Navigation – Plan du site
Texte

Le régicide

Claude Simon
p. 9-17

Notes de la rédaction

Texte reproduit avec l’aimable autorisation de Réa Simon.

Texte intégral

1L’ambassade à Naples. Sa solitude. Son arrivée de nuit, au milieu des feux de joie pour Aboukir. Le lendemain, en ouvrant ses fenêtres sur le quai de la Chiaia, il découvre la flotte anglaise mouillée dans la rade. La surface de la mer aux molles ondulations de glycérine, pâle, décolorée par l’excès de lumière, comme poussiéreuse, comme recouverte d’une pellicule d’infinitésimales et scintillantes particules de marbre.

2(comme si les îles aux roches blanchies, les statues brisées, les colonnes, etc...)

3Obligé d’entrer dans le détail curieux il est vrai, mais malpropre, de la diplomatie (anglaise et européenne), dans l’intérieur triste et sale de cette cuisine politique, on doit prier le lecteur de résister au dégoût. Omnia munda mundis. Il faut... etc., etc. pénétrer dans les lieux les plus immondes.

4La poisseuse puanteur suspendue dans la chaleur de septembre, l’été épuisé : légumes pourris, melons, choux, huile rance, merde. Noires nuées de mouches. Détritus, épluchures, ventres blêmes de poissons morts, ordures qui flottent, montent et descendent mollement sur l’eau le long du quai. Les énormes navires de guerre, noirs aussi, dans le poudroiement lumineux, immobiles, avec leurs rangées de sabords peints en blanc. Les mêmes sans doute à travers lesquels il a dû s’enfuir en Corse. Leurs noms de monstres, de héros, de déesses et de muses (l’Alexander, le Goliath, l’Audacious, le Minotaurus, le Colossus, Thétis, Terpsichore) empruntés à l’Antiquité de même que les toilettes des femmes, les longues robes nouées sous les seins et surmontées des masques craquelés et vermillonés des vieilles reines et des vieilles duchesses coiffées d’aigrettes, de plumes, aux regards écarquillés (écaillés) d’oiseaux.

5Pitt y régnait sans conteste : sur le royaume, le palais, la reine, la chambre à coucher et le lit royal. Caroline, sœur de Marie-Antoinette, était gouvernée absolument par un intrigant irlandais, son ministre Acton, et une effrontée galloise, Emma Hamilton, qu’elle aimait éperdument. Pourquoi ces honteux détails ! Le voici. Cette fille d’une beauté puissante et quasi virile, à la tête sensuelle et basse...

6Et Nelson auquel il a enlevé un œil au siège de Calvi. Plus la racaille d’émigrés, de favoris, de conseillers, de bravis, de généraux tudesques. Lui là-dedans. Talleyrand qui ne répond pas à ses lettres, fait le mort. Sa harangue au roi. Debout, colossal dans son uniforme bleu à parements rouges d’artilleur. Sa stature d’Hercule (un mètre quatre-vingt-neuf), son visage puissant, son épaisse crinière rejetée en arrière. Il lit les phrases maladroites dont il a laborieusement refait et raturé plusieurs fois le brouillon.

7(Ratures : passage de son Journal où les mots biffés, les surcharges chaotiques, semblent superposer sur la page les strates de lave, les cités rayées d’un trait, les couches accumulées de temps, d’ossements, de ruines :

« j’ai été voir portici et pompeya dans la
étaient
même journée pompeya et herculanum furent
deux villes de lempire romain elles
recouvertes par une éruption du vésuve enlan
de ces deux
79 de l’ère chrétienne la première fut le par
villes couvertes
des Cendres la féconde par la lave la première
le fut d’une croute peu épaisse la féconde fut
ensevelie a plus de 60 pieds de profondeur
dernière épaisfe
cette ville a été détruite par la lave qui est formée par une fusion dont le résultat donne
qui fit corps avec les maisons
une pierre trez dure, le hazard a fait décou
portici
vrir toutes les deux villes est bâti sur Hercu
lanum, etc. »)

8... cette Sybille, cette bacchante, cette Vénus, était un espion... etc. Elle déshonora Nelson. L’amiral borgne et manchot accorda aux caresses effrontées d’Emma ce qu’...

9Il tient les feuillets à la main. Son écriture rapide, à la fois disciplinée et impulsivement bousculée, l’encre brune, les lettres scintillant parfois encore de ces paillettes aux reflets mordorés (éclats verts) dont on saupoudrait les pages pour les sécher, la plume accrochant le papier pelucheux, s’écrasant, bavant les boucles des lettres bouchées par des empâtements, la page étoilée çà et là par ces bavures, ces surcharges hâtives. A côté du fauteuil de Ferdinand, celui de la reine ostensiblement vide. Il lit toujours.

10... ce qu’il eût refusé à la reine. Non content de violer la capitulation qu’il venait de signer, il employa ses mâts victorieux à pendre...

11Les lignes souvent si pâles, l’encre diaphane, transparente, rose : avec leurs festons irréguliers de jambages, d’entrelacs, de ratures, d’arabesques, de paraphes, elle s’étirent sur les feuillets jaunis comme de minces bandes de ces dentelles déchiquetées et fanées qu’on trouve au fond des vieilles malles, comme un fantôme évanescent de parole, de pensée, d’histoire...

12... ses mâts victorieux à pendre les chefs prisonniers de la république de Naples... Elle exigea, obtint du dogue hébété que le pavillon britannique servît de potence. Et sous ces gibets, devant ces martyrs, une bacchanale effrénée eut lieu, dont purent rougir...

13Derrière le trône, dans le fond (on se hausse pour le voir, on se pousse du coude, parfois peut-être un ricanement), le chatoiement ombreux des uniformes aux couleurs éclatantes ou suaves : ivoire, prune, amarante, réséda, amande, grenat, bronze, jonquille, noisette, azur. Croix d’or et de diamants constellant les poitrines. Le peintre les fait scintiller au moyen d’empâtements nerveux, brefs, négligents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Simon, « Le régicide », Cahiers Claude Simon, 8 | 2013, 9-17.

Référence électronique

Claude Simon, « Le régicide », Cahiers Claude Simon [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/847

Haut de page

Auteur

Claude Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals