Navigation – Plan du site

De nouvelles pages pour les Carnets. Éditorial du comité de direction

Lucie Bony, Jean Estebanez et Fabrice Ripoll

Texte intégral

  • 1 Karine Ginisty, Amandine Spire et Jeanne Vivet, « Éditorial du comité de direction. Quoi de neuf ap (...)

1Après neuf ans et dix numéros, les fondatrices des Carnets ont décidé de renouveler le comité de direction1. Nous avons proposé un projet au comité de rédaction qui l’a discuté et approuvé – une pratique qui n’est sans doute pas si courante. Nous inscrivant très largement dans la continuité de ce qui a été fait depuis la création de la revue, nous proposons d’accentuer et de développer plus spécifiquement les facettes suivantes.

Ancrer plus fortement la géographie dans les sciences sociales

2Carnets de géographes est une revue qui ancre pleinement la géographie dans les sciences sociales et qui a su se montrer ouverte aux recherches dites critiques, consacrées à la dimension spatiale des inégalités et des rapports de pouvoir ou de domination. Nous pensons qu’il faut absolument maintenir cette orientation : il n’y a pas beaucoup de revues en France pour la porter, et les Carnets sont sans doute déjà identifiés comme y contribuant. Cette posture, que nous portons, ne constitue évidemment pas une norme impérative et nous continuerons à publier des articles portant d’autres types d’orientations (comme le montre ce numéro).

3Le dialogue avec les autres sciences sociales, annoncé et désiré, nous semble pouvoir être encore davantage développé. Le nom de la revue n’aide peut-être pas à faire émerger spontanément cette ouverture, surtout dans le contexte où la géographie est dominée et encore très souvent ignorée ou disqualifiée. Toutefois, pour faire connaître la revue par-delà ses frontières, nous souhaitons renforcer les relations et collaborations avec la sociologie, l’anthropologie, la science politique, l’histoire, la psychologie, le droit, l’économie, la littérature, etc. La création du comité de correspondant·es contribuera à cette dynamique (cf. infra). Nous envisageons aussi de consacrer un ou plusieurs numéros thématiques à cette réflexion sur le transdisciplinaire, pour lancer ce travail en commun.

4Si la réflexivité – c’est-à-dire l’analyse des activités de recherche considérées comme des pratiques sociales, et des chercheuses et chercheurs comme socialement situé·es – est sans doute moins développée en géographie que dans d’autres disciplines, elle est fortement promue par la rubrique « Carnets de terrain ». Nous souhaitons donc maintenir cette rubrique novatrice qui permet notamment d’ouvrir les cuisines de la recherche. Il s’agira à l’avenir de renforcer cette invitation au pluralisme méthodologique (en ne négligeant pas les méthodes quantitatives encore peu investiguées dans les numéros des Carnets déjà parus), à l’innovation, mais aussi à la réflexivité.

Promouvoir d’autres thématiques, valoriser débats et controverses

5La revue s’est clairement positionnée comme accueillant des travaux et réflexions sur des thèmes peu ou pas traités ailleurs. Sans qu’il s’agisse de courir après les modes, les dossiers étant discutés collectivement, cette perspective originale nous semble importante à maintenir. Cela passe bien sûr par des numéros thématiques mais aussi par le maintien de varia, qui permettent de faire connaitre des recherches encore peu développées ou partagées.

6Nous aimerions également accorder une place plus importante aux débats. La géographie manque peut-être un peu de culture de la controverse. Nous envisageons de concevoir ou accueillir des numéros qui abordent de front des désaccords qui semblent encore tacites ou même peu conscients. S’il existe une rubrique « Carnets de débats », il y a aussi de place pour le débat dans les « Carnets de recherches » ! Enfin, la rubrique « Carnets de lectures » accueillera volontiers des notes critiques et ouvrira la possibilité de discussions avec les autrices et auteurs.

Quelques nouveautés

7A la suite du numéro 10 consacré à l’enseignement, nous souhaitons accorder une plus grande place à cette question dans la revue. Une nouvelle rubrique « Carnets d’enseignements » est ainsi créée. Cette rubrique accueillera des travaux réflexifs d’enseignant·es du primaire au supérieur, sous forme de témoignages et de retour d’expériences. L’enjeu est aussi de réfléchir aux conditions matérielles qui rendent possibles ces expériences (question de leur reproductibilité). Cette rubrique pourra aussi accueillir des entretiens, des comptes-rendus de tables-rondes sur la construction des maquettes (ESPE, LMD4), des points sur la question du recrutement des étudiant·es (en licence, master…), des synthèses de mémoires de master ESPE, etc. En cohérence avec la ligne éditoriale de la revue, cette rubrique s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire.

8Autre nouveauté : le « comité scientifique » est remplacé par un « comité de correspondant·es ». Le comité scientifique avait un rôle de garant intellectuel, crucial au moment de la fondation de la revue. Certains de ses membres ont d’ailleurs été de précieux soutiens en participant activement à la vie de la revue. Après dix numéros et presque autant d’années d’existence, cette fonction de garant n’est plus nécessaire. Les membres du comité scientifiques ont donc été invité·es à rejoindre, s’ils ou elles le désiraient, un tout nouveau comité de correspondant·es où ils ou elles pourront côtoyer d’autres collègues géographes mais aussi des chercheuse et chercheur issu·es d’autres disciplines. Ses membres sont invité·es à relayer les appels à communication et les publications de numéros dans leurs réseaux et seront également de précieux soutiens dans l’évaluation des articles qui nous sont soumis de la part de non géographes. Le comité de correspondant·es pourra ainsi participer, à moyen terme, à une recomposition partielle du comité de rédaction, en y intégrant des non-géographes intéressé·es par la dimension spatiale de nos sociétés.

Des projets à développer…

9L’ouverture aux jeunes chercheuses et chercheurs et la place accordée aux « premiers écrits » est une caractéristique marquante de la revue. Nous souhaiterions davantage l’afficher, car cela se pratique peu dans le champ des revues en sciences sociales. Pour mémoire, cette pratique consiste à accompagner un auteur ou une autrice dans le travail d’écriture lui-même par de nombreux allers-retours, en soulevant, pour l’auteur ou l’autrice et l’évaluateur ou l’évaluatrice concerné·e, l’anonymat. Cet apprentissage à l’écriture scientifique, très inégalement accessible aux doctorants et doctorantes nous semble en effet crucial. Dans le même ordre d’idée, il s’agit de poursuivre l’enrichissement de la rubrique « Carnets de soutenances », qui offre un espace de visibilité de travaux de doctorats récemment soutenus.

10L’ouverture de la revue à l’international est à développer. On pense d’abord au bilinguisme avec des traductions en anglais de certains au moins de nos articles : cela pourrait être un horizon à moyen-long terme mais supposerait un vaste travail et des soutiens financiers. Toutefois, la revue invite d’ores et déjà à des traductions en français de textes publiés dans d’autres langues qu’il serait intéressant de faire connaître que ce soit dans le cadre d’un dossier thématique ou d’un varia. Des entretiens avec des chercheuses et chercheurs étranger·es pourraient aussi permettre cette ouverture en aidant à passer les barrières de la langue.

11Merci encore à Karine Ginisty, Amandine Spire et Jeanne Vivet d’avoir lancé cette aventure des Carnets et à toutes celles et ceux qui l’ont fait vivre ! Merci aussi à celles et ceux qui la poursuivent à nos côtés. Nous espérons que les nouvelles pages qui s’écriront dans les années à venir seront à la hauteur des précédentes. La revue continue !

Haut de page

Notes

1 Karine Ginisty, Amandine Spire et Jeanne Vivet, « Éditorial du comité de direction. Quoi de neuf après dix numéros ? », Carnets de géographes [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdg/1683.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bony, Jean Estebanez et Fabrice Ripoll, « De nouvelles pages pour les Carnets. Éditorial du comité de direction »Carnets de géographes [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdg/4200

Haut de page

Auteurs

Lucie Bony

Chargée de recherche au CNRS, UMR 5319 Passages
lucie.bony@cnrs.fr

Jean Estebanez

Maître de conférences en géographie, UPEC, Lab’urba
jean.estebanez@u-pec.fr

Articles du même auteur

Fabrice Ripoll

Maître de conférences en géographie, UPEC, Lab’urba
fabrice.ripoll@u-pec.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals