Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17ActualitésIn memoriamIn memoriam. Françoise van Rossum...

Actualités
In memoriam

In memoriam. Françoise van Rossum-Guyon — 1932-2021

Joëlle Gleize
p. 302-303

Texte intégral

1Notre amie et collègue Françoise van Rossum-Guyon nous a quittés l’été dernier en juillet 2021, à 89 ans.

2Professeure de littérature française aux Pays-Bas, elle a durant toute sa carrière participé à la recherche internationale aussi bien à Amsterdam qu’à Paris ou Montréal. Son œuvre critique assemble des recherches sur le roman français contemporain (Michel Butor, Claude Simon, Julia Kristeva, Hélène Cixous), autant que sur le roman du xixe siècle (Balzac et Sand) en un tressage tel que les questionnements et les analyses s’en trouvent constamment éclairés et enrichis. Son premier livre Critique du roman fait date, en 1970, en tant que lecture d’un roman dans sa singularité, La Modification de Michel Butor, et étude exemplaire d’une poétique romanesque, loin de l’orthodoxie universitaire d’alors : les polémiques soulevées par le « Nouveau Roman » ne sont pas encore éteintes, et en France du moins, il est rare que la recherche porte sur l’extrême contemporain. Cette audace dans le choix d’objet se retrouve tout au long de la démarche critique de Françoise van Rossum-Guyon : son premier article sur Claude Simon, la même année, portait sur La Bataille de Pharsale, paru quelques mois auparavant.

3Avec cette même audace discrète, elle participe à de nombreuses aventures collectives qu’elle a souvent initiées : elle a ainsi organisé aux côtés de Jean Ricardou – mais sans sa raideur dogmatique – le premier colloque sur le Nouveau Roman à Cerisy-la-Salle, en 1971 (on se souvient qu’elle a encouru les moqueries de ce dernier pour avoir osé suggérer que l’épisode central de l’embuscade dans La Route des Flandres avait une forte dimension référentielle), puis participé aux colloques sur Butor et Simon. Elle a dirigé le premier ouvrage sur « écriture-féminité-féminisme » en 1977 et dix ans après, en 1987, organisé le premier colloque sur les écrits d’Hélène Cixous. En organisant à Amsterdam en 1979, un colloque sur Les Parents pauvres, Françoise van Rossum-Guyon a aussi participé au renouvellement des recherches sur Balzac au sein du Groupe international des Recherches balzaciennes, puis en dirigeant un volume de « recherches nouvelles sur George Sand » en 1983, au renouveau des études sandiennes.

4Ce caractère pionnier se retrouve aussi bien dans son enseignement (elle a enseigné durant des années à Amsterdam un cours intitulé « Actualités littéraires » qui dit assez son attention à ce qui est en train de s’écrire) que dans les problématiques qui ont orienté ses travaux sur les livres de Butor, Balzac, Sand, Kristeva ou Cixous : les variations de la perspective narrative, les multiples formes du discours auctorial, le métadiscours, la réflexivité, l’intertextualité. Ces travaux donnaient à la notion de dialogue tout son sens, faisant de la lecture une expérience qui modifie le lecteur, un lecteur à l’écoute de l’autre, de l’étranger et de l’étrangeté, attentif au détail comme à la structure, aux sensations et aux émotions autant qu’aux modulations des discours, bref à tout ce qui bouscule, complexifie ou renouvelle nos représentations du monde.

5Dans son intervention au colloque de Cerisy de 1971, déjà, Françoise van Rossum-Guyon concluait son étude des « nouveaux romans » (comme du reste Critique du roman) en soulignant combien leur lecture pouvait renouveler celle des romans du passé, y ouvrir des perspectives neuves. Elle se donnait ainsi un programme qu’elle a su remarquablement accomplir, comme en témoignent Le Cœur critique. Butor, Simon, Kristeva, Cixous (1997) et Balzac, la littérature réfléchie. Discours et autoreprésentations (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Gleize, « In memoriam. Françoise van Rossum-Guyon — 1932-2021 »Cahiers Claude Simon, 17 | 2022, 302-303.

Référence électronique

Joëlle Gleize, « In memoriam. Françoise van Rossum-Guyon — 1932-2021 »Cahiers Claude Simon [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ccs/4098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.4098

Haut de page

Auteur

Joëlle Gleize

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search