Navigation – Plan du site
Archives

La carrière militaire de Louis Simon (1874-1914)

Frédéric Mouriès
p. 167-173

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mireille Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Paris, Seuil 2011, p. 25.

1Louis Simon est né le 27 juillet 1874 à Arbois dans le département du Jura. Il est le fils de Claude, Etienne Simon, cultivateur et de Joséphine, Françoise Chazerand. Il a trois sœurs dont deux exerceront le métier d’institutrice et un frère mort prématurément.1

  • 2 Cet article a été réalisé grâce au dossier personnel de Louis Simon conservé au service historique (...)

2Après de bonnes études scolaires que Claude Simon narre dans son roman L’Acacia (p. 62 et suiv.), Louis Simon s’oriente vers Polytechnique ; mais une mauvaise chute de cheval l’empêche de concourir (L’Acacia, p. 68). Il postule alors pour le concours d’entrée de Saint-Cyr qu’il passe avec succès en 1895, intégrant la 80e promotion, baptisée promotion Tananarive (là même où, étrange coïncidence, naîtra son fils unique Claude, en 1913). A sa sortie de Saint-Cyr, il choisit le régiment d’infanterie coloniale dans lequel il effectuera la totalité de sa carrière militaire jusqu’en 19142.

La scolarité à Saint-Cyr (1895-1897)

3Des 551 élèves qui composent sa promotion, pas de noms prestigieux. Louis Simon accomplit sa scolarité sans problèmes particuliers. A sa sortie, le général Maillard, commandant l’école de Saint-Cyr, apporte une appréciation personnelle sur le sous-lieutenant Simon : « Nature franche, disciplinée, désireux de bien faire, consciencieux. Ne manque pas d’énergie. Bien dirigé fera un bon officier. »

Tableau des notes de Louis Simon à Saint-Cyr

Instruction générale

Instruction générale

Instruction militaire

4On peut observer sur son relevé de notes qu’il excelle en gymnastique, élément qui sera régulièrement remarqué dans les appréciations futures de ses supérieurs et que l’équitation n’est pas sa matière de prédilection.

5Son livret militaire nous donne une description physique du tout jeune sous-officier : 1m73, cheveux et sourcils châtains, yeux bleus, front moyen, nez moyen, bouche moyenne, menton moyen et visage rond. Sa santé est « bonne » et sa vue « très bonne ».

La Martinique (1898-1902)

6Il embarque pour la Martinique le 30 septembre 1898. Il y gagne assez vite les galons de Lieutenant deuxième classe en 1899 puis première classe en 1902. Pourtant, les notes de ses supérieurs le décrivent comme apathique et « ayant besoin d’être guidé par un bon capitaine » même si, en 1899, on reconnaît en lui un officier intelligent et assez travailleur. En 1900, son officier supérieur constate que « le lieutenant Simon n’a fait aucun progrès ». Il renouvelle son conseil : « officier ayant besoin d’être dirigé et surveillé » et lui inflige même deux punitions graves en raison de son manque d’égards et sa mauvaise tenue envers ses camarades. Cet encadrement strict de sa hiérarchie semble avoir eu un effet favorable sur sa conduite car il est détaché à Balata pour y instruire les élèves caporaux. Cette mission ne lui vaudra aucune remarque négative de sa hiérarchie.

7En 1902, il est envoyé dans un camp de chevaux pour y diriger des travaux de réparation. Là le constat est clair : « il n’y a absolument rien fait » et il a dû être rappelé et remplacé par un autre sous-officier. L’été 1902, il demande son rapatriement en métropole.

Madagascar (1902-1906)

8Il part pour la colonie de Madagascar le 25 octobre 1902. Il y servira dans le premier régiment de tirailleurs malgaches. Ses officiers supérieurs notent dès 1903 un caractère susceptible et peu souple et une cohabitation plutôt brutale avec les indigènes auprès desquels il est loin de faire l’unanimité. Pourtant il possède « tout ce qu’il faut pour faire un bon officier ».

9On décide alors de lui confier plusieurs missions géodésiques. Elles se déroulent du 13 avril 1903 au 20 janvier 1904, du 18 avril 1904 au 8 octobre 1904 et enfin du 1er mai 1905 au 5 novembre 1905. Ces missions lui vaudront les félicitations de son supérieur « un jeune et bel officier » mais surtout du gouverneur général de Madagascar, le général Gallieni qui lui adresse le 12 février 1905 une lettre personnelle de « félicitations pour les deux missions géodésiques conduites dans la région de Fort Dauphin et la basse vallée du Mangaro dont les résultats ont fait faire un progrès considérable à la cartographie de Madagascar. En menant à bonne fin ces travaux malgré des difficultés de toutes sortes dans des régions montagneuses et malsaines, vous avez fait preuve d’une grande endurance et d’aptitudes spéciales remarquables qui pourront être avantageusement utilisées dans des circonstances analogues. Je me plais à vous témoigner à ce sujet ma plus vive satisfaction. »

10On retrouve louées les qualités physiques et sportives de l’officier Simon. Mais en 1906, malgré ses aptitudes à supporter le climat tropical, il tombe malade et doit être rapatrié en métropole. C’est la fin de son premier séjour malgache.

La métropole (1906-1908)

11Il débarque à Marseille pour un séjour de deux semaines à l’hôpital de la ville (du 16 mai au 2 juin 1906) puis obtient un séjour de trois mois de convalescence qu’il passe à Arbois jusqu’au 3 septembre 1906.

12Il est ensuite envoyé à Montpellier pour y effectuer un stage au deuxième génie pendant deux mois (de février à juin 1907). Il devient ensuite professeur adjoint de pratique équestre à Saint Maixent où il fait preuve de réelles qualités de cavalier. On semble le « spécialiser » dans l’enseignement puisqu’on le retrouve professeur de mathématiques où son excellente instruction, sa patience et sa ténacité sont remarquées et lui valent d’obtenir de très bons résultats de ses élèves.

13Il revient à Perpignan en 1908 au moment de la sévère crise viticole qui entraîne de nombreuses échauffourées dans la ville. La tension persistante entraîne la réquisition du 24e Régiment d’Infanterie Coloniale de Louis Simon pour surveiller la préfecture et les lieux publics et rétablir la paix civile dans Perpignan.

  • 3 Mireille Calle-Gruber, op. cit., p. 75

14Il profite de son passage en France pour démissionner de la Saint Cyrienne, association des anciens de St Cyr. Son fils Claude éprouvera la même indifférence envers « les Associations d’Anciens »3.

Le Tonkin (1908-1909)

15Le 21 juin 1908, il embarque sur l’Armand-Béhic en direction de l’Indochine. Lorsqu’il arrive à Haïphong le 20 juillet, la situation au Tonkin est des plus tendues surtout depuis le 27 juin, date de la tentative d’empoisonnement de la garnison de Hanoi qui va entraîner une intensification de la lutte du pouvoir colonial contre les rebelles vietnamiens et les bandes chinoises.

16Il rejoint la 11e compagnie du deuxième régiment des tirailleurs tonkinois basée à Loc-Binh. Il y obtient assez vite une permission de quinze jours pendant laquelle il part visiter la colonie (Langson, Hanoi, Haïphong). Mais il tombe malade et séjourne à l’hôpital de Langson du1 er au 13 octobre 1908. Cela ne l’empêche pas d’obtenir une promotion puisque le jour de Noël, il devient capitaine.

  • 4 CAOM, Indochine GG 26294.

17Il commande désormais la 6e compagnie du 1er régiment des tirailleurs tonkinois qui sera impliqué dans cette lutte contre les bandits chinois dans la région de Hoangshu Phi (extrême-nord du Tonkin).4

18Pourtant ses supérieurs continuent de le trouver « décidément un peu trop détaché des choses du service […], ne s’appliquant qu’à ce qui lui plaît et recherchant par trop ses convenances personnelles […] peut-être que, sous son nouveau grade, il apparaîtra plus de zèle dans son service. Possède d’ailleurs tout ce qu’il faut pour bien faire s’il le veut » (rapport du 18 février 1909).

19Cette amélioration se produit à Sontay en avril 1909 et on lui confie le commandement de la 9e compagnie du 1er régiment des tirailleurs tonkinois basée à Langson. Le commandant Obissier loue en Simon son intelligence, ses sérieuses qualités, même s’il a « tendance à voir les choses de haut et à s’étonner des réflexions qui lui sont faites ». Toujours ce fichu caractère et ce détachement qui le poursuivent au fil des rapports.

20Il est autorisé à avancer son retour de huit mois pour maladie et quitte l’Indochine le 21 novembre 1909 pour Marseille où il accoste le 20 décembre. Pendant son voyage, le colonel Le Camus envoie un dernier rapport sur le capitaine Louis Simon à sa hiérarchie le 9 décembre 1909 : « apte à servir dans un corps comprenant des indigènes, s’est bien porté pendant son séjour colonial, ne connaît aucune langue du pays, est apte aux fonctions politiques et administratives ».

La métropole (1910-1912)

21Dès son arrivée en métropole, on lui accorde un congé de convalescence jusqu’au 20 mars 1910, prorogé jusqu’en juin. Il sera ensuite dirigé vers Vichy pour « y jouir des eaux » jusqu’à la fin août. C’est durant cette convalescence qu’il va se marier avec Suzanne Denamiel, née le 8 novembre 1877 à Perpignan, fille de feu Alfred Denamiel, ingénieur des Ponts et Chaussées et de Louise Lacombe Saint Michel, descendante du fameux conventionnel qu’évoque Claude Simon dans Les Géorgiques. Comme pour tout militaire, il demande une autorisation de mariage à sa hiérarchie. Laquelle procède à une enquête sur la jeune fille et sa famille avec l’aide des services municipaux de la ville de Perpignan. L’autorisation est accordée, la réputation de la jeune fille et de sa famille étant excellente. De plus, elle apporte 30 000 F de capital ainsi qu’une rente de 3 000F servie par sa mère. Le commandant chargé de l’enquête note que « ses espérances sont d’environ 116 000 F ». Le mariage est célébré le 8 février 1910. Après sa convalescence, le capitaine Simon est versé au service des écuries où il retrouve un de ses domaines d’excellence, le cheval, et où il n’est guère étonnant qu’il se soit acquitté de sa tâche avec beaucoup plus de zèle que d’habitude.

Madagascar (1912-1914)

22Il part pour Madagascar le 25 avril 1912. On le place dès son arrivée dans des missions d’enseignant dans lesquelles jusqu’à présent il a bien réussi. Il occupe les fonctions de directeur des écoles de Tananarive. C’est là que naîtra son seul enfant, Claude, le 10 octobre 1913. Ce poste lui va à ravir et lui vaut quantité de superlatifs de la part du Commandant Koch : « Brillant officier. Tenue très soignée. Conduite très concrète. Tempérament calme et réfléchi. Très bon cavalier ». Il le propose même à la Légion d’Honneur.

23En 1914, on retrouve « une très bonne éducation, excellent esprit. Aime les sports, les manœuvres, le cheval. Connaît bien les soldats et les traite selon leur mérite avec une tendance marquée par la bienveillance ».

24Il quitte Madagascar le 13 mai 1914 pour rejoindre le 24è régiment d’infanterie coloniale à Perpignan.

25Il aura donc rempli ses fonctions pendant deux ans à la satisfaction, semble-t-il, de ses supérieurs. Toutefois, un ultime rapport adressé de Tananarive, cruelle ironie, le 3 octobre 1914 (soit deux mois après sa mort au combat), est beaucoup moins élogieux. On y retrouve les reproches récurrents des rapports précédents :

26« Officier prétentieux. Tempérament peu militaire. Caractère susceptible. A besoin de se surveiller et doit montrer plus de zèle dans le service pour être digne d’un avancement… S’occupe trop des questions de famille. »

La guerre (1914)

  • 5 Claude Simon évoque cette mort du capitaine Simon dans le chapitre 3 de son roman L’Acacia, intitul (...)

27Louis Simon quitte Perpignan le 2 août 1914 pour sa dernière mission. Il fait partie du 24e régiment d’infanterie coloniale qui est chargé de repousser les attaques allemandes vers Luzy. Il est tué au combat dans la forêt de Jaulnay (Meuse) le 27 août 1914, un mois après son 40e anniversaire.5

Haut de page

Notes

1 Mireille Calle-Gruber, Claude Simon. Une vie à écrire, Paris, Seuil 2011, p. 25.

2 Cet article a été réalisé grâce au dossier personnel de Louis Simon conservé au service historique de la Défense à Vincennes sous la cote 4 Ye 1290.

3 Mireille Calle-Gruber, op. cit., p. 75

4 CAOM, Indochine GG 26294.

5 Claude Simon évoque cette mort du capitaine Simon dans le chapitre 3 de son roman L’Acacia, intitulé « 27 août 1914 » (A, p. 61-62).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Instruction générale
Légende Instruction militaire
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/ccs/docannexe/image/826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Mouriès, « La carrière militaire de Louis Simon (1874-1914) », Cahiers Claude Simon, 7 | 2011, 167-173.

Référence électronique

Frédéric Mouriès, « La carrière militaire de Louis Simon (1874-1914) », Cahiers Claude Simon [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/826 ; DOI : 10.4000/ccs.826

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals