Navigation – Plan du site
Avant-propos

Traduire, lire Claude Simon

Martine Créac’H
p. 15-18

Texte intégral

  • 1 Qu’elle soit remerciée vivement pour sa participation et pour l’aide apportée à l’organisation de c (...)

1Le titre de ce recueil reprend le titre d’une journée d’étude qui eut lieu le 1er juin 2013 à l’université Paris 8. Autour des traductions des romans de Claude Simon conservées à la bibliothèque de Paris 8 et présentées dans ce volume par Fanny Lambert, cette journée avait été conçue comme un atelier de traduction. Après une matinée consacrée aux traductions en Europe du Nord et aux particularités de la langue simonienne et avant l’analyse d’une expérience pédagogique à partir du Tramway, la table ronde de l’après-midi, préparée par Marie-Jeanne Zenetti1 et ses étudiants, a réuni chercheurs et traducteurs autour de la première page de L’Herbe dans des versions en langues allemande, anglaise, chinoise, espagnole, géorgienne et russe. Nous avons souhaité garder cette dimension active et expérimentale dans le présent volume en sollicitant, à côté du témoignage de 1985 de C. G. Bjürstrom présenté par Alastair Duncan, celui d’Eva Moldenhauer qui, en 2015, parle de son expérience de traductrice (de La Corde raide en 1964 aux Quatre conférences en 2014) dans un texte intitulé : « Dans l’atelier du traducteur ». Nous avons publié la traduction originale et inédite du début de L’Herbe par Peter France, ouvert l’atelier aux langues danoise et italienne et présenté plusieurs avanttextes de traducteurs, manuscrits ou tapuscrits qui donnent à « voir les mots » selon le vœu de Simon dans la préface d’Orion aveugle, rappellent son intérêt pour la « page d’écriture » mais suggèrent aussi, par les ratures et les repentirs autour des traductions publiées, d’autres textes possibles.

2À partir de ces pratiques très concrètes s’esquissent des réflexions plus générales que nous avons choisi de mettre en valeur dans l’organisation du recueil. La première partie définit la singularité de l’œuvre de Claude Simon et les défis qu’elle pose pour la traduction. Karin Holter, qui a traduit en norvégien L’Acacia et Le Jardin des Plantes, montre que ces défis surgissent dès la lecture des premières lignes du roman qui posent les questions premières du mouvement du texte, de son rythme, de la voix, de la force génératrice des mots. David Zemmour analyse la spécificité du style simonien et sa paradoxale étrangeté au cœur même de la langue française.

3Un second ensemble expose les résistances des différents contextes culturels et linguistiques. Par la comparaison de plusieurs traductions de L’Herbe en langue anglaise, Peter France montre les dangers de l’adaptation aux normes de la culture du lecteur. Pour ce spécialiste de la traduction littéraire, celle-ci ne peut éviter le « dépaysement » et peut prendre le risque de faire « revivre les personnages de Simon dans un monde qu’ils n’avaient jamais connu ». À partir d’exemples très précis, en particulier le choix d’adapter ou non les prénoms ou les noms propres, Manuel Tost Planet compare deux versions espagnoles de L’Herbe, celles des écrivains Miguel Angel Asturias et Esther Tusquets. À propos de la traduction en géorgien de La Route des Flandres, Gaston Bouatchidzé étudie notamment les problèmes posés par les clichés de langue. Enfin, la contribution proposée par Metka Zupančič et Mojca Schlamberger Brezar rend compte d’une très intéressante expérience pédagogique : la comparaison des traductions d’un même extrait du Tramway par des étudiants de l’université de Ljubljana en Slovénie et des étudiants de l’université d’Alabama aux États-Unis.

4Faut-il choisir la langue cible contre la langue source ? Jufang Jin, qui vient de traduire en chinois L’Acacia de Claude Simon après avoir soutenu un doctorat sur les rapports entre l’Histoire et la fiction, suggère que la traduction des romans de Claude Simon obéit à une « pulsion-de-traduction », pour reprendre l’expression qu’elle emprunte à Antoine Berman : le travail de Claude Simon sur la mémoire, celle des guerres notamment, rend nécessaire la traduction de ses romans pour « tous les peuples qui ont traversé les vicissitudes du XXe siècle ». Elle s’emploie donc à ouvrir l’accès de son œuvre au public chinois. Assumant le parti pris d’une traduction philologique, le chercheur russe Alexey Vishnyakov, qui prépare actuellement une édition critique en russe de L’Herbe et de L’Invitation, veut au contraire souligner le caractère étranger du texte original dans la langue d’accueil, notamment par l’emploi de notes. Étudiant les versions danoises du Jardin des Plantes et du Tramway, Hans Peter Lund propose la notion de langue-texte pour désigner « la langue caractéristique réalisée spécifiquement par un texte baignant dans un domaine linguistique (syntaxe, grammaire) et un champ culturel (vocabulaire, références) particuliers ».

  • 2 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

5Loin d’être une simple transcription, la traduction est bien une écriture, un « cheminement » dans la langue, comme le montrent également Irene Albers et Johan Härnsten à partir de grandes traductions historiques. Pour Irene Albers qui étudie les traductions en langue allemande, l’analyse des retraductions et des variantes des avant-textes d’Erika et Elmar Tophoven souligne le « processus de la traduction » qui envisage le texte de Simon non comme un « objet déterminé et clos » mais comme un « événement ». À partir de la correspondance entre Claude Simon et son traducteur suédois C. G. Bjurström, Johan Härnsten souligne également, avec Henri Meschonnic2, la dimension dynamique du traduire : « élaboration d’un original qui, en toute rigueur, n’existait pas avant l’acte de traduction », travail d’artisan sur une matière-langue comparable au travail de l’écrivain.

  • 3 Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996, p. 18.

6La dernière partie est consacrée aux nouvelles traductions des romans de Simon. Elles sont autant de lectures nouvelles ouvertes parfois à des significations que l’auteur lui-même n’avait pas prévues. Étudiant les traductions italiennes des Géorgiques, Emilia Surmonte note que le projet d’écriture de Simon « s’avère aujourd’hui beaucoup plus proche des modalités de lecture e-textuelle – dialogique et plurilogique –, que de celles de son époque ». Wolfram Nitsch analyse la façon dont l’histoire des traductions en Allemagne a orienté les lectures de l’œuvre. Celles d’Eva Moldenhauer, qui font de Claude Simon un « ethnographe du monde moderne », s’écartent à la fois des théories du Nouveau Roman et des premières traductions de l’œuvre en allemand. Parce qu’elles révèlent l’incomplétude de la lecture, font du signifié « l’effet du signifiant3 », ces multiples expériences de traductions ouvrent sur un futur de l’œuvre de Claude Simon, à des « images ultérieures » qu’interrogera également, dans le même volume, l’écrivain Marcel Beyer dans un texte intitulé « Feuille, baraque, écorce, bordel. Claude Simon à Mühlberg sur Elbe ».

  • 4 Translatio . Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Gisèle Sapiro dir (...)
  • 5 J’emprunte l’expression à Barbara Cassin, « L’Énergie des intraduisibles. La traduction comme parad (...)

7Ce recueil, qui propose de nouvelles façons de lire l’œuvre de Claude Simon, ouvre aussi de nouveaux chantiers d’étude. À partir d’exemples de co-traductions de L’Herbe (en allemand par Erika et Elmar Tophoven, en espagnol par Miguel Angel Asturias et Blanca de Asturias, par Esteban Busquets et Esther Tusquets), il interroge le statut de l’auteur. Analysant l’évolution en un demi-siècle des politiques éditoriales, il est aussi une passionnante contribution à l’étude de la circulation des œuvres littéraires entreprise dans un récent ouvrage dirigé par Gisèle Sapiro4. Comparant les anglais des deux côtés de l’Atlantique, le bokmål et le landsmål en Norvège, les espagnols d’Amérique et de la péninsule ibérique, ces multiples contributions nous invitent enfin à lire les oeuvres de Claude Simon non seulement dans l’écart entre l’original et la traduction mais aussi « entre les langues5 ».

Haut de page

Notes

1 Qu’elle soit remerciée vivement pour sa participation et pour l’aide apportée à l’organisation de cette journée. Celle-ci a pu avoir lieu grâce au soutien financier de l’université Paris 8 et, notamment, de Carole Letrouit directrice de la bibliothèque, de Pierre Bayard et Mireille Séguy directeurs de l’Équipe de recherche « Littérature et histoires » ainsi que de l’Institut français. Je remercie aussi chaleureusement Fanny Lambert et Thierry Kiefer qui nous ont aidés à préparer cette journée.

2 Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

3 Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996, p. 18.

4 Translatio . Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Gisèle Sapiro dir., Paris, CNRS éditions, 2008.

5 J’emprunte l’expression à Barbara Cassin, « L’Énergie des intraduisibles. La traduction comme paradigme pour des sciences humaines » in Philosopher en langues. Les intraduisibles de la traduction, B. Cassin dir., Paris, Éditions Rue d’Ulm, Presses de l’École normale supérieure, 2014, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Créac’H, « Traduire, lire Claude Simon », Cahiers Claude Simon, 10 | 2015, 15-18.

Référence électronique

Martine Créac’H, « Traduire, lire Claude Simon », Cahiers Claude Simon [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 22 septembre 2017, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ccs/938 ; DOI : 10.4000/ccs.938

Haut de page

Auteur

Martine Créac’H

Enseigne la littérature française à l’université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Ses recherches portent sur les poétiques modernes et contemporaines, sur les relations entre littérature et arts visuels, sur l’actualisation et la circulation des œuvres. Sur Claude Simon, elle a publié un essai intitulé Poussin pour mémoire. Bonnefoy, du Bouchet, Char, Jaccottet, Simon (Collection « Essais et savoirs », PUV, 2004) et plusieurs articles : « Scènes d’épouvante : Claude Simon dans les parages de l’image » in Penser par les images. Autour des travaux de Georges Didi-Huberman, L. Zimmermann (dir.), éd. C. Defaut, Nantes, 2006 ; « Le prologue desGéorgiques : une théorie du dessin ? » in Cahiers Claude Simon, n ° 9, A-Y. Julien (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2014 et « Prendre les marges au sérieux : les dessins de Claude Simon » (à paraître).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers Claude Simon

Haut de page
  • Logo Association des Lecteurs de Claude Simon
  • Logo Presses Universitaires de Perpignan
  • OpenEdition Journals