Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Dossier critiqueArchitecture et espace urbain dan...Introduction

Dossier critique
Architecture et espace urbain dans l'œuvre de Claude Simon

Introduction

Anne-Yvonne Julien
p. 27-29

Texte intégral

  • 1 Michel Butor, L’Emploi du temps, Minuit, 1956.
  • 2 Michel Butor, La Modification, Minuit, 1957.
  • 3 Alain Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, Minuit, 1959.
  • 4 Alain Robbe-Grillet, Topologie d’une cité fantôme, Minuit, 1976.

1Que la ville et son potentiel d’étrangeté soit, depuis Baudelaire, associée à la modernité en art, qui pourrait le nier ? Et que le Nouveau Roman se soit employé à reformuler le lien entre expérimentation esthétique et promotion de l’espace urbain, difficile aussi d’en disconvenir. Les romanciers phares qui posaient devant l’immeuble des Éditions de Minuit n’ont guère échappé à ce mouvement d’aimantation vers cités ou mégapoles. Lorsque l’un faisait circuler son lecteur à travers le fog anglo-saxon1 ou entre Paris et Rome2, l’autre le perdait « dans le labyrinthe3 » avant de le confronter plus tard à la « topologie d’une cité fantôme4 »… À l’évidence, Simon a su, lui aussi, exploiter les virtualités de l’espace urbain textualisé, et sa démarche relève bien, à certains égards, du projet néo-romanesque. Perpignan ou plutôt « la ville » anonyme balayée par le vent hante Le Vent (1957), Histoire (1967), Les Géorgiques (1981), L’Acacia (1989), Le Tramway (2001) ; Barcelone est indissociable du Palace (1962) ; New-York se respire dans les Corps conducteurs (1971) ; Moscou ou Frounze sont à l’horizon de L’Invitation (1987) ; Paris, dans Le Jardin des Plantes (1997) se trouve des répondants en Rome, Berlin, Barcelone, Chicago, le vieux Caire, Madras, Calcutta…

2Sans doute ces cités ne sont-elles pas choisies au hasard, elles se proposent également comme des concentrés mémoriels, des lieux intériorisés vers lesquels l’auteur à travers une voix narrative privilégiée revient en sachant que leur réapparition même sera féconde. Toutefois, Simon semble se méfier quelque peu du lyrisme du lieu et c’est pourquoi il est si attentif à ce qui en matière urbaine fait structure, à l’art de l’architecte.

  • 5 Paul Valéry, « Poésie et pensée abstraite », dans Variété, Œuvres I, Gallimard, « La Pléiade », éd. (...)

[J]’ai remarqué, aussi souvent que j’ai travaillé en poète, que mon travail exigeait de moi, non seulement cette présence de l’univers poétique dont je vous ai parlé, mais quantité de réflexions, de décisions, de choix et de combinaisons, sans lesquels tous les dons possibles de la Muse ou du Hasard demeuraient comme des matériaux précieux sur un chantier sans architecte5.

  • 6 Claude Simon, Le Vent, tentative de restitution d’un retable baroque, Minuit, 1957.
  • 7 Claude Simon, Les Corps conducteurs, Minuit, 1971.

3À lire cette phrase extraite de la conférence « Poésie et pensée abstraite » de Valéry, on conçoit que Simon ait pu parfois avouer un lien électif avec l’auteur de Variété. Car si ses romans ne valorisent pas à proprement parler de figures d’architectes, du moins y trouve-t-on en nombre des considérations sur l’idée devenue forme urbaine, et ce très souvent, à travers le support d’une image vectrice. Et chaque fois une donnée architecturale entre en correspondance avec le projet contextuel : la ville du Vent6 « s’en all[ant] à la dérive comme un fantomatique archipel » (V, p. 42), pris dans le mouvement spiralé et baroque de ses bourrasques quotidiennes, la Barcelone du Palace, avec le décor faussement solennel de ses artères pour crépuscule d’apocalypse, ou New York, métropole de l’hétéroclite, « gigantesque conglomérat de cubes, de tours, de ponts supendus, de taudis, d’entrepôts, de docks, d’usines, d’échangeurs, de voies express, de cinémas, de réclames clignotantes » dans Les Corps conducteurs7 (CC, p 84), immense organisme où circulent des organismes tout aussi complexes…

4Même si le discours simonien sur l’écriture passe plus souvent par l’allusion à la peinture ou au cinéma, il semble que la question du « moderne », et de sa – ou plutôt de ses valeurs – soit aisément abordée par l’attention portée à un décor urbain, un motif architectural, voire à un matériau et ses usages en matière de construction. Joëlle Gleize s’intéresse à la façon dont les romans se répondent les uns les autres sur ce point, modulant une axiologie. Elle rappelle d’abord que les objets urbains aperçus sont pris dans un regard lui-même mobile et partiel, habité par l’émotion d’un moment et, qu’à ce titre, les différences architecturales peuvent s’estomper, favorisant parfois une expérience de basculement de la réalité dont la couleur seule – ici barcelonaise, là new-yorkaise par exemple – varierait. Il reste que fréquents, dans cette œuvre, sont les passages descriptifs où se trouve moquée la fausse modernité des constructions standardisées, mais il s’agit moins d’une valorisation de l’ancien que du rejet d’un mode d’édification qui n’intègre pas à sa conception le facteur temps et la virtualité de ruine qu’il commande. (U. Aix-Marseille)

  • 8 Voir le dossier critique sur Orion aveugle (1970) et la section « Ouvertures contextuelles » dans C (...)

5Claude Simon est, selon Pierre Hyppolite, héritier du Baudelaire du Spleen de Paris, de celui qui a usé de la figuration de la ville pour transformer un texte narratif en prose poétique. L’intérêt que le romancier porte à la représentation de l’espace urbain est lisible à travers le dessin autographe Main écrivant, les photographies de la place Monge prises depuis la fenêtre de son appartement ou encore le discours tenu sur le tableau de Rauschenberg intitulé Charlène8. De tels emprunts aux codes du dessin, de la photographie ou du collage ne sont pas rares chez Simon qui apprécie manifestement les formes de captation de l’espace reposant sur un savoir géométrique. L’un des modes d’inscription textuelle de la ville n’est-il pas la liste de toponymes, avec sa portée graphique ? L’énumération a la vertu de mener le lecteur au seuil du réel, mais au seuil simplement, de dessiner un arpentage plus symbolique que géographique. L’autre forme préférentielle de saisie urbaine est la description d’une vision surplombante de nature aérienne. S’y décèle un regard enclin à la stylisation de l’espace, recherchant davantage la variation que l’élément singulier, un regard qui travaille incontestablement à architecturer le texte. (U. Paris Ouest-Nanterre)

6Michel Bertrand (U. de Provence) désigne à notre intérêt un passage du Tramway où est évoqué le bout de la ligne du côté de la plage. De quoi s’agit-il ? De la persistance ou de l’effacement du paysage urbain en ces abords de la mer ? Simon travaille dans les deux directions à la fois. Il apparaît que le côté ville et le côté plage se rejoignent en ce qu’ils reproduisent les clivages sociaux entre familles bourgeoises et classes populaires et l’opposition plus fondamentale entre les sédentaires et les nomades, les assis et les errants. Pourtant, les mots parviennent aussi à matérialiser la raréfaction d’un décor, la fin de la voie, la fin de la ville, l’ensablement, la revanche de l’élément sur la civilisation, du naturel sur le culturel, de l’éros sur les instances de censure. À cela s’ajoutent d’autres associations plus souterraines et plus sombres, qui se laissent deviner, suscitant à leur tour cet incomparable effet de bougé dont le texte tire une part de sa déroutante mobilité. (commentaire-discussion collective)

Haut de page

Notes

1 Michel Butor, L’Emploi du temps, Minuit, 1956.

2 Michel Butor, La Modification, Minuit, 1957.

3 Alain Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, Minuit, 1959.

4 Alain Robbe-Grillet, Topologie d’une cité fantôme, Minuit, 1976.

5 Paul Valéry, « Poésie et pensée abstraite », dans Variété, Œuvres I, Gallimard, « La Pléiade », éd. établie par J. Hytier, p. 1336-1337.

6 Claude Simon, Le Vent, tentative de restitution d’un retable baroque, Minuit, 1957.

7 Claude Simon, Les Corps conducteurs, Minuit, 1971.

8 Voir le dossier critique sur Orion aveugle (1970) et la section « Ouvertures contextuelles » dans Cahiers Claude Simon, n ° 6, dir. Anne-Yvonne Julien, PUP, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Yvonne Julien, « Introduction »Cahiers Claude Simon, 9 | 2014, 27-29.

Référence électronique

Anne-Yvonne Julien, « Introduction »Cahiers Claude Simon [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 22 septembre 2017, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccs/893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccs.893

Haut de page

Auteur

Anne-Yvonne Julien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search