Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Carnets de soutenancesL’implantation de parcs éoliens e...

Carnets de soutenances

L’implantation de parcs éoliens et l’acceptabilité des installations par la population

Le cas des communes rurales du centre-ouest de la France (Indre, Vienne, Haute-Vienne)
Romain Garcia

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Contexte de réalisation de la thèse

1L’énergie éolienne est au centre des politiques environnementales et énergétiques contemporaines. La puissance installée fin 2018 était de 15 108 MW (source : RTE, 2018), soit environ 5 % de la production électrique française. Les objectifs fixés pour 2028, dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie sont d’atteindre 35 500 MW d’éolien terrestre, soit plus du double de ce qui est implanté actuellement, sur une échelle de temps relativement courte (en moins de 10 ans).

2Le développement éolien dans les espaces ruraux a entraîné des évolutions et mutations récentes qui se poursuivent de façon significative et rapide. L’augmentation du nombre d’aérogénérateurs dans le paysage français contribue à la création ou au renforcement de paysages agroénergétiques. Ces mutations spatiales s’accompagnent aussi de tensions sociales : l’implantation de parcs éoliens engendrent oppositions, voire conflits d’usage qui se répercutent à tous les niveaux, tant auprès des instances décisionnelles que des citoyens. Les motifs d’opposition à l’éolien sont nombreux, de la thématique paysagère à la thématique environnementale, en passant par les nuisances sur la santé et le cadre de vie. La compréhension de ces enjeux est essentielle pour proposer un développement éolien plus acceptable par l’ensemble de la population.

3C’est dans ce contexte qu’a été effectuée cette thèse de doctorat sur l’acceptabilité des projets éoliens dans l’espace rural. L’acceptabilité des énergies renouvelables ne peut être comprise qu’en connaissant les spécificités territoriales, technologiques, économiques, paysagères, sociologiques et culturelles qui vont l’influencer.

Problématique de recherche

4La problématique qui commande cette recherche tient à une approche croisée entre transition énergétique, éolien, territoires ruraux et acceptabilité. Elle s’articule autour de l’acceptabilité des projets éoliens dans différents espaces ruraux du centre-ouest de la France - Indre, Vienne et Haute-Vienne - et des tensions voire des conflits d’usages qui lui sont associés. Un des volets de la recherche vise à comprendre, à propos de l’installation des parcs éoliens, quels sont les leviers d’opposition des citoyens dont les préoccupations environnementales affichées se traduisent dans les faits par un rejet de ces installations.

5Des questionnements secondaires étayent la recherche : la structuration sociale du territoire d’implantation des infrastructures joue-t-elle un rôle dans ces positionnements ? Les facteurs endogènes - géographiques et / ou sociologiques - l’emportent-ils sur les facteurs exogènes (santé, impacts paysagers) dans l’acceptabilité de l’éolien ? Quels sont alors les paramètres qui influencent les oppositions à l’éolien (catégorie socio-professionnelle, néoruraux, syndicalisation…) ? Certains sont-ils prépondérants au point d’effacer les autres ?

6Face au vent de fronde qui apparaît dès lors qu’un projet est à l’étude, à la médiatisation du sujet et aux attaques dont l’éolien est l’objet, à la montée en puissance des oppositions qui va de pair avec la multiplication des implantations, cette thèse tente de mesurer le phénomène à partir de plusieurs exemples en France.

Terrain d’étude et méthodologie de la recherche

7Le terrain d’étude est réparti sur trois départements du centre-ouest de la France : la Vienne, la Haute-Vienne et l’Indre. Les projets éoliens étudiés grâce à des observations participantes et des entretiens sont situés dans trois sous-régions : la Champagne berrichonne au nord-est de l’Indre, la Basse Marche au nord de la Haute-Vienne, et le Civraisien au sud-ouest de la Vienne. Ces trois espaces présentent des développements éoliens différents, plutôt avancés avec des éoliennes en fonctionnement en Champagne berrichonne, en cours de développement en Civraisien et en Basse Marche. Mais, si les projets aboutissent, ces trois territoires verront une transformation importante de leur paysage.

Carte n°1 : Les projets éoliens étudiés dans le centre-ouest de la France

Source : IGN. Conception / Réalisation : Romain Garcia, 2018

8Le choix des projets éoliens, en rouge sur la carte n°1, a été effectué selon :

  • le contexte règlementaire et éolien, différent dans chaque zone, située en limite de département et de région administrative,

  • le projet éolien (privé, participatif ou citoyen) et l’opposition présente ou non lors du montage de projet,

  • le caractère rural et les aménités paysagères bien affirmées des territoires.

9Nous nous sommes écartés de ces trois sous-régions pour compléter l’analyse avec le traitement de rapports d’enquêtes publiques de projets éoliens (en vert sur la carte n°1), ce choix étant lié à la qualité des informations présentes dans les rapports, afin de réaliser des analyses statistiques.

10La méthodologie de recherche a consisté dans un premier temps en un travail bibliographique (sur les aspects théoriques de l’acceptabilité), et de recensement des avis sur des projets éoliens proches du terrain d’étude, reportés dans des rapports d’enquêtes publiques. Une grille d’analyse a été élaborée, afin de regrouper les avis classés par thématiques. Une quantification de la fréquence des avis sur l’éolien émis au cours d’enquêtes publiques a ainsi pu être réalisée, ainsi qu’une comparaison par territoire.

11Des entretiens sociologiques ont ensuite été réalisés pour vérifier les raisons du soutien ou de l’opposition des habitants à un projet développé à proximité de leur lieu de vie. Quinze entretiens regroupant 19 personnes ont été conduits et prenaient la forme d’une discussion relativement libre. Les entretiens, retranscrits intégralement, ont été analysés pour rendre compte de toutes les pratiques et opinions exprimées puis chercher tout ce qui permettait de les expliquer. A l’issue de cette étape, une typologie croisant les différents entretiens a été élaborée, autour du niveau d’influence des facteurs sociologiques sur la perception des enquêtés vis-à-vis de l’éolien.

Principaux résultats de la recherche

12L’analyse des opinions, exprimées durant les enquêtes publiques et dans un cadre privé (entretiens), fait état d’un décalage et permet de pondérer les avis exprimés durant les enquêtes publiques. On a ainsi pu mettre en avant que les pratiques et l’ancrage local des sociétés de développement, les processus informatifs et l’association des habitants aux décisions sont des facteurs importants dans l’acceptabilité des projets. Ils sont déterminants dans l’opposition ou le soutien aux projets, au même titre que les impacts paysagers ou les risques potentiels sur la santé et sur le cadre de vie.

13Nous nous sommes également attachés aux profils sociologiques des habitants rencontrés, afin d’évaluer leurs poids dans les logiques d’acceptabilité de l’éolien. L’engagement local des enquêtés, politique ou associatif, s’est révélé être un élément important, et tend à influencer leur positionnement sur l’éolien, qu’il soit positif ou négatif. Le fait d’être néo-rural amplifie l’engagement local, notamment contre l’éolien, mais ne constitue pas un déclencheur. Le métier joue également surtout lorsque le domaine professionnel est « concerné » par l’arrivée d’un projet éolien.

14Enfin les discours recueillis ont permis de saisir des recompositions dans les sociabilités locales, le projet éolien jouant comme catalyseur de tensions anciennes. En effet, des groupes de soutien et d’opposition à ces projets se sont formés, des tensions et des conflits d’usage de l’espace sont apparus entre certains habitants. Ces conflits d’usage ont parfois fait ressurgir des tensions antérieures à l’arrivée du projet éolien (tensions entre agriculteurs et habitants lors de pratique d’épandage par exemple). Ces éléments ne sont pas perceptibles dans les rapports d’enquête publique et n’apparaissent que dans les entretiens.

Discipline
Géographie

Directeur
Françoise Ardillier-Carras, Professeur émérite des université, Laboratoire CEDETE, Université d’Orléans

Université
Université d’Orléans

Membres du jury de thèse, soutenue le 30 novembre 2018
Philippe MADELINE Professeur des Universités, Université Caen Normandie
Pascal CHEVALIER Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3
Michel DESHAIES Professeur des Universités, Université de Lorraine
Laurent AUCHER Maître de conférences, Université d'Orléans
Carles DE ANDRES RUIZ Docteur en géographie, professionnel de l’éolien

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Chef de projet dans les énergies renouvelables

Courriel de l’auteur
rgarcia.geo[at]gmail.com

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : IGN. Conception / Réalisation : Romain Garcia, 2018
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/5456/img-2.png
Fichier image/png, 299k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Garcia, « L’implantation de parcs éoliens et l’acceptabilité des installations par la population »Carnets de géographes [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdg/5456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.5456

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search