Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Carnets de soutenancesLa diffusion de la préscolarisati...

Carnets de soutenances

La diffusion de la préscolarisation en Inde du Sud

Le cas du Tamil Nadu et de Pondichéry
Emilie Ponceaud Goreau

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Contexte et problématique

  • 1 Un centre est ouvert pour une cinquantaine à une centaine de foyers. Une enseignante et son assista (...)
  • 2 Le Tamil Nadu est un État fédéré et a son propre gouvernement tandis que Pondichéry est un territoi (...)

1Les premières formes de préscolarisation sont présentes dès 1975 en Inde dans les structures Integrated Child Development Services (ou ICDS), abritant le système des anganwadis1. L’action menée auprès des jeunes enfants s’articule alors autour de deux priorités : offrir un mode de garde gratuit pour tous (en zone rurale comme en zone urbaine) et lutter efficacement contre la malnutrition et le manque d’accès aux soins. Outre un important système de redistribution publique, ces centres apparaissent comme une des vitrines des actions sociales de l’Etat du Tamil Nadu et du territoire de Pondichéry2. Depuis les années 2000, l’offre éducative en matière de préscolarisation est modifiée par l’émergence de nouvelles revendications venant des familles ainsi que par l’implication d’acteurs privés, d’ONG ou de communautés religieuses, transformant progressivement l’offre initiale en une demande d’enseignement préprimaire. La préscolarisation privée figure ainsi au cœur des stratégies familiales, toutes classes sociales confondues, dans un pays en pleine transition économique.

2La thèse présente les prémices de la préscolarisation publique et gratuite en Inde dès 1975 jusqu’aux enjeux actuels où se mêlent les intérêts privés tandis que l’Etat négocie le redéploiement de ses fonctions. L’exemple de l’Etat du Tamil Nadu et du territoire de Pondichéry est particulièrement intéressant pour comprendre les attentes des familles et relire autrement l’émergence de nouvelles revendications de la société indienne.

Figure 1. École Shanti Joy Nivas (Muthialpet, Pondichéry)

Figure 1. École Shanti Joy Nivas (Muthialpet, Pondichéry)

À l’école Shanti Joy Nivas (Muthialpet, Pondichéry), l’enseignement de l’anglais, le port de l’uniforme et les nouveaux locaux sont autant de signes des attentes qualitatives des familles même les plus modestes (Ponceaud Goreau, 2013).

Méthodologie

3L’analyse croise les échelles, celle de l’individu d’abord dont l’exploration passe par les dimensions psychologiques et subjectives, celle des écoles et des maisons ensuite permettant de planter les éléments du décor, pour arriver aux territoires du Tamil Nadu et de Pondichéry, et appréhender finalement l’échelle globale, en s’intéressant à la diffusion des normes sur l’éducation et la jeune enfance par les organismes internationaux comme l’UNESCO.

4Ces travaux ont été menés à travers une double posture de chercheuse et d’enseignante pour laquelle le choix de l’échelle micro a été une façon de saisir les intentions et les attentes des différents acteurs de la préscolarisation sur le terrain, par le biais d’observations et d’entretiens dans les structures d’accueil et chez les familles. La description des lieux, des occupations, des déplacements et des circulations laisse place aux entretiens avec les familles et les enseignantes. La preschool se révèle en tant qu’espace de vie, espace perçu et espace vécu où l’éducation préscolaire est vue comme un rapport personnel et social à l’espace. Ce matériau empirique a été éprouvé par les outils de la géographie, par la localisation, les limites, la proximité (topographique ou topologique) de la preschool avec son environnement socio-spatial. L’approche du sujet, par une progression en zoom arrière, a aussi permis de combiner différents angles de vue, mobilisant des contenus descriptifs et interprétatifs interrogés par le regard du géographe. Cela a révélé la multiplicité des acteurs et l’entrelacs de politiques intervenant à différentes échelles.

Principaux résultats

5Sur la base des enquêtes menées dans le sud de l’Inde, l’étude précise les attentes des parents à l’égard de la préscolarisation. Il s’agit d’examiner leurs choix et le rôle des groupes sociaux aisés qui façonnent les normes sociales à l’égard de l’éducation ainsi que de se focaliser sur la manière dont les premières concernées, les familles, perçoivent les changements, selon leur milieu social et leur niveau d’éducation, et comment elles naviguent au milieu de ce paysage de plus en plus complexe.

6La thèse montre ensuite la manière dont cette demande est prise en compte ou non par les institutions et quels sont les ressorts éventuels du changement. Alors que l’État négocie les relations entre public et privé et multiplie les partenariats, il s’engage dans un processus de redéploiement de ses fonctions. Ce sont donc des partenaires nouveaux ou aux fonctions redéfinies qui entrent dans la volonté de repositionnement de l’action publique. Cette évolution répond autant à l’encouragement des partenariats publics-privés et de normes éducatives internationales (imposées par les institutions et les grands bailleurs de fonds internationaux) qu’à la demande des familles indiennes soucieuses de s’écarter des écoles publiques. Par son analyse de la conception et de la réception des politiques de préscolarisation et des dynamiques de la société qui interagissent avec les forces du marché pour façonner les comportements, cette étude contribue aux débats plus larges sur l’éducation, notamment dans les Suds. Les recherches démontrent de quelle manière se créent sur le terrain des partenariats éducatifs entre l’Etat et les acteurs privés : à travers des processus de délégation, de négociation et de contrôle ex-post, mais aussi par le biais d’acteurs intermédiaires qui se placent entre les familles et leur désir de préscolarisation.

7Le rôle des enseignantes en tant qu’intermédiaire entre les familles et l’État, les associations ou les entreprises d’éducation est décisif. Par leur attitude bienveillante, elles permettent que se construise un lien fort entre l’école et les familles. La thèse soutient l’originalité de leur position car les professions liées à la petite enfance oscillent généralement entre la dévalorisation de la fonction de garde et la valeur accordée à l’enseignement, les incluant dans les problématiques associées aux métiers du care. L’étude de terrain, se déroulant au plus près des enseignantes, montre qu’elles apportent leurs valeurs et leurs revendications à la construction d’un véritable service de préscolarisation, créant parfois leurs propres écoles et l’invoquant aussi pour revendiquer de meilleures conditions de travail et des salaires décents.

Figure 2. La question du care au cœur des pratiques enseignantes du préscolaire

Figure 2. La question du care au cœur des pratiques enseignantes du préscolaire

Ponceaud Goreau, 2013

8Faut-il rappeler que l’identification entre la fonction du care et les femmes est profondément ancrée dans l’imaginaire collectif. Les métiers autour de la petite enfance bénéficient de compétences basées sur des savoirs perpétués par les générations de femmes précédentes. Pourtant ces savoirs ne sont pas seulement reproduits mais développés.

9Ce point de vue permet de mieux comprendre les évolutions de la préscolarisation au Tamil Nadu et à Pondichéry où les femmes étaient déjà plus visibles et plus éduquées qu’ailleurs. La compréhension des gestes pratiques observés dans les classes montre de quelle manière elles développent des attitudes professionnelles qui mettent en valeur leur réflexivité, à la fois en tant que pourvoyeuses de care et enseignantes. En proposant une analyse de ces pratiques, la thèse suggère que ces savoirs peuvent améliorer les compétences d’enseignantes peu formées, mais qui ont su démontrer leurs capacités à s’adapter. Il paraît probable que le récent essor de l’enseignement des jeunes enfants, en Inde et ailleurs, se traduise par une forte proportion de jeunes enseignantes particulièrement enclines à partager leurs expériences et à modifier leurs pratiques, influencées par les transformations socio-économiques, le rôle des médias ou les échanges sur le réseau dématérialisé que constitue Internet.

Lien électronique
https://halshs.archives-ouvertes.fr/​tel-02282810
http://www.theses.fr/​2018BOR30036

Discipline
Géographie humaine

Co-Directeurs
M. Yves RAIBAUD, Maître de conférences HDR, Université Bordeaux-Montaigne
Mme Loraine KENNEDY, Directrice de recherche CNRS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Université
Bordeaux Montaigne

Membres du jury de thèse, soutenue le 7 septembre 2018
M. Dominique DARBON, Professeur des Universités, IEP de Bordeaux (président du jury)
Mme Julie DELALANDE, Professeure des Universités, Université Caen-Normandie (rapporteure)
Mme Hélène GUETAT-BERNARD, Professeure des Universités, Savoirs et mondes indiens/USR CNRS 3330.IFP/UMIFRE 21, MEAE (rapporteure)

Situation professionnelle actuelle
Professeure des écoles

Courriel de l’auteur
emilieponceaud[at]yahoo.fr
emilie.ponceaud[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Notes

1 Un centre est ouvert pour une cinquantaine à une centaine de foyers. Une enseignante et son assistante, employées par l’État fédéral, accueillent gratuitement les enfants non scolarisés de 9h à 16h environ. Ils y reçoivent quotidiennement un enseignement mais aussi un repas confectionné sur place et sont suivis par un personnel de santé. Les centres offrent aussi un certain nombre de services aux personnes les plus fragiles : personnes âgées ou handicapées, femmes enceintes ou allaitantes.

2 Le Tamil Nadu est un État fédéré et a son propre gouvernement tandis que Pondichéry est un territoire de l’Union qui dépend directement de New Delhi. Cependant, géographiquement proches puisque le territoire de Pondichéry est une enclave dans l’État de Tamil Nadu, ils sont aussi culturellement très proches par leur langue commune, le tamoul, et la cohabitation des mêmes castes. De fait, leurs politiques publiques s'influencent mutuellement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. École Shanti Joy Nivas (Muthialpet, Pondichéry)
Crédits À l’école Shanti Joy Nivas (Muthialpet, Pondichéry), l’enseignement de l’anglais, le port de l’uniforme et les nouveaux locaux sont autant de signes des attentes qualitatives des familles même les plus modestes (Ponceaud Goreau, 2013).
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/6248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2. La question du care au cœur des pratiques enseignantes du préscolaire
Crédits Ponceaud Goreau, 2013
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/6248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Ponceaud Goreau, « La diffusion de la préscolarisation en Inde du Sud »Carnets de géographes [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdg/6248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.6248

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search