » – comment ne pas penser aux Vases communicants  ? (p. 402).

7 Voir V. Gocel, Histoire de Claude Simon. Écriture et vision du monde, Louvain/Paris, Peeters, «  Bibliothèque de l’information grammaticale  », 1996, p. 84 et 113.

8 L’emploi du vocabulaire de la rhétorique semble donner lieu à un lapsus qu’une réédition pourra revoir («  éthopée  » pour «  prosopographie  », p. 366).

9 Analyse du premier chapitre d’Histoire  : voir V. Gocel, op. cit.

10 Lorsque apparaît l’idée pertinente que «  La “table rase” diffère […] du doute cartésien qui est une étape nécessaire vers une pensée qui établisse à son tour la certitude  » (p. 289), peut-être le doute humien pourrait-il être évoqué, en convergence avec l’hypothèse phénoménologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Gocel, « Geneviève Dubosclard, Le Rectangle et l’éventail  : Étude sur la description dans les romans de Claude Simon, Peeters, «  La République des lettres  », 54, 2014, 611 pages. »Cahiers Claude Simon, 11 | 2016, 283-286.

Référence électronique

Véronique Gocel, « Geneviève Dubosclard, Le Rectangle et l’éventail  : Étude sur la description dans les romans de Claude Simon, Peeters, «  La République des lettres  », 54, 2014, 611 pages. »Cahiers Claude Simon [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccs/409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.409

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search