Navigation – Plan du site
Carnets de soutenances

Université, ville et urbanité : le cas du Grand Tunis

Najem Dhaher

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1À partir des années 1990, le développement remarquable des effectifs et des espaces universitaires en Tunisie a promu de nouvelles conceptions des espaces de l'enseignement supérieur et des modes de vie étudiants. Les établissements universitaires Tunisois qui sont dispersés dans la ville tentent avec leurs propres moyens de faire face à un accroissement sans précédent des effectifs étudiants qui a installé ce qu’on appelle l’université de « masse ». À son tour, la ville de Tunis se restructure et subit de profondes modifications dans l’organisation de son territoire et on assiste désormais à une nouvelle organisation en zones. L’habitat, l’industrie et les grandes surfaces commerciales se redéployent et quittent le centre de la ville. L’université a subit la même logique. Aujourd'hui, alors que les créations des espaces universitaires sous forme de « campus » et les délocalisations universitaires se multiplient et se régionalisent, on ne dispose pas d'éléments empiriques solides pour évaluer la relation entre l’université (espace et société) et la ville et le degré d'intégration urbaine des étudiants. D’ailleurs les rapports entre l’espace universitaire et la ville n’ont pratiquement nulle part fait l’objet d’études en Tunisie.

2Partant de ces constats, et compte tenu de l’ouverture socialement très large du recrutement étudiant, l’idée directrice de la thèse était de problématiser, à partir du cas du Grand Tunis et à travers une enquête qui a été menée sur un échantillon représentatif de 1000 étudiants, la notion de l’intégration urbaine des étudiants à partir des situations socio spatiales particulières. Notre réflexion pose en effet la question de la capacité de l’espace universitaire à générer de l’urbanité par différentes modalités de son aménagement et de son insertion dans l’espace urbain. La relation université-ville est appréhendée dans cette recherche en termes d’un processus socio‑spatial. Cet aspect concerne, d’une part l’organisation urbaine et l’aménagement des différents établissements universitaires dans la ville de Tunis et, d’autre part la dimension socialisatrice du « passage » par l’université pour les étudiants. Plus précisément, à partir du lien spatial université-ville, le travail est centré sur les pratiques urbaines des étudiants et les modes de leur accès aux différents équipements urbains. La thèse souhaite montrer que la position de l’établissement d’enseignement supérieur, de la résidence universitaire ou des lieux d’études, est comprise dans une dynamique de différenciation urbaine et sociale de l’espace. La vérification de cette hypothèse permettrait en effet de faire reconnaître les difficultés et les contraintes qui sont un obstacle à l’intégration sociale et urbaine des étudiants. Pour cela, le travail essaye d’interroger les expériences de mobilité et la « signification des espaces étudiants dans leur dynamique de système ». La démarche est avant tout exploratoire.

3Les interrogations portent sur les aménagements et les formes urbaines des espaces universitaires qui sous-tendent la vie sociale des étudiants, leurs territoires, leurs itinéraires et les éléments qui organisent leurs pratiques de la ville de Tunis notamment l’inscription spatiale de l’espace universitaire dans la ville. Il s’agit aussi de savoir comment tous ces éléments se traduisent par des contraintes spatiales ? Comment pour les étudiants Tunisois d'aujourd'hui la ville est-elle pratiquée ? Comment se présente le processus de leur intégration urbaine ?

4Pour répondre à ces questions et vérifier ces hypothèses, l’architecture générale de la thèse a été structurée en trois parties reliées par un fil conducteur qui est celui de l’importance qu’occupe et pourra occuper l’université par son aménagement spatial et urbain dans le processus de socialisation et d’intégration des étudiants dans le système urbain.

  • La première partie consacrée à l’étude du paysage universitaire en Tunisie situe notre recherche dans le champ théorique prenant en compte l’évolution de l’espace universitaire, sa population, son aménagement et sa localisation dans la ville.

  • La deuxième partie cherche à cerner les pratiques sociales et culturelles des étudiants et leur sociabilité en relation avec les différents espaces de leur vie quotidienne.

  • Dans la troisième partie, les analyses passent en revue l’interprétation des concepts de territorialité et d’appropriation de l’espace étudiants. Outre les analyses portant sur l’évolution du rapport étudiant/territoire, on voudrait essayer d’avancer vers une connaissance qui se veut plus synthétique du processus d’intégration des étudiants dans la ville.

Fiche informative

Discipline
Urbanisme et aménagement

Directeur
Moncef Ben Slimane

Université
Institut supérieur des études appliquées en humanités de Tunis, Université de Tunis

Membres du jury thèse, soutenue le 12 septembre 2005
- André Sauvage, Professeur à l’ENSA Bretagne, Université de Rennes
- Moncef Ben Slimane, Professeur à l’Ecole Nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis, Université 7 novembre Carthage
- Jean-Paul Laborie, Professeur à l’Université de Toulouse 2
- Ridha Boukraa, Professeur à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Université de Tunis
- Karim Benkahla, Maître de conférences à l’ISG de Tunis, Université de Tunis

Situation professionnelle actuelle
Maître assistant à l'université de Tunis

Contact
najem_dhaher|at]yahoo.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Najem Dhaher, « Université, ville et urbanité : le cas du Grand Tunis »Carnets de géographes [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdg/2017

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals